FERMETURE DU FORUM ► Pour en savoir plus c'est ICI

Partagez | 
 

 Golem Complex √ PV. Joe et Gad

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
InvitéInvité
MessageSujet: Golem Complex √ PV. Joe et Gad   Mer 4 Fév - 12:03


Golem Complex
« Joe E. P. Wolfgang & Gadriel Woods & Korra T. Kalgan »


Debout au pied du pic. Debout, la tête levée. Elle avait regardé le soleil se lever, teintant la nuit d'or et de pourpre. Beaucoup de pourpre. Les nuages avaient été vite rejoints par la fine fumée qui s'élevait du sommet du pic. La mutant regardait toujours. Une subtile odeur de chair brûlée accompagnait le spectacle qu'elle trouvait plutôt réussi. Ouais, c'était beau. Ses mains protégées de gantelets à écailles de pierre là où en temps normal il y aurait eu des plaquettes de métal étaient glissées dans ses poches. Elle oscillait d'avant en arrière sur la plante de ses pieds en regardant la tête de sangsue rôtir dans le soleil levant. Il n'était pas encore sept heures du matin et les températures étaient négatives.
Korra n'était pas insensible au froid et son corps était parfois dérangé par un frisson, mais son esprit aujourd'hui dérangé ne semblait pas vouloir remédier à l'inconfort en se trouvant un abri.
L'ombre du pic, mêlée à celle du monument aux morts fit son apparition timide à mesure que le soleil perçait par-dessus les bâtiments de la ville. Au bout d'un long moment, la mutante, seule sur la place baissa les yeux vers l'écriteau qui était censé tout expliquer.
Chers Citoyens,

Je m'adresse à vous aujourd'hui, non pas qu'en mon nom, mais aussi en celui de tous les habitants de Salem. Une infamie a été commise sur mes terres, une traîtrise telle, qu'elle ne pouvait être jugée avec légèreté. 

Une vie a été prise en dehors de l'arrangement prévu à cet effet pour accommoder tous nos habitants . La confrérie ne peut l'accepter. Cet affront à notre autorité ne saurait être tolérée. Voyez ceci comme un premier avertissement.

Quiconque nous défiera verra sa tête tranchée des mains de l'un de vos représentants, j'ai nommé, Alaric Rousseau. Il sera ma voix et mes mains pour les châtiments et les exécutions.

Aucune exception faite. 

Catherine d'Absac.
Chef de la confrérie. 
Un léger sourire étira les lèvres de la jeune femme qui se craquelèrent sans bruit à cause du froid. Elle avait tué un chien errant – un vrai chien, pas un lupin – au cours de la nuit passée pour en ouvrir le corps et se glisser dedans pour ne pas crever de froid. La carcasse n'était pas restée aussi chaude qu'elle l'aurait voulu très longtemps, mais elle lui avait permis de ne pas perdre sa propre chaleur face au froid mordant nocturne.
Il allait sans dire qu'elle empestait la chair morte et qu'elle était couverte de sang de manière sûrement plus dégoûtante que le spectacle qui se déroulait devant elle. Il y avait de grandes chances pour que les habitants matinaux du quartier ne s'approchassent pas du message plus par sa faute à elle que par la frimousse déformée qui fumait en hauteur. Mais au moins, elle avait le ventre plein d'autre chose que du pigeon. Il n'y avait pas que dans le cochon que tout était bon.

Penchant la tête sur le côté, elle se demanda silencieusement si le dénommé Alaric Rousseau tenterait de lui arracher la tête si elle tuait quelqu'un. Elle se souvenait de lui, comme dans une réalité alternative. Ce gars, grand, élancé mais musclé, aux longs doigts, contre qui elle s'était battue dans ce club de combats illégaux à New-York. Ce brun-roux bien foutu qui lui avait tenu la crapule qui avait essayé de lui prendre ce qu'elle ne voulait pas donner.
Malgré son nouveau style et son armure de pierre – qui en passant ne faisait pas d'elle un monstre énorme de cauchemar, mais lui donnait une carrure un peu plus importante, à la manière d'un plastron de cottes de mailles, mais en fines plaquettes de pierre –, elle doutait qu'elle puisse se défendre contre lui. Le vampire qui l'avait laminée dans l'arène de sable où ils se faisaient passer pour des humains.
Elle remua les épaules pour dérouiller le gel qui voulait s'infiltrer entre les plaques de roche mais n'eut aucune réaction lorsque celles-ci lui entaillèrent légèrement la peau. Elle avait l'habitude à présent, même si elle s'arrangeait pour émousser les endroits les plus sensibles.
La mutante leva une main carapacée pour glisser ses doigts sous ses cheveux en bataille et se gratter le cuir chevelu. Ses ongles en revinrent plein de sang séché. La population du quartier commençait de plus en plus à s'éveiller et à parcourir les rues et les curieux commençaient à affluer. Quelque part dans son cerveau, une partie logique et censée se demanda combien de temps il lui restait avant que l'on appelle la police parce qu'une jeune femme pleine de sang se tenait au pied du monument. Les lycans seraient sûrement les premiers indisposés par son odeur mais c'était bien les derniers dont elle se souciait.
Enfin, elle rebaissa la tête vers le niveau humain et songea qu'elle devrait trouver un endroit où se nettoyer. Mais avec des températures sous le zéro, elle avait peu de chances de trouver des gouttières débordant ou des flaques assez profondes d'eau stagnante.
Korra renifla d'un air blasé et se détourna du pic comme s'il n'avait jamais été là, songeant à l'idée que se faire arrêter pour la journée pourrait ne pas être si mauvaise que ça. Surprenant un regard curieux et dégoûté d'un passant, elle fit un pas brusque dans sa direction, sûrement plus rapide et plus vif que ce à quoi il s'attendait pour une sans-abri couverte de sang et de roche.
« Kes-t'as ? » fit-elle dans un grognement en lui lançant un caillou au milieu du front. Le type glissant sur un pavé gelé et se cassa la figure sur le cul en poussant un glapissement de douleur. Un peu de sang coulait de son crâne et il s'éloigna à quatre pattes comme il le pouvait avant de se redresser pour fuir plus vite.
Avec un rire mi-grippal mi-hystérique, la mutant frappa le sol du pied pour provoquer un tremblement qui le fit tomber à nouveau puis s'étira longuement, tendant les bras au-dessus de sa tête avant de chercher du regard un de ces bidons où les gens des rues faisaient des feux pour se tenir chaud et faire cuire des trucs. Elle tituba un instant, ne sentant que moyennement ses membres à cause de la température et soupira avant d'utiliser son pouvoir pour faire bouger ses jambières de pierre et entrainer ses mollets par la même occasion.
Il était vrai qu'elle ne payait pas de mine dans son état, mais son pouvoir n'en était pas diminué, au contraire, et ses réflexes non plus, même si à présent elle n'avait plus vraiment de réflexe musculaire mais plutôt dans ce flux surnaturel qui faisait son pouvoir.



