FERMETURE DU FORUM ► Pour en savoir plus c'est ICI

Partagez | 
 

  ❝ if you choose devotion over a low life. ❞ - ELIZE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
InvitéInvité
MessageSujet: ❝ if you choose devotion over a low life. ❞ - ELIZE   Mer 14 Mai - 0:17




In your skin, to die a little death

- I'll take you to the river. So we can swim forever. -


Ce silence, profond, latent, qui nous enveloppe tous les deux dans son fourreau de sérénité me berce lentement de sa douceur vertigineuse. Mes yeux vitreux et rougis par l’ivresse bien manifeste embrassent durant quelques instants la massive silhouette errant là au pas de la porte. Un sourire s’étirant que de belles promesses apparaît alors à la commissure de mes lèvres grimées rouge pivoine, adoucissant l’austérité de mes fins traits habituellement marbrés dans une insolence et désinvolture ravageuses. Une splendeur énigmatique et sulfureuse s’émane de ce géant personnage qui se détache sobrement de l’opacité des ombres de la vaste pièce que je vois s’étendre derrière-lui. Sur le satin de sa peau d’albâtre s’impriment et se creusent les plis des draps alors que sur son visage léthargique je peux remarquer qu’il a comme qui dirait les coutures de l’oreiller d’étampé sur la joue. Génial ! J’ai tiré sa longue carcasse dégingandée hors du lit !

- Il est tard. Je sais. Je ne te réveille pas, dis ?

Manifestement oui, mais je m’en contrefous royalement. Mon sourire salace se décompose doucement en une moue éhontée tandis que je vois tourbillonner autour de mon crâne enfumé un troupeau de bébés éléphants roses agitant tout haut et fier leurs petites trompes violettes à pois jaunes. Sous les effets de l’alcool, ma profondeur d’esprit a vraiment une imagination débile et épileptique ! Dans les lignes de mon corps menu et svelte se dessine et se dégage la mollesse de celle qui a légèrement trop abusé du biberon magique. D’ailleurs, la petite fiole cristalline que j’apporte maladroitement et mollement à mes lèvres est le principal indice de mon ivrognerie… parce que ouais… mes sombres ondulations ébouriffées et échevelées retombant en cascade sur les flancs de ma figure empourprée et fiévreuse sont un signe que je concède comme subtile et trompeur… il en est de même pour mon vocabulaire posé et détendu.

- Elvis Mentos. Je savais que te retrouverais. J’suis tombée… par hasard… sur ta firme… dans les petites annonces classées de ce torchon dégoûtant que j’ai réquisitionné à un sans-abri… lorsque j’ai marché dans la merde d’un cabot… qui lui a abusé de cette distraction pour m’arracher des mains mon croissant au poulet et mon yaourt. Cet enfoiré de quadrupède.  Il me doit un repas et un nouveau débardeur ! Oui. J’ai un karma capricieux et redoutable. Je soupire, pensant à ma tragique existence, avalant quelques rasades de mon tord-boyaux. La Tequila déferle sur mon palet, embrase mon œsophage et tombe comme un roc dans le tréfonds de mes instincts… ce qui a pour effet de débalancer mon équilibre, déjà dangereusement fragilisé, je titube sur les carrelages, rigole sans raison, m’arrache presque les ongles dans le bois vermoulus du cadre de porte que j’empoigne faiblement de ma main libre. Je réalise que j’ai les narines dilatées par une masse bétonnière et titanesque qui m’écrase, tout plein de charme, le nez. Hébétée, mes grands yeux de bibiche chocolatée biglent sur ma truffe aplatie, découvrant que j’ai la face littéralement nichée entre deux pectoraux massifs et sculptés à l’image de Zeus. Wow ! Voilà bien longtemps que j’ai pas embrassé à pleine bouche le torse d’un Adonis.

- Excuse-moi, que je hoquète, même pas embarrassée d’un iota alors que je relève maladroitement la tête et viens faucher le visage éthéré du géant blond de mes grands yeux vitreux. Elvis Mentos. Comment est-ce qu’un Dieu Grec tel que c’type pour porter un nom aussi merdique ? Il faut qu’on parle. C’est… important.

