FERMETURE DU FORUM ► Pour en savoir plus c'est ICI

Partagez | 
 

 Le Bal des Vampires [sujet de groupe]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
InvitéInvité
MessageSujet: Le Bal des Vampires [sujet de groupe]   Lun 25 Aoû - 10:41


Le Bal des Vampires
Nyx C. Lawrence - Alaric G. Rousseau - Ariana C. Vander - Ruairí St. Clair - Ashley H. Colby - Luc A. Matei
Vladimir Skender



Vladimir n’avait pas pour habitude d’ouvrir sa demeure à n’importe qui. Depuis qu’il n’était plus humain, il avait appris à cultiver sa solitude, préférant se rendre chez autrui pour les mondanités que de les abriter sous son toit. Pourtant, il fallait bien que la tendance s’inverse de temps en temps. Et, avec ce qu’il se passait à travers la ville, ces nombreuses morts causées par des vampires assoiffés qui se fichaient bien des règles établies… La disparition de Rick — bien qu’il ne connaisse pas le loup, au final, mais il s’était suffisamment attaché à Erzbeth pour l’aider dans sa quête —… et bien évidemment, sa propre descendance à retrouver. L’ancien voïvode transylvanien s’était donc assis derrière son bureau et avait sorti une petite montagne de cartons d’invitation. Hors de question pour lui de les faire imprimer dans une boutique de Manhattan. Non, Vladimir faisait les choses dans les règles de l’art. Il avait son plus beau stylo, l’avait trempé dans l’encre et avait tracé chacune des lettres de chacune des invitations avec une attention qui relevait peut-être du maniaque. Le vampire aimait juste que les choses soient bien faites. Les invitations avaient été expédiées à travers le quartier chic mais aussi vers d’autres moins reluisants, car Vlad y avait des connaissances qu’il estimait, non pas par la poste, mais grâce aux animaux qu’il pouvait contrôler. Rien de plus qu’un moyen de se donner en spectacle, de jouer avec cette part de grandiose que chaque vampire avait en lui-même. Vlad ne se prenait pas à ce jeu-là très souvent, ou bien alors sans s’en rendre compte, mais pour cette soirée, il voulait donner un peu plus de mystère, d’extravagance. Se démarquer un peu. Rappeler à tout à chacun qu’il était encore là.

La grande soirée était finalement arrivée. Les portes de son manoir s’étaient ouvertes en grand pour laisser entrer les invités. Ils étaient rapidement conduits vers la salle de bal par un jeu de rubans et de lumières. Le reste des pièces, des couloirs, était plongé dans l’obscurité. Les flammes des bougies laissaient seulement parfois entrapercevoir une lueur, celle de deux yeux, brillant dans l’ombre, les gardiens de l’intimité du vampire. Dans les étages supérieurs, Vlad finissait de se préparer. Il avait revêtu un simple costume — pourtant des plus élégants et des plus chics, signé de la main de la jeune styliste qu’il avait dégottée dans les bas quartiers — si sombre qu’on l’aurait cru noir, mais qui se paraît de nuances pourpres sous le jeu des bougies. Une touche de rouge profond ornait l’intérieur de sa veste, rappelant les décorations qui ornaient le masque d’ébène qu’il déposa sur son visage, le dissimulant à demi. Une fois prêt, il sortit de sa chambre et se dirigea vers le balcon qui entourait la salle de bal. Là, il observait ses invités remplir la pièce, s’approcher des buffets. Mis en avant, il y avait d’abord la nourriture pour ses convives humains, mutants et lycans. Un peu plus en retrait, dans l’ombre d’une tenture ou d’une alcôve, des humains habillés d’une tenue élégante d’un vert profond attendaient ses invités vampires. Ils étaient tous évidemment présents de leur plein gré, et grassement payés par celui qu’on surnommait Comte Dracula, bien à tord en vérité. Une musique délicate et cristalline s’élevait d’un côté de la pièce, pas encore destinée à la danse, mais simplement à l’accueil des autres.

Finalement, Vlad se retira des ombres qui le nimbaient et s’avança jusqu’à la rambarde qui courait le long de la salle de bal. Petit à petit les têtes se levèrent vers lui. Il écarta les bras, cérémonieux. Bienvenue chez moi, mes amis. J’espère que cette soirée vous ravira. Buvez, mangez, dansez. Rien ne me tient plus à cœur que votre plaisir, ce soir. Il s’inclina élégamment et se fondit à nouveau dans les ombres, pour se diriger vers l’escalier qui le mènerait à ses convives en contrebas.



Instructions
Petites directives
Comme je l’ai notifié dans le sujet où vous vous êtes inscrits, j’aimerais que vos posts ne dépassent pas les 800 mots (s’approchent d’ailleurs plutôt des 500, ça serait mieux), afin de garder une certaine fluidité dans le jeu et l’histoire. Pour ce qui est de la succession des joueurs, c’est selon votre envie. Il est évidemment plus sympathique de laisser tout le monde poster au moins une fois par tour, histoire qu’un joueur (ou plusieurs) ne se fasse pas larguer parce que d’autres ont décidé de répondre comme des flèches, mais il est certain que si le suivant met un peu trop de temps à répondre, il serait plus judicieux de le laisser répondre quand il aurait le temps et de ne pas l’attendre.

Participants
Nyx C. Lawrence
Alaric G. Rousseau
Ariana C. Vander
Ruairí St. Clair
Ashley H. Colby
Luc A. Matei

Revenir en haut Aller en bas
avatar
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Le Bal des Vampires [sujet de groupe]   Lun 25 Aoû - 11:30

Musique d'écriture
Toutes les rentes de son « occupation » y étaient passées, et il avait bien cru que sa paye s’envolerait dedans aussi. Le costume avait beau être sobre – une veste queue de pie, un pantalon et chaussures noires, un veston brodé et la cravate assortie bleus nuit, et une bonne vieille chemise blanche pas trop serrée au col – il lui avait littéralement coûté la peau des fesses, peu importe combien il avait réussi à négocier auparavant. Lucern avait beaucoup hésité à venir, mais il avait du se faire à l’idée, et surtout à celle que son seul contact en qui il pouvait avoie confiance lui avait glissé. « Si un immortel t’invite et qu’il n’a même pas eu besoin de ta véritable identité pour te retrouver … Si tu tiens vraiment à ta vie, t’y vas, tu ne fais pas de grabuge et tu repars dès que l’occasion se présente. Et bien sûr, t’en profite pour glaner quelques informations, autant joindre l’utile à l’agréable ! »

Alors il était là, devant un imposant manoir qui lui filait la chair de poule, l’invitation fermement tenue dans sa main tremblante. L’hôte ne savait de lui que son pseudonyme, pourtant ce simple « Andy » avait été suffisant pour qu’il retrouve l’enveloppe devant un macchabé, juste avant qu’il ne le réveille. Pour le coup, c’était le vivant que ça avait failli tuer ! Il souffla un bon coup, présenta son bout de papier calligraphié à la réception et alla de surprises en … Il ne trouva même pas de mot pour qualifier tout ce sur quoi ses yeux se posaient. Ce type avait sûrement la folie des grandeurs, mais pour ce qu’il pensait n’être – enfin avant – qu’une bête assoiffée de sang, il semblait cultivé et doté d’un goût certain pour … Pour à peu près tout !

Suivant d’autres convives qui avaient eu la bonne idée de se faire accompagner, il arriva seul dans la grande salle et retint un hoquet de surprise. Ca y est, il y était … Est-ce qu’il pouvait fuir maintenant ?! Son pouls était rapide, irrégulier, violent. Chaque battement de son cœur poussait le sang dans ses artères d’une façon que lui-même avait ignoré jusque là, puisque jamais cela ne lui avait fait mal à ce point de se sentir encore en vie. Déglutissant d’appréhension, il ne pu guère louper l’entrée remarquée du propriétaire des lieux et hôte de la soirée. Même sous son masque, il aurait su le reconnaître. Sous le sien, d’un blanc immaculé et couvrant assez de son visage pour que personne n’ait envie de se casser les crocs dessus, il esquissa un petit sourire, quelque peu rassuré. Tant qu’il serait dans les parages, le mutant se sentirait un peu plus en sécurité. Pas jusqu’à se croire dans les bras de feu sa compagne, mais pas non plus comme un vulgaire humain destiné à nourrir l’appétit féroce de quelques bêtes sauvages aux airs de princes charmants.

En parlant d’humains, il comprit vite pourquoi certains restaient gentiment à leur place, impassibles, et cela ne lui inspira qu’un dégoût certain. Ne voulant guère être assimilé à ces réserves ambulantes de sang, il se dirigea rapidement vers le buffet et découvrit quelques mets qui lui étaient parfaitement inconnus, mais qu’il aurait pu largement engloutir jusqu’à plus faim. Il aurait pu, mais ne souhaitant pas non plus passer pour un espèce d’affamé remplissant les quota de pauvres hères mortels présents dans la salle, il se retint et tenta de se comporter comme un convive tout à fait normal … A ceci près qu’il ignorait totalement quelle définition de la normalité il devait considérer en cet instant !

[ HJ : Lucern ressemble à CA avec un masque blanc qui lui couvre une partie du visage.
Résumé : Il arrive, manque de se faire dessus, et va manger quelques petites choses pour combler son angoisse dans la nourriture
PS : En cas de souci (ou autre), n'hésitez pas à me MP ^^" ]
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✤ Messages : 4476
✤ Barge depuis : 13/08/2013
✤ Avatar : Tom Hiddleston
✤ Crédits : SWAN ( avatar ) + Disturbed ( Signature ) + TUMBLR ( gifs profil ) + Puscifer ( musique )


✤ Âge personnage : 3801 ans.
✤ Humeur : Consciencieux, mais agacé.
✤ Profession : Trafiquant d'organes ( Ne récupère plus que les corps des Raids. ) Et de poches de sang. Ariana Vander s'occupe de son réseau pendant la journée.
✤ Philosophie : Ne jamais remettre au lendemain ce qu'on peut faire aujourd'hui
✤ Localisation : Partout à Salem.
✤ Pouvoirs : Provoquer des illusions chez ses victimes. Plus ceux d'un Originel.

Relationship
→ citation:
relationships :
Alaric G. RousseauRousseau ; Elu connard de l'année
MessageSujet: Re: Le Bal des Vampires [sujet de groupe]   Lun 25 Aoû - 17:15


 LE BAL DES VAMPIRES


Une demeure plutôt … Pas mal. Certes. La moue implacable, l'air ennuyé, Alaric observe les murs avec un détachement presque insolent. L'originel ne sait pas vraiment ce qu'il fabrique ici. En vérité, la bestiole accepte seulement de se prêter à un jeu stupide pour une histoire stupide. Joe lui a demandé à nouveau de l'aide. Alaric n'est pas empathique, loin de là. Il a doublé les services de la mutante. Nourriture à volonté, luxure et débauche gratuite. Tout y est, le Français est gagnant. Un sourire carnassier se peint sur sa bouille d'Ange, rongée par un masque d'ébène. De là, on ne voit plus que ses babines fines, et surtout, ses opales assassines. Mais, il attend. Qui donc ? Une blondinette qui se fait, visiblement, désirer. Un grondement presque sourd vibre sous sa gorge tendue, et mains dans les poches de son costume sombre, l'Originel pivote. Quatre-vingt degré sur le côté, un passage au laser de ses iris meurtrières, et le vampire serre les crocs. Puis une odeur, familière. Trop.

«  - Qu'est-ce que tu fous ici ? Qu'il crache, avant même de songer à tourner le menton vers la brune.

La mutante aux pupilles émeraudes est en décalage total avec l'ambiance festive et chic de la soirée. T-Shirt noué par-dessus un jean, filets sombres pendant sur ses épaules affaissées mais hautaine … Visage dénué du moindre artifice.

- Un truc à régler avec Skender. » Se contente de rétorquer l'ex-vampire, dévalant les marches sans même lui accorder un regard.

Alaric peut insister, la suivre, chercher à en savoir davantage … La forcer à répondre et lui faire mal, juste par caprice. Mais il s'en fout. Il a déjà détourné les yeux, tout en restant planté là. Il refuse de faire son entrée sans Ariana à son bras. Question de vanité. Sa nouvelle employée à tout intérêt à se manifester à l'heure. Alaric déteste passer pour un imbécile. Et s'il est ici, c'est autant de sa faute à elle, que de celle de la brune qui file déjà dans l'ombre.

Tel un félin solitaire.

FICHE PAR SWAN.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://swanlive.livejournal.com/
avatar
✤ Printemps : 20
✤ Messages : 1488
✤ Barge depuis : 18/05/2014
✤ Avatar : Karen Gillan
✤ Crédits : ( CADOW CACAHUETTE ) SWAN ( avatar ) + TUMBLR ( gifs ) + CRACKLE BONES ( Code signa ) + MODERN JESUS| portugal. the man ( MUSIQUE)


✤ Âge personnage : 21
✤ Humeur : Bisounours
✤ Profession : Libraire
✤ Philosophie : Smile, everything's gonna be alright
✤ Localisation : Salem
✤ Pouvoirs : Guérison / Boucliers / Création de blessures (nécessite de se l'infliger à elle-même ou d'avoir un contact physique avec la cible, à l'endroit désiré)

Relationship
→ citation:
relationships :
Ashley H. ColbyNain roux au syndrôme de stockholm
MessageSujet: Re: Le Bal des Vampires [sujet de groupe]   Sam 30 Aoû - 1:58


Le bal des vampires

Feat. Vladimir & Luc & Alaric & Ruari & Nyx & Ariana
Ashley était demeurée sans voix lorsqu'elle avait reçue une invitation. Déjà, l'idée d'être désirée à un bal l'avait chamboulée, jusqu'à ce qu'elle remarque la petite note glissée avec le carton et un colis assez volumineux.

« J'ai pris soin de faire une copie de l'invitation afin que tu puisse m'y rejoindre. Seul le nom est différent. Sois prudente, l'endroit risque d'être dangereux. Peut-être me trouveras-tu ?

- Angel »


Il lui avait fallut un moment pour comprendre de quoi il en retournait. Puis, la jeune femme s'était souvenue qu'Angel était le second prénom de son père, présumé mort depuis des années. Elle avait toujours sût qu'il était en vie, mais recevoir un mot de sa part, comme ça, sortie de nulle part, l'invitant à le rencontre... C'était bien trop beau pour être vrai. Elle avait tout de même été suffisamment bouleversée pour attendre quelques jours avant d'ouvrir le colis. Magnifique.

Et c'est ainsi que la sorcière était sortie de chez elle en plein milieu de la nuit, telle une voleuse, vêtue d'une robe d'une richesse que sa famille ne pourrait jamais s'offrir. Dire que par précaution, elle avait choisit de ne pas en parler à sa mère ou sa soeur, qui ne la verraient pas... C'était plutôt dommage. La jeune femme portait une robe de style victorien, dans ces teintes de verts et de chocolat qui lui allaient si bien. Elle avait d'ailleurs dût s'entraîner à se déplacer avec grâce dans ce vêtement au jupon plus gonflant que ce dont elle avait l'habitude. De petites chaussures sans talons, de grands gants émeraudes lui montant jusqu'aux coudes et un délicat masque assortis venaient compléter le tout. Difficile de se déplacer avec discrétion dans un tel apparat.

Pourtant, Ashley arriva sans encombre au lieu de rendez-vous. Elle demeura un instant immobile face à la richesse apparente - voire exagérée - des lieux, avant de se décider à approcher des immenses portes en bois. Elle aperçut un véritable géant des plus élégants près de celles-ci. Déjà plus grand que la moyenne, de beaucoup, il semblait être un colosse face à ce bout de femme. Il attendait visiblement une quelconque cavalière... avec une impatience visible. Ce n'était pas bon. La soirée se devait d'être amusante autant que possible, pas vrai ? Un doux sourire fut adressé à l'homme. Les bouclettes des cheveux de l'invitée, réalisées spécialement pour l'occasion, s'agitèrent légèrement lorsqu'elle inclina la tête pour donner plus de force à ce geste.

