FERMETURE DU FORUM ► Pour en savoir plus c'est ICI

Partagez | 
 

 Hot pursuit [Vladiktor]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
InvitéInvité
MessageSujet: Hot pursuit [Vladiktor]   Lun 18 Aoû - 2:14


Night of the Hunter.
Blessed by a bitch from a bastard's seed. (c) 30 seconds to mars - night of the hunter.
— 17 Août 2014. « Chopez-le bande d'incapable ! Je le veux mort immédiatement & rapportez-moi sa tête de chien à sa mémére ! » Merde ! Putain de bordel de merde ! Quelle idée avait-il eu de se foutre dans un tel carnage ? Mais putain, mais quel con ! Trouver Diego. Le tuer. & surtout, éviter de se faire voir par les autres membres du gang. Voilà ce que disait le sms. Alors, il avait parcouru le parc, suivant le gang à distance mais surtout silencieusement. Alors, il avait tout fait correctement : il avait été invisible. Personne ne le remarqua. Tout du moins, c'était ce qu'il avait cru tout le long du chemin. Mais c'était sans compter sur la présence de lycanthropes présents dans le gang. Beh ouais ... Les lycans étaient parfois des amis des hommes. Malheureusement pour lui. Bref, continuons notre petit bonhomme de chemin. Donc le jeune homme continuait de suivre tranquillement le gang lorsqu'il distingua sa victime : un homme brun, assez costaud & plus grand que lui. Génial ! Il allait faire comment pour l'abattre sans attirer l'attention ? Non mais sérieux, c'était une blague là ?! Un soupir traversa ses lèvres alors qu'il se transforma délicatement, sans un bruit. La transformation serait sans doute la meilleure manière que le flingue. Il se tapit sur le sol. Une heure. Deux heures. Trois heures. Finalement, il courut jusque derrière un arbre, & fit exprès de marcher sur une branche pour attirer l'attention du brun qui fumer. Retourne-toi. Eloigne-toi. & c'est ce qu'il fit. Il avança vers le bruit. Le loup attendit que sa victime se penche pour brutalement se jeter sur lui, lui tranchant la gorge avant même qu'il hurle. Mais ce qu'il n'avait pas remarqué c'est que trois mecs l'avaient déjà remarqué, senti. Trois loups. Bordel ! Il aurait du se renseigner .. Mais bien sûr, comme d'habitude, il avait agit avant de réfléchir. & le voilà donc maintenant, avec un noir barraqué hurlant des ordres & trois hommes se transformant : trois loups gris, montrant les crocs étaient maintenant face à lui. Superbe !
Le voilà donc dorénavant bondissant sur ses pattes arrière & courant dans le parc, la queue entre les jambes. Peur ? Ouais totalement. Ils étaient plus vieux que lui, enfin deux d'entre eux. Les trois loups lui courant derrière, il examina les environs & brusquement ... Une impasse. - BORDEL ! Il se retourna alors rapidement, les trois loups l'encerclant & grognant au fur & à mesure qu'ils approchaient. Alors, ne trouvant nulle autre esquive, il se tendit, montra les crocs & grogna aussi. Le combat était proche. Les quatre loups se jetèrent brutalement les uns contre les autres. Trois contre un, quelle bande de putes. Des grognements, des glapissements, du sang, des os brisés & un loup gris tombant à terre - mort. Sans doute le plus jeune. Un de moins ! Il eut presque crier de victoire si une balle en argent ne venait pas de pénétrer sa chair. Il hurla brutalement. Un regard vers l'homme qui venait de tirer & la peur fit place à la douleur. Il bondit brusquement sur le côté & courut encore plus loin. Une heure de course & il réussit à les semer. Là, il se cacha dans un trou creusé dans un énorme chêne & redevint le jeune homme qu'il était, mais nu. Les gémissements animaux devinrent rapidement humains. Un regard sur son épaules & il hurla en s'enfonçant la main dans le trou, pour essayer d'extraire la balle. Mais il n'y arrivait pas. - Putaiiiin ! Il avait tellement mal ... Un bruit de pas se firent entendre, le faisant se transformer de nouveau & malgré la douleur, il se tint debout, l'épaule en sang & montrant les crocs. Il attendait ses agresseurs ...

(c) AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
avatar
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Hot pursuit [Vladiktor]   Lun 25 Aoû - 12:36


