FERMETURE DU FORUM ► Pour en savoir plus c'est ICI

Partagez | 
 

 Rock me, Darling - [Korraric]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
✤ Messages : 4476
✤ Barge depuis : 13/08/2013
✤ Avatar : Tom Hiddleston
✤ Crédits : SWAN ( avatar ) + Disturbed ( Signature ) + TUMBLR ( gifs profil ) + Puscifer ( musique )


✤ Âge personnage : 3801 ans.
✤ Humeur : Consciencieux, mais agacé.
✤ Profession : Trafiquant d'organes ( Ne récupère plus que les corps des Raids. ) Et de poches de sang. Ariana Vander s'occupe de son réseau pendant la journée.
✤ Philosophie : Ne jamais remettre au lendemain ce qu'on peut faire aujourd'hui
✤ Localisation : Partout à Salem.
✤ Pouvoirs : Provoquer des illusions chez ses victimes. Plus ceux d'un Originel.

Relationship
→ citation:
relationships :
Alaric G. RousseauRousseau ; Elu connard de l'année
MessageSujet: Rock me, Darling - [Korraric]   Sam 18 Oct - 15:26


ROCK ME, DARLING - KORRA&ALARIC
La langue du monstre dessine un sillon le long de la carotide de la frêle créature, ses crocs plongeant sans ménagement dans la chair. L'hémoglobine dégouline le long de sa mâchoire, ondulant et formant une fine gouttelette, qui dans un claquement que lui seul peut entendre, retombe sur le buste de sa proie, glissant jusqu'à sa poitrine. Les dents-longues se rétractent, se tapissant dans ses gencives, tandis que les lippes fines du damné aspirent une dernière lampée. Léchant et fermant la plaie, glissant jusqu'au trait fin de la poitrine et …

« - Oh pitié, j'vais gerber.

Le blond fronce les sourcils, relevant sa bouille aux babines couvertes de  vermeille, pour fusiller la brune aux prunelles émeraudes d'un regard noir.

- Wolfgang, veux-tu bien la fermer. Je mange.

La mutante, vautrée sur un siège, guibolles ouvertes et moue revêche, croise les bras tout en balançant la tête en arrière.

- Qu'est-ce que je fous là, Rousseau ! Gronde-t-elle en tapant d'un pied, visiblement impatiente.

Alaric hausse un sourcil, ses azures s'intéressant de nouveau à la frêle créature, tremblante, gémissante et légèrement pantelante entre ses bras tendus. Onyx contre opales, ses pattes fines et fermes s'emparent de la mâchoire du bout de viande.

- Oublie ça, et va laver le sang.

L'automate au regard vide acquiesce mollement, se redressant pour quitter les genoux de l'immortel, lui aussi vautré sur un fauteuil aux teintures pourpres. En dehors de la pièce, derrière les cloisons fines, ses esgourdes sensibles perçoivent chaque son comme s'il y était. Un combat fait rage. La foule hurle, jubile et insulte les opposants dans l'arène. Une fois qu'ils sont seuls, Alaric se redresse, allant chercher une serviette tout en léchant ses lèvres badigeonnées de sang.

- Tu infestes l'odeur de Skender, Wolfgang.

Imperceptiblement, les mâchoires de la brune se serrent. Oh, aurait-il réveillé un souvenir désagréable ? Oups.

- Qu'est-ce que je fais là ? Redemande Johanna, rebaissant le menton pour le fixer d'un œil blasé. Ses éternels boucles noires ont visiblement disparues. Fauchées impitoyablement par un coup de cisaille.

- C'est amusant … Vraiment. Toi qui te condamnes à finir sous ma coupe pour ce … Chien, et qui revient … Les veines pleines du fluide d'un autre.

Visage neutre, les cadre de filets noirs entoure le visage de la mutante, qui pince les lèvres avant d'articuler une nouvelle fois :

- Qu'est-ce que je fais là ?

- Chasse le naturel, il revient au galop. Rétorque le vampire en nettoyant les dernières goûtes de sang souillant sa peau. Son sourire mauvais disparaît, tandis que ses grands pieds nus l’amènent vers la mutante qui, au fur et à mesure qu'il avance, se contente de lever ses iris dans ses orbites. Un vrai Pitt-bull. Tu peux prendre le dossier à côté de toi. Ordonne Alaric en pointant l'objet de son attention posé sur une table, laissant la mutante s’exécuter, puis l'ouvrir pour en sortir un petit cadre de papier glacé. C'est ta cible, il est dans les gradins. Fais ce que tu veux, mais liquide-le sans te faire repérer. Et fais passer ça pour un accident. Ce crétin croit qu'il peut quitter mon business du jour au lendemain, sans répercutions.

Les prunelles de la mutante quittent un instant la photographie, avant de vriller les siennes.

- Et je suppose qu'il en est persuadé ?

- Ce ne serait pas drôle, sinon. Se contente de répondre Alaric en haussant les épaules.

Dehors, les cloches sonnent, scellant un énième combat.

- Bah bien sûr.

Sarcasme à peine voilé, étouffé par la porte qui claque pour faire barrage entre eux. Alaric est déjà dehors, seulement vêtu d'un bas sombre. Pour donner l'illusion, ses mains sont encerclées de rubans au blanc passé depuis longtemps. Plus il approche de l'arène dans le décor miteux, plus les cris de la foule l'éveillent et l'amusent. Il adore venir ici, se faire passer pour un simple mortel, et entendre la petite masse humaine hurler un prénom qui n'est même pas le sien. Icare. Comme l'aigle qui vit dans l'immense serre à l'arrière de son domaine, ou celui qui ondule dans dos, gravé dans son épiderme. Griffes et bec en avant, ailes déployées sur ses omoplates. Les primates déchaînés attendent le prochain combat, tandis qu'Alaric s'apprête à entrer dans la pièce. Annoncé, comme à son habitude, acclamé par les parieurs qui aiment faire fortune grâce à ses victoires. Le sol est couvert de sable, et les projecteurs aveuglant illuminent l'immense carcasse du grand brun roux qui, en une enjambée, rejoint l'arène sous les acclamations de la foule. Ici, il ne tue pas. Il fait simplement mordre la poussière, se défoule et joue avec lui-même. Jusqu'où peut aller son contrôle ? Sa soif de sang insatiable mise à rude épreuve. l'Originel anonyme ballait l'espace d'un regard présomptueux, ses épaules se mouvant jusqu'à atteindre sa nouvelle proie.

Et, oh, surprise.
La tête de la bestiole curieuse se penche sur le côté, animale.

Celle qui vient de faire son entrée, une grande brune aux prunelles glacées, et bel est bien une femme. Il doit avouer qu'il en voit peu, en ces lieux sordides. Si ce n'est dans les gradins, ou à la sortie, toutes prêtes à se jeter dans ses bras. Un sourire étire le coin de ses commissures, tandis que le Français arrive d'une démarche féline au milieu de la piste, surplombant la petite silhouette élancée de la fille. Mignonne, vraiment.

Et il attend, l'Arbitre prêt à balancer le feu vert.

FICHE PAR SWAN.

_________________


Dernière édition par Alaric G. Rousseau le Mer 5 Nov - 10:49, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://swanlive.livejournal.com/
avatar
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Rock me, Darling - [Korraric]   Sam 18 Oct - 17:06


Rock me, Darling
Alaric G. Rousseau & Korra T. Kalgan

Si de temps en temps Korra pouvait participer à des combats entre mutants ou entre créatures surnaturelles, le plus souvent, elle se retrouvait dans des clubs de combat humains, qui restaient pour le moins tout autant illégaux. Si tant est que ça voulait dire quelque chose, au final. Elle ne pensait pas que les Originels se souciaient de ces clubs plus que de leur première dent de lait. À son humble avis, leur qualification d'« illégaux » tenait plus de la tradition qu'autre chose. Si ça se trouve, ça faisait même marrer les dents longues qui devaient peut-être même se faire du pognon avec les paris ou même y mettre leurs poulains.
Korra participait à la plupart des types de combats, avec ou sans magie. Contre des humains, des mutants, des sorciers et parfois même contre des vampires. Mais elle évitait les lycans. Bien qu'elle ne les supportait pas, elle ne faisait pas vraiment le poids. Et, souvent, les organisateurs ne mettaient que des vampires ou des personnes avec des pouvoirs qui pouvaient se mesurer à ces bestioles. Un type qui se transforme en ours peut-être, ou un truc du genre.
Si elle les détestait du plus profond de son être, et qu'elle rêvait de tuer le moindre humanoïde qui osait rabaisser l'espèce canine en se l'appropriant, elle n'avait pas la force de le faire. Qui plus est, à un moment donné, à chaque fois qu'elle se battait contre l'un deux, elle ne pouvait s'empêcher de revoir son village et ses parents, et cette créature qui l'avait poursuivie sur des kilomètres.
Heureusement, elle n'avait pas le pouvoir de les détecter, sinon sa vie aurait été un enfer.

Des fois, elle s'amusait à deviner la nature des gens dans la rue, mais ça ne la menait pas très loin, puisqu'elle n'avait aucun moyen de vérifier. Et puis elle avait d'autres moyens de se faire de l'argent que de parier avec elle-même (activité fort peu enrichissante s'il en est).
La brunette n'était pas la première à se battre ce soir-là et elle observait les combattants précédents s'en mettre plein la gueule depuis le premier rang des gradins. Les coudes sur les cuisses et le menton dans les paumes, elle suivait les mouvements. À force d'observation, elle retint les prises, les techniques. S'il lui fallait certes du temps et pas mal d'essais pour les reproduire, elle comprenait vite comment éviter les coups et trouver la faille qu'ils laissaient. Sa bouche s'étira en un sourire derrière ses doigts qui pianotaient sur ses lèvres. Sa jambe droite tressautait un peu. Pas de stress, non, d'impatience.
Elle était silencieuse mais les spectateurs tout autour d'elle braillaient à n'en plus avoir de voix. Ils brandissaient poings et billets en l'air en vociférant avec force. Etonnement, on entendait presque plus les femmes que les hommes. Si les gars grognaient et juraient, ils s'occupaient seulement de transpirer pour leur favori (et leur pognon) ou bien de jubiler avec des symboles de dollars illuminant leurs pupilles. Les femmes, elles, puisque c'étaient des beaux gars violents et virils qui s'affrontaient dans l'arène, se soumettaient aux hardeurs de leurs hormones. Sans avoir ce pouvoir, Korra sentait presque l'odeur douceâtre de l'oestrogène dans la pièce brûlante. Elle en aurait rit. Pourtant, elle savait que quand elle mettrait le pied dans le sable en bas, des mains caleuses et plus ou moins poilues se glisseraient dans les frocs. Elle s'en foutait royalement, tant que ça pouvait lui rapporter indirectement du fric. Elle ne vendait pas son corps de cette manière. Si elle acceptait parfois de se faire royalement casser la gueule en face d'un adversaire trop fort, elle ne se laissait pas tripoter pour une poignée de billets. Jamais. Elle n'était pas désespérée à ce point.

Un craquement retentit, une gerbe de sang s'étala dans le sable. Le gars avec le tatouage de dragon sur le crâne s'étala par-terre inconscient. Un coup bien placé de son adversaire. Il y avait un gagnant. Autour de la brune, un mélange d'émotions s'éleva et elle s'étira. Debout, elle fila tranquillement vers la salle précédent l'entrée des participants dans l'arène.
Si elle portait bien quelque chose aux pieds, ça tenait plus de ballerines que de bottes de combat. À vrai dire, ça ne lui servait pas à grand chose mes ses pieds étaient dans un sale état en ce moment et ça ne valait pas la peine d'empirer la chose avec du sable. Elle se payerait une pédicure avec son « salaire » de la semaine. Par-dessus, un bermuda vert sombre, ample, avec des élastiques au-dessous des genoux (tant pis pour la sexyness que les gars attendait), et un débardeur plus clair. Ses mains et ses avants-bras étaient recouverts de bandages comme il est de coutume. Epais et résistants, surtout pour lui éviter les écorchures en donnant des coups et en en parant d'autres. De plus, à l'intérieur des paumes, juste à la racine des doigts, elle avait un petit boudin plus résistant, mais toujours relativement souple qui lui permettait de ne pas se briser les dernières phalanges lorsqu'elle foutait son poing dans les miches d'un dur.
Si tout le monde savait qu'il ne fallait pas mettre son pouce à l'intérieur de son poing, plus rares étaient ceux qui savaient ce dernier point.

On débarrassa l'arène du gars inconscient qu'on laissa dans un coin le temps qu'il revienne à lui et le vainqueur salua ses fans avant d'aller chercher ses billets. Et on annonça son combat. Elle devait se battre contre un certain Icare. Homme ou femme ? Difficile de l'affirmer. Mais se battre contre un type ne lui faisait pas peur. Elle était fine et rapide, mes ses coups portaient bien. Comme des aiguilles.
Le public semblait le connaître puisque les hourras rugirent avec enthousiasme. Elle entra peu après lui et vit un grand type, droit, élancé, finement musclé. Les projecteurs accrochaient des reflets roux dans ses cheveux bruns et son regard d'un bleu froid répondit au sien. Bon. Il semblait presque surpris de se retrouver face à une femme. Un lent sourire se dessina sur les lèvres de la brunette et elle s'avance jusqu'au milieu, s'inclinant imperceptiblement sans le quitter des yeux avant de se courber un peu pour se mettre en position, agile sur ses pieds.

Puis la cloche résonna et les hurlements commencèrent. Et cette fois-ci, les voix rauques masculines se joignirent à celles des femmes enragées. Ils espéraient sûrement que son opposant l'amoche assez pour déchirer en partie ses vêtements tandis que mesdames devaient osciller entre l'envie de la voir se faire ramasser et l'envie qu'elle l'explose pour ensuite venir le soigner et se laisser dominer pour le réconforter... À nouveau, elle en aurait ri.
Korra inclina un peu la tête alors qu'elle songeait qu'il n'avait pas placé le premier coup. Un faux galant qui voulait sûrement jouer avec elle. Elle en avait connu des tas des comme ça. Elle s'en était même tapé, même si elle leur avait fait appeler leur mère en pleurant.
Glissant un pied en arrière dans le sable, elle balança son poing. Le gauche. Elle était presque ambidextrement parfaite et les gens s'attendaient moins souvent à voir un coup arriver de ce côté là. La plupart de la population mondiale était droitière et savoir utiliser aussi bien la gauche de son corps était un atout non négligeable. Surtout dans des combats.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
✤ Messages : 4476
✤ Barge depuis : 13/08/2013
✤ Avatar : Tom Hiddleston
✤ Crédits : SWAN ( avatar ) + Disturbed ( Signature ) + TUMBLR ( gifs profil ) + Puscifer ( musique )


✤ Âge personnage : 3801 ans.
✤ Humeur : Consciencieux, mais agacé.
✤ Profession : Trafiquant d'organes ( Ne récupère plus que les corps des Raids. ) Et de poches de sang. Ariana Vander s'occupe de son réseau pendant la journée.
✤ Philosophie : Ne jamais remettre au lendemain ce qu'on peut faire aujourd'hui
✤ Localisation : Partout à Salem.
✤ Pouvoirs : Provoquer des illusions chez ses victimes. Plus ceux d'un Originel.

Relationship
→ citation:
relationships :
Alaric G. RousseauRousseau ; Elu connard de l'année
MessageSujet: Re: Rock me, Darling - [Korraric]   Sam 18 Oct - 18:28


ROCK ME, DARLING - KORRA&ALARIC
Ils beuglent. Etres primitifs. Les effluves, toutes les fragrances, s'insinuent jusqu'à lui. Les veines palpitent, les testostérones explosent. Les phéromones … Et des élans d'hémoglobine ou de … Hum, cyprine. L'humain est une bête méprisable bonne à jeter en pâture aux monstres, à dévorer sans limite. Ceux dépourvus d'une petite étincelle d'unique … Une touche singulière … Ceux-là sont indignes d'intérêt. La fille est entourée d'une fragrance qu'il reconnaît et qu'il a perçue un peu plus tôt. Mutante. Tiens donc … Une petite tricheuse. Il serait hypocrite d'aller la blâmer pour ça. Alaric se contente d'étirer ses lèvres, jusqu'à ce que les cloches explosent jusqu'à leurs esgourdes. C'est un rythme endiablé de jurons et de cris fiévreux. Le français, dos droit, carcasse fine et musclée, se contente d’observer les mouvements de la femme qui se tient face à lui. Ses pieds à peine chaussés glissent sur le sable, tandis que cette dernière prend une posture défensive. Certains beuglent son nom dans la masse humaine, et l'ancien Gaulois perçoit l'odeur particulière et unique de Wolfgang. Bien, ce soir, il n'est pas uniquement ici pour jouer, mais pour faire payer à ce petit enfoiré de Baptiste Shane. On ne quitte ses affaires que d'une seule manière. Mort. Ses pensées divaguent légèrement vers une brune aux boucles noires et  à la peau soyeuse … Et à l'attitude féline. Pincement de lèvres contrarié.