Revenir en haut Aller en bas
avatar
✤ Messages : 4573
✤ Barge depuis : 29/01/2013
✤ Avatar : Jessica Lange
✤ Crédits : SWAN ( Avatar ) + DISTURBED ( Code signa ) + TUMBLR ( Gif ) + AHS - Freakshow - Carnival ( Musique et paroles )
✤ Âge personnage : 55 ans
✤ Humeur : Fourbe
✤ Profession : [PNJ] Mère supérieure de la Confrérie. Haute naissance, héritière de la famille fondatrice.
✤ Philosophie : La vengeance est un plat qui se mange froid.
✤ Localisation : Salem. Dans tous ses recoins.
✤ Pouvoirs : Pouvoirs liés aux sorcières. Pratique la magie blanche, banie la magie noire et ses pratiquantes. Afinité avec l'air, sous toutes ses formes. Peut déclencher des Tornades de classe 5. S'infiltrer dans votre petite tête ou faire de vous un misérable pantin.

Relationship
→ citation:
relationships :
Catherine d'AbsacPNJ ; Miss patronne ménopausée
MessageSujet: Re: Golem Complex √ PV. Joe et Gad   Lun 9 Fév - 11:21



GOLEM COMPLEX
Joe E. P. Wolfgang & Gadriel Woods & Korra T. Kalgan »



Rituel. La brune fixe le plafond, l'air déphasé. Des poches de la taille de valises sous ses mirettes captivantes. Le sommeil n'est pas venu. Les cauchemars ont pris sa place, hantant sa nuits de visions floues, cocktails de souvenirs néfastes, parfois inventés par ses propres méninges dérangées. Les identités deviennent floues. Des visages. Toujours des visages. Jusqu'au faciès déformé de cet enfoiré de Woods lui plantant une lame dans l'abdomen entre deux ruelles et deux mécréants. L'ancienne vampire frôle les cicatrices de son abdomen. Le responsable avait réussi à l'avoir uniquement parce qu'elle était ivre et distraite ce soir là à New-York, un moment de faiblesse. La balafre se mélange à la plaie d'une balle, une blessure un peu plus ancienne. La cartouche, elle l'avait interceptée pour sauver la peau de Salem, ce loup-garou têtu et bourru. A l'époque, elle n'avait même pas compris pourquoi. Aujourd'hui elle sait, elle s'était liée d'amitié pour cet idiot aussi revêche qu'elle. Sa petit amie avait soignée la blessure, la pauvre avait failli se faire arracher la nuque par la victime délirante qu'elle était, ce jour-là.

La blessure par arme blanche, avait été soignée par … La jeune femme déglutit, préférant passer à autre chose. Vêtue seulement d'un T-Shirt et d'une culotte noirs, la mutante bondit hors du sommier pour se faufiler dans tout l'appartement minuscule. Elle, pauvre. Ca ne lui était plus arrivé depuis … Trois siècles. L'ancienne elle ne l'aurait jamais supporté. Etrangement, la nouvelle Johanna n'en a strictement rien à foutre. Du sol au plafond, tout lui semble fade et sans importance. La douche est froide, comme toujours. Le ballon d'eau chaude semble être partagé par plusieurs appartements, chez les réfugiés, les ressources sont bien maigres et il faut faire avec. C'est en ressortant tremblante de la tête aux pieds, le froid parvenant même à glacer ses hanches au point de lui faire mal, qu'elle fractionne ses membres dénudés tout en rejoignant sa petite chambre. Comme toujours, la tenue est classique. Pantalon et haut moulant sa silhouette pour ne jamais gêner ses mouvements. Ses cheveux à présents courts, sa peau pâle et sa bouille vierge de maquillage qui confère parfois cet air androgyne auquel elle s'est facilement habituée.

