FERMETURE DU FORUM ► Pour en savoir plus c'est ICI

Partagez | 
 

 Hide and seek [PV Nyx]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
✤ Printemps : 20
✤ Messages : 1488
✤ Barge depuis : 18/05/2014
✤ Avatar : Karen Gillan
✤ Crédits : ( CADOW CACAHUETTE ) SWAN ( avatar ) + TUMBLR ( gifs ) + CRACKLE BONES ( Code signa ) + MODERN JESUS| portugal. the man ( MUSIQUE)


✤ Âge personnage : 21
✤ Humeur : Bisounours
✤ Profession : Libraire
✤ Philosophie : Smile, everything's gonna be alright
✤ Localisation : Salem
✤ Pouvoirs : Guérison / Boucliers / Création de blessures (nécessite de se l'infliger à elle-même ou d'avoir un contact physique avec la cible, à l'endroit désiré)

Relationship
→ citation:
relationships :
Ashley H. ColbyNain roux au syndrôme de stockholm
MessageSujet: Hide and seek [PV Nyx]   Jeu 29 Mai - 2:19


Hide and Seek

Feat. Nyx C. Lawrence
La première chose qu'Ashley remarqua en prenant sa pause dîner, c'était que la journée était magnifique. C'était plutôt surprenant, puisque, à sa sortie au matin, il faisait frais et les nuages annonçaient des pluies torrentielles. Pour tout dire, la rouquine avait même emporté un parapluie, par précaution. Vu son système immunitaire, il valait mieux prévenir que guérir, chose plutôt ironique au vu de ses dons. La demoiselle avait même emmené un manteau à la doublure épaisse, inutile maintenant. Le soleil brillait de mille feux et les nuages semblaient être partis ennuyer une autre ville, plus au nord. Une fine brise soufflait, rafraîchissante sans être glaciale. Bien sûr, l'hiver perdurait. Les bottes étaient de mise, de même qu'une écharpe et un manteau trop grand, bien que moins chaud que celui qu'elle avait initialement prévu. La demoiselle s'installa sur une table, envoyant valser la fine couche de neige qui la couvrait d'un mouvement ample du bras. Elle s'y laissa tomber en ouvrant son sac de repas, le regard gourmand.

La veille, sa mère avait insisté pour lui cuisiner un petit quelque chose, plaidant qu'elle se sentait inutile ces derniers temps. La femme craignait voir partir la cadette, qui souhaitait de plus en plus partir voler de ses propres ailes. L'aînée n'était pas pressée et ne l'inquiétait en rien. Néanmoins, sa petite Ashley regardait souvent dehors, l'air rêveur, et passait de moins en moins de temps à la maison. La rousse rêvait d'avoir son propre petit nid. Pas quelque chose de grand ou luxueux, mais un petit chez elle. Peut-être même hors de Brooklyn, pour ne plus vivre dans la crainte que ses pouvoirs soient découverts alors que cet arrondissement était réservé aux humains banaux. Toujours était-il que la libraire n'avait pas résister à sa mère. Ses propres talents de cuisine n'étaient pas exceptionnels, alors elle n'était pas contre l'idée de manger un repas préparée par une autre.

La jeune sorcière avait bien fait. C'était absolument délicieux. Il était d'ailleurs aisé de le remarquer. Son regard émeraude brillait et un immense sourire flottait sur ses lèvres. Le repas fut engloutit rapidement, elle n'en laissa pas une miette. Sa lèvre vint pourlécher ses lèvres afin d'en récolter tout ce qui aurait put lui échapper. Pour le coup, elle ne devait rouvrir la librairie que vers quatorze heures. Il lui restait une bonne heure. Joyeuse, la demoiselle rangea ses effets et décida d'aller se balader. Le parc était magnifique à ce temps de l'année. La neige était encore d'un joli blanc enchanteur et les couples se baladaient main dans la main, près l'un de l'autre afin de préserver leur chaleur. Adorable. Ashley ressemblait à une fillette, avec son sourire enfantin et la rougeur de ses joues, sans oublier le regard étincelant. Au bout d'un moment, elle retira la tuque trop grande, autant que le reste de son accoutrement d'ailleurs, pour le ranger dans son sac. Elle secoua la tête, sa chevelure de feu la couvrant comme une couverture. La rouquine prit ensuite le temps de s'étirer et ce fut approximativement à ce moment que le drame débuta.

La demoiselle avait atteint un endroit moins fréquenté du parc, un peu plus à l'écart. Un enfant s'amusait à glisser sur des plaques de glaces, tentant quelques pirouettes plus ou moins sophistiqués pour entrainer son équilibre et sa classe. Néanmoins, il finit par mal calculer sa force. Il ne s'arrêta pas au bon moment et son pied buta contre la neige solidifiée. Le gamin tenta de rectifier le tir en cherchant à s'agripper à la branche d'un arbre, mais celle-ci céda immédiatement sous son poids et ne fit qu'amplifier sa chute. Le jeune garçon s'écrasa au sol lourdement et continua de glisser sur la fine couche de glace traitre qui couvrait toujours le sentier.

C'était horrible. Un bête accident, mais le gamin saignait. Beaucoup. Il s'était écorché à plusieurs endroits et ses vêtements s'étaient déchirés. La branche, lourde, l'avait heurté pendant sa chute. Il était impossible de connaitre l'ampleur de la blessure au niveau de l'impact. Néanmoins, vu les hurlements du petit, cela ne devait pas être très joli à voir.

Ashley n'avait même pas songé à réfléchir. L'instinct avait été plus fort que tout le reste. Au final, c'était la nature humaine de réagir ainsi, non ? La douceur et le bien-être du prochain... En fait, elle préférait ne pas se poser la question pour le moment. La réponse pouvait se montrer déprimante, dérangeante. Toujours était-il que la rouquine avait immédiatement foncé vers le gamin pour lui prêter secours. Simplement, il y avait plusieurs détails auxquels elle n'avait guère songé. Déjà, elle était pour le moment aisément reconnaissable, sans sa cape et les cheveux au vent. De plus, il faisait jour, et elle était toujours à Brooklyn. C'était ridicule d'agir ainsi dans ces conditions. Pourtant, elle n'hésita pas un instant de plus. La sorcière posa la main sur la peau de l'enfant et une douce lumière blanche se répandit contre celui-ci, passant sous ses vêtements. Il put ainsi ressentir un sentiment de chaleur bienveillante et cessa immédiatement de se plaindre, fixant son héroïne avec des yeux ronds comme des billes.

Celle-ci lui adressa un bref sourire des plus bienveillants avant de comprendre le danger que la situation pouvait représenter. Un sursaut lui échappa et elle blêmit. La guérisseuse se leva d'un bond. Elle cligna un instant des yeux, étourdie. Cette guérison l'avait fatiguée. Les blessures devaient être plus sérieuses que ce qu'elle avait imaginé. Néanmoins, elle ne pouvait pas se permettre de traîner ici plus longtemps. Saurait-il tenir sa langue ? Ashley eut un frisson de crainte et regarda nerveusement autour d'elle en se mettant à marcher rapidement. Au premier coup d'oeil, personne ne s'emblait s'être aperçu de son acte. Pour combien de temps ?

Les craintes envahissaient déjà son esprit. Sa famille serait-elle chassée du quartier par sa faute ? La demoiselle se mit à courir. La librairie. Ce serait sa meilleure cachette pour l'instant. elle s'y dirigea donc en serpentant entre les arbres, enfilant rapidement sa tuque et le capuchon de son manteau afin de dissimuler autant que possible la couleur éblouissante de sa chevelure, élément qui la rendait bien trop simple à suivre à son humble avis. La jeune femme finit par entrer dans son lieu de travail et retira rapidement ses vêtements d'extérieur, cherchant à calmer son coeur palpitant et la rougeur de ses joues.

Personne ne viendrait la chercher ici, pas vrai ?