Elle n'est pas morte, elle. Il devrait pourtant aller là-bas, en Egypte … Et l'égorger. La faire payer. Les pensées sauvages fouettent l'hémoglobine encore chaude qu'il a ingurgité, tandis que ses azures brillent d'un bleu si pur, qu'elles semblent brûler. Le premier coup de la brune élancée part, fouettant l'air avec agilité avant de venir frapper … Le vide. Un coup sur la gauche. Malin. Peux de personnes savent y faire avec la partie gauchère de leurs corps. Mais Alaric est un vampire de plusieurs millénaires, ayant dirigé et commandé des troupes d'armées. Au final, c'est un enfoiré d'hypocrite qui sait parfaitement qu'en venant ici, il joue à la déloyale avec tout le monde. Non, en vérité, il adorerait que le chef des lieux daigne un jour poser les pieds sur cette arène pour se mesurer à lui. Un adversaire qu'il, pour une fois, n'est absolument pas certain de vaincre. L'épaule d'Alaric part en avant, tandis que son buste se tourne de profil, esquivant l'attaque de la mutante. Sa main droite fouettant déjà l'air, fonçant jusqu'au poignet de la brune pour la tirer sur le côté, et laisser son corps se faire projeter en avant par l'élan de la prise. Il n'a fait qu'esquiver et la bousculer. Rien de concret, rien de bien méchant. L'Animal veut voir la jolie brune à l'oeuvre. Tel un félin s'amusant avec sa proie. Un sourire mauvais et bestial rallonge ses babines fines, un grondement sourd lui échappant avant qu'il ne se redresse de tout son long, muscles tendus. Un autre coup part, qu'il esquive rapidement d'un revers de bras. Ses pattes de pianistes fermes comme des lames de chair parant toutes les attaques avec flegme. Toute son ossature est tendue.

Il se fout des braillement des primates, des supplications des femmes et des hommes. Envers elle, envers lui. Tout ce qui compte, à présent, c'est ce qui se passe là, maintenant. Il peut faire pire, il peut vraiment la provoquer, la frapper et l'entendre gémir de douleur. Oh, il adorerait ça, vraiment. N''importe quelle plainte sortant de la bouche d'une femme lui donne les crocs. Mais Alaric esquive, part les coups, laissant la fille le frôler, parfois le frapper, sans jamais parvenir à le faire chanceler. Il n'est qu'un animal, une bête qui s'est lui-même arraché une humanité décadente et inutile. Une bête qui voit son désir et sa folie grimper au fur et à mesure que les minutes passent. Un être insatiable. L'Originel décide alors de pimenter le jeu, agrippant à nouveau le poignet de la brune pour l'obliger à pivoter. S'il maîtrise et amoindrie sa force, il n'en reste pas efficace et puissant. La pauvre brindille organique fait un tour sur elle-même, tombant poitrine et joue en avant contre le sable, tandis qu'Alaric vient se presser contre elle. Deux corps étalés au sol. Les primates aiment.

« - Je suis sûr que tu peux faire mieux que ça ... Chérie. » Qu'il gronde à son oreille, de sa voix la plus onctueuse.

FICHE PAR SWAN.

_________________


Dernière édition par Alaric G. Rousseau le Mer 5 Nov - 10:50, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://swanlive.livejournal.com/
avatar
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Rock me, Darling - [Korraric]   Sam 18 Oct - 19:51


Rock me, Darling
Alaric G. Rousseau & Korra T. Kalgan

Ca criait, ça hurlait dans tous les sens et de tous côtés. Mais quand la cloche sonna, Korra n'entendit plus rien d'autre que sa propre respiration, les battements de son cœur – un peu plus rapides que d'habitude, mais calme, elle n'était pas une bête déchainée en combattant, ça ne collait de toute façon pas avec les arts martiaux –, ses mouvements dans le sable et ceux de son adversaire.
Si elle remarqua qu'il avait l'air appétissant, son esprit lui épargna le fait de voir l'idée se pointer consciemment au milieu de son crâne. Elle allait se battre, pas draguer. Pour certains, c'était la même chose. Pas pour Korra. Elle ne se battait pas pour plaire ou pour séduire, mais pour gagner. Et, quelque soit le résultat, c'était en dehors de l'arène qu'elle se souciait du reste.
Les yeux de l'hommes semblèrent presque briller. Briller d'une lueur mauvaise et colérique qui fit frissonner les petits cheveux qu'elle avait sur la nuque. Sa coupe un peu courte permettait à ses cheveux de venir caresser la peau de son cou juste au-dessous des oreilles. Sous ses pieds, elle sentait le sable répondre à la demande d'appui de ses orteils. Elle aimait bien se battre sur cette surface. Si le minéral minuscule ne répondait pas comme un tatami, il permettait cependant une bonne accroche au sol et brûlait tout autant si l'on se retrouvait trainé dessus.

Son coup, pourtant, ne toucha même pas le brun-roux. Rapide. Peut-être gaucher. Voire ambidextre, comme elle. Qui sait ? Tout cela, sa cervelle le déroula en une micro-seconde. Ses pensées étaient rapides et toutes tournées vers le combat et les peut-être possibilités de son adversaire. Elle jaugea, anticipa. Notant mentalement et de manière automatique ce qui pourrait être utile pour la suite du combat.
Elle prépara d'autres coups. Juger. Tester. La brunette ne se battait pas encore au maximum. Elle devait apprendre comment il bougeait et comment il se défendait. Comment il préparait son attaque, comment, lui-même, il l'observait aussi pour connaître sa méthode. Ne pas tout dévoiler.
Ses longs doigts fins mais puissants et fermes se refermèrent sur son poignet étroit, autour des bandages qui protégeaient sa peau et il amplifia l'élan du coup pour l'envoyer bouler plus loin. Une roulade au sol, Korra se releva dans le même mouvement, face à lui et déjà de nouveau en position.
Il était rapide, réfléchi, et ne semblait pas adepte de la force physique pure. Si elle était sûre qu'il pouvait très bien mener une attaque de front, il savait tout aussi bien utiliser la force ou la vitesse de son adversaire à son avantage. Malin. Mais après tout, sa carrure et sa musculature le lui avaient déjà soufflé avant même que le combat ne commence. Ce gars n'était pas sans cervelle et il savait que la technique et l'esprit servaient autant – voire plus – que la force.
Etant une femme de combat, la brunette avait été obligée de l'apprendre dès le départ, au contraire des hommes qui étaient d'avantage battis pour cela. Si une femme voulait avoir une chance de battre un type en combat, elle ne devait pas compter sur la force.

Il sourit, face à elle. Korra perçut à peine son grandement dans le brouhaha ambiant. Mais elle le voyait, il aimait ça. Sûrement autant qu'elle. Peut-être plus. La jeune femme s'élança à nouveau, rapide, légère, elle avança d'autres coups, vifs, testant, cherchant. Esquives, ses poings glissèrent sur sa peau ou percutèrent ses avants-bras, parades.
Il ne bougeait pas d'un pouce. On aurait pu lui visser les pieds au sol qu'il aurait été capable de contrer ses coups. Il était plus rapide qu'elle... La brunette ne montra pourtant nulle trace d'inquiétude ou de réflexion anxieuse. Si elle voletait autour de lui, elle ne faisait pourtant rien de fatigant. S'il était ainsi rapide, elle devait trouver un autre moyen de l'avoir et donc chercher un talon d'Achille. Certains coups portèrent, mais n'eurent pas plus d'effet que les coups parés ou esquivés.
Il n'est pas humain songea-t-elle. Ce n'était pas parce qu'elle n'arrivait pas à lui faire quelque chose que la pensée vint. Simplement, quelque soit le gabarit d'un homme, le coup correctement asséné dans le creux de l'estomac faisait au moins ciller. Il n'en avait été rien.
Elle ne devait pas se déconcentrer, mais une partie de son esprit se mit à chercher quel être surnaturel il pouvait être. Son cerveau avait le choix entre tous les types, puisqu'un pouvoir pouvait donner cette résistance physique aussi bien à un sorcier qu'à un mutant alors que c'était « naturel » chez les vampires et les lycans. Bien que ça occupait une partie de son attention, il n'était pas vain de sacrifier une partie de son raisonnement à cette recherche d'indices sur la nature de son opposant puisque cela pourrait définir ses chances de gagner. Et ses chances de trouver comment le faire.
Si Korra n'imaginait pas qu'un lycan puisse garder ainsi son calme et se battre en se faisant passer pour un humain, il était bien des comportements de ces saloperies de bestioles qu'elle ne connaissait pas. Il serait peut-être fatal de poursuivre un raisonnement si empreint de préjugés.

Elle n'avait pas franchement ralenti ses coups, mais elle tenta de les placer différemment. Sans avoir pour le moment réellement mis à profit sont entrainement martial, elle n'allait pas lui montrer toutes ces techniques dès le début.
Mais à nouveau, il attrapa son poignet et la fit tomber au sol, lui planquant le bras contre le bas du dos. Elle laissa échapper un grognement, le sable lui brûlant la joue dans sa chute. Son épaule lui faisait mal, mais pourtant, il ne forçait pas autant qu'il aurait pu, même avec une force humaine normale. « Je suis sûr que tu peux faire mieux que ça ... Chérie. » qu'il laisse couler à son oreille moelleusement, provoquant une moue dégoûtée sur le visage de la brune.
Au prix d'une douleur un peu plus forte dans l'épaule, elle parvint tout de même à lui foutre un coup de boule, profitant que sa tête fut près de la sienne et se dégagea rapidement de son emprise, se positionnant sur le dos et attrapant son poignet droit, elle le tira vers elle, à sa propre droit pour qu'il se retrouve à moitié sur elle. La jeune femme appuya ensuite son pied gauche sur la hanche droite de son adversaire, pliant la jambe, gardant toujours son poignet entre ses doigts fermement serrés. Levant sa jambe droite, elle la fit passer autour de la nuque de l'homme pour l'immobiliser puis dégagea sa jambe gauche et crocheta sa cheville droite avec son genou pour verrouiller sa prise.
Le tout n'avait pris que quelques secondes au maximum. (je sais c'est dur de visualiser comme ça mais la prise donne à peu près ça)
Enfin, d'un coup de bassin, elle se fit basculer, entrainant son opposant avec elle et se retrouva au-dessus de lui, les genoux au sol et ses mollets contre le sable, mais les fesses assises sur le haut de son torse. Ignorant totalement les hurlements qui redoublèrent d'intensité dans les gradins.
« Déjà, on ne m'appelle pas chérie, et oui, je peux mieux faire lâcha-t-elle un peu acide. Je ne serais pas ici sinon. »

Korra ne doutait pas qu'il soit capable de se dégager, mais elle en profita pour lui asséner un coup sec sous la mâchoire, qui aurait mis KO la plupart des humains, ou au moins les aurait bien sonnés, et se redressa prestement, s'éloignant de quelques pas, en position pour voir s'il allait au moins faire semblant d'être un peu touché.
Si personne n'était au courant qu'il n'était pas humain, il devrait garder l'illusion, non ?
Faisant un peu tourner son épaule, elle essaya de faire passer la douleur sourde qui l'embêtait toujours un peu. Si elle avait bien quelques pouvoirs, elle n'en souffrait pas moins exactement comme une humaine, elle.  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✤ Messages : 4476
✤ Barge depuis : 13/08/2013
✤ Avatar : Tom Hiddleston
✤ Crédits : SWAN ( avatar ) + Disturbed ( Signature ) + TUMBLR ( gifs profil ) + Puscifer ( musique )


✤ Âge personnage : 3801 ans.
✤ Humeur : Consciencieux, mais agacé.
✤ Profession : Trafiquant d'organes ( Ne récupère plus que les corps des Raids. ) Et de poches de sang. Ariana Vander s'occupe de son réseau pendant la journée.
✤ Philosophie : Ne jamais remettre au lendemain ce qu'on peut faire aujourd'hui
✤ Localisation : Partout à Salem.
✤ Pouvoirs : Provoquer des illusions chez ses victimes. Plus ceux d'un Originel.

Relationship
→ citation:
relationships :
Alaric G. RousseauRousseau ; Elu connard de l'année
MessageSujet: Re: Rock me, Darling - [Korraric]   Dim 19 Oct - 16:45


ROCK ME, DARLING - KORRA&ALARIC
En temps que fossile, Alaric a eu le temps d'étudier. Toute sa vie, l'immortel a su apprendre encore et encore. Boxe, Jiu-Jitsu, lutte greco-romaine, lutte libre, shootfightning, karaté, kickbowing, kung-fu, la liste est longue. Bien qu'il ne passe pas ses journées à utiliser chacune de ces méthodes, sa mémoire peut toutes les contenir. Dans ses costards trois pièces, et avec son air de British, Alaric a plus l'air d'un intellect que d'un combattant. Pourtant, ici, sur cette arène, il semble être né pour ça. La force est inutile. Et avec cette fille, il n'en fait pas preuve. Elle est même une excellente source d'inspiration. Bien qu'il soit âgé, il n'est pas sans savoir que le contrôle est une notion abstraite. Vieux ou jeune, un dents-longues n'est jamais à l'abri d'une crise de rage. A force de prendre de l'âge, il s'est aussi assagit, suffisamment pour comprendre l'importance d'un bon équilibre intérieur. Maîtriser sa soif, maîtriser sa faim insatiable, tout comme sa langue. L'esprit, le corps, la parole, tout est relié. S'il échoue rarement dans ce qu'il entreprend, ce n'est pas pour rien. Et s'il provoque cette fille, tout en se montrant délibérément ingrat et misogyne, cela est plus plus étudier qu'il n'y paraît. Il sait qu'elle réagira. Lui montrera de quoi elle est capable, en partie. Car tout comme lui, elle semble plus réfléchie que fonceuse, un bon atout.

Celle-là semble moins stupide que les autres primates qui admirent leurs échanges. Un sourire naît au coin de ses babines, léger, imperceptible. Tandis qu'il attend. Elle est coincée, sous lui, ses genoux planté dans le sable et sa main bloquant son bras à l'arrière de son dos. Une prise désagréable et douloureuse. Puis le coup part. La brune rejette sa tête en arrière, le frappant au menton avec force. Pas suffisamment pour lui faire claque l'échine, mais assez pour lui faire lâcher sa prise un instant. Le tout rapidement suivit d'un entremêlement de membres rapide. Le grand brun roux a le temps d'étudier chacun de ses gestes, sans pour autant se débattre. Il n'est pas question de contredire chaque fait et geste, mais d'accepter les coups de son adversaire. Un étranglement en triangle maîtrisé. Une prise connue dans le domaine de la boxe, ou du judo. En deux secondes, sa tête se retrouve entre les cuisses fermes de la jeune femme.

Sympa.

Et en un mouvement fluide plus tard, la jeune femme fait tourner leurs deux silhouettes, se retrouvant à califourchon sur lui.

« - Déjà, on ne m'appelle pas chérie, et oui, je peux mieux faire, qu'elle crache avec hargne, Je ne serais pas ici sinon. 

Mais son sourire, lui, ne disparaît pas, tandis qu'elle lui décoche une droite magistrale avant de bondir sur ses guibolles fuselées, se redressant et reprenant déjà sa position défensive. Le coup est puissant, bien inefficace sur lui. Mais, elle le jauge. Un air qu'il devine curieux sur ses traits. Les spectateurs hurlent, enragés. Toutes sortes d'encouragement et d'insultes voles.

- RELEVE-TOI ? ICARE ! Beugla une blonde décolorée au décolleté vulgaire, bras levé en avant. BOUSILLE CETTE PÉTASSE.


Haussement de sourcils. Il lui arrive d'être légèrement hypocrite, mais là …

- ALLEZ MA MIGNONNE, SAUTE-LUI DESSUS ! Encourage la voix d'un homme sans visage, tandis qu'il se concentre pour oublier les voix. Parfois, il déteste avoir un public.

L'Originel sent le sang sur sa lèvre coupée, déjà refermée. Il doit retenir sa langue, ne pas lécher le sang et découvrir une lèvre qui devrait être amochée. Ses azures perçantes avisent la foule, pour voir Wolfgang en pleine action. La petite garce le regarde, l'air goguenard, avant de se détourner à nouveau vers Shane, visiblement ravi de sa compagnie. Il est resté assez longtemps au sol. Ses pieds volent, ses genoux se pliant pour le porter dans son élan. Son cul ne touche même pas le sable, alors qu'il bondit sur ses pieds, épaules larges tendus et prunelles brillantes. Une tête de mule et un terrain de sable. Un nouveau grondement s’échappe d'entre ses lèvres, hésitant entre le grondement bestial et une succion d'agacement. Le Français se redresse de toute sa hauteur, le menton éternellement relevé, lui conférant cet air hautain qui ne le quitte jamais.