Hot Pursuit
Vladimir Skender & Viktor S. McLoud


La nuit était tombée. Par la fenêtre de sa chambre, jambes passées du côté extérieur, balayant le vide qui tombait à pic jusqu’à l’Hudson River, Vlad regardait les étoiles et la Lune. En vérité, il ne les voyait pas vraiment. Ses prunelles se perdaient dans les souvenirs, fouillant sa mémoire à la recherche d’une pensée perdue, d’une sensation perdue. La Lune blafarde le nimbait d’un halo pâle. Lui, son corps à demi nu, uniquement vêtu du pantalon de satin qu’il avait enfilé vite fait à son réveil. Sous cette lumière opalescente, le vampire essayait de se rappeler de la chaleur du Soleil. Juste sa chaleur ardente, pas la mortelle qu’il rencontrerait aujourd’hui s’il s’avérait assez idiot et désespéré pour sortir en plein jour. Cette chaleur qui avait pourtant brûlé sa chair alors qu’il avait passé de nombreuses années en Turquie. Otage princier. C’était là-bas qu’il avait tout appris. Lire. Ecrire. Parler d’autres langues que la sienne. Devenir cruel et sans cœur. Savourer l’espoir qui s’éteint dans un regard, mêlé à la peur, à la terreur que seul son visage pouvait inspirer. Sentir le sang visqueux s’enrouler autour de ses doigts. Malgré toutes ces années, tous ces siècles, Vladimir pouvait encore se souvenir de cet homme empalé qui avait eu le vain espoir qu’il lui écraserait le cœur de sa main, alors qu’il avait le bras dans ses tripes. Le vampire passa sa langue sur ses lèvres. Il pouvait encore sentir sa peur vibrer le long de son bras à l’intérieur de son corps, sentir son cœur palpiter si fort entre ses doigts. Voir l’espoir s’éteindre dans son regard alors que la douleur saturait tous ses nerfs quand le jeune prince avait retiré brutalement son membre de sa carcasse chaude, lui refusant une mort rapide. Non, il l’avait laissé se vider de son sang, sous le soleil brûlant de la Turquie. Vlad pouvait encore sentir tout ce que ses sens avaient perçus à cette époque, cette absence d’émotions dans son être, rien d’autre que la soif de sang, de douleur. Mais il ne parvenait plus à se souvenir de la sensation du Soleil sur sa peau.

Avec un soupir, Vlad fit repasser ses jambes à l’intérieur de sa chambre pour s’éloigner de la fenêtre. Parfois, il n’arrivait pas à comprendre pourquoi les Originels cherchaient tant à retrouver la faculté de marcher au Soleil. Il voyait dans leur désir simplement la manière d’achever leur dominance sur le monde. Ils n’auraient alors plus besoin de passer par les loups pour accomplir leurs besognes de la journée. Pis encore, ils pourraient se nourrir à tout heure. Vlad n’avait guère désir dans tout cela, non. Pendant sa petite éternité, son existence lui convenait plus ou moins. Sortir, rencontrer des gens, construire son petit empire pour s’assurer une vie paisible — car malgré tout, malgré tout ce qu’ils avaient vus, les vampires semblaient estimer que l’argent était toujours la chose la plus cruciale sur la planète —, s’occuper… Tout plutôt que de penser au passé, à ce qu’il avait perdu. Une perte qui n’était rien d’autre que sa faute. S’il était resté… S’il était resté, il n’aurait certes pas eu une vie d’immortel et il serait mort assurément… mais il serait mort avec les siens. Il n’aurait pas la leur sur la conscience. D’un geste leste, Vladimir troqua son pyjama pour un simple jean sombre et un tee-shirt près du corps. Pas de chaussures. Il ne les aimait pas. Il préférait sentir le sol contre sa peau. Non, il ne comprenait guère les Originels… Lui voulait juste sentir encore la chaleur sur son corps. Peut-être était-ce pour cela qu’il préférait la compagnie des vivants dans son lit et non celle des autres immortels.

Ses pas le menèrent dehors, une fois encore. Vlad appréciait le manoir qu’il possédait, bien sûr. Parfois il demandait à son majordome de lui trouver son encas du matin. D’autres fois, il préférait sortir chasser, séduire, un peu des deux, à vrai dire. Le vampire était parfaitement au courant que sa silhouette faisait tourner plus d’une tête, autant féminine que masculine. Cependant, s’il appréciait les deux genres, la dernière femme qu’il avait accueillie dans son lit avait été son épouse, il y a presque six siècles de cela. Depuis, rien que des hommes s’étaient succédés. Le voïvode pensa un moment à se rendre au Cirque pour retrouver Dorian et ses attentions. Il était vraiment son favori à cette époque. Le seul qui savait réagir à chacune des facettes du vampire, du plus violent au plus tendre. Mais ses pieds nus l’emmenèrent loin de Manhattan et de son luxe extravagant. Il n’avait, en vérité, pas envie de croiser ses pairs, pour une fois. Il n’avait pas envie de se vautrer dans l’odeur des livres brûlés, d’imaginer la grandeur de cette bibliothèque ruinée. Pas cette nuit. Durant d’autres, ça avait été son plaisir. S’étendre avec Dorian, le prendre de diverses manières, tout deux entourés par cette odeur âpre et capiteuse, mêlant la fragrance de la cendre froide et celle de leurs corps emmêlés. Pas ce soir. Sans vraiment y prendre garde, Vlad suivait un oiseau nocturne qui virevoltait dans le ciel sombre à la recherche d’une proie ou d’un partenaire.