- Je suis certaine qu'elle ne saurait tarder. souffla-t-elle dans la nuit, sans se rendre compte qu'une telle affirmation pouvait vexer d'une quelconque façon, voir énerver. C'était l'intention qui comptait, pas vrai ?

Ashley continua sa route et entra, présentant son carton d'invitation aux gardes. Le petit instant nécessaire à l'observation du papier fut suffisant pour provoquer chez elle un stress intense, mais tout se passa bien et elle put enfin entrer. Mais pour allez où ? Et bien, pendant un instant, simplement pour rester planté là comme un poisson hors de l'eau. La jeune femme n'avait jamais fait face à tant de beauté et de richesse et n'avait certainement pas l'habitude de prendre un air hautain pour faire comme si cela ne l'impressionnait pas. Entre les orifices de son masque, son regard chocolaté brillait de mille feux. Par pur instinct, la femmelette se dirigea vers le buffet, ses prunelles ne quittant pas un seul instant les tapisseries, les sols, les tapis, les costumes, les robes, la nourriture, les lustres... Tout, quoi. Pour une demoiselle habituée à vivre dans ce qui ressemblait à un taudis, il était difficile de faire plus dépaysant.

Devant le menu divers et varié, mais surtout inconnu, qui lui était offert, la petite se laissa tenter par... un sandwich, simplement. Elle s'apprêta à allez rejoindre un petit groupe qui demeurait immobile près des tables, prête à engager une discussion pour les désennuyer... avant que quelqu'un n'approche et ne morde une jeune femme à pleines dents. Pas le temps de réaliser. Les maître des lieux vint leur adresser quelques mots, auxquels elle fit à peine attention. Puisque la guérisseuse n'était que très peu maquillée, il fut simple de la voir perdre toute couleur.

Un bal de vampire, tenu par son agresseur. Dans quel pétrin elle s'était encore fourrée ?


_________________

Revenir en haut Aller en bas
avatar
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Le Bal des Vampires [sujet de groupe]   Dim 31 Aoû - 1:31

IT'S A MASQUERADE
   and all the liars are invited



La fraicheur nocturne balaie d’une douce caresse le constraste endormi d’un carnage. Quelques plumes tentent de fuir engluées, punaisées sombre au bois du plancher. D’autres plus chanceuses parviennent à disparaitre en frémissant sous un meuble, quittant le petit tas sans vie de ce qui fut il y a quelques heures encore une chouette Hulotte. Massacrée, le pauvre animal n’a plus rien de sa splendeur gisant là sur le tapis. Je ne peux qu’éprouver de la compassion pour ce meurtre gratuit, un soupçon de révolte déforme même la ligne de ma mâchoire. Si cela n’était pour elle -affalée endormie sur le secrétaire en acajou- j’aurais obtenu réparation de ce gâchis. Du sang pour du sang probablement, mais elle aurait trop aimé me voir perdre le contrôle. Je lâche un soupire, déposant mon manteau sur le dossier d’un fauteuil renversé. Le verre brisé crisse sous mes chaussures et l’odeur entêtante de Sherry me fait comprendre que le cyclone s’est épongé de quelques-unes de mes meilleures bouteilles. Ses épaules se découpent blanches dans la lumière du couloir, ses cheveux coiffés à la mode furie tombent l’anarchie sur sa nuque. Quelques duvets se sont nichés dans son chignon, témoins de la violence avec laquelle et s’est occupée de la pauvre bête. Une bête oui, un fauve perché sur des talons hauts. Je m’approche sans bruit, observant le léger soulèvement de son corps épris de sommeil. Je repousse quelques mèches sur sa joue du bout des doigts, remarquant les siens crispés sur un petit carton d’invitation froissé. Celui-ci m’était parvenu la veille au tombé du jour, majestueusement apporté par le défunt volatile depuis la fenêtre de mon bureau. Un sens du spectacle auquel j’étais fort sensible et un détail qui avait arrêté mon choix sur la positive. L’oiseau nocturne était resté perché sur une lampe en pied, docilement installé dans l’attente. Elle lui était sûrement tombé dessus dans la journée, il avait suffit que je m’absente quelques heures pour sceller son destin. Ma main se pose sur la sienne, glissant furtivement pour s’emparer de la missive en douceur mais cela contribue à réveiller la lionne. Elle referme sa prise, échappant un grognement sans doute encore désorientée par les litres d’alcool qu’elle a avalé. Elle tourne doucement la tête en fronçant les sourcils, passant distraitement sa langue sur ses lèvres elle crache une plume avant d’éclater d’un rire hystérique. Je ferme les yeux un instant, tentant de garder mon calme. Elle imite le hululement d’une chouette avant de se renverser contre le secrétaire d’une nouvelle frénésie hilare. Je sens mon masque impassible s’effriter au son de sa voix, ma patience violée par son apparente indolence quant à son acte. Je sais le sens de tout cela, je la connais trop parfaitement pour ignorer ses raisons. La jalousie, la joie de détruire et jouer avec tout ce qui m’appartient. Une enfant qui souffle sur mes fragiles châteaux de cartes. Juste pour l’amusement. Juste par amour, pour la haine. Elle tente de se relever, titubant légèrement pour finir par se coller contre moi non sans me bousculer. « Tu n’as vraiment aucune classe. » Son haleine forte se niche dans mon cou. Je peux aussi sentir l’odeur du sang animal sur sa peau. Elle n’a vraiment fait cela que pour me déplaire, elle qui ne supporte que le goût de l’humain. « Peut-être, mais j’ai des gros seins. » Répond-t-elle d’une voix sans intelligence qui ne lui ressemble pas. Et tout à coup, ma passivité disparaît. J’empoigne son décolleté pour la pousser brutalement contre le meuble. Le noir d’encre de mes yeux meurtrit le sien, la peur lui a lui fait sortir mécaniquement les crocs à outrance. Elle semble avoir dessaoulée sur le champ d’avoir enfin provoqué ma colère. « Tu vaux mieux que cela Katherina. » Son poing frappe mon torse. « Ferme-la, j’ai pas besoin de toi pour me dire ce que je vaux. Surtout pas venant de quelqu’un qui reçoit et accepte des invitations pour des petites sauteries mondaines de bas étage ! » Je soupire de constater mon intuition juste et ma poigne se desserre sur sa poitrine. Elle profite de ma faiblesse pour contre-attaquer. « C’est pas toi Ru, c’est pas toi ce genre de conneries sociales. T’es pas comme ça. Tu vaux mieux que ça. » La colère me revient tout aussi vite. « Qui juge ce que vaux l’autre maintenant ? J’en ai besoin et tu le sais ! J’ai besoin d’établir le contact avec notre race ! En plus de deux mille ans j’ai jamais côtoyé personne. Tu sais que j’en ai besoin, tu sais que mon grand dessein ne peut se passer d’autres. On ne fait pas la guerre avec un seul général. » Elle baisse la tête de soumission. «  Dis-moi une seule chose Kat, t’as fait ça pour bousiller mes plans ou juste parce que t’as peur que je trouve quelqu’un qui ne retournera pas mon bureau sans dessus-dessous pendant mon absence ? L’invitation mentionne que je peux inviter qui je veux. A moins que ces conneries mondaines à mes côtés ne t’intéressent pas. » Je sens que je vais regretter ce choix. Cette discussion me donne mal à la tête, j’ai l’impression de ressembler à un humain qui a toujours besoin de se justifier. Je l’attire contre moi, glissant mes dents contre son cou, symbole d’affection. On ressemble a un vieux couple humain, je crois que je vais en vomir. Mais elle vole mon idée et je sens rapidement la chaleur se répandre sur l’épaule de mon veston. J’imagine que la chouette et le sherry se marient mal avec un peu de guimauve amoureuse. Elle a raison, ce n’est pas nous tout ce romantisme dépressif. Allons faire couler le sang sur le dancefloor.


***


Je peux sentir les ongles de Katherina griffer mon bras au travers de mes vêtements. C’est sa manière de me lancer des menaces silencieuses. Je peux voir le sourire qu’elle cache au coin de ses lèvres. Elle n’aime pas ma tenue mais grand bien lui en fasse pour avoir ruiné l’un de mes meilleurs costumes. J’ai choisis d’honorer mon hôte à la hauteur du respect qu’il a mit dans sa missive, après tout peut-être que cette soirée sera productive. Elle virevolte à mon bras, euphorique comme une enfant à qui l’on accorde sa première sortie. Nous sommes un peu en retard mais qu’importe, la nuit est encore profonde. Un homme d’une grande élégance attend fermement à l’entrée et je lui adresse un bref signe de tête en tendant l’invitation écornée au serviteur en charge. Non sans capter l’un des regards surprit non dissimulés de l’employé. Je lève les yeux au ciel derrière mes lunettes de soleil. Le 21ième siècle aura ma fin, tant de bon goût perdu pour ces ignorants. Katherina ricane à mes côtés. « Qui n’as aucune classe maintenant ? » Je n’ai pas le temps de lui marmonner que les traditions au goût du jour sont tout ce qu’il y a de plus hype que nous nous retrouvons propulsé dans un festival de bruits et de couleurs. La mascarade a bien démarré et la fête fait écho sur les hauts plafonds de la demeure. J’ai a peine le temps de discerner les yeux avide de ma compagne sous son loup qu’elle lâche mon bras pour se mêler à la foule. En direction du buffet humain élégamment présenté bien sûr. « Te goinfre pas, t’as grossis dernièrement. » Des mots hurlés à son encontre mais elle ne les entends pas. Je soupire en souriant toutefois en imaginant la galère que les domestiques auront à détacher le sol après son passage. Pour ma part j’attrape un verre d’alcool, bien décidé à observer les convives à travers le filtre de mes lunettes de soleil avant de me dévoiler. Humains, lycans et mutants sont aussi de la partie. Une zone neutre, intéressant concept, je sens que cela va me plaire. J’ai raté le discours de notre hôte de peu, celui-ci est déjà au bas du majestueux escalier. Je lève mon verre à son attention puis reporte mon regard ailleurs, j’aurais tout le temps de converser avec lui plus tard pour découvrir ses intentions. Il y a une petite rouquine plantée au milieu de la piste de danse qui ne bouge pas d’un centimètre, elle semble terrifiée. Intriguant. Je finis mon verre de whisky cul sec et attrape un cocktail humain coloré –une ruse pour déterminer la race de la concernée- et me dirige sans peine vers elle. Après un regard pour Katherina trop occupée à vider un jeune métisse bien bâtit de son sang j’aborde la rouquine. « Tout va bien mademoiselle ? » Tout simplement, histoire d’initier une conversation anodine. Mais rien ne serait anodin en ces lieux où les monstres sont en foire.

Code by Silver Lungs


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Le Bal des Vampires [sujet de groupe]   Lun 1 Sep - 20:37


Le Bal des Vampires
Alaric G. Rousseau - Ariana C. Vander - Ruairí St. Clair - Ashley H. Colby - Luc A. Matei
Vladimir Skender



Vlad descendait les marches le menant à la salle de bal. Ses invités étaient tous rentrés, sauf peut-être les retardataires. Il prit son temps, laissant chacun de ses pieds heurter les marches une à une. Finalement, il arriva en bas. Les lumières l’éblouirent un instant alors qu’il s’échappait de son carcan d’ombres. La musique teintait délicieusement à ses oreilles. Il repéra des visages connus. D’autres moins. Il en avait invité certains uniquement en connaissance de leurs noms, de leur importance dans le monde dans lequel ils évoluaient aujourd’hui. Il attrapa une flûte sur un plateau alors qu’un serveur s’était approché de lui, esquissant une révérence tout en maintenant son fardeau à une horizontale parfaite. Pas une goutte du liquide doré ne déborda des verres pour se répandre sur le sol. Vlad avala une gorgée. C’était comme des étoiles filantes dans son œsophage. Il n’était plus vraiment capable de savourer ce champagne comme un humain le ferait, mais il savait que c’était là le meilleur que l’on pouvait trouver sur cette terre. Son regard se posa sur un visage. St Clair leva son verre à son attention. Vlad lui rendit la pareille. Pourtant, il se souvenait parfaitement bien que le seul animal qui n’était pas revenu avec une réponse de son invité était la chouette qu’il lui avait envoyée. Une créature sublime et élégante, fidèle depuis la première nuit où Vlad l’avait appelée à lui. Et St Clair la lui avait dérobée. Sa mâchoire se serra imperceptiblement. Il le suit des yeux alors qu’il rejoint une jolie rouquine. Il la connaît, malgré son masque, malgré sa tenue. Il a déjà eu à faire à elle. Pourtant il ne se souvenait pas de l’avoir invitée. Soit. Il la garderait à l’œil néanmoins, pour parer à toute éventualité. Il ne la croyait pas assez brave pour tenter n’importe quelle vengeance envers sa personne, mais elle pouvait avoir des alliés qu’il ne soupçonnait pas. Raison de plus pour surveiller aussi son ainé, St Clair, s’il connaissait la jeune sorcière.

A mesure qu’il avançait dans la salle de bal, Vlad saluait ses invités, un à un, les remerciant d’être venu et se montrant humble devant les compliments sur sa maison. Il posa son verre vide sur le plateau d’un serveur qui tournait entre les convives pour s’assurer qu’ils ne manquaient jamais de rien. Ses pas le guidèrent cependant vers le buffet. Comme un aimant, comme un instinct. Il n’avait pas besoin de se poser la question. Ses doigts frôlèrent le dos de celui qu’il connaissait sous le nom d’Andy. Il se pencha sur son oreille, osant la caresser de ses lèvres alors qu’il prononçait quelques mots. Me diras-tu ton véritable nom, ce soir ? Après tout, il lui avait bien prouvé qu’il était capable de le retrouver même sans connaître sa véritable identité. Son regard se posa sur une jeune femme qui se nourrissait avidement d’un des humains mis à disposition des vampires. Il ne la connaissait pas non plus mais il l’avait vue entrer en même temps que St Clair. Il égratigna à peine la gorge d’Andy, comme pour le marquer comme sien, avant de s’éloigner légèrement de lui pour s’approcher de la ravissante brunette. Mademoiselle… Je vous demanderai de faire preuve d’un peu plus de retenue, s’il vous plait… Vlad eut un sourire pas vraiment sincère. Il ne faudrait pas perturber certains de mes invités. Il tapota le bras du métisse qui avait assouvi une partie de la soif de la femme. Il me semble que vous êtes arrivé avec Monsieur St Clair, n’est-ce pas ? Peut-être pourriez-vous m’indiquer ce qu’il est arrivé à ma chouette ? Oh oui, il aurait aimé rester avec Andy, peut-être même ouvrir les danses avec lui… mais il n’y avait pas que lui ce soir, malheureusement. Il devait s’occuper des autres, s’assurer que tout se passait bien, que personne ne faisait de grabuge. Peut-être plus tard pourrait-il l’entraîner dans une valse. En attendant, il était bien décidé à savoir ce qu’il était arrivé à sa chouette.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Le Bal des Vampires [sujet de groupe]   Mar 2 Sep - 17:11

Elle ne venait pas de … Eh ben si ! Ben punaise, si on le lui avait dit, Luc lui-même ne l’aurait pas cru ! Et puis il aurait bien ri d’ailleurs ! En même temps, qui aurait pu croire que voir une personne normale ingurgiter de la nourriture parfaitement humaine serait si rassurant ? Il n’était pas le seul glandu mortel à s’être ramené – ou alors les vampires avaient vraiment pris goût à la nourriture, et là il allait tomber de la merde – aussi la présence de ce qui semblait être une demoiselle – EN MEME TEMPS QUEL MEC SERAIT ASSEZ FOU ET CON POUR SE BALLADER AVEC UNE ROBE PAREILLE ? – le rassura grandement et il envisagea un instant d’engager avec elle la conversation. Cependant, il n’avait absolument rien à dire mais tout à perdre. Sa contenance s’était déjà barrée loin, lui restait une pointe de fierté et de témérité qui trainaient encore dans les parages, mais si d’aventures il se faisait rembarrer, il n’aurait plus qu’à plier bagage, la queue entre les jambes. Bref, une soirée de merde, de A à Z !