- Alors comment je dois t'appeler, ma jolie ? »

L'adjectif est craché dans sa langue natale, d'un Français sans accent, tandis qu'il hausse un sourcil. Bien-sûr, il ne souhaite qu'acquérir son identité. Parce que oui, il n'est qu'un sale psychopathe. Elle l'intrigue, il veut jouer avec. Dans ou en dehors de l'arène. Ses babines fines étirées se pincent à nouveau, ne formant plus qu'un trait fin et autoritaire, alors qu'il approche doucement. Son corps effectue une garde qui ne lui est pas vraiment utile, mais qui continue de faire illusion. Il est temps de faire saigner la petite rebelle. Alaric est tout proche, et d'un coup rapide, esquive un nouveau coup du revers du bras, agrippant le poignet de la fille plaqué contre lui et administrant un puissant coup dans le bas de son abdomen. Pas suffisant pour l'affliger de dommages collatéraux qui ne feraient qu'abréger le combat, mais tout de même assez efficace pour lui couper le souffle. Sans lâcher le poignet de la fille de sa main gauche, Alaric passe sa main droite libre à l'arrière de sa nuque, agrippant les pans de son haut avant de rouler sur le dos, emportant leur deux corps vers l'arrière. Le sable mord leurs chairs, brûlant celle de l'humaine qui chute la tête en avant. Leurs deux silhouettes sont à terre. Inversées comme les deux fœtus d'un même ambrion. Une saisie par le revers. Il n'attend pas une réponse sa part, et roule aussitôt sur le côté pour se redresser sur ses pieds, échine courbée et bras en bouclier.

FICHE PAR SWAN.

_________________


Dernière édition par Alaric G. Rousseau le Mer 5 Nov - 10:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://swanlive.livejournal.com/
avatar
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Rock me, Darling - [Korraric]   Dim 19 Oct - 18:40


Rock me, Darling
Alaric G. Rousseau & Korra T. Kalgan

La jeune femme avait appris le Hung Gar Kung Fu jeune, et depuis l'avait agrémenté de techniques qu'elle avait apprises ici ou là, dans des combats, en observant, en demandant même. Elle s'était fait son propre style. Finement musclée où il fallait, elle n'était pas du genre à vouloir développer sa musculature au delà du nécessaire. Ca n'aurait fait que malmener la balance naturelle de son corps et de son organisme pour au final la faire se fatiguer plus vite. Elle savait quels étaient les besoins de son corps en sucres, en graisses et en protéines en gardant une forme qui lui était naturelle. Pousser plus loin aurait déglingué tout ça et sur le moyen terme l'aurait forcée à abandonner le combat pour finir à continuer de se goinfrer, se ramollir, prendre du poids et crever sur les chiottes parce qu'elle n'arriverait plus à se lever. Triste histoire qu'elle s'épargnait en comprenant son corps au contraire des body builders aux corps qui en devenaient hideux.
Son adversaire devait sûrement être du même avis, sinon, en tant qu'homme, il aurait déjà cherché à développer ne serait-ce qu'un peu de musculature supplémentaire. Elle grinça des dents, elle aurait préféré un type sans cervelle.
Lui, ça semblait le rendre comptant qu'elle ne soit pas sans cervelle. Il prendrait sûrement encore plus de plaisir à la faire tomber, et à la ridiculiser, elle qui ne se croyait pas trop mauvaise.

Sûrement surpris, pourtant, il se laisse avoir par son coup de boule et la lâche juste assez de temps pour qu'elle se dégage. Surpris peut-être parce qu'utiliser une telle technique alors que son bras était coincé ne la ferait que souffrir d'avantage. Mais Korra n'avait pas peur de souffrir. Son corps pouvait en supporter beaucoup, avait supporté pire lors de son périple, sur une période plus longue et soumise à la fatigue. Elle avait été au bord de crever d'épuisement et de douleur à plusieurs reprises. Mais si sauver sa vie était en jeu, elle n'hésitait pas à malmener encore un peu plus son corps, en l'attente d'un moment de repos prochain. Cette fois-ci, certes, sa vie n'était pas en danger, mais même. Elle avait la même adrénaline pourtant presque calme dans le sang et ses réflexes prenaient le dessus.
Vite, elle se retrouva au-dessus de lui, lui offrant une vue privilégiée sur son entre-jambes. Qu'il appréciât ou pas, elle s'en contre-fichait. Ce n'était pas à ce but et s'il avait été un humain normal, la position lui devait être assez inconfortable et désagréable pour qu'il n'y pense que très peu, s'il y pense seulement.
Pourtant, il sourit toujours. Elle grinça des dents. Elle l'observa après un nouveau coup et une retraite en attendant qu'il se relevât. Il allait le faire, c'est sûr, il avait à peine bronché suite à son coup à l'estomac. Korra aurait bien sûr pu continuer à le frapper sans relâche jusqu'à ce qu'il soit obligé de faire semblant d'avoir perdu connaissance à la manière d'un véritable humain, mais... peut-être voulait-elle jouer un peu elle aussi, au risque de se faire blesser. Et puis, après tout, si le combat ne durait pas, les spectateurs restaient sur leur fin et ça ne faisait pas s'ouvrir les portes-monnaie.
« RELEVE-TOI ? ICARE ! se manifesta justement une spectatrice. BOUSILLE CETTE PÉTASSE. Un point en moins pour la solidarité féminine.
ALLEZ MA MIGNONNE, SAUTE-LUI DESSUS ! » Bon, lui, il devait se tripoter plus ardemment encore depuis la dernière prise. Sans commentaire. Elle était contente de ne pas avoir d'odorat super développé, elle en aurait sûrement vomi.

Un peu de sang a perlé sur la lèvre de son opposant et Korra se prépara à un nouvel échange de coups. Il se relève souplement, exactement comme elle l'aurait fait à sa place. Pas impressionnée. Il n'a pas l'air content en revenant face à elle, pourtant, c'est presque comme si elle n'était pas la source de son ire. « Je te rappelle ton ex ou quoi ? » hasarda-t-elle sans savoir à quel point elle pouvait être proche de la vérité. Dangereusement proche.
Il passa à autre chose pourtant. « Alors comment je dois t'appeler, ma jolie ? » Les sourcils de la mutante se froncèrent légèrement. Elle n'avait pas habité du côté du Canada qui parlait français, mais les dragueurs prononçaient assez souvent ce terme pour qu'elle le reconnût. Elle siffla entre ses dents à la manière d'un félin et surprit une nouvelle étincelle de hargne dans les yeux clairs de l'homme.
Elle ne sait pas si elle va lui dévoiler son nom. Mais après tout, il le saurait facilement. Même si son prénom n'était pas hurlé comme le sien, les gens qui assistaient aux combats le connaissait. « Korra » grogna-t-elle.
Et le voilà qui approchait. Relevant sa garde, la brunette le fixait pour déterminer ce qu'il ferait en premier. Mais elle décida à nouveau d'attaquer en premier, tentant une dernière fois de le prendre de vitesse, bien qu'elle sût qu'elle n'y arriverait sûrement pas. Il bloqua et attrapa son poignet encore une fois. Elle grogna de frustration, il faudrait qu'elle trouve une bonne parade à cette connerie, une parade rapide qui lui permettrait de se dégager avant qu'il n'enchainât. Si elle connaissait la technique d'aïkido qui la ferait se dégager, elle n'eut pas le temps de la mettre en pratique. « Icare » lui coupa le souffle en la frappant à l'estomac et elle expulsa tout l'air qu'elle avait dans les poumons. Avant qu'elle eût le temps d'aspirer à nouveau un peu d'oxygène, il attrapa le col de son débardeur et la fit basculer avec lui, la tête la première, évitant de peu de s'exploser la nuque en tendant la main pour amortir la chute. Sa peau s'écorcha, saignant même, à cause du sable et resta un instant sur le dos, toussant plusieurs fois. La mutante avait du se mordre l'intérieur de la bouche, elle avait un goût de sang sur la langue.
Il roula vite plus loin et se redressa. Son dos à elle lui fait mal. Finalement, elle ne se relèvera pas comme lui tout à l'heure mais roulera pour se mettre sur le ventre, puis à quatre pattes et enfin debout. Elle était presque tentée de lui enfermer discrètement les pieds dans le sol pour pouvoir le frapper de tout son soûl. Mais Korra ne pouvait pas, évidemment.
« Tu vas attaquer un peu ou tu vas te contenter de détourner mes coups sans t'emmerder ? » demanda-t-elle mécontente. Il fallait vraiment qu'elle trouve un truc de bien douloureux à lui faire. De douloureux même pour la bestiole surnaturelle qu'il était. « Ne me dis pas que tu rechignes à t'attaquer à une femme et que tu vas te contenter de répondre à ce que je fais ! »
Elle-même avait bien compris que l'attaquer en premier, de front, ne servait à rien. La seule prise utile que la mutante avait pu placer était celle de défense suite à son immobilisation au sol...
« Ou alors tu as peur de te casser un ongle ? »  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✤ Messages : 4476
✤ Barge depuis : 13/08/2013
✤ Avatar : Tom Hiddleston
✤ Crédits : SWAN ( avatar ) + Disturbed ( Signature ) + TUMBLR ( gifs profil ) + Puscifer ( musique )


✤ Âge personnage : 3801 ans.
✤ Humeur : Consciencieux, mais agacé.
✤ Profession : Trafiquant d'organes ( Ne récupère plus que les corps des Raids. ) Et de poches de sang. Ariana Vander s'occupe de son réseau pendant la journée.
✤ Philosophie : Ne jamais remettre au lendemain ce qu'on peut faire aujourd'hui
✤ Localisation : Partout à Salem.
✤ Pouvoirs : Provoquer des illusions chez ses victimes. Plus ceux d'un Originel.

Relationship
→ citation:
relationships :
Alaric G. RousseauRousseau ; Elu connard de l'année
MessageSujet: Re: Rock me, Darling - [Korraric]   Lun 20 Oct - 15:54


ROCK ME, DARLING - KORRA&ALARIC
Korra. Voilà le nom de la fille. Un caractère de cochon en prime. Une vraie peste hargneuse. Alaric adore s'amuser avec et ne s'en prive donc pas. Rousseau reprend rapidement le dessus, balançant la fille la tête la première par-dessus son épaule avant de rouler pour se remettre en garde. Le simple fait qu'elle est évoqué 'son ex', l'a passamblement agacé. De prime abord, c'est un concepte humain. Aby n'était pas sa petite amie. Juste … Une drôle de lubie. Une chieuse. Une chieuse toujours vivante, celà-dit. Les singes hurlent toujours, tandis que les deux opposants tournent dans l'arène, conservant toujours une distance raisonable.

« - Tu vas attaquer un peu ou tu vas te contenter de détourner mes coups sans t'emmerder ? Qu'elle crache enfin avec impatience. Ses prunelles aussis bleues que les siennes le détaillant, sûrement à la recherche d'une faille. Qu'elle ne doit pas voir, car cette fois, cette Korra décide de ne pas l'attaquer.

Silence. Mains tendues devant lui, Alaric esquisse un nouveau sourire sans répondre. On ne peut pas dire qu'il soit du genre caustique, et encore moins pour user de sa langue sans utilité.

-  Ne me dis pas que tu rechignes à t'attaquer à une femme et que tu vas te contenter de répondre à ce que je fais !

Qu'est-ce qu'elle fait ? Elle croit pouvoir user sa patience ? Malheureusement pour elle, le vampire a toujours été patient. Même étant plus jeune. Même lorsqu'il était humain. Les mots ne l'atteignent pas.

- Ou alors tu as peur de te casser un ongle ?

Ses lèvres et ses épaules tremblent légèrement, tandis qu'un rire naît au fond de sa gorge. A peine un éclat derrière ses lippes closes. Ses iris brillent, lui conférant un air presque jovial. Quoi qu'elle fasse, cette fille attaquera toujours la première. Si ce n'est pas par les gestes, ce sera par les mots. C'est que cette méthode doit bien fonctionner avec beaucoup de monde. Mais certainement pas avec Alaric.

- J'ai déjà fait beaucoup de choses à une femme, Korra. Se contente de répliquer Alaric d'un ton neutre, sans la lâcher du regard. A elle d'en tirer ses propres conclusions.

Frapper une femme ne lui a jamais posé de problèmes. Surtout si elle se met elle-même dans ce genre de pétrin. La brune a parfaitement conscience de sa situation et sait ce qu'elle fait, c'est une grand fille. Inutile de la materner. L'odeur de Wolfgang a bougé, mais le Français ne détourne pas le regard pour vérifier. Bien que ses yeux ne soient qu'un outil de plus, ce serait lui mettre la puce à l'oreille sur sa nature. Le Damné approche alors légèrement, d'un pas de fauve. Genoux à moitié fléchis. Ainsi, il arrive pratiquement à la hauteur de la brune. Elle a beau faire l'agacée, il sent qu'elle apprécie le combat tout autant que lui. Seul l'issu qu'il estime inévitable – et elle doit bien le savoir – peut entacher cette joie fébrile. L'arrogant ne doute pas de lui, comment le pourrait-il ? Elle n'utilisera pas sa seconde nature ici, devant tout le monde. Et c'est bien dommage. Soudainement, Alaric aimerait être ailleurs et la voir se donner à 100% pour lui rendre la tâche plus difficile. Il est même certain qu'elle pourrait faire bien mieux que dans cette arène.

C'est donc d'un geste vif qu'il vient frapper les oreilles de la fille. De ses deux mains à plat. Claquant en une fraction de seconde. Il ne fait que l’étourdir un peu. Il n'y a pas de règle, tous les coups sont permis. Madame doutait de sa capacité à malmener une demoiselle. La voilà en bonne voie pour comprendre qu'il n'en a rien à foutre. Et aussitôt, son bras frappe pour lui décocher un crochet du droit. Il n'y met pas toute sa force, pour éviter de lui briser le crâne ou la nuque, mais le coup porté et assez violent pour l'estourbir.

- Pardon, tu disais ? » Crache le brun roux d'un ton rauque en reprenant sa garde.

Les piaillements évoluent dans les tribunes. Le temps est compté et il est temps d'abréger. Alaric fonce droit sur elle, sa carcasse immense et finement musclée se penchant légèrement en avant, tandis qu'il s'apprête à l'agripper pour la soulever.

FICHE PAR SWAN.

_________________


Dernière édition par Alaric G. Rousseau le Mer 5 Nov - 10:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://swanlive.livejournal.com/
avatar
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Rock me, Darling - [Korraric]   Lun 20 Oct - 16:45


Rock me, Darling
Alaric G. Rousseau & Korra T. Kalgan

Mais enfin, elle en avait marre d'être celle qui attaquait toujours. Korra n'allait pas encore lui donner le plaisir de l'attraper pour détourner son attaque et lui faire mordre le sable une fois encore. Elle se contenterait pour le moment de ce qu'elle avait déjà observé de ces réactions. Ce qui était sûr, c'est qu'il était rapide, un poil trop rapide même pour son gabarit léger et les réflexes qu'il devrait avoir. Ca ne se voyait pas pour quelqu'un qui n'avait pas l'habitude de se battre et qui n'avait pas l'expérience de nombreux opposants. Mais Korra, elle, ne comptait plus ses combats. Ils ne se lâchaient pas des yeux et elle le suspectait de bien s'amuser de ses piques. Elle ne les lançait pas spécialement pour l'énerver, mais pour faire la conversation. S'ils suspendaient la discussion des poings et des coups, elle avait l'étrange besoin de la continuer autrement.
Oui, combattre, jouter, c'était pour elle une forme de discussion. Pour d'autres, c'était une danse, une valse, une comédie ou même... juste une baston. Mais non, elle discutait.

Elle avait toujours mal à l'épaule et sa bouche se tentait toujours du goût du sang. La mutante avala avec une grimace. Mais « Icare » réagit à sa dernière réplique. Presque un rire silencieux, ses yeux pétillèrent. Il s'éclatait ici, autant qu'elle. Korra se fichait de perdre, tant qu'elle pouvait reprendre les combats au plus tard dans sept jours. Elle ne devait pas le laisser lui briser un truc, en gros.
«  J'ai déjà fait beaucoup de choses à une femme, Korra.
Oh please... » grogna-t-elle en levant les yeux au ciel.
Et c'était quoi cette manie de toujours avoir besoin de la qualifier à la fin de ses phrases, par un adjectif ou son prénom ? Franchement, si ce n'était pas ridicule, c'était vieux jeu.
« Aller Papy, bouge tes fesses ! » lança-t-elle en levant sa main devant elle, paume vers le haut et rabattant ses doigts pour lui faire signe de venir avant de se remettre en garde.

