FERMETURE DU FORUM ► Pour en savoir plus c'est ICI

Partagez | 
 

 Trick or Treat (Megaric)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
InvitéInvité
MessageSujet: Trick or Treat (Megaric)   Sam 28 Juin - 0:06

❝ Trick or Treat ❞


Dès l’instant où elle l’avait vu pour la première fois, elle avait senti qu’Hades serait un problème. Elle l’avait senti d’autant plus lorsqu’elle avait appris la véritable nature de leur lien de parenté. Un frère jumeau. Ca, c’était mauvais. Très mauvais. Car qui pouvait mieux connaître Megara que lui ? L’ancienne Megara. Et étant donné qu’ils partageaient un appartement, elle l’avait sans cesse sur le dos. Il s’avérait que se faire passer pour une autre était bien plus compliqué qu’elle ne l’avait cru au départ, d’autant plus que plus elle apprenait à la connaître, plus elle découvrait que cette fille et elle n’avaient absolument rien de commun. Elle l’aurait très probablement détestée si elle avait pu la rencontrer. A la place, elle occupait son corps, devait vivre sa vie, vivre avec ce frère qui n’était pas le sien. C’était un combat de tous les instants pour lui dissimuler non seulement le fait qu’elle n’était qu’une usurpatrice, mais en plus sa véritable nature de sorcière. Et elle commençait à en avoir assez. La seule chose qui l’avait empêchée de se débarrasser de lui pour le moment était le fait qu’il semblait, pour une mystérieuse raison, furieux contre elle. Il l’évitait tant qu’il le pouvait, ce qui secrètement arrangeait bien la jeune femme. Néanmoins, elle s’était préparée à user de magie s’il le fallait pour le mettre hors d’état de nuire s’il se mettait à lui poser le moindre problème.

Mais quelque chose d’autre, de bien plus sérieux l’avait détournée de cette préoccupation : la perte de son pouvoir personnel. Lorsqu’elle l’avait découvert, ç’avait été une véritable catastrophe. D’un coup, elle s’était sentie terriblement démunie, comme amputée d’un membre. Elle n’avait pas le choix. Elle devait le récupérer. Elle voulait le récupérer. Malheureusement, ce n’était pas si simple. D’autant qu’elle sache, un cas comme le sien ne s’était encore jamais produit auparavant. Sa condition était sans doute intrinsèquement liée à ce pouvoir. Elle était toujours sorcière, ce qui signifiait qu’il devait toujours être là, enfoui. Du moins, elle l’espérait.
Il existait de nombreux sorts permettant à un sorcier d’augmenter ou de récupérer ses pouvoirs. Et sans savoir ce dont elle avait besoin exactement, elle avait le sentiment de chercher une aiguille dans une botte de foin. Alors, elle avait essayé, en commençant par les plus simples. Aucun de ceux-ci n’avaient fonctionné, comme elle s’en doutait. Il lui fallait frapper fort si elle voulait des résultats. Les rituels qu’elle visait n’étaient pas ragoûtants, mais rien dont elle n’ait l’habitude. Le problème venait des ingrédients. A la Nouvelle-Orléans, il ne lui aurait fallu que quelques jours pour les dénicher auprès de fournisseurs très particuliers. Mais à New York, tout était différent. Les règles étaient différentes, et la tâche bien plus ardue que prévu.

Il lui fallut pratiquement deux semaines d’intenses recherches pour rencontrer quelqu’un de fiable, qui pourrait éventuellement l’aider. Elle avait décroché un rendez-vous dans un bar miteux du Bronx qui semblait être un coupe-gorge. Mais il en fallait bien plus pour la décourager. Elle ne tarda à repérer son informateur et s’assit directement face à lui. Pour son bien, il avait intérêt à être des plus sérieux. Et il sembla l’être. Grâce à une petite poudre habilement placée dans sa boisson, elle put le convaincre de la laisser payer seulement à la livraison. Hors de question de se laisser avoir, elle était loin d’être une débutante à ce petit jeu là. Ce qu’elle voulait était simple. « J’ai besoin d’un foie. Humain, évidemment. Le plus jeune possible. Si c’est celui d’un nourrisson, je paierai le double. » Il prit note, lui donna un lieu et une date avec un horaire précis pour le rendez-vous. Elle fournit bien évidemment un faux nom. Audrey Hepburn. Le nom de l’actrice dont la photographie était affichée au mur juste derrière. C’était absurde, mais il avait l’air trop stupide pour s’en rendre compte et sembla d’ailleurs la croire sur parole. C’était donc un marché conclu.

***
Et voilà comment elle se retrouva quelques jours plus tard à arpenter le coin mal famé du métro New yorkais. Elle ne vivait peut-être pas en ville depuis bien longtemps, mais elle avait vite appris que c’était un endroit à éviter. Raison pour laquelle elle était armée. Elle ignorait pourquoi son hôte avait possédé un revolver, mais il lui était bien utile à présent. Pour le reste elle saurait bien se débrouiller. Elle y avait toujours réussi jusqu’à présent. Elle avait l’argent avec elle. A la vitesse où ça allait, le compte en banque serait bientôt vide. Il allait falloir qu’elle trouve une source de revenus au plus vite. Mais ça, elle s’en occuperait plus tard. Elle avait hâte que tout ceci soit terminé, hâte de pouvoir enfin pratiquer son rituel et retrouver ses pouvoirs.

Elle arriva, à la nuit tombée, de sa démarche féline. Elle était en avance, exprès, devant la bouche de métro, comme convenu. L’endroit était absolument désert. Elle n’avait plus qu’à attendre. Avant, elle aurait allumé une cigarette pour patienter. Mais depuis qu’elle avait connu une fois la mort, elle hésitait à se remettre à fumer. Autant préserver ce nouveau corps, non ? Elle y réfléchissait encore.
Elle attendit. Dix minutes, vingt minutes. Puis, elle aperçut une silhouette haute dans l’obscurité. Elle ne bougea pas cependant. Elle ne doutait pas que son acolyte lui ait fait une description précise de sa personne. S’il était bien l’homme qu’elle recherchait, il la reconnaitrait immédiatement. Tout en ayant l’air de rien, elle le regardait du coin de l’oeil, espérant que c’était bien lui et qu’elle aurait rapidement ce qu’elle désirait.  
bohemian psychedelic
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✤ Messages : 4476
✤ Barge depuis : 13/08/2013
✤ Avatar : Tom Hiddleston
✤ Crédits : SWAN ( avatar ) + Disturbed ( Signature ) + TUMBLR ( gifs profil ) + Puscifer ( musique )


✤ Âge personnage : 3801 ans.
✤ Humeur : Consciencieux, mais agacé.
✤ Profession : Trafiquant d'organes ( Ne récupère plus que les corps des Raids. ) Et de poches de sang. Ariana Vander s'occupe de son réseau pendant la journée.
✤ Philosophie : Ne jamais remettre au lendemain ce qu'on peut faire aujourd'hui
✤ Localisation : Partout à Salem.
✤ Pouvoirs : Provoquer des illusions chez ses victimes. Plus ceux d'un Originel.

Relationship
→ citation:
relationships :
Alaric G. RousseauRousseau ; Elu connard de l'année
MessageSujet: Re: Trick or Treat (Megaric)   Lun 30 Juin - 0:00





TRICK OR TREAT
MEGARIC



Lassitude. Alaric observe le spectacle qui se tient devant lui. Sa propre œuvre. La chambre sent le sexe, l'hémoglobine et un léger parfum de vanille. Une débauche luxurieuse. Rien d'inhabituel pour l'Originel psychotique. Deux carcasses organiques aux poitrines bombées sont inanimées sur les draps de soies. Nues et sans vie. Les carotides souillées de sang. D'habitude, il y trouve une certaine beauté. Certes, morbide. Mais, là, le vampire n'est que lassitude est ennuie. Perché sur ses immense guibolles, l'être millénaire déplace souplement son corps nu jusqu'à la salle de bain relié à l'alcôve. Ici, le marbre noir est glaciale et, tout est toujours impeccable pour ce grand maniaque. Lorsqu'il lève un pied pour entrer dans l'immense douche aux portes vitrées, Alaric presse rapidement l'eau de s'écouler du pommeau perché au-dessus de sa tête aux filets ondulés. Dans son dos, l'eau se mélange aux traits délicats et noirs d'un tatouage barrant toute la chair de son échine. Le motif d'un aigle royal, serres en avant, ailes déployées jusqu'à ses omoplates, descendant en cascade jusqu'à ses reins. Leurs griffes immenses prêtent à agripper leur proie. Ses paupières sont closes, les goûtes chutent, s'accrochent à ses lèvres et se diluent avec l'hémoglobine tâchant ses lippes pincées. Lassitude. Ce soir, Alaric éprouve un ennuie mortel qui semble ne plus pouvoir se détacher de sa caboche.

