FERMETURE DU FORUM ► Pour en savoir plus c'est ICI

Partagez | 
 

 [RAID 4 Mai] This ship will carry our bodies safe to shore • MAVEN ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
✤ Printemps : 22
✤ Messages : 43
✤ Barge depuis : 16/06/2015
✤ Avatar : Keira Knightley
✤ Crédits : hope (ava & gifs) - disturbed (signa) -


✤ Âge personnage : 40 ans
✤ Humeur : Tourmentée
✤ Profession : Croquemort
✤ Philosophie : Never look back. Go straight.
✤ Localisation : Salem
✤ Pouvoirs : Réincarnation figée • Visions [passé - présent - futur] • Contrôle de l'électricité

Relationship
→ citation: « Se demander si on aime c'est déjà la preuve qu'on a cessé d'aimer. » C. Ruiz Zafon.
relationships :
Heather C. Dewynter☞ Chair fraîche gratuite ; libre service !
MessageSujet: [RAID 4 Mai] This ship will carry our bodies safe to shore • MAVEN ♥   Lun 13 Juil - 23:43



This ship will carry our bodies safe to shore...

- Maven S. Kepler & Heather C. Dewynter -


Un nuage de vapeur s'échappa d'entre ses lèvres blanchâtres alors qu'elle continuait sa course dans la ruelle, trop éclairée à son goût. La nuit était tombée depuis deux heures déjà, et elle venait juste de quitter le travail. Son esprit embrumé n'avait pas oublié quel jour avait vu se lever le soleil ce matin. Cependant, bizarrement, elle n'en avait cure. Son cœur ne battait plus vraiment comme avant et elle ne craignait pas la mort. Du moins pas la sienne.

Ainsi, comme chaque nuit de Raid depuis son arrivée en ville, elle filait à vive allure pour trouver celui qui craignait de finir en steak haché pour vampire. Il lui suffisait souvent de pousser la porte d'un bar pour trouver son homme assit à une table, sirotant tranquillement une bière – disons un ersatz – attablé à la manière d'un vieux rat d'égout. Ce soir encore, elle retrouverait sans doute sa trace dans un endroit du même acabit, flanqué de son éternelle mine blasée et totalement j'menfoutiste du monde extérieur. Il n'avait pas fallut longtemps à Heather pour comprendre que Maven se moquait royalement d'être l'unique proie d'un individu affamé pendant un Raid. Il vivait sa vie comme d'habitude, ignorant parfaitement ce qui pouvait advenir de lui... Crétin congénital - amoureusement – ! Dans ces moments, elle avait souvent eut envie d'aller le trouver pour lui foutre une gifle suffisamment puissante pour réveiller son instinct de survie inexistant.

Cependant... elle n'avait jamais osé se montrer à lui. Depuis tant de semaines passées à Salem, elle cherchait plutôt à l'éviter, sans pour autant oublier d'assouvir son manque en lui suivant... quotidiennement ou presque. Mais plus que cela... elle en avait été incapable. Elle s'en sentait incapable. Comme si une force extérieure émanant de lui la repoussait, la forçait à garder ses distances avec cet être qu'elle ne connaissait plus vraiment... Alors elle écoutait, sage esprit, raisonnable. Sa folie avait résisté jusque là. Mais après des semaines à ressentir chaque minutes passées loin de lui s’égrainer avec une lenteur infinie, elle ne supportait plus cette situation.
Il lui manquait plus profondément que dans son cœur. Cela n'avait rien d'un caprice ou d'un désir inassouvi depuis trop longtemps. C'était un manque crucial, immortel, infini, touchant directement à son âme. Comme si elle avait perdu une partie d'elle même et qu'elle la poursuivait sans relâche... jusqu'à pouvoir presque la toucher du bout des doigts et puis... la chute. L'échec. La lâcheté. Elle tombait et jamais ne le touchait. Il s'éloignait de nouveau jusqu'à disparaître derrière un voile de fumée opaque aux fragrances épicées. Et ses larmes n'avaient que trop coulées pour se trahir encore.