Et il approcha enfin, à la manière d'un fauve sur ses longues guibolles. Korra resserra sa garde. Elle l'observe bouger, silencieux même sur le sable. Les voix des spectateurs résonnaient toujours. C'était presque comme s'ils voulaient que les deux combattants, tout en s'étripant, arrachassent leurs vêtements pour continuer une autre forme de rodéo. Non. La mutante ne se donnerait jamais en spectacle de la sorte. Si le combat était une discussion, le sexe... tout autre chose. Pas de l'amour, non, juste... quelque chose pour combler d'autres besoins que celui de manger et de communiquer. Vraiment ? Elle préférait se battre plutôt que de s'envoyer en l'air.

Elle s'attendait à un coup, quelque chose, alors quand il avança ses mains pour frapper ses oreilles, elle eut un temps de retard, levant les bras une demi-seconde trop tard, n'ayant alors pas le temps de repousser les membres de son adversaire en les écartant.
L'air comprima ses tympans à l'intérieur de ses oreilles et la douleur résonna jusque dans ses os, son équilibre vacilla, elle tituba sur place ne serait-ce que pour se maintenir debout. Si Korra vit effectivement le coup venir, elle tenta de parer mais ne plaça pas son bras où il fallait. Le contact, la douleur, le vide. Elle tomba en arrière, tourna à demi sur elle-même et se ramassa encore une fois dans le sable, crachant vraiment du sang cette fois, une dent s'était déboitée. La mutante ne serait pas tombée si son équilibre avait été intact à cet instant, mais l'autre avait bien prévu son coup. Elle se sentait comme de la bleusaille envoyée au casse-pipe. Mais elle se remit debout, titubant toujours un peu tandis que son oreille droite ne voulait pas se déboucher.

« Pardon, tu disais ? »
Mais elle ne répondit pas, sentant soudain le pop de l'air à sa droite et fit craquer son épaule. Korra se pencha elle aussi en avant, prête.
Il fonçait sur elle, plus courbé que la première fois et elle se prépara, son cerveau calculant jusqu'à ce qu'elle le fasse taire d'une pression de sa volonté. Ne pas réfléchir. Ne pas penser. Se battre. Son corps savait comment gérer sans qu'elle ait besoin de visualiser consciemment les choses. À la dernière minute, et c'était presque limite, elle se décala de son chemin et enfonça ses coudes dans le bas de son dos en même temps qu'elle remontait son genou vers une partie sensible.
« Humain ou pas, un mec douille quand on touche à ses burnes » lâcha-t-elle pourtant pas assez fort pour que le public l'entendît. Elle n'avait aucune envie de forcer son opposant à dévoiler sa vraie nature, comme elle n'avait pas envie de se faire mettre dehors parce qu'elle n'avait techniquement pas le droit d'être là.
Elle le repoussa avant de s'écarter, crachant encore un peu du sang qui lui emplissait toujours la bouche. Le regardant, Korra espérait vraiment qu'il n'allait pas lui briser un truc pour mettre fin au combat. C'est qu'elle vivait de ça elle. En y réfléchissant, elle préférait ne pas avoir d'hémorragie interne non plus...  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✤ Messages : 4476
✤ Barge depuis : 13/08/2013
✤ Avatar : Tom Hiddleston
✤ Crédits : SWAN ( avatar ) + Disturbed ( Signature ) + TUMBLR ( gifs profil ) + Puscifer ( musique )


✤ Âge personnage : 3801 ans.
✤ Humeur : Consciencieux, mais agacé.
✤ Profession : Trafiquant d'organes ( Ne récupère plus que les corps des Raids. ) Et de poches de sang. Ariana Vander s'occupe de son réseau pendant la journée.
✤ Philosophie : Ne jamais remettre au lendemain ce qu'on peut faire aujourd'hui
✤ Localisation : Partout à Salem.
✤ Pouvoirs : Provoquer des illusions chez ses victimes. Plus ceux d'un Originel.

Relationship
→ citation:
relationships :
Alaric G. RousseauRousseau ; Elu connard de l'année
MessageSujet: Re: Rock me, Darling - [Korraric]   Mar 21 Oct - 10:47


ROCK ME, DARLING - KORRA&ALARIC
La bestiole assoiffée n'a pas rêvé. La petite peste l'a traité d'ancêtre. En sait-elle plus que nécessaire ? Ou a-t-elle eu un simple coup de chance ? La jeune impulsive n'aime donc pas ses manières, soit. Il en a rien à foutre. L'immortel n'attendra pas de le savoir. Il veut simplement la foutre sur le dos et la rouer de coups. Mais ce serait faire preuve  d'irréflexion. Une exécution pure et simple. A la place, Alaric maîtrise sa force, lui infligeant les dégâts que les coups d'un homme lambda lui apporteraient. La belle chancelle, tournoie légèrement sur elle même, avant de tomber à terre. Le grand brun attend un moment, ses reflets acajous brillant dans ses boucles courtes. Un sourire bouffé de mesquinerie aux babines. Il s'amuse comme une vraie petite crapule et attend sagement qu'elle daigne se relever. Difficilement, la bouille grimaçante et l'air d'être sortie du lit après une nuit à s'être fait rouler sur la carcasse. La frêle bestiole organique sent le sang et la sueur. Notera-t-il une légère touche d'adrénaline et d'endorphine. Le plaisir de se battre. Clairement, cette Korra adore ça. Alaric attend sagement qu'elle daigne soulever son corps au milieu de la piste. Ses membres et les vêtements qu'elle porte sont couverts du sable sombre. Mais à peine a-t-elle le temps d'ancrer ses pieds dans le sol, qu'il fonce vers elle, dos courbé. Il aurait pu aller plus vite, sans même lui laisser le temps de réagir et sans aiguiser les soupçons du public. Mais à quoi bon ?

Alaric bondit tel un fauve, sans pour autant ménager son opposante.

Un bras s'abbat aussitôt dans le dos du Français, l'obligeant à suivre le mouvement du membre, tandis que le genou de la fille remontre jusqu'à ses parties intimes. Un grondement plus inhumain est arraché de ses lèvres. La garce ! L'un de ses genoux tombe à terre, tandis que sa main droite vient soutenir le poids de son corps en s'incrustant dans le sable rêche. La douleur enfle. Rares sont les femmes à combattre, ici. Et aucun homme n'irait infliger un tel sort à son adversaire. C'est un coup bas, même pour lui.

« - Humain ou pas, un mec douille quand on touche à ses burnes.

Quoi ? Le brun roux détourne le menton vers elle, un éclat rougeoyant à peine perceptible barrant sa vision une fraction de secondes. Heureusement pour lui, Alaric n'est effectivement pas un humain. La douleur ne durera donc pas pour lui, comme elle l'aurait fait pour un homme humain. La lexie a été à peine audible. S'il y a des vampires ou des lycans ici, ils savent déjà pour lui. Les sens d'un être surnaturel ne trompent jamais. Ses lippes se pincent un peu plus, tandis qu'il sent la présence de Wolfgang. Elle bouge. Alaric risque un regard rapide, la voyant fendre la foule tout en tenant la main de Shane. Parfait. Alaric se redresse, luttant pour ne pas se relever avec souplesse et se trahir auprès de tous les humains présents. Les hommes dans les gradins peuvent avoir des doutes sur lui, s'il ne fait pas mine de souffrir le martyr. Et si la fille a deviné qu'il n'est sûrement pas mortel, elle n'est pas obligée de savoir ce qu'il est.

- Ok … Crache Alaric, l’œil noir. La prochaine fois que ça te viendra à l'idée … Pense à ce qu'y va t'arriver ici et maintenant. Ca t'évitera d'avoir à faire preuve de couardise en utilisant une technique si basse ! » Qu'il souffle, la voix faussement saccadée.

Les hurlements semblent s'intensifier. Mais, pour dire vrai, le monstre se retient de voir rouge. Révéler sa véritable nature est inapproprié ici. Il compte revenir et s'amuser encore. Mais la fille vient de signer son arrêt de mort 'spirituel'. S'il s'est montré indulgent au début, il n'en sera plus rien pour les dernières minutes. Au dessus de leurs têtes, les chiffres rouges vifs défilent, leur indiquant le temps restant. L'immortel reprend sa garde, avant de plier immédiatement les genoux, sa jambe droite se tendant au maximum pour venir faucher le vide. Il semble qu'elle est eut les réflexes suffisant pour esquiver le premier coup, mais l'Originel se redresse bien vite pour reprend sa garde, allant frapper son plexus solaire de ses phalanges blanchies. Propulsant son coup, le poings ancré dans le buste de la fille. Rien ne sera cassé, mais son hématome sera colossale. Tendu, Alaric propulse l'enveloppe de chair et d'os avant de la plaquer à terre. Le choc lui coupera sûrement deux fois plus le souffle. Dans le poitrine autant que par la chute. Il n'attend pas qu'elle se relève, et lui décoche un coup de talon en plein dans les côtes. Toujours en évitant de casser quoi que ce soit. Au cas ou. Cette-là l'intrigue, et Alaric pourrait bien avoir envie de l'avoir entière pour plus tard. Tout ce qu'il veut, c'est qu'elle n'est plus assez de force pour se relever. Le vampire s'écart hors de sa porté, pour lui éviter de l'atteindre. Il attend, tel un fauve guettant sa proie.

Mais, définitivement, pour elle, la nuit sera longue et douloureuse.

FICHE PAR SWAN.

_________________


Dernière édition par Alaric G. Rousseau le Mer 5 Nov - 10:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://swanlive.livejournal.com/
avatar
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Rock me, Darling - [Korraric]   Mar 21 Oct - 17:15


Rock me, Darling
Alaric G. Rousseau & Korra T. Kalgan

Non, elle ne savait pas pour son âge réel. Mais sa manière de lui suffisait pour le titiller là-dessus. Que ça le touche ou pas, elle s'en fichait. Combler le vide de la conversation. Si il ne venait pas l'attaquer, elle parlait. Etrange, peut-être, mais il ne fallait pas trop chercher d'explications.
Korra devine pourtant son envie de lui taper dessus, mais il se retient. Etrange, il pourrait sûrement lui faire un sale coup et la frapper jusqu'à ce que l'arbitre intervint avant qu'elle ne crève. Joyeuse idée dis donc. Non, elle ne le laisserait pas si facilement faire, même s'il semblait jouer avec elle sans même se soucier d'utiliser une force surhumaine qu'il possédait sûrement. Peut-être que c'était justement le fait de jouer à l'humain qui lui faisait prendre son pied. Pour la mutante, ce n'était pas bien difficile, elle n'avait pas plus de force, de rapidité ou de résistance qu'un être humain banal. Son pouvoir sur la roche ne touchait en aucun cas son organisme : pas de peau dure comme le roc, pas de lave qui lui sortait du bout des doigts, tout ça...
Finalement Icare ne semble plus vouloir la faire patienter et attaque. Direct à l'équilibre, elle grogne. Il aurait pu lui jeter du sable dans les yeux ou la rendre sourde, elle aurait pu continuer à se battre, à bouger son corps malgré ces sens en moins. Mais l'équilibre... c'était un peu comme si ses yeux et ses oreilles ne lui donnaient pas les bonnes coordonnées... Elle était littéralement à côté de ses pompes. Et elle détestait ça. Pratiquer les arts martiaux et le combat sans équilibre, c'était... mortel.

Ah douce vengeance ce grognement qu'il émet au contact de son genou. Il ne faut pas l'emmerder la brunette. Si elle n'utilise jamais ce point faible chez les hommes d'habitude, cette fois-ci elle n'allait pas se gêner. S'éloignant un peu, elle l'observa, genou et main à terre tandis qu'il tourna son visage très mécontent vers elle. Hum.. Est-ce que c'était la fatigue qui commençait un peu à faire effet ou bien avait-elle réellement vu un rougeoiement dans les pupilles de son adversaire ? … Si c'était vraiment le cas, pas étonnant qu'il lui eut fallu un coup dans les bijoux de famille pour qu'il se pliât enfin de douleur. Une douleur quine durerait assurément pas longtemps...
À peine un quart de seconde, il la lâcha du regard pour observer le public et Korra fronça les sourcils. Pourquoi donc regardait-il ailleurs ? Même si elle ne représentait pas une grande menace, elle était bien là sur le sable, pas en train de s'envoler.
« Ok … La prochaine fois que ça te viendra à l'idée … Pense à ce qu'y va t'arriver ici et maintenant. Ca t'évitera d'avoir à faire preuve de couardise en utilisant une technique si basse !
Eh, il faut protéger ses points faibles ~ » sourit-elle avec audace, sachant pourtant qu'il risquait de se venger d'une manière qu'elle n'oublierait pas facilement. Korra se remit donc en garde, elle ne regardait même pas le temps qui défilait.

Rapide, elle esquiva sa jambe et son pied mais il se redressa trop vite et enchaina un coup sans qu'elle put le parer. Le choc l'ébranla toute entière, la mutante eu l'impression qu'il avait eu envie de lui faire ressortir la cage thoracique par le dos. Avec un étrange détachement, elle sentit ses pieds se décoller du sol et son corps partir en arrière comme au ralenti. La douleur arriva vraiment lorsque son dos toucha le sable, sa peau s'effritant sous la friction du petit minéral alors qu'elle glissait sur un mètre ou deux. Mi-toussant, mi-cherchant sa respiration, Korra resta un moment ainsi sur le dos, incapable de bouger sans éveiller une grande douleur dans ton son organisme.
Avant qu'elle n'ait le temps de vraiment retrouver de l'oxygène, Icare vint enfoncer son talon nu dans ses côtes et elle se plia en deux en laissant échapper un grognement de douleur et une nouvelle quinte de toux. Les mains plaquées sur la cible du coup, elle toussa encore un peu, lovée sur le côté comme un fœtus peu chanceux.
Enfin, elle retrouva assez d'air pour respirer et même parler, bien que sa gorge soit un peu récalcitrante.
« Putain... t'as pensé à mon décolleté ? » fit-elle d'une voix râpeuse en se mettant à quatre pattes. Elle n'en mettait presque jamais, mais tout de même.
Elle finit par parvenir à se mettre d'abord à genoux puis difficilement debout, un peu voûtée. La mutante n'aurait certainement pas la force, ni la chance de pouvoir gagner dans l'état où elle se trouvait maintenant, mais elle n'était pas du genre à abandonner. Si son corps était douloureux, elle n'avait rien de cassé, c'était déjà ça. Avec une grimace, elle releva lentement les bras, les poings serrées, pour se mettre en garde.
Sa seule chance de gagner aurait été d'utiliser ses pouvoirs, mais elle ne le ferait pas.

« Aller, fais-toi encore plaisir une fois et fait hurler les donzelles chimpanzés qui peuplent les gradins... Comme ça je pourrais aller faire un somme. »
Les dites donzelles chimpanzés hurlèrent en l'insultant de tous les noms alors qu'elle les ignorait totalement. Pourtant, comme si le sort en avait décidé autrement, la cloche de fin de combat résonna avec force dans l'espace échauffé et arracha une grimace à la mutante qui ne bougea pas pendant un moment, indécise entre l'envie de se laisser tomber là, comme ça, comme une grosse merde en arrière, pour qu'on vienne la trainer hors de l'arène sans qu'elle ai besoin d'utiliser encore ses muscles ou bien tenter tout de même de le faire sur ses pieds...
Peut-être qu'elle pourrait tenter un compromis avec quelques pas puis une chute lamentablement ridicule mais que son corps réclamait. Ouais, c'est une bonne idée.
« Excuse-moi de pas m'incliner, j'ai comme un gros hématome qui se forme entre les seins et c'est très douloureux. lança-t-elle avec un rictus un peu amusé. Merci pour la raclée. » ajouta-t-elle en guise de félicitations pour le combat. Enfin, elle tenta de trouver le courage de mettre un pied devant l'autre, les trainant plus qu'elle ne les soulevait pour avancer...  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✤ Messages : 4476
✤ Barge depuis : 13/08/2013
✤ Avatar : Tom Hiddleston
✤ Crédits : SWAN ( avatar ) + Disturbed ( Signature ) + TUMBLR ( gifs profil ) + Puscifer ( musique )


✤ Âge personnage : 3801 ans.
✤ Humeur : Consciencieux, mais agacé.
✤ Profession : Trafiquant d'organes ( Ne récupère plus que les corps des Raids. ) Et de poches de sang. Ariana Vander s'occupe de son réseau pendant la journée.
✤ Philosophie : Ne jamais remettre au lendemain ce qu'on peut faire aujourd'hui
✤ Localisation : Partout à Salem.
✤ Pouvoirs : Provoquer des illusions chez ses victimes. Plus ceux d'un Originel.

