FERMETURE DU FORUM ► Pour en savoir plus c'est ICI

Partagez | 
 

 Hope change the life | Ashley & Liam

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
InvitéInvité
MessageSujet: Hope change the life | Ashley & Liam   Lun 8 Sep - 15:03

Le bruit insupportable de l'électrocardiogramme résonna dans la salle, anéantissant tout espoir de réussite. Liam eut envie de hurler. Il se retint, à la fin parce que laisser éclater sa colère n'aurait servit à rien, et parce qu'en un sens, la jeune femme avait peut-être mérité d'être en paix. Il avait souffert. Trop souffert. C'était le pain quotidien de bien des âmes en ces temps de ténèbres, et à force, on apprenait à s'y faire.
Chaque jour, des enfants mal alimentés, mal hydratés ou malades arrivaient à l'hôpital. La plupart d'entre eux, après quelques soins et deux jours de repas complets, parvenaient à s'en sortir. D'autres, trop atteints, ressortaient dans un sac, comme de vulgaire morceaux de viande... Parfois, Liam se demandait si certains d'entre eux n'étaient pas utilisés comme garde manger pour les Vampires. Si cela le choquait en un sens, il comprenait aussi que tous doivent se nourrir, même si ces autres étaient en partie responsable de la noirceur du monde actuel. Le mutant était le dernier à blamé ces âmes morts et réssucitées. Eux au moins n'étaient pas nés monstres, et ils avaient eut une seconde chance, contrairement à d'autres. Contrairement à cette femme morte quelques secondes plus tôt alors que Liam tentait de lui redonner le souffle.

Il détestait échouer. Il détestait ce bip atroce qui sonnait son échec. Il l'aurait en tête pendant des jours, et cela devenait de plus en plus compliqué de supporter pareille douleur. L'impression d'être impuissant, inutile... Pire encore que la sensation ne d'être rien... avec ce métier le jeune homme s'était trouvé une raison de continuer à respirer, pour un temps du moins... Alors lorsqu'il échouait, c'était comme si sa propre vie s'échappait, et il avait envie de disparaître.
Fou de colère et de désespoir, il retira vivement son masque d'opération et l'envoya au diable. Il ignora les regards surpris de ses assistants ; ces derniers connaissaient le jeune médecin, et son malaise rageur en cas d'échec. Aucun ne tenta de le retenir lorsqu'il poussa la porte et s'engouffra en courant dans le couloir. Il courut sans s'arrêter vers un seul objectif : sortir de cet endroit qui lui donnait la nausée, sortir à l'air libre, s'enfuir le plus loin possible de l'odeur puante et tenace du cadavre, qui semblait le suivre comme son ombre.

Liam ne prit même pas la peine de retirer sa blouse de médecin lorsqu'il parvint à la porte principale du centre de soins. Il prit la rue à partie de lui trouver un endroit où se cacher, cacher ses larmes de rage, cacher son humiliation et sa douleur.
Partout il se trouvait des centaines de visages, tous tournés vers lui, tous se moquant de lui, l'observant avec méfiance, haine, dégoût... Ou n'était-ce qu'une impression ? Sa capacité à penser était réduite à néant, et il ne songeait qu'à fuir, encore et toujours plus loin.
Il ne sut pas combien de temps il perdit dans sa course folle, mais il ne s'arrêta que lorsque ses jambes furent incapables de le porter un mètre de plus. Il s'arrêta, essoufflé, trempé et épuisé. Vidé. Le mutant aurait sentait ses genoux trembler sous son poids, et il avait l'impression que ses poumons allaient exploser ! Il aurait voulut se laisser tomber sur le sol et laisser le sommeil le prendre, et lui faire oublier les dernières heures... Il parvint cependant à tenir le coup, et releva la tête pour observer les alentours.

L'endroit qu'il avait investi complètement par hasard semblait être un parc. Plutôt sombre, gris, terne – comme tout dans cette ville en fait – et inhospitalier. Il régnait ici une puanteur semblable à celle de la mort, et Liam eut un haut-le-cœur. Il fuyait la mort pour retrouver la mort. Un signe peut-être qu'elle ne le laisserait jamais tranquille... Il serait toujours sa proie, et elle ne lui laisserait du répit que lorsqu'elle l'aurait consciencieusement embrassé. Mais ce n'était pas pour aujourd'hui.
Curieux, le mutant entreprit de rester un peu dans cet endroit désert, et voir si il pouvait trouver un coin tranquille pour se morfondre.

Le lieu tranquille et désert ne l'était pas totalement, et bientôt, des voix parvinrent au jeune homme. Il reconnut immédiatement la mélodie caractéristique des rires d'un enfant, et son coeur rata un battement. Ils étaient sa seule faiblesse, et si il s'en trouvait dans les environs, Liam risquait de sombrer dans un gouffre sans fond de culpabilité. Attiré par le bruit comme un aimant, il s'approcha en suivant les rires. Le dernier arbre qu'il contourna lui révéla un groupe de quatre enfants pendus aux lèvres d'une demoiselle à la chevelure de feu. Le mutant fronça les sourcils, intrigué. Que voulait cette fille à ces mômes des bas quartiers ? Elle ne semblait pas les menacer, et les petits paraissaient fascinés par ses paroles, comme hypnotisés par ce qu'elle leur disait, et que Liam, de là où il se trouvait, n'entendait pas...

Il s'approcha doucement jusqu'à enfin comprendre, et ce qu'il entendit le fit réagir au quart de tour. Sans crier gare, il s'approcha du groupe et prit la place de l'oratrice, lui volant la vedette d'un air féroce. « Barrez-vous de là, ou cette sorcière va vous transformer en limaçons ! A moins qu'un sale Vampire sentent votre odeur alléchante de l'autre bout du parc et se précipite pour vous sucer jusqu'à la moelle ! Et que pensez-vous des loups ? Ils vous arracheront la tête pour jouer au ballon avec ! Et les mutants... vous ne savez à quoi vous attendre avec ces monstres ! Rentrez chez vous, ce n'est pas un endroit pour des mioches ! Le monde est dangereux, vil, fourbe, et vous finirez par manger les pissenlits par la racine si vous traînez encore dehors ! »

Les enfants sursautèrent et restèrent tétanisés. Liam avait conscience de leur avoir fait terriblement peur, mais visiblement pas assez pour qu'ils prennent leurs jambes à leur coup. Le jeune homme surprit un coup d'œil d'une fillette vers la rousse qu'il avait chassé sans ménagement et à qui il avait proprement cloué le bec. Il en profita. « AHHHHHH ! DÉGAGEZ ! » Cette fois, les petits se mirent à hurler et tournèrent les talons sans cesser de crier et pleurer. Liam sentit un frisson parcourir son échine. Il détestait ce qu'il venait de faire, mais c'était nécessaire. L'autre débile était en train de leur faire miroiter un futur parfait, sans violence, sans douleur. Mais bien sûr, pourquoi pas chérie ? Dis leur que Dieu existe aussi, qu'on rigole !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✤ Printemps : 20
✤ Messages : 1488
✤ Barge depuis : 18/05/2014
✤ Avatar : Karen Gillan
✤ Crédits : ( CADOW CACAHUETTE ) SWAN ( avatar ) + TUMBLR ( gifs ) + CRACKLE BONES ( Code signa ) + MODERN JESUS| portugal. the man ( MUSIQUE)


✤ Âge personnage : 21
✤ Humeur : Bisounours
✤ Profession : Libraire
✤ Philosophie : Smile, everything's gonna be alright
✤ Localisation : Salem
✤ Pouvoirs : Guérison / Boucliers / Création de blessures (nécessite de se l'infliger à elle-même ou d'avoir un contact physique avec la cible, à l'endroit désiré)

Relationship
→ citation:
relationships :
Ashley H. ColbyNain roux au syndrôme de stockholm
MessageSujet: Re: Hope change the life | Ashley & Liam   Sam 20 Sep - 5:47

Hope changes life

Feat Liam E. Lord
Depuis quelques semaines, Ashley passait le plus clair de son temps à l'hôpital. Ça avait commencé une nuit où la sorcière était de sortie. Elle avait aidé un homme, atteint d'un mal qu'elle n'avait jamais vu. Il était mourant : ses organes semblaient se considérer entre eux comme une menace pour la vie du corps. La petite guérisseuse était parvenue à stopper ka dégradation et à régénérer ses systèmes, mais le malade demeurait très faible et mal-en-point.

La rouquine l'avait donc emmené à l'hôpital, dans l'espoir peut-être naïf que les médecins puissent soigner le pauvre homme, du moins maintenant qu'elle avait supprimé la souche de ce mal. Néanmoins, son état avait recommencé à se dégradé dès la visite suivante. La jeune femme avait donc entreprit de le soigner par elle-même, aussi discrètement que possible. Elle venait ainsi le voir à chaque jour, répétant le même phénomène encore et encore. La demoiselle avait beau être naïve, elle n'était pas débile. Comment était-il possible que la victime rattrape toujours la souche qu'Ashley s'obstinait à détruire à chaque séance ? Que pouvait-il bien se passer dans cette chambre ?

Heureusement, ses soins progressaient plus vite que la maladie. Ainsi, l'état de son patient s'améliorait de jour en jour. La sorcière ne s'était jamais autant occupée de quelqu'un. En règle générale, elle soignait une blessure et repartait aussitôt. Cette fois, sa limite d'énergie la forçait à agir autrement. Cela apportait son lot de bons côtés. Elle s'était fait un nouvel ami, déjà, et une amie aussi. La petite-fille de l'homme, âgée d'environ sept ans, s'était rapidement attachée à cette rouquine que son grand-père appelait ange gardien, bien qu'elle ne l'aie jamais vu à l'œuvre. De plus, une telle utilisation de sa magie lui permettait de progresser et de constamment repousser ses limites.

Aujourd’hui, comme Ashley était en congé, elle avait put venir plus tôt. Elle était donc assise dans la chambre, l’enfant sur les genoux, lorsqu’une infirmière vint donner son congé au malade. La bonne nouvelle réjouit tout le monde et la rouquine se sentait... légère. Fière d’elle, aussi. C’était un sentiment agréable, même plus intense, présent, que lorsqu’elle soignait habituellement les blessures. La demoiselle s’apprêtait à partir, son aide n’étant plus requise. Néanmoins, l’homme lui demanda d’emmener sa petite-fille au parc près de l’hôpital pendant qu’il réglait la paperasse et ramassait ses affaires, après quoi il l’inviterait au restaurant afin de la remercier. Il était impoli de refuser pareille offre, pas vrai ?

C’est ainsi que la sorcière s’était retrouvée dans ce parc, en compagnie de l’enfant surexcitée. Elle semblait très proche de son grand-père. Cela rappelait à la rouquine qu’elle n’avait jamais connu ses grands-parents, maternels ou paternels. Elle regrettait légèrement, maintenant. Mais bon. La fillette revint soudainement vers elle, s’asseyant à ses côtés, vraisemblablement lassée du bac à sable. Son regard enfantin se planta dans celui, noisette, de son accompagnatrice. Puis, sa voix s’éleva, pleine d’interrogations et de curiosité.