Fut un temps où Joe devait pouvait se faire passer pour un homme, dans les années 1700, uniquement pour se faufiler là où les femmes ne le pouvaient pas. Un différence qui déjà, à l'époque, l’écœurait. Il faut un moment à la créature diaphane pour se réchauffer avant d'aller s'enfiler un café au goût trop âpre, grignoter un repas qu'on filerait à un régiment et passer ses Holsters autour des bras pour y fourrer son arme et ses munitions. Tout en retroussant les manches de son pull à col bateau, l'ancienne vampire agrippe un blaser noir et se couvre le buste, chope ses clefs et ferme son appartement à double tours. Le rituel peut commencer. Car chaque matin, à quelque pas de son immeuble, la brune s'attarde pendant une heure. Une heure de silence, sa clope au bec, à fixer le nom. Celui qui fait mal. Tourner la page ? Non merci. Elle est trop vieille pour ça. Trop fatiguée, trop accoutumée à toujours être la dernière pour savoir accepter et passer à autre chose. Elle n'en peut plus. Joe glisse ses pattes dans ses poches, ignorant superbement chaque passant. Ils n'ont aucun intérêt à ses yeux, et la vieille femme au faciès si jeune n'a que faire des individus qui l'entourent.

Pourtant, plus loin, l'agitation commence à titiller son attention. Le monument aux morts de New-York semble attirer de plus en plus de regards et, c'est moue intriguée que la brune commence à approcher. Un pique. Une tête fumante et une odeur gerbante infectent l'air. En face, une lettre est placardée, mais, juste à côté, quelque chose attire son regard. La lettre l'intrigue autant que le spectacle morbide.

« - Eh, poussez vous ! Crache la Brune en se faufilant parmi quelques têtes, déjà agacée. Il est 7 heures pile, elle devrait se murer dans son silence rituel pour faire son deuil interminable. Ses prunelles passent de la lettre, à une autre silhouette. Dans un état aussi pitoyable que la caboche fumante plantée au-dessus de leurs prunelles interloqués. Difficile d'identifier la bestiole. L'inspectrice perçoit pourtant une masse de cheveux bruns sous une croûte de sang sécher, parmi de fines couches de plaques … Rocheuses.

Juste à côté d'elles, un hommes gît à terre, le front en sang.

- C'est elle qui lui a fait ça ! Beugle une petite femme qu'elle dépasse d'une bonne tête, avant de pointer la femme cailloux du doigt.

C'est à ce moment qu'elle croise deux jumelles. Deux prunelles aussi limpides et claires que les siennes. Elle connaît cette bouille masquée sous la crasse et le sang. Joe l'a déjà vue. Mais où ?

La mutante lâche un souffle agacé, serrant les poings et approchant d'un pas.

- B.R.I.S, qu'elle lâche d'une voix calme en écartant le pan de sa veste pour montrer l'insigne accroché à sa ceinture, je vais devoir vous demander de me suivre. »

Appeler Gadriel ? Pourquoi faire ? Comme si elle avait besoin de ce crétin. Les cailloux, ça se casse, la force colossale et le savoir de Joe ne l'empêcheront pas de pouvoir se défendre contre une femme Golem. Elle a déjà oublié la tête du mort qui crame sur le pique, car il ne fait aucun doute que cette affaire là concerne les macchabés.

Ce qu'elle ignore encore, c'est que cette cinglée à la bouche mouchetée de croûtes a plus d'un tour dans son sac.




FICHE PAR SWAN. IMAGE TUMBLR. MUSIQUE : GUANO APES - YOU CAN'T STOP ME

_________________
VIENS JOUER AVEC CATHOU
Revenir en haut Aller en bas
http://childrenofcain.forumactif.org/t1872-catherine-d-absac-che
avatar
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Golem Complex √ PV. Joe et Gad   Sam 14 Fév - 10:44


Golem Complex
« Joe E. P. Wolfgang & Gadriel Woods & Korra T. Kalgan »


« Eh, poussez vous ! » lança une voix. Mais Korra n'entendait pas, toute occupée à traumatiser son citoyen modèle qui n'aimait pas voir des SDF dégueux dans les lieux de mémoire. Savait-il seulement que beaucoup des SDF pouvaient être des vétérans qui s'étaient battus pour son cul gracile et poudré ? Ce n'était pas le cas de la mutante, qui ne se battait que pour elle-même, mais tout de même.
Etait-ce que son petit esprit de gars tranquille et tiré à quatre épingles ne parvenait pas à accepter que sa vie fût ponctuée de rencontre avec des personnes toutes aussi légitimes que lui mais qui n'avaient pas sa chance ? Salopard d'hypocrite.

« C'est elle qui lui a fait ça ! » Ca s'agitait autour d'elle tandis qu'elle s'amusait encore à faire tomber le trouillard. Elle s'étira un moment, les gens de New-York avaient-ils perdu leurs couilles en quittant leur ville ?
Ah, il faudrait qu'elle trouvât un autre endroit avec des vraies personnes dignes de son attention. C'était marrant de traumatiser les bons citoyens, mais ça n'allait qu'un temps. Bon, il devait bien y avoir un club de combat dans cette ville de sorcières pieuses et toutes droit sorties des couvents.

