FERMETURE DU FORUM ► Pour en savoir plus c'est ICI

Partagez | 
 

 Scared [Pandashley]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
✤ Printemps : 20
✤ Messages : 1488
✤ Barge depuis : 18/05/2014
✤ Avatar : Karen Gillan
✤ Crédits : ( CADOW CACAHUETTE ) SWAN ( avatar ) + TUMBLR ( gifs ) + CRACKLE BONES ( Code signa ) + MODERN JESUS| portugal. the man ( MUSIQUE)


✤ Âge personnage : 21
✤ Humeur : Bisounours
✤ Profession : Libraire
✤ Philosophie : Smile, everything's gonna be alright
✤ Localisation : Salem
✤ Pouvoirs : Guérison / Boucliers / Création de blessures (nécessite de se l'infliger à elle-même ou d'avoir un contact physique avec la cible, à l'endroit désiré)

Relationship
→ citation:
relationships :
Ashley H. ColbyNain roux au syndrôme de stockholm
MessageSujet: Scared [Pandashley]   Mar 17 Fév - 0:25

Scared.

Feat Pandora
Le froid glacial de janvier mordait agressivement la chair d'Ashley, lui arrachant de violents frissons. Le climat était particulièrement rigoureux en cette période de l'année. Le soleil se couchait, et tous se pressaient afin de rentrer chez eux. Une crainte sourde planait au-dessus de tout ce petite monde, en particulier auprès des rescapés qui ne s'étaient jamais vraiment remis du passage à New-York.

Cette nuit, la lune était nouvelle, inexistante. Sa lumière ne venait pas éclairer les rues et les passants sentaient... Vulnérables. Fragiles. Des proies faciles. C'était aussi ce à quoi songeaient les ombres qui se joignaient silencieusement à la masse. Peu à peu, les bêtes s'excitaient. Des frissons parcouraient les peaux, les crocs démangeaient et les prunelles scintillaient peu à peu. Puis, comme si un signal venait de retentir... Le chaos éclata.

La panique se répandit dans les rues telle une traînée de poudre, alors que le premier corps s'écroulait, vidé de son sang. Raid. Le mot courait sur les lèvres, au même rythme que les pas retentissaient contre le pavé froid et glissant.

Panique.Les hurlements retentissaient de partout, les gens couraient, tentaient de fuir, certains en accueillant chez eux dans l'espoir de les protéger... Tous tentaient de survivre face au chaos, de se réfugier loin des prédateurs affamés. Rien de plus normal. Sauver sa peau. Fuir les crocs. Maudire son manque de pot.

Alors pourquoi cette petite rouquine courait en sens inverse ? Pourquoi elle se jetait dans la gueule du loup sans la moindre hésitation, tirant de justesse des victimes pour les lancer avec leur famille ? Pourquoi risque sa peau pour des inconnus, en particulier dans une nuit comme celle-ci ?

Il s'agissait des questions que se posait la jeune mère fantomatique, alors qu'elle glissait doucement derrière Ashley, terriblement inquiète. Sa fille avait toujours eu un grand cœur et une naïveté sans borne, mais la mère n'avait jamais sût à quel point la petite pouvait se mettre en danger. Dire qu'elle n'avait pas vu de quoi la rouquine avait été capable, à New-York... Elle aurait fait une crise cardiaque, la pauvre. Le problème, c'était qu'en tant que spectre, elle ne pouvait pas aider sa progéniture. Pas encore, du moins. Tout au plus, elle parvenait à faire léviter quelques petits objets. Elle n'était d'aucun secours pour une sorcière et ne pouvait que suivre la guérisseuse, telle une ombre rassurante.

Cette gamine devait être cinglée. Folle. Naïve. Mais c'était Ashley. Elle ne pouvait pas laisser des gens sans défense se faire dévorer par simple manque de chance, pas alors qu'elle avait le pouvoir de leur venir en aide. Alors elle le faisait. Elle soignait une plaie par là, remettait quelqu'un sur ses pieds par ci, dressait un bouclier pour ralentir les bêtes et les effrayer ici.  Dans le chaos environnant, peu parvenaient à discerner ce qui se passait, et encore plus de réaliser que la fine silhouette enroulée dans une grande cape en était l'origine. On ne faisait pas attention à elle. Son odeur, si alléchante, avait été camouflée par trop de parfum, par crainte paranoïaque.

La jeune femme se retrouva dans une ruelle sans même comprendre comment. La petite demeura un instant déstabilisée, avant de tourner les talons pour retourner sur l'artère principale. Néanmoins, à cet instant, un cri de détresse retentit, l'arrêtant en plein dans son élan. Un homme. Un homme était prisonnier dans un coin, tremblant, et fixait un point manifestement vide. Hésitante, la sorcière approcha en silence.

- Monsieur ?
- Tu dois m'aider ! s'exclama-t-il vivement, sur un ton qui ne plut pas du tout à la mère d'Ashley. Cette garce se rend invisible !