C'est un autre rituel, se débarrasser des corps, enfiler la tenue du parfait gentleman. Éliminer toutes les traces. Il lui faut une bonne demi-heure avant de s’emboîter derrière le volant de son bolide, et quitter l'immense demeure qu'est la sienne. Sur la route, Alaric rejoint le lac le plus écarté de son cocon. Encore une fois, on draguera la rivière à la recherche des disparues. Une fois encore, on soupçonnera les dents-longues. Et une fois encore, aucun doute ne sera porté sur sa personne. Un vampire ne marche pas au soleil, et s'il y a bien une lois que le Français s'amuse à défier, c'est celle-ci. Pourtant, cette fois, il a un petit problème. La sorcière qui l'aidait s'est fait la malle, et Alaric ne le digère pas. Pour des raisons qui lui échappent, le vampire ne cherche pas à la retrouver. Oh, il sait parfaitement où Aby est planquée. D'habitude, il en aurait profité pour la retrouver, et la tuer. Mais cette fois, il n'en fait rien. En attendant, le brun/roux doit trouver une solution de rechange, et oublier cette faiblesse embarrassante.  Cette nuit, une nouvelle cliente l'attend. C'est avec stupeur que la bestiole aux dents-longues aura constaté encore une fois la stupidité de son informateur. Audrey Hepburn. Et dire que cet illettré inculte n'a même pas remarqué la supercherie. C'est sûrement pour ça, Qu'Alaric se contente de se servir de lui comme médiateur. Pas besoin de réfléchir, le pitre doit se contenter de mettre le client et le vampire en relation.

Lorsqu'il reprend la route jusqu'au métro de la ville, le vieillard aux allures de trentenaire sait donc qu'il doit faire face à une cliente mystère. La méfiance transperce chaque parcelle de son corps, et Alaric se prépare à toutes éventualités. Des ennemis, il en a à la pelle. La plupart ignorent tout de lui, et tenteraient n'importe quoi pour mettre la main sur ce trafiquant fantôme et aussi aisé à attraper qu'une nuage de fumée. Alaric n'est pas né de la dernière pluie, et il se doute que probablement, la cliente qui l'attend dans l'un des métros abandonnés de Hell Pit n'est peut-être qu'une autre paranoïaque. Avec sa méfiance et sa prudence naturelle, le vieux Français s'extirpe souplement de l'habitacle de sa voiture, tout en prenant soin de ne pas oublier la glacière contenant l'organe volé sur le corps d'un nourrisson. Ici, l'entrée du métro est vide, ou seulement squattée par quelques racailles groupés. Mais comme de pauvres bestioles farouches aux instincts primaires, ces derniers se contentent de plier l'échine devant la grande tige immortelle. De ses longues jambes apprêtées d'un bas de son costume trois pièces, Alaric rejoint rapidement le point du rendez-vous. A l'ombre, seuls quelques lumières clignotantes diffusent leurs halos chevrotants sur les murs de pierre. Et, dans la pénombre, deux prunelles luisantes l'observent. D'abord, l'Originel croit rêver. La petite brunne à la crinière rebelle qui se tient devant lui ne lui est pas méconnaissable, au contraire.

Megara. L'une de ses victimes. Le vampire siffle entre ses lèvres, déambulant sur l'asphalte sombre des bordures qui séparent allées et railles rouillées. Aussitôt, Le grand sauvage pose la mallette, se penchant légèrement en avant pour observer celle qui fut sa victime dans les yeux :

« - Voilà quelqu'un de bien culotté !Siffle-t-il avant de lui tourner autour. Qu'est-ce que tu fais ici, 'Audrey' – Vraiment pas malin, au passage-, ou devrais-je dire : Megara ? »

Si elle est venue à lui, il y a une raison. Pourtant, le vampire note quelque chose chez elle de troublant. Elle n'est pas le petit oiseau effrayé de la dernière fois. Au contraire, ses deux iris d'onyx semblent dépourvues d'intérêts et de trouille.




_________________


Dernière édition par Alaric G. Rousseau le Mer 23 Juil - 18:19, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://swanlive.livejournal.com/
avatar
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Trick or Treat (Megaric)   Lun 14 Juil - 15:06

❝ Trick or Treat ❞


Et elle attendait. Bon sang, elle espérait qu’il allait bientôt arriver. Qu’il allait vraiment arriver surtout. D’accord, elle ne payait qu’à la livraison, mais ce n’était pas pour ça qu’elle avait envie d’attendre des heures dans le froid. Ce qui allait se passer représenterait beaucoup pour l’avenir. S’il était fiable, elle aurait un fournisseur attitré. Dans le cas contraire, il lui faudrait tout recommencer, un parcours bien plus difficile qu’elle ne l’aurait cru. Jamais elle n’avait eu à faire ce genre de choses à la Nouvelle-Orléans. Leur clan avait déjà ses propres fournisseurs depuis de nombreuses générations, des individus dignes de confiance. Voilà que maintenant elle en était réduite à se fier à des inconnus, ce qui ne lui plaisait absolument pas. Malheureusement, elle n’avait pas franchement le choix. Elle avait besoin de cet ingrédient. Il fallait qu’elle réussisse ce sort, d’autant plus que l’argent commençait à s’épuiser. Cela lui donnerait un nouvel avantage face à Hades, dont elle avait de plus en plus de mal à supporter la présence. Il allait vraiment falloir qu’elle s’en débarrasse, de n’importe quelle manière. C’était plus fort qu’elle, il l’insupportait, d’autant plus qu’elle avait parfois du mal à tenir son rôle. Il connaissait Megara par coeur, comment espérer qu’elle parvienne à faire illusion encore longtemps ? Mais ça, elle s’en occuperait après. Elle vivait dans l’angoisse la plus totale depuis qu’elle avait découvert que son pouvoir personnel avait disparu. Elle vivait dans le corps d’une humaine. Etait-il possible qu’elle perde peu à peu toutes ses capacités de sorcière ? Elle espérait bien que non. Si elle pouvait faire avec le changement d’apparence, elle n’était en revanche pas certaine de supporter un changement complet de nature.

Enfin, elle vit une silhouette se détacher, celle d’un homme. Probablement celui qui dirigeait toutes les opérations. Ca allait être simple. Elle vérifierait la marchandise, le paierait la somme convenue si tout allait bien, puis chacun s’en irait de son côté sans se retourner. Oui, c’était ainsi que les choses étaient supposées se passer. Jusqu’à ce que l’homme en question prononce son prénom. Ou plutôt, celui de son hôte. Megara. Bon sang, elle avait encore du mal à s’y faire. Elle leva les yeux vers lui, surprise. Visiblement, il n’avait pas l’air ravi de la voir. Il ne manquait plus que ça ! Non mais qu’est-ce que cette idiote avait bien pu faire encore ? Ce n’était vraiment pas le moment, elle avait autre chose à faire que gérer les frasques de celle qui avait occupé ce corps avant elle. Elle leva les yeux au ciel, exaspérée. Néanmoins, elle devait jouer son rôle. Jusqu’au bout. C’était bien sa veine ! Il faisait froid en plus, et elle n’avait aucune envie de trainer dans ce coin sombre et répugnant encore bien longtemps.

« Ecoute, je sais que t’es en rogne contre moi, mais je viens pas causer d’ennui. Je veux seulement récupérer ma commande, payer, et me tirer d’ici. »

Elle avait sérieusement intérêt à ce que cela lui suffise. A ce qu’il n’insiste pas davantage ou ne lui en demande pas plus. Parce qu’en vérité elle n’avait pas la moindre idée de qui il était, ou même de quelle manière il lui était lié. Elle ne connaissait même pas son prénom. Elle se trouvait sur une pente glissante. Plus le temps passait, plus elle apprenait des choses étonnantes au sujet de la femme dont elle avait emprunté le corps. Elle n’aurait pas cru qu’elle soit du genre à fréquenter des trafiquants d’organes. Peut-être était-elle tout simplement vraiment très stupide. Quoi qu’il en soit, il fallait qu’elle garde le contrôle, à tout prix. Elle s’efforça d’afficher un sourire amical et lui administra une claque sur l’épaule comme elle aurait pu le faire avec un compagnon de beuverie. Puis, elle regarda la glacière d’un air insistant avant de se rapprocher de lui.