« B.R.I.S, fit une voix calme non loin. La mutante se tourna lentement dans sa direction, interpellée. Une voix calme et posée qui s'adressait comme ça à elle. Ca c'était une nouveauté. Une nouveauté intéressante. Cependant, elle ne se soucia même pas de jeter un coup d'oeil au badge que la jeune femme prenait tant de soin à dévoiler. Je vais devoir vous demander de me suivre.
La femme golem sourit.
Où ça ?  » Korra n'en était pas vraiment curieuse. Elle se doutait juste que d'une manière ou d'une autre, elle allait se battre contre quelqu'un qui ne fuirait pas. Et puis même si au final elle se faisait arrêter, au moins, comme elle y avait songé plus tôt, elle aurait le droit à un décrassage et quatre murs pendant un petit moment.
Elle frappa le sol du pied pour le faire trembler, faisant glapir les gens tout autour et créant une petite bosse de roche juste sous les pieds de la jeune femme pour lui faire d'avantage perdre l'équilibre.
Finalement, elle serra les poings et se pencha un peu en avant. Il était presque certains que l'évènement allait attirer les curieux et faire fuir les trouillards. Peut-être qu'avec un peu de chance, elle pourrait capter un loup dans la masse. Ou sinon quoi ? On parlerait au moins d'elle pendant quelques jours.
« Est-ce que y a des saletés de poilus là où tu veux m'emmener ? » fit-elle avec un rictus. Est-ce qu'elle songeait vraiment l'arrêter tout seule ?
Korra pencha la tête sur le côté. Il lui suffirait de l'enfermer dans une structure épaisse de pierre pour qu'elle eût largement le temps de s'enfuir. Elle l'avait déjà fait, quelques fois. Ou bien simplement créer un mur derrière elle entre deux immeubles. Eh, il était possible qu'à terme, elle transforme les rues du sud en labyrinthe. Mais c'était sans compter qu'il y avait sûrement tout une partie des employés de la ville qui s'efforçait de les abattre au fur et à mesure.

La mutante bailla longuement.
« Alors, tu fais quoi ? »



C'est naze, pardon ><
Revenir en haut Aller en bas
avatar
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Golem Complex √ PV. Joe et Gad   Mar 17 Fév - 22:32

Golem complex
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Les événements des derniers jours, voir de ces derniers mois, lui étaient superbement passés au dessus de la tête. Oui. C'était pas le plus fin des politiciens le Gad, il faisait son boulot. Et c'était tout. Que les poilus s'occupent de leurs affaires, les jeteuses de sorts, et les suceurs de sang. Qu'importait. Il ferait son boulot, comme un bon petit soldat et tacherait de pas trop l'ouvrir. On l'aimait pour ça. Il était ronchon, alcoolique, tapageur, mais au moins on appréciait son efficacité. La collaboration forcée avec la Wolfgang avait été du tâche sur un quotidien qu'il avait fini par supporter, voir même à apprécier. Boulot. Bar. Dodo. Que demander de plus ? C'était sa tranquillité, son petit plaisir personnel. Sa propre existence lui avait assez craché à la gueule pour qu'il puisse profiter de quelques moments de répit. Elle lui devait au moins ça. Avec un léger grognement, Gadriel se remua pour se faire tomber sur le côté. Il passa une main tremblante sur son visage, son cerveau marchant à cent à l'heure comme il était coutume à chaque réveil. Une véritable torture. Il ne pouvait apprécier une nuit de sommeil sans se lever le lendemain, traversé par un flot d’hésitation, de pensées rugissante, stoppées la veille par la consommation massive d'une quelconque substance alcoolisée - whisky, bière, vodka, tellement de nom pour une fin si simple aux yeux de Gadriel.

Clope au bord des lèvres, il s'était engagé dans l'air froid du petit matin. Ses mains étaient glissés dans le blouson de cuir usé qui ne le quittait jamais. Une des rares possessions qui subsistaient de New-York. De par son exil forcé, aux côtés de tant d'autres individus, il n'avait conservé qu'une petite douzaine d'objets dont une grande partie était généralement sur lui - un briquet gravé, le sus mentionné blouson, une montre et une chaîne en argent, sans compter un vieux Walther PPS encore en état de marche, son ancienne arme de service ayant été perdu dans la fuite c'était celui-ci qui ne l'avait quitté. L'odeur de chair consumé par les flammes avaient fini par éveiller un tant soit peu son attention. Charmant tableau. Il tira une bouffée sur sa cigarette, observant distraitement la scéne. L'inspecteur avait vu pire, quelques curieux étouffaient des hoquétements de surprise, avant de passer leur chemin. Puis soudain, quelque chose le détourna des quelques pensées qui auraient pu traverser son esprit quant à l'analyse de cette étrange scène.

C'était comme si le destin se foutait quotidiennement de sa gueule apparemment, se dit-t-il avec violence. Elle. Encore. Il reconnut la silhouette fine de sa coéquipière, et se glissa parmi les quelques badauds qui commençaient à agglutiner pour observer la scène. Ils avaient du être attiré par l'agitation. Puis, quelque chose vira. Ce qui aurait pu être une mauvaise et agaçante vision devint presque enchantement. Une prévenue apparemment. Mais, qui n'était pas prête de se laisser mettre les menottes par la jeune femme. Oh oui, il se ferait un plaisir de rester en retrait, du moins au début. Les quelques effets de la gueule de bois qu'il se tapait suite à la beuverie de la veille achevèrent de se dissiper. Un mutante. Qui s'ingéniait à mouvoir la terre sous Joe, la faisant vaciller, et peut-être tomber même. Un scène qu'il chérirait.  Il prit une inspiration, avant de tapoter l'épaule d'une femme qui observait la scène à l'écart. « BRIS » déclara-t-il d'un ton morne sans prendre la peine de sortir sa plaque. « Qu'est-ce qu'il se passe ? » A peine eut-t-il finit sa phrase qu'un flot de parole s'écoula de sa bouche. Attentivement, il grappilla la moindre information, avant de lâcher un "merci" et de se diriger vers l'étrange duo. Mains toujours fourrées au fond de ses poches, il s'avança pour se trouver à quelques mètres à peine derrière l'inspectrice de la BRIS. « umpf. Un peu d'aide, peut-être ? » lui lança-t-il en haussant légèrement la voix. Il jubilait.  La voir à terre, c'était une petite victoire personnelle. Tout pour voir sa camarade dans une situation gênante, embarrassante. Il n'aurait vécu que pour ça le fumier. Les petits plaisirs de la vie ne se discutait pas après tout. « Tu as plutôt l'air de bien te débrouiller... je ne veut pas te déranger. » Gadriel aurait pu se tenir à l'écart, et profiter de la scène en se grillant cigarette sur cigarette. Bien sur, il interviendrait. Peut-être même lui demanderait-t-elle poliment, les dents serrés, il pouvait rêver bien sur. Oh eh puis, il suivrait le reste de la confrontation d'un œil tranquille.
crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✤ Messages : 4573
✤ Barge depuis : 29/01/2013
✤ Avatar : Jessica Lange
✤ Crédits : SWAN ( Avatar ) + DISTURBED ( Code signa ) + TUMBLR ( Gif ) + AHS - Freakshow - Carnival ( Musique et paroles )
✤ Âge personnage : 55 ans
✤ Humeur : Fourbe
✤ Profession : [PNJ] Mère supérieure de la Confrérie. Haute naissance, héritière de la famille fondatrice.
✤ Philosophie : La vengeance est un plat qui se mange froid.
✤ Localisation : Salem. Dans tous ses recoins.
✤ Pouvoirs : Pouvoirs liés aux sorcières. Pratique la magie blanche, banie la magie noire et ses pratiquantes. Afinité avec l'air, sous toutes ses formes. Peut déclencher des Tornades de classe 5. S'infiltrer dans votre petite tête ou faire de vous un misérable pantin.