_________________



Dernière édition par Ashley H. Colby le Lun 7 Juil - 18:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Hide and seek [PV Nyx]   Mer 11 Juin - 14:57



Hide and Seek

❝  feat. Ashley H. Colby . ❞




« Ne montre pas tes faiblesses aux gens. Car ils prendront un malin plaisir à appuyer là où sa fait mal ... »



La neige est présente et le froid règne en force. Enfin, pour les humains, la température devait paraître fraîche mais pour moi, dans la carcasse morte qui me permet cependant de pouvoir encore marcher et vivre, le froid ne me marque plus. Autant la température se voulait fraîche, douce, chaude ou glaciale, que me vêtir d'un simple pull ou débardeur me reviendrait au même car plus aucune température ne peut marquer ma peau. Seuls les rayons du soleil en possèdent ce privilège. Mais malheureusement, il m'est préférable de ne pas trop m'y exposer sous peine de brûler et partir en poussière. Malgré la lumière du soleil qui se trouvait étouffée par les nuages et la brume présente, l'envie d'aller se faire une promenade dans cette magnifique poudre blanche me démange. Être enfermé à longueur de journée, a la fâcheuse tendance de me rendre fou. Non, j'exagère ... Je n'irai pas jusqu'à être fou mais cette sensation, ce sentiment d'être enfermé comme un lion reste en permanence dans sa cage, est une sensation qui me rappelle bien trop de mauvais souvenirs. Des souvenirs lointain que je n'arrive malheureusement à oublier malgré le temps et les années écoulées ...

Collé à la fenêtre de l'appart que je partage avec Elkan, je regarde longuement l'horizon, enviant les divers humains qui se promènent et s'amusent à manier la poudreuse pour se les jeter à la figures comme tout enfants le fait pour s'amuser. L'envie de partager ce moment est là. Et à force, je finis par y céder. L'envie de piétiner cette neige est immense et de pouvoir re sentir sa fraîcheur dans mes mains d'or et déjà glacée me manque. Sans plus attendre, je par à la salle de bain et viens me prendre une bonne douche chaude, avant d'aller affronter le froid de l'extérieur. Une fois prêt, j'enfile ma veste d'automne-hiver et place également un bonnet sur le sommet de ma tête, que je recouvre également de ma capuche pour me protéger d'avantage du soleil. Pour une fois, mon allure était normale. Tellement normale, qu'il serait plus que facile, de me confondre avec un simple humain. Et pourtant, j'en suis un de bien loin. Finalement, je me permet de sortir de l'appartement, descendant calmement les quelques marches qui m'emmènent à l'entrée de la bâtisse, pour pousser la lourde porte et apercevoir ce magnifique paysage blanc de mes prunelles bleue que je protège bien vite de mes lunettes de soleil. Mes clefs rangées, je viens nicher mes mains dans les poches de ma veste et entame ma marche, sans but précis.

Le fait de voir ce paysage enneigé, me fait un bien immense et à pour effet de me rendre nostalgique. De nombreux souvenirs viennent refaire surface et en particulier ceux où je partageais ma vie aux côtés d'Erèbe mon Sire, qui se contentait de me regarder jouer dans la neige, caché dans l'ombre des arbres qui le protégeaient un peu des rayons du soleil. Et d'ailleurs, c'est à ce même instant, que je vins sentir quelque chose me toucher le dos. Curieux, je me retourne et aperçois un petit garçon, la main placée devant la bouche visiblement confus de par la boule qui avait été destinée à un ami étrangement absent.

- Pardon monsieur, je pensais que vous étiez mon copain.

Un rictus se dessine sur mes lèvres, l'expression de son visage était adorable en plus d'être amusante. Il s'excuse, mais sans même lui répondre, je me place à croupie, sortant une de mes mains de ma veste et l'inviter à s'approcher de moi d'un signe de mon index. L'hésitation était là, mais il s'approcha malgré tout, s'excusant à nouveau. Ma main vient alors saisir une bonne poigne de neige, que je moule et roule à l'intérieur de mes mains froides de façon à pouvoir former une petite boule de neige qui ne tenait pas. Le regard innocent de l'enfant me fixe intrigué. Il semblait surpris que je ne vienne pas à réussir à faire des boule de neige aussi facilement. Il en fait donc de même et me tend sa boule de neige une fois celle-ci faite. D'un sourire, je le remercie mais lui dit de garder sa boule en main. Je me fixe alors à mon odorat, essayant de capter l'odeur de son ami que je pouvais sentir sur lui.

- Tu vois le 2ème arbre à gauche ? Va discrètement vers lui. Ton ami s'y cache.
- D'accord, merci beaucoup m'sieur !

Ahlala ... L'enfance, l'innocence. Une période que je n'ai pu vivre pleinement. Perdu dans mes pensée, je regarde le petit garçon se diriger vers l'arbre en question et rigoler à plein poumon avant de jeter sa boule de neige sur son ami qui en fit de même avant de s'éloigner au pas de course. Lentement je me relève et finis par reprendre ma marche, me disant qu'il me serait préférable de ne pas encore rester trop longtemps aux rayons du soleil. Mes mains à nouveau placées dans les poches de ma vestes, je balaye les environs du regard, admirant le paysage recouvert de neige jusqu'à ce qu'une chevelure feu ne vienne attirer mon attention. Une jeune femme avec une telle chevelure, je n'en connaissais qu'une et encore, j'avais pu lui parler quelques fois mais ne la connaissait pas plus que ça. La dernière fois que je l'avais croisée, s'était en train de secourir un humain que j'avais "maltraité" à ma façon. Et encore, maltraité est un bien grand mot, car contrairement aux autres de mes confrères et consœurs, moi je ne m'étais contenté que de lui donner un poing dans le ventre. Discrètement, je me rapproche de la jeune femme et l'observe au loin, essayant de voir ce qu'elle faisait. Un enfant se trouvait à ses cotés et bizarrement, la situation ne me semblait pas si inconnue que ça. Mon aura camouflée au maximum, j'espérais qu'elle ne m'ait repéré. Mais lorsque l'enfant vint se lever et s'en aller, elle regarda de toute part, avant de finir par recouvrir sa chevelure d'une capuche et s'en aller en direction de la ville. Sans plus attendre, je viens la suivre. Non pas pour lui faire du mal, mais parce que je reconnaissais le chemin emprunté, qui était un de ceux qui menaient le plus rapidement à la librairie.

Sans me presser, je continue ma marche, projetant d'aller faire une petite randonnée dans la librairie de la jeune femme aux cheveux de feu. Elle m'avait déjà dit son prénom, mais je n'arrivais pas à m'en souvenir. Son odeur restant ancrée dans l'air, je me fie à cela pour retrouver sa trace, qui menait effectivement à la librairie. Je finis par faire face au bâtiment et sans plus attendre j'y entre, poussant la porte en bois de l'entrée qui laissa retentir une petite sonnette annonçant mon arrivée. A cet instant, personne ne se trouvait dans la bâtisse. la réception était vide et l'immense pièce était silencieuse. Seul les bruits de mes pas lents, résonnaient dans la pièce.


© disturbed


Revenir en haut Aller en bas
avatar
✤ Printemps : 20
✤ Messages : 1488
✤ Barge depuis : 18/05/2014
✤ Avatar : Karen Gillan
✤ Crédits : ( CADOW CACAHUETTE ) SWAN ( avatar ) + TUMBLR ( gifs ) + CRACKLE BONES ( Code signa ) + MODERN JESUS| portugal. the man ( MUSIQUE)


✤ Âge personnage : 21
✤ Humeur : Bisounours
✤ Profession : Libraire
✤ Philosophie : Smile, everything's gonna be alright
✤ Localisation : Salem
✤ Pouvoirs : Guérison / Boucliers / Création de blessures (nécessite de se l'infliger à elle-même ou d'avoir un contact physique avec la cible, à l'endroit désiré)

Relationship
→ citation:
relationships :
Ashley H. ColbyNain roux au syndrôme de stockholm
MessageSujet: Re: Hide and seek [PV Nyx]   Lun 7 Juil - 18:25


Hide and Seek

Feat. Nyx C. Lawrence
Un profond soupire de soulagement avait échappé à Ashley alors qu’elle pénétrait dans la sale des employés. La librairie était son sanctuaire, un lieu où personne ne pouvait li faire de mal. Pas qu’elle voyait spécialement les raisons d’actes pareils, mais, savait-on jamais, tout pouvait arriver. Néanmoins, pas ici, pas dans ce lieu doux et serein. Le regard de la rouquine se balada un instant dans la pièce avant qu’elle ne se décide à retirer ses habits d’extérieurs, suspendant son épais manteau au crochet prévu à cet effet. Elle étendit avec soin ses gants et sa tuque sur une tale afin de bien les faire sécher. La demoiselle prenait son temps. Cela lui permettait de se remettre de cette utilisation de son pouvoir.

