FERMETURE DU FORUM ► Pour en savoir plus c'est ICI

Partagez | 
 

 HIDE AND SEEK ▲ mini-intrigue #2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
InvitéInvité
MessageSujet: HIDE AND SEEK ▲ mini-intrigue #2   Dim 20 Juil - 20:53




we all know how we're gonna die

- we're gonna crash and burn -


HAHAHA !!! Bawa ! BAH OUAIS ! Hahahahaha ! Mais quelle bonne petite blague de très mauvais goût. Bien tôt, nous allons apercevoir l’a petite fripouille détaler sur son tricycle et disparaître au loin à travers les arbres, l’écho de son rire sardonique se répercutant dans l’immuable sérénité de ce lieu ô combien glauque ! C’est n’importe quoi ! Le pire canular jamais orchestré dans toutes les histoires des canulars ! C’est grotesque ! Et puis pourquoi se compliquer la vie à faire une telle mise en scène ? Naon. Je n’embarque pas là-dedans. Désolé, mais j’suis pas convaincu.  Ce mélange de Saw, de Silent Hill et de Cabine In The Wood, franchement, il en faut plus pour secouer et effrayer l’homme vaillant et courageux que je suis !

Extatique, sceptique, bref, motivé par tout un tas d’adjectifs qui se terminent par tique, d’une poigne assassine, je bousille et chiffonne le vil bout de papier que je balance avec négligence par-dessous mon épaule. Avec balourdise, je me redresse et rétablis sur mes jambes flageolantes. Mains sur les hanches, tête légèrement inclinée sur le côté, j’encastre mon regard brumeux dans la verdure de ce panorama, étudiant cette forêt avec le même air dépaysé que devaient fort probablement exprimer Hansel et Gretel lorsque leurs parents bécasses ont tout bonnement décidé comme ça de les égarer en pleine forêt. Et c’est à ce moment bien précis que j’admire l’intelligence du petit Poucet, mais c’est avec l’insouciance du petit Chaperon Rouge que je tire la chevillette, la bobinette cherra et que je me laisse dévoré tout rond par les dents saillantes de l’impénétrable noirceur des lieux.

Troncs d’arbres. Racines proéminentes qui gerbent du sol cahoteux. Nid de rochers affilés et acérés qui éventre le tapis de frondaison. Le croassement moqueur et lugubre de ces corbeaux qui se bidonnent sur leurs branches d’arbres… ce pauvre paillon de nuit qui fonce dans cette énorme toile d’araignée… qui s’embourbe les ailes dans les filaments gluants… qui se débat mais en vain… et l’arachnide qui jailli d’entre le berceau de feuilles… qui se lance avec habileté sur sa proie… qui plante ces crocs vénéneux dans le petit corps grouillant… le petit corps grouillant qui ne grouille plus du tout… les huit pattes sournoises de l’araignée qui s’affairent à tourbillonner sur le petit corps inerte… le petit corps inerte qui disparait dans la gueule masticatrice de l’insecte pernicieux… les ailes du papillons qui ne deviennent que charpie et…

Ew ! Un pied enfoncé sur une roche, la paume de ma main aplatie sur l’écorce rugueuse d’un géant tronc d’arbre, j’assiste, tétanisé, à la scène… cette même scène répugnante qui se déroule à quelques centimètres près de mon mufle. Horrifié, mes deux billes de saphirs biglent sur l’insecte à huit pattes, comprenant que si cela n’avait été du sacrifice involontaire de ce joli papillon de nuit, j’aurais foncé face la première dans les filaments insidieux de cette énorme toile d’araignée.

- AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAHHHHHH !!!!!!

Un cri de mort. Un hurlement si aiguë et puissant, que je peine à croire que ç’a sorti véritablement de mon gosier. L’écho de cette rumeur assourdissante rebondit sur les arbres, détale au loin et va se perdre dans la nuit noire. Oui, comme une greluche en détresse, je cri encore. Oui, comme une greluche en détresse, je quitte mon poste d’observation en bondissant et gesticulant dans tous les sens praticables… persuadé que la vile bête s’est jetée sur moi et va m’engloutir dans sa gueule broyeuse. Cette simple pensée déferle sur moi une telle vague de frayeur, que je hurle de plus belle, à m’en vomir les poumons et pourquoi pas les tripes ! Mains braquées tout haut en l’air au-dessus de ma sombre toison échevelée,  je tourne les talons, enfourche mes clics, agrippe mes clacs, jambes à mon cou, je prends la fuite, jette les voiles, largue les amarres et comme un obus me voilà détalé au loin dans cette forêt de mystère et de l’épouvante.