Ce soir, elle allait le suivre encore et toujours, le surveiller de loin, le toucher du bout des doigts sans parvenir à l'atteindre et se détruire le cœur à le voir s'éloigner de nouveau. Elle maudit son âme si faible, sa raison si grande, sa passion si hésitante alors...

Accélérant sa course, elle arriva bientôt non loin de son bar préféré. Celui qu'il squattait généralement les nuits de Raid. Insomnia. Un nom parfait ! Heather resserra sa veste sur sa poitrine, masquant à demi le frisson qui s'était emparé d'elle alors qu'elle s'approchait de la petite salle éclairée. La nuit était encore claire mais les premières victimes l'attendaient déjà devant la porte du funérarium, à n'en point douter ! Vivement, elle traversa la rue qui la séparait du bar et s'arrêta pour jeter un œil alentours. Personne. Pas de vampires en vue. Maven était loin d'être bête et la demoiselle avait trouvé sa méthode intéressante et plutôt logique ; rester au plus près du danger et automatiquement il s'éloignera. Le même genre que se cacher au plus près du lieu de recherches, le dernier endroit où l'on penserait regarder, n'est-ce pas ?

Rassurée, elle prit une grande inspiration et pénétra dans le bar d'un pas tremblotant. Une fois à l'intérieur, les odeurs d'alcool lui montèrent au crâne. La salle était quasi déserte... En vérité, il ne s'y trouvait qu'une seule personne, une jeune femme attablée au bar, une bière serrée entre ses paumes graciles. Heather n'avait jamais vu cette femme en ville, elle en était presque sûre... cependant la demoiselle paraissait normale. En exceptant sa taille trop fine, son air à demi conscient et ses goûts vestimentaires laissant fortement à désirer !
De sa peau trop claire se dégageaient des fragrances épicées et étrangement légères qui rappelèrent à Heather Maven. Ses cheveux de jais pendaient négligemment sur ses épaules graciles, masquant en partie son visage penché vers le néant. La Sorcière hésita un moment à s'approcher, perdue dans la contemplation de cette femme étrange, à l'aura si... étrangement familière.

Elle resta un long moment figée face à cette vision. Tant qu'elle finit par sursauter. La demoiselle venait de bouger. Heather profita de ce moment pour rassembler ses idées et aller au devant de son courage. D'une voix faible mais sûre d'elle, elle s'en alla interpeller la jeune inconnue ; « Excusez-moi ? Vous n'auriez pas croisé un jeune homme ici par hasard ? » Elle allait attendre la réponse lorsqu'elle se rendit compte que la description était un peu vague.
« Oh. Hum. Il est grand, assez... imposant je dirais. Il a les cheveux mi-longs, et un regard... enfin des yeux clairs. Très clairs. » Elle se remémorait l'image de Maven en même temps qu'elle le décrivait à son interlocutrice, se replongeant dans ses souvenirs, ses rêves, sa passion... Elle le connaissait tellement qu'il était dur de décrire ce qu'elle voyait en lui, autant à l'intérieur qu'à l'extérieur.

Il était unique. Et il lui manquait à en mourir. A l'instant où elle termina son portrait, il lui sembla que sa poitrine s’affaissait pour creuser un trou béant. Inévitablement, elle s'y laissa glisser, pendant que son regard se perdait sur cette femme qu'elle trouvait soudain beaucoup trop belle... presque irréelle.




- © FICHE  BY DISTURBED -

_________________


« DANCING WITH THE DEVIL »
The love that saves me, kills me, just like a weapon. Hold me, know me, show me, you’re my blessing. Free this hostage, heartache. Your possession, say you, when you say you, when you say you love me, sounds like heaven. • M. K.

(c) disturbed
Revenir en haut Aller en bas
avatar
InvitéInvité
MessageSujet: Re: [RAID 4 Mai] This ship will carry our bodies safe to shore • MAVEN ♥   Mar 14 Juil - 0:52

Musique : Eric Serra - Temps Mort

Seul. Simplement, définitivement et irrémédiablement, seul. Il fût un temps où tu pouvais te réjouir de ces raids, où tu pouvais profiter de chaque occasion pour soutirer un vœu au premier abruti venu. Mais maintenant qu’ils ont tous fui et que les autres sont morts, que reste-t-il ? Plus que toi, tes pensées et ta rage, tous les trois accoudés à un énième bar, en train de boire une énième bière que tu ne sentiras de toute façon pas descendre. Une énième soirée passée seul. Pitoyable.