- Papy dit que vous êtes son ange gardien. La tête de l’enfant s’inclina avec incompréhension, alors que la jeune femme rougissait. C’était adorable. C’est vrai ? C’est vraiment Dieu qui vous envoie ? Il ne nous a pas oublié ?

Oulah. C’était tout de suite beaucoup plus délicat à gérer comme question. Ashley demeura silencieuse un moment, incertaine. Il n’y avait plus beaucoup de croyants, par ici. Selon beaucoup, Dieu, s’il existait, les avait oubliés, abandonnés. Ou alors, il était mort, tout simplement. De toute façon, me direz-vous, les anges gardiens n’étaient pas envoyés par Dieu, normalement. Non ? La rouquine n’en était pas certaine. Ses connaissances en religion étaient somme toute limitées. Il li fallait prendre la question sous un autre angle.

- Je ne suis qu’une humaine, comme toi. Un doux sourire éclaira son visage. Je ne suis pas là pour discuter de si Dieu existe ou pas. Sa main vint caresser les cheveux de l’enfant, qui semblait déçue de sa réponse. Il était vrai qu’un ange avait plus de charme qu’une simple humaine, après tout. Mais tu sais, nous n’avons pas besoin de Lui pour régler tous nos problèmes.

- C’pas vrai. Maman, elle dit que le monde, il est pourri. Que les gens, ils font que le mal. Qu’on va tous mourir. La petite baissa les yeux, et la sorcière comprit soudainement pourquoi la gamine passait autant de temps avec son grand-père. De tels discours avaient de quoi être effrayants, surtout à cet âge.

La sorcière repensa à toutes les histoires que Gina, l’âme d’une vieille d’âme, lui  racontait, sur le monde d’avant. Avant les vampires, les loups, les sorciers, les Originaux, les mutants… Quand tout était plus normal. Oh, les hommes étaient déjà… des hommes. Mais il était plus simple de voir l’étincelle de bien qui brillait en chacun d’eux. Il suffisait de transmettre cette connaissance à cette petite.

La guérisseuse s’emporta donc. Elle expliqua à cette jeune âme que les hommes n’étaient pas si mal. Qu’elle refusait de croire qu’un humain, quel qu’il soit, même le criminel le plus atroce que la Terre ait porté, puisse ne pas avoir cette étincelle de bonté présente dans tous les cœurs. Certes, certaines étaient plus faciles à voir que d’autres, mais tous l’avaient. La rousse prit soin de rappeler aux enfants – d’autres s’étaient joints à eux, par curiosité – que toutes les créatures avaient été humains. Même les Originaux, il y avait de cela souvent plusieurs millénaires, avaient frôlés la Terre de la même façon qu’eux-mêmes. Les sorciers, les mutants, étaient en majorités humains. Tous avaient du bon. Le monde pouvait changer. Tant que ces lueurs ne s’éteignaient pas, il y aurait de l’espoir. Son job, son but, ce qui la faisait avancer, c’était de garder cette lumière allumée, de la raviver si besoin.

Ashley finit par s’arrêter, en rougissant. Elle allait peut-être trop loin. Elle s’était emportée. Mais les gamins en redemandaient. Alors elle continua, sans se faire prier. Puis, cet espèce de… de…. De méchant arriva, la poussant avec force au sol pour lui prendre sa place. Il hurlait, apostrophant les gosses. Tout d’abord, la rouquine eut peur, lorsqu’il la traita de sorcière, puis se dit qu’il disait simplement cela pour les effrayer. La petite-fille de son patient fût la dernière à fuir en courant, lui adressant un dernier regard. Elle allait sans doute chercher son grand-père.

La demoiselle n’avait pas peur. Elle savait que les enfants retiendraient ses paroles, comme elle avait retenue celles de Gina. Néanmoins, elle portait en elle un sentiment qui s’était rarement fait sentir dans son petit cœur trop doux. La colère. Même, plus que cela, la rage. La jeune femme était furieuse. Elle ne le montra néanmoins pas immédiatement. Elle se leva lentement, époussetant ses vêtements en détaillant ceux de l’importuneur. Un médecin, visiblement. La petite semblait calme, chose surprenante puisqu’on pouvait habituellement lire en elle comme un livre ouvert. D’un côté, cela pouvait la rendre encore plus effrayante, pour ceux qui la connaissaient.  Enfin, elle croisa ses prunelles. Il ne s’en voulait pas.

La giffle partit avant même que la guérisseuse ne songe au geste. Ce fût si rapide qu’il lui sembla même percevoir un décalage entre le contact de sa main chaude avec la joue du médecin et le son sec produit. Elle sentit immédiatement que quelque chose clocha, une sorte d’éclair la parcourant, mais n’y fit pas attention. Son propre état l’effrayait. Enfin, elle éclata, laissant la rage sortir en flot d’entre ses lèvres.

- Mais vous vous prenez pour qui ? ! Ce sont des gosses, vous êtes qui pour vous permettre de les effrayer comme ça ? ! Vous voulez qu’ils passent leurs journées enfermés dans leur chambre à craindre la moindre ombre à l’extérieur peut-être ? Putain mais vous êtes cinglé ! Vous fichez quoi dans un hôpital si vous n’êtes même pas foutus d’aider les gens ? Vous faites tout l’inverse ma parole ! Espèce de débile profond, de petit con !

Ashley s’arrêta brusquement, ayant soudainement un peu plus de mal à chercher son air. La demoiselle prit appuie contre un arbre en fronçant les sourcils. Sa magie s’excitait. Était-ce la rage qui la mettait dans cet état ? Cela serait surprenant. Sa main la brûlait. Rien à voir avec le claquement, cette fois. La lueur blanche, signe de son don, avait fait apparition, juste sous sa peau, donnant un effet de brillance à son épiderme. Cela s’étendait. Comme un virus. Si ça continuait, elle ressemblerait à une petite étoile. Or, ce n’était pas une bonne chance, pas dans ce parc, pas à Brooklyn.

La sorcière cacha vivement sa main dans la poche de son manteau. Pour l’instant, ses vêtements suffiraient à dissimuler le phénomène, mais pour combien de temps ? Elle devait rester détendue. Contrôler la magie. Ne pas se laisser épuiser, pas avant d’être en sécurité. Mais tout d’abord…

- Qu’est-ce que vous m’avez fait ? gronda-t-elle, en direction du présumé responsable de ce drôle d’état. Un lien, flou, se fit avec le patient qu’elle soignait depuis près de deux semaines maintenant. Mais Ashley manquait d’informations.


_________________

Revenir en haut Aller en bas
avatar
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Hope change the life | Ashley & Liam   Dim 21 Sep - 16:41

Et comme d'habitude, c'était ENCORE lui le méchant. Un soupir échappa à Liam lorsqu'il croisa le regard emplit de rage de la jeune femme. Elle ne paraissait visiblement par ravie de ce qu'il venait de faire – à raison – et si son visage semblait la faire passer pour un ange, ses yeux lançaient des éclairs, et le mutant se serait trouvé foudroyé en l'espace d'un dixième de seconde si elle eut la malchance – pour lui – de posséder ce don...
Heureusement pour Liam elle avait seulement un excellent coup de main ! Il avait rarement essuyé gifle si puissante et douloureuse, et il amena sa main sur sa joue meurtrie en grimaçant. Bordel cette fille était peut-être petite et frêle mais elle savait concentrer sa force ! Il lui reconnut ce talent, tout en frottant sa peau rougie.

S'en suivit une salve de reproches bien sentis et de nombreuses insultes. Ces dernières, contrairement à la gifle, laissèrent Liam de marbre. Il était habitué à se faire traiter de tous les noms... Un jour, un type l'avait insulté de 'brocoli pourri' – sans doute un clin d’œil à sa coiffure de l'époque – probablement la pire de toute, et la plus amusante ! A bien y réfléchir, le mutant aurait dû tenir un carnet d'insultes, histoire de pouvoir un jour décerner une médaille à ses plus fidèles admirateurs. Et cette rousse inconnue commençait en force !

Elle semblait bien partie pour frapper Liam une nouvelle fois – sans que le jeune homme ne se soit laissé faire ce coup-ci – mais s'arrêta brusquement dans son élan. Le mutant était déçu ! Elle était déjà à court d'insultes ? Franchement, elle détruisait tous ses espoirs de se voir gagner la partie ! Mais à bien la regarder, elle avait des excuses.

Le jeune homme, impitoyable vis à vis de ses victimes, n'aimait pas engendrer la souffrance chez des gens qui n'auraient jamais rien à craindre de lui. Certes, cette rousse était une abrutie rêveuse, mais elle ne méritait pas qu'il la descende un peu plus par simple plaisir. Alors, lorsqu'elle tituba et se rattrapa à l'arbre, l'expression de Liam changea du tout au tout. Il sentit l'inquiétude s'emparer de lui, et un frisson lui échappa. Quelque chose clochait... Tout cela était trop simple, trop... normal.
Il suffit au mutant de déceler la lueur qui émanait de la paume de la demoiselle pour comprendre qu'il venait de la détruire.

« Qu'est-ce que vous m'avez fait ? » Tétanisé, Liam tentait de se reprendre, comprendre comment cela avait pu arriver sans qu'il ne rende compte, sans qu'il ne puisse l'éviter... Lui qui était si prudent d'habitude s'était laissé dévoré par sa colère de voir cette fille vendre de l'espoir vain, et cela avait annihilé en lui toute capacité à contrôler son pouvoir. Ce dernier avait profité de son inattention pour s'amuser un peu, et dès que la rouquine l'avait touchée, elle avait signé sa perte, sans que Liam ai son mot à dire. A moins que son don ai agit selon sa demande inconsciente de punir cette écervelée ? Cette idée lui faisait craindre le pire... Les virus qu'il lâchait étaient variables, mais souvent proportionnels à son état d'esprit et la douleur qu'il voulait engendrer. Il craignait que la jeune femme – certes idiote, mais innocente en tout autre point – ne se retrouve à lutter contre une fièvre mortelle ou une infection insoutenable.

Sa peur calma ses ardeurs d'un seul coup et lui rendit la parole. Il parlait d'un ton qu'il voulait assuré, alors qu'en vérité il luttait pour former apparaître sûr de lui. « Tu es malade. Je n'ai pas voulut ça, mais c'est un fait... Je t'ai refilé un virus, je ne sais pas lequel... et il va se répandre en toi jusqu'à être détruit, ou te détruire... » Pour quelqu'un qui se voulait messager de la mort, Liam était étrangement posé. Il avait annoncé cela comme si il lisait une petite annonce, les yeux fixés dans ceux de la rousse. Les derniers mots qu'il lâcha furent mi-volontaires mi-inconscients. « Je suis désolé. » Il ne sut jamais si il s'excusait pour les enfants ou pour elle...

