FERMETURE DU FORUM ► Pour en savoir plus c'est ICI

Partagez | 
 

 THE MINDSET OF A KILLER ▲ mini-intrigue #1

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
InvitéInvité
MessageSujet: THE MINDSET OF A KILLER ▲ mini-intrigue #1   Jeu 10 Juil - 7:41




I'm going in for the kill

- Let's go to war to make peace -


- Mademoiselle Willems. Les salles de bains sont---

Négativement, agressivement, je dodeline de la tête, les ondulations de ma chevelure de jet suivant le mouvement exagérément répété et rebondissant sur mes frêles petites épaules tels de joyeux petits serpentins. Je me désarticule la nuque pour venir hisser mon visage empourpré et bouillant au niveau de la figure de ce gros molosse qui me bloque le chemin. Je mets de l’emphase sur mon désagrément en lui braquant sous le mufle mon fin index accusateur.  

- C’est Docteur Willems, jeune homme. Pas de mademoiselle et encore moins de madame, je déteste lorsqu’on m’appelle madame. Ça me donne de l’urticaire et des cheveux gris ! N’essayez surtout pas de jouer les pouffiasses avec moi. Cette étiquette m’appartient de toute manière. Et vous constaterez que dans la profession de pouf’, je suis imbattable ! Parlant de profession, j’suis médecin légiste. Nom de Dieu ! C’est mon job d’entrer dans ce trou à rat et d’examiner le macchabée !

Immuable, impassible, le molosse ne daigne même pas sourciller et se contente tout simplement de rester là. Il entrave non seulement mon chemin, mais une chance fabuleuse d’obtenir une promotion ! L’enfoiré ! Derechef, je lui braque mon doigt sous le nez, passant très près de lui encastrer ma phalange vindicative dans la narine. Mon doigt tout frêle pointant devant mais ma dégaine chancelante désignant le côté et je titube donc lourdement sur la gauche sans jamais cesser de pointer ma cible du doigt.  Il y a quelque chose dans ce visage de constipé qui ne me revient pas du tout. Ça n’a rien de personnelle. Il n’y a pas de pourquoi. C’est simplement superficiel. Et c’est justement ça qui est en train de se produire avec le joli spécimen que je toise présentement. Pas trop joli. Longue silhouette maigrelette et dégingandée. La figure aussi livide qu’un lavabo.  Les traits marbrés dans une léthargie immuable, même quand il parle, ses lèvres fines et minces ne bougent pas ! C’est dingue ! Et ce regard vide et terne qui ne fixe rien d’autre que le néant le plus abstrus.  La chevelure d’or, inondée et reluisante de gel, impeccablement coiffé sur le côté. Cet homme est façonné d’un flegme étonnant, je dois bien l’admettre, mais il n’aura pas raison de moi !

- Docteur Willems, vous---

- Cessez votre baratin et laissez-moi passer ! Vous voulez quoi, une preuve ?  Attendez, j’en aie une juste là ! fière de mon coup de théâtre, avec la grâce de l’ivrogne aguerrie que je suis en train de devenir, je tourne sur mes talons et avec la solennité d’un prêtre qui s’apprête à présenter les authentiques babouches qu’a jadis fringué l’enfant de Dieu, je gueule :

- ELVIS ! ELVIS MENTOS ! VIENS ICI ! mes grands yeux de bibiches chocolatées, rougis et bouffies d’ivresse, sondent les environs, ma vision trouble et vaporeuse ayant grandement de la difficulté à dissocier la chimère du réel. Le plafond devient le sol et le sol devient le plafond. Un bouleversement de sens et d’orientation. J’ai la cervelle en charpie et c’est la frénésie entre mes deux biscuits. La détresse palpable et grisante de ce bar miteux oppresse bien des visages, mais je suis comme qui dirait légèrement trop pompette pour m’enivrer les neurones d’émotions aussi négatives. D’ailleurs, à parler d’enivrer, cela me fait réaliser que j’ai le gosier aussi sec que le Sahara. Happée par une nouvelle quête, l’air ailleurs, je hèle une dernière fois le géant viking blond, avant de plonger mes yeux fureteurs sur le maigre périmètre qui m’entour. Bon sang, où j’ai encore fourrée ma satanée bouteille de Tequila !? Confuse, mystifiée, j’incline la tête sur le côté, mes fins sourcils froissés et tricotés bien serrés sous mon front plissé d’interrogation. Lentement, mollement, je lève la main, dans l’intention de venir me gratter le crâne avec mon index… pour finalement découvrir du coin de l’œil que le cristal de ma bouteille de fort reluit tout candidement là au creux de ma paume et mes doigts. Hihihihihi ! La petite coquine ! Elle était donc là, dans ma main, depuis tout ce temps ? Sans aucune raison apparente, je me bidonne toute seule comme une grosse dinde et fait volte-face sur le molosse.

- Elvis Mentos, c’est mon associé, que j’explique, entre deux longues et généreuses rasades d’alcool. Il va confirmer et affirmer que je suis médecin légiste et que j’ai tous les droits de me fourrer le nez dans cette foutue toilette ! Victorieuse, j’assène un insignifiant petit coup de poing sur l’épaule de ce videur de mes deux qui entrave mon chemin. Mes jointures s’écrasent et craquent sur le bras. Ouch ! Bon sang, il est blindé à quoi, c’clown ? J’ai l’impression d’avoir frapper un mur de brique !

- Docteur Willems… vous causez avec la statut de Manneken-Pis. J’ai essayé de vous le faire comprendre, mais vous m’avez si souvent interrompu…

Manneken-quoi ?

- Je suis à côté de vous, Docteur Willems, et non face à vous. Ce qui se retrouve là, c’est la sculpture insignifiante d’un gamin qui… pisse. Et depuis le début, vous lui parlez. Dites, vous avez gobé combien de verres ?

Une… statut ? J’suis présentement en train de m’engueuler avec un gamin qui… pisse ? Incrédule, je plisse les yeux et dévisage la silhouette dégingandée qui est postée devant moi. Eh bah merde… il a raison ! Ça explique la trogne de constipé et les lèves immobiles lorsqu’il me parle ! Je titube donc vers la source de la voix masculine, le goulot de la bouteille de fort jamais bien loin de mes lèvres vermeilles.

- Ça ne justifie en rien votre sérieux manque d’initiative, monsieur le videur ! Je dois absolument examiner le corps de cette pauvre fille ! Ils ont fichu c’bar crade en quarantaine, pour l’amour du ciel ! Cette dépouille, c’est la seule piste que nous avons. Ils ont clairement laissé sous-entendre que les meurtriers sont cloîtrés parmi nous et qu'ils ne lèveront pas le moindre petit doigt pour nous aider !

J’égosille, mais le molosse en a que faire. Exaspéré, il fonce sur moi et à l’effigie d’une poche de patates, il me balance sur son épaule massive et me transporte vers la piste de danse. Pendant la preste trajectoire, j’en échappe ma bouteille de Tequila. La suite des événements se déroule soudainement dans un long et interminable slow motion, comme si la bobine du film de ma vie merdique décide de se la jouer au ralenti et beaucoup trop relax. D’une lenteur extrême, je vois ma fiole cristalline partir comme une balle dans les airs et s’éclater sur les carrelages du sol encrassé dans des fragments triangulaires de milliers cristaux de verres. Slalomant entre ces vestiges étincelants, la liqueur cristalline se repend. En un geste de totale impuissance, je tends la main vers ce vestige poignant, ajoutez à cela une trame sonore de Céline Dion et un long et interminable NEOOOOONNNN !!! de circonstance et cette scène dramatique sera l’apogée même du désespoir ! Et c’est sur cette note même de désespérance que le gros machin vient larguer et bazarder mon corps sur la piste de danse… pleine de grâce, je m’écrase cul contre terre aux pieds d’une jolie rouquine (aka Ashley) et d’une jolie brunette (aka Riley). Je tends les bras vers elles, agite mes petits doigts de fée, pour subtilement leur faire comprendre que j’suis trop fucking drunk pour me lever toute seule. Et pendant que je larvouille sur le sol, du coin de l’œil, j’aperçois mon cher et valeureux Elvis Mentos qui se tape la causette en compagnie du vide ? (aka Coraline xD Charlize est humaine lambda. Elle ne voit pas la fantôme hahaha !)

Rien de moins ! Pendant que je me fais botter les fesses par un videur, mon pseudo rencart se la joue paon tout fier et séduisant !

Foutue soirée de merde !
Et sinon… comment on sort d’ici ? 


Dernière édition par Charlize G. Willems le Mar 29 Juil - 3:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✤ Printemps : 20
✤ Messages : 1488
✤ Barge depuis : 18/05/2014
✤ Avatar : Karen Gillan
✤ Crédits : ( CADOW CACAHUETTE ) SWAN ( avatar ) + TUMBLR ( gifs ) + CRACKLE BONES ( Code signa ) + MODERN JESUS| portugal. the man ( MUSIQUE)


✤ Âge personnage : 21
✤ Humeur : Bisounours
✤ Profession : Libraire
✤ Philosophie : Smile, everything's gonna be alright
✤ Localisation : Salem
✤ Pouvoirs : Guérison / Boucliers / Création de blessures (nécessite de se l'infliger à elle-même ou d'avoir un contact physique avec la cible, à l'endroit désiré)

Relationship
→ citation:
relationships :
Ashley H. ColbyNain roux au syndrôme de stockholm
MessageSujet: Re: THE MINDSET OF A KILLER ▲ mini-intrigue #1   Jeu 10 Juil - 16:00


The mindset of a killer

Feat. Charlize & Riley & Coraline & Elkan
Il n'y avait pas à dire. Ashley détestait sa soirée. Enfin, maintenant, c'était le cas pour tout le monde, pas vrai ? Néanmoins, dans son cas, cela allait même un peu plus loin.

Déjà, la rouquine et l'alcool formaient au moins trois entités bien distinctes. Ce n'était pas faute d'avoir essayé : la demoiselle avait bel et bien trempé ses lèvres dans quelques boissons, sans jamais en apprécier le goût. Il fallait avouer que le fait de ne pas être en âge légal pour consommer une telle boisson avait de quoi la dissuader. Disons qu'il s'agissait plutôt d'une question de goût. Or, dans un endroit pareil, il n'y avait rien d'autre que l'alcool pour s'amuser. C'était sa sœur aînée qui l'avait traînée ici. Depuis que la sorcière s'était interposée entre un vampire et son repas, en subissant les conséquences, elle était bien plus nerveuse, et cette nervosité n'avait pas échappé à sa frangine. Celle-ci lui avait même acheter une robe pour l'occasion. Et une vraie, juste pour elle, pas l'une de ses vieilles fringues bien trop grandes ! C'était adorable de sa part.

Le seul problème, c'était qu'Ashley n'avait presque jamais enfilé quelque chose à sa taille. Elle s'était habituée aux vêtements deux tailles trop grands, dû au fait de la bonne tête de plus de l’aînée. La robe - d'une belle couleur émeraude contrastant avec sa chevelure - avait beau être magnifique... Elle s'y sentait coincée. S'arrêtant juste au-dessus de ses genoux, le vêtement venait mettre en valeur la courbure de son corps, et ce simple savoir gardait ses joues d'une couleur rosée en tout temps. Les demoiselles avaient agencé le tout avec de petite ballerines simplettes, argentées, et un mince foulard de la même teinte, à la demande de la cadette. Les traces de morsures avaient rapidement disparues suite à l'incident... mais elle avait gardé l'habitude. Ne serait-ce que pour la mince protection que cela pouvait lui apporter.

Tout cela pour au final dire qu'Ashley ne se sentait pas dans ses basques. Elle était d'ailleurs à la recherche d'Amber, afin de quitter l'endroit, lorsque le drame s'était produit.

D'après vous. Juste comme ça. Une sorcière se fait attaquer par un vampire, se remet de sa blessure, commence tout juste à calmer sa petite boule de nerfs. Comment réagit-elle en se faisant enfermer dans un bar, avec un cadavre, un meurtrier à crocs vraisemblablement avec eux ? Pas très bien serait le bon euphémisme.

Dans la panique générale, la jeune femme avait sentit toute couleur quitter son visage, même le rose timide de ses joues. Elle s'était lentement approchée du bar, tenu par un beau blond qu'elle était certaine avoir vu sa sœur draguer, puis s'installa sur l'un des bancs. Ses mains tremblaient avec force et elle tentait de calmer sa respiration un brin saccadée, ses yeux écarquillés fixés sur le comptoir. Pas encore, seigneur. Faites que cela ne se reproduise pas. Une fois lui avait suffit. D'un petit air affolé, la jeune femme s'adressa à la personne derrière le bar, ne remarquant même pas si le barman s'était fait remplacé pour allez calmer le jeu un peu.

- Un verre d'eau, s'il vous plait...

Un petit remerciement lui échappa lorsqu'elle sentit le verre froid dans sa main. Elle le vida d'un trait avant de le reposer, un peu plus calme. Elle devait se ressaisir. D'abord, trouver sa rouquine de sœur. Elle aurait peut-être une idée. Ashley se releva donc, les jambes toujours un peu tremblantes, repoussant avec impatience une main qui venait de s'aventurer beaucoup trop près à son humble avis. Son regard, ce soir émeraude, se balada avec nervosité sur les regroupement, cherchant à la fois une chevelure de feu et tentant de définir qui avait une tête de mort. Ne trouvant ni l'un ni l'autre, la demoiselle s'avança vers la piste de danse, remarquant une brunette à l'air amical. Peut-être qu'elle l'avait vu ? Une pensée particulièrement sombre pointa le bout de son nez dans l'esprit de la sorcière, qui la repoussa sans même prendre le temps de la questionner. Non.