Ce dernier le mena jusque dans un des parcs du Bronx. Vlad y était déjà venu. Il n’avait rien à voir avec Central Park, certainement pas. On ne s’y promenait pas avec ses enfants. Ni même avec son chien, sauf si l’animal était hargneux et apte à vous défendre. Non, les parcs du Bronx étaient devenus le théâtre de combats clandestins et des affaires illégales. Cependant, le vampire ne les craignait pas. Souvent, si des malfrats allaient l’aborder, ils s’éclipsaient bien vite quand ils voyaient l’ébène scintillante dans ses prunelles. Dans le lointain, Vlad entendit la détonation d’une arme à feu. C’était courant, dans le quartier. Il ne s’en formalisait pas. L’oiseau s’arrêta et se percha sur un arbre à proximité d’une petite mare. Un canard dormait avec la tête sous son aile, pas plus chamboulé que le vampire par le coup de feu. Le transylvanien contourna la petite étendue d’eau et se rapprocha de l’arbre. Peut-être avait-il une certaine affinité, un contrôle, des créatures nocturnes, mais cette affinité n’allait pas que dans un seul sens. Le vampire se demanda pourquoi l’oiseau l’avait mené ici. Il s’approcha de l’arbre, levant les yeux pour repérer le rapace quand il entendit un grognement sourd. Dans l’obscurité du tronc, Vlad discerna un loup. Ses crocs luisaient doucement sous la Lune parfaite. Le sang sur sa fourrure prenait une teinte argentée comme de l’argent fondu. Vlad plia ses longues jambes pour se mettre accroupi, menant son visage au niveau de la gueule du loup. Il pencha la tête sur le côté, se rendant bien vite compte que ce n’était pas un animal sauvage qui s’était perdu dans la ville. Non. C’était l’un des loups qui se changeaient en homme. L’un de ceux qui travaillaient pour les Originels assurément. Cela ne l’empêcha pas de tendre la main vers le museau de l’animal, dans un geste qui se voulait tout sauf menaçant.

Un vague sourire se dessina sur le visage du vampire. Je ne vais pas te faire de mal, mon ami. Laisse-moi t’aider. Vlad n’avait peut-être pas la même affinité avec ses créatures mi-humaines, mais ça ne l’empêchait pas de ne guère apprécier de le voir blesser. Et si l’oiseau l’avait mené jusque là, il devait bien y avoir une raison. Il entendit des bruits de pas qui approchaient. Il quitta des yeux le loup pour détailler les silhouettes qui approchaient. Un homme et un loup. Vlad se redressa de toute sa hauteur, bien plus imposant que les deux autres qui approchaient. Il se déplaça légèrement, se plaçant entre le loup et ceux qui approchaient. Barre-toi la sangsue. Le chien est à nous. L’homme lui fit signe avec le canon de son arme de se bouger. Mais Vlad n’en fit rien. Vous ne lui ferez plus aucun mal.Et tu crois être qui pour pouvoir nous ordonner ça ? L’homme ricana et jeta un regard au loup qui l’accompagnait qui fendit sa gueule d’un sourire animal. Un lent sourire se dessina sur les lèvres du vampire, cruel et menaçant. Je pourrais vous dire le nom que je porte aujourd’hui mais il n’évoquerait rien à vos oreilles. Il laissa planer un silence juste assez long pour qu’il se rapproche à toute vitesse du couple de malfrats. Il brisa la colonne vertébrale du loup au niveau de ses hanches d’un coup de pied rapide et bien placé avant d’enrouler une de ses mains autour de la gorge de l’homme. Autrefois, on m’a donné le nom de Vlad Tepes… Sais-tu qui je suis, maintenant ? Sa voix était langoureuse et rauque contre l’oreille de l’homme. De son autre main, il s’était emparé de son poignet dans une étreinte légère mais puissante, presque une caresse. L’autre frémit. Il plongea son regard dans le sien, laissant son visage trahir sa vraie nature avant de plonger ses crocs dans la gorge de l’humain, prenant enfin son petit déjeuner.

Laissant le loup gémir au sol, Vlad laissa tomber le corps inerte de son comparse à ses côtés avant de revenir vers l’autre loup près de l’arbre. Il reprit sa position accroupie en face de lui, essuyant d’un revers de main le sang qui maculait son visage. Bien. Où en étais-je ? Un sourire amusé traversa son visage. Ce que les gens peuvent être irrespectueux de nos jours. Nous étions en pleine conversation ! Il désigna de la main l’épaule blessé qui saignait toujours. Veux-tu de mon aide ?
Revenir en haut Aller en bas
 
Hot pursuit [Vladiktor]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» THE PURSUIT TALES ▲ all of a mind trick
» pursuit of happiness + le 16/10 à 15h54
» PURSUIT OF HAPPINESS - le 03/12/12 vers 14h20
» PURSUIT OF HAPPINESS - RPG
» Inscriptions à Destiny Party !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
You ain't born typical :: CORBEILLE :: Children Of cain :: Corbeille RPG-