FERMETURE DU FORUM ► Pour en savoir plus c'est ICI

Partagez | 
 

 Sleep on Roses ◊ Ariana&Samaël

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
✤ Printemps : 27
✤ Messages : 1626
✤ Barge depuis : 24/10/2014
✤ Avatar : James Frain
✤ Crédits : Azra (avatar) + Ryn (sign) + Tumblr (gifs)
✤ Âge personnage : 47 ans
✤ Humeur : Impatient
✤ Profession : Gérant de l'Electric Sheep et trafic de drogue
✤ Philosophie : I make worms turn into butterflies
✤ Pouvoirs : Mémoire photographique

Relationship
→ citation:
relationships :
Samaël J. BlackthornTiti ; T'as pas vu mon gros minet ?
MessageSujet: Sleep on Roses ◊ Ariana&Samaël   Sam 20 Juin - 15:30


❝ La mémoire est un puits
de souffrance. ❞



Zephrina. Elle était ravissante, oui. Elle savait qu’elle l’était et en jouait. Elle essayait d’en jouer sur lui, persuadée que cela fonctionnerait et qu’elle pourrait se le mettre dans la poche. C’était évidemment peine perdue. Avait-elle vécu dans un environnement où les hommes de son âge étaient tous tellement pervers qu’ils désiraient s’emparer du corps et de la chair de jeune femme qui avaient presque la moitié de leur âge ? Etait-ce ainsi que sa propre sœur était devenue une mercenaire sans scrupules, décapitant des vampires et poignardant des loups ? Etait-ce à cause de cela qu’elle était passée de farouche et sauvage à survivante, quoi qu’il lui en coûte ? Etait-ce à cause de cela que Zephrina était prête à user de son corps pour arriver à ses fins ? Etait-ce la façon qu’elle avait trouvée — choisie ? — pour survivre ? Ou n’était-ce qu’un jeu pour elle, rien de plus ? En vérité, Samaël se serait bien passé de sa compagnie. Mais c’était un mal nécessaire. Il devait garder un œil sur elle. Pour s’assurer que le trafic d’Alaric ne s’étendait pas à son propre terrain de jeu. D’un commun accord, ils avaient décidé de s’échanger quelques clients, bien que Samaël était un peu réticent à ce pacte. Si ses pauvres victimes se faisaient voler un poumon, il était assuré que les drogues ne seraient plus leur besoin premier, et ça, ça entachait quelque peu son commerce. Si c’était un organe un peu moins important, ou simplement une ponction de sang, c’était parfois l’effet inverse : ils voulaient de la drogue pour oublier, effacer les souvenirs. Alors oui, il y trouvait quand même un peu son compte.

La voiture s’arrêta à la périphérie du parc d’attraction. Elle crachouillait un air chaud. Samaël ne l’utilisait pas aussi souvent qu’on le pensait. Juste quand il devait s’aventurer en dehors du centre de Salem. Ce qui était le cas aujourd’hui. De la buée se formait sur les vitres du véhicule. Il faisait frais dehors. Pas froid, non. Le printemps était bien entamé et menait à l’été, mais les grosses chaleurs n’étaient pas encore là. Elles se faisaient tardives, presque comme si les vampires avaient le pouvoir de contrôler le climat et qu’ils préféraient la fraicheur. Peut-être était-ce le cas, si elle était accompagnée d’un ciel gris et lourd. Ils ne pouvaient peut-être pas s’aventurer sous le soleil, ni même sous les nuages… En vérité, Samaël n’en savait pas grand chose. Le soleil, il était certain qu’il les faisait brûler. Mais un ciel obscurci de nuages comme les prémices d’un orage… faisait-il assez sombre pour qu’ils s’aventurent au-delà de la pénombre sécuritaire de leur demeure ? Il n’en savait rien. Il aurait pu poser la question à sa sœur. Il ne l’avait pas fait. Sa langue claqua contre son palais et un grésillement se fit entendre, bientôt suivi d’une voix. Monsieur, c’est bientôt l’heure du rendez-vous. Certains hommes de son espèce s’adonnaient au retard. Pas lui. Il était toujours en avance ou pile à l’heure. Jamais en retard. C’était inconcevable pour lui, même s’il devait attendre ceux qui avaient moins de scrupules à gaspiller son temps. Chose qu’il ne se cachait pas d’énoncer lorsque ça arrivait.

