FERMETURE DU FORUM ► Pour en savoir plus c'est ICI

Partagez | 
 

 We're gonna have so much fun together... (Alaruth)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
✤ Messages : 218
✤ Barge depuis : 10/12/2014
✤ Avatar : Ella Purnell
✤ Crédits : Swan & Tumblr


✤ Âge personnage : 17 yo
✤ Humeur : Maussade
✤ Profession : Lycéenne
✤ Pouvoirs : Influer sur les sentiments, effacer un souvenir, endormir par son souffle

Relationship
→ citation:
relationships :
Ruth K. D'Absac☞ Chair fraîche gratuite ; libre service !
MessageSujet: We're gonna have so much fun together... (Alaruth)   Mar 9 Juin - 19:09


We're gonna have so much fun together...
Alaric&Ruth

La sortie du lycée pourrait être résumée en un seul mot : le désordre. Ceux qui ont hâte de rentrer chez eux, ceux qui au contraire ne le souhaitent pas, ceux qui se situent dans un entre-deux, jugent que leur journée n’est pas terminée et vont passer encore de nombreuses heures à trainer en ville, que leurs parents le veuillent ou non. Ils demeurent prudents. Malgré son apparente sûreté, cette ville demeure peuplée de vampires, et malgré les lois, certains ne souhaitent prendre aucun risque, en particulier lorsque la nuit tombe. Je n’ai plus de parents depuis longtemps, seulement une famille qui n’en a que le nom. Ce que je suis à leurs yeux, je l’ignore, et à vrai dire je m’en soucie bien peu au fond. Ils me sont indifférents, tous autant qu’ils sont. Néanmoins, je me méfie. Si je souhaite demeurer aussi longtemps que possible cette gentille fille que tout le monde traite avec égard, mieux vaut faire profil bas et respecter les règles. Bien que je n’aie pas vraiment de couvre-feu. Il y a fort à parier que ma grand-mère ne se rendra même pas compte de mon absence. Marie-Alice le verra, peut-être, mais il m’est si facile d’embobiner cette idiote, bien trop obsédée par sa soeur aînée. Et puis, en quelques mois à peine, je suis devenue ce que l’on peut appeler une élève modèle. Mes notes sont excellentes, je suis sage et polie, je participe à toutes sortes de clubs ou autres permettant de m’intégrer. De me faire paraître comme les autres. Si je trouvais tout ceci intéressant au départ, cet étalage social m’apparaît désormais d’un ennui mortel. Mais je ne suis pas idiote. Je sais parfaitement que c’est la seule solution : s’intégrer ou être découverte. J’ai retenu les leçons de mon cher paternel. Je ne commettrai certainement pas les mêmes erreurs, en particulier ici, à Salem.

Le tutorat est sans l’ombre d’un doute l’épreuve qui m’est la plus pénible de toutes. Non seulement il me faut passer du temps avec certains de mes congénères, mais en plus je dois faire preuve de qualités pédagogiques dont je suis totalement dépourvue. Les imiter au début ne fut pas simple, mais avec le temps, j’ai réussi à reproduire certaines phrases et attitudes qui me permettent de faire illusion. Mon don de persuasion m’est également d’un grand secours. Cette fois-ci encore, la tâche me semble bien longue, si bien que lorsque l’heure vient de quitter les entrailles du bâtiment, je me sens presque incrédule face à la perspective de la libération. Prendre mon sac, traverser les couloirs, sortir dans l’obscurité tardive. Je ne m’étais pas rendue compte que le soleil était couché. Je marche tranquillement jusqu’à la grille encore ouverte, désireuse de m’adonner à d’autres occupations, bien plus adaptées à mes goûts.  

Je le vois presque immédiatement, de l’autre côté de la rue. Il ne cherche visiblement pas à se faire discret. Ou à se faire remarquer. Bien évidemment, je le reconnais. N’importe qui reconnaîtrait Alaric Rousseau, la créature ayant amené à sa suite les Originels et les vampires à Salem. Je n’avais nullement prévu que les choses prennent un tour si intéressant. Ma curiosité, pourtant si délicate à éveiller, se met automatiquement en marche. Que fait-il ici ? A-t-il développé un soudain intérêt pour les jeunes filles, ou les jeunes garçons ? Je doute qu’il se promène ici par hasard. Vient-il chercher quelqu’un ? Je ne suis pas suffisamment vaniteuse pour penser être la cible de sa présence, et pourtant c’est une possibilité que je ne peux écarter. Je suis, après tout, la petite-fille de la sorcière avec qui il a signé un pacte, et si je ne connais pas l’étendue de leurs relations, je doute qu’elles soient cordiales.