La seule chose qu'il voyait était cette étrange lumière qui dévorait le corps de la jeune femme, bien qu'elle essaye tant bien que mal de le cacher... Cette lueur qui scintillait si fort que Liam ne en  pouvait décrocher son regard, fasciné et intrigué à la fois : jamais aucune de ses victimes en s'était transformée en étoile après qu'il lui offert la mort dans la souffrance.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✤ Printemps : 20
✤ Messages : 1488
✤ Barge depuis : 18/05/2014
✤ Avatar : Karen Gillan
✤ Crédits : ( CADOW CACAHUETTE ) SWAN ( avatar ) + TUMBLR ( gifs ) + CRACKLE BONES ( Code signa ) + MODERN JESUS| portugal. the man ( MUSIQUE)


✤ Âge personnage : 21
✤ Humeur : Bisounours
✤ Profession : Libraire
✤ Philosophie : Smile, everything's gonna be alright
✤ Localisation : Salem
✤ Pouvoirs : Guérison / Boucliers / Création de blessures (nécessite de se l'infliger à elle-même ou d'avoir un contact physique avec la cible, à l'endroit désiré)

Relationship
→ citation:
relationships :
Ashley H. ColbyNain roux au syndrôme de stockholm
MessageSujet: Re: Hope change the life | Ashley & Liam   Dim 21 Sep - 19:40

Hope changes life

Feat Liam E. Lord
Ashley fixait le jeune homme, interdite. Il sembla, pendant un instant, inquiet. Il avait donc une bonne idée de ce qui venait de se passer. Visiblement, ce n’était pas bon. La rage de la rouquine demeurait bien présente, et à cela s’aoutait maintenant une forte crainte. Elle était là, au milieu d’un parc, à la vue de tous. Si sa magie continuait à s’exciter de la sorte, cela risquait de mal se passer. La jeune femme ferma les yeux et étouffa un petit gémissement plaintif. Ça brûlait, chocolat !

Le médecin se décida à s’expliquer, annonçant qu’il venait, d’une façon ou d’une autre, de lui refiler un virus… inconnu. Allez savoir lequel. Génial. La petite serra un peu les dents. Elle détestait être dans cet état de colère qui l’empêchait de réfléchir correctement. Déjà que c’était rarement un acte évident à accomplir pour elle… Enfin. La demoiselle inspira profondément alors que le responsable de cet état s’expliquait, serrant le poing infecté avec force. Elle avait l’impression que les nerfs de sa peau étaient à vif, comme un coup de soleil violent. Un frôlement léger, tel que celui du vent, lui donnait envie de hurler ; mais une pression ne provoquait rien d’autre que la sensation habituelle. Néanmoins, elle pouvait bien se douter que la maladie ne s’arrêterait pas là.

Les prunelles chocolatées se levèrent à la dernière phrase du jeune homme. Détruire ou être détruite. Donc il était possible d’éliminer ce truc. Bien, très bien. Ça devait néanmoins se faire plus rapidement qu’avec son propre patient. Heureusement, elle n’avait pas eut à dépenser d’énergie sur lui, aujourd’hui. Son mystérieux mal n’était simplement pas réapparu au cours de la nuit et son système avait éliminé les dernières traces de maladie. Il lui suffisait de faire à peu près la même chose avec son bras que ce qu’elle avait pu faire avec le malade. Cette fois, le virus était plus ciblé. Probablement pas pour longtemps, certes, mais c’était déjà ça de gagné.

Le médecin ne détachait pas son regard de sa main. Une photo, avec ça ? Pour la subtilité, on repassera ! Un grognement franchit de nouveau les lèvres d’Ashley, dans le but probablement vain de détourner le regard indiscret. Elle finit par prendre un appuie plus solide contre l’arbre, le ton un brin plus agressif que plus tôt.

- Et oui, de la jolie lumière. T’es pas le seul à avoir un don, très cher. Son ton l’énervait elle-même. De quoi faire un joli cercle vicieux, quand même, pas vrai ?

La petite se redressa un peu plus. La douleur avait désormais atteint son coude. Peu importait de quoi il s’agissait, c’était rapide. Si elle voulait s’en débarrasser, elle devait laisser libre cours à son don. Pour cela, il valait mieux être cachée. La sorcière balada son regard rapidement, à la recherche d’un endroit relativement dissimulé. Elle trouva son bonheur en l’objet d’un regroupement d’arbres bien plus serrés, qui offrait en général de l’intimité aux couples plus timide. Cela serait suffisant. La guérisseuse mit rapidement son capuchon afin de dissimuler autant que possible son identité et sa chevelure trop aisément reconnaissable. Rapide, elle glissa ensuite sa main de nouveau dans la poche de son manteau.

- Suis-moi et rends toi utile, fais le guet. Ce n’était pas une demande, chose rare chez elle. Mais, encore une fois, elle ne s’était retrouvée dans un tel état de colère qu’une ou deux fois dans toute sa vie et ne savait pas comment gérer une telle émotion. Je vais détruire ce virus avant qu’il ne me détruise. fit-elle, comme seule explication.

Ashley se glissa au creux des arbres, devant même se tortiller un peu afin de passer tant la végétation y était dense. La rousse s’assura d’un rapide coup d’œil que personne n’était présent ou dissimuler entre les branches, que ce soit un couple ou l’un des enfants de plus tôt. Rien à signaler. La rouquine retira lentement son bras blessé de sa manche, tout en conservant le vêtement sur elle. Sa main libre vint se poser à la limite de la lumière et de la peau toujours normale, comme pour empêcher le mal de progresser au-delà de cette frontière. Le frôlement lui arracha une grimace de douleur, mais elle ne s’arrêta pas pour autant. La maladie semblait s’attaquer à ses nerfs. Ce qu’elle donnerait en cet instant précis pour un peu plus de connaissance dans le corps humain ! Réflexion débile. Elle avait un médecin près d’elle. Néanmoins, expliquer le tout à quelqu’un qui n’avait jamais rien expérimenté de tel revenait à tenter d’expliquer l’amour à un poisson. Il valait peut-être mieux tenter le coup.

- J’ai l’impression que ça vient de mes nerfs. Hypersensibilité, je sais pas trop le terme médical. Un petit regard lui fut adressé. T’aurais pas un médicament miracle, à tout hasard ?

Pour le moment, elle pouvait gérer. Il lui suffisait de supprimer la source, avant que celle-ci ne se multiplie à l’infini. Néanmoins, la petite doutait de pouvoir se débarrasser de la douleur une fois ceci fait. Il y avait fort à parier qu’elle n’en aurait pas la force. Or, ces sensations étaient particulièrement désagréables et douloureuses. Le moindre frémissement de vent arrivant à passer la barrière d’arbre pour venir caresser la peau de son avant-bras lui arrachait des frissons de douleur. Sa main blessée en tremblait !

La main libre se déplaça lentement le long de la peau lumineuse, à la recherche du virus en lui-même. Finalement, un petit point, encore plus petit qu’une tête d’aiguille, devint plus lumineux que le reste. Puis, d’autres, afin de former une sorte de masse contre son bras, qui progressait, s’étendait, continuait de se multiplier. Bingo.

Une goutte de sueur froide perla sur la tempe d’Ashley alors qu’elle s’efforçait de détruire le virus, la main précédemment normale devenant à son tour aussi lumineuse que sa compère. Les points s’effacèrent un à un, rapidement, au fur et à mesure que la respiration de la jeune femme devenait plus difficile. Finalement, le dernier, un peu plus coriace, fut détruit. La lueur s’éteignit aussitôt, des deux bras, et la petite s’appuya contre l’arbre le plus près pour éviter de tomber. Son souffle était rapide et profond, comme quelqu’un venant de courir sur plusieurs kilomètres sans s’arrêter.

Son bras continuait néanmoins à trembler. Si le mal avait été éradiqué, tout du moins elle l’espérait, les dommages faits aux nerfs n’avaient pas été réparés. Enfin, elle ne savait pas trop comment formuler le tout, à savoir s’il s’agissait réellement de dommage ou plutôt de panique générale. Toujours était-il que ça faisait un mal de chien, et que la rouquine était bien heureuse que cette horrible sensibilité ne se soit pas étendue dans tout son corps.

- Juste comme ça, ton pouvoir ne te permettrait pas de vérifier que ce truc a bien disparu ? finit-elle par souffler en deux inspirations. Elle se permit de détailler un peu plus le médecin. Un sorcier, donc ?



[HRP: J'ai l'impression d'avoir écrit du gros... boudin Laughing Je m'en excuse, je me reprendrais les prochaines fois .o. Il faut dire que mes connaissances du corps humain sont plutôt limitées /PAN/ ]

_________________

Revenir en haut Aller en bas
avatar
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Hope change the life | Ashley & Liam   Dim 21 Sep - 22:23

Liam fut sortit de sa torpeur en décelant le ton énervé et moquer de la jeune femme. Il se rendit compte qu'il la fixait sans pudeur, et que cela pouvait en effet être gênant... Cependant sa fascination était toujours présente, et le mutant se demandait en quoi une maladie pouvait rendre lumineux quelqu'un. Personne n'était « normal » en ce bas monde, mais assister à un tel phénomène dépassait l'anormalité, et Liam était incapable de trouver cela inquiétant ou même... disgracieux. Même si à voir la tête de petite rousse, c'était plutôt douloureux, et carrément flippant !

Il devait lui reconnaître un certain calme, et une assurance qu'il n'aurait peut-être pas eut dans une telle situation... Savoir qu'on est train d'être tué mais ne pas savoir par quoi ni quoi faire est relativement effrayant... Surtout perdu au milieu de nulle part avec son bourreau tétanisé et impuissant.
Visiblement pas pour longtemps... La jeune femme avait semble t-il décidé de prendre les choses en main pour sauver sa peau. Elle se dirigea vers une chênaie très dense, sans que Liam ne comprenne vraiment pourquoi. Il devina lorsqu'elle lui demanda – lui ordonna plutôt – de faire le guet. Il ne rechigna pas à obéir. Après tout, même si cette fille lui avait semblé une débile au premier abord, son avis la concernant commençait à évoluer. En grande partie parce qu'il était responsable de ses soucis actuels peut-être... Quoi qu'il en soit, il avait décidé de l'aider comme il le pouvait, et dans l'immédiat il ne pouvait rien faire d'autre que surveiller – il ne savait pas trop quoi – les environs pour le compte de la demoiselle.

Consciencieux, il avait un oeil partout, jaugeant les ombres pour y déceler le moindre mouvement suspect... Ses pensées étaient cependant tournées vers la jeune femme qu'il entendait dans son dos, à quelques pas. Un regard curieux dans sa direction lui indiqua qu'elle souffrait. Liam déglutit, mal à l'aise. Il était responsable de cela et il s'en voulait. Bien sûr, il aurait put tout aussi bien fuir et la laisser seule se débrouiller, faire comme si il n'avait rien vu, rien fait, et éviter de la recroiser un jour... Mais il n'était pas un lâche, et abandonner quelqu'un n'était pas son genre. Surtout lorsqu'il avait quelque chose à se reprocher.