Samaël reboutonna son veston et sortit du véhicule. L’air était mordant comparé à celui de l’habitacle. Son souffle faisait naître un nuage blanchâtre devant ses lèvres, occultant un instant le verre de ses lunettes. Il glissa ses mains dans ses poches et s’éloigna de l’automobile pour s’approcher de la grand roue. Il attendit encore un moment. Une poignée de secondes. Peut-être une minute, deux. Pas plus. Puis il s’approcha. Le ciel était gris perle. Il battit des paupières. La luminosité lui blessait les prunelles. Il s’engouffra dans une des cabines. Encore une minute. Deux. L’engin allait se mettre en branle quand une silhouette voluptueuse et délicate se glissa sur le siège à ses côtés. Son genou cogna contre le sien. Il se retint de se tasser contre l’autre côté de l’espace exigu et déboutonna sa veste avant de reglisser le bouton dans son trou. Bonjour Zephrina finit-il par dire quand l’attraction se mit en route, les élevant vers la nue. C’était dangereux de se retrouver ainsi seul avec la jeune femme… mais dans leur affaire, ce semblant de confiance était malheureusement nécessaire.

_________________
we are the heroes of our time
but we are dancing with the demons in our minds
Revenir en haut Aller en bas
http://www.wattpad.com/story/21250790-athnuachan
avatar
✤ Printemps : 26
✤ Messages : 5123
✤ Barge depuis : 16/01/2013
✤ Avatar : Candice Accola
✤ Crédits : Avatar & code signature & image - Par moi || Gif de profil par Mariephantomhive - Tumblr || La musique - Become the beast de Karliene


✤ Âge personnage : 25 ans
✤ Humeur : Taquine.
✤ Profession : Elle s'occupe du trafic du sang d'Alaric... et de bien d'autres choses. Besoin de passer un marché tordu mais qui lui rapportera de l'argent et des poches de sangs? Adressez-vous à Ariana.
✤ Philosophie : Si tu veux que les choses soient bien faites... Ne les confies surtout pas à Orphéo.
✤ Localisation : Dans les recoins sombres de Salem.
✤ Pouvoirs : Guérison instantanée. Cinq sens développée. Force, rapidité et agilité. Capacité de se changer en louve noire. Bref... c'est une sexy lycanthrope!

Relationship
→ citation:
relationships :
Ariana C. VanderJolie soubrette ; livreuse de cookies
MessageSujet: Re: Sleep on Roses ◊ Ariana&Samaël   Jeu 2 Juil - 4:13

— Stop! Je n'ai tout simplement pas le temps, ni l'envie et encore moins l'énergie de me disputer avec toi! Compris?

Mes claires prunelles ne prirent même pas la peine de s'attarder sur ce visage courroucé. Comme je venais à l'instant de le lui reprocher, du temps, j'en manquais cruellement. Il ne comprenait pas l'importance de mon travail. En réalité, si. Il en comprenait l'importance mais désapprouvé ma manière d'agir, ma manière de charmer certains de mes clients. C'était ma manière d'agir, ma manière de faire. Qu'il soit content ou non n'y changerait rien. Endormir sa proie avec de grand sourire, dompter le fauve avec des regards aguicheurs. Stimuler le cerveau situé en zone sud pour rendre mes entourloupes moins voyantes... Je n'y pouvais rien si mes atouts tournaient bien des têtes et bien d'autres choses. En attendant, ça fonctionnait très bien et Alaric était bien content de mes performances. Le reste n'avait que bien peu d'importances. Car tant que le connard Français serait content de moi, Aubrey ne risquerait rien. Alors non... Je n'avais pas envie de discuter de ça. Pour accentuer mon mécontentement, je claquais la porte de son appartement. Impossible pour lui de me suivre, nous étions en pleine journée... et c'était tant mieux... Tant mieux pour deux raisons. La première? Il ne pourra pas me courir après pour me dire combien j'étais une emmerdeuse de première et que c'était la dernière fois que je passais la nuit avec lui. La seconde raison... Il ne pourra pas réclamer les clés de sa moto en s'apercevant que je les ai chipé dans sa veste. Il refusait catégoriquement que je touche Katerina... Franchement, donner un prénom à une moto... c'était d'un ridicule! Il était terrifié à l'idée que ma malédiction des voitures se propage à sa deux roues. N'importe quoi. Le simple fait d'y songer me fit lever les yeux au ciel et avec cette désinvolture qui m'était propre, j'enfourchais Katerina.