Un sursaut échappa à l'interpelée, qui dressa immédiatement un bouclier, si près du corps de l'homme qu'il se fit encore plus petit de crainte de toucher ces murs de lumière surprenants. Il eut n gémissement de crainte et de surprise, mais sembla rapidement comprendre qu'il ne craignait rien. Même sur les vampires, cette barrière n'avait aucun effet offensif. Il ne faisait que produire énormément de lumière, ce qui pouvait surprendre... Et attirer l'attention. Un couteau à double tranchant.

La rousse approcha lentement de l'inconnu, observant les alentours avec méfiance. Elle doutait que le prédateur se soit enfuit. Lentement, elle agrandit la protection, afin de pouvoir se glisser à l'intérieur, en sécurité avec la victime. Elle se retrouva dos à lui, et Ruby - le spectre - surpris un regard un peu trop lubrique de la part de l'homme.

- Je n'aime pas cet homme, Ashley.

La jeune femme ne répondit rien, ne voulant pas paraître cinglée à discuter avec le vide. Elle devait néanmoins avouer que, tout comme sa mère, elle n'appréciait pas particulièrement les manières de cet inconnu. Mais pas au point de le laisser mourir bêtement.

- Qui que vous soyez, je ne vous laisserai pas tuer...

Phrase ridicule. Elle ne pouvait pas empêcher la bête de tuer, elle ne pouvait que protéger cet humain, parmi tant d'autres. Son temps n'était nullement efficace, ici...


_________________

Revenir en haut Aller en bas
avatar
✤ Printemps : 22
✤ Messages : 428
✤ Barge depuis : 29/11/2014
✤ Avatar : Dasha Sidorchuk
✤ Crédits : Shiya
✤ Âge personnage : 2578 ans
✤ Philosophie : Humanity isn't a species, it's a state of mind.
✤ Pouvoirs : Photokinésie/Invisibilité
Pandora☞ Chair fraîche gratuite ; libre service !
MessageSujet: Re: Scared [Pandashley]   Ven 20 Fév - 15:25

Nous étions en plein mois de janvier, et même à Salem la température ne faisait pas de cadeau aux habitants. Je le savais parce que je sentais les rafales de vent me caresser la peau et les flocons de neige se déposer sur mon visage, bien que cela faisait des années que je ne reconnaissais plus les sensations de chaud ou de froid si contraignantes pour les humains. Si la beauté du soleil pouvait parfois me manquer, je ne pouvais pas en dire de même pour les températures extrêmes. En me promenant dans les rues, j'avais tendance à plaindre tous ces gens emmitouflés dans leur Canada Goose ou leur Pajar qui tremblaient encore, incapables de soutenir plus longtemps ces maudits changements climatiques. C'est vrai qu'il n'y avait pas de tempêtes de neige comme celle-ci il y a cinquante ans.

Le froid n'était toutefois pas l'unique raison pour laquelle le pas de la population générale était pressant, presque synchronisé. Le soleil venait de disparaître à l'horizon et bientôt, toute la ville serait plongée dans une obscurité inquiétante. La tempête noyait la lune dans le ciel et faisait office de voile au niveau du sol. N'importe qui pouvait se douter que cette nuit serait une excellente nuit pour toute créature à crocs proéminents en soif de sang. En effet, d'un commun accord, nous avions décidé que l'heure de départ serait vingt-et-une heure trente. Je ne devais pas être la seule à avoir de la difficulté à me contenir tandis que les minutes nous séparant de la chasse à l'homme s'écoulaient lentement.

J'avais repéré ma victime avant même que le Raid commence. J'avais observé ses activités du mois et constaté à quel point l'humanité pouvait parfois être le pire des monstres. Cet inconnu avait beau porter un suit and tie en permanence et être à la tête d'une riche entreprise pendant la journée, ses activités ncoturnes n'étaient pas très nettes. Ne pouvant pas agir à ma façon avant le Raid, je lui avais laissé un message haineux qui lui disait de bien se surveiller à la prochaine nuit sans lune, car je savais où il vivait et ce qu'il y faisait. Telle un spectre maléfique, je suivais maintenant sa trace tandis qu'il se hâtait en direction d'un refuge. Il avait beau jeter des coups d'oeil furtifs derrière son épaule, il était certain de ma présence sans réussir à me distinguer nettement parmi les ombres et la neige.

Il avait peur. Bien.
Il reconnaissait le mal qu'il avait fait et le sort qu'il méritait.

À 21h30 tapantes, alors que des premiers corps étaient déjà sous l'emprise de mes semblables, l'homme que je suivais craqua et se retourna vivement.

- Je sais que tu es là !
cria-t-il hystériquement. Montre-toi, abomination !

J'acceptai l'invitation avec plaisir et lui dévoilai mon visage naïf d'adolescente. En me voyant, l'homme ne put s'empêcher d'éclater de rire après s'être essuyé le front.

- Pardon petite, je crois que je deviens fou, s'excusa-t-il, gêné.

Comme plusieurs de mes victimes, il ne croyait pas qu'un être à l'allure aussi fragile pouvait être capable du moindre mal. Je m'approchai davantage tandis qu'il bassait sa garde.

- Avez-vous peur du noir, monsieur ? lui demandai-je en jouant le jeu de l'innocente.
- Bien sûr que non ! On m'a joué une blague de mauvais goût...