Relationship
→ citation:
relationships :
Catherine d'AbsacPNJ ; Miss patronne ménopausée
MessageSujet: Re: Golem Complex √ PV. Joe et Gad   Sam 21 Fév - 15:33



GOLEM COMPLEX
Joe E. P. Wolfgang & Gadriel Woods & Korra T. Kalgan »



Forcément. Il fallait que le truc dérape. Les cas les plus compliqués lui tombent toujours sur le coin de la gueule. Toujours. A New-York encore, certaines affaires s'étaient révélées bien plus complexe qu'elles ne l'auraient dû. Joe le sait, le sent du fond de ses tripes : Son Karma est à chier. Les exclamations autour des deux femmes se font plus intenses alors que l'autre lui adresse un sourire en coin. Amusé. Pas perturbé le moins du monde, la femme cailloux incline seulement le menton, à peine intéressée. Joe s'en fout, cette fille ne l'effraie même pas un peu. La vérité, c'est que d'Absac sait comment faire pression sur elle, si la mégère apprend son impassibilité devant l'affaire, elle est bonne pour la putain de cage ensorcelée. Salope satanique.

« - Où ça ?  

Dans ton cul, au fond à droite. Pincement de lippes. Joe n'en montre rien, mais est déjà en garde, pieds ancrés dans le sol. Autour d'elles, les exclamations continuent, virant en murmures. Elle les sent, ces gens apeurés et affaiblis par New-York. Ils s'écartent presque déjà tous, ne voulant pas vraiment finir comme le pauvre homme au front ensanglanté.

- Est-ce que y a des saletés de poilus là où tu veux m'emmener ?

La question la surprend légèrement. Forçant la brune à observer la fille un peu plus. Où est-ce qu'elle l'a vue ? Elle sait qu'elle a déjà croisé cette bouille, sous la crasse. Sa mémoire gratte, jusqu'à ce qu'elle réalise : La fille des combats ! Mais à peine a-t-elle le temps de formuler seulement un semblant de liens, que la terre sous ses pieds se met à trembler. La surprenant dans sa réflexion incongrue, Joe ne parvient pas à tenir sur ses deux jambes et s'étale, cul le premier sur le goudron. Dents serrés, alors que quelques hurlements surpris brisent encore le silence, un pauvre nuage de murmures qui éclate, la brune se redresse sur ses coudes, jaugeant d'un œil noir la petite effrontée. Bien en hauteur, dressée comme le Pic qui fume toujours derrière elles. Le ciel est tâché de couleurs, on dirait une peinture à l'aquarelle.

- Alors, tu fais quoi ? Qu'elle continue, moue amusée.

Fière d'elle. Quelques mèches rebelles lui tombent sur les yeux, et à peine a-t-elle le temps de penser à se relever, qu'une voix grave et amusée souffle à ses esgourdes :

- Umpf. Un peu d'aide, peut-être ?

Woods.

Qu'est-ce qu'elle disait déjà, à propos du Karma ?

- Tu as plutôt l'air de bien te débrouiller... je ne veux pas te déranger.

- Ta gueule, Woods ! Aboie la mutante en bondissant sur ses pieds, sans même utiliser ses mains. Moue rageuse, dents serrés et mâchoire claquante. Telle une lionne, la mutante pointe son menton vers son partenaire forcé. Elle le hait. Ce petit con incapable de rester mort.

C'est à sa fierté qu'on touche, et tout cela pour le compte de d'Absac. La catin. Maintenant que l'autre l'a grillée dans une position fâcheuse, sa rage décuple.  Joe se tourne vers la fille Golem, avant de lâcher d'un ton plus froid :

- Trouble de l'ordre et agression envers un citoyen PUIS un agent. J'vous embarque. Et toi le petit malin, arrête de te planquer derrière eux ! Crache Joe en direction de Gadriel, avant de porter sa main à son arme.

Cette chose bien moins dangereuse qu'elle, mais les procédures doivent être appliquées. Il y a trop de monde, trop de témoins. Arme tenue en mains, la brune à l'air ronchon lâche entre ses dents :

- M'oblige pas à te péter une jambe, j'ai autre chose à foutre ! »

Est-ce qu'elle va la reconnaître ? Car elles ne sont pas croisées qu'au combats, tandis que cette fille ne pouvait la voir, trop occupée à se faire massacrer par Alaric. Non, elle l'a déjà vue ailleurs. A un endroit plus funeste. Les tirages de la Moisson. Elle ne veut pas attaquer cette femme, pourtant, elle n'a pas le choix.