Tu dépéris. Ce n’est pas un ordre, ni une suggestion pour t’aider à justifier cet air complètement mort que tu arbores, c’est un fait. Même l’apparence que tu as daigné prendre pour allumer quelques chauds lapins en perd de sa superbe … En considérant qu’elle en ait eu pour quelques temps ! Tu aurais pu te réjouir de leur bêtise, leur apprendre ce qu’était le respect et de tenir sa place, mais les vampires s’y sont mis avant toi. Ils ont tout ravagé, encore. Du sol au plafond, ils ont refait la peinture et oublié de faire le ménage. Ils ont tellement tué. Ils t’ont tué, encore.

Pourtant et, étrangement d’ailleurs, tu ne sens même plus la douleur lancinante de la morsure, toi qui subis pourtant tout avec une telle passion qu’elle en tient sûrement du masochisme. Toi qui te fais généralement si soucieux des apparences, toi qui soufres tant du plus petit effleurement, jusqu’où es-tu tombé pour ne plus rien voir, pour ne plus rien ressentir ? La douleur est toujours là, tout comme cette plaie béante qui continue de saigner, à chaque battement manqué de ce cœur déchiré. Mais elle n’est finalement rien à côté de ce que ton être s’inflige en cet instant.

Ton corps peut souffrir, se mourir et pourrir, ton esprit lui est déjà en enfer, consumé par un feu brûlant qui t’a finalement dévoré. Oui, tu es arrivé à cet instant, à bout de souffle, où tes hurlements de rage se transforment en un gémissement, une complainte misérable. Que te reste-t-il, si ce n’est un but qui t’échappe et une vie qui te fait agoniser un peu plus chaque jour qui passe ? La Mort est si douce, mais elle ne veut pas de toi. Elle préfère te faire souffrir, te faire regretter d’avoir souhaité, en vain. Tu as joué avec le feu, mais te brûler n'était pas suffisant. Ce feu, tu l’as pris à pleine mains, tu l’as transformé en un brasier ardent pour y brûler ces sorcières, mais il se retourne aujourd’hui contre toi.

Tentant malgré toi de rester digne alcoolique jusqu’au bout, tu te redresses et constates que tu n’es finalement plus si seul. Au moment où tu touches le fond, voilà que quelqu’un approche. Une bénédiction des cieux, un nouveau jouet à briser ? Tu n’en veux même pas, tu n’es clairement pas d’humeur pour ces conneries. Pourtant, en un instant, tu comprends que l’inconnue n’est pas un jouet. Il ne faut que quelques mots de sa part pour que l’épée de Damoclès qu’est ton remord vienne se planter droit dans ton cœur. Es-tu en train d’halluciner, ou une sorcière vient-elle d’user des pires stratagèmes pour t’achever moralement ?

S’il y a quelque chose que tu détestes par-dessus tout, c’est qu’on l’utilise elle, contre toi. D’un coup, ton regard se fait dur, froid et plein de ressentiment. Tu vas la trucider, cette garce qui te fait entendre ces voix de l’au-delà. La bête acculée est prête à sortir les crocs, mais elle tombe des nues quand l’assaillant reprend parole. Tu le sens, intimement, tu le sais. Il y a quelque chose dans ces mots, cette intonation, qui te fait frémir. Tout ceci te paraît tellement …

Vrai.

Incapable de résister, tu te tournes doucement vers l’inconnue et la fixe longuement. Tu n’as pas écouté ce qu’elle t’a dit, bien trop occupé à ressasser mille et un souvenirs à la simple perception de sa voix si … Parfaite, tout comme le reste de son être que tu contemples comme si tu voyais le soleil pour la première fois. Dominé par une force qui t’échappe, complètement contraire à la raison, la logique et toute la rage qui t’habitent en temps normal, tu délaisses ta bière et te lèves de ton siège. Elle ne peut pas être réelle. Comme pour t’en convaincre, tu t’approches un peu plus et viens porter ta main en bas de sa joue. Ton regard est plein de tendresse et tu continues d’avancer.