Un sourire un brin nerveux étira ses lèvres. Lorsqu'elle ouvrit la bouche pour la questionner, un grand cri empli de désespoir l'interrompit. Surprise, elle tourna la tête vers la source de cette exclamation, s'imaginant immédiatement que le meurtrier avait récidiver, qu'ils allaient avoir un nouveau corps sur les bras, que ce serait la panique, qu'elle était dans le chemin, qu'elle serait la prochaine, qu'elle mourrait. Néanmoins, tout ce que la guérisseuse vit, ce fut une bouteille de verre éclater au sol dans un bruit sourd, répandant son contenu au sol, et une véritable soulonne atterrir à ses pieds, au comble de l'agonie mentale. Vraiment ? La rousse laissa échapper un petit soupire de consternation. La femme tendit néanmoins ses bras vers elle et la brunette, dans une demande d'aide parfaitement claire.

Ashley se baissa donc avec de l'aider, se glissant sous l'épaule de la larve qu'elle était pour l'instant, grognant sous l'effort fourni pour la relever. Un pas à la fois, elle s'avança vers le tabouret qu'elle avait précédemment occupé, finissant par se faire aider d'une âme charitable. La petite aida celle qui avait hurlé être médecin légiste à se tenir bien droit sur son refuge, lui donnant une petite tape sur la joue pour l'aider à se ressaisir. Malgré le situation un brin grotesque, la rouquine adressa un doux sourire à la jeune femme. Il fallait avouer qu'au moins, ce petit spectacle avait de quoi détendre l'atmosphère un minimum.

- Calmez-vous, madame. (oh si.) C'est mieux comme ça... Tentez de vous ressaisir, plutôt que de vous saouler un peu plus. Vous allez avoir besoin de tous vos esprits...

Un nouveau sourire lui fut adressé. La demoiselle se redressa soudainement de nouveau, droite comme un I, cette pensée macabre s'immisçant de nouveau dans son esprit. Déglutissant nerveusement, la petite promena de nouveau son regard, mais toujours aucun signe d'Amber. Par pitié, faites que non.

Cette fois, elle paniquait. La seule explication qu'elle trouvait, c'était que sa sœur était au centre de l'attention, allongée au sol, la gorge déchiquetée. La sorcière n'avait toujours pas vu le cadavre, elle n'y tenait pas spécialement, alors comment savoir ? D'un pas rapide, elle s'approcha de la scène, repoussant plutôt sèchement les imbéciles heureux qui restaient plantés comme des piquets, attendant que quelque chose se passe. Les larmes lui avaient déjà montées aux yeux. Finalement, elle put se hisser sur la pointe des pieds afin de voir un peu. Le premier élément qui lui sauta aux yeux fut tout ce sang. Mon Dieu. Ashley fut prise de violents tremblements, avant de voir une mèche blonde au sol, parmi la marre vermeil. Un soupire lui échappa. Ce n'était pas Amber. Elle était peut-être sortie avant, avec quelqu'un, ce serait bien son genre.

Alors pourquoi ne parvenait-elle pas à être soulagée ? Peut-être parce qu'elle était coincée, seule, dans une fosse aux lions.


_________________

Revenir en haut Aller en bas
avatar
✤ Printemps : 28
✤ Messages : 3784
✤ Barge depuis : 28/01/2013
✤ Avatar : Elizabeth Henstridge
✤ Crédits : Merenwen & TUMBLR ( gifs ) +PETULIA ( code signa )


✤ Âge personnage : Vingt-six ans à sa mort
✤ Humeur : Perdue
✤ Profession : Serveuse
✤ Localisation : Ici et là
✤ Pouvoirs : Téléportation, télékinésie, possession

Relationship
→ citation: YOU BROKE MY HEART. YOU KILLED ME.
relationships :
Coraline Price☞ T'as le look coco ; Appelez Ghostbusters !
MessageSujet: Re: THE MINDSET OF A KILLER ▲ mini-intrigue #1   Sam 12 Juil - 15:55

❝ The mindset of a killer ❞

Retrouver Salem et Aleister. C’était ce qu’elle voulait, c’était son objectif. Une obsession qui seule l’empêchait de penser à autre chose, de totalement sombrer. Le problème était son incapacité totale à les localiser. Autant qu’elle puisse savoir ils auraient pu être n’importe où. Sans eux, la maison lui semblait terriblement triste et elle s’en éloignait autant que possible, fuyant même le réconfort qu’auraient pu lui apporter les autres. Elle choisissait la facilité, mais elle ne pouvait faire autrement. Elle n’était pas prête. Pas prête à affronter une réalité qui commençait à devenir bien trop pesante et douloureuse pour ses frêles épaules. Elle ne pouvait y échapper pourtant. Ses pensées la ramenaient toujours au même point, même dans les moments où elle se trouvait seule dans la rue, tentant de faire le vide dans son esprit. Cette fois-ci, ses pas l’amenèrent à Brooklyn, un quartier lourd de signification, synonyme de son existence passée. De sa vie. Elle dut se retenir pour s’empêcher de se rendre là où vivait sa mère. Encore aujourd’hui.

Mais ses pensées furent bientôt détournées de manière radicale. Lorsqu’elle la vit, silhouette qui lui faisait face sur le trottoir. Et elle sut. Elle sut ce qu’elle avait sous les yeux. Une âme en peine, comme elle l’avait été, comme elle l’était toujours. Il faisait sombre, mais elle pouvait distinguer ses traits, même dans la pénombre, ainsi que l’éclat de sa chevelure. Soudain, l’apparition tourna les talons et se mit à courir dans la direction opposée. « Attends ! » Sans réfléchir, la revenante la poursuivit, tentant de la rattraper. Elle se retrouva devant un bâtiment visiblement très populaire. Elle n’en regarda même pas le nom. Elle vit le spectre disparaître furtivement à l’intérieur, comme elle était capable de le faire avant de bénéficier de la magie. L’avantage lorsque l’on est fantôme, c’est que faire la queue n’est plus nécessaire. Elle apparut directement à l’intérieur, empli d’individus prêts à faire la fête. Une félicité qu’elle ne partageait pas. Elle regarda de tous les côtés à la recherche de la silhouette évanescente. Ce qui n’avait rien de simple alors qu’on lui passait au travers de toutes parts. Elle parvint finalement à la repérer devant ce qui semblait être la porte des toilettes. Elle la vit disparaître à l’intérieur. Coraline ne se posa pas la moindre question et fit de même. En un instant, elle se trouvait derrière le battant. Dans le noir complet. « Il... il y a quelqu’un ? Où es-tu ? Je veux seulement te parler... » Tout en prononçant ces mots elle laissa sa main parcourir le mur, jusqu’à ce qu’enfin sa paume entre en contact avec l’interrupteur. Elle fit un pas en avant tout en l’actionnant. Malheureusement, ce fut au même moment qu’elle glissa sur une flaque et tomba lourdement sur le sol. Du sang. Elle releva la tête et son regard se posa sur le corps qui se trouvait désormais près d’elle. Elle vit les yeux de la mort.

***
Elle n’avait pas crié. Elle n’avait pas réussi. Heureusement, elle avait pu s’enfuir avant que quiconque ne la trouve à côté du corps. Elle se trouvait dans une très mauvaise posture. Ses vêtements étaient maculés de sang, et si une partie des individus présents ne pouvaient la voir, certains le pourraient. Elle était censée être morte. Attirer l’attention aurait été la pire chose qui soit. Elle aurait dû partir évidement. C’aurait été si facile. Mais elle en était incapable. Elle ne pouvait s’empêcher de contempler le spectacle qui se déroulait sous ses yeux. La découverte du corps. Elle eut la présence d’esprit de voler un pull aux vestiaires pour couvrir au moins en grande partie ses frusques souillées, avant de se mêler à la foule des clients. Tous étaient si choqués par les événements que personne ne la remarqua vraiment. La vérité était qu’elle attendait de savoir qui était responsable. Qui avait fait ça. Cette scène évoquait en elle un souvenir bien trop proche. Elle aurait aimé pouvoir le demander à la principale intéressée, mais celle-ci semblait bel et bien avoir disparu.

Depuis combien de temps se trouvait-elle là ? Des heures, probablement. Elle avait suivi avec attention l’entrée des Disciples des Ténèbres. Personne n’entre, personne ne sort. Leurs conclusions semblaient d’ailleurs indiquer que les assassins se trouvaient toujours là. Tant mieux, elle aurait le loisir de les avoir face à elle. Une pensée qui ne la traversa qu’un instant. Son attention fut bientôt grandement attirée par l’arrivée d’une jeune femme brune visiblement sous l’emprise de l’alcool et... d’Elkan. Voilà un moment qu’elle n’avait plus vu le sorcier. Et pour cause, depuis qu’elle avait appris, avec lui, ce qui lui était arrivé, elle s’était isolée et avait préféré le fuir comme la peste. D’autant plus qu’il avait été témoin de sa réaction. Que faisait-il donc ici ? Il accompagnait la jolie brune visiblement. Ce qui ne lui plut pas. Et elle se sentit agacée d’être contrariée pour si peu. De ne pouvoir s’empêcher de s’approcher pour voir la scène de plus près, au lieu de rester sagement dans son coin, à l’écart. Pas plus qu’elle ne put s’empêcher d’aller vers eux, de se placer près d’Elkan.

« Tu es donc Elvis Mentos ce soir. » Par curiosité, elle s’avança jusqu’à la brunette qui parlait seule à une statue et agita sa main juste sous son nez. Humaine. Puis, elle fit demi-tour et retourna vers le sorcier. « C’est donc vous qui allez résoudre ce crime ? » demanda-t-elle non sans une certaine ironie.

La compagne d’Elkan avait en effet davantage l’air prompte à terminer la tête la première aux toilettes. Sur ce, une jeune femme rousse sembla avoir pitié d’elle et lui sourit, essayant visiblement de la calmer. Si vraiment la soularde était médecin légiste, ce dont le fantôme doutait fortement, ils étaient dans de sales draps. Elle-même avec sa simple expérience d’infirmière aurait été plus capable. Ou peut-être était-ce la contrariété qui parlait. Contrariété parce que cette femme était réellement belle. Et vivante. Elle chassa cette pensée de son esprit. Ce n’était vraiment pas le moment. Son regard se perdit et de nouveau se posa sur le corps, ou plutôt ce qu’il en restait. Et les mots lui échappèrent sans même qu’elle ait pu les retenir.

« J’imagine que techniquement, c’est moi qui l’ai trouvée la première... »

bohemian psychedelic

_________________

i just feel sort of empty these days + And there's no remedy for memory your face is like a melody, it won't leave my head your soul is haunting me and telling me that everything is fine but I wish I was dead every time I close my eyes It's like a dark paradise.


Dernière édition par Coraline Price le Jeu 13 Nov - 18:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✤ Messages : 789
✤ Barge depuis : 27/07/2013
✤ Avatar : Alexander Skarsgard
✤ Crédits : google & tumblr


✤ Âge personnage : 34 printemps.
✤ Humeur : Morose
✤ Profession : Intervenant à la BRIS
✤ Philosophie : Marche ou crève
✤ Localisation : Dans ton dos.
✤ Pouvoirs : La nécromancie. Appeler, entendre et voir les fantômes. Réanimer les cadavres.
Elkan J. Devos☞ I'm too sexy for my hair, too sexy for my hair
MessageSujet: Re: THE MINDSET OF A KILLER ▲ mini-intrigue #1   Dim 13 Juil - 23:44


THE MINDSET OF A KILLER
Mini intrigue



Fidèle et loyale. Attrayante et peu causante. Elle comblait ses nuits solitaires, apaisant le vide occupant son lit. Tendre et parfois impitoyable. Il la chérissait peut-être un peu trop. Beaucoup trop, à vrai dire. Un amour qui n'était qu'à sens unique. Pire encore, elle possédait des partenaires multiples, la coquine. Tacite et pourtant fascinante. Ses claires prunelles la lorgnait avec cet éclat versatile, indiquant clairement qu'il n'allait pas tarder à succomber à son charme. Un appel silencieux en comparaison de l'autre braillarde qui gueulait sur une statue. De sa main virile et puissante, le sorcier attrapa sa belle et désirable bouteille de vodka. Sa partenaire de prédilection pour les emmerdes du genre. Tassant quelques généreux billets sur le comptoir, il adressa un ultime regard au barman. Il pouvait garder la monnaie à condition de laisser la bouteille au viking. De toute façon, l'employé semblait bien trop occupé à zieuter la barge à la statue... et comme une bonne partie des personnes présentes, l'homme d'affaire tourna ses fesses sur son tabouret, bouteille en main, afin de regarder le spectacle désolant que lui offrait son étoile de mer Charlize. Les toilettes étaient condamnée car malheureusement un cadavre avait été trouvé. Soit. La légiste trouvait légitime d'y fourrer son nez et ses yeux bouffis par l'alcool. Si au moins elle était en capacité de distinguer la différence entre un objet inanimé et un être humain... peut-être n'aurait-elle pas perdu autant de crédibilité.

- ELVIS ! ELVIS MENTOS ! VIENS ICI ! beugla la voix de sa comparse.

Ni une, ni deux, le sorcier ignora l'appel désespéré de son amie pour lui faire dos et apposer ses coudes sur le comptoir. Qu'elle joue de malchance et se fasse honte... c'était une chose, mais il ne voulait pas perdre de sa crédibilité à son tour. Il possédait une réputation et la voir s'envoler à coup de statue pissotière et de légiste bourrée ne l'inspirait pas vraiment. Voulant se faire le plus petit possible, il s'affaissa légèrement. Si il avait la possibilité de devenir invisible, il l'aurait fait. Assurément. Vraiment. Totalement.


