FERMETURE DU FORUM ► Pour en savoir plus c'est ICI

Partagez | 
 

 I wish I could ease your pain (Coralaime)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
✤ Printemps : 28
✤ Messages : 3784
✤ Barge depuis : 28/01/2013
✤ Avatar : Elizabeth Henstridge
✤ Crédits : Merenwen & TUMBLR ( gifs ) +PETULIA ( code signa )


✤ Âge personnage : Vingt-six ans à sa mort
✤ Humeur : Perdue
✤ Profession : Serveuse
✤ Localisation : Ici et là
✤ Pouvoirs : Téléportation, télékinésie, possession

Relationship
→ citation: YOU BROKE MY HEART. YOU KILLED ME.
relationships :
Coraline Price☞ T'as le look coco ; Appelez Ghostbusters !
MessageSujet: I wish I could ease your pain (Coralaime)   Jeu 11 Sep - 15:08

❝ I wish I could ease your pain ❞

Il lui semblait bien qu’elle n’avait plus vu Jaime depuis longtemps. Trop longtemps. Elle comprenait qu’il ait souhaité lui laisser un peu de temps pour elle après ce qu’elle lui avait dit, ce qu’ils s’étaient dit. Elle en avait eu besoin. Cette date anniversaire avait été particulièrement difficile à avaler. Elle ne vivait plus, au fond. Ou plus comme avant. Faire son deuil n’était ni aussi facile ni aussi rapide qu’elle l’avait cru. Après tout ce temps, elle avait sincèrement pensé avoir surmonté sa mort et avoir non pas tiré un trait sur sa vie passée, mais au moins avoir accepté le fait que celle-ci soit terminé. Force était de constater que ce n’était absolument pas le cas. Elle était encore heurtée, marquée par tout ce qui lui était arrivé, et surtout le fait de ne pas se souvenir de ce moment où tout avait basculé. Elle se sentait emplie de contradiction. Elle n’était plus humaine, et pourtant elle se raccrochait désespérément à ce qu’elle avait été, sentant pourtant à quel point tout ceci était stérile et vain. Elle était supposée accepter ce qu’elle était. Mais tout ceci n’avait rien de simple, bien au contraire.
Il lui avait fallu du temps pour passer outre ces sensations. Pour continuer. Le fait de ne pas vivre seule l’avait aidée, en un sens, bien que parfois elle aurait volontiers renvoyé toute la maisonnée dehors ne serait-ce que pour avoir un peu de silence. Mais heureusement qu’ils étaient là, tous. Sans eux, elle aurait très certainement sombré depuis bien longtemps. Et Jaime avait lui aussi été là pour elle, alors même qu’elle en avait réellement besoin, alors même qu’elle lui avait fait quelque chose qu’il aurait pu considérer comme impardonnable et sur lequel pourtant il avait passé l’éponge. Il lui avait pardonné. Il lui pardonnait tout.

Du moins, c’est ce qu’elle avait cru. Et pourtant, voilà un moment qu’elle ne l’avait plus vu. Et elle commençait réellement à s’inquiéter. Elle était même repassée chez lui, sans traverser la porte. Pas de trace de lui, ou même de son frère Mads. Là, elle commença réellement à avoir peur. Elle le sentait au fond d’elle. Oui, elle sentait que quelque chose clochait. Quelque chose de grave. Une sourde angoisse s’était emparée d’elle au fur et à mesure que son intuition lui soufflait que rien n’allait. Elle avait besoin de réponses, et ce fut à travers un mot arrivé de manière impromptue qu’elle put les obtenir. Apprendre la mort de Mads la glaça au plus profond d’elle-même. Elle ne put que pressentir ce que devait souffrir Jaime. Son frère était tout pour lui et elle ne le savait que trop bien. Une fois de plus, il perdait quelqu’un. Elle l’avait tant vu souffrir lorsqu’il avait appris sa mort, puis en la retrouvant et en apprenant qu’elle lui avait menti. Ce ne devait être rien en comparaison de ce qu’il devait éprouver à présent.
Il avait de plus été blessé. Il n’en fallait pas davantage pour qu’elle courre à son chevet. Ce qu’il représentait pour elle... elle-même n’aurait su le dire avec précision. Elle l’avait aimé, de nombreuses années auparavant. Puis elle avait fini par se résigner à ce que cela ne soit qu’à sens unique et il avait été son ami, toujours là, présent lorsqu’elle avait besoin de lui. A présent, leurs rapports étaient plus confus que jamais, mais elle savait, oui, elle savait qu’elle devait être près de lui. Et elle avait peur surtout. Peur que ce ne soit plus grave encore qu’elle l’imaginait. Peur de le perdre, lui aussi, et pas uniquement à travers la mort. Mads était une partie de Jaime. Sans lui, elle avait peur qu’il finisse par se perdre lui-même. Elle ignorait de quelle manière elle pourrait l’aider, ou même si elle en serait seulement capable. Elle en ressentait le besoin et la nécessité.

Le savoir réfugié chez une être de la nuit l’avait surprise, mais cela avait été compensé par le soulagement de savoir qu’il y serait de toutes les manières plus en sécurité que dans un hôpital. Elle avait néanmoins préféré s’y présenter durant la journée, ignorant quelle aurait pu être la réaction de la propriétaire des lieux. Elle avait été surprise d’apprendre que celle-ci vivait dans Manhattan et avait alors soupçonné une certaine connexion avec les Originaux. Raison de plus selon elle pour éviter de la croiser. Elle ne se donna pas la peine de frapper lorsqu’elle arriva à la porte et apparut directement à l’intérieur. Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’endroit avait de l’allure. Elle n’avait plus vu un tel logement depuis bien longtemps. Elle ne put s’empêcher de regarder autour d’elle, voire même de toucher quelques affaires tout en cherchant la pièce où se trouvait Jaime. Elle était sur deux fronts, si bien qu’elle finit par faire un faux mouvement. Elle n’eut pas le temps de rattraper le vase avant qu’il s’écrase au sol et s’éparpille en morceau. « Oups. » Elle s’apprêtait à nettoyer lorsqu’elle entendit un bruit distinct sortir de l’une des pièces. Elle s’y précipita et ouvrit la porte pour le découvrir, là, allongée sur un lit. « T’inquiète pas, ce n’est que moi. » Elle s’approcha, lentement. Elle s’était préparée à ce qu’il se trouve en mauvais état mais là... ça allait au-delà de ce qu’elle avait imaginé et son regard le montrait bien. Il avait largement sous-estimé ses blessures. Néanmoins, elle ne recula pas. « Hey. Co... comment tu te sens ? » A peine cette question posée, elle se sentit profondément idiote. N’aurait-elle pas pu trouver mieux ?

bohemian psychedelic

_________________

i just feel sort of empty these days + And there's no remedy for memory your face is like a melody, it won't leave my head your soul is haunting me and telling me that everything is fine but I wish I was dead every time I close my eyes It's like a dark paradise.
Revenir en haut Aller en bas
 
I wish I could ease your pain (Coralaime)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» une recette bonne et pas chere...le pain de viande
» LOU PAN GROUMAND (pain gourmand)
» Crise du Pain !!!!
» No pain in your future. [Pv Sip]
» La Cascade de Pain : Illustration

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
You ain't born typical :: CORBEILLE :: Children Of cain :: Corbeille RPG-