Ah, bon ?
BIEN SÛR !
Vraiment ?
Puisque je le certifie !
Sérieusement ?
Putain, puisque je le certifie ! Et t’es qui, d’abord ?
Bah… ta petite voix intérieure, Charlene.
CHARLIZE ! MON NOM, C’EST CHARLIZE !

- BON ! Tu m’invites ou basta ? Que j’égosille dans l’oreille de ce pauvre Elvis Mentos, perdant de plus en plus patience et visiblement beaucoup de crédibilité.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✤ Messages : 789
✤ Barge depuis : 27/07/2013
✤ Avatar : Alexander Skarsgard
✤ Crédits : google & tumblr


✤ Âge personnage : 34 printemps.
✤ Humeur : Morose
✤ Profession : Intervenant à la BRIS
✤ Philosophie : Marche ou crève
✤ Localisation : Dans ton dos.
✤ Pouvoirs : La nécromancie. Appeler, entendre et voir les fantômes. Réanimer les cadavres.
Elkan J. Devos☞ I'm too sexy for my hair, too sexy for my hair
MessageSujet: Re: ❝ if you choose devotion over a low life. ❞ - ELIZE   Dim 13 Juil - 1:15


IF YOU CHOOSE DEVOTION OVER A LOW LIFE.
ft. Charlize




- Il est tard. Je sais. Je ne te réveille pas, dis ?

Un coup de tonnerre déchirant le silence de la nuit. Un éclat de voix brisant le tissus de ses songes nocturnes. Un obus ruinant un sommeil tant convoité. Inattendu et soudain. Les yeux effarés du sorcier s'ouvrirent en grand, sondant avec égarement le plafond voilé par quelques bouts de tissus au ton chaleureux. Qu'est-ce qui se passait? Qui était là? Alerte, le viking se redressa vivement. Une rapidité qui amplifia les coups de marteau qui fracassait avec joie son crâne. La nuit avait été solitaire et bien arrosée. Assis sur son lit titanesque, le sorcier tourna sa tête en provenance de l'indésirable. La fatigue et la brutalité de son réveil ne l'aidant pas, sa vision s'avérait flouté. Contraint de plisser les yeux, il bascula son drap de satin sur le côté et quitta son refuge douillet pour poser ses pieds nus sur le carrelage glacé. Silhouette de rêve. Ténébreuse. Des courbes aguichantes. Visiblement en état d'ébriété. Le petit papa Noël lui apportait un cadeau avant l'heure?

- Elvis Mentos.

... visiblement non. Ce n'était pas un cadeau. Et c'était quoi que ce surnom idiot qu'elle lui avait assigné? Elvis Mentos? Aussitôt il avait l'image de lui habillé comme le King, un paquet de Mentos à la main. Son sourire colgate en pleine gueule, il ferait la pub pour ces bonbons à la menthe. Incroyablement ridicule et perturbant pour l'imaginaire du sorcier.

- Je savais que te retrouverais. J’suis tombée… par hasard… sur ta firme… dans les petites annonces classées de ce torchon dégoûtant que j’ai réquisitionné à un sans-abri… lorsque j’ai marché dans la merde d’un cabot… qui lui a abusé de cette distraction pour m’arracher des mains mon croissant au poulet et mon yaourt. Oui. J’ai un karma capricieux et redoutable.

... Effectivement. Elle jouait de malchance et chercher refuge dans l'antre d'Elkan n'était assurément pas une bonne idée. Surtout en cette nuit où l'alcool avait coulé à flot le long de son gosier, interrompant toute connexion entre ses neurones et son cerveau. Visiblement pas d'humeur à causer, le viking posa ses poings contre ses hanches, la mine perplexe et le regard suspicieux de posé sur cette petite brune. A mesure que les secondes s'écoulaient, le monde lui semblait bien plus net et rapidement, il reconnu la silhouette qui peinait à se maintenir debout. Comment oublier la nana avec qui il s'était menotté à la morgue? Épique et peu conventionnelle comme méthode de drague, Elkan devait avouer qu'en dépit de la tasse à café qu'il s'était mangé en pleine mâchoire... la rencontre n'avait pas manqué de charme... si? La question principale étant... pourquoi elle était là? Le sorcier commençait à s'approcher mais la ténébreuse décida d'effectuer le premier pas. Un petit pas qui se transforma en une espèce de marche... ou de dégringolade. Rendu-là les détails lui importaient plus. La finalité s'avérant bien plus importante, un sourire idiot étira ses lèvres quand la grande madame s'écrasa contre son torse nu.