La seconde d'après, je roulais déjà sur les routes de Salem. La vitesse. Cette sensation agréable de liberté. Cette montée d'adrénaline tellement grisante... Mais je savais également que je pouvais aller bien plus vite... beaucoup plus vite. Oui. Je le pouvais. Oui, je mourrais d'envie de faire chauffer le bitume à grand coup d'accélération... Je devais toutefois réprimer cette folle envie. Je devais demeurer discrète et m'assurer de n'avoir aucun accident. Le temps. Tic. Tac. Il filait. Impitoyable. Je ne pouvais me permettre aucun risque, aucun contre-temps désagréable. J'étais pressée... Et si prendre de la vitesse pouvait sembler la meilleure des options, il n'en était rien. Savoir prendre son temps c'était parfois s'assurer de l'économiser.

Moins d'une vingtaine de minutes plus tard, je garais l'engin à deux roues devant le Winter Island. L'endroit touristique par excellence. Une plage était mise à disposition, les touristes pouvaient se prélasser le temps de quelques jours et profiter du parc d'attraction... Je n'aimais pas cet endroit. Pas à cause des touristes... Ni même de la plage... Mais plutôt à cause du parc d'attractions... Une sorte de révulsion mêlé à cette joie enfantine. Un cocktail me déroutant à chaque fois que je mettais les pieds dans cet endroit. Je me sentais toujours euphorique et mélancolique à la fois. Ce n'était clairement pas le meilleur des lieux pour traiter affaire... mais j'étais justement une femme d'affaires avant tout. Mes émotions, je devais les mettre de côté. Qu'importe la situation. Je prenais ça, dans le fond, comme un travail sur moi-même.

Tirant un peu sur les bords de ma robe, je m'assurais que le tissus ne remonte pas trop. Être sexy? Oui. Être vulgaire? Non merci. De ma démarche souple et assurée, je me dirigeais vers la grande roue... Cette bestiole de fer me paraissaient immense et une question totalement idiote me vint en tête : étais-je atteinte de vertige? Haussant un sourcil, j'espérais vraiment que non. Très vite, je me rapprochais de mon - peut-être - futur engin de torture. A peine le temps de m'engouffrer dans la ridicule cabine que le manège démarra. Timing parfait. Juste à temps. Bien entendu, Samaël se trouvait déjà là bien avant moi. Il n'était jamais en retard, par moment pile à l'heure et plus souvent encore en avance.

— Bonjour.

Sourire enjôleur sur les lèvres, mes claires prunelles se posèrent avec malice sur l'humain. Samaël... Il devait bien faire le double de mon âge... peut-être un peu moins. Cela ne l'empêchait pas d'être fort agréable à regarder et je ne me privais pas pour le lui faire savoir. Dans cette proximité, nos espaces personnels étaient presque inexistant. Mon genou bouillant heurtait le sien. Si lui avait un tissus pour couvrir sa peau, moi, non. Au moindre mouvement je sentais le frottement du tissus contre mon épiderme. En parlant de mouvement, je retirais de manière agile la veste en cuir recouvrant mes épaules. La température ne se prêtait pas réellement à un tel effeuillage de ma part... Toutefois, le bustier de ma robe mettait ma poitrine en valeur... et me brisait les côtes par la même occasion! Alors forcément, je ne voulais pas souffrir vainement.

— Comment se porte vos affaires?

Car oui... même si je jouais de mes charmes, je n'oubliais pas la raison de ma présence ici. D'ailleurs, mes prunelles se perdirent rapidement sur le panorama inquiétant que nous offrait cette longue montée. Déglutissant difficilement, mes doigts se crispèrent légèrement sur ma veste. C'était haut... pourtant nous n'étions pas encore tout à fait au sommet. Ne pas regarder en bas... C'est pourtant ce que je fis. Toute couleur quitta mon visage et prenant sur moi, je me détournais de cette vision infernale. L'estomac noué, je reportais mon attention sur l'humain.