Il balaya son regard de haut en bas sur ma personne, comme s'il se demandait qu'est-ce que je faisais dans cette ruelle quasi déserte et qu'est-ce qu'il pouvait bien faire de moi. Puis il toussota, tâchant de reprendre ses esprits.

- Tu t'es perdue ?

Je fis non de la tête tout en restant plantée devant lui.

- Hum... Je peux faire quelque chose pour toi ?

Encore une fois, je mimai non.

- Alors qu'est-ce que tu me veux ? Je n'ai pas de temps à t'accorder, j'ai d'autres chats à fouetter...
- Oh.
- Et puis quoi encore ?
- Ne vouliez-vous pas dire : J'ai d'autres jeunes filles à fouetter ?

Et voilà que je venais d'étendre mes cartes sur la table. Je vis son visage se décomposer en une grimace de colère et de peur tandis que le mien devint purement sauvage. Sans plus attendre, il s'enfuit en courant. Je marchai derrière lui, le laissant s'essouffler et se ramasser dans un cul-de-sac. Il ne fut pas bien difficile de le rattraper. Il était désormais tremblotant et au bord des larmes.

- Je ne sais pas de quoi vous parlez... Il doit y avoir erreur... pitié !
- Pitié ? Dites-moi : combien de fois avez-vous entendu ce mot de la part de vos victimes avant de les ligoter, les dénuder et les abuser ? Pitié ; cela a-t-il réellement une signification pour vous ?

Plus je le regardais, plus il me dégoûtait. Les scènes que j'avais vues ou entendues lorsque je l'espionnais me revinrent à l'esprit et une grande envie de lui fracasser le crâne ici et maintenant s'empara de moi. Je ne pensais plus à l'alimentation, mais seulement à la haine et au désir de vengeance. Je me ruai vers lui, prête à lui sauter à la gorge. Il hurla.

En moins de deux, une voix retentit derrière nous et me prit par surprise. Je lâchai prise et me rendit invisible par instinct. En me retournant, j'aperçus une jeune rousse essoufflée qui avait dû entendre le cri de détresse. Encore une fois, je n'eus pas le temps de réagir avant qu'elle ne dresse sur nous - l'homme et moi - une barrière de lumière qui m'aveugla et me fit bondir vers l'arrière pour m'en échapper. En même temps, celle qui avait osé mettre son nez dans cette affaire rejoignit ma victime derrière son bouclier lumineux. Elle annonça, déterminée, qu'elle ne me laisserait pas le tuer.

J'aurais pu lui rire en plein visage, mais je me contentai de me rendre visible à nouveau, avec un triste sourire sur les lèvres. Cette jeune sorcière était prête à mettre sa vie en danger pour cet homme, mais elle ne savait rien de lui.

- À ta place, je m'éloignerais de lui, l'avertis-je calmement. Tu es bien téméraire, mais il n'est pas l'innocent que tu crois, et tu sais bien que je suis en droit de me nourrir cette nuit. Ne mets pas ta vie en danger pour un monstre comme lui.

Je doutais qu'elle ait envie de m'écouter, mais ce n'était pas à elle que je voulais faire du mal. Je préférais ne pas devoir l'affronter rien que pour accomplir ma mission, mais si elle se montrait toujours aussi têtue, peut-être allions-nous devoir en arriver à cela.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✤ Printemps : 20
✤ Messages : 1488
✤ Barge depuis : 18/05/2014
✤ Avatar : Karen Gillan
✤ Crédits : ( CADOW CACAHUETTE ) SWAN ( avatar ) + TUMBLR ( gifs ) + CRACKLE BONES ( Code signa ) + MODERN JESUS| portugal. the man ( MUSIQUE)


✤ Âge personnage : 21
✤ Humeur : Bisounours
✤ Profession : Libraire
✤ Philosophie : Smile, everything's gonna be alright
✤ Localisation : Salem
✤ Pouvoirs : Guérison / Boucliers / Création de blessures (nécessite de se l'infliger à elle-même ou d'avoir un contact physique avec la cible, à l'endroit désiré)

Relationship
→ citation:
relationships :
Ashley H. ColbyNain roux au syndrôme de stockholm
MessageSujet: Re: Scared [Pandashley]   Mer 13 Mai - 6:29

Scared.

Feat Pandora
Ashley détestait les raids. Elle en comprenait l'utilité, la raison, bien entendu. Les vampires devaient bien se nourrir, et relâcher de temps à autre leurs instincts de prédateurs. Néanmoins, elle était convaincue qu'il y avait bien d'autres façons de faire. Une chasse organisée, avec des volontaires, le tout contrôlé pour éviter les morts, par exemple. Une sorte de grand jeu de rôle où ils pourraient chasser à leur guise, sans risquer de tuer... Un rêve trop euphémisme, plein de failles, caractérisant si bien cette petite rouquine trop naïve pour son propre bien.

Parlons-en, de cette naïveté. Elle avait comprit au premier coup d'œil que l'homme derrière elle clochait. C'était évident, il n'y avait qu'à voir son regard qui ne cessait de glisser là où il ne fallait pas, malgré la situation. Heureusement qu'elle n'avait pas le don de télépathie, tiens. Malgré toute sa bonne volonté, la sorcière aurait probablement paniqué. Peut-être aurait-ce été pour le mieux, en fait.