La libraire en était à remettre de l’ordre dans sa tignasse lorsque la clochette à l’entrée retentit, signalant l’arrivée d’un client et lui arrachant un sursaut. Il fallait dire que l’arrivée de gens à cette heure était plutôt rare. Le petit commerce n’tait pas particulièrement populaire, de par son caractère de divertissement « de luxe », certains livres pouvant s’avérer commun, alors les visiteurs se concentraient plutôt dans les heures de pointes classiques. Le regard de la sorcière se posa sur l’horloge. Peut-être que certains travailleurs finissaient de manger et que l’un d’entre eux avait décidé de passer ? Allez savoir.

- J’arrive tout de suite ! s’exclama-t-elle d’une voix forte, mais claironnante. Bien que surprenante, cette simple visite la rendait joyeuse. L’idée d’avoir été suivie de lui effleura même pas l’esprit. Que de naïveté.

La demoiselle surgit donc de l’arrière boutique, arborant son plus beau sourire, et fut bien surprise de reconnaître un client avec qui elle avait eut la chance de discuter à quelques reprises. Bien que son prénom lui échappait, Ashley ne pouvait que retenir qu’il s’agissait de M. Lawrence, les noms de familles de tous les clients étant précieusement notés dans leur dossier en cas de livraison ou quelconque pépin... Enfin, n’importe quoi pouvant nécessiter une prise de note quelconque. Personnellement, la rouquine n’avait rencontré ce curieux personnage que lorsqu’elle travaillait de nuit, tant et si bien qu’elle avait finit par se demander s’il s’agissait la de l’une des nombreuses créatures nocturnes peuplant la ville, sans jamais réellement s’attarder sur la question. Pour le peu que cela pouvait changer, elle n’en voyait pour ainsi dire pas l’intérêt. Le fait qu’il était vêtu de façon à ne montrer aucun centimètre de peau aux doux rayons glacials de l’hiver ne l’interpella pas, au vu de la saison.

La sorcière appréciait l’homme, pour le peu qu’elle le connaissait. D’un physique aux premiers abords imposants, sans compter ce elle-ne-savait-quoi un brin oppressant qu’il dégageait, elle l’avait découvert moins froid qu’il n’y paraissait. Suite à une discussion sur un album de musique que M. Lawrence s’était procuré à la librairie, les deux jeunes gens s’étaient d’ailleurs trouvé quelques points communs. Il fallait aussi avouer qu’il avait tendance à éveiller sa curiosité, tant et si bien que la petite se surprenait de temps à autre à espérer la visite de ce client mystérieux. Il fallait dire qu'à part la lecture, le petit commerce n'offrait pas une tonne de passe-temps.

- Oh, bonjour, monsieur Lawrence ! Je peux vous aider ? questionna Ashley, son éternel sourire bienveillant aux lèvres. Les questions tournaient en boucle dans son esprit. Devenait-elle paranoïaque, à tout hasard ? Ce n'aurait rien de surprenant, vu toutes les rumeurs courant en ville. Enfin...

La rouquine, sans réellement détourner son attention de son unique client, commença à faire un peu de ménage sur le comptoir, déplaçant quelques livres pour les remettre sur les étagères, dans le simple but de permettre au jeune homme d'arpenter le magasin s'il en ressentait le besoin.

Seuls de petits détails permettaient de prouver son escapade récente... Sa peau, encore rougie de froid au niveau du visage, et son rythme cardiaque n'ayant pas encore eu le temps de se calmer. Sans compter sa baisse d'énergie, qui pouvait s'apercevoir dans ses jambes encore tremblantes et sa prise peu solide sur les bouquins. Mais qui pourrait bien voir ces détails sans importance ?



Spoiler:
 

_________________



Dernière édition par Ashley H. Colby le Sam 19 Juil - 5:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Hide and seek [PV Nyx]   Ven 18 Juil - 0:16



Hide and Seek

❝  feat. Ashley H. Colby . ❞




« Ne montre pas tes faiblesses aux gens. Car ils prendront un malin plaisir à appuyer là où sa fait mal ... »



Le pas de la porte franchit, la sonnette annonce mon arrivée, ce qui me laisse dans la solitude pendant quelques secondes. Les mains enfouies dans les poches de mon manteau, je relève la tête et balaye la grande librairie du regard tandis que mes oreilles captent la voix de la jeune libraire qui semblait bien occupée. Aucune réponse ne lui ai donné. Et d'ailleurs, je profite de cet instant, pour me débarrasser de ma capuche tout en gardant mon bonnet sur les cheveux. Une habitude que j'ai appris à garder avec le temps. Car de mon temps, il nous était obligatoire en temps qu'homme de débarrasser entièrement notre tête en la présence d'une femme par pure politesse et aussi galanterie. Mais ces temps sont désormais révolus ... La politesse aujourd'hui, devient une chose rare autant que les puits de pétroles et les lingots d'or. Mais heureusement, les gens polis ne se voient pas être en voie d'extinction.

Perdu un instant dans mes songe, une chaleur se rapprochant attire mon attention. Me retournant, je laisse mes prunelles bleue croiser les émeraudes de la jeune femme aux cheveux de feu. D'une voix ravie et forte agréable, elle vient à me saluer un peu comme si j'étais un ami. Sur l'instant, je reste surpris et ne répond pas dans l'immédiat. Mais alors que je compte la saluer, instinctivement, je prend mon bonnet en main et l'enlève de sur mes cheveux comme on me l'a toujours apprit. Décidément, me débarrasser de cette habitude, ce ne sera pas pour aujourd'hui. Calmement j'incline ma tête vers l'avant et laisse mon regard sourire à la place de mes lèvres droites qui s'écartent pour me laisser lui répondre.

- Bonjour madem ... Mon regard se dirige sur le badge accroché à sa poitrine. Mademoiselle Colby.

Les salutations faites, je redresse ma tête et dirige mon regard sur la grande salle déserte. L'odeur des vieux bouquins, est un plaisir immense dont je ne saurai me lasser. La lecture, l'écriture ... Deux choses primordiales qui ont su me sortir de tout tracas. Comme quoi, il nous faut parfois peu pour aller mieux.

- Je suis à la recherche d'un bon bouquin de chevet, mais je suis totalement indécis sur le sujet. Auriez-vous quelque chose à me proposer ? Mon regard se perd un instant sur le tas de papiers que mon interlocutrice semble trier nerveusement. Son attitude me laisse pantois, mais je ne démontre rien et oublie même ce détail lorsque je viens à me souvenir que j'avais deux livres à lui rendre. Oh et, maintenant que j'y pense. J'ai également deux livres à vous rendre.

Descendant les fermeture de ma veste, j'écarte un coté de mon manteau et sort ma main de la poche pour venir la plonger dans une des poches intérieurs qui contient un des deux livres. A ce même instant, je me rapproche de l'accueil derrière lequel se trouve la jeune libraire et pose le premier livre sur le bois vernis du pupitre pendant que de mon autre main, je viens chercher l'autre livre niché dans ma veste. J'en fais également de même avec le second livre et laisse ma veste retomber contre mon corps sans même me soucier de la refermer.

- Je crois que la date du rendement n'a pas encore été dépassée. Mais il est possible que je me trompe ...

Une main placée dans la poche de ma veste, je lève mon autre bras et vient le poser contre le rebord du pupitre me faisant ainsi me rapprocher un peu de mon interlocutrice. La salle malgré tout fermée, je ne peux empêcher mon odorat de vampire, de distinguer son parfum qui est fort plaisant. Cependant, une autre odeur un peu plus forte se laisse distinguer malgré la force de son parfum. Une odeur, ressemblant fortement à celle de l'anxiété ou de la nervosité. Mon regard bleu, vient se poser sur le visage de poupée au regard angélique de la jeune libraire rousse qui s'occupe rapidement de ce que j'ai rapporté. Physiquement, rien n'est démontré. Mais mon regard lui, reste parfaitement doux, lui témoignant également ma sérénité. Sa nervosité vient toutefois m'interpeler. Pourquoi est-elle ainsi ? Instinctivement, je viens regarder l'horloge que l'on peut entendre cliqueter à travers la salle silencieuse. Peut-être suis-je arrivé trop tôt, et que ma présence l'empêche de réaliser un travail important.

- Pardonnez ma curiosité, mais vous me semblez un peu nerveuse ou tendue. Je ne veux pas que ma présence vienne à vous déranger dans votre travail. Alors si vous préférez, je peux me trouver un livre seul, ce n'est pas un problème.

Ma voix se fait parfaitement calme et mon regard se fait tout autant. Le fait de savoir que ma présence puisse déranger ne vient pas pour me plaire alors autant rendre l'utile à l'agréable et la laisser vaquer à ses occupations pendant que parcours seul les rayons à la recherche d'un bon livre.

