FERMETURE DU FORUM ► Pour en savoir plus c'est ICI

Partagez | 
 

 Truth hurts. Life sucks. Death lags. | ft Joe

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
InvitéInvité
MessageSujet: Truth hurts. Life sucks. Death lags. | ft Joe   Ven 3 Oct - 23:48

Vous savez ce qu’est une journée de merde ? C’est quand même la vie vient à en perdre tout son sens, toute son utilité, peu importe combien vous pouvez vous jouer de la Mort. Pour Luc, c’était le cas en ce jour. Il n’avait suffit que de quelques heures pour que tout bascule et l’emmène plus loin que n’importe lequel de ses pires scénarios serait allé.

Il avait commencé la journée sur les chapeaux de roues, avec son supérieur qui lui avait pété le pire des cacas nerveux. Résultat, Luc n’avait rien trouvé de mieux que de fourrer un cadavre ouvert sur la table d’autopsie avec la tête de son supérieur. Si. Une fois l’autre vidé de la moitié de sa bile et des trois quarts de ses tripes, Lucern s’était pris un magnifique blâme en plus d’un renvoi temporaire. Il n’avait rien trouvé de mieux qu’errer dans les rues, voir la misère et la peur dans les yeux de chacun, pour finalement rentrer chez lui.

Ce ne fut que bien pire en voyant qu’on lui avait enfoncé la porte et retourné l’appartement dans tous les sens possibles et imaginables. Dans un étrange calme, convaincu que la loi de l’emmerdement maximal et le Destin s’y étaient mis d’un commun accord pour le faire chier au possible, il passa une grosse après-midi à tout ranger, constatant par la même occasion que rien n’avait disparu. La raison pour laquelle il s’était fait menacer était en soi assez simple : il avait des ennemis, qui n’aimaient pas sa compagnie mais ne pouvaient à présent plus se permettre d’envoyer une simple escouade d’immortels lui faire la peau. Andy avait sa petite réputation, et pas des moindres. Toutefois, il restait un mortel, facile à effrayer et encore plus à faire taire. Ou c’est ce que la majorité pensait du moins.

Après un petit détour par un endroit encore plus lugubre que le reste de la ville, histoire de dire bonjour à ceux qui l’avaient définitivement fui, il s’était décidé à se vider la tête et se remplir le gosier en buvant comme un pochetron digne de ce nom. Le seul endroit potable qu’il avait trouvé pour se faire fût le Circus, où quelques suceurs de sang ne manquèrent pas de l’approcher, demandant tous plus ou moins s’il était libre, tandis que le candidat précédent s’était gentiment fait renvoyer comme un malpropre. Personne n’insista, à l’exception d’un type un peu plus vieux qui eu le malheur de choper le mutant par le bras pour tenter de forcer. Résultat : un cadavre refroidi pour une minute, une foule de semblabes figés pendant ce délai, et un mortel en train de picoler tranquille, attendant son prince charmant qui se faisait vraiment attendre. Peut être qu’il en avait d’ailleurs oublié leur rendez-vous hebdomadaire – genre celui qu’il lui avait susurré à l’oreille lors de leur première rencontre – et qu’il était en train de voir ailleurs ?

Au point où il en était, entre son travail, son second travail, sa vie sentimentale et sa santé morale qui partaient tous en vrille, c’était à se demander ce qu’il attendait de plus pour se jeter par la fenêtre … Qu’il y en ait une, certes, mais bon. Puisqu’il avait atteint le fond, et qu’il y avait à présent peu de chances qu’une merde de plus ne lui tombe dessus, il commanda un nouveau verre, porta un toast en solo et avala le liquide cul sec. Encore.

Et voilà que le cadavre reprenait des couleurs … Ou pas, si on oubliait son air vert de rage et ses crocs de sortie. Journée de merde. Vie de merde. Immortels de merde. Bref, la totale. Et pour couronner le tout, cela faisait un an qu’elle était morte, jour pour jour.

[ HRP : Et un Luc blasé, servi sur un plateau ! Un ! ]
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✤ Messages : 4573
✤ Barge depuis : 29/01/2013
✤ Avatar : Jessica Lange
✤ Crédits : SWAN ( Avatar ) + DISTURBED ( Code signa ) + TUMBLR ( Gif ) + AHS - Freakshow - Carnival ( Musique et paroles )
✤ Âge personnage : 55 ans
✤ Humeur : Fourbe
✤ Profession : [PNJ] Mère supérieure de la Confrérie. Haute naissance, héritière de la famille fondatrice.
✤ Philosophie : La vengeance est un plat qui se mange froid.
✤ Localisation : Salem. Dans tous ses recoins.
✤ Pouvoirs : Pouvoirs liés aux sorcières. Pratique la magie blanche, banie la magie noire et ses pratiquantes. Afinité avec l'air, sous toutes ses formes. Peut déclencher des Tornades de classe 5. S'infiltrer dans votre petite tête ou faire de vous un misérable pantin.