« Bon sweety, maintenant qu’on a réglé les choses, je peux peut-être jeter un oeil à ce que tu m’as amené. Pas que j’ai pas confiance, mais tu vois, les affaires... »

Bon il allait bien réagir et lui donner cette maudite glacière. Franchement, elle commençait à en avoir assez. Il était idiot ou quoi ? Exaspéré, elle fit un geste pour attraper la glacière, c’est alors que sa main effleura celle de l’inconnu. Une main d’une froideur qui ne pouvait tromper la sorcière qu’elle était. Surprise, elle la retira vivement, puis lui lança un regard d’où était visible une nouvelle étincelle d’intérêt. Elle esquissa un sourire amusé. Peut-être que les choses allaient prendre une tournure un peu plus intéressante.

« Et bien et bien, moi qui croyais que tous les vampires étaient relégués aux bas-fonds de la ville, voilà qu’il y en a qui trafiquent des organes. T’as intérêt à ce que ce soit de la bonne qualité. Si c’est le cas, il se pourrait qu’on fasse affaire ensemble. »

Si elle avait su qu’il s’agissait d’un Originel, peut-être y aurait-elle réfléchi à deux fois avant d’ouvrir la bouche et de parler à tort et à travers. Elle ne portait pas ce genre de créature dans son coeur, pas après que certains d’entre eux aient massacré son cercle entier. Elle n’avait aucune confiance en celui-là en particulier, qui paraissait avoir une dent contre elle, ou plutôt contre son hôte. Il valait mieux qu’elle se tienne sur ses gardes. S’il tentait la moindre chose contre elle, il aurait l’occasion de voir qu’elle n’était pas si facile à tuer.  
bohemian psychedelic
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✤ Messages : 4476
✤ Barge depuis : 13/08/2013
✤ Avatar : Tom Hiddleston
✤ Crédits : SWAN ( avatar ) + Disturbed ( Signature ) + TUMBLR ( gifs profil ) + Puscifer ( musique )


✤ Âge personnage : 3801 ans.
✤ Humeur : Consciencieux, mais agacé.
✤ Profession : Trafiquant d'organes ( Ne récupère plus que les corps des Raids. ) Et de poches de sang. Ariana Vander s'occupe de son réseau pendant la journée.
✤ Philosophie : Ne jamais remettre au lendemain ce qu'on peut faire aujourd'hui
✤ Localisation : Partout à Salem.
✤ Pouvoirs : Provoquer des illusions chez ses victimes. Plus ceux d'un Originel.

Relationship
→ citation:
relationships :
Alaric G. RousseauRousseau ; Elu connard de l'année
MessageSujet: Re: Trick or Treat (Megaric)   Mar 15 Juil - 11:13





TRICK OR TREAT
MEGARIC



Alaric attend, regard fixe, posture droite. La bestiole millénaire a des allures de croque-mort. Son corps longiligne et fuselé serré dans son costume sombre. Et, une fois à sa hauteur, la bestiole oblique légèrement sa bouille pâle, ses prunelles d'émeraude avisant les siennes avec curiosité. Il note beaucoup d'éléments, qui diffèrent de la Megara d'autrefois. Son regard fixe, ses iris autrefois dilatées qui, cette fois ne réagissent qu'à peine. Le battement de son cœur régulier, qui s'affole bien trop peu, si ce n'est une fraction de seconde … Megara note un temps d'arrêt, cessant incessamment de respirer. Une petite fraction de secondes, avant d'adopter une attitude décontractée qui ne lui ressemble guère.

« - Ecoute, je sais que t’es en rogne contre moi, mais je viens pas causer d’ennui. Je veux seulement récupérer ma commande, payer, et me tirer d’ici.

Haussement du sourcil droit. Alaric pince ses lippes fines, donnant à ses traits un air plus sévère encore, tout en serrant sa prise sur la poignée de la glacière. Quelque chose ne colle vraiment pas. Un élément qui lui échappe, trop perturbant pour lui laisser le temps de rugir ou de bondir. Nobostant, Alaric est un être d'une patience remarquable, et c'est toujours aussi droit, qu'il avise la main de la brune venir frapper familièrement son bras. Ses prunelles suivent sa patte fine et insolente, avant qu'il ne lève ses prunelles, tout en fixant les railles poussiéreuses et rouillées serpentant sur le sol du métro abandonné. Qu'est-ce qu'elle vient de faire ? Ses narines se dilatent légèrement, tandis que le coin droit de ses babines tressaute.

- Bon sweety, maintenant qu’on a réglé les choses, je peux peut-être jeter un oeil à ce que tu m’as amené. Pas que j’ai pas confiance, mais tu vois, les affaires...

Sweety ? Qu'est-ce qui cloche, avec elle ? Malgré lui, un léger grondement s'échappe d'entre ses lippes pincées. Ses azures javellisées continuent leur chemin jusqu'à la jeune femme, qui sans se départir de son sourire, s'approche tout en fixant la glacière. Qui, d'un mouvement flegmatique du poignet d'Alaric, disparaît derrière sa silhouette immense. L'humaine fait bien deux têtes de moins, mais le brun/roux est habitué. Pourtant, elle a le temps de frôler sa main, et de marquer un temps d'arrêt. Elle semble stupéfaite, avant de se reprendre. Quoi donc ? Megara sait parfaitement ce qu'il est, oh, elle ignore qu'il est un Originel, mais pas qu'il est mort. Paupières plissées, Alaric ne réagit toujours pas, contentant avec aisance son envie de lui déchirer la carotide. Il y a clairement un élément qui lui échappe, et la sangsue doit en avoir le cœur net. Serait-elle amnésique ? Qu'est-il donc arrivé, depuis leur dernière rencontre ? Depuis que l'Originel l'avait menacée avec sournoiserie de tuer toute sa famille, si elle revenait à New-York ?

- Et bien et bien, moi qui croyais que tous les vampires étaient relégués aux bas-fonds de la ville, voilà qu’il y en a qui trafiquent des organes. T’as intérêt à ce que ce soit de la bonne qualité. Si c’est le cas, il se pourrait qu’on fasse affaire ensemble. Ajoute finalement Megara, achevant ainsi ses doutes.


Cette fille n'a aucune idée de qui il est. Sinon, comment expliquer un tel comportement ? Néanmoins, il ignore ce qu'elle a vraiment. Et son habituelle curiosité prend le dessus, c'est donc à grands renforts de self-control qu'il s'arme d'un sourire immense, presque charmeur, tout en se penchant et en levant la glacière. La boite pendue au bout de son bras puissant la nargue, tandis qu'il penche légèrement sa silhouette en avant.

- Avant ça, j'ai une petite question, si tu le permets, fait-il d'un ton faussement affable, sa voix onctueuse roulant sur ses lèvres comme du miel. Le Gaulois s'humecte les lèvres, marquant un temps de pause, avant de reprendre : Que s'est-il passé, la dernière fois ? Tu es partie bien vite … On s'était pourtant bien ... Amusé.» Qu'il lâche, fourbe qu'il est. Il sait qu'au mot, 'Amuser', elle devrait bondir et s'offusquer. Car il l'avait torturée, autant physiquement que mentalement.

C'est un mensonge qui n'en est pas un. Une question ambiguë, pleine de malices. Car sa réponse dépend seulement et uniquement d'elle. D'instinct, le vieux Français sait qu'elle n'aura pas la réponse, qu'elle se retrouvera dans une impasse terrible. Tout son être lui cri qu'elle n'est pas ce qu'elle prétend être, et que la Megara qu'il avait autrefois utilisée pour assouvir toutes ses soifs, n'est pas présente à l'heure actuelle. Sinon, comment expliquer son effronterie ? Comment expliquer son absence de réaction ? Son assurance inhabituelle, et ses paroles sans aucun sens ? Megara ne l'aurait jamais appelé Sweety. Ne l'aurait jamais approché avec tant de familiarité, et n'aurait jamais montré tant de surprise face à sa nature qu'elle est pourtant bien censée connaître.  

Non, vraiment, Megara ne semble pas être ce qu'elle prétend.
Et il compte bien faire durer leur entrevue.




_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://swanlive.livejournal.com/
avatar
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Trick or Treat (Megaric)   Lun 28 Juil - 0:24

❝ Trick or Treat ❞


Elle sentait peu à peu qu’elle s’enfonçait dans une bien mauvaise posture. Elle avait cru qu’il suffirait qu’elle ait le visage et le nom de Megara pour avoir son existence toute entière. Qu’elle pourrait aisément évité de croiser la route de ceux qui l’avaient un jour connue. Elle réalisait désormais à quel point elle s’était montrée naïve. Naïveté qui pourtant était bien loin de faire partie de son caractère. Elle ne connaissait pas la jeune femme dont elle avait pris l’enveloppe physique. Elle n’en avait que de brefs aperçus, à travers sa garde-robe, ses effets personnels, ou encore la manière dont Sidney réagissait à son encontre. Elle n’était pas tout à fait certaine que la personne qu’elle découvrait peu à peu lui plaise, mais elle n’avait pas vraiment le choix : c’était là un rôle qu’elle devait à tout prix jouer, quoi qu’il advienne, bien que cela soit plus que compliqué.