Lorsque le prédateur se montra enfin, apparaissant comme par magie, la guérisseuse sursauta et fit un pas vers l'arrière. La demoiselle face à elle avait l'air parfaitement innofensive, avec ses traits doux et son sourire triste. Néanmoins, la jeune femme refusait de se laisser berner de la sorte. Il s'agissait d'un prédateur en chasse. Elle ne pouvait pas lui en vouloir de céder à ces instincts. Par contre, elle pouvait protéger autant que possible les victimes. Les morsures n'étaient pas ce qui la gênaient. L'ancienne captive savait que celles-ci pouvaient être agréables si faites doucement, et qu'il y avait moyen de se contrôler pour ne pas tuer sa proie. C'était ce point qui la gênait. La mort. Si ce n'était pas de cette conséquence, Ashley ne se mêlerait pas de cette histoire.

- À ta place, je m'éloignerais de lui.

La protectrice de la veuve et de l'orphelin demeura campée sur ses positions. Elle avait envie de partir et de suivre ce conseil. Pourtant, sa nature la poussa à rester là, fixant un point sous les prunelles du vampire. Elle ignorait son âge, et l'hypnose était une arme dangereuse. Simple précaution apprise à la dure.

- Tu es bien téméraire, mais il n'est pas l'innocent que tu crois, et tu sais bien que je suis en droit de me nourrir cette nuit. Ne mets pas ta vie en danger pour un monstre comme lui.

- C'est toi le monstre !

La sorcière demeura un instant silencieuse, résistant de toutes ses forces à l'envie de confronter le regard de la chasseresse. Ruby, le fantôme de sa mère, demeurait à l'écart en tentant de garder son calme. Elle paniquait, la pauvre. Ashley, quant à elle, réalisait peu à peu dans quel situation elle se trouvait, coincée ainsi entre deux feux. La dernière fois, avec un dénommé Vladimir, elle s'était retrouvée laissée pour morte et avait été sauvée par son don. Une expérience qu'elle ne tenait pas à renouveler. Néanmoins... Cette femme - d'apparence toute jeune - ne lui faisait pas réellement peur. Un peu comme si, intérieurement, elle la comprenait.

Les capacités de réflexion de la guérisseuse s'étaient bien améliorées depuis son séjour chez Alaric. Avant, elle aurait été incapable de déduire de telles choses. La vampiresse avait mis l'accent sur le fait que l'homme qu'elle tentait de protéger était loin d'être innocent. Ce qui présumait qu'elle le connaissait, pour une raison X, et qu'elle l'avait choisi, plutôt que de prendre une victime au hasard. Cela méritait quand même une certaine distinction. Mais tout de même...

- J'ai toujours du mal à comprendre pourquoi « se nourrir » rime toujours avec « tuer », pour les vampires... avoua-t-elle. Le ton n'avait rien d'accusateur : il était même plutôt doux, comme un concession. C'était vraiment une question qui la hantait. Je ne sais pas ce qu'il a pu faire pour vous enrager ainsi, mais je ne crois pas qu'il mérite la mort. Il y a un système de justice pour ce genre de choses...

L'homme ne semblait pas apprécier ce discours. Pourtant, il ne dit rien. C'était plutôt dans son intérêt. Pourtant, sans même le voir, la demoiselle sentait sa rage jusqu'à elle. Compréhensible. La sorcière aurait voulu négocier avec la jeune fille, lui proposer d'aller au poste à sa place si c'était ce qui la gênait. Néanmoins, difficile de le faire en présence du présumé coupable, qui pourrait alors très bien décider de se débarrasser de la menace. C'était une situation plutôt délicate.

- N'y a-t-il aucun moyen de trouver un compromis ? Vous ne semblez pas méchante. Elle savait que ce genre de phrase pouvait avoir un grand impact sur des situations semblables. La jeune humaine tenta un sourire, qui lui sembla décaler au vu de la situation. Je suis certaine que l'on peut trouver quelque chose.

Le bouclier était toujours levé. Maintenant que « l'ennemie » était visible, Ashley l'avait solidifié. Il serait difficile à franchir, mais avait ses faiblesses. Chaque coup lui étant porté était accusé par la capacité magique de la jeune femme, qui finirait par s'épuiser et ressentir physiquement les attaques. C'était une magie à double tranchant, mais ô combien utile.

La luminosité du phénomène inquiétait le spectre. Sa fille semblait se débrouiller - de façon très précaire - pour l'instant, mais si d'autres chasseurs étaient attirés par la lumière... Cela pourrait être problématique.


_________________

Revenir en haut Aller en bas
avatar
✤ Printemps : 22
✤ Messages : 428
✤ Barge depuis : 29/11/2014
✤ Avatar : Dasha Sidorchuk
✤ Crédits : Shiya
✤ Âge personnage : 2578 ans
✤ Philosophie : Humanity isn't a species, it's a state of mind.
✤ Pouvoirs : Photokinésie/Invisibilité
Pandora☞ Chair fraîche gratuite ; libre service !
MessageSujet: Re: Scared [Pandashley]   Sam 16 Mai - 16:31

Malgré mon avertissement posé, la jeune rousse ne bougea pas d'un pouce. Le regard fixe quoiqu'un peu incertain, elle s'efforçait de conserver son courage pour me confronter sans me provoquer. Ignorant le commentaire puérile de ma victime, elle me demanda, sur un ton aussi doux que le mien, pourquoi est-ce que les vampires devaient toujours tuer pour se nourrir.