- Tu es donc Elvis Mentos ce soir.

Le coeur du sorcier bondit dans sa poitrine à ses mots. Ces quelques mots prononcés par la plus belle des bouches. Le son de cette voix, il la reconnaîtrait entre mille. Elle avait raisonné tel un doux chant. Un chant proche de lui. Coraline. La plus belle des anomalies. Elle se trouvait là, après des semaines de silence radio, la voilà qui réapparaissait dans sa vie.  Sa crédibilité envolé, il hésitait entre se miniaturiser pour aller se noyer dans le fond de cette bouteille ou de tout simplement en rire. Toujours aussi hésitant quant à savoir si il devait s'arracher les cheveux ou s'en amuser, il se servit un verre... Car boire à la bouteille, ça ne se faisait pas devant une dame. Une fois armée de sa fidèle compagne, la vodka, le sorcier leva le bout de son nez vers l'apparition divine.

- C’est donc vous qui allez résoudre ce crime ? questionna la fantôme.

Non. Il était en repos. Il était là pour noyer les petites peines de son amie à grand renfort d'alcool. Il était là pour se cacher à lui-même combien il menait une vie pathétique et vide de sens. Ses affaires fonctionnaient à merveille. L'argent coulait à flot mais quelque chose lui manquait.

- Pas ce soir, honey.

Il cala son verre et de façon incertaine, il chercha du regard Charlize car en dépit de tout, il s'en voudrait si il lui arrivait malheur. Il se sentait responsable de cette pochtronne. Apparemment, une adorable petite rousse semblait avoir prit pitié de la légiste et l'amena jusqu'au bar. A la fois soulagé et embarrassé, il restait cloué à son siège, ses prunelles suivant le trajet périlleux des deux demoiselles. Son étoile de mer n'était guère au meilleur de sa forme et le mieux pour la légiste était encore d'éloigner toute forme d'alcool de ses petites papattes furtives. Le viking héla le barman, troquant sa vodka pour un verre d'eau qu'il tendit à la brunette.

- C'est de la vodka, menti Elkan, s'assurant ainsi la docilité de l'humaine.

Dans son état, il était pratiquement persuadé qu'elle ne ferait aucune distinction. Il aurait pu lui tendre des crottes de mulots en lui disant que c'était des crottes au caramel, elle n'aurait certainement rien broncher. D'un geste paternaliste, il posa sa main virile sur l'épaule de l'humaine. Il n'aurait pas du la laisser boire autant... mais son domaine c'était les morts. Pas les vivants. Son domaine... c'était les morts... pas les vivants... cette simple pensée lui arracha un soupir. Quand bien même l'idée de rester les fesses visées sur son siège lui semblait alléchante... il se devait de bouger et de faire son boulot de détective.

- J’imagine que techniquement, c’est moi qui l’ai trouvée la première...

Quoi? Comment? Interpellé par les paroles de la fantôme, il se détourna aussitôt de Charlize pour faire face à Coraline. La mine soucieuse et son air grave d'imprimer sur sa face congestionné, il tentait de prendre une apparence professionnel mais l'alcool embrumée beaucoup son esprit. Si habituellement, il savait parfaitement quoi faire en ce genre de situation... là, il perdait totalement ses moyens. Elle lui faisait perdre totalement ses moyens. Pourquoi l'avait-elle évité? Car c'était évident que pendant les semaines qui s'étaient écoulées, elle l'avait évité. Cette question lui brûlait les lèvres et pourtant, ce fut tout autre chose qu'il prononça de sa voix inquiète :

- Coraline, rendez-moi service et surveillez mon amie Charlize. J'en ai pour pas longtemps.

Aussitôt, il quitta sa place et s'approcha de la foule. De toute sa hauteur, il dépasser largement la plupart des clients et contrairement à d'autre, il n'avait pas besoin de se mettre sur la pointe des pieds. Tout comme il n'avait pas besoin de jouer des coudes. Son charisme usuel refaisant surface, il se mouvait avec aisance parmi cette marrée de gens affolés. Très vite, il retrouva la petite rousse qui avait aidé son associée.

- Vous avez appris quelque chose d'utile? demanda le sorcier, se penchant à l'oreille de la rouquine.




Code © disturbed - Gif © Lunatic Café


_________________

Supermassive Black Hole
-- You set my soul alight. --
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✤ Printemps : 28
✤ Messages : 1860
✤ Barge depuis : 11/06/2014
✤ Avatar : Katie Cassidy
✤ Crédits : Avatar & signature par Ariana. La musique est Hall of Fame de The Script.


✤ Âge personnage : 29 ans
✤ Profession : ancienne infirmière et voleuse. continue les combats clandestins et est agent de sécurité a lElectric Sheep ainsi que indic pour la BRIS
✤ Localisation : Salem
✤ Pouvoirs : Voir les fantômes (grâce à un sort d'Elkan)

Relationship
→ citation:
relationships :
Riley DawkinsKick ass ; La revanche d'une blonde
MessageSujet: Re: THE MINDSET OF A KILLER ▲ mini-intrigue #1   Mar 29 Juil - 3:35



« The mindset of a killer »


   La soirée avait si bien commencé, pourtant. Pour se changer les esprits et sortir un peu de son quotidien, plus tourné vers la chasse que les lieux bondés où l'alcool coulait à flot, elle avait décidé de....bah passer la soirée dans un endroit bondé où l'alcool circulait pas mal, donc dans un bar.  A vrai dire, elle se disait qu'elle pourrait tout à fait profiter de sa soirée de « repos » pour  se renseigner sur des rumeurs d'attaques animales. Après tout, les gens avec une certaine quantité d'alcool dans le sang pouvaient parler plus facilement. Alors autant en profiter non ?
Cependant, avant qu'elle n'ait pu poser des questions , des originels vinrent mettre à en quarantaine le bar, parce qu'apparemment une crime venait d'être commis et qu'ils ne voulaient pas que le responsable de tout cela ne sorte. Évidemment, le tueur était présent parmi eux. Et forcément les Originels ne se bougeaient pas le derrière pour trouver eux même le coupable. Ah non, laissons la population s'en tirer tout seul !

« Qu'à cela ne tienne ! »

Riley termina son cocktail alcoolisé et se leva de sa place au comptoir pour s'avancer vers la piste de danse, afin d'observer autour d'elle les clients présents. Alors comme ça, un vampire se cachait parmi la foule ? Cela pouvait être n'importe qui, alors il fallait ouvrir l'oeil...

«  - ELVIS ! ELVIS MENTOS ! VIENS ICI" 

Cet appel crié fit tourner la tête de la brunette. Elle connaissait cette voix...Mais lorsqu'elle aperçu au loin la latina avec sa bouteille d'alcool dans les mains, elle était partagé entre deux sentiments :
La joie de croiser une tête connue dans une situation pareille, d'une part. Elle l'avait aidé par le passé, à son arrivée sur New York, pour rapatrier les corps de ses parents et de ses proches de la Communauté. Elle avait facilité les choses en falsifiant des documents pour que Riley puisse s'occuper de la mise en terre. Les deux ne s'entendaient pas au départ, mais les choses s'étaient arrangées   entre elles lorsque les corps étaient emmenés dans la capitale. Riley avait vu que Charlize était prête à faire une grosse entorse au règlement, tricher au niveau des documents afin d'arranger l'orpheline. Et de son côté, la médecin légiste eut droit à connaître le côté fragile de Riley, cette partie qu'elle cachait habituellement derrière son envie de retrouver les responsables de la tuerie de l'usine. Elle  le camouflait derrière cette rage envers les loups-garous et parfois envers les vampires, parce que si les vampires n'avaient pas fait prisonnier Riley et sa grande famille, il n'y aurait pas eu tous ces morts, du moins c'est ce que pensait la jeune femme...
D'autres part, la brunette craignait que  l'état du docteur ne soit pas à l'avantage de ceux qui voulaient trouver ce vampire de malheur. En effet elle n'était pas vraiment en état de bien analyser les choses et donc d'obtenir de possibles indices qui seraient peut être cruciaux. Et puis fallait bien l'avouer, lorsqu'on connait quelqu'un qui se trouve bien saoûl, on peut avoir honte, très honte. Et c'est ce que ressentait Riley à ce moment là. Elle se demandait comment Charlize en était arrivée là. Elle reconnaissait volontiers son très bon travail en tant que médecin légiste. Mais elle trouvait dommage qu'elle en vienne à gâcher son potentiel avec de l'alcool, à ce point là.

Riley zieutait les clients, même si les discerner comme ça n'était pas le plus simple. Elle cherchait un comportement suspect, quelque chose qui lui mettrait la puce à l'oreille. DE toute manière, elle ne pouvait pas rester inactive. Mais un nouveau bruit attira de nouveau l'attention. Une bouteille de verre qui tombe par terre. Un nouveau regard vers la source du bruit et  voilà Charlize qui se faisait porter par une armoire à glace ultra baraqué. Vu l'état de l'alcoolique, c'était sa bouteille qui venait de tomber. Elle vit le docteur se faire déposer lourdement sur la piste de danse, à ses pieds et celles d'une rouquine, qui était venue à sa rencontre sans que Riley ne fasse attention à elle. Charlize avait besoin d'aide et c'est avec l'aide de la rouquine que la chasseresse la porta jusqu'au bar, sur un siège. Puis comme la rouquiune semblait vouloir s'en occuper, Riley prit une place au bar, tout en gardant un œil sur le médecin-légiste. Mais très vite, Poil de carotte partit sans dire un mot à qui que ce soit, en direction de l'endroit où se trouvait le cadavre de la fille et de manière soudaine. L'homme à droite de Riley finit par commander un verre d'eau et de le proposer à Charlize, en rusant et faisant passer le contenu pour de l'alcool. Un sourire en coin apparut sur les lèvres de la brunette

*Bien joué ! *


Mais la jeune femme se demandait si un seul verre d'eau allait vraiment changé l'état de la mal en point. Après tout elle était bien atteinte ce soir là et à situation critique, solution critique. C'est ainsi que Riley commanda une chope d'eau froide. Puis son voisin de bar s'éclipsa aussi, en demandant à une Coraline de veiller sur Charlize. La demoiselle observa autour d'elle, mais était surtout entourée d'hommes, d'où son incompréhension. S'il s'adressait à elle, il faisait fausse route sur son prénom. Mais comme elle ne le connaissait pas, et qu'il était déjà un peu plus loin, elle ne chercha pas plus longtemps une explication à tout cela. Elle se dirigea vers Charlize et but une légère gorgée d'eau pour faire passer son approche avec sa chope pour quelque chose de normale et de naturelle... Puis près d'elle, elle l'observa et lui adressa la parole :

«  ça va aller Doc ? Le verre t'a fait du bien ?  Tu sais, ton esprit d'analyse nous serait bien utile en ce moment. J'aimerais bien retrouver  la femme avec qui j'ai collaboré pour certaines affaires, la bosseuse et non celle qui est portée sur la bouteille...Tu permets ? »

Puis sans vraiment laisser de temps à Charlize de réagir ou de dire quelque chose, et en restant à proximité en cas de chute sous le coup de la surprise, Riley porta la chope au dessus de la demoiselle et renversa brutalement le contenu sur sa tête. Ça ne valait pas une bonne douche, mais  ça lui permettrait peut-être d'avoir les idées plus claires. De toute manière il fallait bien trouver quelque chose de radical, vu la situation. Et tant pis si elle allait avoir affaire à la fureur de la médecin légiste. Elle ne lui faisait pas peur. Ça serait même une réaction positif, vu le caractère bien trempé, sans vilain jeu de mot, de celle travaillant auprès des morts à autopsier...

© disturbed



_________________


Hall of fame

And the world's gonna know your name.'Cause you burn with the brightest flame. And the world's gonna know your name. And you'll be on the walls of the hall of fame. You can go the distance. You can run the mile. You can walk straight through hell with a smile.


Dernière édition par Riley Dawkins le Mer 24 Sep - 10:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
InvitéInvité
MessageSujet: Re: THE MINDSET OF A KILLER ▲ mini-intrigue #1   Ven 1 Aoû - 7:12




I'm going in for the kill

- Let's go to war to make peace -


 Rooooh ! Rouuuhhh ! Riiiiii ! Grrrr ! Mais c’est qu’elle est toute mignonne avec ce joli petit teint d’albâtre, ses grands yeux noisette, sa soyeuse chevelure de feu et ce charmant minois de poupée ! Mes grands yeux bouffis de bibiche chocolatée la dissèquent et contemplent sous toutes les coutures, tandis que ma frêle petite carcasse ramollie s’affaisse de tout son poids sur le mirifique petit corps de porcelaine qui me sert accessoirement de béquille humaine. Avec la mollesse d’une vieille biquette boiteuse, je passe mon riquiqui petit bras de mouche autour des épaules de la belle rouquine qui me traîne je ne sais où, mais puisque bien encastrée sur son flanc, je n’aie pas le choix de la suivre… ou plutôt de me faire escorter.