© disturbed


Revenir en haut Aller en bas
avatar
✤ Printemps : 20
✤ Messages : 1488
✤ Barge depuis : 18/05/2014
✤ Avatar : Karen Gillan
✤ Crédits : ( CADOW CACAHUETTE ) SWAN ( avatar ) + TUMBLR ( gifs ) + CRACKLE BONES ( Code signa ) + MODERN JESUS| portugal. the man ( MUSIQUE)


✤ Âge personnage : 21
✤ Humeur : Bisounours
✤ Profession : Libraire
✤ Philosophie : Smile, everything's gonna be alright
✤ Localisation : Salem
✤ Pouvoirs : Guérison / Boucliers / Création de blessures (nécessite de se l'infliger à elle-même ou d'avoir un contact physique avec la cible, à l'endroit désiré)

Relationship
→ citation:
relationships :
Ashley H. ColbyNain roux au syndrôme de stockholm
MessageSujet: Re: Hide and seek [PV Nyx]   Dim 20 Juil - 7:16

Hide and Seek

Feat. Nyx C. Lawrence
Son rythme cardiaque se calmait peu à peu. Personne ne l'avait suivi, personne n'aurait pu. Ashley était en sécurité, ici, dans son petit sanctuaire. Alors pourquoi cette inquiétude ? Pourquoi cette impression que tout pouvait déraper en quelques secondes ? Pourquoi ce petit sursaut chaque fois que Nyx prenait la parole ? Elle avait commis une erreur monumentale en ne pensant pas à se cacher avant d'aider ce petit. Enfin. Ce n'était pas le moment. Elle avait un client, nom de Dieu. La jeune femme secoua lentement la tête, tentant de reprendre ses esprits et se concentrer sur la situation actuelle. Tout allait bien. Inspirer, expirer, lentement. Voilà. Elle sourit doucement face à la salutation polie de son client. C'était aimable de sa part, bien que cela lui fit un peu étrange. Elle avait l'habitude des salutations très rapides, quand il y en avait. Les gens préféraient passer au vif du sujet. Ils n'avaient plus, en 2050, le luxe de prendre quelques secondes pour exprimer une quelconque politesse. Après tout, elle n'était que la gamine derrière le comptoir.

Dès que le jeune homme reprit la parole, la rouquine laissa les papiers de côté. Simple politesse. Un livre de chevet ? Bien, bien, il fallait simplement qu'elle sache ce qu'il aimait comme type de livre. Inutile de lui proposer de vieux Harlequins des années 2000s s'il préférait la bonne vieille science-fiction moderne. Un sourire vint finalement éclaire son visage nerveux. Quelque chose à faire pour s'occuper l'esprit et se remettre de ses émotions, enfin ! la libraire s'apprêtait à sortir de derrière le bureau afin de rapidement lui présenter les nouveautés, lorsqu'il affirma avoir deux livres à rendre. Et bien, cela feraient de bons indices pour l'aider à choisir, pas vrai ? La rouquine acquiesce donc joyeusement aux paroles du client et entreprend d'ouvrir son dossier sur l'ordinateur pendant qu'il sortait les livres de sa veste. Ce n'était pas quelque chose de commun. Il devait avoir de très grandes poches, pour pouvoir ainsi les trainer sans être gêné ! Pendant un instant, la petite observa les poches avec une certaine envie. Pour sa part, dès qu'elle devait emmener un objet, elle devait absolument sortir avec un sac. À croire que les femmes n'avaient pas besoin de poches fonctionnelles. Sur certains des pantalons de sa sœur, elles étaient même cousues, n'ayant un rôle qu'esthétique ! C'était complètement ridicule. Enfin.

Ashley n'avait pas perdu son sourire alors qu'elle passait les emprunts au scanner afin de les entrer dans la base de données. Les prunelles émeraudes, devenant peu à peu grises à cause de la plus faible luminosité des lieux, se baladèrent sur les informations désormais affichées sur l'écran. Un petit rire doux, presque enfantin, lui échappa lorsque monsieur Lawrence affirma qu'il était presque certain de ne pas avoir dépassé la date de rendement. Un petit clin d'oeil lui fit adressé.

- C'était hier. Mais vous êtes bien venu les rendre hier, pas vrai ? Vous avez simplement oublié d'en reprendre un. Un petit ton joueur accompagna ses paroles, alors que ses doigts parcouraient agilement le clavier afin de modifier cette information. Cela évitait la paperasse et les ennuis inutiles. De toute façon, pour un dollars ou deux, et une tâche sur le dossier d'un bon client, cela n'en valait clairement pas la peine. Et voilà ! Une nouveau sourire, resplendissant, et elle mit les deux livres sur un chariot, afin de les ranger plus tard.

Travailler. Ça lui faisait un bien fou, surtout dans des situations comme celles-ci. Elle parvenait enfin à se vider un peu la tête. Cette simple pensée eu néanmoins le dos merveilleux de lui rappeler la raison de sa nervosité et elle grata instinctivement sa nuque pour chasser cette sensation désagréable. À croire que l'anxiété était comme une mouche, à continuellement se faire entendre, impossible à oublier jusqu'à ce qu'elle meurt après quelques temps. Cette fois, ce sentiment ne passa pas inaperçu et Nyx lui demanda s'il la dérangeait, puisque manifestement quelque chose la troublait. Il alla même jusqu'à proposer de choisir lui-même son livre, puisqu'elle semblait avoir un travail à terminer. À cette question, Ashley sentit son visage s'empourprer de gêne.

- Oh ! N-non ! Non, voyons ! Un petit rire s'échappa de sa gorge. Ce n'est rien, je vous assure. Juste... Juste un petit quelque chose qui s'est produit pendant mon dîner. Je m'inquiète un peu, sans plus. La demoiselle frotta l'arrière de son crâne avec gêne. Mon seul boulot est de vous aider à choisir ce fameux livre. Veuillez me pardonner si j'ai pu vous faire sentir indésirable, ce n'était vraiment pas dans mon intention. finit-elle par s'excuser, la voix douce et le regard désolé.

La rouquine finit par sortir rapidement de derrière son comptoir, afin de pouvoir rapidement changer de sujet. Elle craignait les questions et avait l'impression d'en avoir trop dit. La petite mentait très mal. elle sourit de nouveau au client et l'invita à la suivre dans le rayons des nouveautés et autres livres populaires, scrutant d'un oeil connaisseur les nombreux titres qui s'y trouvaient. Elle le avait pratiquement tous lus, exceptés les types historiques, qui l'intéressaient très peu. Rapide, elle sortit deux livres, qu'elle posa sur le dessus du rayon afin qu'ils ne puissent pas tomber, puis repris sa recherche, sa petite langue pointant entre ses lèvres pour les humidifier. Elle se dandinait presque comiquement, au rythme d'une musique qui flottait dans son esprit.

- C'est deux là ressemblent beaucoup aux livres que vous venez de rendre ! Dans celui de gauche, l'ambiance est très bien transcrite, les émotions semblent réelles et on a envie de pleurer avec le personnage, de frapper ses ennemis à sa place et tout ! Par contre, il est peut-être un peu trop stressant pour lire avant de se coucher. Un petit rire vint accompagner ses paroles. De toute façon, on veut toujours la suite, alors on ne le lâche plus ! La jeune femme se redressa un peu afin d'adresser un sourire à son interlocuteur. Le deuxième est plus psychologique, on suit l'évolution mentale du personnage plutôt que les actions à proprement parler. Il ne nous laisse pas avec le gros sourire, mais il nous fait nous poser beaucoup de questions, entre autre sur la suprématie des Originels. C'est une critique, en fait, si bien que l'auteur a choisit de demeurer anonyme. Mais c'est pas mal du tout ! Nouveau sourire, un peu plus timide. C'était le genre de sujet un peu plus tabou, à New York. Néanmoins, les auteurs n'étaient pas tous Américains, pas vrai ? Il était simplement surprenant que ce livre ne soit pas passé à la censure. Enfin.

Ashley plongea son bras entre deux bouquins afin d'en atteindre un autre, plus caché... avant de brusquement le retirer dans un petit cri de surprise et de douleur. Elle venait de se couper sur l'une des pages. Ça arriva souvent. Mais bordel, pas quand il y avait un client. Elle sentit une mince goutte de sang couler sur son doigt et grogna un peu. Mauvais. Très mauvais. La petite recula vivement en se détournant un peu du client, prise de l'instinct de suçoter la plaie. Son don s'activait. Merde, merde, merde. Une fine lueur éclaira son doigt, et la sorcière pria de toutes ses forces pour que la luminosité soit entièrement cachée par sa bouche et ses joues. Une fois le phénomène terminé, elle refit face au jeune homme, les joues rouges, retirant la plaie de sa langue pour mieux l'essuyer, distraitement, sur son uniforme.