Relationship
→ citation:
relationships :
Catherine d'AbsacPNJ ; Miss patronne ménopausée
MessageSujet: Re: Truth hurts. Life sucks. Death lags. | ft Joe   Dim 5 Oct - 14:50


 TRUTH HURTS. LIFE SUCKS. DEATH LAGS. 
Autant chercher une aiguille dans une botte de foin. Voilà la conclusion. Les mots que Vlad lui-même avait employé. Mais une promesse étant ce qu'elle est, et parce que, à sa façon, Joe ne tient pas à perdre l'aide du prince déchu, elle s'y est tenue et s'y tiendra jusqu'au bout. Mais dire que la réponse est sous leur nez depuis tout ce temps … Ici, à New-York ! A y regarder de plus près, la mutante à la nette impression d'avoir déjà vu ce type quelque part. A-t-il déjà été de ceux qu'elle a injectivé ? Poussé de son chemin comme un vulgaire parasite ? Un client ? Non, rien de tout ça. Pourtant, ces traits lui sont familiers. Elle est plantée dans ce bar depuis un moment déjà. La dernière fois, elle y avait croisé Vladimir, alors que Rousseau faisait mine d'être 'son vampire'. La simple idée d'avoir pactisé avec l'Originel lui file la gerbe. La recontre avait été étrange … Et par la suite, un marché était né. Une promesse. Alors que des siècles les séparent de leurs premières rencontres, alors qu'ils s'étaient oubliés après un bal costumé, et qu'elle était alors une autre. Une chose bien différente. Ils avaient lié leur destin, scellé le tout par un contrat.

Il faut qu'elle retrouve Ulrick. Tous les moyens sont bons. Mais quoi qu'il advienne, son compagnon lui sera rendu. Et ce Luc l'y aidera. Skender n'avait tout d'abord pas demandé de retour à son aide. Ce n'était pas donnant donnant. Mais Joe déteste les dettes. C'est donc le cul planté sur l'un des canapés, jambes croisés et dos droit, qu'elle observe. Elle sait qu'il va venir, son informateur lui a assuré qu'il passait beaucoup de temps dans les parages pour y voir un vampire. Durant sa contemplation, tandis que son verre à la lidueur dorée meurt doucement dans l'oublie, enfermée dans sa prison de cristal. Quelques sangsues tentent bien leur chance. Et à chaque fois, c'est à peine un coup d'oeil oblique, noir et glaciale, qu'elle leur lance, avant d'entrouvrir les lèvres pour ne prononcer qu'un simple nom : Rousseau. Et à chaque fois, leurs mines déconfites palissent plus encore, avant qu'ils ne rebroussent chemin. C'est perfide, d'user de la réputation du damné, mais Joe a une conscience … Disons déviante et décalée. Dans sa robe sombre de dentelles, cheveux ondulant sur ses épaules et peau diaphane, elle pourrait se confondre aux morts. Morts qui, de leur côté, sentent avec curiosité la fragrance tendre et épicé de la mutante. La mutation n'étant pas le seul élément chez elle à pousser à la curiosité. Une revenante, peut-être bien la seule à fouler les terres de New-York, n'est pas définissable.  Certains même, l'avisent avec intérêt, ou angoisse.  L'ombre d'Erzberth dans leurs pupilles. L'ex-vampire sait que quelques rares survivants de sa folie meurtrière sont toujours là, qu'ils ne comprennent pas, qu'ils analysent sans avoir toutes les données. Qui est cette femme, ce double identique, dont le cœur bat encore, et qui ressemble à s'y méprendre à un bourreau enterré six pieds sous terre il y a de cela douze années ? Mais ils n'auront jamais de réponses à leurs interrogations.