- C’est tellement… mais teeeeelllleeeemmmmeennnnnntttttt gentil et aimable de ta part, jeune fille. Sans toi, je serais toujours en train de faire la carpette hirsute sur cette fichue piste de danse. Tu es teeeeellllllleeemmmmmeeennnnnnnnt gentille et aimable. Tu es loin d’être aussi brute et épaisse que ce gros bulldog qui m’a largué là comme si je n’étais rien d’autre qu’un vulgaire mouchoir. C’est grâce à des femmes comme toi, que le monde reste un endroit où il fait bon y vivre. Je lui lance tous les lauriers que je possède, passant très près d’avoir une orgie de cœurs écarlates dans le tréfonds de mes grands yeux brillants et lubriques… j’irais jusqu’à dire  que mon admiration et reconnaissance à l’égard de cette pure étrangère est aussi palpable, apparente et communicative qu’une herpes buccale. D’ailleurs, ne pas avoir une haleine de fond de tonneau, je n’hésiterai pas à la remercier en lui flanquant sur le front un gros french kiss. Avoir en ma possession un tapis rouge, pour sûr, je le lui déploierai pendant que j’ai des anges aux culs bénis qui me sortent par les oreilles.  Et c’est en songeant à ma manière propre de vouloir lui démontrer ma reconnaissance, que mon cul vient, telle une fleur, s’écraser sur un tabouret. Terminus, tout le monde descend ! Je ne sais pas pourquoi, mais je me bidonne. Mes deux billes charbonneuses fixant la jolie rouquine qui me conseil de me calmer et de cesser d’abuser du biberon magique. Ce conseil me fait d’ailleurs hausser les sourcils d’incrédulité... aussi incroyable que vrai, au risque de me provoquer un anévrisme, ma cervelle imbibé d’alcool comprend et assimile quelque chose de capitale et de trèèèèèss important.

- Madame ? Tu as bien dit… madame ? en un torrent d’éclairs, mon expression faciale change, mes yeux s’arrondissant à l’expression de Miss Amérique qui, après avoir offert son speech de poupée gonflable à la population, vient tout juste de s’apercevoir qu’elle a une gigantesque feuille de persil de coincée entre les deux dents. C’est immonde ! Sacrilège ! Bug dans le script, on remballe les anges aux culs bénis, la ribambelle de cœurs écarlates, le tapis rouge et les pétales de lauriers : ça ne va pas du tout ! D’ailleurs, pour faire comprendre à la belle rouquine que ça ne va pas du tout, je lève et brasque tout haut en l’air mon fin index réprobateur… parée à lui foutre sous le nez le même discoure offensif que j’ai offert à ce colosse de bulldog qui ne cesse de m’interpeller de ce patronyme affreux. Mais tout juste que je lève le doigt en l’air, que la belle rouquine me tourne le dos et disparaît au travers de la foule. PARDON ?! Offusquée, j’amorce le mouvement qui donne à penser que je vais bondir de mon perchoir pour aller rattraper celle qui se défile… mais une main trapue, joliment orné d’un verre d’alcool, se braque sous mon nez et me résigne à rester sagement assise là sur ce tabouret. Mon regard assombrit semble s’éclaircir tel un doux matin de printemps. Vous savez, je suis peut-être pouf’ mais définitivement pas très méchante. J’ai d’ailleurs la mémoire d’un poisson rouge, braquez moi sous la truffe une nouvelle distraction et déjà j’oublie ce qui m’a scandalisée deux secondes plus tôt.

- Toujours là pour prendre soin de moi, Elvis. Tu es teeeeellllllleeemmmmmeeennnnnnnnt gentil et aimable. C’est grâce à des hommes comme toi, que le monde reste un endroit où il fait bon y vivre. Impression de déjà vue ? Moi, je ne m’en souviens pourtant pas. Mémoire de poisson rouge, vous me suivez ? En tous les cas. Je regarde le verre d’alcool, tends lentement et doucement les mains vers celui-ci. Je m’en empare du bout des doigts, avec la minutie de Gollum qui pose enfin paluches sur son anneau si précieux… d’ailleurs, le sourire limite pas débile et crétin que j’affiche en ce moment est très près d’être à l’image de cette créature des cavernes.  Je trempe mes lèvres dans le liquide sacralisé, ferme les yeux pour savourer la somptuosité de son arôme si délectable. WOW ! C’est de la vodka de qualité. Mister Mentos a toujours eu du flair pour me dégoter la crème de la crème ! C’est tout simplement divin. C’est comme si j’avais sur les papilles gustatives une rasade d’eau bien fraîche et rafraichissante ! Je suis sur le point de couiner de bonheur en me dandinant sur mon tabouret, lorsque la main puissante et apaisante de mon seul et unique meilleur ami vient se mouler contre mon épaule. Dans mon nirvana d’extase, j’ouvre un œil et regarde le géant viking blond.

- Tout va bien. Je t’assure. Croix de boa, croix de flaire, si je mens, j’me mange une poutre de fer !

Sur cette promesse aussi incongrue que douloureuse, je vois mon associer se lever et à son tour se faufiler au travers des gens. Non mais qu’est-ce qu’ils ont tous à me laisser en plan comme ça alors que nous sommes au beau milieu d’une discussion ?

- ET QUI C’EST CORALINE ?! QUI C’EST CORALINE ?! POURQUOI T’ARRÊTE PAS DE COURTISER LE VIDE ?! ELVIS ! Ronchonne, bougonne, friponne,  je me renfrogne, plaque contre mes lèvres mon précieux verre, absorbe une généreuse rasade de son nectar divin. Bien creuse enfoncée dans mes pensées embrumées, je boude et je bois ma colère de nouveau attisée. Et pendant que je rumine en silence, je vois se caricaturer dans le coin de mon regard enfumé une silhouette plus que familière. Mon regard assombrit semble s’éclaircir tel un doux matin de printemps. Vous savez, je suis peut-être pouf’ mais définitivement pas très méchante. J’ai d’ailleurs la mémoire d’un poisson rouge, braquez moi sous la truffe une nouvelle distraction et déjà j’oublie ce qui m’a scandalisée deux secondes plus tôt. Tout sourire, aussi émerveillé qu’un rejeton lors d’un matin de nowel, je me retourne vers la jolie brune qui m’accoste et l’accueille d’un frénétique tata de la main, comme si elle se retrouvait loin devant alors qu’elle est pourtant si près. Yeux pétillants de bonheur, je l’écoute et m’abreuve de ses paroles. Je hoche grandement la tête et me tortille d’approbation sur mon tabouret. ENFIN QUELQU’UN QUI SAIT ET CROIT EN MON TALENT D’ANALYSE ! Putain, au bruit d’un coussin péteur, mon ego commençait à se dégonfler ! Riley ! RILOU ! Heureusement que tu es là, toua !

Si près de lui lancer mes lauriers, que quelque chose de froid… de liquide et d’extrêmement glacé me tombe littéralement sur le crâne. Tétanisé, l’iceberg déchu des cieux absorbe non seulement ma chevelure de jet, mais gicle également sur mon échine et dégouline sur les fins de traits de ma figure déconfite.  

- Puuutttaaaa ! Para el amor del cielo! Por qué hiciste esto? La mexicaine enragée gronde en moi alors que je bondis maladroitement de contre mon tabouret et me tortille dans tous les sens praticables pour me répartir de cette brise des glaciers qui me colle à la peau tel un suaire. J’ai les yeux aussi ronds qu’un poisson mort et je crois même frôler un infarctus. Je fais claper mes escarpins sur les carrelages du sol alors que lève ma figure suintante et ruisselante au niveau de la protagoniste à qui je dois cette merveilleuse danse ridicule que je suis en train d’esquisser.  

- Mierda ! Qu’est-ce qui t’as pris ? Mes cheveux ! Mon débardeur ! Mon mascara… il n’est pas waterproof. Je dois ressembler à un putain de raton-laveur ! Por qué hiciste esto? Riley !

Les salles de bains. Je dois à tout prix franchir ce foutu accès bloqué ! Au Diable leur protocole ! Hors de question que je bosse avec une telle tronche de merde !

- Tu voulais retrouver mon esprit d’analyse ? Bah je t’apporte la bonne nouvelle ; il est de retour en ville et oppé pour bosser. Un grand merci d’ailleurs pour ce moyen drastique et violent ! C’est de quoi pour dégriser net la cervelle d’un éléphant assommé sous tranquillisant ! Tu aurais pu me tuer avec cette douche froide !

Un point positif : j’ai cessé de me remuer et je toise ma charmante coéquipière dans une posture plus ou moins digne.

- Tu vas m’aider à rentrer dans cette fichue toilette. Il y a gros Bill là-bas qui nous bloque l’accès. On doit s’en débarrasser… trouve une distraction… fais diversion… à voir le traitement que tu m’as offert, j’sais que tu seras digne de supporter cette mission. Une fois Gros Bill KO, viens me rejoindre dans la foutue toilette !

J’ordonne, je ne propose jamais. Et assumant que ma comparse de coup foireux accepte l’entente, je tourne les talons et me fraie difficilement un chemin parmi la foule… pour finalement retentir derrière Mister Mentos et Rouky qui parlent nonchalamment là.

- Je ne vous dérange pas, j’espère ? que je peste, en déposant les mains sur les hanches et inclinant légèrement la tête sur le côté. Si ça ne vous embête pas trop, Madame aimerai bien également avoir un léger aperçu de ce qui se trame derrière les épaules de ce mastodonte posté devant l’entrée ! Oh et ne vous inquiétez surtout pas pour moi. Je vais bien…

J’engage tout naïvement la conversation, patientant que Riley, en coulisse, mettre à l’œuvre un fameux plan d’attaque pour distraire la grosse brute épaisse…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✤ Printemps : 20
✤ Messages : 1488
✤ Barge depuis : 18/05/2014
✤ Avatar : Karen Gillan
✤ Crédits : ( CADOW CACAHUETTE ) SWAN ( avatar ) + TUMBLR ( gifs ) + CRACKLE BONES ( Code signa ) + MODERN JESUS| portugal. the man ( MUSIQUE)


✤ Âge personnage : 21
✤ Humeur : Bisounours
✤ Profession : Libraire
✤ Philosophie : Smile, everything's gonna be alright
✤ Localisation : Salem
✤ Pouvoirs : Guérison / Boucliers / Création de blessures (nécessite de se l'infliger à elle-même ou d'avoir un contact physique avec la cible, à l'endroit désiré)

Relationship
→ citation:
relationships :
Ashley H. ColbyNain roux au syndrôme de stockholm
MessageSujet: Re: THE MINDSET OF A KILLER ▲ mini-intrigue #1   Dim 3 Aoû - 8:41


The mindset of a killer

Feat. Charlize & Riley & Coraline & Elkan
Mon Dieu mon dieu. Que dire de plus ? Ashley demeurait là, plantée comme un piquait, ayant du mal à réfléchir. Sa soeur n'était pas le cadavre au centre de l'attention. Mais il n'y avait toujours aucun signe d'elle. Le regard de la rouquine se balada longuement dans le bar, emplit d'inquiétude. Où était-elle ? Son aînée avait-elle vraiment réussit à sortir avant que le drame ne se produise ? Comment en être certaine ? La sorcière serra un peu les lèvres. Si ça se trouvait, le meurtrier était dans la foule. Ou alors, il s'était caché... Mais alors où ? Personne ne voulait être écarté des autres. La proximité apportait la sécurité... Alors forcément, il devait y avoir des recoins pour se dissimuler des regards jusqu'au petit matin.

Perdue dans ses pensées, la guérisseuse ne s'apperçut pas de la présence du beau blond avant de sentir son souffle contre son oreille... ce qui lui arracha un violement hurlement de crainte et de surprise. Nerveuse, vous dites ? La jeune fille plaqua ses propres mains contre ses lèvres avec un air éberlué, se tournant vers celui qui avait bien manqué de lui faire faire une crise cardiaque. Il avait dit quoi, du coup..? La petite, qui devait bien faire une tête et demi de moins que le géant, ferma un instant les yeux, tentant de calmer son rythme cardiaque. Les gens s'étaient retournés pour la fixer, accusateurs et surpris. Elle devait leur avoir foutu une bonne trouille.

- Pardon... murmura-t-elle simplement, de nouveau rouge pivoine.

Si elle avait apprit quelque chose d'intéressant... Bonne question. Ashley n'avait à proprement parlé rien appris de particulier, à vrai dire. Elle expira longuement pour terminer de se calmer, avant d'ouvrir les yeux. La rousse observa un instant son interlocuteur, tentant de déterminer si des crocs pouvaient bien se cacher dans sa mâchoire. Rien à faire. La petite se gratta l'arrière de la tête avec gêne, tentant lamentablement de reprendre un peu de crédibilité. Elle ouvrit les lèvres afin d'émettre une réponse, mais n'en eut guère le temps. La médecin légiste experte en bouteilles de vodka vint pointer le bout de son nez, trempée jusqu'aux os, son maquillage formant un drôle de masque sur son visage. Non, Ashley. NON. NE RIT PAS. Un sursaut échappa à la sorcière, qui parvint néanmoins à ne pas pouffer de rire. Comment était-ce arrivé ? La scène avait dût être comique, mais la guérisseuse n'en avait guère eut connaissance, probablement trop perdue dans ses réflexions. Dommage. Néanmoins, lorsque la buveuse ouvrit les lèvres, la demoiselle perdit toute envie de rire. Elle l'avait vexée ?

Étrangement, toute cette histoire de cachette perdit de son importance. Ashley ne supportait pas l'idée d'avoir put blesser quelqu'un. Allez savoir pourquoi, la jeune femme devait se faire pardonner. Elle ne trouva rien de mieux pour cela qu'un balbutiement un peu niais, voir débile. Madame n'avait rien d'irrespectueux à ses yeux, après tout.