_________________


Become the beast
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✤ Printemps : 27
✤ Messages : 1626
✤ Barge depuis : 24/10/2014
✤ Avatar : James Frain
✤ Crédits : Azra (avatar) + Ryn (sign) + Tumblr (gifs)
✤ Âge personnage : 47 ans
✤ Humeur : Impatient
✤ Profession : Gérant de l'Electric Sheep et trafic de drogue
✤ Philosophie : I make worms turn into butterflies
✤ Pouvoirs : Mémoire photographique

Relationship
→ citation:
relationships :
Samaël J. BlackthornTiti ; T'as pas vu mon gros minet ?
MessageSujet: Re: Sleep on Roses ◊ Ariana&Samaël   Lun 13 Juil - 18:17


" La mémoire est un puits
de souffrance. "



Il sentait la peau brûlante de la jeune femme à travers le tissu de son pantalon. Sa robe courte dévoilait sa rotule mais pas non plus un morceau trop important de cuisse. Pourtant, Samaël avait grandi dans cette époque où les demoiselles étaient toutes plus vulgaires que les autres. Il ne les avait jamais appréciées. En vérité, il ne s’était guère intéressé aux femmes dans sa jeunesse et ça n’avait commencé que lorsqu’il avait eu des soucis avec sa mémoire et qu’il avait du changer de carrière. Et aujourd’hui, il ne s’intéressait pas plus à celles de l’âge de Zephrina. Elles ne suscitaient aucun intérêt dans son cœur, sa chair et son âme. Elles étaient trop frivoles, presque trop fragiles et demandeuses. Non, Samaël les préférait fortes, indépendantes et sauvages… comme sa sœur. Assurément, si Elinor n’avait pas quitté Salem au début de sa vie d’adulte, de nombreuses rumeurs auraient vu le jour sur une potentielle relation incestueuse entre les deux… peut-être même que certains pensaient cela maintenant qu’elle était revenue et était devenue son bras droit, son exécutrice de créatures un peu trop ennuyeuses. Mais ce n’était évidemment pas le cas. Samaël n’éprouvait rien de plus qu’un amour fraternel pour sa petite sœur.

— Bonjour. — Elle avait un sourire enjôleur. Il était habitué à ce qu’elle tente de le séduire. C’était son petit jeu à elle. Et parfois, il lui faisait croire que ça marchait. Plus ou moins. Il lui retourna son rictus, bien que plus professionnel et moins aguicheur. Elle remua encore, planquant plus de peau bouillante contre ses vêtements. Machinalement, les doigts de Samaël se portèrent au bouton de son veston pour le défaire et le refaire dans un geste presque incessant. Il remarqua qu’elle enlevait sa veste. Il ne faisait pourtant pas bien chaud, et il le ferait de moins en moins alors qu’ils monteraient dans le mouvement circulaire de la grande roue. Avait-elle le sang si chaud qu’elle avait besoin de s’effeuiller ainsi ? Samaël ne s’était jamais vraiment interrogé sur la nature de Zephrina. Etait-elle humaine comme lui, ou plus ? Elle ne pouvait pas être vampire, sinon leurs rencontres diurnes lui seraient fatales… mais elle pourrait être sorcière, mutante ou encore lycane. Pour ce qu’il en savait… Mais, au final, la question ne lui était jamais venue à l’esprit… elle était pertinente, dans le cadre de leur relation professionnelle, si ça parvenait à prendre un mauvais chemin, et qu’il devait se débarrasser d’elle… mais, en vérité, Samaël s’en souciait autant que l’orientation sexuelle des gens. Même si la nature surnaturelle d’une personne était bien moins choisie que son choix de partenaire… même si ce dernier point ne se choisissait pas non plus toujours et s’imposait comme une évidence.