- Excuse-moi. Aucune offense. Bien au contraire. Un sourire de con dans la face, ses yeux rougis par l'alcool la dévisageaient comme un joyaux volée et précieux. Il faut qu’on parle. C’est… important.

Et voilà la réplique culte de toutes les nanas. Pourquoi éprouvaient-elles constamment le besoin de parler? Elles employaient toujours le mot "important" telle une formule magique. Comme si soudainement, on allait accorder plus d'importance à leurs lamentations ou caprice du moment. A l'époque où il était encore fiancé, il avait souvent droit à "Elkan, il faut qu'on parle." Et devant son manque de réaction flagrante elle rajoutait "c'est important". Sauf que c'était jamais important. C'était toujours pour savoir si elle devait préparer du saumon ou du roti pour l'arrivé des beaux-parents. Savoir si il préférait des rideaux violets ou vert anis pour le salon. Mais dans les deux cas c'était affreux. Alors non. Ce soir-là, Elkan ne voulait pas discuter. Important ou non, il était en repos. Il avait réservé cette soirée pour panser ses petits bobos de fiancé laissé sur le carreau.

- BON ! Tu m’invites ou basta ?

En plus d'être intrusive, madame devenait agressive! Intéressant. Cela lui donnait un petit côté rebelle et sauvage. Sexy. Les prunelles du sorcier quittèrent ce joli petit minois pour étudier avec plus de profondeur les courbes généreuses de cette silhouette aguichante. Sans tracas particulier, il attrapa la bouteille d'alcool que détenait la légiste et l'apporta à ses lèvres gourmandes. Plusieurs rasades déferlèrent le long de son gosier, allant se perdre dans ses boyaux qui se tordirent sous l'effet du liquide. Un véritable décapant qui lui donnait l'impression de recouvrer ses esprits. Simple impression seulement.

- Sois belle et tais-toi, asséna t-il de sa voix grave et masculine alors que sa main libre se positionna derrière cette nuque fragile et gracile. Dans ce même élan, ses lèvres allèrent se poser sans la moindre hésitation sur celles de la légiste. Un baiser qui n'avait rien de tendre, rien de chaste.

La nuit lui avait paru longue et incroyablement solitaire. Cette nuit-là, il avait la possibilité de la terminer dans les bras de quelqu'un d'autre. Une femme. Cette nuit encore, il pouvait duper cette solitude qui le consumait depuis son départ. Alors la question ne se posait même pas. Qui? Comment? Pourquoi? Peu importait. Ses doigts abandonnèrent l'emprise qu'ils avaient sur la bouteille d'alcool, laissant l'objet de verre s'écraser au sol. Bien trop préoccuper à attraper la brunette par les hanches pour l'attirer contre lui, il ne tenait pas compte du liquide qui se rependait sur le sol.



Code © disturbed - Gif © Tumblr - Music => I can only give you everything by Nick Waterhouse


_________________

Supermassive Black Hole
-- You set my soul alight. --
Revenir en haut Aller en bas
avatar
InvitéInvité
MessageSujet: Re: ❝ if you choose devotion over a low life. ❞ - ELIZE   Sam 30 Aoû - 6:41