Alors qu’il allait se jeter sur un peu de caviar tout en réfléchissant à une façon d’aborder une des seules personnes susceptibles de ne pas le bouffer ce soir, il sentit une pression dans son dos, puis un petit flux d’air près de son oreille, qui le gelèrent sur place. Il reconnu immédiatement la voix et esquissa un petit sourire, discret certes, mais bel et bien présent. Déglutissant de surprise, il prit une bonne inspiration pour prendre son courage à deux mains, ne pas lui faire une scène parce qu’il voulait déjà le prendre par derrière et … Ahem. Bref, ayant déjà de la suite dans les idées avec un tel pervers dans les parages, il se retourna tranquillement, laissa ses lèvres effleurer celles de son vampire puis échangea les rôles. L’un presque en face de l’autre, surtout bien trop près, il lui susurra à son tour, tandis que son cou se trouvait presque offert aux crocs de la bête « Montre-moi que tu le mérites et tu y auras le droit … » Sa main gauche se leva, remonta tout le torse de l’immortel et vint se caler en haut du cou de Vlad, à l’arrière de sa mâchoire, comme pour l’empêcher de détourner la tête « Fais-moi rêver, et tu auras droit à bien plus ! » Ajouta-t-il finalement, en caressant son oreille de ses lèvres et de sa langue. Puis il se recula dans une petite inclination, aussi brève que respectueuse, pour laisser son amant à ses occupations.

L’esprit parasité par toutes les cochonneries qu’il avait déjà en tête, repenser à la belle rousse fut – étonnamment – moins compliqué que précédemment. Sauf qu’elle semblait à présent occupée ! Et merde ! Bon, il trouverait bien quelqu’un d’autre d’à peu près humain à qui parler dans les parages, non ? Laissant trainer son regard – en évitant soigneusement la zone de morsures qui lui filait un peu la gerbe – il se mit à marcher, son verre à la main. Il ne pouvait s’empêcher de penser à son vampire, et à la demoiselle en même temps. A trop réfléchir, il en oublia un peu de regarder ou il allait, et se prit quelqu’un dans la face. Heureusement, à part un peu de boisson tombée à terre, il n’y avait ni blessé ni chuté à signaler, une chance ! Se sentant très con, Lucern lança à la hâte, gêné « Désolé … Je … Je n’ai pas fait attention … » pitié, que ce ne soit pas un autre foutu vampire, la dernière fois ça ne s’était pas très bien terminé … Au début du moins ! Il devrait travailler sa répartie … Tout comme sa gestuelle, sinon la danse serait un massacre !

[ Résumé : Luc hésite à aborder Ashley, chauffe Vlad, fait un tour et tape dans quelqu'un (n'importe qui) ]
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✤ Printemps : 20
✤ Messages : 1488
✤ Barge depuis : 18/05/2014
✤ Avatar : Karen Gillan
✤ Crédits : ( CADOW CACAHUETTE ) SWAN ( avatar ) + TUMBLR ( gifs ) + CRACKLE BONES ( Code signa ) + MODERN JESUS| portugal. the man ( MUSIQUE)


✤ Âge personnage : 21
✤ Humeur : Bisounours
✤ Profession : Libraire
✤ Philosophie : Smile, everything's gonna be alright
✤ Localisation : Salem
✤ Pouvoirs : Guérison / Boucliers / Création de blessures (nécessite de se l'infliger à elle-même ou d'avoir un contact physique avec la cible, à l'endroit désiré)

Relationship
→ citation:
relationships :
Ashley H. ColbyNain roux au syndrôme de stockholm
MessageSujet: Re: Le Bal des Vampires [sujet de groupe]   Dim 7 Sep - 15:02


Le bal des vampires

Feat. Vladimir & Luc & Alaric & Ruari &  Ariana
Les crocs de la femme se plantèrent avec violence dans la gorge de ce pauvre métisse qui, malgré son boulot, ne put contenir un gémissement plaintif et un soubresaut de douleur. Du sang s’écoulait pour venir tâcher son beau costume. La dame était d’une grande élégance... Mais pas dans cet état. Elle s’approchait beaucoup trop de la bête. Et si ce n’était plus un métisse qu’elle mordait avec tant de force, mais une petite rouquine trop fragile, qui n’avait rien à faire là ?

- Tout va bien, mademoiselle ?

Ashley eut un violent sursaut et manqua de peu de hurler, ce qui pouvait bien démontrer son état de stress avancé. Elle prit une bonne inspiration avant de se tourner vers l’homme qui l’avait ainsi interpellée, laissant un sourire gêné, mais teinté de crainte, se dessiner sur ses lèvres. Comment savoir à quoi elle avait à faire ? Pourtant, lorsque son regard se posa sur le concerné, la rousse demeura un instant stupéfaite, clignant des yeux derrière son masque. Des lunettes de soleil et... un kilt ? Et bien soit ! Pourquoi pas ! Cette fois, son sourire s’étendit un peu plus sincèrement alors qu’un petit rire sans malice lui échappait. Elle prit sagement la coupe qu’il lui tendait, mais n’y trempa pas les lèvres, détectant facilement l’odeur de l’alcool. La jeune femme détestait cette substance, allez savoir pourquoi.

- Oui, merci... Et pardon, ce n’était pas très poli. Vous m’avez un peu surprise, voilà tout. Un nouveau sourire, un peu plus instinctif, moins forcé. Il semblait plutôt gentil.

Son regard croisa celui du maître des lieux, et la petite sentit de nouveau les couleurs quitter son visage. Il l’avait reconnu, son regard le montrait clairement. Un déglutissement nerveux lui échappa et cette fois, elle craqua, prenant une petite gorgée de champagne. Une grimace vint tordre brièvement ses traits. La sorcière ne doutait aucunement de la qualité de la boisson, mais tout de même. Berk.

Son précédant agresseur était avec un homme dont il semblait proche. Comment était-ce donc possible ? Le fait qu’il s’agissait là de deux êtres masculins ne la gêna pas un seul instant. Mais la simple pensée qu’un être vivant ou non puisse éprouver une quelconque affection pour un monstre pareil... Cela lui donnait des frissons dans le dos. La guérisseuse détourna le regard, reportant son attention sur l’homme lui ayant offert une coupe. Reprendre contenance, autant que possible. Et ne pas oublier le but premier de sa présence ici : son père s’y trouvait.

- J’ose présumer que vous venez d’Écosse ou d’Irlande ? fit-elle, le ton un brin moins joyeux que plus tôt. Elle jeta un petit regard par dessus son épaule et aperçu la dame, cette fois en compagnie de l’organisateur du bal. Ashley secoua vivement la tête, ses boucles gigotant dans tous les sens. Arrête d’y penser.

Boum.

- Désolé... Je... Je n’ai pas fait attention...

Son interlocuteur ne semblait même pas avoir bronché face à l’homme qui venait de lui foncer dedans. Ce qui pouvait en dire long, mais la rouquine ne voulu pas y prêter attention. Elle s’approcha du maladroit, un sourire plus doux aux lèvres, avant de s’apercevoir qu’il s’agissait bien de celui qu’elle avait aperçut plus tôt dans les bras de ce monstre. Bon. Passons, pour le moment.

- Vous n’êtes pas blessé ? Pour une raison qui lui était inconnue, son instinct lui criait que lui n’avait pas les dents longues. Dans une situation pareille, cela pouvait s’avérer une information précieuse.

[hrp : J'ai décidé parfaitement arbitrairement que Luc avait foncé dans Ruairi, afin que tout le monde se retrouve à peu près au même endroit Laughing Si ça pose problème je changerai vite !]

_________________

Revenir en haut Aller en bas
avatar
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Le Bal des Vampires [sujet de groupe]   Lun 8 Sep - 20:25

IT'S A MASQUERADE
   and all the liars are invited



Il est dans les films humains, une redondance scénaristique qui s’approprierait ma situation. Le protagoniste, mû d’intentions particulières, subit un gel temporel qui le laisse pétrifié au centre d’un tourbillon auquel il n’appartient déjà plus. Les paroles et le décor s’effacent, laissant place à cet instant entre deux, cette déconnexion soudaine d’avec le vivant, une ironie dont seuls les humains sont capables. Une manière bien poétique pour déguiser ce que j’appelle dans mes instants les plus vulgaires : un putain de bordel. Et un putain de bordel, c’est exactement ce qui venait de se profiler dans la salle de réception, une toile d’emmerdes dans laquelle je venais de me prendre comme un débutant. Mais si les complots raison de ma présence constituaient là le début d’un réseau piégé, Katherina venait tel un oiseau empoté de balayer le fil fragile de mes plans. Il faut croire que les avertissements et les menaces les mains sur la gorge n’ont pas suffit. Je devrais le savoir pourtant après plus de cinq-cent ans qu’il est plus facile d’apaiser un félin enragé que ma compagne. A cet instant il y a autre chose que j’envie à l’imagerie humaine, un geste ferme du plat de la paume sur le visage. Un signe de désespoir blasé que je me garderais bien d’effectuer, apparences obliges. Après-tout à ma connaissance il doit y avoir peu de vieillards de mon âge ici, je suppose que l’on attend donc quelque chose de moi, autant jouer la carte du conservateur trop poli. Je quitte l’éternelle affamée du regard – de toute manière beaucoup de convives l’ont déjà remarquée- pour reporter mon attention sur la rouquine. C’était une créature qui malgré son air de stupéfaction déplacée, n’en restait pas moins exquise. Ah, un sourire gracieux, c’est un premier pas. Pourtant ses yeux dévient déjà de ma personne pour se poser sur le maitre des lieux. Je suis moi aussi ce mouvement, remarquant alors l’hôte élégant s’approcher de Katherina. La jeune femme parle à nouveau, des mots qui me parviennent sans pour autant provoquer une réaction. Mon esprit s’est concentré sur autre chose, sur ce sentiment violent qui lentement effleure mes sens. Je la connais bien cette tempête là, elle fait rage si souvent au creux de mes entrailles. Je peux la sentir grandir anormalement, tumeur accélérée par ma simple présence. Cette colère n’est pas mienne pourtant mais la sienne, là, à quelques mètres elle fait face à l’homme. Je ne peux entendre les mots, je sais qu’elle reste muette et bouillonne de haine, elle fonctionne toujours ainsi avant d’exploser. Et avant que cela ne se produise, je me dois de la rappeler à l’ordre, l’heure n’est pas encore à ce chaos qui m’est si cher. Si j’y parviens, mon pouvoir attise la violence et ne sait l’apaiser, peut-être est-ce pourquoi Katherina m’est si indomptable. Mais pour empêcher cette charmante soirée de tourner au désastre, je me dois de disposer à contre-cœur de celle que je venais à peine d’aborder. « Vous présumez correct mademoiselle, je suis en effet écossais. » Répondis-je en forçant un peu plus sur mon accent avec un sourire. Je n’eus pas le temps d’ajouter plus qu’un imbécile me percuta, coupant court à mes politesses. Mon corps ne bougea pas, mes yeux se contentant de darder leurs amandes noires derrière mes lunettes de soleil pour cet affront. Ce self-control m’était incongru, certainement causé par l’imminence d’un conflit plus important. Je me contente d’épousseter légèrement ma veste des quelques gouttes humides, regardant le jeune homme de haut. « Je comprends. Vous devriez cependant ouvrir un peu plus les yeux mon ami, surtout dans un endroit comme celui-ci. » Ce n’était pas une menace, juste une constatation. Pour appuyer mes mots cependant, je retire mes lunettes avant de les glisser dans la poche de ma veste, dévoilant mon regard d’encre à l’intéressé avec un sourire. Sourire que je partage aussi avec la jeune femme, ajoutant simplement effleurant à peine son épaule du bout des doigts. « Restez-sauve. » La douceur de mes mots est rapidement devancée par l’empressement, un nouveau pic de colère venait d’agiter Katherina. « Votre chouette ?! Votre idiote de chouette ?! Je l’ai bouff… » Mes crocs se referment sur sa nuque avec violence, interrompant à temps sa tirade. Elle se débat, gesticulant comme la furie qu’elle est. Après quelques instants elle finit par s’apaiser, ses muscles se détendant comme anesthésiée. Docile, enfin. Je lâche un soupire, desserrant la mâchoire je sort un mouchoir pour m’essuyer succinctement la bouche. « Je vous présente mes excuses pour le comportement de ma compagne. Je n’ai malheureusement pas votre talent pour dresser les animaux sauvages, aussi exquis soient-ils. » Adressais-je à mon hôte en caressant distraitement les cheveux de la lionne transformée en chaton. Je fus cependant avare d’une révérence, considérant le rang de l’homme. J’étais l’invité après tout. Cela ne m’empêcha pas d’ajouter. « Veuillez aussi accepter mes excuses pour votre perte, je crains que votre chouette n’ai pas survécu à l’impolitesse de ma compagne. Si je puis m’épancher de cette dette de quelque manière que ce soit, croyez que je le ferais. » Tant de révérences verbales pour si peu d’honnêteté. Peut-être que Katherina venait finalement malgré elle de me donner l’occasion de m’insinuer dans les affaires d’autrui.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✤ Printemps : 26
✤ Messages : 5123
✤ Barge depuis : 16/01/2013
✤ Avatar : Candice Accola
✤ Crédits : Avatar & code signature & image - Par moi || Gif de profil par Mariephantomhive - Tumblr || La musique - Become the beast de Karliene


✤ Âge personnage : 25 ans
✤ Humeur : Taquine.
✤ Profession : Elle s'occupe du trafic du sang d'Alaric... et de bien d'autres choses. Besoin de passer un marché tordu mais qui lui rapportera de l'argent et des poches de sangs? Adressez-vous à Ariana.
✤ Philosophie : Si tu veux que les choses soient bien faites... Ne les confies surtout pas à Orphéo.
✤ Localisation : Dans les recoins sombres de Salem.
✤ Pouvoirs : Guérison instantanée. Cinq sens développée. Force, rapidité et agilité. Capacité de se changer en louve noire. Bref... c'est une sexy lycanthrope!

Relationship
→ citation:
relationships :
Ariana C. VanderJolie soubrette ; livreuse de cookies
MessageSujet: Re: Le Bal des Vampires [sujet de groupe]   Mar 9 Sep - 22:49


Le bal des vampires
ft. les insortables



Dernière touche de gloss avant le grand soir. Parée à éblouir la salle de bal au bras d'Alaric, je jetais un dernier regard à mon reflet. J'étais la même et pourtant tout avait changé. Les traits de mon visage demeuraient gelée dans le temps. Immortelle au visage de poupée. Toujours aussi blonde. Toujours aussi grande. Taille de guêpe. Robe de princesse. Non... Rien n'avait changé. Mes prunelles s'attardèrent sur la robe et nerveusement, je lissais le tissus délicat qui recouvrait mes hanches. Rien... rien n'avait changé. Rien et pourtant mon monde s'écroulait chaque jour un peu plus. Rien. Rien n'avait changé et pourtant le trou béant au creux de ma poitrine s'agrandissait de jour en jour. Rien... Rien n'avait changé. La Terre continuait de tourner mais mon monde avait volé en éclat. Je regardais ce reflet. Ce même reflet que j'avais vu quelques années auparavant. Même robe. Même coiffure. Cette même satanée robe que j'avais porté pour accompagner Salem à une réception. Epoque lointaine. Epoque surréaliste où j'avais encore une parcelle de Paradis. Et à ce jour... il ne me restait plus rien... le néant.

Même robe... même reflet... mais tout avait changé... Le monde continuait de tourner mais mon monde avait volé en éclat.