Sa veste enlevée, Zephrina dévoilait un bustier qui mettait sa poitrine en valeur, de même que sa couleur rehaussait le teint de nacre de sa peau. Elle était ravissante, vraiment, mais Samaël n’était juste pas intéressé, pas émoustillé, rien du tout. Elle était juste trop jeune. — Comment se porte vos affaires? — Son sourire se fana légèrement et il retira ses lunettes pour entreprendre d’en essuyer les verres avec méticulosité. Elles redémarrent doucement après le dernier raid. Cette fois, sa bouche se tordit carrément en une moue agacée. Les clients qui se font attaquer lors de la St Valentin alors qu’ils venaient s’oublier dans la drogue et le sexe n’est pas bon pour les affaires. Ils reviendront, mais pendant quelques semaines, l’activité sera moindre. Les gens ont eu peur et ils mettront un peu de temps avant de ressentir le besoin de revenir. Son ton était très légèrement accusateur. Après tout, les raids avaient été instaurés quand les vampires étaient arrivés à Salem. Si les New-Yorkais n’avaient pas débarqué, assurément le commerce de Samaël n’aurait pas connu cette débâcle. J’imagine que les vôtres se portent mieux que les miennes cependant… Dans la débandade, il devait être aisé de s’occuper des humains, de leur ponctionner un peu de sang, ou quelques organes alors qu’ils sont laissés pour morts sur le trottoir.

_________________
we are the heroes of our time
but we are dancing with the demons in our minds
Revenir en haut Aller en bas
http://www.wattpad.com/story/21250790-athnuachan
avatar
✤ Printemps : 26
✤ Messages : 5123
✤ Barge depuis : 16/01/2013
✤ Avatar : Candice Accola
✤ Crédits : Avatar & code signature & image - Par moi || Gif de profil par Mariephantomhive - Tumblr || La musique - Become the beast de Karliene


✤ Âge personnage : 25 ans
✤ Humeur : Taquine.
✤ Profession : Elle s'occupe du trafic du sang d'Alaric... et de bien d'autres choses. Besoin de passer un marché tordu mais qui lui rapportera de l'argent et des poches de sangs? Adressez-vous à Ariana.
✤ Philosophie : Si tu veux que les choses soient bien faites... Ne les confies surtout pas à Orphéo.
✤ Localisation : Dans les recoins sombres de Salem.
✤ Pouvoirs : Guérison instantanée. Cinq sens développée. Force, rapidité et agilité. Capacité de se changer en louve noire. Bref... c'est une sexy lycanthrope!

Relationship
→ citation:
relationships :
Ariana C. VanderJolie soubrette ; livreuse de cookies
MessageSujet: Re: Sleep on Roses ◊ Ariana&Samaël   Mar 21 Juil - 23:49

Les raids. Un véritable fléau pour les commerces et les principaux habitants de la ville. Entre les établissements prenant feu, certains habitants trouvés morts, et la panique ambiante... Il était parfois compliqué de fidéliser une clientèle. Surtout si cette même clientèle risque de mourir à tout les mois. Je voyais-là un nouveau terrain d'affaires pour moi mais également pour Samaël. Un sourire en coin, l'idée commençait doucement à germer. Une idée intéressante au point de m'en faire momentanément oubliée la hauteur.

— Je comprends votre agacement, certifiais-je.

Mais vous savez ce qu'on dit... Le malheur des uns pouvait faire le bonheur des autres. Je pouvais d'ailleurs tourner sa roue de la malchance en roue de la fortune... Toutes les opportunités étaient bonnes pour fluctuer mes affaires. Les idées ne me manquaient pas. Oh que non.

— En effet. Mes affaires se portent très bien.

Croisant mes jambes, mes doigts restaient toujours cramponnés à ma veste en cuir. Je pouvais prétendre aller bien... mon inconscient me hurlait combien j'était terrifiée. Mes muscles se crispaient d'avantages à mesure que l'on prenait de la hauteur. Ne pas regarder en bas. Ne surtout pas regarder en bas. Au lieu de quoi, je gardais mes prunelles rivées sur le visage de Samaël. Le manège se stoppa. La nacelle se balança légèrement mais c'était suffisant pour m'arracher un sursaut de frayeur. C'était normal... Parfaitement normal. Le manège s'arrêtait. Puis il reprenait... c'était fréquent. Tout à fait normal. La nacelle n'allait pas tomber par terre et se cracher. Le manège n'allait pas devenir fou et nous éjecter de nos cabines. Non... Rien de tout ça. Pourtant je déglutis quand même difficilement en songeant à nos deux corps s'écrasant sur le bitume.