- P-pardon, ce n'était pas très professionnel... Je... J'en étais donc à... Les joues toujours rouges, la petite fuyait le regard de Nyx, craignant qu'il n'ait vu. Ses prunelles se baladait rapidement sur les titres, à la recherche de quelque chose qui pourrait rapidement démarrer une nouvelle discussion. Ce genre de truc n'arrivait vraiment qu'à elle, bon sang.


_________________

Revenir en haut Aller en bas
avatar
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Hide and seek [PV Nyx]   Dim 20 Juil - 13:39



Hide and Seek

❝  feat. Ashley H. Colby . ❞




« Ne montre pas tes faiblesses aux gens. Car ils prendront un malin plaisir à appuyer là où sa fait mal ... »



Le regard calme, je fixe ma jeune interlocutrice, qui parcours les dossiers de son ordinateurs à la recherche du document ou plutôt, de la liste qui renferme les date de rendement et d'achats des livres emprunter. Le coude posé sur le rebord du bureau en bois vernis, je passe une main dans mes longs cheveux blonds et les tire en arrière pour les laisser retomber à leur guise devant mon visage et de chaques cotés. C'est alors que mademoiselle Colby se mit à rire, ce qui vint attirer ma curiosité. J'aurai dû les ramener hier. Et bien bravo ... Moi qui pensait être très à cheval sur les dates, je me rend compte que j'ai encore beaucoup à travailler là-dessus. Légèrement gêné, je me redresse et quitte le bureau vernis pour me frotter le coté du cou, signe instinctif que j'exécute lors d'un sentiment de gêne.

- Ah et bien, je suis désolé. J'étais certain qu'il y avait encore au moins deux jours devant moi. Mais j'ai dû rêver ... Décidément, vieillir ne me convient pas ! Lui dis avec ironie.

Elle décide toutefois de passer par-dessus ce détail et me fait comprendre qu'elle jouera à l'aveugle, en notant que ma venue datait de hier et qu'un oubli de ma part m'avait forcé à revenir aujourd'hui. Ce geste fût très touchant mais à la fois très professionnel. Pour la remercier, j'incline ma tête vers l'avant et laisse mon regard lui sourire sincèrement tandis que mes lèvres elles, s'écartèrent pour me laisser lui parler.

- Et bien ... je vous remercie. Mais vous ne devriez pas me faire une fleur. Je ne suis pas un client différent des autres, mes fautes devraient donc être punissable. Un clin d'oeil lui est accordé, tandis que ma main vient fouiller dans la poche arrière de mon pantalon, prenant mon porte-monnaie que j'ouvre et duquel je sors un billet de cinq dollars que je lui tend. Même si vous avez tenu à ignorer ma faute, je ne peux repartir sans vous payer et faire comme si de rien était. Alors tenez, c'est pour vous. Voyez ça ... comme un cadeau de ma part. Un nouveau clin d'oeil lui est donné, sans pour autant que mes lèvres viennent à sourire. Et on ne conteste pas. J'insiste !

D'un regard transperçant presque hypnotisant, je la fixe avec sérieux tout en posant le billet sur le bureau pendant que mon autre main vient ranger mon porte monnaie dans ma poche. Après tout, il était rare de voir des personnes comme cette jeune fille, qui en plus de faire preuve d'un professionnalisme immense, se voit gentille, agréable et parfaitement souriante. La plupart des vendeurs et vendeuses que je croise, tirent des gueules de trois kilomètres et se comportent comme si leur vie était au bout du roulot. Enfin, si le client en lui-même est d'un tempérament dépressif, voir certains vendeurs actuels, les amèneraient rapidement au suicide. Ce qui n'est pas le cas de cette chère libraire qui reste aussi lumineuse que sa chevelure feu brillant à la lumière. Cependant, même si son sourire ne souhaite quitter ses lèvres et sa bonne humeur remplir son âme, une énergie ou plutôt, une odeur ressemblant à celle du stress ou de la nervosité vient caresser mes sens aiguisés de vampire endormis. Je ne peux d'ailleurs m'empêcher de lui faire par de mon impression et d'essayer de la détendre à ma façon même si au vu de ses grands yeux verts qui s'écarquillent, je peux en conclure que ma proposition est refusée.

La réponse m'est très vite donnée et une nouvelle fois, je ne peux empêcher mon regard de sourire, aucunement surpris par son refus. Une nouvelle fois, elle fait preuve d'un professionnalisme immense. Une chose qui ne cesse de me surprendre mais qui me plaît énormément. Tandis qu'elle quitte son bureau pour passer devant moi et m'emmener me promener dans quelques rayons, je la suis sans rien dire, levant les yeux et parcourant certains rayons du regard essayant de repérer un titre accrocheur au dos d'un livre. Pendant ce temps, la jeune libraire rousse parcours elle aussi les rayons, à la recherche de deux livres de chevets qui sauraient attirer mon attention. La laissant chercher, je glisse de temps à autre mon doigt entre les livres, en retirant quelques uns que je prend et commence à lire le résumé. Mais la voix cristalline et énergique de mon interlocutrice attire mon attention, ce qui me fais poser le livre que j'ai en main et venir vers elle pour apercevoir deux livres posés sur le bord de l'étagère.

Avec très grande attention, je bois ses explications et ne peux qu'apprécier ses récits qui se veulent plus qu'intéressants. Le deuxième récit eut toutefois l'effet de me faire apparaître un rictus. Très discret voir presque invisible certes, mais il est bien là. Un livre, parlant majoritairement des Originels. Comment ne pas être intéressé par un tel bouquin ? Sans rien démontrer, je l'écoute et me permet de prendre le livre en question pour le retourner et commencé à lire le résumé. Celui-ci m'est fort intéressant et de plus, sans doute que grâce à lui, j'en apprendrai d'avantage sur mes confrères qui ne souhaitent que faire le mal autours d'eux. Peut-être même, que ce bouquin me fera comprendre certaines choses d'eux. Comme leur mode de vie en clan, leur lieu d'habitat, leur QG ou encore, leur réelle intention. S'était sûr, ce livre allait faire partie de la liste. Mais qu'en est-il du premier ? L'explication donnée par la jeune libraire me paru elle aussi forte intéressante. Mais bizarrement, le déclic ne se fit pas comme avec le deuxième.

Prenant toutefois le livre pour y lire le résumé écrit au dos, mon interlocutrice profita de mon moment d'inattention pour plonger sa main vers d'autres bouquin, sûrement dans l'espoir dans trouver d'autres qui sauront plus me satisfaire. Mais alors que je reste concentré sur la lecture, une odeur forte connaissable et malheureusement délicieuse vint me caresser les narines. Immédiatement, je peux sentir mes canines encore non présente appuyer dans ma mâchoire ce qui me provoqua une douleur que je contiens malgré tout. C'est alors que mon regard bleuté croisa la vue du sang qui sortait de son doigt écorché. Visiblement confuse mais à la fois immensément stressée par cette blessure née, la jeune rouquine retire sa main avec rapidité et vient me tourner le dos pour faire je ne sais quoi. Sans doute pour se lécher le doigt discrètement. Mais avant même qu'elle n'ait eu le temps de se tourner, je pu apercevoir une lueur vive briller au niveau de sa plaie. Intrigué, je ne démontre toutefois rien, essayant tant bien que mal de contenir mes pulsions animales qui ne demandaient qu'à être mises en avant après une telle tentation. Peu à peu, malgré la lutte incontestable que je mène contre l'animal qui vit en mes entrailles, mes crocs commencent à se dessiner dans ma mâchoire ce qui ne vient pas à me ravir.

Malgré ma lutte intérieure, mon visage reste de marbre tout comme mon corps qui sent toutefois ses muscles se contracter et se décontracter tels les battements du coeur d'un humain venant de terminer une course. La bête se réveille mais mes longues années m'ont appris à la maîtriser. Mes pupilles sans doute plus vives, j'évite de regarder mon interlocutrice et commence à feuilleter le livre que je tenais dans mes mains. Mais par chance, l'odeur du sang chaud vient à se dissiper, pour ensuite disparaître totalement ce qui vient à faire disparaître la naissance de mes canines et à calmer mes articulations jusqu'à maintenant cachées par mon long manteau noir. Mes iris reprennent leur couleurs initiales et à ce même instant, la jeune libraire se retourne, essuyant son doigt à son pull avec gêne tout en s'excusant. Je relève alors les yeux et ferme le bouquin pour lui répondre avec ironie, histoire de la rassurer.