Je détournais la tête, contenant tant bien que mal ces perles salés qui menaçaient de jaillir. Mes poings se comprimèrent, meurtrissant sans délicatesse le tissus de mes frusques.

Même robe... Même coiffure... Mais tout... tout avait changé. Le monde continuait de tourner mais mon coeur avait éclaté.

Mes yeux se posèrent sur cet objet devenu familier, reposant sagement sur la commode. Une vision simple qui rapidement, devint floue. Mes joues s’inondèrent de ces larmes de cristal.

Même robe... Même coiffure... Mais absolument tout avait changé. Le monde continuait d'avancer et moi je me mourrais.

Dans cet élan de désespoir et de rage mêlée, je me ruais sur cette commode. Guidée par cette folie devenue coutumière, j'attrapais cette paire de ciseau. Arme destructrice entre les mains d'une aliénée tel que moi. Cette boule de rage que je sentais grandir au creux de mon estomac ne cessait d’accroître. Je détestais Salem d'être partie. Je détestais Keira de m'avoir abandonné! Je détestais Aleister de s'être évaporée de la map! Et je détestais notre famille factice pour ces faux sentiments! Mais pire que tout, je me détestais pour ne pas être l'héroïne que je voudrais être! Les lames du ciseau s'acharnèrent sur ma robe, labourant par la même occasion ma chair. Folie passagère mais dévastatrice.

Je crois que je vais être en retard pour retrouver Alaric...
 

***

Alaric n'était clairement pas l'homme le plus conciliant que je pouvais connaître. Vraiment pas... et il était du genre à avoir des principes. Comme la ponctualité. J'avais décidément mal choisi ma soirée pour faire ma crise et me taillader dans tout les sens. Une chance que j'étais une créature surnaturelle capable de guérir presque instantanément. Une chance également que ma penderie regorgeait de robe somptueuse... okay j'avais été piochée dans la garde robe d'Andrea. En tout les cas, c'était d'un pas précipité que je rejoignais l'Immortelle. Mes talons cliquetaient sur le sol, ponctuant chacun de mes pas. Mes prunelles légèrement paniqués sondaient la foule amassée devant ce grand manoir de luxe et lorsque je le vis... un soupir franchit mes lèvres. J'allais me faire incendiée.

Toutefois, un sourire orna mon doux visage. Visage magnifique voilée par un masque assez basique. Celui que j'avais eu en Italie il y a des années... a été "malencontreusement" déchiqueté tout à l'heure. En tout les cas, laissant cette joie de vivre qui ne m'appartenait plus, j'approchais du Français telle une fleure. Lui agrippant le bras, je l'entraînais déjà à me suivre.

- Tu me dois une danse, affirmais-je alors que j'étais en tord et que c'était moi qui devait quelque chose.

( HJ => Sorry pour cette réponse. Je me rattraperais T.T )

© disturbed
gif (c) lunatic cafe


_________________


Become the beast
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✤ Messages : 4476
✤ Barge depuis : 13/08/2013
✤ Avatar : Tom Hiddleston
✤ Crédits : SWAN ( avatar ) + Disturbed ( Signature ) + TUMBLR ( gifs profil ) + Puscifer ( musique )


✤ Âge personnage : 3801 ans.
✤ Humeur : Consciencieux, mais agacé.
✤ Profession : Trafiquant d'organes ( Ne récupère plus que les corps des Raids. ) Et de poches de sang. Ariana Vander s'occupe de son réseau pendant la journée.
✤ Philosophie : Ne jamais remettre au lendemain ce qu'on peut faire aujourd'hui
✤ Localisation : Partout à Salem.
✤ Pouvoirs : Provoquer des illusions chez ses victimes. Plus ceux d'un Originel.

Relationship
→ citation:
relationships :
Alaric G. RousseauRousseau ; Elu connard de l'année
MessageSujet: Re: Le Bal des Vampires [sujet de groupe]   Mer 10 Sep - 9:31


 LE BAL DES VAMPIRES


« -  Je suis certaine qu'elle ne saurait tarder.  S’immisce une voix dans son dos, un bref mouvement d'épaules, et le grand salopard avise de toute sa hauteur présomptueuse une minuscule rousse coincée dans sa robe somptueusement onéreuse et délicate.

Les opales assassines d'Alaric observent furtivement la rousse, mais suffisamment pour la voir sous toutes ses coutures. Crinière flamboyante, prunelles d'onyx, peau de lait. Sang frais … Sucré. Une fragrance divine qu'il ne reconnaît que trop bien. Vierge. La petite créature file déjà dans l'entre de Tépès, tandis que lui ne détache pas son regard de ses courbes. Le monstre est réveillé, et son attention portée sur le sermon qu'il pourrait faire à Ariana vient de s’effriter pour l'intérêt soudain qu'il porte à cette nouvelle petite fouineuse. Ses lippes s’entrouvrent sur ses dents serrées, tandis que le Français retient difficilement l'envie de se lécher goulûment les babines. Il n'est pas là pour ça.

Alors, le temps fait son œuvre. Achevant d'agacer Alaric un peu plus encore. Des êtres passent, le saluent, l'admirent, et c'est à peine s'il fait semblant d'éprouver le besoin de rendre la pareille. Un mouvement furtif du menton, et le Gaulois se désintéresse aussitôt. Bien que cet énergumène en Kilt est eu le mérite de lui arracher un semblant de sourire. A moins que ça ne soit la brune survoltée accrochée à son bras … Probable. A l'intérieur, quelques exclamations explosent en un capharnaüm qu'il ne peut ignorer. Ses azures se soulèvent jusqu'au plafond d'étoiles, mimique exaspérée relevant plus encore chez lui que son identité masqué sous le masque sobre. Qu'est-ce qu'il fait là … Ses narines se dilatent, alors qu'il recrache l'air. Quand, enfin, il la sent. Une nouvelle fragrance connue, mêlée à une pointe de parfum qui lui rappelle presque l'été Français dans la région de Marseille. Il y a des années. Tandis qu'il avait eu le loisir de parcourir sa terre natale sans craindre les rayons du soleil, grâce aux bienfaits de l'une de ses sorcières. Ariana a une odeur d'orangé … Et de chien blessé.

- Tu es en retard. Siffle-t-il en la foudroyant du regard.
- Tu me dois une danse, qu'elle rétorque aussitôt en lui agrippant le bras pour l'entraîner à l'intérieur.
- Je sais ce que je te dois Vander … Répond le vampire d'un ton de miel en se courbant pour murmurer à son oreille, trop doucereux pour être véritablement affable. Une menace à peine voilée. Et toi, bouclette, n'oublie pas que je suis ici par grande bonté d'âme. Alors rattrape toi et sois une bonne petite cavalière, tu veux ? Achève Alaric d'un ton las en agrippant sa taille, sans vraiment l'observer. Il ne fait aucun commentaire sur sa tenue, c'est un presque compliment. Dans le cas inverse, la bestiole aurait trouvé une critique cassante pour l'accabler.

A l'intérieur, les convives s'activent déjà. Vladimir ayant fait son numéro de Diva plus tôt, tous s’amassent sur la piste ou près des buffets. En parlant de buffet … Les prunelles polaires d'Alaric observent déjà avec attention la rangée de carcasses organiques, pour finalement s'arrêter sur la petite rousse. Ses babines s'étirent, en un sourire carnassier qui n'est en aucun cas de bon présage.  

- Saluons donc le propriétaire des lieux avant , » propose le vampire d'une voix suffisamment forte pour se faire entendre par l'intéressé, déjà bien occupé avec le drôle de couple.

FICHE PAR SWAN.


Hj; Dépassé de 62 mots, mais j'ai une bonne excuse.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://swanlive.livejournal.com/
avatar
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Le Bal des Vampires [sujet de groupe]   Mer 10 Sep - 12:18


Le Bal des Vampires
Alaric G. Rousseau - Ariana C. Vander - Ruairí St. Clair - Ashley H. Colby - Luc A. Matei
Vladimir Skender



Montre-moi que tu le mérites et tu y auras le droit … Avec ses lèvres si proches… oh oui, Vlad aurait pu le prendre au milieu des petits pains. Il aurait pu. Mais c’était sa soirée. Il était l’hôte. Il se devait de bien se tenir. Dans toute autre circonstance, il aurait attrapé Andy et l’aurait pris sans vergogne pour le tenter ainsi. Un grondement sourd fit vibrer sa cage thoracique alors que le mutant faisait remonter sa main jusqu’à son torse pour venir la caler contre sa mâchoire. Mâchoire qui se serra quand Andy vint caresser son oreille de ses lèvres et de sa langue. Le vampire avait bien du mal à garder son self-control, pour une fois. Ses mains se posèrent sur les hanches du jeune homme, possessives. Fais-moi rêver, et tu auras droit à bien plus ! Le grondement qui avait remonté le long de sa gorge menaça de franchir la barrière de ses lèvres. Le vampire se pressa contre le corps de celui qu’il avait pris pour amant unique, lui signifiant bien qu’il avait compris. Pourtant, alors qu’il allait baisser les yeux vers lui, il surprit la demoiselle vampire se nourrir un peu trop sauvagement. Il avait certes mis à disposition des humains volontaires pour ses invités vampires, mais ce n’était pas une raison pour les vider comme des lapins. Il poussa un soupir et caressa la lèvre inférieure d’Andy de son pouce. Promis. Et il ne faisait pas de promesses en l’air. Il devait juste s’occuper de tous les autres, avant de pouvoir s’autoriser un peu de temps pour profiter lui-même de sa petite sauterie.

Le Transylvanien s’écarta d’Andy pour rejoindre la demoiselle qui était arrivée avec St Clair. Il lui demanda un peu de retenue, avant de s’enquérir de sa chouette. Il en avait bien d’autres à son service, mais chacune des créatures qu’il pouvait contrôler était importante à ses yeux. Car le lien puissant qu’il avait avec les animaux nocturnes n’était pas qu’à sens unique. Certes ils ne pouvaient pas le contrôler lui, mais il y avait une affection certaine entre eux. Votre chouette ?! Votre idiote de chouette ?! Je l’ai bouff… Vlad fronça les sourcils face à cette phrase interrompue et à la manière dont St Clair l’avait tenue au silence. C’était un bien étrange procédé pour faire taire sa compagne. Il haussa un sourcil alors que le corps de la belle se détendait et que St Clair retirait ses crocs de sa gorge. — Je vous présente mes excuses pour le comportement de ma compagne. Je n’ai malheureusement pas votre talent pour dresser les animaux sauvages, aussi exquis soient-ils. — Vlad pencha la tête, acceptant les excuses de l’Originel avec une modestie légèrement feinte. Après tout, St Clair était bien plus vieux que lui. — Veuillez aussi accepter mes excuses pour votre perte, je crains que votre chouette n’ai pas survécu à l’impolitesse de ma compagne. Si je puis m’épancher de cette dette de quelque manière que ce soit, croyez que je le ferais. — La mâchoire du vampire se contracta imperceptiblement. Je crains qu’elle ne soit pas remplaçable. dit-il simplement. Il laissa couler son regard sur l’amie de St Clair. Mais si vous pouviez au moins… maîtriser l’impolitesse de votre amie, tant que vous êtes sous mon toit, je vous en serais gré. Il lui adressa un sourire conciliant qui ne remontait pas jusqu’à ses yeux. Il pouvait vaguement sentir l’odeur d’Andy sur lui. Juste brièvement. Connaissant la maladresse du mutant, il devait simplement lui être rentré dedans. Il le chercha des yeux et se rendit compte qu’il était en compagnie de la rousse ave qui St Clair discutait un peu plus tôt. Oui, Vlad pouvait bien imaginer la scène maintenant. Pour l’instant, rien de quoi s’inquiéter.

Le vampire allait ouvrir la bouche pour s’excuser auprès de St Clair et de sa compagne quand il entendit une voix par dessus le brouhaha ambiant de la musique discrète et des discussions. Saluons donc le propriétaire des lieux avant. Cette voix, il n’avait pas eu souvent l’occasion de l’entendre, pourtant, il la reconnut bien vite. Son regard tomba sur Rousseau, au bras d’une jolie blonde qui n’était pas vraiment le genre du Transylvanien. La dernière fois qu’il avait vu le Français, c’était au Cirque, quand il avait (re)fait la connaissance de Joe. Excusez-moi, j’ai d’autres convives à aller saluer. Il esquissa une petite révérence à l’intention de St Clair et de la brunette pour s’avancer vers Alaric. Il gardait toujours un œil sur Andy. Il n’était certes pas le seul que les vampires pourraient avoir envie de goûter parmi ses invités, mais il était certainement le seul pour qui il se battrait de tout cœur s’il venait à arriver quoi que ce soit. Il esquissa une courbette une fois arrivé devant l’autre Originel. Rousseau… Je ne crois pas connaître votre amie.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Le Bal des Vampires [sujet de groupe]   Mer 10 Sep - 20:32

Pour une raison qu’il préférait ignorer, Lucern n’en menait pas large … Vraiment pas large. Déjà qu’il détestait se faire remarquer, là il venait d’attirer l’attention tout en emmerdant quelqu’un, avec une chance loin d’être nulle qu’il ne s’agisse d’un prédateur en série. Bref, c’était la merde ! Il avait eu un petit espoir, que ce soit là un autre humain qui comprendrait son stress – bien que Vlad était dans les alentours, cela ne suffisait vraiment pas au mutant pour le garder calme et serein – mais celui-ci s’envola vite quand le type en question fit une petite démonstration de sa supériorité. Le genre de truc qui fit baisser les yeux au simple mortel que Luc était. Gardant comme il pu le peu de contenance qu’il avait encore, l’homme fit simplement profil bas et, heureusement pour lui, le déguisé alla s’occuper d’autre chose …

« Je n’ai rien … Merci de vous en être inquiétée. » Il s’était irrémédiablement rapproché de la rousse, seule personne semblant à peu près normale là dedans. Certes, il n’était pas le mieux placé parmi les mortels, à littéralement flirter avec la Mort – ou un de ses potes – mais son vampire n’avait encore jamais fait preuve de la moindre once de cruauté à son égard, ou en sa présence. Ce qui ne fût pas le cas de l’autre, qui révéla vite sa nature vampirique et d’une façon qui gela le mutant sur place. Vlad était un immortel, mais pas une bête sauvage, pas avec lui. Ce type en jupe – le canadien ignorait le mot pour ce genre d’accoutrement, même s’il n’avait rien à dire et qu’il tenait surtout à sa peau – était un monstre, un vrai. Il se souvint de son paternel sur la table d’autopsie et de sa belle mordue à plusieurs reprises, et manqua d’en avoir un malaise. Maintenant tout aussi pâle que sa voisine ait pu l’être précédemment, il marmonna « Vous permettrez … » chopa le verre de la demoiselle et l’avala cul sec. Un serveur qui eu la malchance de passer au même moment se fit immédiatement ravir le plateau tout entier … Tout ça sans que Lucern n’ait eu à lâcher les yeux de sur la scène qui l’horrifiait tant.