À vive allure, à toute vitesse, je slalome au travers les arbres, enjambes les bosquets, écrase les branches, agrippe les rochers, pourchassé par le croassement lugubre de ces foutus corbeaux qui se bidonnent, la peur au ventre et le Diable au cul. Yeux aussi ronds que des soucoupes, j’vois pourtant que dalle, je cours et j’sais pas où je vais. J’ai peur.

- OUI ! J’ai la pétoche ! ET JE VEUX RENTRER CHEZ-MOI !

Sur le point de verser une larme, mon pied se prend dans Dieu sait quoi (aka le corps de Bouclette affalé au sol xD). Le monde se fige et moi bah comme une merde j’accomplie le plus beau et acrobatique saut de l’ange. En plein vol-plané sur l’infini et plus loin encore, je viens m’écraser de tout mon long sur une masse moelleuse et comme qui dirait confortable (aka le bidon de Megara hahahaha) alors que ma face de débile léger vient aboutir une autre face… Oui, oui, une autre face…

- KAY ! OH MON DIEU ! KAY ! KAAAaaaAAAaaaAAaY !!!!! RÉVEILLE-TOI, JE T’EN PRIE, RÉVEILLE-TOI !

Nez à nez avec la frangine, j’suis trop ensuqué dans le fourreau de ma peur délirante pour saisir que ma face empourprée l’écrase de tout son poids… et je me tortille sur place, incapable de rester confortablement allonger là sur cette masse mystérieuse qui ne cesse de se remuer entre mes jambes et sous mon torse.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✤ Printemps : 26
✤ Messages : 5123
✤ Barge depuis : 16/01/2013
✤ Avatar : Candice Accola
✤ Crédits : Avatar & code signature & image - Par moi || Gif de profil par Mariephantomhive - Tumblr || La musique - Become the beast de Karliene


✤ Âge personnage : 25 ans
✤ Humeur : Taquine.
✤ Profession : Elle s'occupe du trafic du sang d'Alaric... et de bien d'autres choses. Besoin de passer un marché tordu mais qui lui rapportera de l'argent et des poches de sangs? Adressez-vous à Ariana.
✤ Philosophie : Si tu veux que les choses soient bien faites... Ne les confies surtout pas à Orphéo.
✤ Localisation : Dans les recoins sombres de Salem.
✤ Pouvoirs : Guérison instantanée. Cinq sens développée. Force, rapidité et agilité. Capacité de se changer en louve noire. Bref... c'est une sexy lycanthrope!

Relationship
→ citation:
relationships :
Ariana C. VanderJolie soubrette ; livreuse de cookies
MessageSujet: Re: HIDE AND SEEK ▲ mini-intrigue #2   Lun 28 Juil - 23:47




Hide and seek.
feat l'équipe de greluches




Lointain. Un faible écho qui se perdait dans les recoins de mon esprit embrumé. Mes paupières demeuraient closes et pourtant, je m'extirpais difficilement d'un long sommeil. Sommeil artificiel et aucunement réparateur. La bouche pâteuse, je passais ma langue desséchée sur mes lèvres. Elles avaient un gout de noix de coco. Vestige de mon baume à lèvres. J'avais soif. J'avais faim. Et si mon estomac se trouvait vide, ma vessie quant à elle, se trouvait pleine. Pourtant je n'éprouvais pas encore le courage de bouger. Le sol était rude, inconfortable. Mes doigts effleuraient quelque chose d'humides et de frais. Petit à petit, je comprenais que je n'étais pas à l'appartement. Instantanément mes yeux s'ouvrir en grand... et rien. Le noir. Total et profond. Mon corps se raidit d'effroi et une boule d'angoisse prit possession au creux de mon ventre. J'étais devenue aveugle!! Plus jamais je ne verrais le sourire de mon frangin. Plus jamais je ne verrais Coraline disputer Salem. Plus jamais je ne verrais la face de petit con d'Exekiel. Plus jamais je ne verrais Novalee afficher son petit air gêné quand je la prenais de façon intempestive dans mes bras. Pire que tout... je ne pourrais plus jamais me regarder dans un miroir!  Alarmée et paniquée, mes mains se posèrent par instinct sur mes yeux supposément meurtris alors que je commençais déjà à sangloter. Mais au lieu de se confronter à deux cavités ensanglantées, mes doigts caressèrent un bout de tissus...

Étrange et pourtant rassurant. Un petit rire nerveux se déploya dans ma gorge et je retirais le bandeau voilant ma vue. Sous mes yeux se déployaient un rideau de ténèbres parsemée de petits diamants. La voûte céleste, plus belle que jamais, arborait une demi-lune timide. Quant bien même ce décors me semblait magnifique, cela n'expliquait en rien ce que je faisais allongée en plein milieu de nul part. Étais-ce encore une nouvelle crise de somnambulisme? Si tel était le cas... pourquoi je m'étais bandée les yeux? Un tripe masochiste enfoui peut-être. Et pourquoi j'avais cet étrange impression d'avoir la tête à l'envers comme si j'avais vidé les bouteilles d'alcools de Salem? Perplexe, je demeurais immobile à la recherche d'une réponse divine.