- Ne vous inquiétez pas. Et puis, comme on dit, c'est le métier qui rentre.

Je pose le premier livre et refais face à ma jeune interlocutrice rousse qui me sourit de ses lèvres fines et me fixe de ses grands yeux verts.

- Pour l'instant, j'avoue avoir eu un grand déclic pour le deuxième livre dont vous m'avez parlé. Celui qui parle des Originels. Il me semble fort intéressant. Et même bien plus que ça encore. Mais je ne suis malheureusement pas très convaincu pour le premier ... Une nouvelle fois, je parcours le rayon du regard et re dirige mon attention sur mademoiselle Colby. Je suis désolé, je sais que je suis difficile en matière de livre. Mais si ça peu vous aider, j'aime beaucoup les romans policiers ou les histoires d'énigmes.

Dans le style DaVinci Code, là j'avais été servit en matière d'énigme. Pour l'instant, il reste le meilleur livre que j'ai lu, mais une fois qu'il est lu, il me faut un moment avant de me remettre à le lire. Varier est une chose que j'aime faire. Et puis, on est rat de bibliothèque ou on ne l'est pas ! Tout ce que j'espère, c'est que je ne monopolise pas le temps et l'énergie de ma chère libraire inutilement. Certes, pour le moment je suis le seul client à être ici, mais sans doute a-t'elle bien d'autres choses à faire dans son bureau que de s'occuper d'un vieillard comme moi. Ou plutôt, d'un fossile ...


© disturbed


Revenir en haut Aller en bas
avatar
✤ Printemps : 20
✤ Messages : 1488
✤ Barge depuis : 18/05/2014
✤ Avatar : Karen Gillan
✤ Crédits : ( CADOW CACAHUETTE ) SWAN ( avatar ) + TUMBLR ( gifs ) + CRACKLE BONES ( Code signa ) + MODERN JESUS| portugal. the man ( MUSIQUE)


✤ Âge personnage : 21
✤ Humeur : Bisounours
✤ Profession : Libraire
✤ Philosophie : Smile, everything's gonna be alright
✤ Localisation : Salem
✤ Pouvoirs : Guérison / Boucliers / Création de blessures (nécessite de se l'infliger à elle-même ou d'avoir un contact physique avec la cible, à l'endroit désiré)

Relationship
→ citation:
relationships :
Ashley H. ColbyNain roux au syndrôme de stockholm
MessageSujet: Re: Hide and seek [PV Nyx]   Mar 22 Juil - 20:35


Hide and Seek

Feat. Nyx C. Lawrence
Ashley adressa un nouveau sourire timide à son client. Pendant une demi-seconde, elle était certaine d'avoir vu une forme cylindrique dans sa mâchoire, et son regard briller. Était-elle donc devenue folle ? La rousse secoua vivement la tête, faisant voler sa chevelure de feu dans tous les sens, avant de porter son regard sur les nombreux titres du rayon. Pour une raison qui lui échappait toujours, sa magie s'excitait. Il ne manquait plus que cela. Pourquoi ? Calme-toi. La demoiselle posa les yeux sur sa bouteille d'eau, sur le comptoir. L'eau s'y agitait seule sous l'effet de la magie devenant incontrôlable. La dernière fois qu'elle s'était sentie si instable, c'était pour sortir un gamin des flammes. Le danger et l'adrénaline ne faisaient pas bon ménage chez la libraire. Pourtant, elle ne ressentait présentement aucun des deux.

- Ne vous inquiétez pas, je ne vous trouve pas du tout difficile. Nous avons pratiquement les mêmes goûts. Nouveau sourire. Pour cacher son trouble, cette fois.

Alors qu'elle cherchait à contrôler cette effervescence, la sorcière vit le monde tanguer devant ses yeux. Elle vit le sol se rapprocher dangereusement et eu à peine le temps de s'agripper au rayon avant le rencontrer durement, évitant de peu le choc douloureux. Un petit soupire lui échappa et la petite se redressa, passant une main dans son visage. Elle avait sous-estimé le contrecoup de la sur-utilisation de son don pendant le dîner. Maintenant, le simple fait de soigner une petite coupure la mettait dans un sale état. Se doutant de l'inquiétude de M. Lawrence, Ashley lui adressa un timide sourire, le visage plus blême.

- Pardonnez-moi, un... un petit inconfort. Je vais devoir m'assoir un peu. murmura-t-elle, passant une main dans ses cheveux. Malgré le manque total de professionnalisme que cela pouvait occasionner, la demoiselle se hissa avec l'agilité de l'habitude sur le rayon, prenant un bref instant pour souffler. Elle était bien tentée de lui demander sa bouteille d'eau, mais la sorcière craignait de ne pouvoir s'empêcher d'en faire gigoter le liquide par la magie du Saint Esprit. Un livre d'énigmes, donc... souffla-t-elle à voix basse.

DaVinci Code. Une petite perle des années 2000s, avec ses suites. Même le film avait été excellent. À l'époque, cela méritait d'être précisé. La jeune femme ferma les yeux, un peu secouée, avant de soupirer et de les rouvrir. Le monde se stabilisait un peu, mais elle semblait toujours aussi blême. Ses genoux en tremblaient. Elle prit le billet de cinq dollars que le jeune homme lui avait donné plus tôt, que la libraire avait finit par accepté, et joua nerveusement avec, afin de se calmer. S'occuper les mains. Se concentrer sur autre chose. Heureusement, l'employée connaissait les rayons comme le fond de sa poche.

- À votre droite, il devrait y avoir un livre titré "The symbolic murderer". Il s'agit d'un meurtrier en mal de vivre qui souhaite mourir de façon exceptionnelle. Sur chacune des scènes de crimes, il laisse un symbole, une métaphore, pour donner un indice sur sa personne... Mais rien d'autres. Pas d'empreintes, de cheveux, nada, propre comme un sous neuf. On suit parfois la mentalité du meurtrier pendant quelques pages, ce qui fait tout le charme, je trouve. Il y a encore une histoire de races, de corruption parmi les... les hautes-sphères aux longs crocs, comme ils les appellent. La jeune femme eut un petit sourire faiblard. Parler aussi longtemps dans cet état n'avait pas été l'une de ses meilleures idées du jour. Quoique, vu les problèmes qui s'enchainaient, elle se permit d'en douter.

La rouquine finit par descendre de son perchoir, rangeant le billet dans sa poche. Ses jambes tremblaient toujours, en équilibre précaire, mais au moins le monde avait cessé de danser sous ses prunelles. Un bon avancement. Ashley prit un solide appuie sur le rayon, en sortant un nouveau bouquin. Bon. Il lui avait dit qu'il n'en cherchait qu'un, à la base, mais il n'y avait rien de mal à le corrompre pour qu'il en demande plus, pas vrai ? Un petit rire lui échappa à cette pensée, et elle sentit ses muscles se détendre légèrement. Bien, bien. Beaucoup mieux.

- Un explorateur qui doit résoudre des énigmes pour retrouver des artéfacts. Ce n'est pas mon préféré sur le fond, je l'avoue, l'auteur élève les créatures au niveau des Dieux parfaits et les humains au rang des fourmis... Peut-être que l'auteur n'était pas humain, justement. Ce serait bien plausible. Mais les énigmes sont bien pensées. On s'amuse à tenter de les résoudre en même temps que le personnage principal.

Ashley posa le livre sur l'étagère. Ces affirmations avaient été risquées et elle avait dû peser ses mots. Parler en mal des Originels, surtout à New-York, était toujours... un sport extrême. Elle passa de nouveau une main dans ses cheveux, avant que son regard ne se porte vers la fenêtre... et le gamin derrière, qui la fixait avec des yeux ronds comme des billes. Le gamin, celui que la jeune femme avait soigné pas plus tard qu'il y avait une heure. Dans sa petite main menue, il serrait celle de sa mère, qui regarda la libraire avec curiosité, intriguée par la réaction de son fils. Ce dernier pointa la rouquine, et ses lèvres articulèrent clairement "C'est elle, maman!".