- P-pardon mada...moiselle ! Je... Je ne voulais pas vous offenser. Au contraire, à mes yeux c'est une marque de respect, je... j'appelle tous les gens un poil plus âgés que mois de cette façon, c'est l'habitude du travail vous voyez je... je ne voulais vraiment pas vous offensez, je vous assure, vous avez l'air très jeune et vous êtes magnifiques et... et.... Oh seigneur la ferme. La rousse se gratta de nouveau l'arrière du crâne avec nervosité. Je ne le referai plus... Je suis Ashley, au fait. Vous allez bien..?

Un timide sourire fut adressé aux deux compères. Faire les présentation avait un petit quelque chose de rassurant, pour une raison ou pour une autre. Et puis, savoir le nom de la médecin pourrait lui éviter de l'appeler de nouveau madame par mégarde. Quoiqu'elle risquait de s'en souvenir. Ashley balada nerveusement son regard aux alentours. Ah ouais. Le meurtre, le tueur, les crocs, la possible cachette. Ne pas oublier ces légers détails.

- Je m'apprêtais à dire à votre collègue que non, je n'avais rien appris de particulier. Elle observa le beau blond, probablement le fameux Elvis Mentos, souriant de nouveau, plus nerveusement. Néanmoins, je ne trouve pas ma sœur. Elle est peut-être sortie juste avant que tout cela ne se passe, mais... Sa gorge se noua à cette simple pensée. Pourquoi la petite ne parvenait-elle pas simplement à demeurer optimiste, comme toujours ? Pourquoi changer maintenant, dans une situation où cette qualité serait plus qu'appréciable ? Je me disais que le tueur pouvait chercher à se cacher loin des regards en attendant que tout se calme... Puisque nous restons tous en groupe par sécurité, il doit y avoir des recoins à exploiter pour se dissimuler.

Cette idée lui sembla soudainement un brin saugrenue. Pourquoi un vampire voudrait-il se cacher jusqu'au matin ? Il brûlerait simplement lorsque les loups les forceraient à sortir, tout bêtement. Il lui fallait une issue, donc. La jeune femme mordilla l'ongle de son pouce, pensive. Bon sang, si seulement l'esprit de la morte avait bien voulu rester pour le filer un coup de main ! ...Pensée bizarre, tiens. La sorcière se surpris à tenter de trouver la même chevelure blonde, le même visage angélique, sans tout le sang, dans la foule, sans succès.

- Une issue... Il va se chercher une issue non gardée. Ashley tenta de se concentrer, passant ses mains dans son visage, mais sa sœur tournait en boucle dans son esprit. Bon sang. Vous connaissez bien le bar..? Il y a une cave, un grenier, une trappe, de grands conduits, qui pourraient mener à l'extérieur en échappant aux loups..?

Mon Dieu, elle se sentait tellement stupide. Les mots sortaient de sa bouche et ne semblaient pas avoir de sens. Peut-être la traiteraient-ils d'imbécile, ou alors leur regard parlerait pour eux. Il ne fallait pas lui en demander, quand même. Ashley fronça les sourcils, pensive. Pour elle qui n'avait jamais mit les pieds dans un bar, tout semblait être un véritable puzzle. Rien de bien amusant. Et puis, bordel, où sa soeur pouvait-elle allez se fourrer le nez ? Un sursaut lui échappa brusquement, et elle fixa les deux collègues avec de grands yeux ronds.

- Le barman... Son regard nerveux se promena sur la pièce. Elle se souvenait avoir vu sa soeur le draguer. Il avait dut s'absenter pour allez aux toilettes... puis... puis... Où était ce con ? L'aînée avait continuée de flirter par la suite. Ce n'était peut-être que des coïncidences, probablement, même, mais comment en être certains ? Ma soeur le draguait, il s'est absenté aux toilettes, il est revenu, ils ont continué leur jeu... Et... La rouquine serra les dents. Elle n'avait pas put voir avec exactitude les traits du possible meurtrier. Néanmoins, il n'était pas sortit. La sorcière était certaine de l'avoir vu derrière son bar juste après la découverte du corps. Un endroit tranquille... Il s'agissait plutôt là d'un murmure pour elle-même.

La réserve, peut-être ? La panique avait envahit son esprit, l'empêchant de réfléchir calmement. Amber était probablement avec lui. Si ses doutes étaient confirmés, s'il y avait bien une infime chance que ce soit lui... Non, non, arrête ça. Elle leva les yeux vers le blond et la médecin légiste, le coeur battant la chamade. La sorcière priait pour qu'ils puissent nier son raisonnement, où au minimum lui donner des idées d'endroits où chercher.

Elle ne se doutait même pas du plan pour allez examiner le corps. Dans son esprit embrouillé, cela semblait être la dernière des priorités. Cette blonde n'était pas Amber. L'importance allait à son aînée.


_________________

Revenir en haut Aller en bas
avatar
✤ Printemps : 28
✤ Messages : 3784
✤ Barge depuis : 28/01/2013
✤ Avatar : Elizabeth Henstridge
✤ Crédits : Merenwen & TUMBLR ( gifs ) +PETULIA ( code signa )


✤ Âge personnage : Vingt-six ans à sa mort
✤ Humeur : Perdue
✤ Profession : Serveuse
✤ Localisation : Ici et là
✤ Pouvoirs : Téléportation, télékinésie, possession

Relationship
→ citation: YOU BROKE MY HEART. YOU KILLED ME.
relationships :
Coraline Price☞ T'as le look coco ; Appelez Ghostbusters !
MessageSujet: Re: THE MINDSET OF A KILLER ▲ mini-intrigue #1   Mar 5 Aoû - 13:50

❝ The mindset of a killer ❞

A la vue d’Elkan, elle se sentit envahie d’un mélange de soulagement et d’appréhension. Surtout lorsqu’elle avait constaté qu’il n’était pas venu seul. La brune qui se prétendait légiste était dans un état pitoyable. Pour un peu, Coraline aurait presque pu avoir pitié d’elle. Presque, car allez comprendre pourquoi, ce n’était absolument pas le cas. Au lieu de ça, elle s’était approchée de lui et était parvenue à attirer son attention. Sa surprise fut immédiatement lisible. Ce qu’elle comprenait. N’avait-elle pas disparu de la circulation quelques semaines plus tôt ? Si elle avait toujours eu du mal à lire son comportement et ses intentions, ce fut plus que jamais le cas cette fois-ci. Il avait semblé un instant perturbé de la revoir, pour ensuite se resservir un verre d’alcool de manière nonchalante, comme si de rien n’était. Elle soupira et regarda la fille qui s’ébattait de manière audible. Sérieusement, elle avait vraiment réussi à faire croire qu’elle était médecin légiste ? Et pourquoi l’avait-elle appelé Elvis Mentos ? Et comment se connaissaient-ils ? Et… oh, mais après tout, peu lui importait ! Elle s’en moquait totalement. Tout comme elle se moquait du fait qu’il lui réponde à peine pour ne regarder que la belle humaine. Et lui proposer un verre de vodka, qui n’en était pas. Elle s’en préoccupa à peine, songeant encore au cadavre gisant dans les toilettes et à ses vêtements tâchés de sang qui lui collaient à la peau. Elle aurait donné n’importe quoi pour pouvoir seulement se changer.

En revanche, la colère remonta lorsqu’elle comprit qu’il ne l’écoutait absolument pas. Quoi, elle était invisible maintenant ? Ce qu’il lui demanda fut le summum, la cerise sur le gâteau d’une superbe soirée. Voilà qu’elle se retrouvait baby sitter d’une saoularde pendant que lui allait tranquillement faire du charme à la jeune femme rousse. Merveilleux. Elle le suivit un moment du regard, avant de se tourner vers la fameuse Charlize, toujours dans un état peu enviable. La surveiller ! Il en avait de bonnes. Et elle ferait quoi si l’humaine décidait soudainement de se jeter par la fenêtre ? Elle se pointerait devant elle en attendant qu’elle veuille bien lui passer au travers ? Par chance, une autre jeune femme vint à son secours. Sans le savoir, puisqu’elle se plaça à l’endroit exact où se trouvait la fantôme, si bien qu’elle dut reculer pour retrouver toute sa consistance. Manifestement, les deux humaines se connaissaient. Si elle avait eu moins de scrupule, elle les aurait laissées et serait partie de son côté. Il fallait croire qu’elle était réellement la bonne poire de service. Néanmoins, elle ne le regretta pas au final : les choses prirent une tournure des plus intéressantes lorsque la nouvelle arrivante versa le contenu de la choppe sur la tête de Charlize. En voyant la mine déconfite de cette dernière, en l’entendant vociférer de la sorte, elle ne put s’empêcher d’éclater de rire. L’événement était en soi quelque chose d’exceptionnel. Depuis combien de temps n’avait-elle pas ri ? Une éternité, il lui semblait. Ca faisait un bien fou.

Malheureusement, il fallut repartir, suivre le mouvement. A ce qu’elle avait compris, la pochtronne souhaitait forcer la porte des toilettes. Pour son bien et sa santé mentale, il valait sans doute mieux qu’elle s’abstienne. Avant même qu’elle l’ait réalisé, toutes trois se trouvaient devant Elkan et la jeune femme rousse qui continuaient tranquillement de discuter, comme si de rien n’était. Cette fois-ci, c’était certain. Il se moquait réellement d’elle. Il n’y avait pas d’autre explication. Et elle en avait assez.

«  Hey ! » Puisqu’il semblait qu’elle ait du mal à capter son attention, elle allait tout simplement faire usage d’une autre méthode. Elle attrapa le premier verre qui lui tomba sous la main et d’un coup sec en déversa le contenu non identifié sur le visage du sorcier. « Au cas où vous ne l’auriez pas remarqué, je ne suis pas à votre disposition ! J’ai autre chose à faire que jouer les baby sitters pour vos conquêtes pendant que vous allez en chasser d’autres ! »

Pour être furieuse, elle l’était. Oh non, elle n’était pas jalouse, ABSOLUMENT PAS. Elle avait bien le droit d’être en colère, non ? Cependant, sous le coup de l’émotion, elle ne réalisa pas qu’elle tenait toujours le verre vide à la main et qu’elle l’agitait. Or, si elle était invisible aux yeux des deux humaines, l’objet, lui, ne l’était pas. Et à ce moment précis, les deux jeunes femmes ne voyaient sans doute rien d’autre qu’un verre flottant seul dans les airs. Mais elle ne le réalisa pas, car son attention fut bientôt concentrée sur la jolie rousse, lorsqu’elle constata que, malheureusement, cette dernière la voyait. Pour être sûr, elle tendit sa main libre vers elle et parvint à lui toucher le bras. Elle ignorait ce que tous deux s’étaient dit, mais manifestement la jeune femme n’était absolument pas dans l’état d’esprit de se laisser charmer. Elle semblait même dans une profonde détresse. Coraline était tout simplement mortifiée. Non mais qu’est-ce qui lui avait pris d’agir de la sorte ? Ce n’était pourtant pas son genre de s’énerver pour si peu, en tout cas pas dans de telles circonstances. Elle se mordit la lèvre inférieure avant de prononcer quelques paroles qui, elle l’espérait, seraient réconfortante.

« Ne vous en faites pas, il ne lui est sans doute rien arrivé. » s’entendit-elle dire, alors même qu’elle n’en savait rien. « Je vais aller fouiller un peu. Je suis certaine que je la retrouverai. »

Elle conclut avec un sourire qui se voulait rassurant. L’idée de vadrouiller à la recherche d’un criminel dans les recoins déserts de cet endroit ne l’enthousiasmait guère, mais il ne pouvait rien lui arriver après tout. Et quelque chose la poussait à y aller. Quelque chose d’autre que le fait de vouloir fuir Elkan après la petite scène qu’elle venait de faire. Elle indiqua du doigt un couloir qui longeait le bar. « La réserve est par là ? » Mais elle n'attendit pas de réponse avant de disparaître.


bohemian psychedelic

_________________

i just feel sort of empty these days + And there's no remedy for memory your face is like a melody, it won't leave my head your soul is haunting me and telling me that everything is fine but I wish I was dead every time I close my eyes It's like a dark paradise.


Dernière édition par Coraline Price le Jeu 13 Nov - 18:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✤ Messages : 789
✤ Barge depuis : 27/07/2013
✤ Avatar : Alexander Skarsgard
✤ Crédits : google & tumblr


✤ Âge personnage : 34 printemps.
✤ Humeur : Morose
✤ Profession : Intervenant à la BRIS
✤ Philosophie : Marche ou crève
✤ Localisation : Dans ton dos.
✤ Pouvoirs : La nécromancie. Appeler, entendre et voir les fantômes. Réanimer les cadavres.
Elkan J. Devos☞ I'm too sexy for my hair, too sexy for my hair
MessageSujet: Re: THE MINDSET OF A KILLER ▲ mini-intrigue #1   Ven 12 Sep - 9:58


THE MINDSET OF A KILLER
Mini intrigue



Certains soirs s'annonçaient aussi pourrie qu'un vieux trognon de pomme abandonné à l'arrière d'une poubelle. Et toute la vodka du monde ne pouvait aider à rendre cette soirée des plus agréables. Bien au contraire. Le géant blond usait de son charisme comme toujours, pour se déplacer parmi les foules. Il se savait charmeur et il était indéniable que son regard et son incroyable sourire faisaient fondre toutes les femmes. Tout du moins, il se plaisait à croire qu'aucunes femmes ne pouvaient résister à ces charmes. Preuve en était, son étoile de mer lesbiflexible avait fini dans son lit. Ce n'était pas l'affaire du siècle mais elle avait tout de même succombé. Alors vous pensez bien que dans la tête de notre sorcier, il allait faire fondre cette belle petite rouquine qu'il venait à l'instant de retrouver. Mais... vous savez... certains soirs s'annonçaient aussi pourrie qu'un vieux trognon de pomme abandonné à l'arrière d'une poubelle. Elle n'avait pas fait des yeux de bibiches, ni même affiché un sourire espiègle. Non. La petite rouquine avait eu la frayeur de sa vie et l'espace d'un instant il s'était demandé si il n'était tout simplement pas apparue avec une tête de cheval encastrer sur ses larges épaules. Non. Rien de tout cela. La petite demoiselle devait probablement être à fleur de peau. Comme bien tant d'autres.