Puis de nouveau cet écho. Beaucoup moins lointain. Beaucoup trop proche. Cet écho qui n'était pas un écho au final. Des cris. Ou plutôt... un cri. Une voix. Apeurée. Elle paraissait féminine mais j'y décelais quand même un timbre de voix masculin. Bien que j'espérais y trouver la réponse divine, mon instinct m'indiquait tout le contraire. Ma tête se tourna en direction de cet alarme à deux jambes mais déjà il était trop tard. Un choc. Rude et imprévisible. Un coup instantané qui me vrilla les côtés et permis à notre ange apeuré de décoller de la planète terre pour mieux s'écrouler comme une larve. Une larve grouillante et hurlante qui me détruisait les tympans.

Mes coudes prirent appuie sur le sol alors que je surélevée mon buste. Il était peut-être temps pour moi de m'inquiéter d'avantages. Des arbres. Des herbes. Des souches et des corps.... Des corps?! ... Beaucoup de carcasses gisant sur l'herbes humides de ce qui me semblait être prospect park. Tout du moins je supposais. L'endroit me semblait étrangement familier. L'espace d'un moment, j'en avais oublié notre plongeur épiquement idiot. Mes paupières balayèrent les environs avant de se poser sur l'homme hurlant...

Le petit... je le connaissais! Oh que si je le connaissais! Et aussi vrai que je portais des ballerines, je retirais mon soulier droit. Cet idiot... à cause de lui j'avais eu un paquet d'ennuis. Mesquine et horriblement rancunière, je levais mon arme d'infortune dans les airs pour le balancer derrière sa tête d'abrutis heureux mais peureux. Sauf que je n'étais pas fichu de viser correctement et que ma ballerine s'encastra contre la face d'une inconnue. Je ne pouvais pas être si mauvaise viseuse... Si? Fallait croire que si. Oups? Mon visage s'étira en une grimace compatissante alors que j'observais le visage de la brunette endormie avant de reporter mon attention sur l'ange raté.

- Tu vois? Tout ça, c'est de ta faute! l'accusais-je en croisant mes bras sous ma poitrine.

Ouais. Je sais... Il devait déjà le savoir.



_________________


Become the beast
Revenir en haut Aller en bas
avatar
InvitéInvité
MessageSujet: Re: HIDE AND SEEK ▲ mini-intrigue #2   Ven 1 Aoû - 19:11

Hide&Seek
Intrigue

La toute première chose qu’elle sentit, ce fut ce mal de tête, épouvantable. Ses yeux étaient toujours fermés, et pourtant elle sentait qu’elle reprenait peu à peu conscience, retrouvait des sensations brièvement oubliées. Elle se tourna légèrement sur le côté, encore prise dans les brumes de l’inconscience. La dureté du sol sous elle ne l’aida nullement à reprendre conscience de la réalité, bien qu’elle puisse sentir que son dos la faisait étrangement souffrir et que ses membres paraissaient engourdis.
Tandis que peu à peu ses sensations physiques semblaient la tirer vers la réalité, sa conscience elle paraissait résister. Néanmoins, peu à peu, elle se trouva amenée à abandonner ses défenses. Des cris surgirent, des éclats de voix qui se mêlaient indistinctement et sonnait comme un lointain chaos à ses oreilles. Les sons plus forts parvinrent à avoir raison de son sommeil si peu naturel et elle commença à ouvrir les yeux. S’il lui était encore difficile de s’extirper de sa torpeur, un choc contre son crâne suffit à la réveiller tout à fait. Ses prunelles s’ouvrirent brusquement, rencontrant le paysage qui se trouvait autour d’elle et qui ne lui était absolument pas familier. Elle se redressa péniblement et vit près d’elle une chaussure féminine, probablement le projectile qu’elle avait reçu. Elle l’attrapa et se releva tout à fait. Son esprit encore embrumé se contentait d’enregistrer les faits pour le moment, avec une certaine stupéfaction : elle ne connaissait pas cet endroit et était bien incapable de se souvenir comment et pourquoi elle se trouvait ici. Néanmoins elle ne loupa pas la jeune femme, qui semblait plutôt mécontente, mais surtout avait perdu une chaussure.

