FERMETURE DU FORUM ► Pour en savoir plus c'est ICI

Partagez | 
 

 LA MOISSON DES ÂMES ▲ the clock is ticking (libre)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
✤ Messages : 749
✤ Barge depuis : 16/01/2013
✤ Avatar : Votre ombre
✤ Crédits : tumblr + swan
✤ Âge personnage : Trop de siècles
✤ Humeur : Voyeuse
✤ Profession : A vos humbles services
✤ Philosophie : A vous de voir
✤ Localisation : Partout

Relationship
→ citation:
relationships :
La confrérieFais gaffe à ton cul, elles sont omniscientes.
MessageSujet: LA MOISSON DES ÂMES ▲ the clock is ticking (libre)   Jeu 13 Nov - 23:03


somewhere a clock is ticking




Jour fatidique. Jour butoir. Les cœurs battent à l’unisson, engendrant au sein de la vaste métropole une funèbre symphonie dont l’excitation et l’angoisse semblent être maître de cet orchestre singulier. Craignant le pire, ils savent pertinemment bien qu’ils n’ont tout simplement pas le choix de coopérer et d’assister à ce sulfureux carnage. Ce que leur tyran prétend être Gloire n’est en fait qu’une triste cruauté qui ne leur représente aucun espoir. La valse des ténèbres révèle son sinistre spectacle. Les Ombres sourdent sournoisement de la terre, se hissent un vicieux chemin entre les hauts bâtiments où les cimes de fer parviennent presque à embrasser les cieux miséricordieux qui se rembrunissent graduellement. Lorsque la lueur du crépuscule brillera enfin dans l’éminent dôme constellé, tous savent très bien ce que cette nuit naissante leur réserve… elle embaumera de deuil et de mort tous ces cœurs palpitants alors que les regards absorberont les barbaries qui leur consentiront dans le creux de leur mémoire de sempiternels cauchemars. Dans l’antre du Colisée de l’arrondissement du Bronx, la tension est à son comble. Les gradins sont bourrés par les frêles armatures humaines, piteux spectateurs qui se sont malgré-eux manifestés pour rendre hommage à la vingt-troisième édition des jeux de la Moisson Des Âmes.

Sur le ring de combat, situé des mètres et des mètres plus bas, juchés sur un minuscule podium dressé au centre de l’arène, révélés aux yeux de tous, nous retrouvons les quatre condamnés. Roxane Jones. Megara Hobbs. Danae Varnham. Et Charlize Willems. . Ils sont munis d’une armure de fer taillée sur mesure, dont l’effigie laisse ironiquement penser aux gladiateurs. Les armes qu’ils doivent disposés reposent à leur pied, devant eux, cent mètre plus loin. Les épées, les javelots, les haches et autre armes blanches sont précieusement bien dissimulées dans un sac d’entraînement… n’attendant que la tombée de la nuit pour être portées par les mains meurtrières de leurs futurs propriétaires. Lorsque la lueur du crépuscule brillera enfin dans l’éminent dôme constellé, tous savent très bien ce que cette nuit naissante leur réserve. La foule clamera leurs noms et les interpellés s’enliseront dans une sanglante bataille où seule la mort révélera son terme.

Quatre soldats de plomb, que le hasard a cruellement charrié dans l’ultime combat. Le ciel orangé s’assombrit alors. Les têtes s’élèvent vers l’opacité des cieux. Les nuages prestes défilent lentement par-delà les astres. La lueur argentée du maigre croissant de lune apparaît. La nuit tombe. Et le sang des innocents se déversera bientôt sur la terre déjà suffisamment souillée. Les paris sont ouverts. Les cris fusent de partout. La guerre est officiellement déclarée !
À ce moment même, le visage de Gustave Fairley apparaît dans un écran géant, ses dents trop blanches brillants beaucoup trop lorsqu’il dévoile son plus beau sourire.

- Que le meilleur gagne et surtout je souhaite à tous une joyeuse Moisson Des Âmes !

Le visage de Fairley disparait, l’écran géant s’éteint… et les quatre condamnés sont enfin invités à poser pieds sur le sol sablonneux et d’aller mettre la main sur l’arme qui sera peut-être passible de leur sauver la vie...

* Que vous soyez un personnage dans l’arène et ou encore un téléspectateur coincé dans les gradins, cette partie-ci de l’histoire est ouverte à absolument tout le monde. Elle est totalement libre. Vous postez dans l’ordre que vous le désirez, sans oublier de donner la chance aux trois combattants de poster un à la suite de l’autre, pour que leurs actions ne puissent se concorder de manière propre et en harmonie. Le compte de Children of Cain a fait sa première et dernière intervention… n’espérez pas une illumination de sa part pour vous guider vers quelque part, car ça ne se produira pas. Les maîtres du jeu…se sont vous et l’improvisation. Le principe est de vous offrir une grande marge de surprises et de libertés. Soyez sage. Pas d’excès. Suivez les autres. Amusez-vous, tout simplement ! L’intégralité de l’équipe administrative espère de vous une grande participation car… comme vous le savez très bien… un scénario vous attend sournoisement dans le détour. C’est donc la chance d’intégrer votre personnage dans les grandes lignes de l’histoire ! Si vous avez des questions, n'hésitez pas à contacter un membre du Staff.
Revenir en haut Aller en bas
http://childrenofcain.forumactif.org
avatar
InvitéInvité
MessageSujet: Re: LA MOISSON DES ÂMES ▲ the clock is ticking (libre)   Mar 18 Nov - 15:54