"Un cri s'étirant sur le fil du temps envahissait mes oreilles. Un point qui me paraissait tout d'abord minuscule ne cessait de grossir. Encore et encore. Jusqu'à ce que je distingue des bras et des jambes. Avec horreur, je commençais à comprendre de quoi il s'agissait. Avec horreur, mes yeux suivirent la trajectoire de ce corps en chute libre... Avec horreur, le cri prit fin lorsque cette carcasse s'écrasa contre le bitume en un bruit spongieux dégueulasse. Un frémissement dégoulina le long de mon échine alors le fin duvet de mes bras se dressèrent. Une bouillie infâme recouvrait le sol et la nausée me prit."

Impression étrange. Celle d'un souvenir tellement lointain qu'il semblait irréel. Pourtant la sensation était bien là. Fronçant mes sourcils, je détournais mon regard pour constater le fin duvet de mes poils hérissés. La seconde suivante, je ne me souvenais plus de rien. Je prenais conscience d'avoir frôlé quelque chose... un souvenir... mais j'étais totalement incapable de me souvenir de son contenu. C'était là... Bien là. Proche. Si proche que j'avais l'impression de pouvoir tendre le bras pour m'en souvenir... Mais j'avais bon le tendre, mes doigts ne frôlaient que le vide. Voilà... l'impression que me donnait se souvenir. Comprenant qu'il était vain de chercher plus longtemps à me le remémorer, je me raclais la gorge dans l'espoir de reprendre une certaine contenance.

— J'ai peut-être quelque chose à vous proposer...

Rapidement, j'arborais de nouveau le masque de la femme séductrice. Sourire enjôleur. Le regard aguicheur. La fêlure s'était déjà refermée. Je laissais un silence s'installer... Je savais pertinemment que cette phrase associée à ma gestuelle pouvait prêter à confusion. Et cette confusion m'amusait. Puis vint le moment où je cessais ce jeu car il fallait quand même se montrer un minimum sérieux.

— Personne ne sait réellement quand les Raids vont commencer... sauf Catherine et bien entendu, Alaric qui est au courant quelques heures avant que le chaos ne s'abatte sur la ville.

Si pour le moment mon interlude ne semblait pas assez claire, il allait rapidement savoir où je voulais en venir.

— Pour une somme très très coquette... Vous pourriez fournir à vos meilleurs clients un abris pour la nuit des Raids. Je vous préviens quelques heures avant le Raid. Vous m'apportez vos clients en question et moi... je m'occupe de leur sécurité pour la nuit. En échange beaucoup d'argents et la possibilité de leur prélever du sang. Bien entendu... Pour l'argent ça serait du cinquante pourcent chacun.

_________________


Become the beast
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✤ Printemps : 27
✤ Messages : 1626
✤ Barge depuis : 24/10/2014
✤ Avatar : James Frain
✤ Crédits : Azra (avatar) + Ryn (sign) + Tumblr (gifs)
✤ Âge personnage : 47 ans
✤ Humeur : Impatient
✤ Profession : Gérant de l'Electric Sheep et trafic de drogue
✤ Philosophie : I make worms turn into butterflies
✤ Pouvoirs : Mémoire photographique

Relationship
→ citation:
relationships :
Samaël J. BlackthornTiti ; T'as pas vu mon gros minet ?
MessageSujet: Re: Sleep on Roses ◊ Ariana&Samaël   Lun 27 Juil - 18:27


" La mémoire est un puits
de souffrance. "