Ah! Elle me rappelait en quelque sorte l'humaine que j'étais, il y a plus de deux mille ans, naïve et prête à tout pour trouver la solution qui permettrait d'accomoder tous les partis. Je pouvais me mettre dans ses chaussures et comprendre qu'elle veuille suggérer de quoi satisfaire à la fois les vampires et les humains : elle voulait éviter que ces derniers perdent la vie les soirs de Raid. Je comprenais, car j'avais passé un commentaire semblable lorsque j'avais à peine 10 ans : Mais père, pourquoi devez-vous exécuter ces hors-la-loi ? Pourquoi ne pas les punir autrement ? L'idée de la mort m'était alors insupportable. Mais bien vite, j'avais réalisé que ceux qui ne tuaient pas étaient ceux qui se faisaient tuer, et qu'au final, tous les êtres vivants devaient mourir. À partir du moment où j'acceptai cette idée, plus rien ne put se mettre en travers de mon chemin. Car je ne craignais ni de mourir, ni de donner la mort.

Mais ça, je l'avais compris bien des années plus tard, alors que j'étais déjà une buveuse de sang âgée de quelques siècles. Je concevais donc que la rouquine en face de moi ne puisse, elle, voir réellement les choses de ma façon. Je tâchai donc de lui communiquer ma pensée tout en conservant une distance émotionnelle.

- Tu as tort, "se nourrir" ne rime pas toujours avec "tuer". Comment penses-tu que nous survivons le reste du mois ? En jeûnant ? Bien sûr que non. Mais si j'ai le droit de tuer ne serait-ce qu'une fois par mois, je prendrai cette opportunité. À la fois parce que la dernière goutte est la plus satisfaisante, et parce qu'il y a certaines personnes qui auraient dû mourir il y a bien longtemps.

Je jetai un regard accusateur à l'homme recroquevillé derrière sa protectrice inconnue. Malgré mes valeurs, j'étais loin d'être une sainte et je ne tentais pas de le cacher. Un air de pitié s'empara de mon visage lorsque la jeune sorcière évoqua l'existence du système de justice. Non, je ne comptais pas laisser cette chance à cette ordure. Sa vie était à moi.

- Je ne crois pas au système de justice, lançai-je directement. Il y a trop de failles, trop de corruption. Il y a mille et une façon de s'en sortir si l'on possède les ressources nécessaires, et cet homme les a. Il s'en sortira, et il recommencera.

Je fis quelques pas vers l'avant et la barrière de lumière s'intensifia. Malgré mon discours, l'inconnue ne comptait pas laisser tomber son protégé de si tôt. Au lieu de me céder le chemin, elle réinsista sur le fait de trouver un compromis. Je pouvais reconnaître sa détermination, mais ma patience avait également ses limites. La rage qui émanait de l'homme ne faisait qu'attiser ma propre colère et je dus serrer les poings pour m'empêcher de simplement éliminer l'obstacle qui nous séparait. En plus, voir ce tueur s'accrocher à l'espoir de s'en sortir grâce à l'innocence d'une jeune femme digne d'être l'une de ses victimes me dégoûtait.

- Tu veux un compromis, hein ? demandai-je sur un ton de plus en plus agacé. Alors en voilà un : je vais t'expliquer ma raison d'avoir choisi cet homme plutôt qu'un autre, puis tu choisiras si c'est pour lui que tu voudrais réellement de te mettre en danger.

Mon regard se redirigea vers l'humain tandis que je commençai à dévoiler sa véritable identité. Son nom était Joseph Hamilton et il était le CEO de l'une des plus influentes compagnies nord américaines grâce à l'héritage de sa famille. De l'extérieur, il avait l'air du parfait jeune homme: riche, travailleur, éloquent et agréable à l'oeil. Cependant, il y a quelques temps, des scandales à son sujet étaient apparus dans les journaux quant au fait qu'il battait et trompait sa femme. Ces histoires furent rapidement contrôlées et l'image de Joseph Hamilton fut sauvée. À ce moment, je pensais déjà à ma future cible de Raid et puisque je déteste les enquêtes étouffées - surtout si elles concernent des femmes abusées - je décidai de mener ma propre investigation. Je découvris que non seulement sa femme était soumise à son caractère violent, mais qu'il attirait aussi d'autres jeunes femmes (des prostituées, des immigrantes sans emploi, des étudiantes solitaires rêvant du prince charmant...) qui le suivaient volontiers jusque dans sa chambre à coucher. Une fois ses conquêtes satisfaites par leurs ébats et paisiblement endormies dans son lit, il les emmenait nues dans un donjon froid et sale, et les enchaînait au mur de pierre. C'est à partir de là que son plaisir commençait : les traitant de chiennes bonnes à le satisfaire, il les abusait une à une, et les punissait violemment lorsqu'elles pleuraient ou lui résistaient. Puis, lorsque des histoires de disparitions mystérieuses prenaient trop de place dans les médias, il tuait ses victimes puis brûlait leur corps ainsi que les preuves.  