« Hey, Blondie ! » l’apostropha-t-elle. Elle attendit patiemment que mademoiselle Barbie se tourne vers elle et au même moment, lança la ballerine qui atterrit au milieu du front de la louve. « Fais gaffe où tu mets tes affaires ! »

Puis elle se détourna d’elle. Elle commençait peu à peu à regagner son sang froid et à analyser la situation. Elle n’était pas venue ici d’elle-même, c’était certain. A sa connaissance, elle n’avait rien bu ni mangé de suspect et n’avait pas été droguée. Mais on ne sait jamais après tout. En quête d’éventuelles réponses, elle se tourna vers les autres. Deux personnes dont l’une ne lui était pas tout à fait inconnue.

«  Toi ? Qu’est-ce que tu fous ici ? »

Elle se rappelait parfaitement leur première et unique rencontre. Comment l’oublier ? On peut dire que celle-ci était pour le moins originale. Sans prévenir, alors qu’elle marchait tranquillement et calmement dans la rue, il avait déboulé de nulle-part, essayant de lui voler sa chaussure. C’avait été si surréaliste qu’elle avait été sur le moment pétrifiée par la stupeur, si bien qu’il avait failli réussir son coup. Mais elle s’était rapidement reprise et lui avait filé la dérouillée de sa vie. Elle était surprise qu’il ait réussi à s’en remettre si rapidement. Elle avait cru qu’il était simplement fou, ou idiot. Ce n’était qu’une fois rentrée chez elle, en trouvant un étrange caillou encastré sous la semelle de sa botte qu’elle avait compris. Cette rencontre n’avait donc pas été en pure perte : elle avait pu se défouler, tout en gagnant une coquette somme. En somme, ça avait plutôt été une bonne journée.
Ce qui ne serait pas le cas de celle-ci, elle le sentait. Elle n’avait pas revu son opinion sur ce type : c’était un idiot. Et elle devait bien avouer qu’elle était d’accord avec la fausse blonde ici présente : s’ils se trouvaient là, il n’y était nécessairement pas pour rien. Elle se précipita sur lui et l’attrapa par le col.

«  Où on est là ? Qu’est-ce que t’as foutu comme connerie ? » Elle lui criait dessus, fortement tentée par la perspective de lui coller son poing en pleine figure.

Elle était définitivement de très mauvaise humeur, parce qu’elle n’aimait définitivement pas cette situation. Ils étaient quatre, dont une brune à laquelle elle ne prêtait pour le moment aucune attention, et se retrouvaient soudainement et sans savoir comment dans un lieu inconnu, pour des raisons inconnues. Il y avait forcément un responsable. Peut-être était-ce lui, peut-être que non, mais quoi qu’il en soit elle avait bien besoin d’un bouc émissaire afin de passer ses nerfs et il était le candidat tout trouvé.  

"You have a good reason to be living in the limelight of the fortunate ones"
Code by AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
avatar
InvitéInvité
MessageSujet: Re: HIDE AND SEEK ▲ mini-intrigue #2   Mar 26 Aoû - 7:10




hide and seek
❝ you know it's always something ❞

L'humidité de la surface sur laquelle je repose transperce le tissu peu étanche de ma veste de coton, me provoquant quelques frissons incontrôlables. Mon esprit vogue toujours dans un brouillard beaucoup trop épais pour réaliser ou même m'interroger sur l'endroit où je repose. Ou encore pour m'inquiéter de ce cri de fillette qui détonne dans l'air qui était pourtant si calme une seconde plus tôt. Ma tête pulse au rythme de mon sang qui traverse mon organisme, étrangement et désagréablement douloureuse. Je me sens toujours déchirée entre demeurer dans mon état de sommeil ou de reprendre conscience. Enfin, je n'eus pas à trancher ce difficile dilemme, on le fit très bien pour moi, et ce par le biais d'une voix surexcitée et beaucoup trop aiguë pour ma tête douloureuse. Si j'ai été endormie une seconde plus tôt, maintenant je suis complètement éveillée. On interpelle mon prénom de manière prolongée et, avec l'espoir de démasquer cette voix si mélodieuse, j'ouvre les paupières. Hors de toutes attentes, au lieu de voir un visage se dessiner à mes avants, je demeure dans les ténèbres, complètement aveugle! Mon cerveau ne comprend pas, panique un moment alors que je me questionne dans quel endroit je peux bien être pour que ce soit aussi sombre... Je sens un souffle me frôler le visage, annonçant une présence douteuse beaucoup trop près de ma personne. Mais bientôt, elle s'écarte et je prends le temps de réaliser qu'un masque improvisé me couvre les yeux. Aussitôt, je retire le bandeau et observe les alentours. Je sens l'herbe et les feuilles sous mes mains alors que je me redresse de contre terre, j'aperçois une vaste forêt s'éterniser devant mes yeux perplexes. Et des corps endormis qui couvrent la terre... Mes sourcils se froncent à cette vision. Certains sont pourtant réveillés et parlent beaucoup trop fort - enfin, pour ma tête lourde. Devant moi, j'observe deux silhouettes, bientôt trois alors qu'une brunette à mes côtés se lève à son tour. Une blonde - dont le visage met malheureusement plutôt familier - et un brun qui me ressemble drôlement. Aleksey? Je n'ai pas le temps de m'annoncer qu'un projectile quitte la main de brunette pour atteindre le front de blondinette... What the..?