Le petit sourire qui naquit sur les lèvres de Zephrina l’insupporta quelque peu. C’était même assez peu dire. C’était comme si elle se complaisait de son malheur. Evidemment, la panique ambiante soulevée par les raids devait être tout à son bénéfice. Dans un bain de sang, qui se soucierait vraiment si un organe venait à manquer à l’une des victimes ? La police locale classerait tout sur le raid et basta. Elle devait s’en donner à cœur joie. De l’argent offert sur un plateau, voilà ce que c’était, pour elle, tout cela. Pour Samaël, c’était plutôt le contraire. Sa clientèle s’était bien rendu compte que son établissement n’était pas à l’abri des attaques, qu’ils ne seraient pas en sécurité dans ce lieu où ils venaient s’étendre dans les bras veloutés de la plus douce des drogues disponibles sur le marché. Dur retour à la réalité qu’ils avaient vécu lors du dernier raid quand le vermeil profond s’était mêlé aux couleurs vibrantes et phosphorescentes de la soirée de la St Valentin. — Je comprends votre agacement. — annonça-t-elle pourtant. Evidemment. Elle n’allait pas déclarer cash qu’elle n’en avait rien à faire et qu’elle ne comprenait pas, comme, pour elle, tout allait bien dans le meilleur des mondes. Les doigts de Samaël se crispèrent sur le bouton de son veston avant de le faire glisser lentement dans sa fente, pour le ressortir à la même vitesse quelques fractions de secondes plus tard. L’arc de sa mâchoire était légèrement tendu, ses dents à la limite de crisser les unes sur les autres. Il n’aimait pas l’hypocrisie. Il savait jouer le jeu de la manipulation avec grand art, mais ce n’était pas la même chose. L’hypocrisie était juste perfide et inutile. A moins que dans ses paroles, Zephrina cherchait à le manipuler, à le mener sur le chemin qu’elle prévoyait depuis son arrivée dans la cabine de la grande roue. Samaël retint un claquement de langue. Il pensait trop. Il devait arrêter de penser. Ça le distrayait de l’instant présent auquel il devait porter plus d’attention. Surtout lorsqu’il était en compagnie de la jeune femme qui se tenait à ses côtés. Ne pas baisser sa garde. Jamais.

— En effet. Mes affaires se portent très bien. — poursuivit-elle. Evidemment. Comment auraient-elles pu ne pas être florissantes ? L’agacement menaçait de se dévoiler sous ce masque parfait. Respirer. Contrôler. Observer. Oui, observer. Ça le calmait toujours. Lui faisait reprendre le contrôle. Trop maniaque ? peut-être bien. Peu importait. Ses yeux se glissèrent sur la silhouette à ses côtés. Il n’avait que cela à regarder, en vérité. La ville en contrebas ? Il la connaissait par cœur. Elle aurait pu être un point de repère rassurant, l’accrochant à la réalité et le calmant mais elle n’était rien de cela. Il avait trop de souvenirs dans ces rues. Et majoritairement pas que des bons. Zephrina, quant à elle, était un terrain vierge de souvenirs. Peut-être penserait-elle que son regard était lubrique. Grand bien lui fasse. Ce n’était pas le cas. Il préférait les femmes mûres, de son âge à lui. Pas les jeunettes et leurs robes trop courtes. Ses prunelles se glissèrent toutefois sur ses courbes, le dessin de ses muscles qu’il devinait tendus à se rompre. Pourquoi ? Y avait-il quelque chose dans leur réunion actuelle qui faisait naître une telle tension chez elle ? Ca ne pouvait être lui. Ils s’étaient déjà rencontrés maintes fois et elle n’avait jamais réagi avec angoisse à sa personne. Pourquoi l’aurait-elle fait ? Seul, il n’était rien. Sans ses gardes du corps, sans sa précieuse drogue qu’il s’amusait à dilapider dans les veines des enfants de ses anciens camarades, sans Elinor, il était insignifiant. Il ne ferait même pas peur à une mouche. Un sursaut crispa encore plus la position de Zephrina lorsque le manège s’arrêta pour se balancer à plusieurs mètres au dessus du sol. Ainsi donc. C’était le vertige. Qui l’aurait cru ? C’était à son tour d’aborder un léger sourire en coin. Fissure dans son masque imperturbable.