Voir le type reprendre parole, le plus normalement du monde après ce qu’il venait de faire, laissa Luc quasiment sans voix. Il marmonna seulement « P’tain, mais qu’est-ce que j’fous là … » Tout en incitant sa voisine à se servir en lui présentant le plateau. Tel le lunatique en proie à un changement radical d’humeur, Lucern retrouva rapidement un semblant de confiance en lui – un semblant hein, fallait pas pousser non plus – comme si une ultime lueur d’espoir l’attirait pour mieux l’assassiner par la suite. Aussi, sans vraiment chercher à être le plus courtois, poli et maniéré du monde après ce qu’il venait de se passer, il demanda à la demoiselle, implorant presque de sa part une réponse qui ne donnerait pas envie au mutant d’aller se pendre « Par pitié, dites-moi que vous faites seulement votre âge et que vous n’êtes pas une amatrice de sang chaud … » Au point où il en était, il n’avait plus grand-chose à perdre. Et entre ET MERDE ou BON BEN ON EST DEUX COMME CA, il ne pourrait pas vraiment tomber plus bas. Sauf si elle rentrait dans le premier cas et qu’elle exprimait une certaine attirance pour l’odeur de son sang … Là, ce serait vraiment un foutu cauchemar !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✤ Printemps : 20
✤ Messages : 1488
✤ Barge depuis : 18/05/2014
✤ Avatar : Karen Gillan
✤ Crédits : ( CADOW CACAHUETTE ) SWAN ( avatar ) + TUMBLR ( gifs ) + CRACKLE BONES ( Code signa ) + MODERN JESUS| portugal. the man ( MUSIQUE)


✤ Âge personnage : 21
✤ Humeur : Bisounours
✤ Profession : Libraire
✤ Philosophie : Smile, everything's gonna be alright
✤ Localisation : Salem
✤ Pouvoirs : Guérison / Boucliers / Création de blessures (nécessite de se l'infliger à elle-même ou d'avoir un contact physique avec la cible, à l'endroit désiré)

Relationship
→ citation:
relationships :
Ashley H. ColbyNain roux au syndrôme de stockholm
MessageSujet: Re: Le Bal des Vampires [sujet de groupe]   Mer 10 Sep - 22:20

Le bal des vampires

Feat. Vladimir & Luc & Alaric & Ruari & Nyx & Ariana
Le maladroit ne sembla pas plaire à l’homme au kilt. Soit, il n’était jamais particulièrement agréable de faire du rentre-dedans, sans mauvais jeu de mot, pas vrai ? La rousse passa doucement les doigts dans sa propre chevelure avant d’adresser un sourire aux deux jeunes gens, dans le but de calmer légèrement les esprits. Niveau efficacité, on repassera, vu la réplique pleine de froideur de l’Écossais face aux excuses de l’importun. La petite ne put rien répliqué pour calmer l’atmosphère, celui l’ayant abordé semblant pressé d’allez rejoindre la dame qui faisait tout un émoi près du banquet. Ses doigts frôlèrent la peau de son épaule alors qu’il lui demandait de rester sauve. Un geste empreint de douceur, qui ne lui arracha pas moins un vif frisson. On lui avait déjà dit que les vampires avaient la peau glacée, et elle avait put clairement la ressentir lorsqu’elle fut attaquée, mais la sorcière ne s’y ferait jamais. Ses prunelles onyx suivirent la silhouette en kilt jusqu’à ce qu’il plonge, avec une violence qui lui arracha un sursaut, ses crocs dans la gorge de celle qu’elle présumait être sa compagne.

La demoiselle voulait bien se montrer ouverte. Après tout, c’était clairement elle l’intruse. Mais cette vision lui arracha un petit hoquet de surprise et d’une légère crainte et elle s’approcha d’avantage de l’homme demeuré à ses côtés, tentant de contrôler sa terreur. Il lui avait semblé gentil, certes, même doux, mais... S’il était resté, le serait-il demeuré ? Ne devient pas parano, ce n’est pas le moment.

Le jeune homme près d’elle ne semblait pas en meilleur état. La guérisseuse l’observa avec stupéfaction alors qu’il enfilait les coupes de champagne, allant même jusqu’à ravir le plateau de l’un des servants. Ah oui, tout de même. Lorsqu’il lui en proposa, Ashley secoua simplement la tête, se souvenant du goût amer sur sa langue. À sa question, un sourire gêné se dessina sur ses lèvres.

- Je suis humaine. souffla-t-elle, présumant à l’état du maladroit qu’il en était de même pour lui. Elle regretta vite ces paroles : quelques regards curieux se posèrent sur eux. La jeune femme en avait oublié l’ouïe impressionnante des vampires.

Néanmoins, elle ne se soucia guère longtemps. Son regard se posa sur une chevelure de feu si semblable à la sienne, et pourtant bien plus courte. Un masque, un costume des plus élégants, des prunelles pourtant joueuses et un brin différentes de son souvenir, mais il n’y avait aucun doute à avoir sur l’identité de cette personne. Son teint perdit de nouveau des couleurs alors qu’elle se sentait en proie à plusieurs sentiments puissants. Elle devait avoir l’air d’un poisson, en fait.

- Papa..! finit par lâcher la rouquine, peut-être un peu plus fort que ce qu’elle aurait souhaité.

L’homme se retourna et la fixa, et elle lit rapidement toute l’incrédulité et la crainte dans son regard. Pendant un bref instant, il sembla terrifié de la voir là. Ashley avait beau être naïve, elle n’était pas idiote. Il ne serait pas dans cet état s’il l’avait invité. Elle avait été dupée, mais dans quel but ?

La jeune femme tenta tout de même de s’approcher de lui, mût par cette étincelle enfantine. Il était là, à peine quelques mètres plus loin, comme s’il attendait uniquement de la recevoir. La rouquine cligna des yeux, un bref instant. Et il avait disparu, la laissant là avec ses doutes et ses craintes, à une trentaine de pas du maladroit au plateau de champagne.

Et ce petit bout de femme ne s’était jamais sentie si seule.


_________________

Revenir en haut Aller en bas
avatar
✤ Messages : 4476
✤ Barge depuis : 13/08/2013
✤ Avatar : Tom Hiddleston
✤ Crédits : SWAN ( avatar ) + Disturbed ( Signature ) + TUMBLR ( gifs profil ) + Puscifer ( musique )


✤ Âge personnage : 3801 ans.
✤ Humeur : Consciencieux, mais agacé.
✤ Profession : Trafiquant d'organes ( Ne récupère plus que les corps des Raids. ) Et de poches de sang. Ariana Vander s'occupe de son réseau pendant la journée.
✤ Philosophie : Ne jamais remettre au lendemain ce qu'on peut faire aujourd'hui
✤ Localisation : Partout à Salem.
✤ Pouvoirs : Provoquer des illusions chez ses victimes. Plus ceux d'un Originel.

Relationship
→ citation:
relationships :
Alaric G. RousseauRousseau ; Elu connard de l'année
MessageSujet: Re: Le Bal des Vampires [sujet de groupe]   Jeu 11 Sep - 0:08


 LE BAL DES VAMPIRES


Le vampire relâche la Louve, chopant de ses doigts longilignes une coupe de champagne tout en fourrant son autre serre dans l'une de ses poches.

« - Rousseau… Je ne crois pas connaître votre amie. Salue l'ancien prince, dans une légère courbette forcée. Oh, il sait que la plupart des vampires craignent leurs aînés.

A cette lexie dont il connaît le but, le vampire lâche un rire jaune tout en ingurgitant une lampée de champagne. Ahh, cette petite merveille de la nature … Non, ce n'est pas Don Pérignon qui a inventé le Champagne. C'est une hérésie que les mortels continuent de perpétrer par simple ignorance. Le moine n'avait, à l'époque, fait que recréer une boisson déjà suavement consommée par les Anglais. Il y a mis plus de bulles, voilà tout. Le reste ne se doit qu'à une erreur et au climat. Tout en fixant les petites étoiles alcoolisées au fond de sa coupe, l'Originel lâche d'un ton plat :

- Vous évoquez ce fait comme s'il s'agissait d'une lacune … Puis de relever ses azures perçantes, ou du moins, les tourner pour cet être presque aussi grand que lui. Sentez-vous juste chanceux. Susurre l'Originel, tout en lui adressant un sourire malveillant. Une simple pique à l'encontre d'Ariana qu'il adore énerver. Et, une façon tout aussi habile de ne pas répondre à sa question silencieuse. Non, il ne relèvera rien sur sa propriété. Ariana travaille pour lui. Il fait tout pour laisser entendre qu'elle n'est qu'un petit jouet baisable en fin de soirée.

Mais il n'en est rien. La louve est loin d'être stupide, et c'est bien pour ça qu'il lui laisse une place aussi importante dans ses affaires.  Au buffet des bidoches ambulantes, pourtant, la rouquine qui attire son attention semble en pleine discussion avec un homme. D'une oreille distraite, Alaric épie tranquillement le dialogue, sans y trouver de réels intérêts. Non, vraiment, ils l'ennuient. Tous. L'Originel s'apprête alors à se désintéresser d'eux, avant qu'une scène étrange n'attire son regard. Un mot, un seul, soufflé d'entres les lèvres de la frêle créature à la crinière flamboyante, pousse le Français à détourner le regard de ses deux interlocuteurs pour poser ses prunelles sur la silhouette d'un grand roux. L'air nerveux, l'individu masqué s'agite déjà et, rapidement, ce dernier disparaît dans la foule sans répondre à l'appel de sa ... Fille. Si pour beaucoup, l'identité de l'homme serait ardue à dévoiler, pour Alaric, c'est une autre paire de manches. Car il n'oublie jamais personne. Evan Angel Colby. Cette vermine d'informateur qui, par il ne sait quel sortilège, était parvenu à en découvrir plus que nécessaire sur Alaric. Et Alaric Rousseau déteste qu'on en sache trop sur lui.

- 'Skender', ( Notons l'ironie avec laquelle le vampire prononce ce faux nom ). Faites moi penser à parler affaires avec vous, je compte bientôt monter mon propre commerce en ville. Veuillez m'excuser, Lâche l'Originel d'un ton abrupte, se moquant éperdument de couper la parole aux deux autres. Il ne peut pas se jeter sur cette ordure. D'ailleurs, il ne le veut pas. Non, les méninges de l'intellect fonctionnent à toute vitesse, et il sait déjà quoi faire.

Evan Angel Colby a donc une fille.
Bien.


D'un pas félin, la bestiole perfide s'éloigne déjà des deux autres, laissant Ariana plantée devant Skender. D'un pas souple, Alaric est déjà près de la rousse, qui semble plus pâle que jamais. Elle est minuscule, frêle et porte un parfum naturel délicieux. Quel chance que la fille de Colby soit aussi exquise.

- Mademoiselle ? Lâche Alaric d'un ton doux. Vous portez vous bien ? … »

Et le tout, en plaçant une main légère au creux de son dos. Ni trop leste, ni trop intruse. Assez pour l'empêcher de s'effondrer.


FICHE PAR SWAN.


Hj ; Voilà, pardon, j'ai dépassé, et c'est nul. Mais je suis vraiment HS. ><

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://swanlive.livejournal.com/
avatar
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Le Bal des Vampires [sujet de groupe]   Mer 17 Sep - 14:07


Le Bal des Vampires
Alaric G. Rousseau - Ariana C. Vander - Ruairí St. Clair - Ashley H. Colby - Luc A. Matei
Vladimir Skender



Le rire de Rousseau sonna étrangement aux oreilles de Vlad. Comme s’il y avait un sens, dans ce rire, qu’il ne parvenait pas à comprendre. Comme si Rousseau avait interprété ses propos d’une mauvaise façon. Non, Vlad ne connaissait pas la blonde à son bras. Il s’attendait juste à ce qu’il la lui présente, comme la politesse le voulait. Il n’avait aucun intérêt envers elle. Si la seule femme qu’il avait aimée avait eu des cheveux d’un blond pâle, la ressemblance entre les deux femmes s’arrêtait là. L’amie d’Alaric n’avait rien qui intéressait le Transylvanien, à part peut-être cette odeur lupine sur elle. Certes le don de Vlad ne s’étendait pas à cette espèce, se contentant des vrais animaux, mais il n’empêchait que son lien avec les loups lui faisait comprendre une bonne partie du comportement de ces créatures mi-humaines. Un très léger froncement de sourcils barra son front tandis que le français avalait son champagne. Bulles pétillantes sans aucun goût pour leur espèce. Vous évoquez ce fait comme s'il s'agissait d'une lacune … Son froncement de sourcils s’accentua légèrement. Sentez-vous juste chanceux. Non, décidemment, l’ancien voïvode avait bien du mal à comprendre l’Originel. Pourquoi avoir choisi la blonde pour cavalière s’il l’abhorrait tant que ça ? Il ne répondit rien. Que pouvait-il bien dire ? D’autant que le regard du vampire déambulait jusqu’à atteindre Andy et la rouquine. Le corps de Vlad se tendit imperceptiblement à mesure qu’il devinait une attention toute particulière à ce couple formé par le simple fait que l’on préférait le réconfort de la même espèce que le danger qu’une autre pouvait représenter.

Finalement, il tarda quand même ses prunelles sur la blonde près de Rousseau. Il lui adressa un sourire factice. D’un geste leste, il prit sa main et y déposa un baiser. Les siècles ne lui avaient rien enlevé de sa noblesse et de la manière dont on se comportait avec les dames, contrairement à certains. Vladimir Skender, votre hôte pour la soirée. Comme pour la plupart des gens, son nom actuel ne devait pas vraiment leur indiquer qui il était en réalité. Pourtant, celui que l’on surnommait depuis longtemps Vlad Tepes, n’aimait pas le crier sur tous les toits. Son attention fut reportée à l’autre vampire quand il parla. 'Skender'. Faites moi penser à parler affaires avec vous, je compte bientôt monter mon propre commerce en ville. Veuillez m'excuser. Vlad relève à peine le sarcasme à l’énonce de son nom. Ce n’était peut-être pas ce qu’il portait à la naissance, mais il n’en était pas faux pour autant. Il était bien réel. Choisi non pas pour dissimuler son identité mais seulement pour s’adapter au monde qui l’entourait aujourd’hui. Les vampires se devaient de s’adapter, sinon ils se faisaient dépasser. Il avait cru comprendre que Rousseau n’était pas très habile avec la technologie. Le Transylvanien plaqua un sourire sur son visage. Bien sûr. Il suivit des yeux Alaric qui s’éloignait de lui et de la blondinette pour rejoindre la foule. Si son cœur battait encore, il aurait manqué un battement. Vers Andy. Le corps de Vlad se tendit comme un arc, encore plus immobile qu’une statue de marbre. Il leva à peine les yeux vers la louve, attrapa une flûte de champagne et la glissa dans la main de la demoiselle. Veuillez m’excuser. Profitez bien de la soirée. Et il s’éloigna, rejoignant la foule à son tour.

Avec soulagement, il remarqua que Rousseau s’était dirigé vers la rouquine et non vers Andy. Il ne s’arrêta pas pour autant, rejoignant l’humain qui n’avait toujours pas l’air rassuré. Il lui adressa un sourire alors qu’il s’arrêtait en face de lui. Sa main se leva et se glissa le long de sa mâchoire pour se poser contre sa nuque. Il se pencha, titilla de sa langue son oreille. Voudrais-tu ouvrir le bal avec moi ? Comme si les musiciens l’avaient entendu, la musique changea, laissant place à une valse éthérée. Il s’empara de la main d’Andy et l’entraîna vers un espace qui s’était formé devant les musiciens, comme si les invités étaient mués d’un mouvement qui ne leur appartenait pas, les repoussant du parquet brillant. Prenant la position, il rapprocha le corps d’Andy du sien, sa main au creux de ses reins. Les regards se dardèrent un à un sur leur couple improbable mais Vlad s’en fichait bien. Un sourire éclatant illuminait son visage alors qu’il se mit en mouvement, entrainant Andy dans une valse légère. Bientôt, d’autres danseurs les rejoignirent, une fois le petit effet de surprise passé.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Le Bal des Vampires [sujet de groupe]   Ven 19 Sep - 23:00

UN PUTAIN DE FACEPALM, ET EN BEAUTE ! Voilà tout ce que Lucern voulu faire au moment où l’autre marmonna un mot signant sûrement leur arrêt de mort. Il avait été assez sensé – malgré la panique – pour édulcorer ses dires et éviter d’attirer les regards de quelques suceurs de sang, et voilà qu’elle leur filait une magnifique invitation. Loin de le rassurer autant qu’il l’aurait souhaité, il pu seulement se trouver content d’avoir un semblable dans la même merde que lui. Si on omettait bien évidemment le fait qu’il avait envie de se cacher dans un trou et ne plus en sortir pour la prochaine décennie avec tous ces cadavres qui les regardaient. Il n’avait pas peur de la Mort, en revanche tout ce qu’il y avait avant – sans qu’il ait le contrôle de la situation, forcément – le terrifiait. Et c’était le cas, là, tout de suite, maintenant. « Content pour vous … Maintenant nous sommes aussi au menu … » Petite remarque caustique qui n’avait pu lui échapper, le mutant ne la regretta en rien. Si d’aventures ils s’en sortaient en un seul morceau, peut être envisagerait-elle d’être plus prudente à l’avenir. Enfin vu la gueule de l’avenir proche aussi, ils ne risquaient plus grand-chose tout bien réfléchi …

Comme si la scène n’était pas déjà assez merdique, entre son vampire bien trop loin et ses semblables bien trop près, voilà que l’humaine lui posait un lapin … POUR UN VIEUX ! GENRE TU TROUVES LE PREMIER SANS-ÂME DANS LE COIN POUR TE FAIRE LA MALLE EN L’APPELANT PAPA ? MAIS VAS-Y FAIS TOI PLASIR ! Oui, quand il était énervé, n’importe qui – ou n’importe quoi – avait le droit de se faire insulter mentalement et à foison. Après, restait à voir si c’étaient les suceurs de sang ou les chevelures flamboyantes qu’il considérait comme sans âmes, et si parler d’un vampire roux revenait à faire moult pléonasmes et tautologies involontaires ou pas … Bref, tout ça pour dire qu’il était bien remonté, surtout contre lui-même pour avoir été assez con de lui demander un truc pareil, et qu’il était tout seul au milieu et non loin de quelques vampires qui le lorgnaient de nouveau d’un regard qu’il n’aimait pas, mais alors pas du tout.