In your skin, to die a little death

- I'll take you to the river. So we can swim forever. -


Mes mains s’élèvent doucement au niveau de son torse viril, mes paumes allant rencontrer l’acier de ses pectoraux sculptés et taillés au couteau. Ses muscles proéminents embrassent le bout de mes doigts félidés, le granite de sa chair d’albâtre aussi douce et brûlante que l’effervescence de l’enfer, m’empourprant que davantage les pommettes. Le satin de nos peaux se caressent et savourent leurs goûts pour la toute première fois. Nos lèvres entrelacées et écrasées les unes contre les autres s’emballent dans la plus suave des valses. Bercée par cette langoureuse et désireuse caresse, je sens déferler sur moi une vague déchainée de soumission et d’abandon. Mon cœur, comme mes vertèbres alanguis, invoquent désespérément la passion et l’absence même de la Pudeur. Mon crâne, grisé d’alcool et d’envie, semble désormais baigner sous le jet rutilant d’un soleil nouveau, faisant s’épanouir les fleurs et germes de ma cervelle grisée par le vice. Mes paupières embrassent lentement l’obscurité, ainsi plongée dans le noir, l’appel des sens est de mise, mon corps se retrouvant si vulnérable et éphémère dans l’étreinte de ces deux bras de fer qui se referment sur moi. Je me lève gauchement sur la pointe des pieds, mes mains toujours délicieusement compressées contre la poitrine de mon futur amant, mes lèvres capturant les siennes avec fougue, nos respirations brûlantes et enivrantes teintant notre baiser d’une passion que je découvre similaire.

Ne pas me poser de question. Arrêter de vouloir tout contrôler. Vivre simplement l’instant présent et oublier absolument tout le reste. Je ne sais pas ce que je cherche. Je ne sais encore moins ce que je risque de trouver. L’image que je peux projeter dans le regard enjôleur de cet homme que je m’éprise comme la peste ne m’importe peu. J’ai simplement besoin de me sentir vivante. Je veux ressentir le désir, la honte, la passion et la terreur. Je veux me sentir humaine. Je veux me sentir de chair et de sang. Je veux souffrir. Je veux sourire. Je veux quitter ma tour d’ivoire, je veux faire fondre ces ornières d’hiver qui me glace le cœur, je veux anéantir cette forteresse de solitude et je veux bosseler cette armure d’acier qui m’empêche de m’égratigner et de m’érafler aux rixes de la bêtise humaine. Poupée de pierre. Je me perds.


Doucement, maladroitement, surtout, je parviens à me faufiler d’entre les pattes lascives et baladeuses du géant blond. Mon visage empourprée et bouillant rétablissant peu à peu une distance que je désire déjà contrer et trancher… ses lèvres désireuses et si douces quittant à contre cœur les miennes. Mes paupières s’ouvrent sur mon regard de braise qui ne tarde à aller se noyer dans la profondeur de ses iris azurés. Océan enchanteur, aux reflets idylliques, dont les rutilantes couleurs émanent ce que mon âme désire. Incapable d’attendre, surtout pas familière aux préliminaires, je recule au centre de la pièce, ma démarche lourde et chancelante rendant la manœuvre pénible… point séduisante. M’en fous. Royalement.

À l’aveuglette, je déambule dans la chambre luxueuse, un vague sourire ne cessant de flotter sur la commissure de mes lèvres, mon regard toujours suspendu à ces deux billes de saphir alors que l’arrière de mes genoux vient heurter quelque chose. La base de lit. À l’effigie d’une sirène échouée sur son rocher, je m’affaisse lourdement sur le moelleux matelas. Bouleversement de sens et d’orientation. Le sol devient le plafond et le plafond devient le sol. Étourdie, je me tortille sur le lit durant quelques instants, mes jambes et bras s’allongeant de Paris à Tokyo sur les quatre coins du matelas. M’échinant à faire l’étoile sur le jeté de lit, je redresse mollement la tête en direction du géant blond que je repère toujours ancré sur son point d’inertie.

- Tu attends quoi ? La pluie, peut-être ? L’adultère, beau blond, ça se pratique à deux. N’espère surtout pas de moi que je fasse tout le sale boulot toute seule. Shop ! Shop ! On a pas toute la nuit ! 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: ❝ if you choose devotion over a low life. ❞ - ELIZE   

Revenir en haut Aller en bas
 
❝ if you choose devotion over a low life. ❞ - ELIZE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Why choose for the lesser evil?
» Jamais deux sans trois... Choose your colors
» [FM14] LVL11 Division Anglaise YOU Choose!
» sergilde ▲ you can choose your side if you choose to ride
» Yugo - Roi-Dieu Eliatrope au cœur pur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
You ain't born typical :: CORBEILLE :: Children Of cain :: Corbeille RPG-