C'est pourquoi il demeura, immobile et attentif à sa mission. Bientôt, la petite rousse s'approcha de lui et lui parla d'hypersensibilité. Il avait déjà entendu parler de cela mais n'avait jamais été témoin d'une réaction de ce genre, même avec les pires virus qu'il avait pu refiler... Décidément cette fille était vraiment bizarre. Sa demande d'un médicament miracle le fit soupirer. « Les miracles n'existent pas. Et je suis désolé, je ne peux rien faire... Je devrais connaître la nature de ton mal pour pouvoir trouver une molécule qui agisse efficacement, hors je ne sais ni quel virus tu as, ni même ce qu'il est en train de te faire. » Il la fixa de haut en bas et laissa divaguer ses pensées plus loin qu'il ne l'aurait voulut... « Je n'ai jamais vu un truc pareil, c'est dingue ! » Il était définitivement incapable de cacher sa fascination pour cette lueur qui dévorait de plus en plus le corps de la jeune femme...

Cette dernière s'acharnait à tenter d'arrêter l'avancée du virus, et Liam regardait avec attention. Il ne savait pas si elle réussirait, mais il le voulait. Alors, lorsqu'elle cessa de grimacer de douleur et de trembler, et qu'il vit la lueur perdre peu à peu de son intensité, le mutant laissa échapper un soupir de soulagement. Personne n'était jamais arrivé à détruire un de ses virus. Personne n'avait survécu à son don affreux... Personne sauf cette fille aux cheveux de feu. Ce petit bout de femme qui lui avait hurlé dessus, l'avait giflé et ordonné de faire le guet pour elle.
Surprit, Liam s'était perdu dans son monde. Il entendit vaguement que la demoiselle lui parlait, et revint à lui rapidement, juste à temps pour écouter ce qu'elle voulait. Son soulagement se transforma en horreur et en déception. « Le seul moyen serait que je te touche à nouveau. Si je te refile un virus, c'est que tu étais guérie. Si rien ne se passe, alors c'est que le virus est toujours en toi... Je ne peux pas donner deux virus à la même personne. »

Autant dire qu'il préférait ne SURTOUT PAS la retoucher. C'était bien trop risqué ! Cependant, si elle lui demandait de le faire, Liam n'aurait pas refuser. Il avait l'impression qu'il ne pourrait rien lui refuser, si elle acceptait de lui donner des explication sur sa réaction lumineuse... Explications qu'elle n'avait pas, à ce qu'il avait pu remarquer. Dommage...
Le mutant grimaça et alla se caler contre un arbre pour être plus à l'aise. Il ne quittait la demoiselle des yeux que pour continuer à surveiller les alentours. La petite rousse était très faible après son exploit, ce qui la rendait vulnérable. N'importe quel taré passant par là et voulant l'attaquant aurait vite faite de la réduire à un tas de poussière. Raison pour laquelle Liam restait auprès d'elle, même maintenant que toute cette histoire était réglée – enfin presque –.

« Tu te sens comment ? » Osa t-il. Question apparemment idiote lorsqu'on regardait la jeune femme à moitié affalée et respirant tant bien que mal. Tu peux faire mieux Liam ! Doucement, il s'approcha et se pencha vers elle en souriant à demi. « Je peux t'emmener à l'hôpital si tu le désire. Là bas on trouvera quelqu'un pour t'examiner, et tu pourras te reposer. » Il voulait se faire pardonner. Qu'elle se sente bien. Et en même temps une voix dans sa tête lui hurlait de laisser cette nana tranquille et se barrer. Elle ne craignait plus rien et il ne devait pas oublier qu'elle vendait de l'espoir, et qu'il la haïssait de cette connerie. Il devait partir, au plus vite. Traîner dans ce coin était imprudent. Une décision devait être prise, et Liam était déchiré.  


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✤ Printemps : 20
✤ Messages : 1488
✤ Barge depuis : 18/05/2014
✤ Avatar : Karen Gillan
✤ Crédits : ( CADOW CACAHUETTE ) SWAN ( avatar ) + TUMBLR ( gifs ) + CRACKLE BONES ( Code signa ) + MODERN JESUS| portugal. the man ( MUSIQUE)


✤ Âge personnage : 21
✤ Humeur : Bisounours
✤ Profession : Libraire
✤ Philosophie : Smile, everything's gonna be alright
✤ Localisation : Salem
✤ Pouvoirs : Guérison / Boucliers / Création de blessures (nécessite de se l'infliger à elle-même ou d'avoir un contact physique avec la cible, à l'endroit désiré)

Relationship
→ citation:
relationships :
Ashley H. ColbyNain roux au syndrôme de stockholm
MessageSujet: Re: Hope change the life | Ashley & Liam   Dim 21 Sep - 23:38

Hope changes life

Feat Liam E. Lord
Ashley demeura un instant dans une sorte d’état second, une brume reposante lui permettant de se reposer un minimum. Assise au sol, entre deux racines bien solides, la petite ferma les yeux et appuya sa tête contre l’écorce du végétal. Tant pis pour les insectes, elle n’aurait qu’à se doucher. De toute façon, l’odeur de l’hôpital lui collait à la peau, il valait donc mieux se laver avec bien du savon. Les effluves de la maladie et de la mort n’avaient rien d’agréables, même pour ceux en ayant l’habitude. La demoiselle était convaincue que même les vampires ne les appréciaient guère.

Le médecin semblait fasciné par la lumière qui avait couru sous sa peau. Il y avait de quoi, certes, et cette simple curiosité sans malice eut le bon côté d’adoucir les émotions de la rouquine. Il semblait néanmoins convaincu que c’était le virus qui causait cet étrange phénomène. C’était plutôt amusant, aussi décida-t-elle de ne pas le démentir sur le champ. Il méritait bien d’attendre un peu, pas vrai ?

L’homme l’informa que pour vérifier, il lui faudrait lui donner un nouveau virus. Pour une fois, les deux jeunes gens semblaient d’accords : hors de question. Cette fois, la sorcière n’aurait simplement pas la force de se débarrasser de la maladie. Il valait mieux attendre. Néanmoins, sa magie semblait s’être calmée, ce qui en soi constituait un bon indice. Sa magie tentait continuellement de détruire la moindre bactérie arrivant à franchir la barrière de son système immunitaire. Si rien ne se passait… Et bien, il était permis d’espérer que rien ne clochait. Un petit soupire de soulagement lui échappa à cette pensée.

Néanmoins, la douleur persistait. La guérisseuse se permettait de croire que celle-ci s’atténuerait peu à peu, avec le temps. Son souffle semblait reprendre, lentement, un rythme normal, tout comme les battements de son cœur. Ashley ouvrait et fermait la main avec lenteur, comme pour s’assurer que tout allait bien, ou par simple masochisme, allez savoir. Le frôlement de sa peau contre elle-même… Brr. La petite finit par abandonner et garder la main aussi droite que possible afin d’éviter le moins de plis, sans pour autant étirer douloureusement la peau. C’est à ce moment précis, alors que sa main prenait une position étrange, que la docteur lui demanda si tout allait bien. Devines. Le petit bout de femme constata cependant que sa colère avait finie par tomber. Ce qui n’empêchait pas une petite pointe de fierté de pointer le nez en voyant la rougeur toujours bien présente sur la joue de l’homme.

Globalement, il fallait avouer que ça allait mieux. S’il lui faudrait une bonne nuit de sommeil afin de reprendre ses forces, la demoiselle n’avait plus la crainte de mourir bêtement à cause d’une gifle mal placée. Le docteur sembla comprendre l’étendue de sa question avant même que la malade puisse répondre. Il se leva soudainement et approcha d’elle. Vous savez, la rousse est quelqu’un de très brave, prête à affronter le pire monstre de l’Univers s’il le fallait. C’est d’ailleurs pour cette raison que son dos chercha à s’ancrer dans l’écorce derrière lui, comme pour s’éloigner autant que possible du responsable de cette douleur. Ashley chercha tout de même à se relever, histoire de se sentir moins vulnérable qu’écrasée au sol. Impossible, néanmoins, de se tenir droite : ses jambes étaient incapables d’un tel exploit. Le regard chocolat croisa celui de l’homme, qui arborait désormais un demi-sourire. Allez savoir s’il était plein de bonnes intentions. Sur l’instant, tout ce qu’elle savait, C’était qu’il était beaucoup trop près et qu’elle ne pouvait risque de le repousser, de le toucher.

La jeune femme se sentit un peu plus blêmir à la mention de l’hôpital. Oh que non. Mauvaise idée. Très très mauvaise. La moindre petite blessure, ne serait-ce qu’un piqûre, risquait de déclencher son pouvoir. Or, un phénomène aussi lumineux passait rarement inaperçu au regard des docteurs. Elle avait déjà passé un sale moment à tenter de contrôler tout ce merdier, durant l’hiver, après avoir tiré un gosse des flammes… Elle ne tenait pas à recommencer de si tôt. Aussi la petite secoua-t-elle vivement la tête à cette mention. Elle préférait encore se faire retoucher, c’était peu dire !

- Je vais bien… je préfère ne pas y allez. Les docteurs normaux ont tendance à… poser beaucoup de questions lorsqu’ils voient… une lumière anormale. Sa phrase était hachée par son souffle. Il y avait plus convainquant, comme façon de faire. J’ai juste… besoin de repos. Ce n’est pas exclusif à un hôpital…

La sorcière se tortillait, un brin mal-à-l’aise, probablement à cause de la proximité. Un petit rose venait désormais colorer ses joues alors qu’elle venait se mordre la lèvre. Elle n’osait pas lui demander de reculer. Il fallait l’avouer : la guérisseuse avait beau tenter paraître sûre d’elle, elle savait très bien qu’elle n’était pas en position de force, pas dans cet état. Le moindre chien errant venu pourrait faire ce qu’il voulait. Elle exagérait à peine. Et autant la rousse se souvenait clairement de sa rage à l’encontre du docteur et de sa raison, elle savait clairement qu’elle avait besoin de lui pour l’instant. Le soleil n’allait pas tarder à se coucher. Une raison comme une autre de reconsidérer l’offre de l’hôpital…. Non.

- Tu connais un endroit tranquille à part l’hôpital ?

La situation avait presque quelque chose d’amusant. Deux êtres qui se détestaient dès le premier instant, et pourtant l’une dépendait désormais de l’autre pour survivre. Rien ne le retenait ici, sinon peut-être la crainte de se voir dénoncer auprès de ses supérieurs. Ce serait vachement cruel, néanmoins, d’autant plus qu’il pourrait faire de même avec elle. D’ailleurs, ils semblaient faits pour ne pas s’entendre : le pouvoir de l’un causait la mort, l’autre allongeait la vie. Une vraie antithèse.