Devant ce vampire, dont elle ne connaissait d’ailleurs même pas l’identité, elle sentait bien qu’elle n’était pas particulièrement convaincante. Elle le voyait à son air perplexe, ce qui la rendit légèrement nerveuse. En réalité, tout ce qu’elle voulait c’était récupérer son dû, le payer et s’en aller enfin retourner à ses occupations. Autrement dit, trouver un moyen quel qu’il soit de récupérer son pouvoir personnel. Il fallait qu’il coopère et qu’il lui donne ce qu’elle voulait. Sauf que ce n’était pas très bien parti, étant donné que pour une raison lui étant totalement inconnue, il lui en voulait pour quelque chose, ou du moins n’était pas en bons termes avec elle. Cela tombait bien, l’animosité était réciproque. Depuis ce qui était arrivé à l’ensemble de son cercle, on ne pouvait pas dire qu’elle portait les vampires dans son coeur. Néanmoins, s’il lui fallait traiter avec l’un d’entre eux afin d’obtenir ce qu’elle souhaitait... et bien tant pis, elle ferait cette concession. Elle était pleine de bonne volonté, il pouvait bien le reconnaître, non ?

Apparemment pas. Il ne sembla pas apprécier qu’elle lui tapote le bras, puisqu’il leva la glacière devant elle, n’ayant visiblement pas l’intention de la lui donner immédiatement. Voilà qu’il lui parlait d’un certain événement qui avait eu lieu auparavant, dans des termes plutôt obscures. Non mais... ils n’avaient pas couché ensemble tout de même ? Elle hésita entre considérer son hôte avec une certaine admiration ou la cataloguer comme complètement inconsciente. Peut-être était-ce pour cette raison que ce type se comportait de manière si étrange avec elle, d’abord hostile et à présent presque Néanmoins, depuis ce qu’il s’était passé avec Sidney et les fausses suppositions qu’elle avait faites au sujet de leur relation, elle préféra ne pas s’avancer et rester vague.

« Ouais c’est pas faux. Mais j’avais des trucs à faire. T’es pas le centre du monde, au cas où tu l’aurais pas remarqué. » rétorqua-t-elle sur un ton quelque peu abrupt, manifestant clairement son impatience. Elle décida néanmoins de tempérer un peu sa mauvaise humeur, et afficha un sourire amusé. « Tu te souviens encore de ça après deux ans ? » La question n’était pas anodine, elle espérait avoir quelques indices sur ce qu’il s’était passé cette fameuse fois où les deux individus s’étaient rencontrés.

A ce stade, elle hésitait à s’en aller, se tirer de ce coin puant et s’éloigner de ce vampire qui ne lui disait rien qu’y vaille. Si elle n’avait pas facilement peur, elle était en général d’un naturel plutôt méfiant dès que cela concernait ceux susceptibles de la poignarder dans le dos. Ce qui signifiait à peu près tout le monde en réalité. Mais en particulier lui, depuis quelques minutes. Elle ne put s’empêcher de le jauger avec suspicion. Que lui voulait-il exactement ? Pourquoi ne lui donnait-il pas tout simplement cette foutue glacière ? A croire qu’il avait quelque chose derrière la tête, et c’était bien ça qui l’inquiétait. Oui, elle hésitait à lui tourner le dos. Mais elle songea à sa situation actuelle. A son pouvoir, dont elle avait réellement besoin, dont elle aurait eu besoin à cet instant précis. Et elle resta. Il lui fallait cette glacière, autrement elle devrait tout recommencer, depuis le début. Un processus compliqué qu’elle préférait ne pas avoir à reproduire. Et ce qui devait arriver arriva : elle finit par perdre patience.

« J’adorerais évoquer de vieux souvenirs, mais j’aimerais surtout récupérer ma marchandise. Tu me la donnes, oui ou non ? Sinon je peux aussi garder le fric, j’ai mieux à faire que trainer ici. »

Voilà, c’était dit, elle jouait carte sur table. Elle n’avait plus qu’à espérer qu’il tienne vraiment à son argent. Dans le cas contraire, elle serait dans de beaux draps, sans l’ingrédient principal dont elle avait besoin pour effectuer son rituel. Ce serait une véritable catastrophe. Mais si elle insistait trop, il comprendrait à quel point elle désirait son achat, et risquerait de se servir de cette déduction contre elle. Ce qui ne serait pas une bonne chose non plus. D’une démarche beaucoup plus féline, elle s’avança de quelques pas vers lui, puis leva sa main et la posa sur celle du vampire, celle qui retenait la précieuse glacière.

« Maintenant soit gentil, j’aimerais récupérer mon foie avant qu’il ne devienne totalement inutilisable. Ces choses là sont si fragiles... » susurra-t-elle avec un sourire. Si l’approche plus brusque ne fonctionnait pas, peut-être qu’une technique un peu plus douce lui permettrait d’obtenir l’objet de ses désirs, avant qu’il ne décide d’en savoir un peu trop sur elle... 
bohemian psychedelic
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✤ Messages : 4476
✤ Barge depuis : 13/08/2013
✤ Avatar : Tom Hiddleston
✤ Crédits : SWAN ( avatar ) + Disturbed ( Signature ) + TUMBLR ( gifs profil ) + Puscifer ( musique )


✤ Âge personnage : 3801 ans.
✤ Humeur : Consciencieux, mais agacé.
✤ Profession : Trafiquant d'organes ( Ne récupère plus que les corps des Raids. ) Et de poches de sang. Ariana Vander s'occupe de son réseau pendant la journée.
✤ Philosophie : Ne jamais remettre au lendemain ce qu'on peut faire aujourd'hui
✤ Localisation : Partout à Salem.
✤ Pouvoirs : Provoquer des illusions chez ses victimes. Plus ceux d'un Originel.

Relationship
→ citation:
relationships :
Alaric G. RousseauRousseau ; Elu connard de l'année
MessageSujet: Re: Trick or Treat (Megaric)   Sam 2 Aoû - 11:02





TRICK OR TREAT
MEGARIC



« - Ouais c’est pas faux. Mais j’avais des trucs à faire. T’es pas le centre du monde, au cas où tu l’aurais pas remarqué.  Lâche la brune, éhontée, effrontée. Insupportable. La bestiole arque ses sourcils désordonnés sur ses pupilles brillantes, bras toujours suspendu en l'air.  Qu'est-ce donc ? Amnésie ? Dénie ? Mission suicide ? Tu te souviens encore de ça après deux ans ? S'étonne-t-telle sincèrement, plus intriguée que jamais. Bingo. Le problème se trouve là, logé juste entre ses deux yeux. Il y a quelque chose qui ne colle pas, et il en a à présent l'affirmation. Même si l'être millénaire bouille de l'intérieur, c'est avec aisance qu'il contient ses pulsions meurtrières. L'air neutre, la bête aux allures d'homme conserve une mine indifférente, se contentant de conserver le silence.

« -  J’adorerais évoquer de vieux souvenirs, mais j’aimerais surtout récupérer ma marchandise. Tu me la donnes, oui ou non ? Sinon je peux aussi garder le fric, j’ai mieux à faire que traîner ici. Il avise les pieds qui, pour lui son minuscules, s'agiter pour amener la silhouette de la femme jusqu'à lui. Qui dans un geste, tend la main pour la poser sur la sienne, dans une tentative de s'emparer de la boite froide. Si Alaric est glaciale, son regard lui, est à présent polaire. Seule marque de l'irritation qui anime sa carcasse immobile.  Maintenant soit gentil, j’aimerais récupérer mon foie avant qu’il ne devienne totalement inutilisable. Ces choses là sont si fragiles …

Ton complaisant, sourire affable. Rien ne joint ses prunelles, le sillon de ses lèvres s'arrête net à ses prunelles immobiles, froides et déterminées. Il sait ce qu'elle veut. Reste à savoir s'il décide de jouer le jeu, ou de l'éliminer.  Tuer ? Manipuler ? Calomnier? Son esprit grouille, opposition terrible à sa position fixe. Droit comme un I, menton fièrement levé, haussement du sourcil gauche. Il a tout l'air d'un dandy morbide. Un croque-mort à la gueule d'ange. Puis, ses lèvres s'animent, tremblant légèrement et s'étirant. Carnassières.

- Crois-tu seulement que l'argent m'importe réellement ? … Interroge la sangsue, dévoilant une rangée de dents meurtrières. Sa célérité frappe l'air, tandis que le bras du vampire remue jusqu'au sol où il pose la glacière. Je n'ai que faire de tes caprices, et je /sais/ que tu n'es pas qui tu prétends être. Gronde le Français d'un ton plus abrupte, bestiale, déformé. L'éternel s'agite, obligeant l'humaine à reculer, sa serre mortelle venant glisser le long de sa nuque. Parcourant un chemin de ses clavicules à son menton. Sans brutalité, d'une lenteur plus provocante encore.  Le vampire plaque la sale gosse effrontée contre les briques, parcourant sa peau de ses doigts de pianiste.