Lorsque j'eus terminé, mes yeux s'étaient assombris et j'avais les crocs sortis. Rien que de revivre en pensée les souvenirs du dernier mois me mettait hors de moi.

- Tu mens, sale monstre ! Cette histoire est impossible. Comment oses-tu ! cria le coupable.

Je l'interrompis et le menaçai d'un sifflement animal. Qu'il ne se foutte pas de ma gueule après les horreurs dont j'avais été témointe. J'avais soif de sang et de vengeance. Je ne pouvais plus me contenir pour bien longtemps.

- Tu connais l'histoire maintenant, dis-je à la sorcière. Cet homme était censé être mon repas, mais je respecterai notre compromis. Prends ta décision, mais choisis vite. Si ce n'est pas lui que je tue ce soir, ce sera un autre. Peut-être quelqu'un qui n'a rien fait de mal...

Peu importe sa décision, elle ne pouvait pas empêcher un tueur de tuer. Ni cet homme si elle lui sauvait la vie, ni moi dans les deux cas.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✤ Printemps : 20
✤ Messages : 1488
✤ Barge depuis : 18/05/2014
✤ Avatar : Karen Gillan
✤ Crédits : ( CADOW CACAHUETTE ) SWAN ( avatar ) + TUMBLR ( gifs ) + CRACKLE BONES ( Code signa ) + MODERN JESUS| portugal. the man ( MUSIQUE)


✤ Âge personnage : 21
✤ Humeur : Bisounours
✤ Profession : Libraire
✤ Philosophie : Smile, everything's gonna be alright
✤ Localisation : Salem
✤ Pouvoirs : Guérison / Boucliers / Création de blessures (nécessite de se l'infliger à elle-même ou d'avoir un contact physique avec la cible, à l'endroit désiré)

Relationship
→ citation:
relationships :
Ashley H. ColbyNain roux au syndrôme de stockholm
MessageSujet: Re: Scared [Pandashley]   Sam 16 Mai - 21:29

Scared.

Feat Pandora
Ashley écouta avec attention les premières réponses de la vampire. En effet, ils devaient se nourrir le reste du mois. Naïvement, elle avait crû qu'ils se contentaient de poches de sang. De façon plus pessimiste, elle craignait les meurtres camouflés. La demoiselle demeura silencieuse, sans bouger, demeurant tel un mur entre le prédateur et sa proie. L'agacement grandissait. Elle le savait. Elle n'était pas sans ignorer le danger que cela pouvait encourir. Lorsque la chasseresse approcha, la sorcière intensifia la barrière. Hors de question de la laisser passer et tuer. Surtout pas dans cet état où la colère semblait remplacer l'agacement.

La rousse, avec qui elle était convaincue pouvoir s'entendre dans d'autres circonstances, céda finalement. Elle accepta un compromis : laisser le choix à la guérisseuse. Celle-ci blêmit immédiatement, incertaine. Elle n'était pas du genre à décider du droit de vie ou de mort des gens. Les sauver, certes. Les condamner, non.

Puis, la vampire raconta tous les détails entourant son choix. Pourquoi cet homme, pourquoi pas un autre. Ce qu'il avait fait pour mériter une telle rage de sa part. Ruby, le fantôme, écouta attentivement, prise de violent dégoût pour celui que sa fille protégeait. Aucun doute sur sa culpabilité. La prédatrice n'avait rien à gagner en inventant un mensonge si élaborer, surtout pas en cette nuit où le temps lui était compté. Elle observa longuement Ashley, qui lui faisait dos. Celle-ci semblait surprennament stoïque. Elle ne réagissait pas à ce que la jeune femme lui disait, même lorsque l'ultimatum vint enfin : lui ou un autre, probablement innocent.

- Ashley..?

Aucune réponse. Le spectre approcha lentement, avant de les voir enfin : les larmes. Sa fille pleurait. Sans un bruit, sans une secousse, sans un sanglot. Elle se contentait de rester immobile, les muscles raidis, les yeux - écarquillés – fixés au sol. Des larmes silencieuses, mais d'une puissance qui la saisirent d'effroi. Qu'est-ce qui avait pu se passer dans l'esprit tourmenté de la cadette Colby?

Ashley avait été très attentive au récit. Peut-être même trop. Elle entendit à peine le monstre clamer son innocence, elle ne vit pas réellement les traits défigurés, bestiaux, de la vengeresse en colère. Elle ne voyait que la cave, froide. Elle sentait presque les bracelets de fer à ses poignets, son cœur qui battait avec force dans sa poitrine, l'odeur de produits nettoyants usés souvent afin d'effacer les traces. Et sa silhouette... Sa silhouette longue, glacée, rigide. Son sourire mauvais. Les frissons qui parcouraient sa peau. Sa voix hurlante. Alaric. Non. Non. Ressaisis-toi. Ce n'est pas de lui dont il est question. On parle de ce pauvre avorton, ce blond qui clame son innocence, ce Joseph.