- T’es un sorcier toi aussi ? lâcha soudainement la sorcière, sans réellement réfléchir avant de parler. Il ne manquerait plus que ça, tiens ! Deux sorciers aux pouvoir contraires… Elle était certaine qu’il devait y avoir tout un tas de légendes là-dessus. Cette fois, son ton ce fit néanmoins un peu plus dur, sec. Par pur hasard, ton pouvoir n’aurait aucun lien avec le pauvre homme de la chambre 409 ? Le patient qu’elle avait entreprit de soigner, atteint d’un mal si étrange.



[HRP: Non, c'était parfait Laughing J'avais surtout l'impression d'écrire des trucs impossibles, en fait ]

_________________

Revenir en haut Aller en bas
avatar
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Hope change the life | Ashley & Liam   Dim 28 Sep - 22:30

OKAY. Visiblement la jeune femme n'était pas ravie par la proposition de Liam, et ses arguments tenaient – plus ou moins – la route. Effectivement, lui étant déjà intrigué par cette étrange lueur qui avait émaner de la demoiselle, il était fort probable qu'elle devienne un puis de science – une bête de foire – une fois sur place et entre les mains de ses collègues. De plus, elle avait raison : pas besoin d'aller s'emmerder dans un hôpital pour se reposer. Surtout lorsqu'on savait le bordel qui y régnait... Liam se sentait soudain idiot d'avoir proposé cela. En vérité il l'avait plus fait par automatisme et pour combler un silence trop pesant que par altruisme et intelligence.

De nouveau dans le pétrin avec la jeune femme, Liam décida qu'il serait peut-être mieux pour lui de rebrousser chemin une bonne fois pour toute. Elle respirait, marchait, et ne brillait plus comme un lampadaire. Tout semblait aller pour le mieux, et il n'était pas Saint Liam envoyé sur terre pour secourir les âmes en détresse. Même par sa faute.
Cependant quelque chose dans les yeux de la petite rousse le poussait à rester, et à l'aider. Il n'avait pas pour habitude de se venger de son existence sur les innocents. Or cette fille semblait faire partie de cette catégorie. Il n'avait pas certitude qu'elle soit autre chose qu'une mutante, mais il se laissait le bénéfice du doute. Doute qu'elle ne tarda pas à lui ôter, après lui avoir demander si il ne savait pas où elle pourrait se reposer.

Liam se retint. La réponse avait faillit lui échapper « Chez moi ». Non mais t'es pas taré ? L'inviter chez lui – et chez Phoebe par extension – aurait été la pire connerie de la journée ! Il ne la connaissait pas, avait faillit la tuer et il lui aurait proposé de venir faire un somme sur son canapé ? Pourquoi pas dans son lit tant qu'il y était ?! Conscient de sa folie du moment, le jeune homme recula de quelques pas, comme si la proximité avec la demoiselle était à l'origine de sa débilité...
Bizarrement elle sembla aussi soulagée que lui, et il se sentit un peu mieux.

« Je crois que les endroits tranquilles de nos jours ça n'existe plus... » En temps normal il aurait s'agit d'une plaisanterie, mais à cet instant Liam était loin de blaguer. Il avait l'impression que plus le monde avançait, plus il devenait risquer de sortir, ne serait-ce qu'acheter une bricole. Il s'agissait aussi d'une sorte de reproche, histoire de faire prendre conscience à la petite rousse que ses beaux discours aux enfants n'étaient que des bourrasques d'espoir vain et de conneries. Il lui jeta un regard appuyé pour qu'elle s'en rende compte, et s'adoucit peu à peu, ne désirant pas refaire partir les choses en une dispute inutile et vaine.

« Tu es une sorcière ? J'aurais dû m'en douter. » Passer du coq à l'âne. Une façon comme une autre d'éviter les discussions fâcheuse ! Liam n'avait aucune envie de s'énerver. Il l'était déjà assez en temps normal, et toute histoire de lumière l'avait épuisé... A moitié surpris par ce que la demoiselle lui avait indirectement révélé, le jeune homme se mit à sourire à demi. « Non je ne suis pas un sorcier, malheureusement... » Comment faire comprendre à cette fille combien il aurait préféré un don comme le sien plutôt que ses gènes pourris ? « Je fais partie de la génération des abominations génétiques... Tu sais, les êtres créés à cause de la connerie humaine, qui n'ont rien demandé à personne et se retrouvent avec des pouvoirs immondes et immuables ? Mutant. C'est le nom poli. » La colère de Liam était plate. Cela faisait bien des années qu'il avait apprit à contrôler ses vagues de haine lorsqu'il parlait des 'siens'. Mais aujourd'hui encore ressasser ces souvenirs était une épreuve. Dans ces moments, même sourde, sa colère s'immisçait dans chaque pore de sa peau et le faisait devenir aussi incontrôlable d'une bombe à retardement. Il pouvait exploser à tout moment, et son apparence calme ne signifiait qu'une chose : l'explosion n'en serait que plus violente car contenue.

Sans même s'en rendre compte, Liam avait serré les poings de rage. Il tremblait de tous ses membres. Il mit quelques minutes à faire redescendre la pression et parvenir à de nouveau prendre la parole, toujours sur un ton un peu sec et dur cependant... « Je ne sais pas de qui tu parles... Je travail à l'hôpital certes, mais je mets des gants, histoire de pas contaminer les gens que j'essaye de sauver... Mais si ton type est un mutant et qu'il a quelque chose à se reprocher, alors je suis peut-être à l'origine de ses malheurs, oui. » Après tout, Liam ne comptait pas le nombre de gens qu'il contaminait, sans même le savoir parfois... Il était toujours très prudent mais un accident était si vite arrivé... la petite rousse en était un très bon exemple !

Désireux de passer à autre chose Liam croisa les bras sur sa poitrine et jaugea sa compagne d'un air impatient. « Bon. Miss je ne sais même pas comment tu t'appelles, on bouge ? Il commence à faire sombre, et j'ai clairement pas envie de me retrouver au milieu de nulle part avec une infirme sur les bras et sans pouvoir me défendre. » Les restes de sa colère transparaissaient des sa voix, et le mutant était beaucoup moins agréable que quelques minutes plus tôt. Son envie d'aider la demoiselle ne l'avait pas quitté, mais elle s'était transformée en corvée. Il tendit un bras vers la sortie du parc, désignant la sortie à la jeune femme. « Si vous voulez bien vous donner la peine... »

Dans le silence, le vent hurlait sa fureur, et le ciel semblait chargé d'orage. La chaleur de la journée avait laissé une chape d'air bouillant dans son sillon, et Liam avait l'impression d'avancer dans un four, ce qui n'arrangeait pas son humeur. Il regardait souvent derrière lui afin de vérifier que la petite rousse le suivait – tant bien que mal – et au bout de quelques dizaines de mètres il s'arrêta pour l'attendre. Un long soupir lui échappa. Quand elle fut à sa hauteur, il la regarda d'un air agacé. « Je sais pas ce que c'est ton pouvoir de sorcière, mais je suis presque sûr que ça n'a rien à voir avec de la supervitesse... » Non, il n'avait plus envie d'être agréable. Même si la demoiselle n'avait rien à voir avec son humeur de chien – ou du pas totalement –...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✤ Printemps : 20
✤ Messages : 1488
✤ Barge depuis : 18/05/2014
✤ Avatar : Karen Gillan
✤ Crédits : ( CADOW CACAHUETTE ) SWAN ( avatar ) + TUMBLR ( gifs ) + CRACKLE BONES ( Code signa ) + MODERN JESUS| portugal. the man ( MUSIQUE)


✤ Âge personnage : 21
✤ Humeur : Bisounours
✤ Profession : Libraire
✤ Philosophie : Smile, everything's gonna be alright
✤ Localisation : Salem
✤ Pouvoirs : Guérison / Boucliers / Création de blessures (nécessite de se l'infliger à elle-même ou d'avoir un contact physique avec la cible, à l'endroit désiré)

Relationship
→ citation:
relationships :
Ashley H. ColbyNain roux au syndrôme de stockholm
MessageSujet: Re: Hope change the life | Ashley & Liam   Dim 5 Oct - 2:26

Hope changes life

Feat Liam E. Lord
Bon. Elle avait peut-être un peu exagéré. Il était possible que sa crainte des hôpitaux, le stress, la colère et la fatigue aient fait un joli cocktail et que ses paroles aient été moins… douces que d’habitude. Certes. Et maintenant, Ashley s’en voulait. Elle n’aimait pas mettre les gens mal-à-l’aise, et encore moins les insulter. Or, vraisemblablement, la petite venait de toucher un point relativement sensible en abordant à la fois les docteurs et le pouvoir de l’homme. À éviter, donc. Mettez-vous à sa place, tout de même. Journée de merde. Et puis, il fallait avouer que la charmante idée de finir disséquée ne plairait pour ainsi dire à personne. Enfin, à moins d’être vraiment très masochiste, sachant qu’il serait tout de même difficile de la tuer, en faisant attention… Bref.

Il avait reculé. Soulagement. La rouquine se redressa un peu plus, les jambes toujours tremblantes, et enleva la terre de son pantalon trop grand. S’occuper, pour fuir les tensions, comme toujours. Un fin soupire lui échappa et elle se massa le crâne. Lorsque le médecin prit la parole, avec un regard des plus appuyés et accusateurs, la jeune femme serra légèrement les dents, plantant ses prunelles dans les siennes sans fléchir, cette fois. Elle n’allait pas s’excuser pour être optimiste. Jamais. Néanmoins, la sorcière n’eut pas le temps de répliquer. L’homme lui répondit que non, il n’était pas sorcier. Immédiatement, la guérisseuse regretta sa question. L’amertume dans sa voix… C’était perturbant. Et lorsqu’il se présenta comme étant un monstre aux pouvoirs affreux, un mutant, ce fut pire. Oh, la libraire n’avait rien contre eux. Bien au contraire. Mais ça ne semblait pas être le cas de son interlocuteur. Or, il n’y avait rien de plus horrible que détester ce que l’on était. On ne pouvait rien y faire, rien y changer.

Il tremblait. Et vu la température de plus en plus étouffante, ce n’était pas de froid. La demoiselle voulu répondre, mais ne trouva pas immédiatement les mots. Elle ne voulait pas le froisser d’avantage, comme elle semblait si bien le faire jusqu’à présent. La preuve étant le ton sur lequel il répondit à son insinuation. Bon. Elle l’avait cherché, cette fois, Ashley ne pouvait le nier. Ce n’était pas très brillant. Tout de même, il avait bien sous-entendu qu’il aurait pu le faire de plein gré, non ? Elle n’était pas parano ? La petite se mordit légèrement la lèvre. Pourquoi chaque fois qu’elle rencontrait quelqu’un qui voulait aider le monde, cette personne se sentait obligé de tuer pour ce faire ? Le Monde leur semblait-il vraiment si pourri ?

Un petit sursaut échappa à la rouquine lorsque le docteur l’invita à passer devant, insinuant qu’il souhaitait savoir son nom. Tiens, ce détail lui avait échappé. C’était bien vrai que cela pouvait s’avérer sympathique.