Puis encore une fois... Charlize déboula en plein dans le tableau. Toujours là pour, d'une manière ou d'une autre, castrer son bon vieil ami. Il essayait d'instaurer un certain courant entre la rouquine et voilà que son ancien coup d'un soir débarquait, aussi trempée qu'une serpillière et maquillée comme un clown étant resté trop longtemps dans un sauna. Méchant combo.

- Tiens... T'a dessaoulé? était la seule chose que le sorcier avait trouvé à dire, son sourcil se haussant d'incrédulité mêlé à un amusement certain et non dissimulé.

Un amusement qui s'éclipsa telle un beignet entre les mains d'une femme dodues en cure d'amaigrissement. La belle et magnifique rouquine ouvrit la bouche pour s'excuser auprès de Charlize. Non non et non. Charlize ne méritait ni excuse ni justification. C'était une vieille dinde coincé des fesses qui gâchait la méthode de drague peu constructive de notre pauvre Elkan. Pire encore. Charlize parvenait à dégoter d'avantages d'informations que notre grand sorcier. Avoir des obus à la place d'un service trois pièces s'annonçaient bien plus concluant qu'il ne le pensait. Mais il se rassura en se disant que c'était vers lui, que la petite dame s'était tourné pour donner un complément d'information. Son égo de mâle se souleva et de cet air compatissant et un brin charmeur, il posa sa grosse pâte sur l'épaule de la jeune femme.

- On va retrouver votre soeur, affirma alors Elkan, de sa voix virile emplit d'une témérité infaillible.

... Une soirée aussi pourrie qu'un vieux trognon de pomme abandonné à l'arrière d'une poubelle... Ses yeux braqués sur les prunelles de la rouquine, Elkan senti soudainement quelque chose de mouillé et de poisseux éclabousser sa face de bellâtre. Un liquide non identifié qui avait un goût de sex on the beache lorsque sa langue glissa le long de sa lèvre inférieur. Bien... Retirant sa main de l'épaule de la sorcière, il se tourna en direction de Coraline qui semblait visiblement peu contente. Soit.

Il ne comprendrait jamais les femmes. Il ne comprendra jamais pourquoi elles avaient constamment besoin d'aller au toilette en groupe. Il ne comprendra jamais pourquoi elles avaient constamment besoin de parler sentiment après les galipettes. Ni pourquoi lors des premiers rendez-vous, il s'acharnait à les emmener dans un resto de luxe puisqu'elles ne finissaient jamais leurs assiettes, de peur de se faire passer pour des grosses dindons gourmandes. Bref! Les femmes, trop compliquées pour lui! C'était dans cette incompréhension absolue qu'il étudiait Coraline. La plus belle des anomalies. Son visage d'ange n'était aucunement altérée par cette colère qui ne faisait qu'embellir sa beauté naturelle.

Il l'entendait mais ne l'écoutait pas vraiment. Malgré cette incrédulité, il jubilait intérieurement. Elle était jalouse! Il en était certain! Serait-il possible qu'il ne l'ai pas laissé de marbre? Et si tel était le cas, avait-il la possibilité de conclure cette nuit, avec sa belle fantômette? Bien trop songeur, il ne comprit que trop tard ce qui était en train de se dérouler. Coraline se proposait pour aller fouiller? Nenon! C'était bien trop dangereux.

- Charlize peut le faire... mais trop tard. Elle était déjà partie... mais en parlant de la médecin légiste, il se tourna vers elle. Tu as un plan? Tu as toujours un plan.... suspicieux, il détailla la grande brunette avec méfiance. Oui. Elle avait toujours un plan... mais pas toujours de bon plan. Alors dans le doute, il reprit aussitôt la parole. Non oublie ton plan Charlize. Qu'importe ce que tu comptais faire. On va chercher notre morte ensemble! affirma soudainement le sorcier, attrapant avec vigueur la main de la légiste. Si je parle avec son fantôme, elle me dira peut-être qui l'a tué.

Sans plus attendre, le sorcier trainait avec lui sa comparse pour l'emmener en direction des toilettes. Malheureusement, il venait à peine de faire quelques pas qu'un homme s'interposa sur son passage. Elkan n'était que peu habitué à ce qu'on lui barre ainsi la route. Il était un homme. Viril. Un homme. Alpha. Tel un gorille, il bomba le torse, la tête bien haute, tenant la main de sa Jane mexicaine. Plissant les yeux, il observait avec défiance ce grand barbu roux.

- S'pas bien d'abuser d'une pauvre demoiselle en détresse, expliqua le rouquin de sa voix enrouée.

Abuser d'une pauvre demoiselle en détresse...? Abuser d'une pauvre demoiselle en détresse? Sérieusement? Il pensait sincèrement qu'Elkan allait emmener Charlize sur la scène du crime pour tirer son coup? Il y avait la remise pour ça! Roulant des yeux, Elkan tassa sur le côté le grand bonhomme. Ou en tout cas il essaya. C'était comme vouloir déplacer un rocher. Alors il lâcha la main de la légiste pour s'y reprendre une deuxième fois. Le mastodonte bougea à peine. Un rictus déforma les lèvres recouvertes de barbe de cet infâme motard pas beau. Soit. Le sorcier n'était pas d'humeur. La fantôme de ses rêves lui avait barbouillé le visage. Le fantôme de ses rêves était partie faire il ne savait trop quoi. La rouquine de sa nuit ne finirait surement pas dans la réserve avec lui. Et Charlize le castrait constamment. Donc non. Notre sorcier n'était pas d'humeur. Le poing de notre homme d'affaire se comprima et dans un élan parfait et plein de vélocité, il fendit l'air pour ensuite percuter de plein fouet ce visage molletonnée de poils. Et c'est ainsi qu'un combat de coq plein de testostérones débuta. Très vite, l'attention se porta sur ces deux hommes qui n'hésitaient pas à se frapper amoureusement en pleine face. Deux grands colosses qui se jetaient sur les tables, renversant tout sur leur passage. Une danse prénuptiale avant qu'Elkan ne se retrouve allongée sur le billard, avec deux mains puissantes et sexy autour du cou.

Contraint d'intervenir face à une telle exhibition d'un amour pur et véritable... le videur n'eut d'autres choix que de braver la foule de gens pour s'interposer. Ou en tout cas, essayer. Mais les plans à trois sont monnaies courantes dans les vies débauchées de nos chez New-Yorkais... et bien entendu... Le videur lui-même fut invité à cette noce de sangs et de coups.

Charlize ne voulait-elle pas une diversion? ... Alors... heureuse? Hola


Code © disturbed - Gif © Lunatic Café


_________________

Supermassive Black Hole
-- You set my soul alight. --
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✤ Printemps : 28
✤ Messages : 1860
✤ Barge depuis : 11/06/2014
✤ Avatar : Katie Cassidy
✤ Crédits : Avatar & signature par Ariana. La musique est Hall of Fame de The Script.


✤ Âge personnage : 29 ans
✤ Profession : ancienne infirmière et voleuse. continue les combats clandestins et est agent de sécurité a lElectric Sheep ainsi que indic pour la BRIS
✤ Localisation : Salem
✤ Pouvoirs : Voir les fantômes (grâce à un sort d'Elkan)

Relationship
→ citation:
relationships :
Riley DawkinsKick ass ; La revanche d'une blonde
MessageSujet: Re: THE MINDSET OF A KILLER ▲ mini-intrigue #1   Mer 24 Sep - 3:12



«  THE MINDSET OF A KILLER »


L'eau très fraîche se déversa sur Charlize, de la tête aux pieds et amena cette dernière à faire une rapide danse de claquettes improvisée, sous la surprise. Riley observait le spectacle avec un sentiment mitigé. A croire qu'elle ne pouvait pas se fixer sur un seul point quand il s'agissait de son amie. Voir la mexicaine partir dans sa langue maternelle était à la fois  marrant  et un peu déconcertant voire flippant. Cela ne signifiait qu'une chose...Dark Charlize n'était pas loin ! Dans d'autres circonstances, Riley aurait attendu au bar avec elle qu'elle dessaoule ou en tout cas que son état n'empire pas. Mais voilà, le temps jouait contre eux. Un vampire venait de tuer quelqu'un. Tout le monde devait être apte à se défendre ou à résoudre le meurtre rapidement. Il fallait donc passer par le chemin le plus court pour sortir Charlize de son état quelque peu « joyeux », quitte à ce que cela donne un moment assez comique.   Alors oui, l'orpheline a versé une chope d'eau sur la médecin légiste. Oui ça ne lui faisait pas du bien au niveau sensation. Mais qu'elle positive : Ce n'était qu'une chope d'eau. Elle aurait pu connaître pire, comme se recevoir une bassine d'eau sur la tronche !

En attendant Riley se retrouvait face à face avec une figure ruisselante, qui lui reprochait de l'avoir entièrement trempé et de lui faire ressembler à un certain animal, avec son maquillage qui coulait. L'emportement croissante de la demoiselle  et surtout l'état dans lequel elle était finit par faire rire légèrement Riley.

«T'admettras que les ratons laveurs c'est mignon... »

Elle voulait tenter de faire relativiser Charlize, la faire changer de position. Mais au vu de son comportement, Riley se résolut à donner des explications.  La médecin légiste lui annonça qu'elle avait de nouveau l'esprit clair, mais lui reprocha que ça avait été risqué.

« Je suis ravie d'apprendre, pour le retour de ton esprit d'analyse. Il va être bien utile. Après c'est vrai, c'était assez brutal pour toi, cette eau. Mais avec ce vampire qui traîne quelque part, le temps joue contre nous. Je voulais être certaine que tu étais totalement et rapidement lucide pour ce qui va nous attendre... »

Riley s'en voulait un peu pour ce qu'elle a fait endurer à son amie. Mais elle savait au fond que l'effet recherché était maintenant là. Néanmoins dans un coin de sa tête, elle se disait qu'elle cherchera à se faire pardonner plus tard, d'une manière ou d'une autre.

Pour le moment, la discussion avait changé de sujet. Charlize avait un plan d'attaque, pour réussir à entrer aux toilettes. Et en fait le plan c'était Riley qui devait le trouver. La mexicaine l'imposait et miss Dawkins, après sa super idée de désaouler à coup d'eau bien fraîche n'allait pas refuser la mission. De toute manière, elle était d'accord avec cela. Des deux, c'était la plus habilitée  à s'occuper du type baraqué, surtout que Charlize s'est faite grillée un peu plus tôt.

«Pas de problème. Ça sera fait. »

Paroles courtes et simples. Pas besoin d'en dire plus. La médecin légiste fit demi tour et partit à travers la foule de clients, sous le regard pensif de Riley qui ne la quitta pas jusqu'à ce qu'elle ne disparaisse au milieu des gens. A partir de ce moment, la voleuse se dirigea vers le bar. Elle avait un plan. Une fois arrivée elle posa sa chope vide devant le barman.

«Servez-moi l'alcool le plus fort que vous avez »

« C'est pour le renverser sur quelqu'un, encore une fois?

«Non, du tout...Puis qu'est ce que ça peut vous faire ? Après tout je vous paye le verre chaque fois. Puis regardez... »


Elle déposa un billet qui était supérieur à la somme que valait le verre d'alcool.

« Gardez la monnaie »

Le barman regarda la jeune femme, puis lui sourit avant d'acquiescer et de la servir dans un nouveau verre. Une fois le verre rempli, Riley remercia le type et partit en direction des autres protagonistes et surtout des toilettes. Mais en approchant du groupe composé d'Elkan, d'Ashley et de Charlize, elle aperçut quelque chose voler dans les airs, un verre vide. Ça l'arrêta net dans sa marche. Elle se rapprocha du groupe, plus particulièrement près du verre, et passa doucement son bras quelques centimètres sous le verre, et par dessus aussi, pour voir à quoi était dû tout ça, voir s'il y avait un quelconque obstacle transparent.

«C'est quoi ce truc ? »

Elle posa cette question plus pour elle que pour vraiment connaître la réponse. Elle entendit cependant Elkan dire que Charlize pouvait le faire.

« Faire quoi ? »

La jeune femme scruta le seul homme du groupe, sans vraiment comprendre pourquoi il disait cela, étant donné qu'il n'avait rien dit avant, selon elle en rapport avec la médecin légiste. Riley jeta un œil à cette dernière pour essayer de voir si elle comprenait quelque chose de son côté. Puis elle observa aussi Ashley, et détourna son regard vers  le verre qui avait finit par tomber par terre.
Les choses s’enchaînèrent, lorsque Elkan demanda à Charlize si elle avait un plan. La chasseresse regarda la mexicaine avant de se tourner vers l'homme d'affaire.