La rousse sursauta au contact de la main fantomatique sur son bras, reprenant brutalement ses esprits. Son regard croisa celui, empli d'inquiétude, de sa mère. La jeune femme s'essuya rapidement les yeux en détournant le visage, aussi renfermée qu'une huître. Une expression neutre, vide, fermée, était peinte sur ses traits.

- Je vois.

Le ton était... Froid. Détaché. Très loin de montré l'état émotionnel diablement instable de la jeune femme. Celle-ci ne réagit pas en réalisant l'expression monstrueuse de la chasseresse. Elle jeta à peine un coup d’œil au monstre derrière elle, qui tenta de s'approcher pour l'amadouer. Elle se mettait à la place des filles qu'il avait torturées. Bien sûr, elle n'avait pas souffert d'abus sexuels. Alaric n'aurait pas risqué ainsi d'altérer son goût de vierge. Néanmoins, la rouquine avait subit le reste. La torture, l'emprisonnement... Probablement en moins dur. L'Originel lui avait laissé un minimum de liberté et ne lui avait fait du mal que lorsqu'elle avait fait des conneries.

Mais tout de même.

Ashley recula. Pas qu'elle risquait quelque chose. Même en tentant de son mieux, il ne pourrait pas lui faire du mal. Pas physiquement. Les souvenirs qu'il éveillait, quant à eux, étaient trop douloureux. Néanmoins... Qui était-elle pour juger de la valeur d'une vie? Pouvait-elle vraiment le laisser mourir, comme ça, alors qu'elle avait le choix? Ses prunelles retournèrent à la rue. Bien des gens courraient toujours, ne parvenant pas à trouver un abri.  La prédatrice aurait l’embarras du choix. Des innocents. Il y avait même des gamins. Elle ne pouvait simplement pas. Même si elle savait, qu'elle tentait du moins de se convaincre, que chaque vie avait la même valeur, le choix lui semblait beaucoup trop évident.

- T'as pas le droit de me laisser crever! La panique commençait à se faire sentir.

Avant même que la petite ne s'en aperçoive, les larmes étaient revenues à ses yeux. Ce qui ne l'empêcha pas de fusiller le CEO du regard, avec une colère plus féroce que ce qu'elle avait pu ressentir jusqu'à présent. Ce sentiment la terrifia, et elle s'éloigna de plusieurs pas, dépassant la vampire en retirant le bouclier.

- Je... Je ne veux juste pas voir. murmura-t-elle, le ton fatigué, avant de sortir de la ruelle.

Elle ne se sentait plus la force d'aller à la poursuite des autres vampires, dans l'espoir de sauver d'autres citoyens. Elle se sentait simplement... Faible. Vide. Incapable. Terrifiée. Et si Alaric était dans les rues, ce soir? Il était fort probable qu'il soit à Salem. Ashley repoussait constamment cette idée, mais elle avait conscience que c'était probablement le cas. Elle posa ses deux mains contre ses oreilles, dans l'espoir d'étouffé les cris, autant ceux des civils que ceux de l'homme qu'elle venait d'abandonner. Une proie facile, pas en état de se défendre.

C'est ce que dû se dire le vampire qui approcha, surgissant brutalement de l'ombre pour chercher à la plaquer au mur de pierre.

- C'est plutôt rare, les vierges de ton âge.

Un regard. Un seul. Le bouclier se dressa si vite, avec tant d'ampleur, que la bête vola plusieurs mètres plus loin, grondant de rage. La sorcière n'était pas satisfaite. Elle aurait tant voulu avoir une magie offensive. Elle aurait tant souhaiter pouvoir le décourager davantage, pouvoir lui faire comprendre qu'on ne pouvait plus se jouer aussi facilement d'elle. Mais la guérisseuse ne le pouvait pas. Elle pouvait simplement guérir et se défendre.

Elle n'osait même pas se retourner pour voir la vengeresse, de craindre d'apercevoir un spectacle qu'elle ne pourrait pas oublier.

- Vous choisissez toutes vos victimes selon ce genre de critères?

La voix n'était pas puissante. La rousse savait néanmoins que, malgré le vacarme ambiant, elle serait entendue. En admettant que la chasseresse n'avait pas filé, ce qui était aussi une possibilité. La sorcière avait besoin de discuter, de ce changer les idées pour pouvoir se reprendre. Elle détestait son état actuel, et cette rage sourde qui grondait en elle lui faisait craindre le pire.

C'était ce qu'on appelait une corde sensible.