- Ashley… souffla-t-elle donc en passant près de lui, se dirigeant donc vers la sortie. Enchantée.

Disons qu’elle partageait son envie de partir. L’idée de passer la nuit dans un parc, alors que le temps s’annonçait mauvais et orageux, n’avait rien d’attrayant. Les chasseurs adoraient cette météo. Plus de drame. Un frisson lui parcourut l’échine alors qu’elle marchait aussi vite que son épuisement le lui permettait, en direction de la sortie. Autant dire qu’il la dépassa sans peine. Le moindre pas lui demandait de grands efforts pour ne pas chuter comme une merde. Au moins était-elle capable d’avancer, c’était déjà pas mal. La jeune femme s’aperçut que cette fois, la douleur semblait s’atténuer grandement. Il lui restait un inconfort présent, certes, mais… Soulagement, de nouveau. Un soupire lui échappa, coupé par celui plus exaspéré du médecin… et de sa réplique cinglante. Doucement, Ashley. Ne t’énerve pas.

- Non, en effet, pardon. Un sourire fut adressé au jeune homme, dans le simple but de le calmer. Peut-être que son subconscient voulait lui infliger un peu de remord pour avoir été si brutal, aussi. Je guéris, en fait. Autant moi que les autres. C’était ça, la lumière, tout à l’heure. Ça fait toujours une grosse lueur, sauf que là… C’était dans mon corps. Difficile d’expliquer ce type de phénomène clairement. De toute façon, il avait bien vu le résultat. Étoile, tout ça. Mais donne-moi une chance, j’ai l’impression que je viens de courir le marathon.

Pas qu’elle ne comprenait pas son empressement. Loin de là. Le soleil descendait beaucoup trop vite et les nuages s’accumulaient rapidement, il devenait urgent d’entrer dans un lieu protégé. Mais où ? Ils ne l’avaient toujours pas décidé. La rousse sera son bras sensible contre elle et s’efforça d’hâter un peu le pas, plus chancelante. Ce n’était pas comme si elle avait le choix, de toute façon.

Ce que l’homme avait dit plus tôt continuait de lui trotter dans la tête. Elle devait dire quelque chose à ce sujet, pour le calmer, ou tout du moins essayer. C’était une situation délicate. Et dieu seul savait que la sorcière n’avait pas le tour de les gérer correctement. En règle générale, elle les empirait. Mais il capterait la bonne intention. Pas vrai ?

- Tu sais… J’ai un profond respect pour les mutants. Vrai. Il valait mieux ne pas lui mentir, après tout. Il avait la pleine autorité sur elle et pouvait très ien la tuer, ou simplement la laisser là, à la merci des créatures de la nuit. Pas le moment de mentir, donc. Je veux dire… Je suis née dans une famille de sorcières… J’avais des gens pour m’expliquer, m’apprendre. Ce n’est pas souvent le cas des mutants. Et puis, vous…ils… sont persécutés constamment. Un nouveau sourire, tout gentil tout mignon tout plein. Trop, peut-être, aux yeux des gens chez qui ces mimiques sont des signes de faiblesse. Ne vous détestez pas comme ça. Si vous avez ce pouvoir, c’est pour une raison, il faut juste la trouver.

Seigneur, elle sonnait comme une vieille morale de film des années 2000. Ce n’était pas spécialement le but recherché, pour être franche. Pas du tout, même. La guérisseuse s’arrêta un instant pour reprendre son souffle, s’appuyant contre le mur d’un petit commerce.

- Pardon… Je ne voulais pas avoir l’air de te faire la morale. Souffla-t-elle, s’excusant à la fois pour ses paroles que pour sa pause. Sa main sans dommage passa dans ses cheveux, signe de nervosité. Je t'invite à prendre un café ? On sera à l’intérieur, au moins. Et au sec.

Une lourde goutte de pluie vint s’écraser sur son nez, comme pour appuyer ses paroles. L’orage commençait déjà. Le tonnerre gronda, au loin, arrachant un frisson à ce petit bout de femme. Ashley haïssait les orages, surtout la foudre.

- Le monde n’est pas si dangereux, surtout à Brooklyn. Je sors presque toutes les nuits, et je suis toujours en un morceau. Mais si tu préfères un endroit où ils n’auront pas accès, je pourrais le comprendre.

Nouveau petit sourire, alors que la demoiselle se dissimulait, à l’abri des toits, fuyant la pluie qui tombait maintenant avec plus de force. Bon, si elle n’avait pas eu son don de régénération, elle serait morte depuis belle lurette. Mais ça, il n’avait pas besoin de le savoir, pas vrai ?


_________________

Revenir en haut Aller en bas
avatar
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Hope change the life | Ashley & Liam   Sam 11 Oct - 14:36

Bon au moins il savait son prénom. Ce qui, en soit, était déjà un grand pas vers des conversations moins véhémente. Le jeune homme avait cependant de sérieux doute quant à « l'enchantement » que la demoiselle ressentait à l'avoir rencontré. Un rire nerveux lui échappa. Il détestait par dessus tout ce genre de politesse qui avait rarement lieu d'être. Tout le monde en ce bas monde trouvait amusant de se saluer à la manière des bonnes gens, alors que la plupart du temps ces courbettes étaient suivies d'un meurtre ou autre réjouissance du même acabit.
Confronté par la suite aux excuses de la jeune femme, Liam ne savait plus où se mettre. Évidemment... ce n'était pas sa faute si elle était plus tortue que lièvre. A la vérité, c'était sa faute à lui plutôt. Le mutant décida de se montrer compréhensif. Il sentait la colère le quitter peu à peu, et le calme revenir. Qu'Ashley se livrer aida considérablement. Il réussit presque à sourire lorsqu'elle lui expliqua être une guérisseuse. Au fond, il avait juste envie d'exploser de rire tellement la situation lui apparaissait comme une GROSSE BLAGUE. Une guérisseuse traînant la patte derrière une arme biologique sans aucun contrôle. Pour sûr, de l'extérieur cela devait sembler pire folklorique.

« Je veux pas te presser. Il va pleuvoir. Moi je m'en fous mais vu ton état, je dirais qu'il vaudrait mieux que tu évites de te choper une bronchite. Je n'y serai pour rien cette fois ! » Même si son ton était encore un peu sec, Liam s'inquiétait réellement de la santé d'Ashley. La jeune femme était peut-être une sorcière médecin, mais à la regarder galérer pour faire trois pas, elle ne semblait pas apte à soigner même un simple rhume. Un coup d'oeil vers le ciel grisâtre apprit au mutant qu'il avait raison de presser l'affaire. Si il n'avait pas craint de l'effrayer ou de lui refaire du mal, Liam aurait sans doute porter la jeune femme. Mais dans le cas actuel il préférait éviter.
Continuant d'un pas volontairement allégé – pour ne pas donner trop l'impression à la demoiselle de se traîner – le jeune homme savoura le silence jusqu'à ce qu'Ahsley décide de le briser, pour dire des choses qu'elle n'aurait jamais dû...

« Je ne crois PAS au destin et à toutes ces conneries qui pourraient s'en rapprocher. Les mutants n'ont pas besoin de respect, mais d'oubli. Ils doivent disparaître. Pas de pitié, ni de compassion. » Aucun des sourires de la petite rousse ne furent assez puissants pour dissiper la fureur calme de Liam. Il n'en voulait pas à la demoiselle. Pire encore, il lui était reconnaissant d'avoir été sincère. Car il était évident qu'elle n'avait pas menti sur un seul mot. Seulement, il avait décidé de ne faire aucun cadeau aux siens. « Nous n'avons AUCUN pouvoir. Nous sommes maudis, Ahsley. Maudis à jamais. Contrairement à ce que certains pensent, il ne faut pas nécessairement avoir fait quelque chose de mal pour être maudit... Je n'ai pas non plus la prétention de dire que nous sommes les 'élus'. Nous ne sommes que des pauvres chiens condamnés à porter le fardeau de notre abomination jusqu'à ce que quelqu'un soit assez impitoyable et réaliste pour nous faire disparaître, et la souffrance avec... »

Quelques années plus tôt, Liam aurait sans doute sentit les larmes tremper son visage après un tel discours. Mais les affres douloureuses de la vie lui avait donné de la force, du courage, et encore un peu plus de ce réalisme effrayant qui lui jurait que les mutants ne méritaient pas de fouler cette terre. Mais aujourd'hui son visage était sec. Plus dur que jamais. Une face de marbre qui ne laissait transparaître qu'une assurance pourtant branlante à l'intérieur.
Sans attendre, il contourna Ahsley pour ne plus croiser son regard d'enfant innocente. Il entendit à peine ses excuses et n'y répondit que par un signe de la main par dessus son épaule. Il n'avait pas envie de discuter de ça à nouveau. Il fallait avancer, autant dans le contexte que dans la vie.

Son invitation eut le don de calmer légèrement Liam. Il s'arrêta, croisa les bras et se tourna vers la rouquine.« Je n'aime pas le café. Un chocolat. Et c'est moi qui invite. » Il restait, malgré tous ses défauts, un homme courtois et gentleman avec les demoiselles qui selon lui méritaient considération.
Un léger sourire étira ses traits alors que l'orage tonnait non loin. Une pluie battante se déversa en quelques secondes sur la ville, réveillant des odeurs d'humidité, de sang et de cendres, imbibés dans l'air et la terre. Ashley s'était abritée mais Liam demeura sous les nuages, savourant la fraîcheur et les bienfaits de l'eau sur son corps tendu et brûlant. Il écoutait d'une oreille les répliques de la petite rousse, et riait intérieurement. « Tu as eu de la chance. Tu as croisé les bonnes personnes... » L'accent que la jeune femme avait mit sur le 'ils' laissa Liam soupçonner qu'il s'agissait des mutants. Cependant son incertitude le fait rester muet. Il ignora donc la question et dirigea la marche vers un bar miteux à deux pas.

Lorsqu'il poussa la porte de la petite salle sombre, une fragrance pimentée mêlée de cigarette le prit au nez, et il grimaça. Il choisit une table dans un coin éloigné et invita Ashley à s'asseoir. Face à face, les deux jeunes gens ne pouvaient plus éviter de se fixer. Liam faisait cependant tout pour ne pas croiser le regard de la rouquine. Il commanda deux chocolats sans lui demander son avis et lui sourit à demi. « Le sucre te fera reprendre des forces. Tu veux quelque chose à manger ? » En sécurité et au sec dans cet espace clos, loin de sa méfiance habituelle, Liam se sentait mieux. Léger. Il parvenait à apparaître 'normal' et civilisé. Et même si il n'osait trop l'avouer, le temps passé aux côtés de la jeune sorcière lui était de plus en plus agréable. Elle avait le don étrange et incompréhensible de la rendre à la fois fou de rage, et aussi docile qu'un chaton la seconde suivante. .. Un exploit que peu pouvaient se vanter d'avoir déjà accomplit.