Quand enfin, sa proie entre dans le bar, la brune s'apprête à délaisser sa place pour le rejoindre au comptoir. Mais quelque chose l'intrigue, elle veut observer davantage. Epier dans l'ombre. Et Joe n'est pas déçue du résultat. Beaucoup tentent d'approcher, la plupart reculent. Sauf un. Et les effets secondaires sont … Ettonants. Le machabbé perd pied, s'écroulant presque aussitôt. Les regards curieux se tournent aussitôt vers le responsable. Qu'est-il ? Sorcier ? L'idée lui déplaît. Mutant ? Joe fronce les sourcils, avant d'agripper son verre pour le porter à ses lèvres. Il semble qu'il y est plus de mystère qu'il n'y paraît qui tournent autour de celui qui se fait appeler 'Andy' en ces lieux. Le damné est-il mort ? C'est à peine si elle hausse un sourcil, en attendant sagement que l'autre s'éveille.  Prête à bondir en cas de danger. Cet être est précieux pour Vlad, elle doit le ramener vivant et sans une égratignure. La bestiole bondit déjà sur ses pieds, avant de sortir les crocs, rugissant et feulant droit vers un Luc visiblement plus blasé que jamais. Toujours accoudé, à siroter sa liqueur alcoolisée. Et la brune soupire longuement, se mouvant tel un félin avant de taper l'épaule de l'hystérique.

- Eh !

L'autre se détourne, l'avise de la tête aux pieds, elle qui à côté semble minuscule. Elle ignore l'âge de l'animal, mais il est certain que ce n'est qu'un vampire lambda. Pas un Originel, et encore moins un vampire d'influence. A en juger par sa dégaine, il est de ces punk qui errent dans les rues de New-York.

- Fous-moi la paix, Nabot, j'ai un truc à régler avec lui.

Un, deux, trois … Respirer, expirer. Ca grouille de vampires. Un, deux, ou trois, elle peut gérer. Un nid entier ? Certainement pas.

- Cet humain est à Vladimir Skender. Ajoute la jeune femme, dos droit. Elle ne perd pas son assurance, et lève le menton tandis que l'autre se tourne lentement vers elle, penchant sa tête animale aux traits déformés.

Le monstre est dévoilé.

- Ah ouais ? Vraiment ? S'enquiert le vampire avec cynisme, prêt à éclater de rire.

Mais la brune est plus rapide, ses deux mains venant agripper la tête du vampire. Elle est bien obligée de tendre les bras malgré ses talons. Ils ont beau avoir quelques spectateurs, elle n'en a rien foutre. Dans un craquement écoeurant, les griffes de la mutante font pivoter le coup du mort, qui s'écroule à nouveau à ses pieds.

- Ouais, vraiment.

Quelques exclamations percent la musique bruyante du bar, des humains s'agitent, préférant rapidement fuir les lieux avant qu'une baguarre n'éclate. Et lorsqu'un nouveau vampire se précipite sur elle, prêt à défendre son confrère, la brune tourne légèrement son torse, levant un doigt à l'ongle pour une fois entretenu levé en l'air.

- Rousseau ! Combien de fois je vais devoir me répéter, ça devient lassant. Vous voulez que je l'appelle ?

Silence. Même le volume de la musique semble avoir diminué. Visiblement, aucun Originel ne rôde dans les parages, ou du moins, pas un aussi vieux que celui dont elle clame le nom à contre-coeur pour éviter d'avoir à serrer les poings. Quelques bougons décident de courber l'échine, d'autres de retourner à leurs occupations en lui lançant des regards noirs. L'un d'eux vient même récupérer le corps du presque mort, l'éloignant d'eux afin d'éviter une nouvelle altercation.

- Bien. Soupire Joe, avant de venir prendre place aux côtés du mutant. A toi maintenant, fait-elle le plus simplement du monde, avant poser un coude sur le bar. Je suis Joe. Je viens de la part de quelqu'un qui souhaite te rencontrer. »

Des préliminaires ? Pour quoi faire ?

FICHE PAR SWAN.


hj : Ca va, elle est pas de mauvais poil là. 8D

_________________
VIENS JOUER AVEC CATHOU
Revenir en haut Aller en bas
http://childrenofcain.forumactif.org/t1872-catherine-d-absac-che
avatar
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Truth hurts. Life sucks. Death lags. | ft Joe   Dim 5 Oct - 18:46

Trois … Deux … Un … Et voilà que l’autre reprenait vie, ou un simulacre de non mort en tout cas. Lucern hésitait. Que devait-il faire ? Le tuer de nouveau, se laisser bouffer, lui montrer qu’il n’était pas qu’un simple mortel dont l’autre pouvait disposer à sa guise ? Au final, tant qu’il pourrait noyer son désespoir dans l’alcool, il resterait ouvert à toute proposition. C’est alors que l’autre débarqua, pile au bon moment. Le prince charmant avait visiblement perdu ses burnes et gagné en taille de poitrine … Ouais, c’était à chier comme réflexion, mais dans son état il n’était déjà plus vraiment capable de faire mieux. Se souciant peu de son intervention, il ne pu pourtant pas ignorer le nom qu’elle avait osé prononcer.