Relationship
→ citation:
relationships :
Alaric G. RousseauRousseau ; Elu connard de l'année
MessageSujet: Re: Rock me, Darling - [Korraric]   Sam 25 Oct - 18:15


ROCK ME, DARLING - KORRA&ALARIC
Une plaisanterie lâchée dans l'air, à laquelle Rousseau ne répond pas. Gueule neutre, il n'attend pas pour se précipiter sur elle et enfoncer son talon dans ses côtes. La pauvre bestiole décharnée tousse à s'en déchirer les trachées, roulant lentement sur le côté, roulée en boule comme un fœtus. Et la bête attend que sa proie daigne se relever, ou ose seulement le faire. Il n'attendra pas, cette fois, il a fini de jouer avec elle. La brune tente tant bien que mal de se reprendre, crachant toujours et se relevant difficilement. Et elle reprend sa garde, la tête de mule.

« - Aller, fais-toi encore plaisir une fois et fait hurler les donzelles chimpanzés qui peuplent les gradins... Comme ça je pourrais aller faire un somme. 

Incapable de cesser jacasser. C'est une bien une femme, qu'il songe, l'éternel tête à baffes. S'il est bien moins misogyne que jadis, il reste encore quelques traces de pensées honteuses dans son crâne. Ca tire un haussement de sourcils dédaigneux à Alaric, qui glisse déjà un pied à terre, prêt à lui foncer dedans une nouvelle fois. Mais les cloches sonnent.

- Sauvée par le gong … Qu'il murmure pour lui-même, son pied gauche caressant le sable du talon jusqu'à son pied droit, sa carcasse longiligne se redressant de tout son long.

Elle a eu de la chance, il trouve qu'elle est encore en bon état. Trop. Tant pis. Les primates dans l'arène hurlent, certains fous ont pariés sur la fille, et ne semblent pas spécialement ravis de ses prouesses. Les autres font exploser les billets d'un air joyeux, heureux d'avoir remporté les paris.

-Excuse-moi de pas m'incliner, j'ai comme un gros hématome qui se forme entre les seins et c'est très douloureux. Lâche Korra d'un ton douloureux mais cynique. Merci pour la raclée. 

Encore une plaisanterie. Le brun roux étire légèrement les lèvres en coin, un sourire à peine perceptible tandis que ses prunelles pâles brûlent d'une nouvelle faim, qu'il fait taire. Il garde tout de même le contrôle, comme démontré lors du combat de l'Arène. La femme amochée enclanche enfin la marche, bien que lentement. Une vraie tortue, toute tordue. Ses iris roulent dans leurs orbites, tandis qu'il sent les doigts fins d'une femme frôler son dos. Le vampire se détourne, le tatouage de l'aigle ondulant contre ses omoplates, donnant l'illusion sous les éclairages que leurs membres à plumes s'agitent imperceptiblement. Il s'attend à une femme désireuse de le rejoindre en coulisse, et marque un temps d'arrêt stupéfait en avisant Wolfgang, l'air moqueur et bien contente de sa petite supercherie.

- Détends-toi mon grand, c'est que moi.

Son ton lui, est acide.

- C'est fait. Se contente-t-elle de préciser, avant de tourner les talons dans la masse humaine.

L'Originel la suit un moment du regard, devant bien admettre qu'il est difficile de cerner cette tête de pioche. Avant de tourner les talons vers la fille. Qui n'a … Toujours pas regagner la sortie.

- Besoin d'aide, peut-être ? Ironise Alaric, prenant soint d'adopter un ton plaisant. Après tout, il ne sait pas encore ce qu'il veut d'elle. Il veut jouer, ça, c'est certain. Le maudit se pose bien des questions à son sujet, voilà pourquoi il joue la carte du 'Gentleman'. Après la râclée qu'il lui vient de lui administrer, elle pourrait penser qu'il se moque d'elle. Sauf si, en femme intelligente, elle comprend que c'est en ne la traitant pas avec dissemblance, qu'il s'est montré plus … Louable.

Pour donner à sa proposition une proportion plus réelle, et lui faire comprendre qu'il ne se fiche pas d'elle, le grand brun approche en lui tendant son bras.

- Le combat est terminé, tu peux ranger tes griffes. »

Et un sourire charmeur en prime, un.
FICHE PAR SWAN.

_________________


Dernière édition par Alaric G. Rousseau le Mer 5 Nov - 10:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://swanlive.livejournal.com/
avatar
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Rock me, Darling - [Korraric]   Lun 27 Oct - 11:44


Rock me, Darling
Alaric G. Rousseau & Korra T. Kalgan

Elle a mal partout, mais il faut la foutre inconsciente pour qu'elle ne tente pas de finir un combat debout. Même avec une jambe brisée, elle tenterait de se mettre sur ses guibolles alors que le son de la cloche retentirait dans l'arène.
Elle le regarde, et la mutante voit aussi dans le reste de son champ de vision le public qui suspend son souffle. Peut-être que tout le monde a oublié le décompte du temps... Sa dernière réplique provoqua des envies de meurtre dans le rang des femmes qui se retrouvèrent à crier à son opposant de lui arracher la langue et de se faire des bretelles avec ses tripes. Mais, eh, il n'avait pas le droit. Si les combats étaient illégaux, ils n'avaient pourtant pas le droit de tuer sur le sable. Si l'un des deux mourrait une fois sorti d'ici, ce n'était plus leur problème, même si c'était de la faute de ses blessures.
L'autre est prêt à lui foncer dessus à nouveau quand la cloche sonne. Korra ne peut s'empêcher de pousser un soupir. Soulagée ? Ennuyée ? Sûrement un peu des deux. Mais, même si elle ne l'admettrait pas, le soulagement primait. Si ça avait duré plus longtemps, elle serait sûrement repartie avec un truc cassé. Ou aurait été incapable de se déplacer même. Finalement, Icare se remit en position normale, plus d'attaque, plus rien.
C'est fini.

Les deux réactions explosèrent dans les gradins. Les contents et les tristes. Tous hurlèrent. Elle s'en foutait, elle avait eu un bon combat et elle aurait une poignée de billets quand même. Chaque respiration lui faisait mal à cause du coup au plexus et dans les côtes, mais elle ne pouvait s'empêcher d'avoir besoin d'oxygène, si ? Elle espérait presque qu'un gars viendrait lui proposer de la ramener chez elle. Bah, la mutante savait bien que ceux qui le faisaient avaient des arrières pensées plus grosses et plus voyantes que la bosse sous leur pantalon, mais ce n'était pas parce qu'elle était mal en point qu'elle se laisserait faire. Elle voulait juste un tour en voiture gratuit.
Mais voilà qu'elle s'endormait presque sur place. Dis au revoir et dégage d'ici se motiva-t-elle intérieurement avant de lâcher quelques mots et de faire demi-tour.
Lentement.

Le sable crisse sous ses pieds et Korra rêverait d'utiliser son pouvoir pour se faire glisser sur une galette de roche loin d'ici. Du moins pour aller quelque part avec un matelas moelleux et des pansements et de l'anti-douleur. Oui, elle prendrait un bain d'anti-douleur.
La mutante pensait à ça lorsqu'elle mettait lentement un pied devant l'autre. Petit à petit. C'était elle où le temps s'était ralenti ? « Putain, lâcha-t-elle entre ses dents en levant la tête vers la sortie. Aller bouge ton cul Korra, on va pas attendre le lever du soleil. »
L'arche qui surplombait la porte était encore loin. Trop loin pour son courage actuel. Mais elle continuait d'avancer. Elle avait déjà parcouru beaucoup plus de chemin, complètement désespérée et démotivée, par le passé. Et le terrain avait été tout sauf plat, l'air tout sauf chaud et son trajet tout sauf tracé.
Si elle sentit les pas de l'homme arriver derrière, elle ne s'attendait pas à ce qu'il s'arrêtât à sa hauteur. Pourtant, c'était ce qu'il fit et elle leva la tête vers lui. « Besoin d'aide, peut-être ? » Elle sourit un peu. La gueule qu'elle devait avoir, la mutante était presque sûre qu'elle avait du sang sur les dents. Après tout, elle en avait plein la bouche. Il approcha et lui tendit son bras, gentleman. « Le combat est terminé, tu peux ranger tes griffes.
Eh, t'as pas remarqué, j'me coupe les ongles à ras. C'est pas pratique les griffes qui cassent en se retournant quand on combat... » répliqua-t-elle. Le combat était fini. Elle ne se battait plus en dehors de l'arène. Sauf si on la faisait trop chier.
Korra leva son bras avec du mal et attrapa celui du brun-roux. « Merci » lâcha-t-elle simplement. Elle se demanda vaguement jusqu'où il avait l'intention de la conduire comme ça. Etait-il de ceux qui voyait l'excitation du combat descendre sous la ceinture ou de ceux qui voulaient juste boire un verre et faire un peu de cocooning ?
La mutante l'observa un moment, en suivant la marche. Ouais, il était séduisant. Mais ce qui l'attirait le plus était qu'il savait se battre. Et se battre intelligemment. Elle esquissa à nouveau un sourire.
« Dis-moi que t'as de l'anti-douleur dans tes affaires. J'aurais jamais assez avec mon tube... »
C'était sans parler des hématomes et des blessures de précédents combats. Les premiers qui prenaient une teinte jaunâtre avant de définitivement disparaître et les secondes qui cicatrisaient doucement.
Enfin arrivée au niveau de ses affaires, elle le lâcha et se tortilla en grimaçant pour retirer son haut qui en plus collait de sueur. Finalement, elle parvint à s'en débarrasser avec un grognement et le jeta sur le banc de bois en face d'elle avant de fouiller dans son sac de sport. La mutante aurait pu se foutre à poil devant lui sans aucune pudeur et sans arrières pensées non plus. Elle n'était pas complètement dénuée d'attirance sexuelle envers les autres, mais elle préférait un bon combat. Le fait qu'il l'a vue et combattue et foutue à ce point mal dépassait largement le fait de se retrouver nue devant lui. En fait, s'il on voulait, la manière dont il l'avait malmenée et combattue lui faisait le même effet que – chez toute autre femme – se retrouver nue face à un type. Connu ou inconnu... Mais on connaissait mieux quelqu'un en se battant contre lui quand s'envoyant en l'air.
Enfin, c'était son avis.... La mutante était peut-être un peu rustre sur les bords...

Korra se débarrassa de ses chaussures et de son pantalon en se tortillant et en grognant de douleur et d'agacement puis se retrouva en sous-vêtements face à « Icare ». Ah oui, il était encore là. Elle passa une main dans ses cheveux pour dégager les mèches qui lui tombaient sur le front et le regarda un instant de ses yeux bleus. Bon, elle allait vite savoir ce qu'il avait derrière la tête comme ça.
Si son corps à elle était finement musclé, il n'en était pas moins recouvert de bleus, de poussière, de sueur et d'un peu de sang et de croutes de tout mélangé. Sexy d'une certaine manière, en fait, mais ça dépendait pour qui. Avec un soupir, elle se détourna et attrapa savon, shampooing et serviette éponge en glissant ses pieds dans une paire de tongs vert fluo.
Qu'il fasse ce qu'il voulait, la mutante s'en fichait. Pour l'instant, elle remerciait une quelconque entité supérieure que cet endroit aie des douches.  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✤ Messages : 4476
✤ Barge depuis : 13/08/2013
✤ Avatar : Tom Hiddleston
✤ Crédits : SWAN ( avatar ) + Disturbed ( Signature ) + TUMBLR ( gifs profil ) + Puscifer ( musique )


✤ Âge personnage : 3801 ans.
✤ Humeur : Consciencieux, mais agacé.
✤ Profession : Trafiquant d'organes ( Ne récupère plus que les corps des Raids. ) Et de poches de sang. Ariana Vander s'occupe de son réseau pendant la journée.
✤ Philosophie : Ne jamais remettre au lendemain ce qu'on peut faire aujourd'hui
✤ Localisation : Partout à Salem.
✤ Pouvoirs : Provoquer des illusions chez ses victimes. Plus ceux d'un Originel.

Relationship
→ citation:
relationships :
Alaric G. RousseauRousseau ; Elu connard de l'année
MessageSujet: Re: Rock me, Darling - [Korraric]   Lun 27 Oct - 23:14


ROCK ME, DARLING - KORRA&ALARIC
Il attend, sagement, sa main bandée tendue devant lui. Les autres imbéciles continuent de beugler en s’échangeant les primes de leurs paris. Des combats hors de l'arène risquent même bientôt d'eclater sous les regards médusés des autres spectateurs. Mais Alaric ne s'occupe déjà plus d'eux, fixant avec attention la brune aux prunelles polaires.

«  – Eh, t'as pas remarqué, j'me coupe les ongles à ras. C'est pas pratique les griffes qui cassent en se retournant quand on combat... 

Certes. L'Originel esquisse un sourire, attendant sagement qu'elle daigne prendre son bras pour s'y tenir. L'image était plutôt fictive, mais la fille l'amuse, pour dire vrai.

- Merci, qu'elle fait en s'appuyant, claudiquant légèrement jusqu'à la porte.

Tiens, les remerciements sont bien rares. Bien-sûr, Alaric a l'habitude d'entendre les gens le supplier de se montrer plus clément et d'avoir 'pitié'. Les deux aspects sont totalement dissoues de son esprit, étrangers, intolérables. Il n'a ni l'un, ni l'autre. Mais soit, ici le contexte est différent. Alaric s'amuse à jouer dans la peau d'un autre. Mimant expressions et émotions qu'il est incapable de ressentir. Seule la rage, la haine et le mépris restent, à travers les siècles. La passion aussi, peut-être. L'humour est rare, noir et souvent mal compris.  Il n'en sait rien, l'immortel n'a pas envie de méditer sur ses états d'âme.

- Dis-moi que t'as de l'anti-douleur dans tes affaires. J'aurais jamais assez avec mon tube...

Des anti-douleurs ? Oui, directement dans son organisme, en vérité. L'animal est même ravie à l'idée qu'elle est mal. C'est plus fort que lui, Alaric est un insatiable sadique.

- Navré, je peux rien faire pour toi.

Notons le choix des mots. Il aurait pu prétendre ne pas avoir ça en stock, mais ç'aurait été mentir. Il aurait pu jouer la carte de la franchise et lui offrir un peu de son sang millénaire – A condition qu'elle accepte - , mais cela est largement à trois mille lieux de ses principes. La dernière a qui il a distribué son hémoglobine est aujourd'hui captive dans son entre. Les liens unissant un vampire et l'humain – ou autre être – ayant bu la liqueur est bien trop important. Ressentir les états d'âme de quelqu'un le débecte. Ressentir la joie naïve, les craintes et les peurs d'Ashley en permanence lui tape sur le système. Mais c'est un mal pour un bien. Korra devra laisser la nature faire son effet, ou trouver un autre moyen. Les beuglements s'estompent légèrement, sûrement plus pour la mutante que pour lui, tandis qu'ils progressent vers les vestiaires. La brune à côté de lui est couverte de sang, de sueur et de sable. Les minéreaux minuscules aux couleurs beiges lui collent à la peau et s'accrochent à ses filets bruns. L'odeur de sueur d'une femme combinée à l'hémoglobine ont beau affoler ses sens animales, il n'en montre rien. Jusqu'à la lâcher, laissant la belle se traîner mollement jusqu'à son casier.

Sous ses yeux neutres et attentifs, la blessée commence à retirer son T-Shirt, le rejetant dans le casier tout en prenant tout son temps. Chaque geste semble douloureux. Les femmes sont si rares ici, qu'il en oublie presque l'absence de vestiaires départagés. Tout est mixte, même les douches. La voir se dévêtir devant lui sans pudeur pourrait le surprendre, mais Alaric a déjà participé a nombreuses festivités plus ou moins … Exotiques. Ou voir une femme avec pour seule tenue un pagne de soie était courant. Du moins, il y a des décennies. Aujourd'hui, il faut se rendre dans des clubs déstructurés et mauvais goûts. Pourtant les mœurs ont changées et la pudeur des femmes est monnaie courante. Celle-là semble du genre … Masculine. Et sa fine musculature ne démentira pas ses suppositions. Korra semble soudain se souvenir de sa présence, car elle se détourne légèrement pour l'observer. Lui, bras croisés et dos appuyé contre les casiers de l'étagère d'en face. Il observe, sans aucune pudeur, sans même avoir besoin de se sentir gêné d'être prit en faute. Mais ses prunelles fixent les siennes, sans descendre plus bas.  Un soupire s'échappe des lèvres de jeune femme, qui retire son pantalon. Se retrouvant ainsi en sous-vêtements devant lui. Pas pudique pour un sou, en effet. Il n'y a vraiment pas de quoi … Qu'il peut tout de même songer en la détaillant alors qu'elle agrippe gel douche et shampoing pour filer vers les douches.