« Je... »

Mais il poussa Charlize à le suivre pour rejoindre la morte et parler à son fantôme...Fantôme ? Riley sembla surprise d'entendre parler de fantôme et pour cause : Elle ne savait pas que des fantôme existaient. D'ailleurs pendant quelques secondes, elle se demandait si ce type n'était pas un peu fou. C'est sûr que les vampires et loups garous vivaient parmi les humains, mais Riley n'avait jamais pensé que les fantômes pouvaient exister. Après tout elle ne les avait jamais vu. Alors qu'Elkan et Charlize s'étaient éloignés des deux filles restantes, la brunette interrogea la rouquine :

«Il est sérieux quand il parle de fantôme ? »

Est ce que la raison pour laquelle le verre flottait dans les airs un peu plus tôt ? Etait-ce dû à un fantôme ? C'était étrange mais ça avait du sens. Et puis en y repensant, Elkan avait aussi, un peu plus tôt parlé à quelqu'un, à une femme du nom de Coraline. Sur le moment la demoiselle n'avait pas compris, comme elle était l'une des rares filles autour de lui. Mais ça prenait tout son sens, si le fantôme, ou en tout cas la fantôme était près de lui...

Quelque chose détourna l'attention de Riley. Elkan et Charlize venaient d'être stopper par le gros baraqué devant les toilettes. Ils n'avaient pas fait long feu. Mais c'est sans compter le séducteur qui avait décidé de résoudre le problème par la violence. Il se lança dans la bagarre. Cependant, le colosse prit rapidement l'ascendant sur le sorcier.

«Il faut toujours que les hommes se battent sans se demander au préalable si ils auront une chance de gagner le combat ou pas..»

Les deux hommes avaient mis le souk à se déchaîner l'un contre l'autre. Mais si Riley restait à regarder le spectacle, elle en connaissait un qui n'allait pas rester vivant très longtemps. Alors elle rejoignit Charlize et lui tendit le verre d'alcool.

« Tiens, c'est pour toi. C'est peut être étrange après le coup de tout a l'heure. Mais comme je compte changer de plan à cause de ton pote, et que j'ai payé ce verre avec un petit surplus, autant qu'il ne soit pas gaspillé... »

Riley laissa donc le verre à la mexicaine et partit en direction des deux hommes en pleine bagarre féroce, et où Elkan se faisait complètement dominer. Durant leur baston, les deux avaient fait tomber les queues de billard par terre. La jeune femme en ramassa une. Puis la positionnant comme une batte de base-ball prête à renvoyer la balle, et s'approchant des deux hommes, la demoiselle finit par frapper celui qui surveillait les toilettes à l'arrière du crane. Il s'effondra un peu sur la table de billard avant de glisser au sol. Riley vérifia qu'il respirait toujours. Il aura une vilaine bosse sur la tête à son réveil.
Elle approcha maintenant celui qu'elle avait sauvé et lui proposa son aide pour se relever en lui tendant sa main.

« Vous êtes prêts à rejoindre les filles aux toilettes pour étudier le corps, maintenant ?  »

© disturbed



_________________


Hall of fame

And the world's gonna know your name.'Cause you burn with the brightest flame. And the world's gonna know your name. And you'll be on the walls of the hall of fame. You can go the distance. You can run the mile. You can walk straight through hell with a smile.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
InvitéInvité
MessageSujet: Re: THE MINDSET OF A KILLER ▲ mini-intrigue #1   Ven 3 Oct - 0:00




I'm going in for the kill

- Let's go to war to make peace -


Mais qu’est-ce que c’est que ce… bordel ?! Parce que là, franchement, cette mise en quarantaine commence à remplir les clichés et critères recherchés pour tous types de films de série B. Non, vraiment, vous en avez pour tous les goûts ; Ghostbuster, Terminator, Interview With The Vampire, Charmed, CSI New York et aller même jusqu’à The Incredible Hulk. Tous ces styles condensés dans le même bar crade et dégoulinant de n’importe quoi. De l’action, du suspense et de l’horreur à foison. PUTAIN ! Si je sors vivante de ce trou infernal, je promets que plus jamais je ne quitterai ma morgue si confortable et réconfortante. Bien sûr, il faut absolument que tout se passe en même temps. Entre la rouquine qui relève des hypothèses pas folles du tout, ce verre flottant mystérieusement en l’air et qui se déverse sur la trogne du géant blond, la révélation choc qu’il y a un fantôme qui hante les environs, la potentielle séance de Ouija que l’on va s’offrir dans les toilettes, Elkan qui m’isole pour mettre à l’œuvre cette fameuse séance, l’autre rescapé de l’ère préhistorique qui nous fait de l’attitude, le géant blond qui décide à l’instant précis d’agiter ses gros bras et de se passer les nerfs sur le rescapé de l’ère préhistorique, Riley qui m’encastre dans la main un verre et décide de se lancer à son tour dans ce combat de coq… MERDE ! Ça vous étonnerai si je m’effondrai sur le sol et ferai la danse du bacon contre les dalles collantes de consommations diverses ? Si ? VRAIMENT ? Bon, d’accord, je tiens le coup… il le faut bien, dans tout ce foutoir ! N’empêche, je suis très près de me taper la syncope du siècle. Dépassée par les évènements, aussi tendue qu’un string, je reste en retrait et dévisage de mes yeux de bibiches chocolatés ce méli-mélo de concentrés de testostérones qui se défoncent les cartilages du visage à grands coups de queues…(NAON ! Bande de pervers, je ne parle pas de ces queues-là !) et de collisions de poings.  

Et puis tant qu’à faire dans le cliché, pourquoi ne pas y mettre du miens moi aussi ? Cul sec, je m’enfourne dans le creux du gosier les quelques rasades d’alcool et dépose le verre vide sur une table qui par miracle a échappée au crêpage de chignons de nos trois débiles légers. Remontée par l’arôme du précieux nectar qui me brûle présentement l’œsophage, je fringue mon air le plus élégant. En mode Fatal Attraction intense, je commence à déambuler au travers de la foule, mon visage dégoulinant d’eau et de maquillage s’empourprant sous faute d’être oppressée par la touffeur de ce lieu apocalyptique. Mon regard fureteur cherchant désespérément la silhouette de la petite rouquine qui m’a tout à l’heure aidé à me relever. Je la repère, non loin érigée dans la trajectoire de ma progression de femme fatale.  J’avance lentement au travers de la mélasse de gens, me fraie un chemin parmi tous ces corps compactés comme des sardines, mon balancement sibyllin de voluptueux coup de hanche passant si près de déjouer le sens gravitationnel du cosmos alors que d’une main négligée je m’ébouriffe la crinière. Les lèvres pincées comme un cul de poule et les pupilles embrasées d’une flamme lascive. Ma longue robe d’ébène épousant à la perfection les courbes de ma licencieuse silhouette, éblouissante et terrible à la fois. La cohue du bar, désormais sans importance pour moi. Déesse somptueuse au cœur des damnés. Je me plante devant le petit corps de la rouquine, déverse mes deux puits de ténèbres sur son livide visage d’ange. Et sans crier gare, mes mains félidées lui agrippent sans aucun ménagement le crâne et mes lèvres avides s’écrasent brutalement contre les siennes. Baiser divin. Baiser soudain. Théâtralement, j’écarte ma figure de contre le sien, ma chevelure de jet tourbillonnant au gré d’une brise soufflée Dieu sait où. Sourire Colgate, je jauge mon amante du regard et lui murmure :

- Oh, Sarclette ! Ce lieu malsain n’aura pas raison de nous. Fuyions, pendant que la chance nous sourit encore. Laissons les zestes de notre amour interdit s’épanouir lentement. Nos époux, Brad et Pitt, ne peuvent plus rien contre nous ! J’attrape avec fougue la main de la rouquine, la balance dans ma Corvette rouge pétasse et sous le soleil couchant, nous voilà détalée sur le chemin du bonheur.    

Bah, quoi ?! Les clichés de lesbiennes, ça ne vous allument pas ?! Pardons, vous dites ? J’ai fumée ? Il y a un bug dans le script ? Hin, kewa ? Rembobiner le tout ? Baon, okay, si vous insistez ! Marche arrière, toutes.

---------------------------------------------

Et puis tant qu’à faire dans le cliché, pourquoi ne pas y mettre du miens moi aussi ? Cul sec, je m’enfourne dans le creux du gosier les quelques rasades d’alcool et dépose le verre vide sur une table qui par miracle a échappée au crêpage de chignons de nos trois débiles légers. Remontée par l’arôme du précieux nectar qui me brûle présentement l’œsophage, je fringue mon air le plus dégradant. En mode perdue l’espace-temps, je commence à déambuler au travers de la foule, mon visage dégoulinant d’eau et de maquillage s’empourprant sous faute d’être oppressée par la touffeur de ce lieu apocalyptique. Mon regard embrumé par les vapeurs de l’alcool cherchant désespérément la silhouette de la petite rouquine qui m’a tout à l’heure aidé à me relever. Je la repère, non loin érigée dans la trajectoire de ma démarche de greluche trop pompette zigzaguant en tous sens sur le pont de ce bateau de croisière perdu dans les vagues torrentielles de la mer déchaînée. J’avance lentement au travers de la mélasse de gens, me fraie un chemin parmi tous ces corps compactés comme des sardines, mon balancement grotesque de lourds coups de hanche passant si près d’éclater les couilles de ce client hilare qui se réjouie de la bagarre alors que je me casse la gueule en trébuchant sur la chaise se trouvant-là. Nez contre terre, l’air digne et noble, je me redresse péniblement et viens me planter devant le petit corps de la rouquine :

- Dans l’arrière-boutique, tout de suite ! je baragouine de ma voix pâteuse, mes paumes se plaquant sans aucune pudeur sur les frêles épaules de la demoiselle que je bouscule déjà vers l’arrière-boutique. Si t’as ce don de parler avec les morts, ça serait vraiment propice que tu l’utilises… en attendant que notre Don Juan national ne se la rapplique. Nous longeons le long couloir sombre et limite pas inquiétant du tout, il y a un seul moyen de savoir si la morte est ta sœur… et tu sais ce qu’on doit faire pour en avoir le cœur net. Et si je me fie à ma mémoire, la trappe pour aller dans le sous-sol où ils entreposent les caisses de bière se retrouve exactement là !

On a pas assez de temps pour examiner le corps de la morte dans les toilettes. Enfermés ici comme des rats, Dieu seul sait ce que ce foutu croc-blanc nous réserve comme mauvaise surprise.

Nous traversons la porte double battant de l’arrière-boutique… pour y découvrir que la pièce est plongée dans la nuit noire. Voilà qui est rassurant… dans mes souvenirs, je me souviens très bien qu’il y avait de la lumière ici-dedans. Fuck !

Est-ce que je nous ai jetées tête la première dans l’abattoir ?
Un mouvement de froissement de tissu se faire entendre, tout près de nous… c’est furtif, éphémère, mais c’est bien là… à quelque part, dans l’ébène.

MERDE !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✤ Printemps : 20
✤ Messages : 1488
✤ Barge depuis : 18/05/2014
✤ Avatar : Karen Gillan
✤ Crédits : ( CADOW CACAHUETTE ) SWAN ( avatar ) + TUMBLR ( gifs ) + CRACKLE BONES ( Code signa ) + MODERN JESUS| portugal. the man ( MUSIQUE)


✤ Âge personnage : 21
✤ Humeur : Bisounours
✤ Profession : Libraire
✤ Philosophie : Smile, everything's gonna be alright
✤ Localisation : Salem
✤ Pouvoirs : Guérison / Boucliers / Création de blessures (nécessite de se l'infliger à elle-même ou d'avoir un contact physique avec la cible, à l'endroit désiré)

Relationship
→ citation:
relationships :
Ashley H. ColbyNain roux au syndrôme de stockholm
MessageSujet: Re: THE MINDSET OF A KILLER ▲ mini-intrigue #1   Dim 5 Oct - 17:27

The mindset of a killer

Feat. Charlize & Riley & Coraline & Elkan
BAON. PAUSE. Qu’est-ce qu’elle fichait ici, déjà, une soulonne accrochée à elle, dans les ténèbres particulièrement inquiétantes d’une réserve de bar ? Ah ouais.

Déjà, il y avait eu ce fantôme, qui n’était pas celui de la morte. Elle avait semblée choquée qu’Ashley puisse la voir, d’ailleurs, la pauvre. Pas le temps de s’interroger sur le pourquoi du comment, sur la froideur de cette paume sur son bras, de la relation entretenue avec le beau viking couvert d’alcool, que tout dérapait encore. Un esprit disparu, une bataille de coq, une médecin légiste complètement larguée et une femme brune assez brillante pour lui redonner de l’alcool. Quelle bande de pieds cassés, en fait.

La petite avait observé un instant la bataille, complètement larguée. Elle avait fait un pas dans la direction des colosses, dans le but de les séparer, magiquement ou non, lorsqu’une queue de billard frappa avec violence le crâne du roux, libérant le compagnon de la soulonne et faisant reprendre ses esprits au videur. Bon. Bien. La suite du programme, maintenant ? Suffit de demander, ma p’tite dame !

Et voici donc la sorcière, entraînée dans une réserve sombre, pas du tout rassurante, où se cache probablement un vampire et peut-être même sa sœur, aux bras d’une femme qui ne saurait probablement pas différencier des crocs d’un alpaca dans son état actuel. Génial, quoi. Voyons le bon côté des choses : cette histoire avait le mérite d’avancer et la cadette se rapprochait peu à peu de sa sœur. Sœur qui ne pouvait pas être morte. Pas pour l’instant. Pour une simple et bonne raison qui venait de lui sauter à la figure comme une évidence, alors qu’elle ne l’avait pas vu jusqu’à présent.

- Ma sœur ne peut pas être morte, mademoiselle. Elle serait venue me prévenir, autrement. Petit rire nerveux. Comment faire des phrases étranges en trois étapes faciles.