- Tu vois … « Megara » … - Et de prononcer le patronyme d'un ton narquois et peu convaincu – Pour quelqu'un qui s'en moque, je te trouve bien déterminée. Et ... Il se trouve que tu te leurres totalement sur ma personne. Ce qui t'es arrivé aurait du te marquer … Qu'il susurre, baissant les yeux pour admirer les fines veines palpitantes derrière sa chair. Ca vibre contre ses doigts, et l'eau lui monte aux papilles. Qu'est-ce donc ? Amnésie ? Je ne crois pas … Tu ne te ressembles même pas ...

Le grand brun fronce les sourcils, détaillant attentivement la créature en face de lui. Il n'a pas tous les éléments, et ça l'agace. Un nouveau mystère s'agite entre ses phalanges, et Alaric compte bien le résoudre.

- Compte tenu de notre passé … Commun, saches que je suis parfaitement capable de résilier cette commande. Alors, réfléchis bien à ta réponse. Si elle ne me plaît pas, tu peux dire adieu à ce foie auquel tu sembles tant tenir … »

Sa main ne lâche pas sa prise. Le vampire peut très bien lui briser la nuque, agir sous l’impulsion, et respecter sa promesse. C'est bien connu. Rousseau honore toujours sa parole. Mais, cette fois, la situation diffère et la curiosité l'emporte.

- Mais si tu te montres coopérative, cela pourrait profiter à tout le monde. »





_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://swanlive.livejournal.com/
avatar
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Trick or Treat (Megaric)   Sam 16 Aoû - 0:35

❝ Trick or Treat ❞


Mais c’est qu’il commençait à la fatiguer celui là ! Pour qui se prenait-il à la fin ? Si elle n’avait pas été certaine que se dévoiler était été une mauvaise idée, elle lui aurait directement fait part de sa façon de penser. Néanmoins, elle devait bien avouer qu’elle était un peu nerveuse. Il la rendait nerveuse, lui, ou plutôt la connaissance qu’il avait d’elle. Enfin de son hôte, de ce qu’avait été la véritable Megara, cette femme dont elle partageait le corps et qui pourtant était un tel mystère pour elle. Elle sentait qu’elle se trouvait sur une pente glissante. Elle n’avait pas la moindre idée de qui pouvait être cet homme face à elle, ni même de ce qu’il représentait pour elle. Autant dire qu’elle nageait en plein brouillard, sans la moindre lumière pour la guider. Néanmoins, elle sentait une forme d’hostilité clairement marquée chez le vampire. Bon, elle n’était pas non plus très bien disposée à son égard. Il faut dire qu’elle avait quelque peu pris ces créatures de la nuit en grippe depuis ce qui était arrivé à la Nouvelle-Orléans. Une chose était sûre, celui ci ne lui inspirait pas la moindre confiance. Mais honnêtement, jamais elle n’aurait imaginé que l’humaine ait pu connaître ce fournisseur d’organes. Comme quoi cette jeune femme était pleine de surprises. Des surprises qu’elle n’était, en revanche, pas sûre d’apprécier.

Il était probable qu’elle devrait se faire à l’idée de chercher un autre fournisseur pour les organes qu’elle souhaitait. Elle ne pouvait que regarder à regret sa malheureuse glacière et être soulagée qu’il ne lui ait pas encore demandé ce qu’une humaine comptait faire avec un foie humain. Parce que franchement, elle n’était pas certaine de trouver une explication un tant soit peu convaincante. Il n’empêche qu’après quelques tentatives, elle sentit bien que c’était peine perdue. Au moins, elle avait essayé. Mais c’était sans compter la curiosité qui animait l’homme face à elle, dont elle eut été bien en peine d’essayer de deviner les pensées. Néanmoins, elle fut bientôt assaillie d’un pressentiment, la sensation qu’il ne la laisserait certainement pas repartir aussi facilement. C’est dans ces moments que son pouvoir personnel lui aurait été bien utile, afin d’éviter de se retrouver dans ce type de situation.

Il était peut-être un cadavre ambulant, mais il n’était visiblement pas stupide. Sa faible connaissance du passé de son hôte lui desservait et il l’avait parfaitement compris. Elle continua de le regarder de la même manière, toujours distante et arrogante, mais intérieurement, en l’entendant ainsi appuyer sur ce prénom qu’elle portait désormais, elle n’en mena pas large. Visiblement, elle n’avait pas réagi de manière approprié à l’allusion qu’il avait faite. Elle s’en était doutée. Il l’avait bassement piégée. Et il le fit plus encore, physiquement cette fois-ci, en lui saisissant la nuque. Elle n’eut pas le temps de réagir et n’était pas stupide au point de tenter de résister, le sachant beaucoup plus fort qu’elle. Il aurait pu la briser aussi aisément que si elle était une brindille. Si elle s’était laissée surprendre, si l’espace d’un instant une étincelle de panique se refléta dans ses yeux, elle s’efforça de reprendre contenance et ne chercha plus à dissimuler ce qu’elle ressentait réellement à son égard. Le temps du jeu était terminé.

« Peut-être que tu es moins marquant que tu l’imagines. » dit-elle d’un ton froid et cassant, avant de croiser les bras pour lui lancer un regard beaucoup plus hostile. Néanmoins, une petite part d’elle était intriguée. Intriguée par ce fameux « passé commun » auquel il ne cessait de faire allusion, et qu’elle ne connaissait pas. Qu’elle le veuille ou non le corps qu’elle possédait désormais avait eu une histoire avant elle, et elle ne pouvait faire autrement que se sentir impliquée d’une certaine manière.

Elle ne se ressemblait pas. Ou plutôt, elle ne ressemblait pas à celle qu’elle aurait dû être. Et c’était bien là le problème. Elle ne pouvait que demeurer immobile et le regarder, attendant le prochain mouvement. Qu’allait-il donc faire ? La tuer ? Non, il ne le ferait pas. Pas encore du moins. Il était bien trop intrigué, elle pouvait le voir. En revanche, rien ne l’empêcherait de se nourrir une fois qu’il aurait eu ce qu’il souhaitait.

« Je commanderai ailleurs alors j’imagine. » Elle s’arrêta un instant avant de reprendre. « Je pourrais te donner des réponses, mais si tu me tues, tu ne sauras jamais. Et tu meurs d’envie de savoir. En plus, je serais toi, je ferais très attention. Tu n’as aucune idée de ce dont je suis capable. »

Un fin sourire se dessina sur ses lèvres. Elle ne le lâcha pas une seconde du regard mais la vérité était qu’elle n’en menait pas large. Et elle bluffait. Elle n’avait plus son pouvoir personnel, et aucun ingrédient susceptible de lui servir pour un sort. Quant aux formules, aucune n’aurait réellement pu lui être utile dans cette situation. Après avoir trompé la mort une fois, elle n’allait tout de même pas finir en casse-croûte pour vampire, n’est-ce pas ? 
bohemian psychedelic
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✤ Messages : 4476
✤ Barge depuis : 13/08/2013
✤ Avatar : Tom Hiddleston
✤ Crédits : SWAN ( avatar ) + Disturbed ( Signature ) + TUMBLR ( gifs profil ) + Puscifer ( musique )


✤ Âge personnage : 3801 ans.
✤ Humeur : Consciencieux, mais agacé.
✤ Profession : Trafiquant d'organes ( Ne récupère plus que les corps des Raids. ) Et de poches de sang. Ariana Vander s'occupe de son réseau pendant la journée.
✤ Philosophie : Ne jamais remettre au lendemain ce qu'on peut faire aujourd'hui
✤ Localisation : Partout à Salem.
✤ Pouvoirs : Provoquer des illusions chez ses victimes. Plus ceux d'un Originel.

Relationship
→ citation:
relationships :
Alaric G. RousseauRousseau ; Elu connard de l'année
MessageSujet: Re: Trick or Treat (Megaric)   Jeu 21 Aoû - 23:22





TRICK OR TREAT
MEGARIC



« - Peut-être que tu es moins marquant que tu l’imagines.

Sèche. Cassante, déterminée. Parfaitement contradictoire. Celle qui se tient en face de lui et un parfait concentré de contradictions aberrantes et objet de curiosité de plus en plus obsédante pour le tordu à dents longues. Il hésite longuement, d'ailleurs, à faire preuve de violence envers elle, ou simplement à laisser sagement couler. Effectivement, il la tient dans son étaux, sans serrer. On pourrait presque dire de lui qu'il est doux. Cruelle ironie, il n'y a rien de prévenant dans ses gestes. C'est une menace à lui seul, et Alaric serre un peu plus les dents et d'un regard, il l'avertis.