FICHE PAR SWAN. IMAGE TUMBLR. MUSIQUE : GUANO APES - YOU CAN'T STOP ME

_________________
VIENS JOUER AVEC CATHOU
Revenir en haut Aller en bas
http://childrenofcain.forumactif.org/t1872-catherine-d-absac-che
avatar
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Golem Complex √ PV. Joe et Gad   Mer 25 Fév - 14:34


Golem Complex
« Joe E. P. Wolfgang & Gadriel Woods & Korra T. Kalgan »


V'là qu'un autre s'invitait dans la partie. Ca n'avait rien pour déplaire à Korra, à vrai dire. Ils seraient sûrement plus amusants que ces adversaires précédents. Ils lui donneraient plus de challenge que des gars bourrés ou des sans-abris aussi alcoolisés et mal en point.
C'était drôle. Sort of.
La petite brune en face d'elle broncha à peine. Sans même se soucier de répondre à ses questions. Encore un trip de flics : « C'est nous qui posons les questions ». Ahah, toujours très drôle, ce n'est qu'une manière de détourner la conversation. Une manière de ne pas répondre à une question délicate. Ou une manière de ne pas avouer son ignorance. Un bien pitoyable stratagème. Ah, ce qu'ils sont pathétiques. Des gens emprisonnés dans la société. New-York, Salem, c'était tout pareil. On lâchait les vamps pour s'enfermer chez les sorcières.
Pourquoi a-t-elle quitté le Canada ?

Korra en eut assez d'attendre des excuses. La terre trembla, les gens tombèrent. La flic aussi. La mutante sourit. Elle est presque la seule debout sur la place. À côté du pic fumant, à côté du haut monument aux noms innombrables que Korra n'a jamais lus. Elle ne connaissait personne à New-York. Personne pour qui elle s'inquiétait. Pas qu'elle les savait assez robustes pour survivre. Juste qu'elle ne souciait de personne. À peine d'elle-même.
« Umpf. Un peu d'aide, peut-être ? » Le gars s'incrusta enfin. Il connaissait la brune qui avait le cul par terre. Korra aurait pu laisser le sol la dévorer. Les dévorer tous. Mais avec qui se serait-elle amusée alors ? Mais finalement, en continuant d'observer la scène de son endroit, il décida de la laisser se débrouiller. « Tu as plutôt l'air de bien te débrouiller... je ne veux pas te déranger. » La mutante l'imagina facilement aller s'appuyer quelque part, peut-être même contre le pic à la tête fumante, pour s'allumer une clope et compter les points. Ca lui allait. Elle lui jeta un regard.
« Si tu veux ouvrir les paris, je prends 40%. » Bien sûr, parier n'était pas très légal, mais... ça faisait longtemps qu'elle n'en avait plus rien à foutre. Et tous les flics n'étaient pas exemplaires. Loin de là. Ceux venant de New-York sûrement encore pire que tous les autres.

« Ta gueule, Woods !, la voix de la petite bonne femme ramena son regard limpide sur elle. Sa manière de se relever fit sourire Korra d'un air appréciateur et elle fit craquer ses doigts, les petites écailles aussi. Trouble de l'ordre et agression envers un citoyen PUIS un agent. J'vous embarque. Et toi le petit malin, arrête de te planquer derrière eux !, continua l'agent. Korra retint un rire.
Il va falloir m'attraper pour ça ! répliqua-t-elle en haussant un sourcil devant le mouvement de son adversaire du matin.
M'oblige pas à te péter une jambe, j'ai autre chose à foutre ! »

Korra leva les yeux au ciel. Mais bien sûr. Elle n'aurait qu'un gros hématome si la balle la touchait. La roche recouvrait ses jambes et les protégeait, comme le reste de son corps. D'ailleurs, une sorte de haubert se forma sur son visage, protégeant son front et l'arrête de son nez.
Elle pourrait tout aussi bien créer un stalagmite rocheux pour venir emprisonner la main armée de la flic. Elle avait le choix. Elle pouvait aussi utiliser la roche pour se former des boucliers. En bref, si ces flics voulaient vraiment la choper, il faudrait qu'ils s'y missent à deux. Mais ils avaient l'air de ne pas bien s'entendre, ceux-là, pour des coéquipiers.
Korra se pencha un peu en avant, en position de combat martial, les plaquettes de roche se réarrangeant sur son corps pour s'adapter au mieux. Grâce à son pouvoir, elle pouvait également sentir l'emplacement du gars sur le sol. Elle serait au courant du moindre de ses mouvements, tant qu'il ne se mettait pas à léviter.
« Alors, tu vas faire ta Wonder Woman ou bien tu invites ton petit ami à venir jouer avec nous ? »



Revenir en haut Aller en bas
avatar
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Golem Complex √ PV. Joe et Gad   Mar 10 Mar - 14:07