Une drôle d'idée germe pourtant dans son esprit. La situation actuelle laisse imaginer un scénario plutôt classique. La plupart du temps, Alaric aurait profité de la situation pour assouvir ses désires primaires. Après tout, il est un vampire. Un monstre aux sens affolés. Pourtant, tout en se décollant des portes glacées – mais à température normale pour son épiderme de mort-vivant -, ses lippes fines se fendent d'un sourire coquasse. S'il a expérimenté le contrôle de la force dans l'arène, il ne s'est jamais testé avec le sexe. Succomber à la soif et aux plaisirs charnels lui arrive en permanence. Presque chaque jour, en vérité. Autant s'amuser encore un peu. D'ailleurs, il n'a pas vraiment le choix. Le grand maniaque qu'il est refuse de rester couvert de sable et de sang. Peut-être même d'une pointe légère de sueur. Le damné déplie ses longues guibolles, entendant déjà le bruit des douches. Il n'y a pas de cabine. Une seule pièce, contenant plusieurs pommeaux accrochés en hauteur. Si un pudique désapprouve, il n'a qu'à voir ailleurs. Telles sont les règles de ce lieu interdit. Sans un regard pour la fille, Alaric retire son pantalon, se retrouvant complètement nu, avant d'aller vers l'une des douches. La pudeur est une notion dont il s'est débarrassé très jeune, fait commun à l'époque de son humanité.  Sa patte vient écraser le bouton, activant l'arrivée d'eau. La qualité du liquide transparent est loin d'être bonne. Mais seuls les sens exacerbés de l'immortel peuvent le remarquer. Alaric est face contre le mur,  se débarrassant du sable avant de de faire mousser le savon accroché à la céramique. Na faisant aucune différence. Un homme aurait pu se tenir là, c'est déjà arrivé. Une douche bondée de types s'attardant sur les plaies sanglantes ou restes de sable coincés dans les sillons de leurs peaux. L'installation est précaire est sûrement mise à disposition pour les plus courageux.

Le savon est rêche, mal odorant et chimique. En se penchant légèrement en arrière, le brun roux tourne la tête vers Korra, imbibé d'eau de la tête aux pieds tout comme elle.

- Eh, Psst ! T'as pas un peu de gel douche à me filer ?

Le langage est plus que familier, bien loin de ses habitudes. Sourire d'excuse. Le cul exposé et le service trois pièces masqué et face au mur, et quel séant.  Le tatouage de l'immortel semble onduler dans son dos, coulant sur son épiderme et se confondant avec l'eau translucide. Il aurait pu lui demander de lui passer le sel, ça aurait été pareille.

- J'ai oublié le miens. Fait-il mine de s'excuse. Leur savon pue … »

Inutile de préciser que la situation est complètement incongrue et abracadabrante, pour qui connait le trafiquant.

FICHE PAR SWAN.

_________________


Dernière édition par Alaric G. Rousseau le Mer 5 Nov - 10:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://swanlive.livejournal.com/
avatar
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Rock me, Darling - [Korraric]   Mar 28 Oct - 11:20


Rock me, Darling
Alaric G. Rousseau & Korra T. Kalgan

Il sourit. Elle était contente de constater que pour une fois, elle n'était pas la seule à ne pas continuer le combat hors de l'arène. Parfois, même les gagnants continuaient de la traiter comme de la merde quand elle perdait et elle s'était même retrouvé face à un type qui l'avait prise pour sa domestique après leur round voire même s'attendait à ce qu'elle lui fasses quelques faveurs sous la ceinture parce qu'il avait marqué plus de points. Les deux tocards s'étaient vite rendus compte que leurs burnes pouvaient retourner à l'intérieur de leur corps. Tu fais moins le malin maintenant que tes bijoux de famille sont devenus de ovaires hein ? Bref...

Korra était concentrée sur les pas qu'elle fait. Comme si le fait de ne plus y penser activement allait la faire s'écrouler. C'était peut-être bel et bien le cas, pour ce qu'elle en savait. Icare, lui, semblait tout aussi perdu dans ses pensées, mais certainement pas pour les mêmes raisons. À quoi pouvait penser un type comme lui ? Telle était la question. Il semblait impénétrable derrière ses iris bleu acier. Il paraissait comme détaché du temps, ailleurs même. Mais la mutante n'y pensait pas vraiment, car ça l'empêcherait de se concentrer sur ses pieds.
Dans quel état il l'avait mise tout de même... Elle avait mal partout, mais rien de cassé. Le brun-roux devait combattre depuis des lustres pour savoir comment si bien placer ses coups et comment les porter pour qu'elle aie l'impression d'être en vrac et démolie à l'intérieur sans pour autant que ce soit le cas. Si ça se trouve, il avait juste touché ses nerfs et il fallait attendre que l'émission au cerveau cesse pour qu'elle soit tranquille. … Mais non. Franchement, elle avait un bleu qui commençait à s'auréoler méchamment entre ses seins, il avait au moins touché des vaisseaux sanguins pour que ça arrive.

« Navré, je peux rien faire pour toi. répondit-il à sa question et elle fit une grimace.
Tant pis... il faudra que je fasse un choix sur les parties à traiter. »
Elle haussa les épaules, s'arrachant une nouvelle grimace de douleur tandis qu'elle tentait de se débarrasser de ses vêtements. La mutante aurait quand même aimé qu'il en ait... Elle avait vraiment mal. La brunette savait que ça passerait, ou du moins qu'elle s'habituerait à la douleur avant qu'elle ne s'estompe, ce n'était pas la première fois, mais tout de même...
Se recouvrir d'une grosse couche de pommade des pieds à la tête l'aurait aidée à rentrer chez elle sur ses deux jambes et plutôt rapidement.

Korra découvrit le brun-roux en train de l'observer. Mais elle ne fit aucun commentaire. Il ne s'en cachait pas, tout comme elle ne cachait pas son corps. Appuyé nonchalamment contre les autres casiers, il avait les bras croisés et son regard de glace ne quittait pas ses propres iris bleutées. Soit, il avait au moins ça pour lui. Mais évidemment, dans l'état dans lequel elle était, peu de gars auraient voulu un striptease. Bon, la mutante ne savait pas ce qui pouvait passer dans la tête de certains types et peut-être qu'il y en avait qui aimaient voir les femmes couvertes de sang, de sueur, de bleus et de poussière, en particulier quand c'était eux qui avaient infligé une telle chose.
En attendant, elle fila à la douche.

La pièce était grande et sans cabines. Des pommeaux pendaient à intervalles réguliers et étaient accompagnés, plus bas, d'un savon dont l'odeur fit se retrousser les narines de la mutante. Heureusement qu'elle avait amené le sien. De plus, on ne savait jamais comment ces trucs avaient été touchés avant soi et elle préférait éviter de choper un truc. Korra choisi une douche où il n'y avait pas d'eau en dessous, une qui n'avait donc pas été utilisée par les combattants précédents. Elle n'aimait pas patauger dans l'eau des autres. Beurk. Même si elle pouvait garder ses tongs, c'était déplaisant. Vive les verrues et autres saloperies.
Elle entendit finalement les pas de l'homme arriver dans la pièce de sanitaires. Il avait donc décidé de se débarrasser des restes du combat aussi. Quant à la mutante, elle était en train de faire mousser le shampooing dans ses cheveux et remplissait l'endroit d'une odeur légère de ylang-ylang.
Korra finissait de se savonner quand elle entendit qu'il s'adressait à elle « Eh, Psst ! T'as pas un peu de gel douche à me filer ? » et elle haussa un sourcil en se tournant dans sa direction. Le jet d'eau chaude vint alors caresser son dos et elle frissonna. Un peu douloureux, mais elle aimait sentir la chaleur ruisseler sur elle. Un instant, son regard à elle glissa sur le corps finalement musclé d'Icare et elle put découvrir que sous la poussière qui partait, il n'avait pas de marques du combat. Pas vraiment. Pas humain.
Le fait était qu'elle n'était pas spécialement avide de sexe, mais le voir ainsi complètement indifférent réveillait un étrange et paradoxal désir... Quand la cervelle et les hormones s'en mêlent... Plus rien ne va. « J'ai oublié le miens. Leur savon pue …
Ouais, j'ai pensé la même chose en sentant l'odeur qui flottait en arrivant. » Ca et l'odeur de moisi humide, mais bon. Elle referma le flacon de gel douche au caramel et hésita un instant à lui lancer, ce qu'elle aurait fait en temps normal. Mais vu l'état de ses muscles et du reste de son corps, bien que propre à présent – et les cheveux pleins de mousse – elle préféra venir le lui apporter, faisant claquer ses tongs sur le sol humide.
Et voilà, elle était à à peine quelques dizaines de centimètres de lui, nue, et lui tendait le flacon. Si la mutante avait eu son torse nu sous le nez pendant tout le combat, elle n'avait pas eu le plaisir de voir le bas... La situation aurait été particulièrement cocasse si ça avait été elle qui s'était retrouvée entre ses cuisses et pas l'inverse, lors du combat...
« Tiens..  » fit-elle simplement avant de se reprendre un peu et de claudiquer à nouveau vers sa douche et, dos au mur, rinça ses cheveux, essayant de se débarrasser du plus de nœuds en même temps. Elle ne se mettait jamais face au mur quand il s'agissait de rincer sa tignasse. Ce n'était qu'un coup à se retrouver avec les yeux et la gueule pleins d'eau savonneuse piquante. Evidemment, ici, ça insinuait de dévoiler royalement et sans laisser place à l'imagination sa nudité, mais après être allée près de lui... elle n'était plus à ça près.
Elle espérait juste vaguement qu'un type plus lubrique et dégoutant ne se pointerait pas.   
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✤ Messages : 4476
✤ Barge depuis : 13/08/2013
✤ Avatar : Tom Hiddleston
✤ Crédits : SWAN ( avatar ) + Disturbed ( Signature ) + TUMBLR ( gifs profil ) + Puscifer ( musique )


✤ Âge personnage : 3801 ans.
✤ Humeur : Consciencieux, mais agacé.
✤ Profession : Trafiquant d'organes ( Ne récupère plus que les corps des Raids. ) Et de poches de sang. Ariana Vander s'occupe de son réseau pendant la journée.
✤ Philosophie : Ne jamais remettre au lendemain ce qu'on peut faire aujourd'hui
✤ Localisation : Partout à Salem.
✤ Pouvoirs : Provoquer des illusions chez ses victimes. Plus ceux d'un Originel.

Relationship
→ citation:
relationships :
Alaric G. RousseauRousseau ; Elu connard de l'année
MessageSujet: Re: Rock me, Darling - [Korraric]   Mar 28 Oct - 14:09


ROCK ME, DARLING - KORRA&ALARIC
La petite pique lancée fait réagir la brune. Son corps, complètement trempé se mouve, son corps pivotant vers lui. Ses prunelles s'égarent un instant, tandis qu'elle semble réaliser sa nudité. Un simple battement de cils avant qu'elle ne se reprenne. L'orgueilleux millénaire a l'habitude de faire cet effet là, et il ne se prive pas d'en apprécier les effets. Même maintenant, alors qu'il se promet de ne rien tenter avec elle. Quoi que, si c'est elle qui vient …

« – Ouais, j'ai pensé la même chose en sentant l'odeur qui flottait en arrivant. 

Elle ignore à quel point elle dit vrai. L'endroit infecte le renfermé, la pisse et autres odeurs organiques qui, combinées en un cocktail morbide, sont toutes sauf ragoutantes. Un froncement de narines de l'Originel en guise de réponse, et ce dernier attend sagement. Ses prunelles continuent de détailler ses yeux, lorsqu'elle avance. Elle est complètement nue, ses sous-vêtements abandonnés plus loin à terre hors des jets. Plus elle approche, plus les prunelles d'Alaric s'incline, ne coupant pas le contacte de ses myosotis. C'est à peine s'il baisse le menton, conversant son port droit et la tête haute. Des milliers de petites goûtes d'eau glissant le long de leurs corps, avant d'échouer au sol. Elle a la tête moussé et pleine de shampoing, sa poitrine a beau être au-dessus de sa préférence, il ne peut nier qu'elle est … Sublime. Le vampire peut au moins se faire la réflexion.

- Tiens …

Sa main pleine de mousse lui temps le petit flacon. Caramel. Loin d'être son odeur préférée, mais mille fois plus tolérable que celle des savons pendus sous chaque douche. Sa patte aux doigts de pianiste s'empare du Gel douche, et le vampire esquisse un sourire neutre.

- Merci.

Voilà bien un mot qu'il n'a plus l'habitude de prononcer. Elle est proche, si proche qu'il peut sentir l'odeur de caramel incrusté dans son épiderme à présent presque diaphane. Une peau de crème. Alaric se détourne, ouvrant l'opercule et déposant une noisette dans le creux de sa main. Se débarrasser de tout le sable ne lui prend pas longtemps. L'eau chaude coule toujours le long de son corps, et ses mains viennent mousser ses cheveux bouclés légèrement plus longs qu'à l'accoutume. Les restes viennent accrocher sa barbe naissante, tandis que son dos, des sifflements joyeux éclatent. Un air désordonné et des pas lourds. Un homme arrive dans la pièce. Alaric continue de faire face au mur, rinçant sa peau et ses cheveux. Il devine, sans avoir besoin de le voir, l'arrêt du type à l'entrée de la pièce. Sûrement surpris de voir une femme aussi bien foutue à poil dans les douches. Les légers changement de pulsation de son pouls pulse jusqu'à ses esgourdes, notes de l’excitation malsaine de l'humain qui reprend sa route, s'arrêtant à la douche juste à côté de la sienne.

C'est à peine si Alaric lui accorde une œillade, tout en se débarrassant du savon. Ses boucles brunes aux reflets roux sont rapidement vierges du produit, lorsque le type à côté de lui l'interpelle. Un gros lourd barbu et bedonnant aurait été l'apparence idéale pour ce genre de gars, mais le jeunot aborde la fière allure d'un athlète et le regard présomptueux d'un jeune vainqueur. Il doit avoir mis K.O son adversaire très vite, avant de s'être précipité jusqu'aux vestiaires. Un primate attardé gonflé aux testostérones et au membre sûrement déjà tendu d’excitation de voir une femme totalement nue. Seul un hématome reste au niveau plexus. Dents serrées, Alaric se tourne vers l’intrus. Le type au sourire lascif se penche vers lui, avant de désigner Korra du menton.

- T'en veux pas ? Non parce que moi … Je suis preneur. Elle doit attendre ça depuis le début.

Ce n'est même pas un murmure, la fille peut tout entendre de là où elle est.

- Hein ma jolie ? Ca te dit une virée jusqu'aux cieux ? Qu'il lance derrière son épaule en se tournant vers elle.

L'Originel soupire. S'il fait parfois preuve de machisme pour agacer la gente féminine, il a depuis longtemps cessé de penser de la sorte. Des femmes se sont battues à ses côtés lors de batailles. Et il en a même vues capables de faire pleurer les prisonniers sans même avoir besoin d'utiliser la violence. C'est bien connu, les femmes possèdent l'atout redoutable d'avoir des langues acérées et d'êtres de véritables manipulatrices. Presque aussi bien que lui … Et son niveau en la matière est plutôt élevé. Le Français coupe l'arrivée d'eau, sans un regard pour les deux autres avant de filer hors des douches pour retrouver les vestiaires. Le temps de trouver une serviette, sécher son épiderme et enrouler le tissu autour de sa taille, qu'un bruit de protestation se fait entendre. L'immortel lève ses azures, scrutant l'entrée des douches avant de froncer les sourcils.

- Allez quoi, laisse-toi faire pétasse !

Des crimes et des atrocités, il en a longtemps commis. Et l'Originel ne compte pas s'arrêter là. Il est un monstre insatiable dépourvu de morale. Du moins, il possède son propre code d'éthique. Violer une femme n'en fait pas partie. Un geste lâche est misérable. Bien qu'il ne doute pas que la jeune femme soit apte à se défendre, il sait aussi qu'elle est encore dans un sale état suite à ses coups dans l'arène. Lorsqu'il utilise sa célérité pour bondir dans la salle, avisant la main du type encerclant le poignet de la fille, ce n'est pas par bonté d'âme qu'il agit. Mais par mépris. Une raclure, voilà ce qu'il est. Les ordures méritent de crever. C'est tout aussi vite qu'Alaric se précipite sur lui, sa main entourant sa gorge et son corps basculant celui du bout de viande contre le mur. Sous le choc, la céramique craque, tandis que les pieds de l'humain gigotent en fouettant l'air. Ses pauvres pattes faibles entourant le poignet d'Alaric, ses lippes tremblantes cherchant l'air de plus en plus rare dans ses poumons, tandis que l'Originel le fixe avec morosité.