Un bruit. Des vêtements. Il ne manquait plus que cela. Les deux jeunes femmes n’étaient donc pas seules en ces lieux. Et elles n’y voyaient absolument rien. En soit, ce problème pouvait aisément être réglé, mais était-ce désirable de se faire ainsi repérées ? Quoique. La simple odeur de la peur qui devait transpirer par les pores de sa peau les aurait déjà grillées. La guérisseuse déglutit nerveusement. Il valait quand même mieux ne pas dévoiler toutes les cartes de son jeu, surtout pas si c’était bel et bien le vampire qui se cachait dans les ombres, comme elle le craignait.

- On devrait allez chercher des renforts… souffla-t-elle doucement à l’intention de l’ivrogne.

Ou pas. La trappe se ferma avec un claquement sec et le petit escalier, qu’elles venaient tout juste de quitter, s’écroula avec fracas. Pas d’issues pour les deux princesses en détresse, donc. La situation forçait Ashley à se servir de ses méninges. Or, ce n’était pas spécialement son fort. Bien sûr, elle n’était pas débile, mais le stress, tout ça… La rousse s’humidifia les lèvres avec nervosité.

- Charlize, c’est ça..? tenta la petite, se souvenant que le grand blond avait mentionné ce nom, plus tôt. Restez près de moi…

Rien de particulièrement rassurant pour le moment, certes, vu la carrure de poupée de porcelaine de la sorcière, mais ça viendrait. Elle devait juste parvenir à se concentrer pendant quelques instants. À se calmer, malgré les mouvements dans les ombres, malgré ce petit ricanement malsain qui semblait venir de partout et de nulle part à la fois. La demoiselle se mordit la lèvre et, instinctivement, serra avec force la main de Charlize, pour se rassurer. Puis, une bulle de lumière finit par faire son apparition, formant une sorte de dôme autour des jeunes femmes, éclairant subitement les alentours d’une lueur vive et immaculée. Bon. Le champ de vision, une fois l’éblouissement passé, ne s’étendait pas énormément, tout juste à la façon d’une vieille lampe torche, mais ce mur avait un bon côté qu’il serait débile de négliger : il les protégerait des assauts du monstre aux longues dents.

Maintenant, il fallait trouver sa sœur, et si possible un moyen rapide et efficace de contacter leurs copains demeurés sagement à l’étage du dessus, peut-être même en train d’examiner le corps à la recherche de quelconques indices. Peut-être que les jeunes femmes s’inquiétaient pour rien. Peut-être que ce n’était qu’un couple en train de batifoler. Mais bordel, quel couple s’amuserait à rire comme ça et à détruire un putain d’escalier ?

Soudainement, la rouquine se mit à en vouloir à la médecin légiste. C’était quoi l’idée de descendre avec elle, seules, là où l’on pensait trouver un vampire meurtrier ? Enfin. Le rire avait cessé dès l’apparition de cette douce lumière protectrice, qui les rendait aussi visible qu’une étoile. Avec un peu de chance, le chasseur ne s’apercevrait pas de la fragilité du lumineux phénomène. Avec beaucoup de chance, en fait.

La sorcière se souvenait clairement de la présence du fantôme, qui cherchait justement ces lieux. Elle songea à l’appeler afin de lui demander son aide, mais se ravisa. Il valait mieux ne pas griller sa présence. Quoi de mieux qu’une observatrice invisible pour trouver les informations nécessaires, par exemple sur l’emplacement d’Amber ? Il restait une solution. Bancale, certes. Vieille comme le monde, aussi. Complètement ridicule ? Tu parles. Mais diablement efficace, en temps normal. Alors pourquoi pas maintenant ?

- ÀÀÀÀÀÀÀ L’AAAAIIIIDEEEEEEEEEUUUUUHHHH ! DANS LA RÉSEEEEEERRRVE ! L’EEESCALIEEEEER A ÉTÉ DÉTRUIIIIIIT !

Il y avait fort à parier que le cœur de la pauvre ivrogne ait manqué un battement face à cette exclamation soudaine. Mais bon, avec un peu de chance, ça l’aiderait à reprendre un minimum ses esprits, pas vrai ? Et puis, quoi de mieux qu’un bon vieux cri de princesse en détresse pour alerté un égo visiblement démesuré d’un homme viril et à l’orgueil blessé par une bagarre perdue ?

Problème. Ce type de cri avait aussi la fâcheuse tendance d’exciter les prédateurs, ou tout du moins les mettre bien en colère. C’est ainsi que, sans prévenir, un violent « Ta gueule, poufiasse ! » retentit, en provenance de derrière quelques caisses de bouteilles, bien à l’abri de cette lumière. Ashley s’humidifia les lèvres, son rythme cardiaque accélérant soudainement. C’était bien beau, le bouclier, tout ça, mais au final elle n’avait aucune arme pour répliquer aux coups que ce charmant être de la nuit tenterait peut-être de leur asséner. Et toujours aucune trace d’Amber, seigneur Dieu tout Puissant.

Et la silhouette se dressa, les ombres semblant danser autour de lui, ses traits toujours drapés par les ombres. Et il avançait. Droit vers elle, en prenant bien son temps, comme pour ajouter à la crainte. Quelqu’un avait parlé de cliché ?

- Par pur hasard, tu te sens suffisamment solide pour courir ? murmura la sorcière à l’intention de la brune, la voix tremblante. C’était une mauvaise idée. Courir face à un chasseur ne donnait jamais rien de bon, elle l’avait appris à ses dépends. Mais avaient-elles réellement un autre choix offert ?


_________________

Revenir en haut Aller en bas
avatar
✤ Printemps : 28
✤ Messages : 3784
✤ Barge depuis : 28/01/2013
✤ Avatar : Elizabeth Henstridge
✤ Crédits : Merenwen & TUMBLR ( gifs ) +PETULIA ( code signa )


✤ Âge personnage : Vingt-six ans à sa mort
✤ Humeur : Perdue
✤ Profession : Serveuse
✤ Localisation : Ici et là
✤ Pouvoirs : Téléportation, télékinésie, possession

Relationship
→ citation: YOU BROKE MY HEART. YOU KILLED ME.
relationships :
Coraline Price☞ T'as le look coco ; Appelez Ghostbusters !
MessageSujet: Re: THE MINDSET OF A KILLER ▲ mini-intrigue #1   Sam 25 Oct - 13:50

❝ The mindset of a killer ❞

Bon, elle n’était pas dans une très bonne situation. Non seulement elle venait de crier sur Elkan sans raison apparente, mais en plus elle lui avait jeté le contenu d’un verre à la figure. Non mais qu’est-ce qui lui arrivait ? Elle avait l’air complètement folle. Le sorcier pouvait bien charmer qui il voulait, ça lui était totalement égal. Enfin presque égal... Mais là n’était pas le but de la soirée. Elle l’avait accusé de draguer cette malheureuse rousse (ce qui n’était très probablement pas faux) mais en voyant le visage défait de celle-ci, elle se sentit autant coupable qu’emplie de pitié et ne put s’empêcher de tenter une parole réconfortante. Elle avait également terriblement honte et osait à peine regarder ceux qui se trouvaient face à elle, bien que les deux humaines ne puissent de toute manière pas la voir. Et puis il y avait Elkan avec son petit sourire satisfait. Elle était d’ailleurs surprise qu’il ne lui ait pas hurlé dessus après ce qu’elle venait de faire. Décidément, elle n’y comprenait rien.

Il n’empêche qu’elle était particulièrement embarrassée par la situation, et c’est cela autant que le désir d’aider qui la motiva à aller visiter l’arrière-salle, sans écouter le moins du monde les protestations du viking blond. Elle disparut. Pour réapparaître derrière une porte close, et dans le noir le plus total.
Malheureusement, être fantôme ne l’avait pas rendue capable de voir dans l’obscurité. Ou même d’être soudain plus courageuse. Que venait-elle de faire là ? Voilà qu’elle était totalement seule, dans un endroit lugubre où elle n’y voyait absolument rien. Elle tâta les pans de mur à sa portée à la recherche d’un interrupteur, sans succès. Elle tenta également d’ouvrir la porte, mais en voyant que cela nécessitait l’usage d’une clef, elle renonça. Elle n’avait pas suffisamment de visibilité pour pouvoir utiliser sa télékinésie avec succès. Elle n’avait plus qu’à prendre son courage à deux mains et à avancer.

Elle fit quelques pas en avant. Les sons qu’elle percevait venant de la salle principale rendait encore plus angoissant le silence de l’autre côté du mur. Elle se sentit parcourue d’un frisson et eut presque envie de revenir en arrière, avec les autres. Mais non. Hors de question. Elle devait continuer. Se rappeler que, de toute façon, elle ne pouvait pas mourir.

« Courage Coraline. Courage... »

Ses yeux s’habituèrent peu à peu à la pénombre. Elle n’y voyait toujours pas grand chose, mais au moins elle pouvait marcher sans risquer de tomber ou percuter un mur. L’endroit paraissait d’ailleurs bien plus grand qu’elle ne l’avait cru. Et plus angoissant surtout. Elle continua à avancer dans une direction au hasard. Toujours rien. Peut-être que l’endroit était totalement vide. Elle l’espérait. Elle n’était pas certaine de vouloir se retrouver en tête à tête avec un meurtrier assoiffé de sang, d’autant plus que les autres avaient apparemment décidé de se diriger dans une autre direction. Même la présence de cet idiot d’Elkan aurait été la bienvenue à cet instant précis. C’était dire son état de désespoir. Bon, elle était ridicule. Ce n’était que du noir. Elle n’avait probablement rien à craindre. Donc, elle continua. A un moment, elle eut la nette impression d’être passée dans une autre pièce. Et là, ce n’était pas un couloir ? Difficile à dire.

C’est alors qu’elle entendit un léger bruit, et se figea, le souffle coupé. C’était quoi ça ? C’était si furtif qu’elle était tentée de croire qu’il s’agissait peut-être de la revenante qu’elle avait eue l’occasion de croiser auparavant. D’une voix tremblante et quelque peu mal assurée, elle trouva enfin le courage de manifester sa présence.

« Hey... Tu es là ? Tu n’as rien à craindre tu sais... » Silence. Le temps pour elle de se rappeler que dans les films d’horreur, c’était toujours la fille qui s’aventurait seule dans le noir qui se faisait tuer la première. « Euh... y a quelqu’un ? »

Autre bruit, cette fois-ci bien plus lourd, et surtout bien plus proche. Elle n’eut pas le temps de réagir en sentant qu’on l’attrapait avec force. Seulement celui de réaliser que non, ce n’était pas l’esprit de la morte qui se trouvait là. Elle poussa un cri juste avant de sentir une main épaisse lui couvrir la bouche. Sous l’effet de la panique, elle se débattit tant qu’elle pouvait, jusqu’à enfin parvenir à mordre son assaillant qui finit par la lâcher. Elle disparut par réflexe pour réapparaître un peu plus loin, sans savoir où. Il lui semblait pouvoir l’entendre, ou du moins entendre des éclats de voix. Sans réfléchir, elle se mit à courir dans le couloir. Il fallait qu’elle retourne dans la salle principale. Mais comment faire alors qu’elle ignorait totalement où elle se trouvait, ou même si elle allait dans la bonne direction ? Peu importait, tout ce qu’elle voulait c’était s’éloigner de ce type, le plus possible. Elle en devenait paranoïaque.

D’ailleurs, n’était-ce pas un autre bruit qu’elle venait d’entendre ? Par réflexe et sans parvenir à se contrôler, elle disparut de nouveau et réapparut de manière si inattendue, même pour elle-même, qu’elle eut à peine le temps de voir une première silhouette à travers laquelle elle passa avant d’en percuter de plein fouet une deuxième, manquant de tomber.

Apparemment, elle avait retrouvé la trace des autres.

bohemian psychedelic

_________________

i just feel sort of empty these days + And there's no remedy for memory your face is like a melody, it won't leave my head your soul is haunting me and telling me that everything is fine but I wish I was dead every time I close my eyes It's like a dark paradise.


Dernière édition par Coraline Price le Jeu 13 Nov - 18:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✤ Messages : 789
✤ Barge depuis : 27/07/2013
✤ Avatar : Alexander Skarsgard
✤ Crédits : google & tumblr


✤ Âge personnage : 34 printemps.
✤ Humeur : Morose
✤ Profession : Intervenant à la BRIS
✤ Philosophie : Marche ou crève
✤ Localisation : Dans ton dos.
✤ Pouvoirs : La nécromancie. Appeler, entendre et voir les fantômes. Réanimer les cadavres.
Elkan J. Devos☞ I'm too sexy for my hair, too sexy for my hair
MessageSujet: Re: THE MINDSET OF A KILLER ▲ mini-intrigue #1   Jeu 13 Nov - 4:21


THE MINDSET OF A KILLER
Mini intrigue



C'est en construction mes girls d'amour  10


Code © disturbed - Gif © Lunatic Café


_________________

Supermassive Black Hole
-- You set my soul alight. --
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: THE MINDSET OF A KILLER ▲ mini-intrigue #1   

Revenir en haut Aller en bas
 
THE MINDSET OF A KILLER ▲ mini-intrigue #1
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» △ MINI-INTRIGUE N°1 - des vivres pour la survie (inscriptions closes)
» Mini intrigue ♕ Le Colin Maillard
» Mini Intrigue :: Lie To Me
» Mini Intrigue :: The Calling Dead
» MINI-INTRIGUE N°3 ✤ journée randonnée. (complet)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
You ain't born typical :: CORBEILLE :: Children Of cain :: Corbeille RPG-