Si seulement il avait été capable de leur faire la fête – genre JE TE FOUS LA BOULE DISCO FARCIE AUX UV DANS LA GUEULE, CREVE BIEN SUPPÔT DE SATAN – il ne se serait pas gêné, ou aurait déjà eu l’air un peu plus serein. A la place, il en revenait lentement aux angoisses précédentes, non sans lorgner discrètement l’autre psychopathe bipolaire en jupe pour voir s’il comptait faire un nouveau numéro de JE BOUFFE MA POTE COMME UNE BÊTE PUIS J’TE SALUE COMME SI C’ETAIT NOR-MAL, tout en essayant vainement d’assurer ses arrières. A la place, ce fut son vampire qui assura ses avants et le chauffa de nouveau. Entre son cœur palpitant et sa libido au taquet, il n’y avait aucun doute sur l’effet que le pas-si-mort lui faisait ! La peau frémissant d’envie – et oubliant immédiatement les spectateurs, c’est fou comme il était simple de le combler ce gamin – il ne pu réfréner un « Avec plaisir » soufflé dans un espèce de râle demandant presque à ce qu’il le prenne en passant. Non, la peur ne lui causait pas des réactions que quelques psychiatres auraient adoré étudier, pas du tout … Quoique.

Une fois dans les bras de Vlad, le mutant – qui avait vite compris son rôle avec la main que l’autre lui avait posé étrangement bas, pas qu’il n’apprécie pas hein, juste que tant qu’il y était … Ahem – apposa ses phalanges sur l’épaule de l’immortel, tandis que sa paume glissait elle aussi sur le tissu que Luc aurait pu caresser pendant des heures … Ou arracher dans la seconde ! Finalement content d’avoir appris quelques danses de salon pour flirter avec sa défunte belle – bien qu’il n’ait jamais eu à endosser le rôle de la demoiselle – il se laissa entrainer, sans se péter la gueule ni – trop – piétiner son partenaire qui se rappellerait vite ce que cela faisait de se prendre quelques dizaines de kilogrammes d’un type pas entrainé sur les orteils ! Profitant d’un moment plus calme où ils purent se rapprocher, il laissa glisser son visage contre celui de son amant et lui susurra à l’oreille, avec autant de sincérité que peu de retenue, dans un élan qui lui avait sûrement échappé sans qu’il ne le regrette le moins du monde « Lucern. Je m’appelle Lucern. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✤ Printemps : 20
✤ Messages : 1488
✤ Barge depuis : 18/05/2014
✤ Avatar : Karen Gillan
✤ Crédits : ( CADOW CACAHUETTE ) SWAN ( avatar ) + TUMBLR ( gifs ) + CRACKLE BONES ( Code signa ) + MODERN JESUS| portugal. the man ( MUSIQUE)


✤ Âge personnage : 21
✤ Humeur : Bisounours
✤ Profession : Libraire
✤ Philosophie : Smile, everything's gonna be alright
✤ Localisation : Salem
✤ Pouvoirs : Guérison / Boucliers / Création de blessures (nécessite de se l'infliger à elle-même ou d'avoir un contact physique avec la cible, à l'endroit désiré)

Relationship
→ citation:
relationships :
Ashley H. ColbyNain roux au syndrôme de stockholm
MessageSujet: Re: Le Bal des Vampires [sujet de groupe]   Sam 27 Sep - 22:50

Le bal des vampires

Feat. Vladimir & Luc & Alaric & Ruari & Ariana
Ashley prenait tranquillement conscience de tout le ridicule de la situation. À quoi avait-elle donc pensé ? Son père aurait fait le mort pendant plus de dix ans pour subitement lui envoyer une invitation à une bal de vampires ? Pauvre idiote ! La rouquine passa une main froide contre son visage. Elle devait partir. Sinon, elle commencerait à se poser des questions auxquelles elle ne souhaitait pas répondre. Qu'est-ce que son paternel fichait dans un endroit pareil ?

Une voix, lui posant une question. Un léger sursaut échappe à la demoiselle, alors qu'une main glaciale se pose doucement dans le creux de son dos. Cette fraîcheur la fit de nouveau tressaillir. La rousse allait bien finir par s'y habituer, à force, non ? Ses prunelles se posèrent sur l'homme qu'elle se souvenait avoir salué à l'entrée. De près, il lui semblait encore plus... immense. Intimidant. Il émanait de lui un petit quelque chose de malsain, malgré sa visible inquiétude à son égard. Bah. Elle devenait parano. Rien d'extraordinaire, vu les circonstances.

- Pas vraiment... avoua-t-elle avec un sourire gêné. Ce n'était pas particulièrement poli, pourtant. Pardon. ajouta-t-elle donc, de crainte de le froisser.

La sorcière n'avait pas besoin d'un ennemi de plus, surtout pas dans un lieu pareil. Son regard se posa derrière le géant. Il venait de quitter une belle blonde et l'hôte de la soirée. Un doux sourire vint étirer ses lèvres. C'était l'une des premières fois qu'une telle moue lui paraissait si... fausse et peu naturelle. Sourire était dans sa nature, comme tuer était dans celle du lion. Alors pourquoi ce manque de spontanéité, soudainement ?

- Je vous avais bien dit qu'elle ne tarderait pas à arriver. Vous avez bon goût, elle est sublime. Nouveau sourire, cette fois un brin plus sincère, afin de détendre l'ambiance. Sortir d'ici. Pas si brusquement. Ce serait impoli.

Soudainement, une douce mélodie commença à s'élever, provoquant un mouvement de foule. L'organisateur du bal dansait désormais avec l'homme de plus tôt. L'instant de surprise passé, plusieurs couples allèrent les rejoindre. Nouvel instant de solitude, où la guérisseuse se sentit particulièrement idiote et prise au dépourvue. Elle n'avait pas de cavalier. Une rougeur vint colorer ses joues, avant qu'elle ne voit le bon côté des choses : cela lui donnait une bonne excuse pour quitter cet endroit.

- Je n'ai vraiment rien à faire ici... finit-elle par souffler, avant même de pouvoir contenir ses paroles. Regard gêné à son bienfaiteur. Je n'ai pas de cavalier. lâcha-t-elle comme seule explication.

Il n'avait pas à savoir pour son père. Quelque chose lui disait qu'il valait mieux éviter de répandre cette information. Peut-être était-ce en lien avec la panique qu'elle avait perçue dans son regard ? Ashley finit tout de même par s'éloigner un peu plus des danseurs, afin de ne pas être dans le chemin. Instinctivement, elle s'approcha de la porte, afin de pouvoir sortir en douce, sans être remarquée. Ses prunelles épiaient toujours la foule, tentant vainement de croiser de nouveau cette chevelure de feu qu'elle avait recherché si longtemps.

- Vous devriez allez la rejoindre... C'est votre cavalière, après tout. Aucune agressivité, que de douceur et de gentillesse. De toute façon, la petite préférait se faire oublier. Même si on l'avait invité à danser... Elle était si maladroite qu'elle provoquerait malgré elle un désastre.



_________________

Revenir en haut Aller en bas
avatar
✤ Messages : 4476
✤ Barge depuis : 13/08/2013
✤ Avatar : Tom Hiddleston
✤ Crédits : SWAN ( avatar ) + Disturbed ( Signature ) + TUMBLR ( gifs profil ) + Puscifer ( musique )


✤ Âge personnage : 3801 ans.
✤ Humeur : Consciencieux, mais agacé.
✤ Profession : Trafiquant d'organes ( Ne récupère plus que les corps des Raids. ) Et de poches de sang. Ariana Vander s'occupe de son réseau pendant la journée.
✤ Philosophie : Ne jamais remettre au lendemain ce qu'on peut faire aujourd'hui
✤ Localisation : Partout à Salem.
✤ Pouvoirs : Provoquer des illusions chez ses victimes. Plus ceux d'un Originel.

Relationship
→ citation:
relationships :
Alaric G. RousseauRousseau ; Elu connard de l'année
MessageSujet: Re: Le Bal des Vampires [sujet de groupe]   Sam 27 Sep - 23:46


 LE BAL DES VAMPIRES
La main du cadavre qu'il a découpé avant de venir, qu'Ariana va lui piquer la crise du siècle. Pourtant, Alaric s'en moque complètement. Il sent bien le regard de la louve dans son dos, perçant et furibond. La laisser comme ça, plantée devant un parfait inconnu … C'est elle, qui voulait participer à de grands bals. Et bien voilà qui est fait. Qu'elle fasse ce qu'elle veut. Le vampire lui adresse un coup d’œil en biais, l'air mauvais. Il faudra qu'il songe au lien de sang avec elle, communiquer de vive voix s'avère bien complexe ici. Si elle fait tout foirer … Alaric pince les lèvres, priant pour qu'elle ne hurle pas au scandale. Il fait ça pour le boulot. Uniquement pour les affaires. On y croit.

« - Pas vraiment ... Lâche la rousse, vers qui le brun roux revient immédiatement. La garce sent drôlement bon … Alaric connaît cette odeur particulière. Une vraie fleur des bois. Jamais cueillie. Pardon. S'excuse la fille, pour une raison qui lui est totalement inconnue. Il n'a plus vraiment de notion de politesse. Après tout, il y a longtemps que L'Originel s'est débarassé de son humanité. Il n'est plus un homme, mais un animal.

- Je vous en prie, cessez donc. Rétorque le brun d'un ton de miel, ses commissures s'étirant légèrement.

Je vous avais bien dit qu'elle ne tarderait pas à arriver. Vous avez bon goût, elle est sublime.

Quoi ? La bestiole intriguée lève un sourcil, suivant le regard de la rouquine. Quoi, Ariana ? Vraiment ? Pour le coup, ses deux sourcils se haussent. Il espère qu'elle épie leur conversation. Vraiment. Simplement pour la voir enrager. Si le compliment de la belle est flatteur, la réaction d'Alaric l'est bien moins. Mais avant même qu'il ne puisse faire preuve de sarcasme, la jeune femme ajoute :

 
Je n'ai vraiment rien à faire ici... Je n'ai pas de cavalier.

Et donc ? Alaric n'a aucune envie de la laisser filer. Il a encore des choses à régler avec elle. Il lui faut son prénom. Cette dernière se dérobe de sa poigne, prête à filer vers la sortie de la demeure.

Vous devriez allez la rejoindre... C'est votre cavalière, après tout.

- Non. Fait simplement le Français en lui lançant un regard brûlant. Se retrouvant en une enjambée en face d'elle, serres longilignes glissées dans les fourreaux étroits de ses poches. Cette jeune femme m'accompagne uniquement pour un arrangement en commun accord. Elle ne se vexera pas de me voir porter compagnie à une aussi sublime créature que vous. Je puis vous l'assurer …

Mensonge. Elle va être furax.

Sourire ravageur, le connard connaît parfaitement l'influence du moindre de ses mots, du moindre  de ses regards. Et il en joue complètement. La bête éfilée s'approche un peu, se penchant pour murmurer à son oreille.

- Entre nous, je n'aime pas vraiment les blondes. Et j'ai vraiment envie d'une danse avec vous. Ce serait un honneur. Accordez-moi au moins une seule danse.[/color] »

L'enflure jubile, s'écarte doucement et tend l'une de ses immenses pattes de velour vers elle. Il lui laisse le choix, la sortie ou lui.


FICHE PAR SWAN.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://swanlive.livejournal.com/
avatar
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Le Bal des Vampires [sujet de groupe]   Mar 7 Oct - 10:33


Le Bal des Vampires
Alaric G. Rousseau - Ariana C. Vander - Ruairí St. Clair - Ashley H. Colby - Luc A. Matei
Vladimir Skender



Il était hors de question qu’il laisse un de ses convives poser la main sur Andy. Il était à lui et personne d’autres. Ce soir, il avait bien l’attention de le clamer haut et fort. Et puis, les autres vampires avaient des humains à disposition au buffet, il n’y avait aucune raison pour qu’ils viennent se nourrir sur ses invités, sauf si ces derniers étaient d’accord. Et, Vlad en était persuadé, Andy ne le serait pas. Sauf pour lui. Un murmure, une caresse, et il sentait déjà le corps de l’humain succomber. Avec plaisir. Un sourire satisfait sur les lèvres, le vampire l’entraina vers les musiciens et la piste de danse qui se dévoilait à mesure que les convives s’écartaient pour leur laisser de la place. Ils virevoltaient depuis quelques minutes quand Andy se rapprocha de lui. L’étreinte du vampire se resserra un peu plus en réponse à son corps sur proche du sien. Il frémit légèrement quand il sentit le souffle chaud de son partenaire contre son oreille. Lucern. Je m’appelle Lucern. Un sourire presque enfantin éclaira le visage du vampire aux six siècles d’existence alors qu’il tournait la tête, son nez frottant contre la joue de Lucern, pour lui faire face. Il l’observa un moment avant de déposer ses lèvres délicatement sur celles du mutant, les mordillant légèrement au passage. Merci. lui répondit-il simplement. Il aurait aimé faire plus. Il aurait aimé prendre sa main et l’attirer dans une des chambres à l’étage. Ou simplement dans un recoin d’ombre. Mais il laissa simplement ses lèvres sur les siennes, sa langue cherchant la sienne, savourant l’instant, les autres danseurs tournant autour d’eux comme dans un songe où plus rien n’existait qu’eux.