Dernière édition par Liam E. Lord le Mar 4 Nov - 21:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✤ Printemps : 20
✤ Messages : 1488
✤ Barge depuis : 18/05/2014
✤ Avatar : Karen Gillan
✤ Crédits : ( CADOW CACAHUETTE ) SWAN ( avatar ) + TUMBLR ( gifs ) + CRACKLE BONES ( Code signa ) + MODERN JESUS| portugal. the man ( MUSIQUE)


✤ Âge personnage : 21
✤ Humeur : Bisounours
✤ Profession : Libraire
✤ Philosophie : Smile, everything's gonna be alright
✤ Localisation : Salem
✤ Pouvoirs : Guérison / Boucliers / Création de blessures (nécessite de se l'infliger à elle-même ou d'avoir un contact physique avec la cible, à l'endroit désiré)

Relationship
→ citation:
relationships :
Ashley H. ColbyNain roux au syndrôme de stockholm
MessageSujet: Re: Hope change the life | Ashley & Liam   Dim 26 Oct - 22:18

Hope changes life

Feat Liam E. Lord
L'ambiance semblait de moins en moins tendue entre les deux jeunes gens. On ne pouvait peut-être pas affirmer qu'ils étaient amis, mais au moins désormais personne n'avait l'impression qu'ils pouvaient se sauter à la gorge au moindre mot de travers. Ashley continuait de se traîner aux côtés du médecin, un peu hébétée face à son discours vis-à-vis des siens. Ainsi, il haïssait à ce point sa condition de mutant... S'en était triste, dans le sens le moins cynique du mot. Il ne voulait néanmoins visiblement pas en parler, aussi la rouquine ne s'attarda sur le sujet que pour deux petites questions en apparence innocentes.

- Tu ne trouve pas étrange de commencer ton discours en affirmant ne pas croire au destin et, je cite, "toutes ces conneries", pour finir en affirmant que vous êtes tous maudits ? C'est un peu contradictoire, non ?

La sorcière eut un petit rire doux, afin de démontrer qu'elle ne se moquait pas de lui. Elle décida de ne pas insister davantage sur les propos à proprement parler, bien qu'elle ne soit pas d'accord avec lui. Être maudit était, à ses yeux, impossible. Elle ne croyait pas non plus spécialement au destin. Chacun décidait de la vie qu'il voulait mener, avec des contraintes liées au statut et la situation dans son coin du monde, mais voilà. Tous pouvaient décider de s'ils faisaient le bien ou le mal. Et, surtout, personne ne méritait la mort. Peu importait le contexte. Enfin.

Sa proposition de café sembla le détendre. Bien. Son affirmation de détester le café arracha un sourire à la petite. Ça tombait bien, c'était aussi son cas. Elle aurait néanmoins crû que la caféine était une nécessité lorsque l'on entreprenait des études en médecine. Comme quoi, tous les préjugés étaient bons pour la poubelle, même dans cette époque de fous ! Sourire aux lèvres, la jeune femme observa un moment son interlocuteur alors que celui-ci offrait son corps à la pluie. Pour sa part, elle préférait demeurer à couvert. Elle aimait certes bien l'eau, mais il ne fallait pas se mettre en danger non plus.

- J'accepte l'invitation, dans ce cas ! Mais il vaut mieux se dépêcher, sinon c'est toi qui va tomber malade.

Les prunelles d'Ashley se mirent à la recherche d'une précieuse devanture annonçant un commerce pouvant les abriter de la pluie. Allez dans un endroit privé les aurait protégé non pas des mutants, mais bien de toute bestiole à crocs, les vrais danger dans une nuit pareille. Ces prédateurs adoraient la pluie. Elle ajoutait une dimension encore plus macabre à leurs jeux. Enfin. La sorcière n'était pas là pour juger. Elle trouvait ce type de météo intéressante. Le simple fait que l'eau se déversait du ciel pouvait changer du tout au tout l'ambiance d'une situation quelconque. Allez savoir si c'était le cas en ce moment.

La guérisseuse ne trouva rien à répliquer à la réponse du docteur concernant sa chance d'être tombée sur les bonnes personnes. Pour être franche, c'était en fait la vérité. Et puis, si la demoiselle n'avait pas eut son don de guérison, elle serait morte depuis belle lurette. Néanmoins, la jeune femme préférait ne pas se concentrer sur cette question. Sa vision du monde s'adaptait peu à peu au fil des jours, mais la demoiselle ne souhaitait pas la changer du tout au tout. Tous avaient une part d'humanité en eux. Sans exception. Simplement, pour certains, elle était mieux cachée que pour d'autres. Beaucoup mieux.

Le «couple» entra dans le premier café venu. Étant en plein Brooklyn, autant dire qu'il n'avait rien de particulièrement luxueux. Une odeur âcre de fumée et autres joyeusetés, un look peu enviable, une propreté reprochable... On était loin du cinq étoiles. Pourtant, la sorcière n'y prêta pas spécialement attention, habituée à de telles conditions. Elle alla simplement s'installer avec le jeune homme, sans même une grimace envers la qualité du lieu. Lorsqu'il commanda deux chocolats chauds, arguant que cela l'aiderait à récupérer des forces, la rouquine ne put que sourire.

- Nous avons un point commun, tu sais. Je déteste le café. Trop amer.

La petite avait du mal avec le goût amer et l'acide. Le reste, ça allait. Mais bon, dans sa condition économique, elle ne pouvait se permettre de faire la difficile et, en règle générale, mangeait un peu tout ce qui lu tombait sous la main en étant abordable. En ayant le choix, elle se contentait d'éviter certains aliments, voilà tout. Les agrumes, entre autre. Enfin. Que de sujets au final bien peu intéressants.

- Et non merci... Je n'ai pas spécialement faim. Complètement faux. Son ventre protesta immédiatement, grondant férocement, et la jeune femme rougit jusqu'aux oreilles. Oups. Enfin... U-un peu... Mais je ne voudrais pas abuser...
L'homme avait beau être docteur, Ashley avait apprit très tôt la valeur de l'argent. Lorsqu'un petit billet pouvait décider si vous mangiez à votre faim pendant la semaine, on comprenait rapidement qu'il valait mieux éviter de le jeter par la fenêtre. Les habitudes ont du mal à disparaître.

- Mais si vous insistez vraiment, je prendrai juste un sandwich. Le moins cher. Je ne connais toujours pas votre nom, au fait.

Vous, tu, vous, tu. La petite ne savait jamais sur quel pied danser et y allait plutôt à l'instinct, en fait. Elle venait tout juste de remarquer qu'elle changeait constamment. Remarquez, ce n'était pas la première fois. Avec le boulot, où elle devait vouvoyer le moindre client, sa langue avait acquis la tendance à fourcher. C'était bien plus gênant avec des femmes, qui avaient en plus la manie de mal le prendre. Comme si une simple politesse signifiait qu'elles étaient vieilles... Et puis, pour ce que ça changeait. Vu les véritables fossiles qui pouvaient trainer en ville.

- Vous travaillez à l'hôpital depuis longtemps ? finit par demander la sorcière, dans le simple but de briser le silence un peu lourd qui s'installait. Certains regards se tournaient vers eux et, franchement, elle s'en serait bien passée.

La guérisseuse sentit un long frisson lui parcourir le dos et décida de s'occuper en attendant les boissons, remontant la manche de son manteau pour jouer avec son bras précédemment blessé. Il allait mieux. Comme neuf, pour tout dire. Si ce n'était pas de sa fatigue, on aurait put croire qu'il ne s'était absolument rien passer. Un détails continuait d'embêter la demoiselle, malgré tout, même si elle avait facilement passé par-dessus l'accident.

- Je peux te demander pourquoi t'as effrayer ces enfants..? Retour au tutoiement. Pourtant, sa voix demeurait douce. Elle n'avait pas la moindre envie de relancer une bagarre sans fondement, surtout pas dans un endroit pareil. Simplement, parfois, la confrontation d'idées, c'était bien. Un sourire vint donc de nouveau éclairer son visage de poupée. Promis, je ne me fâcherai pas.


_________________

Revenir en haut Aller en bas
avatar
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Hope change the life | Ashley & Liam   Mar 4 Nov - 22:46



Liam hésitait entre l'exaspération et la fascination. Cette fille était vraiment spéciale. Et pour dire la vérité, elle l'intriguait de plus en plus... Leur goût commun du café le fit sourire, et il haussa un sourcil, surprit. Il était plutôt rare de rencontrer des gens qui n'appréciait pas ce liquide, soit-disant vivifiant, mais comme elle l'avait parfaitement exprimé, trop amer.

Ashley était un petit bout de femmes pleine d'énergie, même dans ce moment où cette dernière semblait lui faire cruellement défaut. Elle songea faire semblant de ne pas mourir de faim, mais le jeune homme avait comprit, à la façon dont elle l'avait énoncé, qu'il s'agissait d'une antiphrase. Il allait insister, voire commander à la place sans lui laisser le choix lorsqu'elle se décida à prendre un sandwich. Un nouveau sourire éclaira le visage du mutant et il haussa la voix à l'attention du serveur. « Vous mettrez le plus gros sandwich que vous avez en plus. »

Il n'avait pas quitté Ashley des yeux, et un soupir lasse et amusé lui échappa. « Tu peux continuer à me tutoyer, je préfère. Le 'vous' me fait passer pour quelqu'un d'important... » Or il était quelqu'un de totalement insignifiant. De plus, le vouvoiement l'avait toujours mit mal à l'aise. Il appréciait la familiarité des gens à son égard, et avait du mal à considérer ses voisins comme des personnes supérieures, bien que la plupart le soient à son sens. Question de contexte. Dans ce dernier, ils étaient tous dans le même bateau. Presque tous...

« Liam. » Un petit sourire agrémenta sa réponse ; il n'avait plus de scrupules à cacher son identité à cette sorcière, elle avait levé presque tous ses doutes, bien que certains, infimes, subsistaient toujours... Après tout, elle pouvait très bien avoir tout imaginé depuis le début. Cependant, il en doutait fortement.
Alors qu'on leur apportait leurs commandes d'un air revêche, Ashley se lança dans des questions qui ravirent le jeune homme. Liam aimait parler de sa vie professionnelle : la seule qui allait à peu près bien... Ce qui en soi était totalement paradoxal, étant donné le danger constant qu'il représentait pour ses patients. Le mutant but un gorgée de chocolat – immonde – et grimaça avant de répondre, tout naturellement. « Quelques années. Depuis que j'ai trouvé ma voie. C'est plus une passion qu'un travail, en vérité... Et crois moi, c'est lorsqu'on passe sa vie entre les murs blancs d'un tel établissement qu'on se rend vraiment compte de la noirceur de ce monde. Pourri de l'intérieur. » Son ton n'avait pas changé... il était resté neutre, monotone jusqu'au bout. Liam apparaissait résigné, et il soupira, les yeux perdus dans le vague.

