FERMETURE DU FORUM ► Pour en savoir plus c'est ICI

Partagez | 
 

 Save Me. [Asmoline]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
InvitéInvité
MessageSujet: Save Me. [Asmoline]   Sam 8 Nov - 9:57


SAVE ME.
«I burnt wings»



CORALINE & ASMODEE
Se silhouette à la poitrine bombée s'enroule autour de la barre de fer, ses mains agrippant le métal froid. La rousse aux filets ondoyants se tend, tournant et se trémoussant sous les acclamations graves et graveleuses des spectateurs. Quelques mains tenant des bout de papier verts se tendent jusqu'aux sillons de ses formes et la rouquine virevolte, agrippant la monnaie sans se faire prier avant de les fourrer dans le décolleter de son corset moulant. Le simple geste lui attire une série de sifflements vulgaires, la sorcière masque son dégoût derrière un sourire parfait, agitant cinq doigts fin à l'intention d'un brun affublé d'un verre de Whisky. La musique est un tintamarre infernal et sourd masquant tous les sons et paroles. Fait préférable pour les esgourdes malmenées d'Asmodée, qui abhorre les lexies débordantes et blasphématoires des clients alcoolisés. Lorsque certaines mains trop entreprenantes tentent une légère approche, Asmodée se contente d'éloigner ses immenses guibolles diaphanes. Son index pointé en l'air pour jouer les métronomes.

«  - Oh, ma jolie ! Juste un peu ! Proteste un quarantenaire en costard, les cheveux grisonnants.
- Navrée mon chou, les règles sont les règles ! S'exclame l’intéressée d'une voix forte par-dessus le tempo Electro.

Une légère sueur coule le long de sa nuque, tandis que la sylphide de feu roule des hanches, ses talons encrés sur le sol de l'estrade. Certains porcs sont sûrement déjà en train de mettre leurs salles pattes sous leurs ceintures, alors qu'elle quitte enfin l'estrade dans une volute de voile pourpre. Derrière les épais rideaux, Asmodée agrippe un peignoir, l'enroulant autour de sa taille avec pour seul salut à sa collègue du prochain tour, un sourire pincé d'encouragement. Elle ne s'attarde que rarement, préférant rapidement débarrasser son visage de la couche de graisse maquillant son faciès. La rousse tend mains vers ses cheville, courbant sa silhouette pour venir extirper ses pieds des talons. Elle déteste porter ses chaussures qui agrandissent sa silhouette d'un bon mètre quatre-vingt. Retrouvant le plat du sol froid, la sorcière se dirige vers les loges où plusieurs filles se préparent pour le travail, ou le départ. La quarantenaire s’assoit rapidement, se débarrassant habilement de son corset.

- Un jour, faudra que tu m'expliques comment tu peux enfiler et retirer ses machins toute seule … S'extasie une collègue à la crinière brune à côté d'elle, alors qu'Asmodée se débarrasse du corset pour s'attaquer aux porte-jarretelles. Masquant autant que possible son buste nu sous le peignoir.

- Quand tu seras ici depuis trois ans, tu verras. Se contente de répliquer la sorcière avec un sourire sage, Tu verras … Qu'elle murmure ensuite en se tournant vers la glace pour contempler son reflet, alors qu'elle agrippe un coton imbibé pour défaire tout le maquillage. Lèvres et pomettes rougies retrouvent leurs teintes de pêche, tandis que la noirceur de ses prunelles gardent leur noirceur. Elle achèvera le plus gros chez elle.

Quelques minutes plus tard, tandis qu'elle ajuste son éternelle perruque noire de mise pour les sorties nocturnes, Asmodée agrippe sa veste. Simplement vêtue d'un jean miteux, d'un débardeur et de vielles bottes. L'apparence grunge amplifiée par le tatouage celtes enroulé autour de son bras est loin de lui ressembler. Et c'est justement le but de l'opération. A force, plus aucune fille ne lui pose de questions, persuadée qu'elle doit sûrement fuir un petit ami violent ou vouloir éviter les clients trop insistants à l'extérieur de l'enceinte en dégradant son image. Avoir le pouvoir de séduire en dehors de l'établissement reste déconseillé. En particulier quand certains types sont obsédés et têtus.

- Salut les filles, lance Asmodée par dessus son épaule, serrant sa veste et son sac contre elle en se dirigeant vers la porte de sortie.

Dehors, il fait un froid de canard. Même après tout ce temps, Asmodée n'est plus habituée à être déstabilisée par ce dernier. La glace était liée à elle, elle n'était pas son pire ennemie, elle ne gelait pas ses doigts et ne la faisait pas frissonner de la tête aux pieds. La fausse brune regarde autour d'elle, scrutant la ruelle avec prudence. Ses prunelles s'arrêtant une minute sur ce qu'elle confond un instant avec un clochard, avant de réaliser que ce n'est qu'un énième esprit vagabondant dans le coin. Détournant rapidement le regard dans l'espoir de ne pas avoir été prise en flagrant délit, la rousse posse une main sur sa perruque, tournant les talons et fonçant hors de la ruelle. Dans la pénombre, pourtant, aux extrémités de la ruelle, deux ombres se dessinent derrière des réverbères grésillants . La brune temporaire lève ses prunelles, oscillants entre l'émeraude et l'opale, reculant doucement tout en retenant sa respiration.

- Re-Bonsoir, ma jolie … Qu'est-ce t'as sur la tête ? Ca te donne l'air sinistre … Proteste le brun de la boite, suivit de près du quarantenaire grisonnants.

Humain, la rousse avise l'aura des êtres, dépourvus de formes surnaturelles, tout en reculant légèrement. Ses iris se tournent vers les portes de la boite, dépourvues elle de videur. Une bien grossière erreur.

- Ecoutez les gars, le spectacle est terminé, ok ? Rétorque Asmodée d'un ton légèrement tremblant, tandis qu'elle avance d'un pas décidé pour tenter de les doubler.

Contre deux êtres de chair et d'os, bien vivants, la sorcière ne peut rien. Fut un temps où elle aurait pu congeler ces deux abrutis, ou les paralyser pour quelques minutes, le temps de fuir. Mais à présent, cette solution n'est pas envisageable, et l'ancienne captive se racle la gorge, inspirant longuement en sentant deux bras puissants s'emparer des siens. De chaque côté, prise en sandwich et projetée en arrière avec force. La brune bascule, se rattrapant par les mains et grimaçant au contacte du goudron contre ses paumes entaillées. La respiration haletante, son palpitant menaçant de sortir de sa poitrine, la pauvre à la peau plus diaphane que jamais se détourne le regard, cherchant l'esprit à présent … Absent. Parfois, leur aide peut-être bénéfique, s'ils sont assez puissants pour interagir avec les vivants. Malheureusement pour elle, son Joker s'est envolé, et Asmodée avise ses agresseurs approcher lentement, sourires lascifs aux lèvre.

- Ca fait que commencer, pétasse, alors laisse-toi faire ! On va déjà t'enlever ce truc affreux ...  »

Une première patte vient frôler sa tête, qu'Asmodée repousse avec virulence. Aussitôt, le premier coup explose mâchoire, lui arrachant un grognement de douleur.



(c) about today.
Revenir en haut Aller en bas
 
Save Me. [Asmoline]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Save The human right to food: International mission to Haiti
» Lena& Carmelia ♦ save me ~
» Tell me would you kill to save a life. || Esprit d'Enfant.
» [Mécanisme] Système de fichiers save et MAJ du jeu
» Save the last Rose

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
You ain't born typical :: CORBEILLE :: Children Of cain :: Corbeille RPG-