Golem complex
But I must explain to you how all this mistaken idea of denouncing pleasure and praising pain was born and I will give you a complete account of the system, and expound the actual teachings of the great explorer of the truth, the master-builder of human happiness. No one rejects, dislikes, or avoids pleasure itself, because it is pleasure, but because those who do not know how to pursue pleasure rationally encounter consequences that are extremely painful.
Ta gueule, Woods ! Pour la premiére fois depuis des semaines, l'interpellation était douce, presque echanteresse. Elle pouvait lui donner du "ta gueule" comme elle voulait, cela ne changeait rien à la situation. Joe était dépassé. La harpie. Par une mutante quelconque. Son sourire s'agrandit. Il était au paradis putain, il se serait presque mis à chanter le mauvais tellement le portrait lui donnait un plaisir profond et presque malsain. Mais que pouvait-t-il ? Y avait ces situations qui avaient fait déborder le vase et les emmerdes dans lesquelles ses patrons l'avaient coller en le fichant avec Wolfgang avait été le début des emmerdes. Une poisse immonde lui avait coller à la peau. C'était le hasard peut-être... le karma, ou juste le destin qui lui envoyaient des signes plein la gueule pour qu'il change son comportement. Eh ben c'était mal le connaître. Il n'était absolument pas prêt à se baisser pour recevoir la bastonnade. Gadriel ferait son boulot certes. Mais ça ne voulait pas dire qu'il le ferait de sa manière.

L'appel brutal de la gamine ne le fit même pas bronché. Tout était trop beau pour égratigner sa bonne humeur. « Ah mademoiselle, je vous arrête tout de suite. Wonder Woman peut très bien se débrouiller seule, je vais rester en retrait. Pour observer vous comprenez. » Il n'était pas totalement vache, la situation déraperait. Sans doute, elle était sur la bonne voie dans tout les cas. Gadriel pris une inspiration et s'approcha de la jeune femme. Le flic s’éclaircit la gorge avant de lancer un regard à sa coéquipière. Une vraie professionnelle. Il avait étouffé un fou rire lors de la petite tirade de celle-ci envers la future prévenu. « Qui s'planque ? » demanda-t-il innocemment. « Aller Wolfgang, j'veut même bien t'aider... suffit de le demander avec le sourire... et de ne pas oublier le mot magique. » grinça-t-il. Il la ferait tourner en bourrique jusqu'à atteindre ses limites. Gadriel n'était pas fou au point de se faire foutre un blâme mais la donzelle savait bien que cette affaire c'était entre elle et lui. Quitte à jouer les faux culs devant d'Absac et le boss, et de profiter de petits moments de répit comme celui-ci.

Quelle situation tirée par les cheveux, pensa l'inspecteur, dans un moment de lucidité. Cette gamine était pire que lui, une trolleuse de compétition la petite. « Bon écoute... gamine.» commença-t-il. « On peut régler le truc sans trop d'accrocs, ou on montre les crocs c'est à toi de décider.» continua-t-il en affichant, pour une fois depuis son arrivée, un air (à peu prés sérieux). Ses muscles se tendirent, sans rien en laisser paraître. C'était sur que la gosse comptait pas se laisser faire. Autant se préparer. Des phénomènes comme ça c'était pas la premiére fois qu'il en rencontrait.
crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✤ Messages : 4573
✤ Barge depuis : 29/01/2013
✤ Avatar : Jessica Lange
✤ Crédits : SWAN ( Avatar ) + DISTURBED ( Code signa ) + TUMBLR ( Gif ) + AHS - Freakshow - Carnival ( Musique et paroles )
✤ Âge personnage : 55 ans
✤ Humeur : Fourbe
✤ Profession : [PNJ] Mère supérieure de la Confrérie. Haute naissance, héritière de la famille fondatrice.
✤ Philosophie : La vengeance est un plat qui se mange froid.
✤ Localisation : Salem. Dans tous ses recoins.
✤ Pouvoirs : Pouvoirs liés aux sorcières. Pratique la magie blanche, banie la magie noire et ses pratiquantes. Afinité avec l'air, sous toutes ses formes. Peut déclencher des Tornades de classe 5. S'infiltrer dans votre petite tête ou faire de vous un misérable pantin.

Relationship
→ citation:
relationships :
Catherine d'AbsacPNJ ; Miss patronne ménopausée
MessageSujet: Re: Golem Complex √ PV. Joe et Gad   Sam 21 Mar - 14:55



GOLEM COMPLEX
Joe E. P. Wolfgang & Gadriel Woods & Korra T. Kalgan »



La Wolfgang fixe son assaillante, puis son présumé collègue. Il va l'aider oui ou merde ? Monsieur fait le paon et sort ces jolies discours, au final, personne autour d'eux ne doit rien y comprendre. Ils ne savent pas se mettre d'accord, et ça peut être parfois sacrément fatal. Cette collaboration ne mène à rien, d'Absac est vraiment dégénérée ! La brune crache presque au visage de chacun, avant de se détourner du brun pour finalement observer la brune à l'épiderme mouchetée de croûtes rocheuses et sanglantes. Soit, ils vont avoir un sacré problème si cette nana contrôle le sol sous leurs pieds.

« - Alors, tu vas faire ta Wonder Woman ou bien tu invites ton petit ami à venir jouer avec nous ? Raille l'autre, et Joe se retient de se jeter à sa gorge.

Elle va se la faire cette garce !

Ah mademoiselle, je vous arrête tout de suite. Wonder Woman peut très bien se débrouiller seule, je vais rester en retrait. Pour observer vous comprenez.  Fait d'abord Gadriel, tout en s'attirant les foudres de la mutante.

Rester en retrait ? Trou du cul de lâche ! Et elle ne se fait pas prier pour lui chercher des noises, lui faire remarquer amèrement qu'il ne fait que se planquer derrière les civiles pour s'éviter les emmerdes. L'autre rebondit presque aussitôt, avant de pointer le bout de sa gueule de dégénéré.

- Qui s'planque ? Aller Wolfgang, j'veux même bien t'aider... suffit de le demander avec le sourire... et de ne pas oublier le mot magique.