Sois une jolie petite poupée bien sage, vipère.

Ses babines s'étirent, sur sa bouille bestiale légèrement penchée sur le côté. Un rire sans joie s'échappe de sa gorge et, sa bouille s'agite légèrement de gauche à droite. Comme un adulte amusé par les dires stupides d'un enfant. Révoltant, vraiment. Il assume. Sa main toujours sur sa gorge, le vampire pourlèche ses babines. Il adore ce moment fatidique où sa proie connaît l'issue d'un échange avec Rousseau. Pour la plupart, la mort est au bout du chemin. Pourtant, Alaric ne compte pas tuer Megara. Trop intéressante et trop intrigante. Il va jouer avec elle. Sa décision est déjà prise, elle l'ignorera sûrement jusqu'au moment fatidique : Mais Megara est sa nouvelle distraction. Une de plus, parmi tant d'autres …

- Je commanderai ailleurs alors j’imagine.  … Qu'elle soupire, son regard planté dans le siens. Une fois encore, trop de cran pour la Megara qu'il a vaguement connue par le passé. Non, rectification et pour dire plus salement, séduite, baisée et torturée. Le vampire s'humecte à nouveau les lèvres, tandis que la petite brune fait durer le suspense. Elle semble vouloir jouer, elle aussi. Lui faire croire qu'elle mène la partie semble être une bonne tactique … Le vampire prend un air intrigué, baissant les yeux tout en desserrant légèrement sa prise sur son coup. C'est infime, elle ne lui échappera pas comme ça. Mais l'humaine ne peut pas passer à côté.


- Je pourrais te donner des réponses, mais si tu me tues, tu ne sauras jamais. Et tu meurs d’envie de savoir. En plus, je serais toi, je ferais très attention. Tu n’as aucune idée de ce dont je suis capable.

Voilà, on y est. La petite brune met tout en œuvre pour se vendre, comme un vulgaire bout de viande. A sa dernière réplique, il n'accorde à tord aucun crédit. Un pressement sur sa gorge, elle la pauvre se fanera en moins de deux. Jolie petite rose à qui il peut arracher les épines …  Alaric fait mine de prendre un air intrigué, intéressé ou bien pourquoi pas, troublé. De l'extérieur, la bestiole semble hésiter sur la position à prendre. Doucement, tout en faisant glisser ses doigts le long de sa chair, Alaric relâche sa prise. Laissant volontairement une marque invisible imprégnée dans l'épiderme de l'humaine. Son sourire s'élargit, tandis que ses opales froides s'illuminent.

- Tu as du cran, je dois le reconnaître. Fait-il mine de s'incliner, bien que le compliment ne soit pas totalement hypocrite. Cependant … Marmonne le grand brun en reculant lentement, j'ai besoin d'une garantie, vois-tu.Tu m'expliques, et en échange … Je t'offre plus qu'un foie.

Se montrer conciliant … Retourner habilement le jeu en sa faveur, tout en donnant l'impression d'arranger sa victime et de lui donner le contrôle . De vraies méthodes de business man. Comme pour montrer sa bonne volonté, le vampire recule un peu plus vers la glacière, collant son pied contre celle-ci avant de doucement la faire glisser vers elle.

- Attention ! Lâche Alaric en la fixant droit dans les yeux. Et de planter son pied sur le couvercle, bloquant ainsi toute tentative de fuite. Le foie va tenir, et je peux t'avoir bien plus encore, mais pas sans informations. Et je me moque bien de ton argent … Précise-t-il, sourire candide plaqué sur sa bouille aux apparences angéliques. Les vampires de mon acabit peuvent avoir tout ce qu'ils veulent.»

Une épine dans le pied. Sous-entendu vague à sa condition d'Originel. Une carte qu'il ne dévoile pourtant jamais. Cette fois, il ne fait que la mettre sur la piste, sans pour autant de prononcer verbalement.

Azures plantées dans les onyx de l'humaine rebelle, Alaric attend, certain d'obtenir ce qu'il désire. Comme toujours.




_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://swanlive.livejournal.com/
avatar
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Trick or Treat (Megaric)   Mar 2 Sep - 20:12

❝ Trick or Treat ❞


Elle n’avait jamais été ni sage, ni obéissante. Faire ce que l’on attendait d’elle n’était pas son point fort. Se laisser impressionner non plus. Peu importait qu’elle se trouve dans la peau d’une autre. Arya demeurait Arya, bien que son nom, lui, ait changé. Et elle savait qu’elle tenait le vampire. Il était curieux. Il voulait savoir, savoir qui elle était. Cela le démangeait. Dans le cas contraire, il l’aurait déjà tuée s’il avait pu. Et étant donné qu’elle était encore en vie, elle en tirait les conclusions qui s’imposaient : tant qu’elle ne prononcerait pas un mot susceptible de dévoiler sa véritable identité, elle garantissait sa survie. Restait à voir combien de temps cela durerait avant qu’il accepte de se montrer un tant soit peu plus coopératif. Ce qui ne tarda guère. Alors qu’elle soutenait son regard avec dureté, il finit peu à peu par se décider à la relâcher. Elle se sentit immédiatement soulagée tandis que sa respiration reprenait un cours un peu plus normal. Elle s’efforça néanmoins de reprendre rapidement contenance. Il avait peut-être renoncé à lui arracher la gorge, mais ça ne signifiait pas que la partie était gagnée pour autant, bien au contraire. Elle croisa les bras et afficha un sourire en coin. Elle n’était pas peu fière qu’il reconnaisse qu’elle avait du cran. Au moins était-il capable de l’admettre. Il avait compris que les menaces ne fonctionneraient pas. Alors, il prenait le parti de l'appâter, et pas seulement avec le foie qu’elle avait d’ailleurs commandé, non. Il lui promettait bien plus. Et il se vantait, par-dessus le marché. Typiquement masculin.

« Et tu me promets quoi exactement ? Parce que là, toutes tes belles paroles, c’est quand même vague. »

Elle voulait savoir dans quoi elle mettait les pieds avant d’accepter de conclure un marché. Et elle avait sans doute envie de jouer un peu avec ses nerfs, comme lui s’était amusé avec les siens. Elle lui tourna le dos, semblant soudain se désintéresser de lui pour se plonger dans la plus intense réflexion. Elle fit quelques pas, vaguement, avant de se tourner de nouveau vers lui, un air incertain et empli de doute peint sur son visage. Une main plantée sur sa taille, l’autre plus proche de son visage, un doigt sur les lèvres, elle s’approcha de nouveau du vampire.

« Tu vois... je pourrais tout te dire, vraiment. Mais... » Elle fit une grimace, faussement ennuyée par cette situation. « La question est de savoir si je voudrais. Et j’ai pas envie. »

En gros, il pouvait toujours courir pour savoir qui elle était. Du moins jusqu’à ce qu’il parvienne réellement à capter son attention. Mais elle n’était pas si cruelle, oh non. Elle pouvait bien lui laisser un léger indice, et par la même occasion quelque chose qui lui fasse un peu peur, si possible. Elle s’approcha davantage, rompant allègrement les limites personnelles qu’il avait déjà franchies sans la moindre gêne.

« Mais comme je suis pas mauvaise, je vais te donner un conseil. Ne me menace pas. Vous les vampires, vous êtes tous les mêmes : des cadavres ambulants. Et je pourrais avoir envie de faire de toi ma nouvelle marionnette. »

Elle bluffait totalement, évidemment. L’art de la nécromancie n’était pas quelque chose qu’elle avait l’habitude de pratiquer, et quand bien même l’aurait-elle maîtrisé, elle n’aurait certainement pas pris le risque d’en subir les conséquences pour un seul et unique vampire qui avait fait foirer la transaction sur laquelle elle comptait. Elle risquait déjà suffisamment gros en essayant de retrouver son pouvoir personnel, d’autant plus qu’elle n’était pas certaine que ce corps humain soit aussi résistant que l’ancien. Il n’empêche qu’elle ne comptait pas le sous-estimer. Ce qu’elle avait pu voir, entendre et deviner lui laissait penser qu’il n’était pas inoffensif et qu’il valait mieux s’en méfier. Profitant de son bref avantage, elle s’approcha encore davantage de lui, puis, sans prévenir, d’un geste sec et soudain, lui arracha quelques cheveux du crâne. Elle recula de quelques pas et les brandit.