- J’abhorre les vermines de ton espèce, raclure. Crache l'Originel entre ses dents, retrouvant sa diction naturelle tout en tendant le bras, levant le primate plus haut encore. Sa peau râcle contre les fissures, laissant une traînée d'hémoglobine couler le long de la céramique jusqu'à se mélanger à l'eau coulant toujours au sol. Quelque chose craque sous ses doigts, et d'un sourire mauvais, Alaric passe sa langue contre ses lippes. Je casse quoi en premier ?

L'autre se débat, fulmine et hoquette. Un gargouillis s'échappe d'entre ses lèvres, ses joues virant à l'écarlate. Aucun mot ne semble pouvoir se former sous la poigne de fer du Français.

- Tu en dis quoi, Korra. Que voudrais-tu voir dilapidé, chez lui ? Peut-être dois-je lui arracher la chose microscopique qui pend entre ses jambes, pour lui couper toutes envies de recommencer, hm ? Lance le brun roux en jetant un coup d’œil à Korra, visage impassible et prunelles brillantes. Son sort est entre tes mains. »

Peut-être pas complètement. De quoi est faite cette fille ? A-t-elle de l'audace, a-t-elle de la morale ou de la clémence ? Aura-t-elle plus peur du monstre, ou de la bidoche entre ses doigts ? Maintenant que la vermine a vu sa véritable nature, il mourra de toute façon. Ici ou ailleurs, ses tripes lui serviront de collier.

FICHE PAR SWAN.

_________________


Dernière édition par Alaric G. Rousseau le Mer 5 Nov - 10:52, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://swanlive.livejournal.com/
avatar
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Rock me, Darling - [Korraric]   Mar 28 Oct - 16:07


Rock me, Darling
Alaric G. Rousseau & Korra T. Kalgan

Icare avait l'air habitué aux réactions des femmes face à son corps nu... Coureur de jupons ? Ou bien aucune de celles qu'il avait ramené avec lui n'avait jamais été déçue de son corps ? En même temps... il fallait vraiment être difficile pour ne pas apprécier. Ou aimer les poilus. Dieu que Korra n'aimait pas les poilus !
En tout cas, elle comprenait parfaitement qu'il puisse ne pas supporter l'odeur du savon d'ici. Rien ne lui inspirait confiance en tout cas. Elle avait même du longuement se demander si elle n'allait pas aller chercher un sac en plastique ou utiliser sa tong pour appuyer sur le bouton qui lui donnerait de l'eau... Franchement, il allait falloir qu'elle trouve un club un peu mieux... Avec de telles mesures (inexistantes) d'hygiène, on risquait plus de crever en prenant une douche qu'en se battant.
Finalement, le brun-roux daigna regarder son corps et non plus ses yeux, ne serait-ce qu'une demi-seconde. Il n'était pas si indifférent que ça, au fond. Ou peut-être observait-il simplement, comme ça. Même s'il était difficile de ne pas penser à quelque chose en voyant un corps nu devant soi. Ne serait-ce que du dégout. Mais Korra n'en vit pas dans ses yeux de glace.
Il prit le flacon d'un geste et la remercia, puis elle retourna sous le jet d'eau chaude qu'elle avait allumé plus tôt. La brunette tenta de ne pas songer qu'il allait sentir le macaron au caramel en sortant d'ici, pourtant cette simple pensée lui arracha un sourire. Elle ne savait pas si elle devait en rire ou avoir envie de le goûter. Bah voyons, tu n'as pas eu assez d'adrénaline pendant le combat ?
Elle entreprit de se débarrasser de la mousse qui recouvrait encore ses cheveux.

Puis Korra entendit encore des pas. Ouvrant un œil, elle découvrit un jeune gars à l'entrée de la pièce qui la détailla des pieds à la tête et elle fronça les sourcils. Trop discret. Le combat suivant le leur a du se terminer plus vite que ce que le chrono avait prévu. Lui semblait content, probablement le gagnant. Pourtant, vu l'aura qu'il émettait, comme si tout lui était du et qu'on devait lui baiser les pieds – ou autre chose – parce qu'il avait gagné, Korra ne l'apprécia pas dès le départ.
La mater était une chose, se la péter et rabaisser son adversaire après un combat était une autre.
« T'en veux pas ? Non parce que moi … Je suis preneur. Elle doit attendre ça depuis le début. » et Korra jeta un coup d'oeil dans la direction des deux hommes. Le plus petit des deux semblait fort prêt à « être preneur » comme il disait si bien. La mutante leva les yeux au ciel et continua de se débattre avec ses cheveux en les ignorant. «  Hein ma jolie ? Ca te dit une virée jusqu'aux cieux ? » à ça, elle ne prit même pas la peine de répondre. Si il se retrouvait entre ses cuisses, ce serait pour souffrir, pas pour prendre son pied.
Elle avait presque craint qu'il ne lui propose un coup à trois... Franchement... Non. Elle avait déjà assez mal partout pour ne pas en plus se faire prendre en sandwich entre deux gars... De plus, elle doutait grandement que ce demeuré puisse réellement la faire grimper jusqu'au septième ciel.

Pourtant, elle eut comme un pincement au fond du ventre quand Icare quitta la pièce. L'autre n'attendait sûrement que ça... La mutante n'avait pas peur de cet abruti, mais elle ne savait pas vraiment sa force, et elle était plutôt à bout. Elle se méfia en récupérant ses affaires, mais il avait déjà glissé de plusieurs pas vers elle, le sourire coquin aux lèvres. Elle en aurait vomi.

« Ecoute mon gars, tu m'intéresses pas OK ? Je sais que t'as gagné et j'en ai rien à foutre, t'auras pas la pipe du vainqueur de ma part. »
Ca ne devait pas être la réponse qu'il attendait. La brune posa sa main sur son torse alors qu'il voulait s'approcher plus près, son membre impunément tendu vers elle. « Pas bouger, le débile. Mais il attrapa son poignet et commença à serrer, retirant sa paume de ses pectoraux pour la diriger plus bas.
Allez quoi, laisse-toi faire pétasse !  »
Korra grogna et tenta de le repousser de son autre main et mettre de lui envoyer son poing dans la figure, mais tous ses muscles étaient douloureux de son combat avec Icare.

Puis tout arriva très vite et le gars se retrouva suspendu au-dessus du sol et maintenu par une main de fer autour de son coup. Icare le tenait ainsi. La céramique craqua et du rouge vint colorer l'eau qui coulait à leurs pieds... La mutante fronça les sourcils. Eh non, pas humain du tout. Mais elle en était bien contente. Elle massa son poignet puis jeta un coup d'oeil aux deux hommes. « J’abhorre les vermines de ton espèce, raclure. L'un suffocant, l'autre presque hilare. Je casse quoi en premier ?  » Le jeune s'agita, effrayé à présent et Korra alla passer sa serviette autour d'elle avant de revenir.
«  Tu en dis quoi, Korra. Que voudrais-tu voir dilapidé, chez lui ? Peut-être dois-je lui arracher la chose microscopique qui pend entre ses jambes, pour lui couper toutes envies de recommencer, hm ? La mutante a l'étrange impression qu'il a l'habitude de faire ça très souvent... Son sort est entre tes mains. Elle avala sa salive une posa une main sur le bras de son adversaire de plus tôt.
Remets-le par terre... fit-elle et le mal propre sembla soulagé, son regard disant presque « tu vois, elle dit non mais elle la veut ma queue, en fait »... Mais tiens-le moi, s'il te plait. » ajouta-t-elle avant de se délecter de la tête que fit l'autre crétin.
Un sourire en coin se dessina sur son visage et elle leva la main. La mutante ne le frappa pas, au contraire de ce à quoi il s'attendait, mais deux cailloux arrivèrent depuis les vestiaires dans le creux de sa paume. De l'autre main, elle arracha le savon qui pendait au mur et lui enfonça dans la gorge d'un geste brusque. Si la douleur du mouvement se propagea dans son corps courbaturé, elle n'en montra rien et son sourire s'agrandit légèrement.
« Je vais te montrer ce que ça fait qu'avoir un truc dur qui te rentre dedans quand tu n'en as pas envie. Et sans lubrifiant. Ca te fera réfléchir à deux fois lorsque tu auras de nouvelles pensées déplacées envers une femme. »
Icare le tenait fermement et Korra pencha la tête sur le côté, faisant voleter les petites roches devant les yeux du débile avant de les faire se diriger vers le bas, assommant son membre au passage – arrachant un cri étouffé par le savon dans la gorge du type – et les guida brusquement jusque dans son anus.
« C'est dommage, j'aimais bien ces cailloux... Mais … elle haussa les épaules. Oh, tu sais quoi ? Je peux les faire changer de forme aussi... Elle leva les yeux vers Icare. Il y a une forme que tu préfères ? »    
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✤ Messages : 4476
✤ Barge depuis : 13/08/2013
✤ Avatar : Tom Hiddleston
✤ Crédits : SWAN ( avatar ) + Disturbed ( Signature ) + TUMBLR ( gifs profil ) + Puscifer ( musique )


✤ Âge personnage : 3801 ans.
✤ Humeur : Consciencieux, mais agacé.
✤ Profession : Trafiquant d'organes ( Ne récupère plus que les corps des Raids. ) Et de poches de sang. Ariana Vander s'occupe de son réseau pendant la journée.
✤ Philosophie : Ne jamais remettre au lendemain ce qu'on peut faire aujourd'hui
✤ Localisation : Partout à Salem.
✤ Pouvoirs : Provoquer des illusions chez ses victimes. Plus ceux d'un Originel.

Relationship
→ citation:
relationships :
Alaric G. RousseauRousseau ; Elu connard de l'année
MessageSujet: Re: Rock me, Darling - [Korraric]   Mer 29 Oct - 10:44


ROCK ME, DARLING - KORRA&ALARIC
Le palpitant de la proie entre ses griffes est un métronome irrégulier, brisé, à deux doigts de se rompre. Certaines victimes sont déjà mortes de crise cardiaque, avant même qu'il n'est le temps de s'amuser un peu. C'est fâcheux, toujours problématique pour la récolte d'organes, et horriblement frustrant pour l'immortel qui déteste qu'on l'interrompe. Même en s'offrant plus vite que prévu à la faucheuse. L'autre semble pourtant bien tenir. Les plus orduriers sont les plus résistants, les pires charognes sont ceux qui savent lutter avant le trépas. Celui-là semble en faire à peine partie, pourtant. Il geint, gargouille sous ses doigts et implore leur pitié. Bel imaginaire, si la fille décide d'en faire preuve, ce ne sera pas son cas. Quand Alaric commence à faire couler le sang ainsi, il n'y a plus de détour. A moins que la proie lui soit utile, pas comme celle-ci.

« -  Remets-le par terre... Lâche  finalement Korra, à sa grande déception. Soit, une sainte ni-touche … Sa langue passe contre ses dents, tandis que ses opales scrutent la carcasse ensanglantée, puis Korra. Il a l'air bien content, tant pis, ça sera ça de gagner. Il laissera l'imbécile se baigner dans sa fausse joie avant de lui retomber dessus pour le déchiqueter en petits morceaux.

- Mais tiens-le moi, s'il te plait. 

Oh. La bouille d'ange du monstre s'incline sur le côté, tandis que ses lippes s'étirent en un sourire carnassier. Les battements de l'organe de la proie reprennent de plus belle, tandis qu'il recommence à geindre et à supplier alors qu'Alaric le détache du mur, le laissant retomber mollement comme un moins que rien. L'autre tousse, use d'une main comme bouclier et pleure à chaudes larmes.

- J-j'voul-lais p-p-p-pas, pitié …

Et blah, blah, blah. Alaric soulève ses prunelles, ses iris roulant dans ses orbites jusqu'aux plafond tâché de moisissures. Les poignes puissantes de l'Originel lui tombent dessus, telles des serres. En écho à ses gestes, l'aigle royal gravé dans son dos étire ses ailes et tend ses immenses griffes en avant, tandis que le trafiquant le soulève, se calant dans son dos tout en agrippant sa tignasse. L'abruti a beau se débattre, chaque mouvement effectue une pression sur la racine de son crâne, l'obligeant à gigoter sur place. Pauvre petit pantin, bientôt désarticulé. Les opales du fauve s'attardent sur la traînée d'hémoglobine le long de la colonne de la vermine, puis sur Korra. Son regard brûle de rage et de froideur.  L'odeur de la peur et du sang électrisent la pièce, affolant les sens de l'animal. Ses crocs le démangent, prêts à se soustraire de ses gencives pour pénétrer la chair. Un léger grondement s'échappe d'entre ses lippes, tandis que, bras tendu, sa main en tête du membre aux muscles bandés continue de maintenir la tête de piaf. Ses râles diminuent d'un coup, étouffés par une rondelle de savon. Le goût doit être infecte, et ne parlons même pas des mains venues frotter ces trucs-là avant. Le geste tire un énième sourire au français. Elle a de la ressource, la petite. Et il réalise à quel point c'est bel et bien le cas, tandis que plusieurs bouts de roches brutalement arrachées du sol des vestiaires arrivent  dans la pièce pour voleter jusqu'à eux. Les fragments volent dans l'air, sous le regard fasciné d'Alaric. La curiosité de l'originel à peine assouvie, ne fait que grandir un peu plus. Que peut-elle faire de plus ? Ses pouvoirs sont-ils plus importants encore ? Tant de questions …

Le vampire est focalisé sur les bouts de cailloux, alors que l'autre continue de chialer. Des bulles de savons s'extirpent d'entre ses lèvres bouchées. Mélange du produit et de salive dégoulinante. Si le sang n'avait pas coulé, il aurait froncé les narines. Mais c'est presque détaché, qu'il observe sa victime, avant de revenir à Korra.

- Je vais te montrer ce que ça fait qu'avoir un truc dur qui te rentre dedans quand tu n'en as pas envie. Et sans lubrifiant. Ca te fera réfléchir à deux fois lorsque tu auras de nouvelles pensées déplacées envers une femme.

L'orignel vient claquer des dents à deux centimètres l'oreille de la proie, dont il devine l'état de panique. Un léger grondement lui échappe alors qu'il plaque sa patte libre sur le dos de l'abruti, l'empêchant ainsi de remuer. Le bout de ses doigts s'enfonçant dans son épiderme comme dans du beurre. Ses yeux doivent êtres gros comme des soucoupes, et l'Originel pourrait presque en rire, si toute sa part animale n'était pas déjà en train de le submerger. Les bouts de cailloux continuent de flotter dans l'air, jusqu'à s'enfoncer brutalement dans l'anus du crétin. En effet, elle sait largement se défendre. Il regrette encore plus l’obligation de leur anonymat dans l'arène. Les cris étouffés de l'ordure s'amplifie, mais l'eau des deux autres douches continue de s'écouler avec force. Personne ne l'entendra, et personne ne rentrera dans les vestiaires. C'était le dernier combat.

-  C'est dommage, j'aimais bien ces cailloux... Mais …  Oh, tu sais quoi ? Je peux les faire changer de forme aussi...

Semble se souvenir Korra, avant d'incliner le menton pour le fixer lui.

- Il y a une forme que tu préfères ?

La question lui tire un sourire, alors qu'il fait mine de réfléchir. Des tas de formes, en vérité. Il meurt d'envie de tergiverser longuement et d'analyser le pouvoir de la mutante. Si elle peut aussi jouer sur la matière rocheuse pour en faire ce qu'elle désire, elle doit être une adversaire redoutable. Son envie de jouer grimpe un peu plus et lui arrache un nouveau grondement plus puissant, plus inhumain, tandis que le pouls de leur victime manque d'exploser.

- … Une pique celtes … Lâche enfin Rousseau, prunelles brillantes. Une minuscule lame, très fine, pointue et affûtée.

Alaric ne compte certainement pas vérifier si le cailloux prend la forme exacte qu'il attend, le hurlement de douleur qui explose à leurs oreilles, plus puissant que les précédents, est révélateur. Ca été assez efficace. Alaric laisse ses doigts plantés dans la chair s'enfoncer un peu plus dans l'épiderme, jusqu'à ce que les battements de cœur de l'autre diminue. Il se ramollit complètement, s’affaissant jusqu'à tomber à terre. Évanoui.

- Hmm … J'ai vu plus résistant … Lâche le Français d'un ton caustique, laissant retomber ses mains. Le bout des doigts de sa patte droitière s’égouttent sur le sol, l'hémoglobine se confondant à l'eau, avant d'aller s’engouffrer dans les sillons et disparaître sous terre.