Que faire alors ? Je pourrais fuir, comme tant d’autres, mais nul ne pourra jamais m’accuser d’oublier mes bonnes manières. Beaucoup le craignent. Pas moi. La peur n’est pas un sentiment qui me soit vraiment connu. Et je sais qu’il n’oserait s’en prendre à moi, et certainement pas devant un bâtiment public, face à des témoins. Je ne suis guère intéressée par la politique, mais je connais plus ou moins les enjeux qui le lient à Catherine. Alors, je m’approche. Doucement, d’une démarche mal assurée. Je ne souhaite pas qu’il devine que je n’ai pas peur de lui. Qu’il me rend si curieuse. Curieuse au point de vouloir jouer un peu. Plus tard. Patience.

Je me racle la gorge.

« Mr Rousseau ?.... » Je bredouille, bafouille, baisse les yeux devant cet être si puissant. J’ai beau être particulièrement grande, il me domine d’une bonne tête, voire davantage. « Que... que faites-vous ici ? Vous souhaitez voir ma grand-mère ? »

S’il avait souhaité s’y rendre, il l’aurait fait de lui-même. Que veux-tu, que veux-tu sublime créature ?

Sois mon nouveau jeu...

FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.

_________________
Beware of the monster
○ With an anxiety that almost amounted to agony, collected the instruments of life around me, that I might infuse a spark of being into the lifeless thing that lay at my feet.
crackle bones.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✤ Messages : 4476
✤ Barge depuis : 13/08/2013
✤ Avatar : Tom Hiddleston
✤ Crédits : SWAN ( avatar ) + Disturbed ( Signature ) + TUMBLR ( gifs profil ) + Puscifer ( musique )


✤ Âge personnage : 3801 ans.
✤ Humeur : Consciencieux, mais agacé.
✤ Profession : Trafiquant d'organes ( Ne récupère plus que les corps des Raids. ) Et de poches de sang. Ariana Vander s'occupe de son réseau pendant la journée.
✤ Philosophie : Ne jamais remettre au lendemain ce qu'on peut faire aujourd'hui
✤ Localisation : Partout à Salem.
✤ Pouvoirs : Provoquer des illusions chez ses victimes. Plus ceux d'un Originel.

Relationship
→ citation:
relationships :
Alaric G. RousseauRousseau ; Elu connard de l'année
MessageSujet: Re: We're gonna have so much fun together... (Alaruth)   Mer 8 Juil - 10:51


What are you looking at like that, Darling ?
 
It doesn't hurt me. Do you want to feel how it feels ?  Do you want to know that it doesn't hurt me ?  Do you want to hear about the deal that I'm making ? You, it's you and me.



La famille d'Absac, et Alaric. Tout avait commencé avec Catherine. Bien-sûr, il doute que tout cela ne s'achève avec elle. La vieille peau l'a à l’œil, et l'inverse est tout autant véridique. Pour une raison bien particulière. Jadis, il avait brisé le cœur de la blonde. Lorsqu'elle était une jeune vingtaine fraîchement naïve, la tête pleine de rêves utopiques. Jouer avec elle avait été un vrai plaisir. Et voir dans ses prunelles la haine et la rage, à chaque regard, à chaque croisement, lui procure toujours autant de frissons furieusement scandaleux. Le connard éhonté a pourtant toujours quelques interrogations au sujet de la lignée d'Absac. Les étudier une à une, surveiller, anticiper ... Ses méthodes varient en fonction de chacune, et à chaque être, le géant aux prunelles de glace change de manœuvre. Et pour l'une d'entre elles, l'opération est ... Différente. Atypique. Pour un être tout aussi étrange. Ruth. La sortie des classes est un capharnaüm infecte d'êtres infantiles. Ils grouillent sur l'asphalte, hurlent et s’invectivent à l'aide de propos tout à fait  ... particuliers. Le langage des jeunes n'a jamais été pire qu'à partir des années 2000. Et il n'a toujours pas progressé en cinquante années.

Pitoyable.