A peine eût-elle le temps d’articuler le nom que Luc avait déjà tourné sa tête vers elle, plus surpris que jamais. Plusieurs pensées fusèrent en même temps, s’entrechoquèrent même, et manquèrent de lui filer un mal de crâne monstre. La pire des choses à faire une fois bourrer, c’était de penser. Sauf que là, elle venait de lui donner une bonne raison de vider une boîte entière d’antidouleurs ! Il ne comprenait pas, comment elle pouvait savoir ça, savoir qu’il s’agisse de lui, et surtout en être aussi certaine. Finalement, toutes ses interrogations s’envolèrent quand le bruit aussi caractéristique que dégoûtant se répandit dans l’air, et que l’autre tomba de nouveau raide mort. Qu’était-elle pour lui faire ça ? Un vampire ? Ca paraissait logique, et il n’était de toute façon pas en mesure de penser plus. Il n’en avait d’ailleurs pas besoin, car vampire ou pas, elle représentait un danger.

Une force surhumaine, et surtout des informations aussi sensibles que précises sur lui … Il devait fuir. Maintenant. Profitant qu’elle fasse la morale aux autres suceurs de sang – les voir reculer comme des gamins pris en faute fut épique – en énonçant un simple mot qu’il aurait juré avoir déjà entendu, il chopa la bouteille de Whisky – profitant que même le barman se soit fait la malle – et tenta de se barrer en catimini, avant qu’elle … « A toi maintenant. » Trop tard … Pris sur le fait et incapable de fuir, il mobilisa toute sa concentration pour garder son regard planté dans le sien, bien qu’il mourrait d’envie de voir ce qu’il se passait aux alentours, à l’image de n’importe quel type trop curieux – ou craintif – pour rester une seconde de plus figé sur l’image d’une psychopathe à deux doigts de vous faire la peau.

« Enchanté. » Ou pas. Nan, sérieux, ce n’était certes pas la première fois qu’il agissait par politesse, mais là le sarcasme fût tellement évident que la tournure en devint presque insultante. En même temps … Vu ce qu’elle venait de lui balancer, il n’y aurait de toutes façons pas eu grand-chose d’autre qu’il aurait pu lui balancer, si ce n’est … « Et pourquoi ce quelqu’un vient pas en personne ? J’vaux même pas la peine qu’on se déplace pour moi, hein ? » La pensée voilée par l’alcool et ses griefs, il n’avait eu qu’une explication potable quant à sa présence en ces lieux : Elle était un autre homme de main de celui qui avait fait ravager son appartement, et le grand patron voulait maintenant rencontrer ledit Andy, peu importe qu’il se soit fait sauter par un vampire précédé par sa réputation. Bien informée et convaincante de par ses actes, il aurait vraiment du rester civilisé et l’écouter. Mais entre l’alcool et son désespoir, cette hypothétique et courtoise discussion était finalement devenu quelque chose de plus … Enfin un peu moins … Nan, juste pathétique en fait.

« Et si MOI, j’ai PAS envie de le rencontrer ? » Il éclata de rire, fier de sa connerie et surtout trop imbibé pour se retenir. Avec une difficulté montrant clairement qu’il avait dépassé le stade de l’ébriété, il se leva de son tabouret, embarqua la bouteille et pointa la demoiselle du doigt. « T’es qui pour venir m’emmerder ? Ca vous a pas suffi de démolir mon appart ? Faut aussi que je paye … » Un haut le cœur plus tard et l’envie momentanée de vomir passée « Que je paye parce que j’ai vendu je ne sais qui à un parfait inconnu pour quelques billets ? » Tutoyer une demoiselle et la pointer du doigt, que de politesses … Il avala une nouvelle gorgée, respira bruyamment pour essayer de faire partir la brûlure dans sa gorge, puis reprit « Et puis d’abord, comment t’en sais autant sur l’autre ? J’suis pas à lui, je … Et … » Il prit une bonne inspiration, pour tenter de démêler ses pensées et en venir à la seule conclusion qui lui semblait concrète « Il est pas lààààà … »