Mes fesses légèrement humidifiées par le sol me supplient de me redresser, ce que je tente de faire sans tarder. Dans mon ascension, je sens quelque chose au creux de ma main. Je baisse les yeux, ouvre la main et découvre un bout de papier chiffonné. J'avais l'intention de l'ouvrir et peut-être comprendre quelque chose de cette situation improbable, mais l'appel de la grande soeur se manifeste et m'oblige à oublier un instant ce petit mystère. Ce que je vois alors que je relève le regard me fait automatiquement réagir. « Hey! » que j'interpelle. La brune, dont j'ignore totalement l'identité, tient mon frangin entre ses sales mains, l'interroge d'un ton que je n'apprécie nullement. Personne, et j'ai bien dit PERSONNE, ne m'est la main sur mon frère! J'emboîte aussitôt le pas et écourte la distance qui me sépare du duo. Ma main se pose sur l'épaule de l'agresseur et l'oblige à reculer de quelques pas afin de s'éloigner de sa victime. Je lui fais face et, de mon ton autoritaire habituel, je n'épargne pas mes mots. « Tu mets tes mains une autre fois sur mon frère et tu devras apprendre à manger avec tes pieds, compris? » Bonjour, moi c'est Kaylessa, la soeur chiante et beaucoup trop protectrice de cet idiot de mutant qui me sert de frère. Et tu es...?

Un bref sourire dépourvu de toute nuance amical étire mes lèvres avant de lui tourner le dos, indifférente. Je me retourne vers Aleksey, histoire de m'assurer qu'il n'a rien, et balaye nonchalamment son collet. « Ça va, t'as rien? » que je demande d'une voix maternelle. Je ne me doute aucunement qu'il a pu faire une connerie quelconque et que cette animosité portée à son égard soit justifiée, mais je ne peux tout simplement pas laisser qui que ce soit faire le moindre mal à mon frangin. Après être assurée de son bien-être, mes mains se déposent sur ses épaules et mon regard le toise avec complicité. Je m'assure que son attention est bel et bien tourner vers moi avant de lui demander: « Maintenant, dis-moi. Qu'est-ce tu as fait cette fois? » Mais quoi?! J'ai peut-être menacé cette fille de ne pas poser les mains sur lui, mais je n'ai jamais dit que ses suppositions étaient fausses! Parce que disons-le, se réveiller au beau milieu de nul part, avec plein d'autres gens, certains connus, d'autres non, et un bout de papier dans la main... Ça ne prédit rien de bon! Et comme mon frangin a l'habitude d'attirer les emmerdes... Eh bien... D'ailleurs, mon attention se pose de nouveau sur le papier en question qui est demeuré dans ma main et je prend le temps de le déplier et le lire. Mon visage devient de plus en plus sérieux, mes sourcils se rapprochant par la perplexité et l'incompréhension. Une fois le petit message lu, je relève un regard septique sur mon frère et lui met le papier sous le nez. « C'est qui ces deux-là, Alek? » 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
InvitéInvité
MessageSujet: Re: HIDE AND SEEK ▲ mini-intrigue #2   Dim 31 Aoû - 5:47




we all know how we're gonna die

- we're gonna crash and burn -


HJ ; j’ai mal copié mon post. Du coup, j’ai perdu le début de celui-ci. Je m’en excuse à l’avance. Je vais l’ébaucher dans un avenir que j’espère très proche  12

Derrière la frangine qui menace de se passer les nerfs sur la ténébreuse détrousseuse de pierre précieuse, je ne cesse de me frictionner les paumes, comme si je participais à un concours de branlette. D’une oreille plus que très attentive, j’écoute les menaces de ma garde du corps, ne peux m’empêcher de sourire comme un débile léger et d’opiner exagérément du chef.

« Tu mets tes mains une autre fois sur mon frère et tu devras apprendre à manger avec tes pieds, compris? »

- Ouais. C’est ça. Tout ce qu’elle vient tout juste de te dire, miss Baba-Boom ! Et je veux revoir la couleur de ce putain de diamant que tu m’as choppé ! Que je crachouille, vindicatif, alors que je pivote furtivement sur mes talons, pour aller fusiller du regard l’autre donzelle à la chevelure de blé. Quant à toi, Boucle d’or, t’as une précision et un lancer de merde ! J’ai PRESQUE honte d’avouer que tu m’as botté les fesses avec ces mêmes mocassins !