Le bout de roche dépasse de l'orifice de la raclure évanouie à terre, le sang s'écoulant et de son dos, et d'entre ses jambes, avant de subir le même sort. Il y en a partout. Une traînée sanglante allant du mur, jusqu'au sol.

Clap.
Clap.
Clap.


Les gouttes roulent du bout de ses doigts, avant d'exploser à ses pieds. L'odeur est enivrante, imprégnée de la peur de la raclure à terre. Le cœur bat toujours, faiblement.

- Il est juste évanoui … » Gronde l'ancien fils galate levant ses azures vers Korra, étudiant soigneusement ses réactions. A-t-elle était guidée par la rage et la haine ? L'impulsion était-elle une folie qu'elle regrettera en avisant le corps à terre, le sang, et la créature en face d'elle ?

Alaric attend, pressé de le découvrir.

FICHE PAR SWAN.

_________________


Dernière édition par Alaric G. Rousseau le Mer 5 Nov - 10:56, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://swanlive.livejournal.com/
avatar
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Rock me, Darling - [Korraric]   Jeu 30 Oct - 15:44


Rock me, Darling
Alaric G. Rousseau & Korra T. Kalgan

« J-j'voul-lais p-p-p-pas, pitié … »
Ah bah voyons. C'était sûr... avec la trique qu'il se tapait, c'était sûr qu'il ne voulait pas ! La trique et les mains baladeuses, évidemment. Il pleurait comme un bébé maintenant, il ne faisait plus le malin. Il n'avait pas intérêt, quoi que ça aurait été drôle.
Si Icare avait semblé déçu quand elle lui avait demandé de le poser, sa bonne humeur était revenue quand elle avait ajouté quelques mots. Il avait l'air d'être encore plus sadique hors de l'arène que dedans... Et sûrement plus extrême. Quelque chose disait à Korra qu'il avait déjà du tuer des gens. Beaucoup. Et que ça ne le dérangeait pas plus que ça. En tout cas, ça ne devait pas l'empêcher de dormir.
La mutante sembla entendre un grondement provenir de la gorge de son adversaire précédent et se posa à nouveau la question de son espèce... Maintenant, elle hésitait entre vampire et lycan. Elle espérait que ce ne soit pas la seconde option. Elle détestait les lycans et elle ne voudrait jamais devoir une faveur à l'un d'eux.

Et en plus, maintenant il connaissait son pouvoir. Bon... En même temps, ça l'avait démangée de toute la soirée et il s'était aussi révélé non humain. Quoi exactement, elle n'en savait rien.
Korra ne regardait même pas la gueule chialante du type, même si elle entendait les bulles de savon éclater après avoir gonflé. Lui qui se pensait si sûr de lui et si supérieur à sa pauvre petite carcasse de femme, voilà où il se retrouvait. Il devait sûrement penser : entre les mains de deux psychopathes. Korra ne savait pas si c'était le cas pour Icare, mais elle en tout cas ne se considérait pas comme telle.

Mais il était l'heure de se venger à présent. Enfin, il n'avait rien fait, mais vu son comportement, il l'avait sûrement déjà fait à d'autres femmes. Peut-être nombreuses, Korra n'en savait rien mais la colère remonta d'autant plus en elle et elle oublia ses restrictions. Les cailloux s'enfoncèrent dans les fesses peut-être musclées de l'enfoiré et lui arrachèrent de nouveau gargouillis. Du liquide sombre commença à couler le long de ses cuisses et la mutante laissa échapper un rire étouffé.

« Ca s'appelle avoir ses règles aussi... Elle jeta un coup d'oeil au type. Félicitations ! Tu es officiellement une femme, tu peux avoir des enfants et te faire agresser par des connards qui ne se feront jamais arrêter parce qu'il y aura toujours une raison pour qu'ils échappent à la justice !  »

Puis Icare répondit à sa question : «  … Une pique celte … Une minuscule lame, très fine, pointue et affûtée. Korra haussa les épaules.
Ok, comme tu veux. »
Les cris qui se répercutèrent contre le savon se multiplièrent et plus de sang encore coula. La mutante semblait étrangement détachée du moment présent. Elle avait déjà fait souffrir des types dans son genre, mais c'était arrivé rarement... Ce n'était pas habituel chez elle.

« J'aurais plutôt vu un truc recouvert de piques, mais bon, ça a fait son effet aussi. fit-elle en baissant les yeux vers la carcasse évanouie.
Hmm … J'ai vu plus résistant … » Donc il avait bel et bien déjà fait ça par le passé. Du sang coulait de ses doigts et Korra n'avait pas fait attention au fait qu'il l'avait blessé dans le dos aussi... Finalement, elle retira les cailloux du corps de l'autre et les fit passer sous l'eau pour les nettoyer avant de les renvoyer aux vestiaires.

« Il est juste évanoui …  fit la voix d'Icare et Korra leva à nouveau les yeux vers lui.
Merci Captain Obvious. » lâcha-t-elle sarcastique avant de se détourner pour passer ses pieds sous l'eau claire pour se débarrasser du sang avant de retourner dans les vestiaires pour se rhabiller. Il n'avait pas besoin de plus de tortures, il devait avoir compris... De toute façon Korra n'irait pas plus loin, elle.
De retour près de son casier et du banc, elle soupira et vira sa serviette pour enfiler ses vêtements de rechange, fourrant le reste dans son sac de sport. Elle avait besoin d'une bière et d'anti-douleurs... Elle hésita un instant. Allait-elle passer le reste de la soirée avec un type qui visiblement avait déjà tué des gens sans remords... ? Elle ne savait pas encore bien... Mais que risquait-elle à aller boire un verre avec lui ?

« … Uhm... Tu veux aller boire un coup.. ? »    
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✤ Messages : 4476
✤ Barge depuis : 13/08/2013
✤ Avatar : Tom Hiddleston
✤ Crédits : SWAN ( avatar ) + Disturbed ( Signature ) + TUMBLR ( gifs profil ) + Puscifer ( musique )


✤ Âge personnage : 3801 ans.
✤ Humeur : Consciencieux, mais agacé.
✤ Profession : Trafiquant d'organes ( Ne récupère plus que les corps des Raids. ) Et de poches de sang. Ariana Vander s'occupe de son réseau pendant la journée.
✤ Philosophie : Ne jamais remettre au lendemain ce qu'on peut faire aujourd'hui
✤ Localisation : Partout à Salem.
✤ Pouvoirs : Provoquer des illusions chez ses victimes. Plus ceux d'un Originel.

Relationship
→ citation:
relationships :
Alaric G. RousseauRousseau ; Elu connard de l'année
MessageSujet: Re: Rock me, Darling - [Korraric]   Sam 1 Nov - 14:35


ROCK ME, DARLING - KORRA&ALARIC
Juste évanoui … Alaric veut encore jouer. Il veut déchiqueter sa chair, entendre son cri de douleur. Libérer la bête infame, jamais rascasiée d'hémoglobine. Le vampire ressent un besoin viscéral de dépecer la chose misérable qui git à leurs pieds. Mais il doit se contenter de serrer les dents, et attendre. Sagement. Il le garde pour plus tard.

– Merci Captain Obvious. 

Qui ? La bestiole intriguée penche sa bouille d'ange sur le côté. « Capitaine évident ». C'est du sarcasme ?  Il fronce les sourcils, haussant les épaules avant de se détourner pour effacer tout le sang de son épiderme. Il va devoir appeler l'un de ses larbins pour nettoyer la pièce. Alaric préfère conserver son identité secrète ici. La fille ? Il n'a pas envie de la tuer. Peut-être lui effacera-t-il la mémoire … Mais ce serait vraiment du gâchis. L'ancien Gaulois se détourne jusqu'aux douches, lavant son corps des restes d'hémoglobine. Il en a partout, et sous ses ongles, Alaric distingue quelques bouts organiques dont il se débarrasse rapidement, sans même porter ses doigts à ses lèvres.  Il n'a finalement pas très envie de s'infester de l'eau de vie d'une raclure. Rapidement, L'originel fait son chemin jusqu'aux vestiaires, essuyant sa silhouette trempée et parsemée de goûtes, avant d'ouvrir son casier. La fille est déjà en train de se changer, tandis qu'Alaric revêtit boxer et pantalon sombre, avant d'agripper la chemise accroché au cintre.

- … Uhm... Tu veux aller boire un coup.. ? Demande alors Korra, arrachant un sourire cynique aux coins des babines du Français. Boire un coup. Vraiment, quel jeu de mots. C'est sûrement inconscient de sa part, après tout, il n'en a pas révélé suffisamment sur lui. Vampire … Ou Lycan ? Elle ne peut le savoir.


Alaric enfile sa chemise, ses doigts fermant rapidement chaque bouton, lissant le tissu pâle avant d'enfoncer le tout dans le pantalon. Tout en cherchant sa ceinture, Alaric hausse les épaules, jouant l’indifférence. Une indifférence plus ou moins réelle. Il ne sait pas ce qu'elle a derrière la tête, mais ils ne sympathiserons pas pour former une belle et jolie amitié, dans tous les cas.

- Pourquoi pas ? Répond l'Originel en passant sa ceinture autour de sa taille, la fermant et cherchant sa veste d'une main libre. Où ?

L'originel se détourne vers elle, sa veste sous le bras, son autre poigne enfoncée dans sa poche. Ainsi vêtu, il n'a plus rien à voir avec cette chimère du nom d'Icare.

- J'ai juste un appel à passer, je te rejoins dehors d'ici deux minutes. Assure Alaric en extirpant son maudit téléphone de sa poche. Le technophobe va devoir faire à nouveau un effort pour utiliser cette saloperie. Sagement, il attend de ne plus entendre de battement de cœur, ni de respiration, s'assurant que Korra est bien partie, avant de fouiller dans sa liste des contactes. Trouver le nom d'un employé ne lui prend que quelques secondes, avant qu'il ne porte l'appareil à son oreille.

La tonalité l'oblige à la patience, avant qu'une voix endormie ne marmonne un «  Allô » rauque et pâteux.

- Matias, le Bronx. Les douches de la salle des combats illégaux. Dans dix minutes tapantes, soit discret, garde le corps et ramène-le à la réserve.

Le larbin a à peine le temps de répondre, qu'Alaric a déjà raccroché. Fourrant le téléphone dans sa poche avant de rejoindre la sortie, tout en enfilant sa veste qu'il boutonne contre son abdomen. Il n'a qu'à suivre l'odeur de Korra pour rapidement la trouver à l'extérieur . Elle est de dos, attendant qu'il daigne enfin arriver.  La bestiole se penche légèrement, sans un bruit, avant de marmonner à son oreille :

- Navré pour le contretemps. »

La sale bête adore l'effet de surprise.

FICHE PAR SWAN.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://swanlive.livejournal.com/
avatar
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Rock me, Darling - [Korraric]   Mer 5 Nov - 11:28


Rock me, Darling
Alaric G. Rousseau & Korra T. Kalgan

La douche et les affres du moment suivant semblaient avoir un peu dénoué les muscles de la mutante. Enfin, c'était juste une impression puisque lorsqu'elle se pencha pour enfiler son pantalon, elle grimaça. Ses côtes et son dos la faisaient toujours souffrir même sans parler de l'enfilage des chaussettes, le bouclage du soutien-gorge et le passage du haut. Mais bon, ce n'était pas la première fois, ni la dernière, et se retenir de bouger n'aurait rien changé.
Elle était maintenant habillée d'un jean slim, à la légère teinte vert sombre à peine visible sous un éclairage normal. En gros, il ressemblait à n'importe quel jean de couleur bleu denim. Des chaussettes blanches qui étaient plutôt grises maintenant, après d'innombrables lavages dans des lavomatiques pourris. Korra remonta la fermeture à glissière et le bouton de son pantalon avant de boucler sa ceinture. Au-dessus, elle portait un simple t-shirt un peu déformé par les pendaisons maladroites et les passages en machine à trop fort travail mécanique. Dessus, au même endroit où se dessinait l'hématome sur sa peau, il y avait un vieux dessin vintage en transfert craquelé qui représentait Pierre et ses Pokémon de type roche. Par dessus, elle enfila une veste de type tailleur d'un vert bouteille sombre puis passa ses doigts dans ses cheveux pour avoir l'air à peu près coiffée.

Quand la mutante se retourna enfin vers son compagnon de vestiaire, il haussait les épaules en réponse à sa question. Il était maintenant habillé d'un pantalon en toile et d'une chemise qu'il finissait de glisser dans son pantalon. Mmh, ça changeait grandement tout d'un coup. Etait-il de ces gars super friqués qui venaient dans des coins miteux pour révéler leur côté sauvage et se défouler sur des inconnus plutôt que sur leurs femmes ? Non, il n'avait pas d'alliance... Bon, ça n'empêchait pas, et il ne la mettait peut-être pas en venant ici, pour qu'on ne la lui volât pas et qu'il pût s'envoyer en l'air avec n'importe quelle nana qui trainerait sans qu'elle lui dise non parce qu'il était pris. Ouais, c'était peut-être ce type de gars. « Pourquoi pas ? lâcha-t-il enfin. Où ? »
Tourné vers elle, sa veste sous le bras, il n'avait vraiment plus du tout l'air du gars pieds-nus qui la tabassait avec classe dans l'arène. Certes, il avait toujours cette classe qui émane de lui – il ne s'en départissait sûrement jamais – mais ça faisait vraiment l'homme d'affaire classique de Manhattan. Même pas celui qui essayait de se faire passer pour l'un d'eux avec un costard acheté chez Jules, mais un vrai, avec un truc sur mesure.
Ce fut à son tour de hausser les épaules. Elle n'avait pas d'idée particulière. Un bar, le premier qui se présenterait en sortant irait très bien. Elle ne s'embêtait pas trop de ces questions là. Elle avait envie d'un verre, l'alcool était le même partout, surtout ici à Brooklyn où les gars ne coupaient sûrement pas les bouteilles avec de l'eau ou de l'alcool merdique.
« J'ai juste un appel à passer, je te rejoins dehors d'ici deux minutes
OK », fit-elle en haussant à nouveau les épaules.
Attrapant son sac et son blouson, elle se dirigea vers la sortie.

L'air, dehors, était frais et elle posa son sac à ses pieds pour enfiler son manteau en grimaçant. Il y avait des gens qui fumaient là, et pas seulement des cigarettes mais elle n'en avait rien à faire. Korra glissa ses mains dans ses poches et leva les yeux. Evidemment, ici, on ne voyait jamais les étoiles. Elle soupira et un léger nuage de vapeur s'éleva d'entre ses lèvres. Elle eut un frisson après la chaleur humide des vestiaire et observa la vie nocturne du quartier... Comment le monde en était-il arrivé là ?
Puis elle sentit enfin les résonances des pas dans le sol quand il arriva dans son dos, plus silencieux qu'un chat. « Navré pour le contretemps.
Ce n'est rien, j'ai tout mon temps. dit-elle en se retournant calmement sans avoir sursauté ni rien. Je perçois les vibrations de tes pas dans le sol quand tu marches. Alors à part en ayant une super vitesse ou la faculté de voler, il est difficile de me surprendre ajouta-t-elle avec un sourire en coin. Pas trop déçu j'espère ?  »
Puis elle regarda à nouveau autour d'eux et désigna un bar du menton. « Ca te va là-bas ?  »    
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✤ Messages : 4476
✤ Barge depuis : 13/08/2013
✤ Avatar : Tom Hiddleston
✤ Crédits : SWAN ( avatar ) + Disturbed ( Signature ) + TUMBLR ( gifs profil ) + Puscifer ( musique )


✤ Âge personnage : 3801 ans.
✤ Humeur : Consciencieux, mais agacé.
✤ Profession : Trafiquant d'organes ( Ne récupère plus que les corps des Raids. ) Et de poches de sang. Ariana Vander s'occupe de son réseau pendant la journée.
✤ Philosophie : Ne jamais remettre au lendemain ce qu'on peut faire aujourd'hui
✤ Localisation : Partout à Salem.
✤ Pouvoirs : Provoquer des illusions chez ses victimes. Plus ceux d'un Originel.

Relationship
→ citation:
relationships :
Alaric G. RousseauRousseau ; Elu connard de l'année
MessageSujet: Re: Rock me, Darling - [Korraric]   Ven 14 Nov - 21:34


_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://swanlive.livejournal.com/
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Rock me, Darling - [Korraric]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rock me, Darling - [Korraric]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jimmy Jaccobs Vs The Rock
» BLINK-182[Groupe de Musique Punk Rock]
» Rock My World
» Hogan critique The Rock! Star Jersey Shore dans le ring ++
» La Reine du Rock se présente !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
You ain't born typical :: CORBEILLE :: Children Of cain :: Corbeille RPG-