- Hmm, Crève ? Qu'elle propose d'un ton faussement candide.

Mais Joe ne s'en occupe même plus, ils n'ont pas que ça à foutre. Les gamineries lui font grincer les gencives, et l'ancienne vampire siffle presque avant de porter une main au cuir de son holster. Ils l'emmerdent tous, c'était son heure de deuil. Est-ce trop demander ? Finalement, l'inspecteur décide de revêtir son rôle premier et d'avancer légèrement vers la femme Golem.

- Bon écoute... gamine.Tranche le mutant en observant la fille, alors qu'autour d'eux, la place se vide progressivement. Ca comment déjà à puer sérieusement et les civiles le sentent venir. On peut régler le truc sans trop d'accrocs, ou on montre les crocs c'est à toi de décider.

Pour appuyer les paroles de son collègue – non sans un rictus mauvais – Wolfgang tire son flingue pour le pointer vers la fille. Comme si cette merde allait marcher contre une putain de roche humaine ! La brune s'attend déjà à une offensive plus coriace, et cette fois ces talons sont ancrés au sol. Si elle perd son flingue, ils devront s'y mettre à deux pour attaquer cette saloperie croûteuse et la foutre en garde à vue.

Pourquoi d'Absac est jamais là quand on a besoin d'elle ? Et dents serrées, la brune lâche d'un ton froid :

- Alors, tu fais quoi ? »

Effet Boomrang.




FICHE PAR SWAN. IMAGE TUMBLR. MUSIQUE : GUANO APES - YOU CAN'T STOP ME


Hj ; J'suis désolée, c'est nul, j'ai honte du temps de réponse, J'sais que j'ai une absence mais j'ai honte quand même, Voilà. *-*

_________________
VIENS JOUER AVEC CATHOU
Revenir en haut Aller en bas
http://childrenofcain.forumactif.org/t1872-catherine-d-absac-che
avatar
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Golem Complex √ PV. Joe et Gad   Dim 29 Mar - 9:54


Golem Complex
« Joe E. P. Wolfgang & Gadriel Woods & Korra T. Kalgan »


Ces flics étaient presque drôles. Presque. Ils n'étaient pas vraiment flics, si ? Franchement, pour être si peu professionnel, il fallait le faire exprès. Ou venir de New-York, quand on y réfléchissait. La police pourrie qui sert à rien. Comment les brigades de Salem avaient pu accepter que des cas pareils entrassent dans leurs rangs ? Sérieusement ?
Mais non. Korra ne se posait pas la question. Du moment qu'elle pouvait se défouler. Que ce fût sur des policiers compétents ou non, ça n'avait pas la moindre importance. Qu'ils fussent même policier ou non, elle s'en contre-fichait. Quelqu'un ne pleurnichait pas en fuyant en la voyant et voulait lui donner un peu de fil à retordre : soit, c'était pour ça qu'elle était là.
La mutante les écoutait pourtant se chamailler comme des gamins. Elle aspira l'air entre ses dents dans un grincement agacés.
« Vous me le dites si je vous dérange en pleine dispute conjugale. » balança-t-elle en sachant pertinemment qu'ils n'avaient rien d'un couple, mais c'était le meilleur moyen de les faire revenir au vrai sujet de la matinée : elle.
La brune fut même tentée de faire trembler le sol à nouveau, mais le type décida enfin d'enfiler son uniforme mental et de se faire pousser des couilles. Elle perçu ses pas sur le sol tandis qu'il approchait d'elle.
« Bon écoute... gamine. fit-t-il, tirant un haussement de sourcil crouteux à la mutante.On peut régler le truc sans trop d'accrocs, ou on montre les crocs c'est à toi de décider. Un sourire mauvais se dessina sur le visage de Korra et elle serra les poings.
Arrête de faire des rimes, tu sais bien que si tu montres tes quenottes je vais te les péter à coup de granit. L'espèce de métaphore sur la dentition canine ne lui avait pas échappée, mais elle doutait fort que l'un des deux fut un cabot. Sinon les services de l'ordre seraient tombés bien bas.
Alors, tu fais quoi ? » renchérit l'autre en pointant son flingue sur elle, ne provoquant qu'un autre sourire de la part de la mutante et une modification des éléments de roche sur sa peau. Elle ne craignait pas les balles.
La canadienne posa son regard brillant sur la pseudo-flic. « À ton avis ?  » lança-t-elle avant de brusquement frapper le sol du pied pour faire violemment monter le niveau de de plusieurs dizaines de centimètres sous le bord des pieds de son coéquipier, lui faisant perdre l'équilibre vers l'arrière, avant d'utiliser le bloc sorti de la terre pour le projeter vers la jeune femme, son corps se mouvant pour accompagner le déplacement rapide de la masse rocheuse, bien que sans le toucher.
Korra ne savait pas quel calibre la brunette avait, mais il lui aurait fallu un fusil à pompe pour faire exploser un tel roc. Glissant son pied sur le sol, elle releva à peine la main et en referma les doigts pour utiliser la pierre pour enfermer une des chevilles du type en le verrouiller au sol. Elle était curieuse de voir ce qu'ils allaient faire contre elle.



J'sais pas si tout est bien clair, faut me demander sinon ><
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Golem Complex √ PV. Joe et Gad   

Revenir en haut Aller en bas
 
Golem Complex √ PV. Joe et Gad
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Golem + symbole = dur dur
» [FP=3,4,5] Golem
» GOLEM 0001 - L'Augure [Anthithée]
» Golem
» Cholera Hits Dominican Republic Resort Hotel Casa De Campo

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
You ain't born typical :: CORBEILLE :: Corbeille RPG-