Et de toute manière, en 2051, qui fringue encore ça, des ballerines ?! Ew, it's overrated, so overrated ! Ça fait tellement 2014 ! Pendant que je m’essoufle à jouer les designers de mode et refaire, psychologiquement parlant, la garde-robe de Boucle d’or, du coin de l’œil, je vois se rapprocher ma petite puce de sœur. Attendris par cette vision, je lui décroche l’un de mes sempiternels petits sourires condescendant, qui au fond, dans les plis de mon âme Aleksititude, s’avère être la quintessence même de la gratitude. D’un geste protecteur et maternel, elle me replace le collet d’un tendre petit coup de revers de main.

- Outre le fait que ces deux Rambina veulent me faire la peau, oui, tout va plutôt bien, que je la rassure, alors que je suis sur le point de lui déblatérer ma mésaventure avec le papillon de nuit et l’araignée. Si près de lui raconter cette pittoresque épopée, que les deux rigoureuses paluches de ma petite puce de sœur s’agrippent brusquement à mes épaules, ses deux billes azurés cherchant à capturer les miennes, de manière que je dois avouer plutôt insistante et ensorcelante. Mû par cet élan que je ne saisis pas trop le sens, mes grands yeux exorbités plongent dans son regard suspicieux, m’obligeant à ravaler de travers le filet de bile qui me remonte dans le gosier alors que l’intégralité de mon champ de vision se concentre sur le doux visage d’ange de la frangine. Attentif, je l’écoute…

- Ah ! Non ! Nenon ! Tu vas pas t’y mettre toi aussi, Kay ?! que je peste dans ma barbe, la frustration peinte sur ma figure n’étant même pas en mesure d’effrayer un hamster dégriffé. Oui, dans la famille, c’est Kay qui a les couilles… moi ? Bah… euh… j’ai une très belle personnalité. Sidéré, estomaqué, je la regarde consulter le fameux fichu bout de papier et derechef me dévisager comme si j’avais d’encastré dans les fesses 110 kilos de cocaïne… mes deux billes d’un bleu céruléen allant illico ciller sur la note qu’elle me plaque sans aucune pudeur sur le nez.

- Pourquoi c’est toujours moi qu’on pointe du doigt, uh ? J’en ai vachement rien à branler de ces deux Daniele Boone ratés. Je ne les connais pas. J’sais pas qui ils sont, je peste, j’en profite pour abreuver d’injures les deux autres Rambina, leur souligner et préciser que j’ai absolument rien à avoir avec ces kidnappings. Je m’offusque telle une greluche mal baisée et gesticule tel un primate en rut. Au bout d’un moment, je m’arrête, à bout de souffle et surtout d’insulte. Haletant comme si je venais de vider mon paquet de clopes, je me plaque une main sur le thorax, fronce quelque instant les sourcils, l’air comme qui dirait ailleurs et touché par le doigt de Dieu. Pris d’un doute, je regarde de nouveau la frangine et les deux Rambina.

- Est-ce que vous insinuez que… cette parodie de serial killer… c’est du sérieux ? Cette connerie, c’est pas un canular ? On… on a véritablement été kidnappés ?

Non, jusqu’à présent, cette idée n’avait pas encore effleurée mon esprit. Une vague d’angoisse et de stupeur déferle sur moi.

- Vous déconnez, hin ? C’est… c’est pas sérieux ?

Et dans un synchronisme plus tôt déboussolant, un long cri embaumé d’horreur et d’effroi explose dans la nuit et brise le silence quasi spectral de cette forêt aux mille épouvantes. Le cri devient très rapidement un râle d’agonie… pour ensuite s’étendre dans un couinement tout simplement épouvantable à entendre.

Si près de chier dans mon froc, j’ouvre la bouche, écarquille les yeux, j’attrape Kay par le bras et la contrains de me suivre Dieu sait où. Je veux détaler dans le sens opposé du cri, m’en aller très loin, mais ma course tout juste entamée s’immobilise nette lorsque je fonce sur Baba-Boom et Boucle d’or qui…

- Bordel ! Qu’est-ce que vous foutez encore là ?! On doit se casser et vite ! Je peste, me faufile sans gêne entre elles, oblige la frangine à faire de même et nous voilà détalés sur la voie du bonheur.

Un ange passe. La greluche au cri de mort trépasse. Littéralement. Mort de trouille, je nous fraie un chemin, les branches d’arbres me fouettant la figue, avalant à grosse pèle de généreuses poignées de feuilles, me heurtant les genoux contre les rochers et m’enfourchant les pieds dans les racines éventrant le sol cahoteux. Dans cette course à obstacles, je prends le soin de lancer un regard par-dessus mon épaule, pour m’assurer que Boucle d’or et Baba-Boom nous suivent toujours, Kay et moi. Ce qu’elles font.