« Voilà ma police d’assurance. T’as qu’à garder le foie. »

Cette fois-ci, son ton était bien plus hostile. Elle n’avait aucune envie de faire affaire avec lui. Pour être claire, elle ne le sentait pas. Ce type respirait les ennuis et elle se demandait comment son hôte avait pu être assez stupide pour nouer des relations avec lui. Elle ignorait qui il était et d’où il venait, mais elle n’était pas particulièrement excitée à l’idée de le savoir, bien qu’elle admette une certaine curiosité vis à vis de son passé commun avec la véritable Megara. La sorcière ne voyait déjà pas les vampires d’un bon oeil, encore moins dans cette ville dirigée par les Originaux. Elle était peut-être une tête brûlée mais elle savait reconnaître les situations où elle ne devait pas mettre les pieds.  
bohemian psychedelic
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✤ Messages : 4476
✤ Barge depuis : 13/08/2013
✤ Avatar : Tom Hiddleston
✤ Crédits : SWAN ( avatar ) + Disturbed ( Signature ) + TUMBLR ( gifs profil ) + Puscifer ( musique )


✤ Âge personnage : 3801 ans.
✤ Humeur : Consciencieux, mais agacé.
✤ Profession : Trafiquant d'organes ( Ne récupère plus que les corps des Raids. ) Et de poches de sang. Ariana Vander s'occupe de son réseau pendant la journée.
✤ Philosophie : Ne jamais remettre au lendemain ce qu'on peut faire aujourd'hui
✤ Localisation : Partout à Salem.
✤ Pouvoirs : Provoquer des illusions chez ses victimes. Plus ceux d'un Originel.

Relationship
→ citation:
relationships :
Alaric G. RousseauRousseau ; Elu connard de l'année
MessageSujet: Re: Trick or Treat (Megaric)   Ven 5 Sep - 14:27





TRICK OR TREAT
MEGARIC



Une bête effrontée, voilà ce qu'elle est. Cette fois, il en est certain : Ce n'est pas Megara. D'apparence, elle en a tout l'air. Le même parfum, les mêmes prunelles, la même voix … Mais l'intonation de ses cordes vocales sonnent différemment à ses oreilles. Plus sûres, moins tremblantes … Tout comme la détermination visible dans ses prunelles verts/chocolats.

« - Et tu me promets quoi exactement ? Parce que là, toutes tes belles paroles, c’est quand même vague. Qu'elle proteste avec entêtement, la petite peste ! Vitaly gronde légèrement, penchant sa bouille aux traits angéliques sur le côté. D'un côté, il aime cette nouvelle fougue … Elle est … Disons plus existante. Ca attise le monstre.  

- Tu vois... je pourrais tout te dire, vraiment. Mais...  Qu'elle commence avec une grimace embarrassée.  La question est de savoir si je voudrais. Et j’ai pas envie. Blackout.

Les prunelles d'Alaric s'assombrissent, d'où croit-elle pouvoir marchander avec lui ? Et elle n'a de cesse de le provoquer, de se montrer d'une éfronterie qui lui aurait déjà valut une séparation brutale de sa jolie petite tête de son petit corp qui ne fait que s'agiter, comme pour le narguer. La fausse Megara ondule vers lui telle un félin, rongeant la distance entre eux pour le regarder dans les yeux. Feu contre glace. L'originel plisse les paupières, ses dents meurtrières se compressant et formant un trait nerveux dans le creux de sa joue.  

- Mais comme je suis pas mauvaise, je vais te donner un conseil. Ne me menace pas. Vous les vampires, vous êtes tous les mêmes : des cadavres ambulants. Et je pourrais avoir envie de faire de toi ma nouvelle marionnette.

- Je te demande pardon ? Gronde-t-il en se penchant légèrement, donnant un accès plus facile sans le vouloir à la brune qui d'un coup sec, vient lui arracher une mèche de cheveux avant de bondir en arrière. Quelle petite peste ingrate ! Un feulement explose entre ses babines fines. C'est à peine si une écume de rage ne viendrait pas jaillir d’entre ses lippes tremblantes, alors que ses canines s'allongent entre ses gencives.

- Voilà ma police d’assurance. T’as qu’à garder le foie. Qu'elle achève d'un ton cynique. Mais déjà, le vampire bondit, agrippant son poignet tout en se courbant. Obligeant la sorcière à en faire de même, courber l'échine en arrière … Puis regarder le diable face contre face. En chiens de faïence, ils s'observent. Prunelles rougies, veines ondulant sur le pourtour de ses paupières, l'ange n'est plus.

- J'ai un scoop, pour toi, imposture … Grogne le Français d'un ton guttural. Ceux à qui tu me compares ne sont rien … Je ne suis pas de ceux qui pourrissent sous terre. Doucement, l'opale regagne sa place sur la flamme rougeoyante de ses prunelles rageuses. Les veines rongeant ses traits s'apaisent, et les canines du monstre se rétractent. Tu ne prends pas à un Originel, petite fille capricieuse. Susurre Alaric d'une voix soudain mielleuse, dévoilant comme rarement sa véritable nature.

Un simple mot impliquant alors toute la réelle puissance dont il est affligé.

- Sois donc un peu plus polie, prestidigitatrice. Et explique-moi donc comment, d'un seul coup, la petite humaine peut se targuer d'avoir des pouvoirs qu'elle n'avait pas avant ? Explique-moi donc ce qui pourrait te rendre si intéressante à mes yeux, pour que j'épargne ta vie. Crois-tu seulement que tes tours peuvent m'effrayer ? N’aiguise pas trop ma patience, malheureuse.  J'ai beau en avoir, je déteste qu'on me prenne pour un clown. Gronde Alaric, la forçant à écarter les doigts pour qu'elle lâche les quelques mèches de cheveux. J'ai presque 2000 ans … Reprend le Gaulois d'une voix lasse, la lâchant et enfonçant les mains dans ses poches. Si tu crois être la première à vouloir me menacer … Qu'il ironise tout en levant les yeux au ciel.

A peine venu au monde, que sont peuple Galate barbare tentait déjà d'éventrer sont corps de nourrisson. Tout cela parce que ses parents étaient de soit-disant hérétiques … Des déserteurs, des lâches …  Et une gamine à peine sortit de ses couches tente de le menacer avec trois bouts de cheveux ? Un rire jaune s'échappe d'entre ses lèvres, et le brun/roux secoue vivement le menton.

- Tu veux une assurance, toi ? Reprend Alaric en la fusillant du regard. Il aurait été plus diplomate, si elle n'avait pas tenté de le menacer. Je peux t'avoir tous les organes que tu désires … Maintenant que j'y pense … Si tu te prétends sorcière … Lâche-t-il en faisant mine de réfléchir. C'est que tu dois avoir plus d'intérêt encore, n'est-ce pas ? Il se trouve que je cherche justement les services de quelqu'un comme toi … Si tu cherches réellement à m'évaluer, sache qu'il en va de même de mon côté. Je peux encore changer d'avis. »

Non, vraiment, Alaric déteste qu'on le menace.
Et il commence sérieusement à se lasser.




_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://swanlive.livejournal.com/
avatar
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Trick or Treat (Megaric)   Lun 20 Oct - 23:22

❝ Trick or Treat ❞


Elle savait qu’elle se trouvait sur un terrain dangereux, bien qu’elle n’imagine pas encore à quel point. Il faut dire que doucement mais sûrement, la moutarde lui montait au nez. Elle allait vraiment finir par lui sortir ses quatre vérités ! D’ailleurs, c’était exactement ce qu’elle était en train de faire. Il allait ruiner la transaction, tout ça parce qu’il avait soi-disants des doutes sur une ex compagne de coucherie. Non, mais elle était si marquante que ça la Megara ? Il ne pouvait pas l’oublier un peu ? Elle l’avait fait venir pour bénéficier d’un service, rien de plus rien de moins. Tout ce qu’elle demandait, c’était le payer, récupérer sa marchandise, rentrer chez elle. C’était simple comme bonjour, et pourtant voilà qu’elle était contrainte et forcée de se justifier, de menacer. Oui, elle n’avait pas la moindre envie de lui dévoiler qui elle était vraiment. D’abord, parce que ça ruinerait sa couverture. Mais surtout parce qu’elle ne connaissait que trop bien l’animosité de certains vampires pour les sorciers. Elle ne voulait pas prendre le moindre risque. Alors, comme à son habitude, elle prenait les devants, oubliant totalement de jouer son rôle. Un rôle dont elle ne savait de toute manière pas grand chose au fond.