Constatation destructrice, elle le fut pour la bouteille qui se brisa sur le sol, juste après que Luc l’ait lâchée, incapable de faire preuve d’une quelconque retenue, dans tous les sens du terme. Son vampire n’était pas là, et il ne viendrait sûrement pas. Il n’avait pas besoin d’une super-nana pour l’escorter jusqu’à de nouvelles emmerdes, seulement d’être dans les bras de l’immortel pour que plus rien d’autre ne compte. Par une suite logique aussi compliquée que foireuse et incompréhensible pour le commun sobre des mortels, il se mit à chialer comme un gamin et se jeta dans les bras de la demoiselle, à la recherche de réconfort. Pas sûr que ce soit une bonne idée, mais ça il y réfléchirait plus tard, genre une fois sa gueule de bois passée, ou un magnifique poing arrivé dans sa face …

[ HJ : Si jamais tu as du mal à rép à ce pavé de grand n'importe quoi, n'hésite pas à me MP xD ]
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✤ Messages : 4573
✤ Barge depuis : 29/01/2013
✤ Avatar : Jessica Lange
✤ Crédits : SWAN ( Avatar ) + DISTURBED ( Code signa ) + TUMBLR ( Gif ) + AHS - Freakshow - Carnival ( Musique et paroles )
✤ Âge personnage : 55 ans
✤ Humeur : Fourbe
✤ Profession : [PNJ] Mère supérieure de la Confrérie. Haute naissance, héritière de la famille fondatrice.
✤ Philosophie : La vengeance est un plat qui se mange froid.
✤ Localisation : Salem. Dans tous ses recoins.
✤ Pouvoirs : Pouvoirs liés aux sorcières. Pratique la magie blanche, banie la magie noire et ses pratiquantes. Afinité avec l'air, sous toutes ses formes. Peut déclencher des Tornades de classe 5. S'infiltrer dans votre petite tête ou faire de vous un misérable pantin.

Relationship
→ citation:
relationships :
Catherine d'AbsacPNJ ; Miss patronne ménopausée
MessageSujet: Re: Truth hurts. Life sucks. Death lags. | ft Joe   Jeu 9 Oct - 19:07


 TRUTH HURTS. LIFE SUCKS. DEATH LAGS. 
« - Enchanté.  

Le ton du gosse pue l'insolence. Il a de la chance d'être la descendance de Vladimir. Même si, en apparence, elle semble tout à fait seraine, la petite agitation précédente vient d'affoler ses plus bas instincs. La violence contenue fourmille dans ses veines et la fait palpiter entièrement. Et un goût d'adrénaline sur la langue, Joe avise le drôle de spécimen devant elle. Qu'il soit méfiant n'est pas une surprise, c'est donc un sourire polit qu'elle lui offre. Court et pincé. La mutante n'aime pas spécialement le cirque, pour être honnête.

- Et pourquoi ce quelqu’un vient pas en personne ? J’vaux même pas la peine qu’on se déplace pour moi, hein ?

Faciès blasé. Moue neutre. Elle a vraiment l'air de s'emmerder. Joe le fixe avec lassitude. Il est complètement bourré … Comment peut-elle discuter avec un type complètement torché ? Ca complique légèrement les choses. Ce Luc va être totalement incohérent, peut-être même carrément ingérable.

«  - Non. Il ne sait pas que je viens de te trouver. C'est une affaire complexe que je compte bien t'expliquer, mais uniquement en sa présence.

Pause. La brune étudie tranquillement le cas douteux perché sur le bar, avant qu'il ne se secoue dans tous les sens pour se tourner elle, la gueule de travers.

- Et si MOI, j’ai PAS envie de le rencontrer ? Lâche l'hystérique alcoolisé avec un éclat de rire dément. Il a l'air fier de lui, d'une blague qu'il est bien le seul à comprendre. Car il n'y a même pas de plaisanterie à saisir ici. Typique d'un bourré.

- T’es qui pour venir m’emmerder ? Ca vous a pas suffi de démolir mon appart ? Faut aussi que je paye … Matei semble sur le point de gerber. Forcément, à force de dire des conneries. La brune lève les yeux au plafond, mimant la patience tandis qu'il se reprend pour achever sa phrase sans queue ni tête. Que je paye parce que j’ai vendu je ne sais qui à un parfait inconnu pour quelques billets ?