La réaction de la demoiselle fut instantanée, instinctive, et... ridicule. Elle se contenta de brusquement se laisser tomber au sol, fesses premières, comme une criminelle prise en flagrant délire. Dire qu'elle n'était toujours pas dans son assiette.... La petite serre sa tête entre ses doigts et déglutit nerveusement. Comment paraître parfaitement innocente avec Ashley Harmony Colby, en trois étapes faciles. Résultat garanti ! Ashley lança un regard timide à son client. Et merde. Rattrapons la bourde. Elle lui adressa un sourire des plus innocent, comme si de rien n'était.

- Vous voulez un papier avec les dates de rendement, pour ne pas oublier ? fit-elle simplement, toujours blottie au sol, comme une gamine. Un petit toussotement lui échappa. Elle était toujours aussi épuisée et songeait même sérieusement à fermer juste après son départ, pour se reposer. Vous... Vous me préviendriez lorsque la femme et l'enfant derrière la vitrine seront partis ?


_________________

Revenir en haut Aller en bas
avatar
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Hide and seek [PV Nyx]   Sam 26 Juil - 21:17



Hide and Seek

❝  feat. Ashley H. Colby . ❞




« Ne montre pas tes faiblesses aux gens. Car ils prendront un malin plaisir à appuyer là où sa fait mal ... »



Cette lueur, je la reconnais. A chaque fois que j'ai croisé cette jeune femme, elle était là, en train de briller proche d'une tierce personne. Cet agissement aussi soudain, qui fût de se tourner et de se cacher comme si elle tenait pertinemment à camoufler quelque chose, ne vint pas passer inaperçu. Après tout, qui aurait pu ignorer cet agissement malgré son réalisme ? Observateur, je l'ai toujours été et mes longues années d'armée m'ont appris et forcé à le devenir d'avantage. Cependant, ces longues années m'ont également enseigné les réelles valeurs du silence. Et c'est pourquoi, à de nombreuses reprises je me suis contenté et me contente de rester silencieux. Car après tout, quel est l'intérêt de dire des bêtises quand on peut se taire ?

Calmement, je regarde ses deux yeux émeraudes et aperçois son sourire qui laisse mon regard sourire à la place de mes lèvres immobiles. Je me laisse alors boire ses mots et laisse mes prunelles bleues sourire une seconde fois, ravi d'apprendre que mes goûts n'étaient pas aussi démodés. Tout à coup, alors que je me contente de la suivre tout en regardant de divers livres exposés, je vois le corps de la jeune libraire tanguer et basculer de droite à gauche pour finir par s'agrippe à un des rayons pour éviter une éventuelle chute. Cette attitude si soudaine, vint piquer ma curiosité mais également mon inquiétude. Elle s'excuse et vient cherche un siège ou un quelconque objets bas sur lequel elle pourrait s'asseoir. Intrigué, je ne pense même pas à lui répondre et me met à regarder la pièce, à la recherche d'un éventuel objet sur lequel la jeune rouquine puisse se poser histoire de récupérer. Mais malgré son mal être présent, la recherche se poursuit ce qui me démontre une fois de plus, un très grand niveau de professionnalisme. Ce qui vient d'ailleurs grandement me surprendre ...

- Ecoutez, je vois que ça ne va pas alors allez seulement vous asseoir et vous reposer. Je ne tiens pas à ce que soudainement vous veniez à perdre connaissance et vous faire mal.

Mes mots se veulent rassurants, mais malgré leur bonne attention, l'ignorance fût première la faisant ainsi poursuivre les recherches. Un livre vient alors occuper son regard émeraude, ce qui la fait le saisir et me le montrer tout en m'expliquant clairement son histoire. Une histoire et un but captivant pour un personnages à l'aspect fascinant. Mon esprit se perd un instant dans la réflexion, mais cela ne dura pas bien longtemps car très vite mon attention se trouve accrochée à la jeune libraire qui, fébrile et encore visiblement mal en point, se met à monter quelques marches de l'échelle pour venir prendre un livre placé plus en hauteur. Ma première réaction, fût de la suivre du regard tout en serrant les dents et espérant qu'elle ne perde pas connaissance maintenant. Mais finalement, j'eu plus de peur que de mal.

Redescendant les marches, elle me tend un deuxième livre et m'explique une nouvelle fois son contexte ainsi que certains points importants qui attirèrent une nouvelle fois mon attention : "élever les créatures au niveau des Dieux et les humains à celle d'une fourmis". Une pensée, typique Originel ... Elle ne l'a pas dit directement et n'a pas dit de choses spécifiques d'elle-même qui me ferait comprendre ça. Mais à ces dernières paroles, je ne pu m'empêcher de penser à cela. Les Originels, les êtres immortels qui représentent le machiavélisme et la cruauté dans toute leur splendeur ... Et pourtant, quand je pense que j'en suis devenu un. Peut-être que cette soif de cruauté m'habite, mais si c'est le cas, elle doit être enfouie très profondément pour que je vienne à ne point la sentir me brûler les entrailles. Envie de tuer ? Bien sûr qu'il m'arrive de sentir cela ... Mais seulement envers mes semblables. Étrange non ?

Mes pensées vagabondant dans le grand labyrinthe que forme mon esprit, je me laisse sursauter lorsque j'aperçois mon interlocutrice tomber au sol avec stupeur, fixant la fenêtre comme si elle venait d'apercevoir un monstre ou je ne sais quelle créatures horribles à regarder. Un mouvement de recule la prit puis son visage vient à être prit dans ses mains avant même qu'elle ne finisse par reporter son attention sur moi, faisant comme si de rien était. Comme à mon habitude, sur l'instant, aucune paroles ne sortit de ma gorge. Toutefois, mon regard se veut interrogateur et même si les questions ne sont pas posées de part ma voix, celles-ci sont présentes dans mes prunelles qui la fixe avec insistance même si ses deux émeraudes, se veulent calmes et rassurantes. Du moins, elles veulent paraître ainsi. Mais l'odeur de l'inquiétude ne peut être cachée.

- Oui, volontiers. Répondis-je simplement à sa première question.

Je relève alors les yeux et vois une femme ainsi qu'un enfant rester figés devant la vitrine. Mes yeux glace, viennent transpercer les deux globes bruns de la femme qui semble soudainement tendue ou effrayée. L'enfant lui, semble parfaitement calme. Il semble même insister en tirant la main de sa mère, pour pouvoir entrer dans la librairie mais celle-ci le retiens et le tire vers elle avec virulence tout en refusant sa demande. La mine boudeuse, l'enfant dirige à son tour les yeux vers la vitre et me regarde à son tour. Mais après quelques bonnes secondes, la mère décide de s'en aller, tirant l'enfant par la main afin de l'inviter à la suivre. Chose qu'il fit, sans pour autant s'abstenir de rechigner. Le regard fixe, je suis la femme du regard et finis par relâcher la "pression" lorsque le mur de la bâtisse vient la séparer de mon champs de vision.

Mon attention se tourne alors sur la jeune libraire, que j'aide à se relever en tendant ma main et en saisissant la sienne afin de la tirer délicatement, ce qui la fera par ailleurs sentir la froideur de ma peau.

- Ils sont partis. Lui dis-je calmement. Mais dites-moi, pourquoi cherchez-vous à vous cacher ? Mes yeux se ferment un instant, laissant un profond soupir sortir de ma gorge avant de reprendre ce dont j'avais commencé. Je vous ai vue dans le parc plus tôt. Car j'y étais moi aussi.

Sans rien rajouter, je prend le second livre présenté et le place derrière le premier, prêt à les prendre pour pouvoir y parcourir leur pages une fois à la maison. Mon regard transperce le sien avec sérieux, laissant le sourire qui s'y trouvait encore à l'intérieur disparaître, ce qui ne fait que rendre mon regard encore plus appuyé.

- Rassurez-vous, je ne vous ai pas suivi pour une quelconque raison si c'est la question que vous vous posez. Je suis passé par ce parc, car mon attention était de venir vous rendre les livres. Et plutôt que de traverser la ville, je passe par le parc qui est un bon raccourci. Vous voir dans ce parc, n'a été que le fruit du hasard ...