Il ne réagit pas très bien à ses menaces. C’était même le moins qu’on puisse dire. Bon, il faut dire qu’elle y avait été fort en arrachant une mèche de ses cheveux. Il était même très possible qu’elle l’ait mis en colère. Pour un peu, elle aurait levé les yeux au ciel. Bon sang, ce qu’il pouvait être susceptible ! Mais elle s’en garda, sentant bien à quel point sa situation était précaire. En plus il prenait de grands airs. Espérait-il vraiment se montrer impressionnant ? Néanmoins, il parvint à la surprendre. Elle s’était en effet imaginée avoir croisé la route d’un vampire ordinaire mais là... un Originel, rien que ça ! L’espace de quelques instants, elle perdit ses moyens et le regarda, les yeux écarquillés. Bon ok, peut-être qu’elle n’avait pas vraiment bien joué ses cartes. C’était bien la première fois qu’elle en rencontrait hein. Pour un peu, elle aurait tendu la main pour le toucher, histoire de constater qu’il était bel et bien réel. Mais euh... ç’aurait sans doute été très malvenu...

« Ecoute, je pensais pas que t’étais un Originel, d’accord ? Et ça change rien de toute façon, qu’est-ce que ça peut te faire ? Je te fous la paix, tu me fous la paix, on fait affaire ensemble et y a pas à chercher plus loin ! »

D’accord, elle n’en menait pas large, tout en étant en même temps plutôt irritée par la situation. Quelque chose chez ce type lui faisait froid dans le dos, et quelque part, si elle s’était laissée aller, sans doute aurait-elle eu réellement peur. Elle s’efforçait tant bien que mal de laisser ce sentiment hors de portée. Elle avait réellement le sentiment qu’il allait exploser d’un instant à l’autre et elle devait faire un immense effort pour prendre sur elle et demeurer un tant soit peu stoïque. Il l’avait appelée imposture en plus. Et les menaces ne manquèrent pas de venir ensuite. Elle parlait ou il la tuait, clairement. Et son instinct de survie était trop développé pour qu’elle puisse avoir envie de le provoquer davantage.

Elle n’eut pas le temps de répondre d’ailleurs. Il lui attrapa la main, les doigts, la forçant à lâcher son précieux butin. Toute résistance était inutile. C’aurait été comme tenter de briser des pierres avec les dents. Douloureux et sans aucun résultat. Elle ne put retenir néanmoins une exclamation de douleur, mêlée de surprise. Et elle ne pouvait rien faire. Si elle avait eu son pouvoir... si seulement elle l’avait eu...

Elle recula et lui lança un regard noir. Tout comme lui d’ailleurs. A eux deux ils auraient pu lancer des éclairs. Ce qu’il dit ensuite changea néanmoins la donne, et la sorcière n’en perdit pas une miette. Elle avait pensé que sa nature pourrait être la cause de sa perte, mais elle comprenait à présent que ça pourrait la sauver au contraire. Sans qu’elle sache pourquoi, ce type éprouvait un intérêt pour elle, encore plus depuis qu’elle avait laissé entendre ce qu’elle était. Peut-être alors y avait-il une carte à jouer. Elle se recula légèrement et s’appuya nonchalamment contre le mur, faisant également mine de réfléchir.

« Après tout pourquoi pas... Qu’est-ce que tu voudrais exactement ? »

Elle n’était pas certaine de prendre tout ceci très au sérieux. Encore moins d’avoir la moindre envie de se lier d’une quelconque manière à un vampire, surtout à un Originel. Néanmoins, il pouvait y avoir de bons côtés. Obtenir facilement les ingrédients qu’elle désirait d’une part. Et s’il avait de l’argent... Oui, l’argent produisait toujours un effet fort persuasif sur elle. Une chose qui n’avait pas changé.

« Tu dois bien avoir quelques projets en particulier pour avoir besoin d’une sorcière... » 
bohemian psychedelic
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✤ Messages : 4476
✤ Barge depuis : 13/08/2013
✤ Avatar : Tom Hiddleston
✤ Crédits : SWAN ( avatar ) + Disturbed ( Signature ) + TUMBLR ( gifs profil ) + Puscifer ( musique )


✤ Âge personnage : 3801 ans.
✤ Humeur : Consciencieux, mais agacé.
✤ Profession : Trafiquant d'organes ( Ne récupère plus que les corps des Raids. ) Et de poches de sang. Ariana Vander s'occupe de son réseau pendant la journée.
✤ Philosophie : Ne jamais remettre au lendemain ce qu'on peut faire aujourd'hui
✤ Localisation : Partout à Salem.
✤ Pouvoirs : Provoquer des illusions chez ses victimes. Plus ceux d'un Originel.

Relationship
→ citation:
relationships :
Alaric G. RousseauRousseau ; Elu connard de l'année
MessageSujet: Re: Trick or Treat (Megaric)   Sam 25 Oct - 18:13





TRICK OR TREAT
MEGARIC

La petite maligne pâlit légèrement, teinte imperceptible de sa peau devenant soudain plus translucide. Même les battements de son cœur ralentissent, jusqu'à l'effet soit complètement inversé. Réchauffement de sa peau, faisant légèrement rougir ses joues, écarquiller ses iris et battre son cœur à la chamade. Elle comprend soudainement à qui elle a à faire, et la Megara a soudain conscience de la posture dans laquelle elle se trouve.

« - Ecoute, je pensais pas que t’étais un Originel, d’accord ? Et ça change rien de toute façon, qu’est-ce que ça peut te faire ? Je te fous la paix, tu me fous la paix, on fait affaire ensemble et y a pas à chercher plus loin !

Bah bien-sûr. Et voilà qu'elle tente de marchander et de l'apaiser, maintenant. Alaric hausse un sourcil, s'approchant pour lui arracher les racines de cheveux, sans en louper un seul fil, juste au cas ou. Il est hors de question qu'il la laisse faire quoi que ce soit avec ça, bien qu'il doute encore de sa prétendue nature surnaturelle. Le petit jappement de douleur qui s'échappe de ses babines le ravi, même s'il n'en montre rien, vrillant ses prunelles perçantes sur elle. Dardant tout son être en une douce menace voilée, la frôlant d'un simple regard. Elle échappe à sa poigne, marquant une certaine distance entre eux. Et le Rousseau fourre ses serres dans l'étoffe de ses poches. Sans avoir répondu à ses interrogations.

- Après tout pourquoi pas... Qu’est-ce que tu voudrais exactement ?

Résumer la situation aussi banalement ne l'enchante pas. Bien que, cette fois, il se méfie bien trop d'elle pour se permettre d'utiliser les 'protocoles' habituels. Alors, tout en faisant mine de réfléchir, Alaric pince les lèvres.

- Tu dois bien avoir quelques projets en particulier pour avoir besoin d’une sorcière...

Oh, oui, certes. L'Originel opine du chef, un sourire sans joie scotché aux lèvres. Oui, il a des projets, et un en particulier.

- Disons … Que certains de mes clients sont plus ou moins paranoïaques, et déteste ceux de mon espèce. Quiconque travaille à mon compte se doit de conserver ma nature secrète. Parfois, mes rendez-vous s’effectuent en … Plein jour. Et il faut bien duper ces vermines, pour pouvoir faire affaires. Soit, les sorcières ayant travaillé pour moi s'arrangeaient pour que je puisse sortir en plein jour. Sans subir les effets de l'astre … Disons que votre sang est … Très utile, combiné à un sortilège de votre effet. Mais chacun ses méthodes … A toi de trouver la tienne, si ce que tu prétends est vrai.

Le Français sort une main de l'une de ses poches, extirpant l'une de ses petites cartes qu'il conserve toujours. Prévoyant justement ce genre de situation. D'un geste, le vampire lui tend le carton minuscule gravé de chiffres noirs, la reculant au dernier moment tout en lui lançant un regard d'avertissement :

- Personne ne doit savoir. Une fois le contrat signé, tu m'appartiendras. En partie … En bénéficiant de ma protection. Sous ma charge, rien ne peut t'arriver, du moins, pas à cause de mes … Confrères. Tu as deux semaines, si j'apprends que tu t'es amusée à ébruiter ma nature, tu meurs. Si sous contrat, tu me trahies, tu meurs aussi. Et tes proches avec.

La menace est prononcée d'un ton complètement détaché, tandis qu'il adresse un sourire faussement affable avant d'abaisser la carte pour la lui tendre.

- Les règles ayant changées, je récupère l'organe. Si tu travailles pour moi … Tu en auras autant que tu voudras pour … Faire ce qui te chante avec. Sur ce, tu sais comment me joindre. Et peut-être que je t'expliquerai tout.  »

Et sans attendre, l'Originel se détourne, agrippant la glacière pour regagner sa route.





_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://swanlive.livejournal.com/
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Trick or Treat (Megaric)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Trick or Treat (Megaric)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» EVENT ϟ Trick or treat !
» Event Halloween • Trick or Treat
» [EVENT] Trick or treat ? [RP COLLECTIF]
» Mission de rang C solo: Le poison qui rend la trick
» progression trick ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
You ain't born typical :: CORBEILLE :: Children Of cain :: Corbeille RPG-