Mais le regard de la jeune femme, un instant plus tôt focalisé sur son visage, était parti loin. Avait-elle seulement vu son rictus ? Il n’en était pas sûr. Ce dont il était certain cependant, c’était que cette absence était due à un souvenir. Il le savait. Il connaissait ce regard absent. Il en avait si souvent fait l’expérience. Même s’il n’avait jamais vraiment pu se regarder dans le miroir lorsqu’il se perdait dans un de ses souvenirs, il savait à quoi ce genre d’expression ressemblait. Et Zephrina venait d’avoir un flash comme il en était si bien habitué. Elle se détourna finalement, sourcils froncés, pour contempler ses poils hérissés. Elle s’était rendue compte qu’il y avait eu quelque chose. Déteignait-il sur les autres ? Son mal, sa malédiction ? Non, certainement pas. Sinon Elinor en aurait fait les frais depuis un moment maintenant, elle qui ne le quittait presque pas d’une semelle. Ce devait être de là que naissait les rumeurs à leur propos. Peu importait. Il connaissait la vérité, c’était le plus important. Vraiment ? Raclement de gorge. — J'ai peut-être quelque chose à vous proposer... — Son masque remit en place. Elle joue à nouveau le jeu. Lui aussi. Son sourire s’accorde à celui de la jeune femme. Il vient déplacer son genou, légèrement, pour qu’il effleure celui, nu, de Zephrina. Il est joueur. Même s’il ne ressent aucune attirance pour elle. Il joue. Mais sa seule réponse fut son sourire. Il attendit en silence qu’elle poursuive. Il n’était pas pressé. Ça ne le gênait pas d’être ainsi tout en haut de la ville. Il avait tout son temps. L’Electric ne rouvrait pas ses portes avant quelques heures, une fois que le soleil commencerait à se coucher.

— Personne ne sait réellement quand les Raids vont commencer... sauf Catherine et bien entendu, Alaric qui est au courant quelques heures avant que le chaos ne s'abatte sur la ville. — Il arqua un sourcil, l’incitant à continuer. Le but ultime de ses paroles n’était pas encore bien clair. — Pour une somme très très coquette... Vous pourriez fournir à vos meilleurs clients un abris pour la nuit des Raids. Je vous préviens quelques heures avant le Raid. Vous m'apportez vos clients en question et moi... je m'occupe de leur sécurité pour la nuit. En échange beaucoup d'argents et la possibilité de leur prélever du sang. Bien entendu... Pour l'argent ça serait du cinquante pourcent chacun. — Il l’observa attentivement pendant plusieurs secondes, retournant ses propos dans son esprit. Trop penser était parfois une malédiction. Parfois, ça vous évitait simplement de prendre une mauvaise décision trop rapide. Vous proposez donc que je demande à mes clients une somme coquette… une sorte de forfait mensuel ? Un petit butin en échange d’un lieu sûr et d’une bonne petite dose de leur euphorie préférée ? Un petit butin et une petite ponction ? Ils s’en retrouveraient avec un peu moins de sang dans les veines, mais toujours vivants et avec uniquement le trou d’une aiguille dans le bras plutôt que la moitié du bras arraché ? Est-ce que ce que vous proposez ? Il voulait juste être bien sûr. Il ne signait jamais de contrat sans être parfaitement certain de ce que cela impliquait. Mais ce qu’elle lui proposait pouvait effectivement faire remonter quelque peu ses affaires. Il pourrait en parler à ses plus fidèles clients, juste assez, pour que ceux-ci en parlent ensuite à leurs amis… Oui, un bouche à oreille qui pourrait lui ramener d’autres clients même… C’était intéressant. Son regard prédateur – de celui qu’abordent les hommes d’affaires – se darda dans celui de Zephrina, attendant qu’elle daigne confirmer ses propos.

_________________
we are the heroes of our time
but we are dancing with the demons in our minds
Revenir en haut Aller en bas
http://www.wattpad.com/story/21250790-athnuachan
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Sleep on Roses ◊ Ariana&Samaël   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sleep on Roses ◊ Ariana&Samaël
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les Roses De Versailles
» Le parfum des roses d'hiver
» L'arrivée d'Ariana...
» People who say they sleep like a baby usually don’t have any.
» Vous avez vu les éléphants roses derrière vous, M'dame Lisbeth ? {PV}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
You ain't born typical :: LA VILLE DE SALEM :: Nord de Salem :: Winter Island-