- Et puis d’abord, comment t’en sais autant sur l’autre ? J’suis pas à lui, je … Et …  Il est pas lààààà …

Joe n'est pas croyante. Mais là, vraiment, elle a envie de prier pour qu'on la tire d'ici. Vlad lui doit plus qu'une fière chandelle. Non seulement elle vient de faire l'impossible – car il n'y aucun doute, Lucern Matei est bien le descendant de Vladimir Tepes – mais, en plus de ça, elle doit subir l'assaut violent de l'ivrogne. Tout ce qu'il dit n'a aucune cohérence. C'est bien pour cette raison qu'elle n'y prête pas attention du tout. Qu'un petit élément qui l'aurait, en temps normal, mise sur la route de la méfiance, ne l'inquiète pas plus que cela. Il se jette sur elle, l'enlaçant tout en larmoyant comme un bébé. On dirait un gosse. Eh beh mon vieu, bonne chance avec ça, qu'elle songe en écartant les bras, grimaçant tout en levant le menton pour respirer. Il pue l'alcool à plein nez.

- O-Ok … Ca va aller. Lâche-moi maintenant … Balbutie l'ancienne vampire d'une voix sourde, étant tout sauf tactile. C'est quoi leur problème dans cette famille ? Vlad n'arrêtait déjà pas de la tripoter à leur dernière rencontre, et l'autre s'y met aussi ?

Ce con REFUSE de lui lâcher la grappe. Ses doigts s'agrippent à sa robe, tandis que quelques larmes souillent son épaule. Tout en soupirant, la brune jette quelques coups d'oeil embarassé vers leur … Public. Oui, ils se donnent clairement en spectable. Si les farouches angoissés de tout à l'heure sont déjà loin, d'autres, plus neutres, semblent se marrer comme des petits fous. Putain de merde. Ca l'indispose vraiment. Joe n'aime pas qu'on la touche sans son accord. Petit fillot lointain de Vlad ou pas, la brune explose.

- Ca suffit, lâche-moi ,Matei ! Rugit la mutante en lui agrippant sauvagement les bras, le forçant à lâcher prise.

Joe discerne une étrange lueur dans son regard. Panique ? Apréhension ? Sentiment confu de danger imminent ? Ses mains agrippent ses poignets, et Joe ouvre ses lippes, prête à le calmer avec fermeté, comme on calme un enfant désobéissant. Jusqu'à ce que le contacte de sa chair contre son épiderme ne l'électrise. Rien à voir avec du désire, non, au contraire. Johanna tremble de la tête aux pieds, sentant tout son être se dissoudre. Une vague douloureuse, la prenant de la voûte plantaire jusqu'au crâne. La mutante tremble comme une feuille,  lâchant un gémissement de stupeur tout en reculant brutalement. C'est comme si … Elle venait de ... Freezer. Comme l'écran d'un ordinateur. L'adrénaline ondule dans veines, la frappant de plein fouet, provoquant des tremblements sans fin et la gelant sur place. D'un coup, Joe est glacée, son palpitant paniqué cesse même de battre. L'éternelle sale gosse ignore la durée du phénomène, mais plusieurs fractions de secondes la paralysent, lui donnant la sensation d'être … Morte.

Ca ne dure qu'un instant, un instant insoutenable, où la vieille femme aux allures juvéniles bondit en arrière, s'éloignant de Luc Matei tel un félin furibond.

- C'était quoi ça ?! » S'exclame Joe d'un ton tremblant, sentant une perle de sueur couler le long de sa nuque, la respiration haletante et les lèvres entrouvertes.

FICHE PAR SWAN.


hj : T'es fou toi. C'était impec'. La grosse marade. Y sont pas finis ces deux-là. XD J'espère que ma réponse va aussi, tout comme la réaction de Joe quand Luc la touche ... Et pardon pour le temps ! Semaine compliquée. uu

_________________
VIENS JOUER AVEC CATHOU
Revenir en haut Aller en bas
http://childrenofcain.forumactif.org/t1872-catherine-d-absac-che
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Truth hurts. Life sucks. Death lags. | ft Joe   

Revenir en haut Aller en bas
 
Truth hurts. Life sucks. Death lags. | ft Joe
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Live your life to death (Featuring Nayki)
» Lugh ❖ If truth hurts, just change it
» all my friends are heathens take it slow (life and death brigade)
» ISAAC K. EXANDER - Life Sucks
» — bring me to life

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
You ain't born typical :: CORBEILLE :: Children Of cain :: Corbeille RPG-