La question qu'elle lui avait posée ensuite rejoignait la précédente, et le jeune conserva son calme pour ne faire valoir que la vérité dans ses dires « Je les effrayé pour qu'il se rendre compte de la réalité. Les enfants sont innocents, naïfs, purs. Malheureusement, pour toutes ces raisons, ils sont des proies de choix pour leurs détraqueurs... Je n'aime pas mentir. Et faire croire à ses enfants que tout s'arrangera, que le monde n'est pas si sombre qu'on le dit, c'est un mensonge. L'espoir est un mensonge. » Il semblait désolé de lui apprendre cette vérité. Pire encore : il avait l'impression qu'Ashley avait l'âme innocente, pure et naïve d'un enfant. Et il craignait que cela ne la mette plus en danger qu'elle ne l'était déjà...

« Mange », intima t-il à sa compagne d'un air plus sévère cette fois. Il ne comprenait pas tellement pourquoi il se souciait autant de son bien-être. Pourquoi il ne l'avait pas laissée tombée. Pourquoi il tenait tant à ce qu'elle ne le voit pas comme un monstre, alors que de toute évidence, il en était un... Au fond, peut-être voulait-il simplement se rassurer, même si c'était impossible. Se dire qu'il avait encore un cœur... qu'il était encore capable de prendre soin des autres, lorsqu'il était parfaitement incapable de prendre soin de lui.

« Une malédiction n'a rien à voir avec un destin. C'est un fait passé, irrémédiable. Je considère que le destin, même si je ne crois pas en ce dernier, peut changer, à tout moment. Le chemin n'est pas tracé d'avance. Dans mon cas, il l'est. Pour répondre à ta question... » Question qu'elle avait posée beaucoup plus tôt, mais que le jeune homme avait alors soigneusement ignorée, préférant se concentrer sur la recherche d'un abri sûr.

Liam sirota de nouveau sa pisse de chat. Elle avait au moins le mérite de la réchauffer... Sans vraiment savoir pourquoi, il se lança à son tour dans les questions, ignorant les regards en coin que leur jetaient les propriétaires derrière leur bar miteux. « Et toi, qu'est-ce qui t'a fait dire à ces gosses que le monde allait s'illuminer ? Tu y crois réellement, ou bien tu tentes de t'en convaincre en partageant tes espoirs vains avec des êtres qui y croiront sans aucun doutes ? » Cela n'avait rien d'un reproche, il s'agissait simplement d'une analyse, une idée qu'il s'était faite en réfléchissant... pour lui, même quelqu'un comme la jeune femme ne pouvait pas être assez borné et aveugle pour voir la réalité en face. Cela faisait partie du domaine de l'impossible.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✤ Printemps : 20
✤ Messages : 1488
✤ Barge depuis : 18/05/2014
✤ Avatar : Karen Gillan
✤ Crédits : ( CADOW CACAHUETTE ) SWAN ( avatar ) + TUMBLR ( gifs ) + CRACKLE BONES ( Code signa ) + MODERN JESUS| portugal. the man ( MUSIQUE)


✤ Âge personnage : 21
✤ Humeur : Bisounours
✤ Profession : Libraire
✤ Philosophie : Smile, everything's gonna be alright
✤ Localisation : Salem
✤ Pouvoirs : Guérison / Boucliers / Création de blessures (nécessite de se l'infliger à elle-même ou d'avoir un contact physique avec la cible, à l'endroit désiré)

Relationship
→ citation:
relationships :
Ashley H. ColbyNain roux au syndrôme de stockholm
MessageSujet: Re: Hope change the life | Ashley & Liam   Sam 15 Nov - 23:42

Hope changes life

Feat Liam E. Lord
Il n’avait pas répondu concernant la question sur le destin et la malédiction. Ashley ne pouvait pas lui en vouloir. Elle avait rapidement compris qu’il s’agissait là d’un sujet délicat et… Triste. Détester sa propre nature devait être une condition horrible, que peu de gens supporteraient. La petite pinça les lèvres à cette pensée.

Les lieux étaient peu chaleureux, probablement malpropre en plus. Pour des gens habitués à plus, peut-être. Dans son cas, c’était un endroit correct. Ce n’était pas non plus comme si elle craignait de voir surgir un rat ou un truc du genre, bien que la rouquine aurait eut des raisons parfaitement légitimes de le penser. Bon, le chocolat n’était pas très bon. Certes. Mais c’était du chocolat, déjà. C’était un bon début. La sorcière le sirota donc sagement en écoutant les paroles du médecin. Liam. Enchantée.

Au moins semblait-il apprécier son travail. C’était chose rare, dans les environs. La demoiselle inclina la tête et lui offrit son plus beau sourire. Il ne s’aimait peut-être pas, mais sa vie ne lui semblait pas être si désagréable à endurer. C’était déjà ça, non ? Enfin, jusqu’à ce que la dernière phrase n’arrive. La demoiselle baissa simplement les yeux, sans répondre. Cela n’en valait pas la peine. Le serveur revint avec le sandwich, d’allure peu fraîche. Rien de gênant pour sa part, simplement elle tentait toujours de se convaincre de manger face à lui, sans que lui-même ne le fasse. Elle avait l’impression d’abuser de lui, aussi préféra-t-elle ne rien toucher pour le moment. Puis, la guérisseuse le questionna sur sa prise de tête de plus tôt, avec les enfants.

La réponse ne lui plut pas. Vraiment. L’espoir est un mensonge. Une chose réellement horrible à dire, en son sens. Pourtant, elle respecta sa promesse et ne se fâcha pas, préférant de rien dire, pensive. Ashley n’avait jamais vraiment eu à débattre de ses idées. Peut-être parce que les gens les trouvaient trop mignonnes pour briser sa bulle. Probablement, en fait. Pourtant, il suffisait de peu pour se convaincre que tout était encore possible et imaginable. Ne serait-ce que trouver un moyen pour se renseigner sur l’histoire.

La demoiselle sursauta lorsque le médecin l’intima de manger. Elle lui adressa un petit sourire timide, avant de mordre à belles dents dans le sandwich, avec bien moins de dégoût que ce que Liam aurait pu afficher. Elle se doutait qu’il avait plus d’argent qu’elle. Docteur était un métier payant, surtout dans cette ville. Il avait l’habitude de mieux, là où la jeune femme vivait dans un taudis menaçait de s’effondrer à tout instant. Il était étrange de voir qu’un homme plus riche voyait le monde de façon bien plus sombre qu’une pauvre. Habituellement, on apercevait l’inverse. C’était de l’anti-cliché à l’état pur.

La femme enfant n’écouta qu’à moitié la réponse confrontant le destin et la malédiction. Pas que ce n’était pas intéressant, au contraire, mais cela venait rejoindre l’opinion exposé plus tôt. Cynisme et noirceur à l’état pur. La même phrase tournait en boucle dans son esprit, alors qu’elle dévorait son repas. L’espoir est un mensonge. C’était… Triste et terrifiant, tout à la fois. Un léger sursaut échappa à la demoiselle lorsque Liam la questionna à son tour quant à ses convictions énoncées plus tôt face aux enfants. Déjà, c’était moins neutre. Il la trouvait débile. En même temps, avec de telles pensées… Il y avait de quoi croire que la rouquine voulait intentionnellement mettre ces gamins en danger, alors que ce n’était pas le cas. Pas du tout.

- Je le crois réellement. finit-elle par répondre, après avoir avaler sa bouchée correctement. Sa bouille d’ange s’inclina légèrement, avant de s’éclairer d’un sourire. Je sais que les Originels contrôlent l’entrée d’informations, mais… J’ai eu des moyens de me renseigner sur l’histoire, tu sais. Elle parlait à voix basse. Ces moyens, c’était Dina, une vieille fantôme qui lui avait raconté avec émotion ce dont avait l’air le monde d’avant. Elle avait finit par passer de l’autre côté, mais ses récits avaient bercés l’enfance de la sorcière. Elle n’était pas supposée savoir tout ça. L’histoire nous apprend que des situations pareilles ne demeurent pas ainsi éternellement. Les humains ne le tolèrent pas. Sois le peuple se révolte, soit la tête change de tactique. Nouveau sourire, bien plus grand cette fois. Il ne faut pas oublier que toutes les créatures ont leur lueur d’humanité, même si parfois elle est très bien cachée.

Ashley remordit dans son sandwich, laissant ses paroles parvenir au médecin afin qu’elles y soient analysées. Ses prunelles se baladèrent rapidement aux alentours. C’était là des sujets délicats, qui pourraient éventuellement lui apporter quelques ennuis si elles parvenaient à de mauvaises oreilles. Néanmoins, ce n’était rien comparé à ses petits exploits habituels, cette lutte quasi-permanente contre l’autorité en place. Discrète, mignonne, certes. Mais une lutte tout de même. Comme lorsqu’elle avait sortit ce gamin d’un immeuble condamné à brûler avec toute la famille à l’intérieur.

- Ça peut parraître naïf, voir même idiot, j’en ai conscience. Mais l’espèce humaine n’est pas faite pour vivre ainsi. Un jour, le vent tournera. Un nouveau rire léger vint ponctuer ses parole, histoire de détendre l’atmosphère devenue lourde. En douceur, je l’espère. Mais si on empêche une révolution tranquille, on la force à se faire dans le sang.

C’était le cas de le dire. La jeune femme jeta un nouveau coup d’œil timide autour d’elle, un peu mal-à-l’aise de dire de pareilles paroles en public. Mais personne ne faisait attention à eux. Un fin soupire de soulagement lui échappa, alors qu’elle prenait la dernière bouchée de son sandwich en soupirant de bien être.

- Alors non, je ne partage pas cela à des enfants car je suis convaincue qu’ils me croiront sans poser de question. Je veux leur faire voir l’espoir, parce que trop de gens pensent comme vous et ne le feront pas. Sa voix était toujours très douce. Elle ne voulait pas l’offenser, tout comme elle avait conscinece que lui ne voulait pas la blesser. Ça ne sert peut-être à rien, cela ne changera peut-être rien… Mais si on reste passif, à se contenter de subir, alors c’est certain que rien ne changera.

Ainsi se terminait la tirade de ce bout de femme, qui termina son chocolat avant de s’essuyer la bouche du revers de la main, comme une enfant. Elle se lécha pensivement les lèvres, un brin d’hésitation dans le regard, avant de reprendre la parole, sur un sujet complètement différent cette fois. Passer du coq à l’âne, une vraie habitude.

- Si jamais tu as besoin d’aide pour des cas difficiles à l’hosto… Je peux toujours aider. Elle avait les hôpitaux en horreur, certes… Mais dans des conditions idéales et propice, avec de la discrétion, elle n’avait rien contre aider à sauver des vies.


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Hope change the life | Ashley & Liam   

Revenir en haut Aller en bas
 
Hope change the life | Ashley & Liam
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Lukas Carter - Two years in a lifetime can change your life
» Votre portrait Chinois
» COLOMBIA ❧ change your life, take it all.
» Buy Me, I'll change your life ~ Mikah
» Wet T-Shirt Contest 2015 by Change My Life

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
You ain't born typical :: CORBEILLE :: Children Of cain :: Corbeille RPG-