Pourtant, chacun semble comprendre où est sa place. Alaric, perché sur ses longues guibolles et mains dans les poches, admire cette foule aux effluves paradoxalement délicieuses. La pureté sanguine de ces gamins perturbateurs lui brûle les veines. Mais ici, il est impuissant. Impossible pour lui d'arracher une jugulaire s'en s'attirer les 'ennuis'. Quelques parents venus chercher leurs progénitures l'esquivent rapidement, tout en serrant leurs gamins contre eux. Les mères, surtout. Les père, eux, semblent vouloir faire preuve de courage en le jaugeant avec hargne. Mais la peur palpable dans leurs effluves et leurs rétines dilatées les dément tous complètement. Un bref sourire en coin étire ses lippes fines, tandis qu'il observe en biais une gamine minuscule. Elle semble lui rendre son œillade, trop jeune pour comprendre que ce salop aux traits angéliques et certainement la pire abomination de cette ville. Et la petite naïve ose même lui sourire, un étirement hideux de ses traits poupins qu'il ne prend même pas la peine de mimer, détournant dédaigneusement le menton vers les grilles de l'établissement.

Elle est là.

En une fraction de secondes, l'expression de la gamine change. Ruth Kennedy, nouvellement renommée d'Absac. Petite fille de la ménopausée. Frêle tige géante discrète aux traits diaphanes. Il n'a pas rêvé. Elle l'a observé avec curiosité, un fin sourire étirant ses petites lèvres pleines. Jusqu'à ce qu'elle croise ses mirettes. Maladroitement, elle gratte l'asphalte pourri de ses pieds, pour une gosse de son âge, elle est très grande. Alaric ne bouge pas, figé comme une statue de marbre, le Français observe. Inexpressif, attentif et patient. Elle balbutie, pourtant, quelque chose cloche. Ses pupilles ne sont pas dilatées, sa respiration légèrement saccadée est faussée, forcée. Quant à son cœur, il ne bat pas frénétiquement. Il ne sent rien. Durant quelque secondes, le visage impassible d'Alaric n’émet aucun frémissement, pas un son ne sortant de ses lèvres.

Cette gamine n'est pas normale. Aussitôt, sa curiosité est piquée à vif. Cette gosse ennuyeuse et quelconque en apparence prend soudainement une toute autre dimension. Elle est un nouveau mystère, un nouveau jeu.

Un nouveau jouet.

« - Ta grand-mère m'a demandé s'il serait possible que je vienne  te chercher, ce soir. Ment le vampire sans ciller, vrillant son regard dans celui de la petite d'Absac. Sais-tu quel jour nous sommes ?

Le 16 juin. Dans quelques heures, le Raid va commencer. Et au-dessus de leur tête, la nouvelle lune commence timidement son ascension au sommet de leurs têtes. Le géant tend son bras, n'oubliant pas ses réflexes de gentleman.

- J'ai accepté, après tout, il est toujours ... Intéressant, de rencontrer de nouveaux membres de cette famille. M’accorderais-tu cette marche ? »

Qu'il est facile pour lui de mentir et revêtir tous les masques possibles.

 
code par SWAN - gifs tumblr - musique - Placebo - Running up that hill

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://swanlive.livejournal.com/
avatar
✤ Messages : 218
✤ Barge depuis : 10/12/2014
✤ Avatar : Ella Purnell
✤ Crédits : Swan & Tumblr


✤ Âge personnage : 17 yo
✤ Humeur : Maussade
✤ Profession : Lycéenne
✤ Pouvoirs : Influer sur les sentiments, effacer un souvenir, endormir par son souffle

Relationship
→ citation:
relationships :
Ruth K. D'Absac☞ Chair fraîche gratuite ; libre service !
MessageSujet: Re: We're gonna have so much fun together... (Alaruth)   Mar 28 Juil - 21:27


We're gonna have so much fun together...
Alaric&Ruth

Je n’apprécie guère ce qui est en train de se passer. Je me méfie. Je n’avais jamais rencontré le moindre Originel avant d’arriver à Salem. Désormais, ils sont mon lot quotidien, celui de tous ici. Et parmi tous ceux-ci, Alaric Rousseau est sans l’ombre d’un doute le plus dangereux. J’ignore quels sont ses véritables rapports avec ma grand-mère, mais je préfère me tenir le plus loin possible, par sécurité. Ce qui n’est guère aisé lorsque c’est lui qui vient à moi. Que me veut-il ? Mon imagination ne peut s’empêcher de se mettre en marche. Je ne le connais pas, mais je doute qu’il s’agisse d’un pur et simple hasard. Il m’attendait. Et je n’ai plus qu’à venir vers lui, gentille fille que je suis. A jouer les impressionnées. A sa décharge, je suis tout de même curieuse. Curieuse face à celui qui terrorise la ville et en a fait son terrain de jeu.