CLAC !
L’écho métallique tout juste explosé sur mes tympans, que quelque chose m’agrippe la cheville. Je pique du nez, embrasse à pleine bouche le sol terreux, libère malgré moi le bras de ma frangine alors que pour la deuxième fois ce soir je fais la carpette sur ce foutu parterre. La figure envasé dans un amas de fougère, je redresse lourdement la tête… essaie de comprendre dans quoi est-ce que je me suis pris le pied…

- OH ! OH ! MERDE ! MERDE ! MERDE !

Un piège à ours. J’ai la cheville coincée dans un putain de piège à ours !

- CES ENFOIRÉS DE PSYCHOS, ILS ONT TRUFFÉS CETTE FORÊT DE PIÈGES !

Bordel… je suis fichu. Je vais mourir.

- ON VA TOUS MOURIR !  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✤ Printemps : 26
✤ Messages : 5123
✤ Barge depuis : 16/01/2013
✤ Avatar : Candice Accola
✤ Crédits : Avatar & code signature & image - Par moi || Gif de profil par Mariephantomhive - Tumblr || La musique - Become the beast de Karliene


✤ Âge personnage : 25 ans
✤ Humeur : Taquine.
✤ Profession : Elle s'occupe du trafic du sang d'Alaric... et de bien d'autres choses. Besoin de passer un marché tordu mais qui lui rapportera de l'argent et des poches de sangs? Adressez-vous à Ariana.
✤ Philosophie : Si tu veux que les choses soient bien faites... Ne les confies surtout pas à Orphéo.
✤ Localisation : Dans les recoins sombres de Salem.
✤ Pouvoirs : Guérison instantanée. Cinq sens développée. Force, rapidité et agilité. Capacité de se changer en louve noire. Bref... c'est une sexy lycanthrope!

Relationship
→ citation:
relationships :
Ariana C. VanderJolie soubrette ; livreuse de cookies
MessageSujet: Re: HIDE AND SEEK ▲ mini-intrigue #2   Mer 5 Nov - 2:35




Hide and seek.
feat l'équipe de greluches






Blondie. Bouclette. Boucle d'or. Les surnoms ne manquaient jamais lorsqu'il s'agissait de pointer du doigt ma belle et admirable crinière blonde. Il fut un temps où j'étais persuadée que la population New-Yorkaise était jalouse de ma beauté et de ma tignasse toujours impeccablement coiffée. A cette époque... j'avais huit ans. Depuis... j'avais compris que c'était là un manque cruel d'imagination. Je préférerais encore des surnoms comme "belle licorne enchantée" ou bien "Petite libellule pleine de sagesse". Non. Au lieu de ça... j'avais continuellement droit à des sobriquets concernant mon cuir chevelu. Que voulez-vous... En plus de vivre dans un monde de fous, je vivais dans un monde où l'imagination et la fantaisie se perdaient. Quoi que... étrangement, les psychopathes de la ville, eux, n'en manquaient pas. Avouez que même si ça sentait les vieux clichés de film d'horreur, l'originalité était de mise. Droguer et rassembler de parfaits étrangers au plein coeur d'un parc... ça changeait des éternels fous tueurs que l'on croisait au bout d'une ruelle. A New-York, ça devenait presque une constante. "Oh je vais tourner à l'angle d'une rue. Je me demande tellement si un gros molosse va me tomber dessus". Et sans surprise, à défaut de tomber sur un molosse, vous tombiez sur un os.

Mais là, en cet instant... c'était pas un os... c'était pire... C'était trois enragés de la vie! Une brunette envoyeuse de ballerine. Elle me copiait et en plus, elle visait mieux que moi. C'était d'une injustice insoutenable. Nous avions ensuite l'homme aux cris de femmes. Probablement pire que l'autre brune avec un service trois pièces dans le pantalon. Et puis, il y avait l'espèce de mère couveuse qui choyait cet imbécile heureux mais malchanceux. Assurément... Ces trois-là, c'était bien pire qu'un seul et unique psychopathe fous. Je les écoutais et les observais tout en remettant chaussure à mon pied. On en venait tous à la même conclusion : le fautive devait forcément être "Alek", d'après la grande brune protectrice. Un prénom bien trop viril pour lui. Je l'imaginais s'appeler "Logan" ou "Morgan" voir même "Bruce". Bruce c'est viril mais ridicule à prononcer sous la couette. Enfin je ne pouvais qu'imaginer. Je n'avais pas la moindre idée de ce qui se passait réellement sous une couette. Je n'ai jamais osé regarder les films pour adultes que j'avais trouvé dans l'appartement de Salem.