_________________

Revenir en haut Aller en bas
avatar
✤ Printemps : 22
✤ Messages : 428
✤ Barge depuis : 29/11/2014
✤ Avatar : Dasha Sidorchuk
✤ Crédits : Shiya
✤ Âge personnage : 2578 ans
✤ Philosophie : Humanity isn't a species, it's a state of mind.
✤ Pouvoirs : Photokinésie/Invisibilité
Pandora☞ Chair fraîche gratuite ; libre service !
MessageSujet: Re: Scared [Pandashley]   Jeu 2 Juil - 17:03

Le visage de la jeune fille était blême et inexpressif. Des larmes cristallines glissaient sur ses joues tandis qu'elle fixait le sol froid et humide. Les secondes s'écoulèrent lentement, sans un mot ni un mouvement, comme si le temps lui-même s'était arrêté. Même de loin, je pouvais sentir que j'avais éveillé en elle un conflit profond entre le désir de non malfaisance envers le tueur, et le désir de bienfaisance envers les innocents qui sillonnaient les rues à la recherche d'un refuge. Pour elle, le dilemme était si grand que je ne ressentis pas le besoin de précipiter les choses. Immobile, les yeux rivés sur l'homme en état de panique, j'attendis avec toute la patience dont j'étais capable de faire preuve en temps de Raid. Je savais que peu importe la décision de la sorcière, je me nourrirais ce soir. Mais je savais aussi que malgré son débat avec elle-même, elle n'était pas stupide. Je ne craignais donc pas de devoir laisser la vie sauve au criminel que je traquais depuis un mois.

Ce fut d'une voix quasi imperceptible qu'elle me laissa enfin le feu vert pour m'en prendre à ma victime. Son bouclier magique se rétracta, puis elle se hâta vers le boulevard principal sans porter un dernier regard sur la scène. Elle ne voulait pas voir qu'elle me dit ; elle ne voulait pas être responsable d'une mort, elle ne voulait plus être mêlée à cette histoire.

Dès qu'elle fut en dehors de mon champ de vision, je perdis les derniers traits humains que je m'efforçais de maintenir pour interagir avec elle. Mes yeux se noircirent entièrement, laissant paraître l'abysse de mon âme, tandis que ma bouche était entrouverte, haletante, prête à accueillir le sang chaud de ma victime. Heureusement que la sorcière était partie, car je réalisai que même si j'avais souhaité être patiente, mon corps ne pouvait plus se contenir plus longtemps.

Malgré ses jambes flasques et ses genoux tremblants, Joseph tenta de se relever et de s'enfuir dans un dernier élan de désespoir. Je me positionnai devant lui pour lui barrer le passage, m'aggripai à ses épaules et mordit à pleines dents dans la chair de son cou. Je ressentis la même extase qu'un voyageur déshydraté ayant trouvé l'oasis du désert. Ou qu'un drogué qui s'injecte la dose parfaite de cocaïne. J'étais en transe.

Je terminai mon repas beaucoup trop rapidement à mon goût. Le corps inerte heurta le sol comme une vulgaire marionnette tandis que j'essuyai du revers de la main les traces du meurtre collées à mes lèvres.

- Pour toutes celles que tu as torturées et tuées pour ton plaisir personnel... sale porc, murmurai-je au cadavre à mes pieds.

Soudainement, une lumière vive éclaira la ruelle pendant une demi-seconde. Je me retournai vivement et aperçu un vampire propulsé dans les airs par le bouclier de la sorcière rousse. Semblait-il qu'elle n'était pas partie bien loin avant de se faire attaquer par l'un de mes "semblables". Trop préoccupée par ma victime, je n'avais pas prêté attention à ce qui m'entourait. Involontairement, une partie de moi fut soulagée de constater que la jeune magicienne avait pu se défendre. Il aurait été malheureux de la voir mourir après avoir pris la bonne décision.

Puis, au lieu de s'enfuir une fois pour toutes, elle préféra me demander d'une voix faible si je choisissais toujours mes victimes selon ce genre de critères.

- Oui... la plupart du temps.

Voulait-elle que j'élabore ? Que je lui explique ma mentalité, les raisons de mes choix, les raisons pour lesquelles je suis capable de tuer tout en me souciant du bien de l'humanité ? Était-elle intéressée à me connaître, ou cherchait-elle seulement à déterminer si elle pouvait me laisser partir en vie tout en ayant la conscience légère ?

Je fis quelques pas vers elle avec méfiance pour éviter de me prendre sa magie en plein visage.

- J'ai déjà pris ma victime, mais le Raid ne fait que commencer, l'avertis-je. Je peux t'emmener dans un endroit sûr. Là-bas, on pourra discuter en toute tranquilité. Si cela t'intéresse.

Peut-être me trompais-je, mais j'avais le fort pressentiment qu'elle voulait discuter. Que son esprit ne serait pas sain avant qu'elle puisse le calmer en élucidant les mystères qui entouraient les vampires de mon genre.

- Ce n'est pas un piège, ajoutai-je rapidement pour prévenir une réaction défensive. Tu n'es pas la première mortelle à qui j'offre un refuge. Tu peux prendre cela comme un remerciement de ne pas avoir tenté de m'arrêter une deuxième fois.

Je lui tendis la main, signe que je ne comptais pas lui faire de mal.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Scared [Pandashley]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Scared [Pandashley]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» I've never been one to walk alone, I've always been scared to try. [May]
» Scarred and Scared ~ Caem
» RAVEN&MILENA ღ i'm scared but i don't regret it, all i want is you
» Seo Jun Wan || I'm scared if I wake up, everything will disappear before my eyes
» Ellie - I'm scared of ending up alone

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
You ain't born typical :: LA VILLE DE SALEM :: Autres :: Flashback-