La Moisson des âmes. Une barbarie d’un autre âge aux yeux de Roda, mais aussi un plaisir interdit, la beauté d’un combat tout de même plus loyal qu’à l’époque des gladiateurs. L’originelle était partagée elle y assistait, elle avait du frisson et s’en sentait à la fois coupable. Cred comme toujours était particulièrement énigmatique, il voulait l’accompagner, mais elle n’arrivait pas à déterminer si c’était juste pour le plaisir de sa compagnie ou parce que ses bas instincts de prédateur le taraudaient aussi. La grande surprise avait été la volonté de Mary de les accompagner, elle semblait si frêle, si enfantine, l’idée n’avait cependant pas déplu à Roda la vue du sang risquait de lui donner un petit creux et le sang de la jeune sorcière n’était pas le pire des breuvages qu’il soit. Cred avait choisi leur toilette, ils voulaient « les plus belles à son bras » avait-il taquiné en italien, Roda n’avait pas hésité à la vue de la robe pourpre qu’il lui avait présentée, elle était en velours un tissus qui aurait pu paraitre démodé sur n’importe qui, mais qui ne faisait que faire ressortir le nacre de sa peau et le soyeux de sa chevelure. La découpe de la robe était simple, longue, moulante, compressant au niveau de la poitrine pour la bomber et drapée au niveau des manches courtes. Mary avait hérité d’une robe pêche claire en mousseline et courte, cela lui allait parfaitement bien, quand Mary jouait la femme on se sentait presque coupable tandis que là on ne pouvait que rester le souffle coupé devant tant de pureté. Roda s’était à peine maquillée un rouge à lèvre mat de couleur semblable à celui de ses lèvres et un peu de mascara pour étoffer ses cils déjà bien fournis, pour ses cheveux elle s’était contenté d’épaisse ondulation pour structurer son visage, un gros collier en rubis et dimant, de petit rubis aux oreilles et un bracelet en diamant, des sandales noir louboutins à talon avait complété sa tenue. Elle avait laissé Mary lui vernier les ongles, avant de lui retourner le service.

Cred lui était un homme, un costume classique de coupe anglaise bleu marine le magnifiait comme il fallait et ses cheveux légèrement ébouriffée lui donnait l’air d’un lutin, il n’avait cependant pas de cravate mais une horloge à gousset, quel vieux jeu, Roda se contentait de son mobile dernier cri dans sa pochette. A l’extérieur les attendait un impressionnant spécimen mâle lycanthrope. « On ne sait jamais » avait dit Cred en anglais avant de laisser le chauffeur le soin d’ouvrir la porte de notre limousine. D’habitude la perse détestait ces excès mais ce soir ils étaient 4 et elle les voyait mal entassé, durant le trajet ils burent les premières coupe de champagnes. Cela n’allait probablement pas être les dernières, tant que la moisson se poursuivrait l’alcool coulerait. Roda étudia discrètement le lycan qui s’appelait Olaf au passage. Etait-ce un cadeau dissimulé de Cred ? Il était à son goût en tout cas. Elle verrait bien comment la soirée se passerait. Histoire de ne pas trop lui accorder d’importance, elle déposa un baiser dans le creux du cou de Mary.

- Tu sens bon…

Sa main lissa sa chevelure et l’instant le chauffeur annonça qu’ils étaient arrivés, il ouvrit la porte, bien sûre ils ne passèrent pas par la petite porte, elle était une Originelle. Parfois cela l’amusait de voir à quel point les gens se courbait devant elle, mais ce soir cela l’ennuya, son visage était bien trop connu à son goût. La vampire avait toujours préféré une certaine discrétion. Elle ne prit pas la peine d’esquisser un sourire pour les quelques photographes ayant encore le droit d’exercer. Cred non plus, il prit un bras à chacune et fonça à l’intérieur tandis qu’Olaf fermait la marche. Une fois à l’intérieur elle se sentit bien mieux.

- Mary tu es sûre ?

Bien sur les originels et leurs familiers avaient des espaces réservés, mais l’endroit n’était pas des plus raffinés. Puis de toute façon elle était une originelle, les lois stupides rendant obligatoire de regarder la chose ne s’appliquer pas à elle et à ceux qu’elle désirait.

- Nous sommes en retard, lança Cred.
- Et alors ? répliqua-t-elle

Roodabeh était au sommet, chose grisante et en même temps elle n’était plus sûre d’être comme les « siens ». Soudain la brune songea à Zahhak il serait probablement là comme les autres fois avec Séthi son frère, pourvu qu’il l’ignore comme toutes les autres fois. Il aimait tellement parier. Il aimait tellement le sang. Mary lui répondit qu’elle était obligée d’y assister, elle savait bien que non, elle l’aurait couverte, cela voulait dire qu’elle le désirait. Tous 4 entèrent donc dans la loge réservé aux originels et à leur proche. Roda scruta les environs Zahhak et Séthi était bien là, il y aviat aussi d’autre originel, elle en connaissait la plupart, pas forcément intimement. Roda s’installa entre Cred et Mary et Olaf termina d’encadrer la petite sorcière. On leur proposa une bouteille de champagne qu’ils acceptèrent avec plaisir. Puis soudain la partie commença, les yeux chocolats de Roda se posèrent sur les nouveaux concurrents.
Revenir en haut Aller en bas
 
LA MOISSON DES ÂMES ▲ the clock is ticking (libre)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» presentation de benoît moisson
» CHAPITRE1. les 76th hunger games, la moisson
» II,1. la moisson du district cinq
» II,1. la moisson du district quatre
» II,1. la moisson du district un

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
You ain't born typical :: CORBEILLE :: Children Of cain :: Corbeille RPG-