Mais bientôt, le moment éphémère s’éparpilla dans la réalité. Soudain, l’esprit de plusieurs — presque tous en fait — des animaux qui gardaient à la fois l’intérieur et l’extérieur de son manoir se connecta au sien. Ou, du moins, Vlad avait la nette sensation que leurs consciences grattaient à la porte de la sienne, frénétiquement, comme s’ils étaient des chats coincés dehors par un temps de forte pluie. Vlad fronça les sourcils et s’écarta d’un pas de Lucern. Avec précaution, il laissa entrer le tumulte de pensées sous son crâne. A travers une myriade d’yeux et d’oreilles, il pouvait voir des intrus. Certains étaient déjà arrivés bien trop près du manoir malgré les attaques soutenues des loups, sangliers et rapaces nocturnes. Certains étaient déjà tombés mais les autres ne s’étaient pas arrêtés pour leur porter secours. Ça ressemblait bel et bien à une mission suicide de la part d’un groupe de… chasseurs. Ils étaient trop bien équipés pour n’être que des humains lambdas en colère. Un grognement remonta dans la gorge du maître de maison et sa voix s’éleva par dessus la musique, tonitruante. Les musiciens s’arrêtèrent. Mes amis, j’ai la tristesse de vous annoncer que nous allons recevoir de la visite. Une petite armée de chasseurs veut perturber notre amusement. Les miens font tout ce qui est en leur pouvoir pour les arrêter mais ils ne peuvent que les ralentir. Leur détermination est sans faille et ils n’ont cure de mourir. Son regard passa sur chacun des visages. Il s’arrêta brièvement sur celui de Ruairi et de sa compagne, sur celui de Rousseau et de la blondinette qui l’avait accompagné, celui d’autres vampires. J’imagine que ça nous fera un divertissement supplémentaire, bien que je n’avais pas imaginé la nuit ainsi. Personne n’aurait du être mis en danger. Il marqua une pause et son regard se plongea dans les prunelles effrayées de Lucern. Préparez-vous mes amis, car ils arrivent. Il avait à peine prononcé ces paroles qu’une vitre, puis deux, puis trois, éclatèrent sous l’impact des corps qui les traversaient. Vlad tira Lucern à lui, lui colla un baiser passionné sur les lèvres et glissa son doigt le long de sa mâchoire. Je ne laisserai rien t’arriver. Je te le promets. Puis il se détourna pour faire face à la mêlée. Ça le démangeait d’aller se battre mais il ne voulait pas quitter la proximité de Lucern.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✤ Printemps : 20
✤ Messages : 1488
✤ Barge depuis : 18/05/2014
✤ Avatar : Karen Gillan
✤ Crédits : ( CADOW CACAHUETTE ) SWAN ( avatar ) + TUMBLR ( gifs ) + CRACKLE BONES ( Code signa ) + MODERN JESUS| portugal. the man ( MUSIQUE)


✤ Âge personnage : 21
✤ Humeur : Bisounours
✤ Profession : Libraire
✤ Philosophie : Smile, everything's gonna be alright
✤ Localisation : Salem
✤ Pouvoirs : Guérison / Boucliers / Création de blessures (nécessite de se l'infliger à elle-même ou d'avoir un contact physique avec la cible, à l'endroit désiré)

Relationship
→ citation:
relationships :
Ashley H. ColbyNain roux au syndrôme de stockholm
MessageSujet: Re: Le Bal des Vampires [sujet de groupe]   Mar 7 Oct - 18:30

Le bal des vampires

Feat. Vladimir & Luc & Alaric & Ruari & Ariana
Ashley ne s'était jamais sentie comme ça, attirée comme un aimant par ce géant. Ses regards, ses façon, ses mimiques... Allez savoir pourquoi, elle en voulait toujours plus. Le souffle contre son oreille lui arracha d'ailleurs un petit frisson qui lui couru le long de la colonne. C'était ça, l'attirance dont sa soeur n'arrêtait pas de lui parler ? La rouquine n'était pas complètement tanche dans le sujet, contrairement aux apparences. Elle ne restait simplement jamais suffisamment en compagnie de quelqu'un pour que de telles relations se développent. Enfin.

- B-bien, dans ce cas... souffla la petite, prenant l'immense patte tendue vers elle. Un petit regard coupable fut adressé à la cavalière du vampire. Mais seulement une, hein ! Nouveau sourire, comme toujours. La jeune femme mit les pieds sur la piste de danse, oubliant momentanément son envie de partir. À qui offre-je donc cet honneur ?

À peine le temps d'une réponse. Le maître des lieux s'exclama qu'ils auront de la visite sous peu, et pas des plus agréables. Des chasseurs. Ils avaient du culot pour se pointer ici en pleine fête, tiens ! La sorcière sentit son coeur s'emballer. Ils n'avaient pas peur de mourir. Ils seraient donc massacrés sans espoir de s'en sortir. Déjà, les vampires s'excitaient, leurs plus bas instincts reprenant le dessus sur ces masques de sociabilité. Puis les fenêtres explosèrent, lui arrachant un violent sursaut alors qu'elle serait avec force la main qu'elle n'avait guère eu le temps -ou l'envie - de relâcher. La confrontation était imminente. Hors de question de laisser tant de gens mourir, du côté des chasseurs comme de celui des dents-longues, bien qu'elle se doutait qu'elles ne seraient pas si nombreuses.

La réaction fut rapide, presque surnaturelle. Un véritable réflexe. La guérisseuse se tourna vivement vers les fenêtres brisées laissant entrer une marrée de chasseurs, tendant les bras dans cette même direction. Une lumière se dressa entre les prédateurs véritables et ceux improvisés. Une sorte de mur, d'environ deux mètres de haut, qui ne servirait qu'à séparer les deux camps l'espace de quelques instants. Cette magie était fragile, Ashley en avait bien conscience. Elle eut une pensée pour l'hôte de la soirée, qui devait se souvenir de ce phénomène qu'il avait déjà vu. Mais ce n'était pas le sujet. Une certaine surprise parcouru la salle. Tant mieux. Ils allaient peut-être mieux se contenir, attendre, avant de bondir sur cet obstacle et le détruire sans mal.

- Rentrez chez-vous, seule la mort vous attend ici ! Il y avait une certaine panique dans sa voix, malgré sa - pathétique - tentative de paraître sûre d'elle. Ils étaient humains. Elle devait les protéger. D'un autre côté, ces êtres surnaturels passaient simplement une belle soirée et son père était dans le tas.

L'un d'eux, pourtant, lui lança simplement un regard mauvais, emplit de haine, qui lui donna un frisson dans le dos. Une lame d'argent vola dans sa direction, tout juste déviée par la barrière lumineuse, et la petite en fut si surprise qu'elle ne l'évita pas, celle-ci se plantant avec violence dans son épaule. Un cri de douleur lui échappa et la lueur s'éteignit aussitôt. Le combat commençait.

Bien. OKAY. Pigé. La sorcière, gémissant, observa ces pauvres imbéciles commencer la bataille. Elle devait éviter de se concentrer sur ça, bien qu'elle crut remarquer une masse rousse se battre avec férocité et rage. Il y avait déjà des blessés... dont elle. Les prunelles de la jeune femme se posèrent sur l'arme plantée dans sa chaire, envoyant des vagues cuisantes de douleur dans tout son être. Elle s'humidifia légèrement les lèvres, avant de retirer le couteau de la plaie d'un coup sec, échappant un nouveau léger cri. Le sang coulait. Dans un nid à vampire. Pourtant, c'était le dernier de ses soucis.

La guérisseuse posa sa main sur la blessure, laissant la magie opérer dans un éclat lumineux, refermant les tissus sans laisser ne serait-ce qu'une fine marque sur sa peau. Il ne restait plus que l'hémoglobine, qui finirait par sécher. Les prédateurs avaient, de toute manière, bien d'autres chats à fouetter que sa personne. Elle aussi, d'ailleurs : elle en avait presque oublier le beau français à ses côtés. Ses yeux cherchaient le maître des lieux, qui devait bien avoir un minimum de contrôle sur cette cohue sanglante et horrifiante. Les cris lui parvenaient, étouffés, comme dans un rêve. Puis elle l'aperçut enfin, son regard croisant le siens.

- Envoyez moi les blessés à l'argent, je m'occuperai de leurs blessures ! Elle savait qu'il l'avait entendu, malgré le vacarme assourdissant du combat. Il devait l'avoir entendu.

La petite adressa un petit signe de tête au géant, avant d'allez se mettre à l'écart, pour avoir plus de confort afin d'aider les blessés, si ceux-ci pouvaient bien se décider à approcher. Non. Ne regarde pas le massacre. Tu n'y survivrais pas.






_________________

Revenir en haut Aller en bas
avatar
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Le Bal des Vampires [sujet de groupe]   Mer 8 Oct - 0:20

Terrifié, Lucern l’était. Son regard le trahissait aisément et il était évident pour quiconque le regardait que ce dernier était plus qu’angoissé. Seulement, là où tout le monde se trompait, c’est que ce n’était pas pour les bonnes raisons, en considérant bien sûr qu’il y en avait, ou en tout cas des moins mauvaises que d’autres.

Le sourire de Vlad, la douceur de sa peau, la fougue dans son baiser – auquel le mutant ne se gêna pas de répondre avec la même intensité – rien n’aurait pu le sortir d’un tel état de bien être, si ce n’est … Le voir reculer fut quelque chose de très dur. Pendant un moment, il ne comprit pas ce qu’il arrivait à son vampire. Avait-il fait quelque chose qu’il ne fallait pas ? Si la situation s’était éternisée, cela l’aurait certainement rendu dingue. Mais à la place, ce fut l’explication de l’immortel qui le figea complètement, le prenant d’une soudaine angoisse.

Il lui avait fallu plusieurs secondes pour se remettre de son raisonnement, convaincu qu’il devait s’agir d’une putain de mauvaise blague. En tant que revendeur d’informations, il avait entendu parler d’une opération dans le genre, mais jamais il n’aurait imaginé qu’ils frapperaient ce soir, ni ici. Le pire dans tout ça, c’est que les mots rassurants du vampire ne le furent pas du tout. L’immortel ne lui avait pas laissé le temps de piper mot, ni de faire quoi que ce soit avant qu’il ne se soit retrouvé planqué derrière une véritable montagne.

Pourtant, le mutant ne se démonta pas, loin de là. Après la peur, vint un torrent de colère. Comment ces petits bâtards osaient-ils ruiner SA soirée ? S’ils avaient l’audace de venir ici sans se soucier du futur de leurs misérables existences, alors Luc leur ferait goûter de sa médecine avec joie. D’une voix trop calme pour l’être réellement, il articula froidement « Vlad, planque-toi. Maintenant. » Puis il lui passa devant. Il se souvenait de quelques informations, entre les armes qu’ils avaient acheté au marché noir et quelques jouets hi-tech que les créatures nocturnes n’aimeraient sûrement pas … « T’as peut être une force surhumaine et quelques autres surprises en stock, mais eux, ils ont les effets ravageurs du soleil avec eux. » Des putains de lampes à UV, ces salopards avaient réussi à s’en procurer, et des bien puissantes qui plus est. Certes, il n’y avait pas de quoi faire cramer un vampire sur place, mais au moins assez pour que les avantages naturels des immortels n’en soient plus durant un moment.

C’est alors qu’apparu un mur de lumière. Aussi surpris que dérouté, Luc rajouta, presque amusé « J’m’attendais pas à ça, j’avoue … » tandis que son regard cherchait en même temps l’auteur de l’œuvre et qu’il l’admirait. Lorsqu’il vit la lame atteindre la jeune femme, le mutant perdit complètement pied. Quelque part, il eu l’impression de revoir Hope en elle, et sans même chercher à comprendre comment ou pourquoi, il se laissa submerger par un tsunami de ressentiment. Ces enculés allaient le payer.

A l’instar de la lame qui avait volé en un sens, plusieurs firent le chemin inverse. Des plus petites, plus fines, mais toutes aussi ravageuses. Un esprit tatillon soulignerait qu’il s’agissait en fait de scalpels et non de vulgaires lames, et l’observateur rajouterait que Lucern les avait fichtrement bien planquées. Enfin, le tacticien noterait que le mortel avait une dextérité à faire pâlir un chirurgien des plus aguerris en plus d’être d’une précision digne d’un prodige du lancer de lames. Certains aimaient collectionner des timbres, lui aimait jouer avec des scalpels et en avait planqué une fournée dans son costume, considérant qu’il était hors de question qu’il ne sorte en ville sans être préparé … Chacun son truc en somme !

S’avançant vers l’homme qui avait perdu un œil, sa carotide et plusieurs litres de sang en quelque secondes – histoire de récupérer quelques lames en plus de lui voler son matériel, il rajouta à l’attention de Vlad, avant d’être hors de portée « Tu croyais vraiment que j’allais t’obéir au doigt et à l’œil ? Tu m’as pris pour qui ? » Et il ne pu retenir un petit rire d’amusement, tandis qu’il s’éclatait déjà comme un gamin. Il avait peut être peur de la façon dont il mourrait, mais une chose lui faisait bien plus peur encore : celle de perdre de nouveau un être cher. Et cela le rendait dingue, à un point que seuls les morts pourraient imaginer, en connaissance de cause.

[ HJ : J'ai craqué /SBAF (j'avais pas envie de le jouer en tant que créature frêle et sensible, donc ... J'espère que ça vous conviendra quand même xD) ]
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✤ Messages : 4476
✤ Barge depuis : 13/08/2013
✤ Avatar : Tom Hiddleston
✤ Crédits : SWAN ( avatar ) + Disturbed ( Signature ) + TUMBLR ( gifs profil ) + Puscifer ( musique )


✤ Âge personnage : 3801 ans.
✤ Humeur : Consciencieux, mais agacé.
✤ Profession : Trafiquant d'organes ( Ne récupère plus que les corps des Raids. ) Et de poches de sang. Ariana Vander s'occupe de son réseau pendant la journée.
✤ Philosophie : Ne jamais remettre au lendemain ce qu'on peut faire aujourd'hui
✤ Localisation : Partout à Salem.
✤ Pouvoirs : Provoquer des illusions chez ses victimes. Plus ceux d'un Originel.

Relationship
→ citation:
relationships :
Alaric G. RousseauRousseau ; Elu connard de l'année
MessageSujet: Re: Le Bal des Vampires [sujet de groupe]   Mer 8 Oct - 10:50


 LE BAL DES VAMPIRES
Elle était là. Il l'avait. Mais non. Forcément. L'Originel se fige, tandis que les mots de Vladimir résonne jusqu'à son crâne. La patience a toujours été sa  seule vertu, mais Alaric voit pourtant déjà rouge. Des chasseurs … Misérables insectes sans importance. Bestioles exécrables. Vermines. Un grondement presque sourd s'échappe d'entres ses babines fines, tandis que les fenêtres explosent. La petite rouquine sursaute déjà, serrant sa poigne. A peine un léger pincement pour lui, une ancre pour elle. Soit. Il lui offre simplement par courtoisie et intérêt. Mais ses azures pâles et mortelles avisent pourtant déjà les innombrables corps se ruant dans la salle de bal. Des milliers d'éclats de verres jonchent les sols, quelques vampires sortent les crocs, quelques humains hurlent et piaillent déjà, prêts à fuir. Puis, ça arrive. La rouquine joue les héros, provoquant à sa grande stupeur un aura luminescente. Un bouclier ? Sorcière. L'intérêt de l'animal grandit, bien qu'il ne soit plus question de s'amuser.

«  - Ariana.

Sa voix est à peine audible, mais il sait qu'elle entendra. L'immortel détourne les yeux un instant de trop, tandis qu'un lame vient se ficher dans l'épaule de la sorcière. Son sang remonte jusqu'à ses narines frémissantes, tandis que ses jointures s'agitent. Le brun roux observe attentivement sa proie, qui semble déjà s'occuper d'elle comme une grande. Intéressant. Ses azures polaires croisent ses prunelles chaudes et douloureuses, et l'Originel pivote légèrement vers sa louve.

- Tu piqueras une crise plus tard, surveille-là, ne la lâche pas. Et d'ajouter dans sa langue natale, afin d'éviter d'être compris de tous. C'est une affaire importante. Ne gâche pas tout.