Je ne sais encore qu’en penser. Je réserve son jugement. Pour le moment, j’observe sa haute silhouette sans en avoir l’air. Difficile de savoir ce qu’il a en tête. Son visage n’exprime rien de particulier, rien de plus que les mots qui sortent de sa bouche. Quel âge a-t-il ? Deux mille ans, trois mille, peut-être plus encore ? Il m’est difficile d’imaginer ce que procure le fait de vivre si vieux. Pourtant, je n’avale pas un mot de son explication. Ma grand-mère ne me l’aurait jamais envoyé. Elle ne l’aime pas vraiment et ne lui fait aucune confiance. Nul besoin d’être un génie ou de savoir lire dans les pensées pour le deviner. Catherine n’aime personne, de toute manière.

« Bien sûr que je le sais. »

Je suis contrariée et cela doit probablement se voir. Je ne cherche pas à le cacher. Je n’aime pas particulièrement être surveillée, ou maternée. D’autant plus que j’avais des projets. Des projets qui désormais doivent être reportés. Je continue d’espérer que ce tête à tête puisse avoir un intérêt quelconque. Je pousse un soupir, digne adolescente que je suis, malgré tout.

« Très bien. J’imagine que je n’ai pas le choix de toute façon. Mais je croyais que les vampires n’étaient pas supposés s’attaquer aux sorcières ? »

Je sais parfaitement qu’il y a une différence entre les règles instaurées et le fait de les respecter. Et je sais que bien des vampires aimeraient sans doute s’en prendre à une sorcière esseulée. Mais j’ai envie d’avoir son opinion sur le sujet. Surtout, j’aimerais savoir ce qu’il me veut. J’imagine que je ne tarderai pas à le savoir. Je doute qu’il soit venu me chercher au lycée pour rien.

« Vous n’aviez rien de mieux à faire ? J’imagine que ça doit vous ennuyer de jouer les baby sitters. »

Je le questionne, simplement, comme si ma curiosité s’éveillait une fois la glace brisée. Pour le moment, je tâte le terrain. Je ne pense pas qu’il serait sage de l’attaquer de front, en tout cas pas tant que je ne saurais pas à qui j’aurais affaire. Tout en marchant à ses côtés, je jette parfois des coups d’oeil vers lui. Pour le moment je me contente d’être ce qu’il doit probablement attendre de moi. Et si je l’agace avec mes questions, ce serait plutôt une bonne chose en fin de compte. Je ne m’attends certainement pas à le faire sortir de ses gonds, plutôt à déclencher une réaction, quelle qu’elle soit.

« Je ne savais pas que vous et ma grand-mère étiez si proches. J’avais plutôt l’impression qu’elle n’aimait pas beaucoup les vampires. »

Elle les déteste.. Le dégoût s’imprime sur ses traits à chaque fois qu’elle en croise un. Elle sait bine le cacher, mais après l’avoir fréquentée si longtemps, il ne m’est pas difficile de le voir. J’aimerais savoir ce que lui en pense exactement. Je suis lucide. Je sais parfaitement que je ne peux rien contre lui. Il pourrait me trancher la gorge et me vider de mon sang en un instant à peine. Cette perspective ne m’angoisse pas. Je la considère comme une possibilité, à laquelle il vaut mieux me préparer.

FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.

_________________
Beware of the monster
○ With an anxiety that almost amounted to agony, collected the instruments of life around me, that I might infuse a spark of being into the lifeless thing that lay at my feet.
crackle bones.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: We're gonna have so much fun together... (Alaruth)   

Revenir en haut Aller en bas
 
We're gonna have so much fun together... (Alaruth)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» It's gonna be legen... wait for it [qui veut :3] dary.
» Everything's gonna be ok # ft Nora (Terminé)
» ➺ IF I'M GONNA DIE, I WANNA STILL BE ME.
» You're Gonna Pay [- Cameron -]
» ๑ This is the part of me that you're never gonna ever take away from me

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
You ain't born typical :: LA VILLE DE SALEM :: Centre de Salem :: Etablissement scolaires-