Puis... vint se crie. Le genre de hurlement qui fait frémir d'angoisse. Mes grands yeux apeurés scrutèrent les alentours, s'attendant à voir le pire. Mais rien. Rien si ce n'était ce cri et cette lente agonie. Ce qui dans le fond, était bien pire. Mon imagination tournant à plein régime, je sentais la peur paralyser tout mes membres. Une chance que j'étais toujours assise dans l'herbe, sinon je pense que je me serais écroulée. Trop d'émotions. Trop d'informations inconnues. Et aucuns visages réconfortant. Pas de Salem. Pas de Novalee... même Exekiel ferait l'affaire dans cette situation. Et une alarme se déclencha dans ma tête de blonde. Si ils étaient là... ils sauraient quoi faire. Ou en tout cas ils en donneraient l'impression. Ils se seraient levés depuis bien longtemps, alors c'était ce que je fis. D'un bond, j'étais debout, sur mes deux pieds, bien que deux secondes après, un missile à tête creuse me fonça droit dessus! Encore une fois, Alek me percuta de plein fouet sauf que cette fois mes côtes demeuraient intacts.

Quant à savoir ce qu'on foutait encore là... Pour une fois, l'imbécile malchanceux avait raison. On devait se bouger de là. Alors sans réfléchir, je suivis nos leaders d'infortunes. J'étais habituée aux balades nocturnes dans la forêt... pourtant, allez savoir pourquoi, cette expédition à la Dora Exploratrice version New-Yorkaise ne me plaisait guère. Nous avions La Carte et Shipper en premier plan. J'étais probablement Sac à dos... sauf que je ne transportais rien d'utiles sur moi. Et nous avions... Diego, le cousin inutile à l'arrière. Puis entre deux paires de feuillages que je me prenais en pleine tête, un cri. A nouveau. Sauf que cette fois, j'en connaissais la provenance sans pour autant en comprendre la raison. Mue d'effroi, je m'étais arrêtée net.

Du sang. Je décelais l'odeur du sang. Oh bon sang!... sans mauvais jeu de mots. J'inspirais et expirais. Une fois. L'odeur du liquide carmin me rendait malade. Deux fois. La bête en moi commençait à gronder. Je devais arrêter. Je ne devais pas arrêter de respirer. Juste d'inspirer comme si j'essayais de gober tout les moustiques.

- On va tous mourir... que je répétais à la suite d'Alek. D'ailleurs, Alek c'était son vrai prénom ou son diminutif? J'espérais pour lui que ce n'était que son diminutif.

Telle une véritable diva, j'usais de mes mains pour me ventiler le visage. J'allais tomber dans les pommes. J'allais faire une crise d'hystérie. Je devais cependant faire face. Que ferait Salem? Que ferait Novalee? Et surtout... que ferait Keira? Elle cesserait ces manières de fifilles en détresse. Alors aussitôt, je cessais de brasser inutilement le vide. Nous avions un blessé et j'étais une presque infirmière. Invitant le calme à venir, je m'approchais de notre blessé pour constater avec horreur l'ignoble vérité. Son pied était coincé dans un piège à ours. Bien que je pouvais sentir mon visage pâlir, je me à genoux près de l'accidenté.

- Je vais essayer d'ouvrir le piège à ours... de ma voix tremblante et maladroite, je posais mes deux petites mains sur les crocs acérés de la machine. Dès que ce sera assez ouvert, je vais avoir besoin de quelqu'un pour l'aider à retirer son pied. Et d'une autre personne pour ensuite me ramasser à la petite cuillère.

On allait tous mourir... il avait probablement raison. Cependant, il était hors de question que j'abandonne un homme à terre. Même si cela devait atténuer mes chances de survie. Fermant un instant les yeux, je respirais à grand coup. Cette fois, je m'imprégnais volontairement de cette odeur de sang afin de faire sortir la bête en moi. Je possédais peu de contrôle sur mon état de lycanthrope et j'avais souvent besoin d'un stimulateur.

- Bon bah c'est parti... soufflais-je en usant de ma force surnaturelle pour démonter la mâchoire cruelle de cette bestiole de ferrailles.




_________________


Become the beast
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: HIDE AND SEEK ▲ mini-intrigue #2   

Revenir en haut Aller en bas
 
HIDE AND SEEK ▲ mini-intrigue #2
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» △ MINI-INTRIGUE N°1 - des vivres pour la survie (inscriptions closes)
» Mini intrigue ♕ Le Colin Maillard
» Japan Expo 16 du 2 au 5 juillet 2015
» Hide & Seek {Kyle}
» Mini Intrigue :: Lie To Me

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
You ain't born typical :: CORBEILLE :: Children Of cain :: Corbeille RPG-