Le combat commence déjà. Tout le monde s'agite, s'exalte ou panique, et il semble être le seul à garder un calme olympien, ici. Dos droit, démarche lente, l'Originel avise les corps qui s'emmêlent et s'entrechoquent. Le petit jouet de Vladimir semble jubiler tout particulièrement. Un corps passe dans sa vision périphérique, tandis que du coin de l’œil, Alaric surveille toujours Ariana et la rousse. Prêt à intervenir. Comprenez, on ne touche pas à ses propriétés. Sa langue passe sur ses lèvres, tandis qu'il extirpe l'une de ses mains de sa poche pour ramasser le crâne d'un humain à l'air furibond fonçant droit sur lui. Sa course est stoppée net par la main puissante de l'éternel. Un chasseur. Un simple sourire froid naît au coin de ses commissures, tandis que ses serres, couvrant tout le faciès de l'autre raclure, écrasent comme une simple purée la tête de sa nouvelle proie. Un craquement écœurant, suivit d'un gémissement. Ses ongles percent la chair organique comme du beurre. Et il s'écroule, mort. Un vengeur vient, poing en avant, arme levée au-dessus de son faciès déformé par la haine, et un simple coup de coude du géant le propulse trois mètres plus loin. Qui sont ces impatients, ces idiots venus ici dans le but de faire un massacre ? Une pièce bondée d'êtres supérieurs … Stupide, lassant. Sa tête dodeline sur le côté, tandis qu'il expire. Le prochain à venir vers lui n'a même pas le temps d'espérer le toucher, qu'il lâche déjà son arme. Une idée. Une toute petite idée incrustée dans son crâne de piaf. Douleur imaginaire, qui pour lui semble pourtant bien réelle. Le chasseur tombe à genoux, agrippant son crâne, moue rougie de douleur. Veines prêtes à exploser. L'illusion est parfaite et délicieuse, et la bestiole se délecte du spectacle. Un pas de géant pour l’amener à l'homme déjà à terre, et ses serres de pianiste agrippe sa tignasse, arrachant d'une poigne flegmatique la caboche de l’intrus. Séparée de son tronc, gisant à terre dans un gésaire sanguinolent.

- Ca suffit … » Gronde l'immortel, sa main ensanglantée marquant un sillon de gouttes rouges sur son passage.

Prunelles closes, l'Originel inspire longuement, avant de sourire. Et lorsqu'il les rouvre, plusieurs combats ont déjà cessés. Chasseurs aveuglés. Encore une fois, ce n'est qu'une simple vision ciblée. Qui va doucement faire son effet.


FICHE PAR SWAN.


HJ ; Pardon, j'ai perdu le contrôle d'Alaric. Mais ça vous donnera l'avantage si vous étiez dans la merde avec un chasseur chiant comme ça. Sort

_________________


Dernière édition par Alaric G. Rousseau le Ven 24 Oct - 12:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://swanlive.livejournal.com/
avatar
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Le Bal des Vampires [sujet de groupe]   Ven 17 Oct - 15:16


Le Bal des Vampires
Alaric G. Rousseau - Ariana C. Vander - Ruairí St. Clair - Ashley H. Colby - Luc A. Matei
Vladimir Skender



Les vitres avaient explosé et le chaos s’était engouffré dans sa demeure. Bien plus que de la colère, c’était l’exaspération qui prenait le vampire. Il avait songé que certains de ses invités auraient pu se montrer un peu trop vigoureux, mais il n’avait pas pensé que la menace viendrait de l’extérieur. Mais après tout, un tel rassemblement de créatures, notamment de vampires et d’Originels, dans un même endroit, ça devait être comme un gâteau sur un plateau d’argent pour cette petite armada de chasseurs. Ce qui l’inquiétait toutefois le plus, c’était le sort de Lucern. Il ne voulait pas qu’il lui arrive du mal. Vampire ou pas, dangereux ou pas, les chasseurs ne feraient pas la différence entre les convives. Si vous étiez là, c’est que vous étiez partisan à leur cause… Sauf que même Vlad n’était plus réellement sûr de son affiliation aux Originels. Tout cela n’avait aucun sens. Vlad, planque-toi. Maintenant.Encore moins de sens. Il se tourna à demi pour scruter le regard de Lucern. Il n’y lisait aucune peur, vraiment. Plutôt de la colère et de la rancœur envers lui. Le vampire cligna des yeux. Il ne comprenait pas. Il ne voulait pas que son amant soit blessé voire tué, c’était normal, non ? Il était le vampire. Il était le voïvode. Il était le guerrier, le prince. C’était à lui de défendre son être cher. Mais Lucern le contourna pour faire face aux chasseurs. T’as peut être une force surhumaine et quelques autres surprises en stock, mais eux, ils ont les effets ravageurs du soleil avec eux. A peine avait-il mis Luc finit de parler qu’un mur de lumière se dressa entre lui et les chasseurs qui attaquaient. Malgré lui, Vlad fit un bond sur le côté pour éviter la chaleur ardente du mur. Il ne voulait pas se retrouver sous la forme d’un tas de cendres. Le regard du vampire trouva bien vite la frêle silhouette de la sorcière. Il savait que ça venait d’elle. Il l’avait déjà vue faire. Et il lui jeta un regard mauvais. Qu’est-ce qu’il lui prenait, franchement ? Ces humains étaient en train de les attaquer tous, et elle les défendait ! Petite idiote.

Il sentit pourtant la fureur gagner Lucern quand une lame se planta dans l’épaule de la rouquine. Plusieurs éclairs argentés fondirent alors vers les chasseurs. Sans sa vue aiguisée et sa propre vitesse accrue, Vlad n’aurait sûrement pas pu reconnaître la forme effilée des scalpels. Pourtant, c’en était bien. Un sourire surpris se dessina sur ses lèvres. Il n’y avait évidemment pas eu de fouille au corps à l’entrée. C’était inutile. La plupart des invités étaient une menace, une arme, à eux tout seuls, sans besoin de rajouter des couteaux ou des revolvers. L’odeur du sang se répandit dans la salle de bal à mesure que les chasseurs perdaient les leurs. Ça avait tout d’une mission suicide dans laquelle ils entraîneraient un maximum de créatures avec eux dans l’Autre-Monde. Tu croyais vraiment que j’allais t’obéir au doigt et à l’œil ? Tu m’as pris pour qui ? Une moue renfrognée traversa le visage du Transylvanien. Non, je voulais simplement qu’il ne t’arrive rien. Sa voix vibrait légèrement de tout un tas d’émotions. De la colère, de l’exaspération, de l’impatience… de la fierté et du désir. Vlad le rejoignit néanmoins, enfonçant sa main nue dans la gorge d’un chasseur pour le stopper dans son élan alors qu’il voulait s’en prendre à leur couple improbable. Ses doigts maculés de sang vinrent trouver l’arc de la mâchoire de Lucern pour l’attirer de nouveau à lui. Il lui arracha un nouveau baiser passionné avant de récupérer une arme tombée au sol. La lame semblait en argent et le perturbait par sa simple présence, mais la poignée était protégée par une épaisseur de cuir confortable. Il plaqua son dos contre celui de Lucern pour assurer ses arrières, faisant confiance au mutant pour le protéger également alors qu’ils combattaient. Ensemble. Côte à côté. C’était étrange pour Vlad ainsi. Il avait toujours été le défenseur de ceux qu’il aimait. Sa femme. Son fils. Son peuple. Il n’avait pas l’habitude se battre à leurs côtés, mais simplement de les défendre. C’était nouveau pour lui, tout ça.

Son regard balaya la pièce des yeux un instant et ses prunelles déformées par l’odeur du sang et la violence croisèrent celles de la sorcière. Elle semblait remise de sa blessure. Elle accrocha son regard et sa voix lui parvint alors qu’il ne la voyait que remuer les lèvres, malgré le brouhaha. Envoyez moi les blessés à l'argent, je m'occuperai de leurs blessures ! Il hocha simplement la tête et se connecta à l’esprit des créatures qui avaient gardé l’intérieur du manoir, leur ordonnant de rapatrier les blessés vers la rouquine. Peu importait lesquels en vérité. Les humains seraient sûrement de toute façon mort alors que seules les créatures seraient réellement blessées. Les créatures se défendaient et tuaient. Les chasseurs étaient bien plus fragiles que ses invités. Ca suffit … Il entendit la voix de Rousseau comme s’il était à côté de lui. Et puis soudain, une fraction de secondes plus tard, les chasseurs arrêtaient de se battre, désorientés. Plusieurs d’entre eux se firent alors réduire en charpie par des opposants qui n’allaient pas leur laisser un répit pour se remettre. Mais bientôt, un calme étrange s’étala sur la salle de bal. Vlad sortit son épée de la cage thoracique d’un chasseur et se redressa de toute sa haute silhouette. Sans peine, il trouva Rousseau un peu plus loin, nappé de sang comme une seconde peau. Le Transylvanien se débarrassa de son arme, chercha les doigts de Lucern pour s’assurer qu’il était toujours près de lui, mais ses yeux d’un noir opaque ne quittaient pas l’Originel. Il avait déjà eu un avant-goût de son pouvoir d’illusion. Ce n’était rien d’autre que cela. Une illusion destinée aux chasseurs. Il devait y avoir anguille sous roche. Rousseau ne rechignait jamais sur un bain de sang. Il devait forcément avoir quelque chose pour qu’il arrête le combat avant que tous les chasseurs ne soient massacrés, repas improvisé de la soirée. Le vampire essuya d’un revers de main son menton maculé de sang mais ne parvint qu’à l’étaler un peu plus. Il en était couvert de la tête au pied, comme l’autre vampire. Qu’est-ce que ça signifie ? demanda-t-il seulement.



Instructions
Petites directives
J’aimerai que le sujet se termine au plus tard à la fin du mois. Donc pour les prochains « tours », il sera inutile d’attendre que tout le monde ait posté, ou d’attendre une semaine pour reprendre le sujet. Si vous vous sentez inspiré par les postes au dessus du vôtre, même si vous venez juste de répondre avant, lâchez-vous. J’aimerais que le rythme soit un peu plus rapide pour ses prochains jours afin que le sujet puisse se clôturer rapide. Ruru, Ariana, vous pouvez toujours vous réincruster bien sûr !!! N’hésitez vraiment pas Wink


HJ : désolée, j'ai fait 1058 mots >< mais je l'avais dit, avec tout ça, j'étais obligée de faire plus xD
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✤ Printemps : 20
✤ Messages : 1488
✤ Barge depuis : 18/05/2014
✤ Avatar : Karen Gillan
✤ Crédits : ( CADOW CACAHUETTE ) SWAN ( avatar ) + TUMBLR ( gifs ) + CRACKLE BONES ( Code signa ) + MODERN JESUS| portugal. the man ( MUSIQUE)


✤ Âge personnage : 21
✤ Humeur : Bisounours
✤ Profession : Libraire
✤ Philosophie : Smile, everything's gonna be alright
✤ Localisation : Salem
✤ Pouvoirs : Guérison / Boucliers / Création de blessures (nécessite de se l'infliger à elle-même ou d'avoir un contact physique avec la cible, à l'endroit désiré)

Relationship
→ citation:
relationships :
Ashley H. ColbyNain roux au syndrôme de stockholm
MessageSujet: Re: Le Bal des Vampires [sujet de groupe]   Dim 19 Oct - 20:08

Le bal des vampires

Feat. Vladimir & Luc & Alaric & Ruari & Ariana
Tout dérapait à une vitesse exceptionnelle. Pour changer, comme diraient de mauvaises langues. Ashley était à l’écart, cette fois, soignant aussi rapidement que possible les blessures qui passaient sous ses doigts. Sa robe avait morflé. La jeune fille n’hésitait pas un seul instant à la déchirer pour faire des bandages. Elle n’avait plus de valeur sentimentale : elle ne faisait que représenter un piège dans lequel la rousse était bêtement tombée. Restait à savoir qui en était le responsable, et dans quel but, si ce n’était mettre la merde dans la recherche de son père. Mais ce n’était pas le moment d’y penser. Bien sûr, la rouquine aurait put conserver le précieux tissus afin de le vendre à prix d’or, assurant un bon fond pour sa famille… Mais le vêtement était déjà abîmé par le couteau de plus tôt, et tâcher de sang. Autant le rendre utile.

Le souffle de la sorcière commençait déjà à s’accélérer. Les vampires les plus jeunes, moins habiles, se faisaient aisément blessés par les armes des chasseurs. Brûlures à l’UV, coupures à l’argent et même empoisonnement à l’ail – allez savoir comme ce fut possible – s’enchainaient sous ses mains fragiles. Parfois, la guérisseuse était forcée de dresser un léger bouclier entre elle et d’autres dents-longues aux intentions peu louables. Elle avait remarqué qu’ils n’appréciaient pas ce phénomène. Il n’avait rien de dangereux pour eux, pourtant : aucun rayon solaire impliqué. Elle pouvait néanmoins comprendre qu’ils n’appréciaient pas la luminosité. Tant mieux. Cela donnait un peu de temps pour que d’autres puissent prendre sa défense. Bon, ils avaient leurs propres intérêts et ne le faisaient certainement pas par bonté de cœur, mais pour le moment cela lui suffisait. La petite avait bien d’autres chats à fouetter.

Comme cette main, étonnement chaude, qui vint agripper brusquement  sa taille, la plaquant contre un torse tout aussi brûlant. Le seul contact glacé fut contre sa gorge. Une lame. Un petit cri de surprise et de crainte lui échappa alors qu’elle figeait complètement, terrifiée.

- Tu croyais qu’on te laisserait vraiment les soigner ? gronda une voix près de son oreille. Traitresse.
- Ca suffit …

Le Français. Il était près, peut-être un peu trop. Ashley sentit la lame pénétrer sa chaire dans un éclair violent de douleur, mais n’y prêta pas réellement attention. Elle allait mourir ? Non. Le chasseur lâcha un cri de surprise et de crainte, si semblable à celui qu’elle avait poussé une fraction de seconde plus tôt, la relâchant brutalement. La demoiselle ne perdit pas un seul instant pour s’éloigner, tremblante. L’homme fixait bêtement ses mains, tremblant comme une feuille.

- Mes yeux..!

Il venait de tenter de la tuer. Elle devrait le laisser pourrir à son sort. Sa petite main se posa contre la vilaine coupure à son cou et ses jambes fléchirent. Du sang. Beaucoup trop de sang. La plaie se referma sans grand mal, dans ce même éclat lumineux qui ne la faisait plus siller. Elle ne pouvait néanmoins pas s’empêcher de penser que sans son pouvoir, elle serait morte, simplement.

La sorcière tomba à genoux, tremblante comme une feuille, fixant le sang maculant ses doigts. Son sang. C’était ce détail qui la gênait. Celui des autres, elle avait l’habitude. Accélération brutale du rythme cardiaque. Elle tenta de rassurer son agresseur, de lui dire qu’elle l’aiderait malgré tout, mais n’y parvint pas. Sa gorge se serrait. Son regard se balada autour d’elle, juste à temps pour voir le crâne du dit homme écrasé sous une semelle dédaigneuse, quelques éclats de sang venant s’écraser sur sa peau. Tremblements intensifs. Les prunelles de la petite s’écarquillèrent à cette vision, horrifiées. Souffle difficile, accéléré. L’une de ses mains vint se poser contre sa poitrine alors qu’elle grimaçait, incapable de comprendre ce qui se passait, paniquée. Douleur à la poitrine.

- À-à l’aide… murmura-t-elle difficilement, la vision plus floue.

Elle vit sa chute plus qu’elle ne la sentit, son corps s’écrasant lourdement au sol, parmi le mélange des sangs des différentes victimes et autres blessés. Son corps se couvrait de sueur, amplifiant sa crainte. Est-ce que la sorcière allait vraiment claquer ici ? Panique aigüe, beaucoup trop forte.

Et une crise d’angoisse, une.


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Le Bal des Vampires [sujet de groupe]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Bal des Vampires [sujet de groupe]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» (M/F) GROUPE D'AMIS • 4/5 personnes
» L'Art Est Le Plus Beau Des Mensonges | Groupe 2
» How to save a life - Sujet de groupe
» Merry Christmas - sujet commun Groupe 3
» Réveillon de Noël (sujet de groupe)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
You ain't born typical :: CORBEILLE :: Children Of cain :: Corbeille RPG-