© disturbed


Revenir en haut Aller en bas
avatar
✤ Printemps : 20
✤ Messages : 1488
✤ Barge depuis : 18/05/2014
✤ Avatar : Karen Gillan
✤ Crédits : ( CADOW CACAHUETTE ) SWAN ( avatar ) + TUMBLR ( gifs ) + CRACKLE BONES ( Code signa ) + MODERN JESUS| portugal. the man ( MUSIQUE)


✤ Âge personnage : 21
✤ Humeur : Bisounours
✤ Profession : Libraire
✤ Philosophie : Smile, everything's gonna be alright
✤ Localisation : Salem
✤ Pouvoirs : Guérison / Boucliers / Création de blessures (nécessite de se l'infliger à elle-même ou d'avoir un contact physique avec la cible, à l'endroit désiré)

Relationship
→ citation:
relationships :
Ashley H. ColbyNain roux au syndrôme de stockholm
MessageSujet: Re: Hide and seek [PV Nyx]   Sam 30 Aoû - 1:20


Hide and Seek

Feat. Nyx C. Lawrence
Ashley ne savait plus où se mettre. Non seulement elle avait réagit sans réellement réfléchir, se retrouvant les fesses collées au sol sans même avoir le temps de dire ouf, mais en plus la rouquine devait désormais trouver une raison valable à la fois à cet acte étrange et à sa demande de surveillance. Comment ferait-elle ? Elle avait beau retourné la question dans tous les sens, aucune explication raisonnable et plausible ne lui venait en tête. Perdue dans sa recherche d'idée miraculeuse, entendant à peine la réponse de son client face à sa proposition, la petite laissa promener son regard sur le visage de celui-ci. Il semblait fixer avec insistance l'une des deux sources d'inquiétudes et quelque chose au fond de ses prunelles fit frissonner la rousse. Impossible d'expliquer cette sensation, comme si... Enfin. Il valait mieux ne pas se poser trop de questions sur le sujet. Les réponses risquaient de ne pas être particulièrement plaisantes.

Les minutes qui s'écoulèrent furent longues. Vraiment. Et, outre le malaise constant dû à ces drôles de réactions, la sorcière ne se sentait pas bien et commençait à comprendre pourquoi son don semblait déraper. Elle avait des nausées. Il importe d'expliquer ici que le système immunitaire d'Ashley a toujours été bien solide, secondé par son affinité avec les pouvoirs de guérisons. Le moindre microbe était éliminé alors même qu'il pénétrait dans son système. C'était plutôt pratique. Néanmoins, du moment que la jeune femme attrapait le moindre petit virus, par exemple un rhume, c'était la catastrophe. Puisqu'elle ne parvenait pas à contrôler convenablement sa magie, celle-ci s'emballait, ayant un peu le même type de réaction que certains système face au pollen par exemple, ce qui chez les gens normaux provoquaient des allergies. Chez elle... C'était plus complexe. Ses pouvoirs étaient constamment à l'œuvre afin de chasser le vilain virus qui menaçait de la tuer... ou de lui arracher un éternuement. Allez tentez de leurs expliquer cela.

Tout cela pour dire que la rouquine commençait à comprendre pourquoi elle se trouvait dans cet état. Était-ce un élément du dîner, était-ce un coup de froid, était-ce un microbe quelconque, il était assez difficile de le définir. Toujours était-il que cela n'allait pas et que, combiner à sa prouesse de plus tôt, elle fatiguait. Au moins, la raison de tout cela s'éclaircissait légèrement. La demoiselle s'humidifia les lèvres lorsque son client lui affirma que la mère et son fils avaient bel et bien finis par partir. Elle prit avec délicatesse la main qui lui était tendue, ne retenant pas un léger sursaut au contact de leurs peaux. Elle était si froide. N'osant pas passer de commentaire, la petite s'aida de cette poigne afin de se relever, grimaçant légèrement sous l'effort. Ses prunelles semblaient légèrement absente alors que la sorcière tentait - en vain - de calmer sa magie. Quitte à subir les nausées.

La question tant redoutée fut finalement posée par Mr Lawrence. Pourquoi se cacher ? Comment lui expliquer sans se trahir, sans ruiner tous ses efforts, sans le mêler à toute cette histoire ? Ashley entrouvrit les lèvres pour bredouiller une réponse sans grand sens, mais demeura bêtement sans parole, tel un poisson rouge hors de son bocal, pendant ces quelques secondes de silence, simplement rompu par le profond soupir de l'homme. Elle l'énervait, sans le moindre doute, mais ne parvenait pas à faire autrement. Puis, il reprit la parole, et ce fut la panique. Il savait. Il l'avait vu. Elle était foutue.

La rousse écarquilla un peu les yeux et sentit le peu de couleur qui lui restaient quitter son visage. Elle ne doutait pas de la bonne volonté, ni même de la bonté, de son client. Il le lui avait montré à plusieurs reprises. Néanmoins, une sorcière n'avait rien à faire à Brooklyn et s'il décidait d'en parler aux autorités, elle était foutue. Pourtant, ce n'était même pas pour elle-même que ses pensées s'enflammaient. Sa mère. Sa sœur. ...Son père ? Pourrait-il les retrouver, si sa famille venait à déménager ? Et puis les Originels.... Que feraient-ils ? Ils risquaient de se servir d'elles comme d'exemples. Un petit gémissement plaintif échappa à la demoiselle, qui ne se demanda pas vraiment pourquoi l'homme ne lui en avait pas parlé plus tôt, s'il était au courant. Puis il s'expliqua.

Un profond soupir de soulagement échappa à la guérisseuse, qui se remit à respirer avant même de s'apercevoir qu'elle s'était arrêtée de le faire. Elle appuya un peu son dos contre un rayon, serrant contre sa poitrine les livres qui n'avaient pas sût attirer suffisamment l'attention du client pour sortir de ces quatre murs. L'une des mains délicates vint passer dans son visage, comme pour lui permettre de se ressaisir. Il ne lui voulait aucun mal. C'était évident, idiote.

- Je... Je vois... finit-elle par souffler, le ton fatigué. Vous... Vous me promettez de garder le secret ? Je serais même prête à vous donner ces livres, à vous payer, à vous rendre service, à commander n'importe quel titre, à allez nettoyer gratuitement votre maison, toiletter votre chien, même faire un truc illégal...! Bon. Peut-être pas, non plus. Se retirer du pétrin pour mieux mettre les pieds dedans, ce n'était pas spécialement la meilleure des idées.

La libraire passa nerveusement les doigts dans sa chevelure de feu avant de marcher d'un pas rapide vers le comptoir, l'appui sur ses jambes toujours aussi précaire. Trop de réflexions en même temps. Elle n'y parviendrait pas. Un brin plus calme, la demoiselle passa derrière l'ordinateur, adressant un sourire un peu mou à son client avant de s’asseoir sur le tabouret. Ce simple geste l'aida à se détendre, comme une routine qui vous rappelle que le monde continue à tourner et que certains détails peuvent demeurer constants. Prendre la carte de membre de l'homme. Frôler ses doigts glacés. Scanner les livres pour les inscrire à son dossier. Se rapeler ce regard presque terrifiant plus tôt. Lui adresser un doux sourire avant d'inscrire la date de rendement sur deux post-it différents, un pour chaque roman. Tenter de se souvenir sa réaction lorsqu'elle s'était coupée. Devenir parano.

- E-et voilà... fit-elle, inspectant rapidement pour s'assurer de n'avoir rien oublier. Ashley demeura un instant silencieuse, laissant un silence un brin gêné s'installer. Désolée pour... pour l'instant de panique. Vous... vous comprendrez que... si ça se savait... Un petit regard empli d'inquiétude lui fut adressé. Elle préférait clairement éviter d'y songer. Je peux compter sur vous ?

La demoiselle approcha son verre d'eau de ses lèvres, remarquant que celle-ci s'agitait toujours d'elle-même. Elle demanderait à quelqu'un de venir la chercher, afin d'éviter d'autres événements qui pourraient gâcher tous ses efforts pour conserver son secret... secret. Elle laissa une douce gorgée fraîche descendre le long de sa gorge, avant de se hâter de changer de sujet, reprenant son ton qui faisait penser aux mères inquiètes pour leurs enfants.

- Au fait... Votre peau est glacée... Vous allez bien ? Vous êtes bien couverts, pourtant... J'ai peut-être une bouillotte dans l'arrière boutique... C'est bien ça. Concentre-toi sur ce que tu fais de mieux. T'inquiéter pour les autres.


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Hide and seek [PV Nyx]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Hide and seek [PV Nyx]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Hide & Seek {Kyle}
» no time to play hide and seek. (ft. fleur)
» hide and seek.
» IV,1 - hide and seek (gargaria)
» Japan Expo 16 du 2 au 5 juillet 2015

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
You ain't born typical :: CORBEILLE :: Children Of cain :: Corbeille RPG-