Pris d’un élan de nostalgie, emprisonné dans un souvenir heureux que tu ne peux t’empêcher de revivre, tu finis par l’embrasser, avec la même douceur, la même patience et la même envie que lorsque tu étais vivant. Lorsque vous l’étiez tous les deux. Au moment où tes lèvres ont touché les siennes, tu l’as su. Elle a ce parfum, unique, envoûtant et effrayant. Celui de la Mort.

Elle. Morte. Vivante, ou presque. Réelle.

Le contact finit par se rompre et l’illusion prend fin. Celle qui a pris le dessus sur tes émotions, tout comme celle que tu as arborée jusque là. Tu es de nouveau toi-même, que ce soit de l’intérieur ou de l’extérieur. Avec ces yeux qu’elle semble chercher et le regard perçant qui les accompagne. Ils se plantent dans les siens et, étrangement ils y trouvent leur reflet, leur égal, leur tout.

Déstabilisé, tu restes figé pendant plusieurs secondes pour simplement murmurer, à bout de souffle « Heather ? » Tu ne sais même pas si tu dois être heureux, effrayé ou enragé, d’être en sa présence, si près de la mort ou simplement sous l’emprise d’un sortilège plus puissant que tes dons. Pourtant, un irrémédiable constat se fait en toi et apporte un peu de chaleur à ce cœur glacé.

Seul, tu ne l’es plus.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✤ Printemps : 22
✤ Messages : 43
✤ Barge depuis : 16/06/2015
✤ Avatar : Keira Knightley
✤ Crédits : hope (ava & gifs) - disturbed (signa) -


✤ Âge personnage : 40 ans
✤ Humeur : Tourmentée
✤ Profession : Croquemort
✤ Philosophie : Never look back. Go straight.
✤ Localisation : Salem
✤ Pouvoirs : Réincarnation figée • Visions [passé - présent - futur] • Contrôle de l'électricité

Relationship
→ citation: « Se demander si on aime c'est déjà la preuve qu'on a cessé d'aimer. » C. Ruiz Zafon.
relationships :
Heather C. Dewynter☞ Chair fraîche gratuite ; libre service !
MessageSujet: Re: [RAID 4 Mai] This ship will carry our bodies safe to shore • MAVEN ♥   Mar 14 Juil - 15:27



This ship will carry our bodies safe to shore...

- Maven S. Kepler & Heather C. Dewynter -





« La course est interminable, épuisante. Meurtrière. Tu ne sais plus d'où tu viens, ni où tu cherches à aller. Tout ce que tu sais, c'est que si tu t'arrêtes maintenant, tu ne seras plus. Morte. Définitivement. Voilà ce que tu as souhaité, être défaite de tous tes dons, simplement pour avoir le droit de passer un seul instant avec lui. Maintenant que c'est fait, tu n'es plus qu'une mortelle comme tout autre... dénuée de tes maléfiques atouts et aussi vulnérable qu'une biche un jour de chasse.
D'ailleurs, la chasse est ouverte. Mais celui qui te poursuit n'a rien d'un Vampire. Tu connais son visage, mieux que quiconque. Mieux que lui-même. A entendre ses pas se rapprocher, la peur s'immisce un peu plus profond dans tes veines et tu accélères l'allure, forçant un peu plus sur tes membres déjà oubliés. Puis c'est le drame. La chute. Affalée sur le sol nu et humide, les larmes noient ton visage pendant que ta proie se jette sur toi. Ses yeux te hantent. Tu les fixes longuement, dans l'attente de ta fin... est-ce de la cruauté de sa part d'attendre si longtemps ? Tu ne peux te soustraire à cette contemplation, perdue au plus profond de ce regard abyssale, hypnotique, terrifiant. L'orage gronde et son regard s'enflamme. Tu sais que tu ne peux lui échapper, et bientôt, l'éclair te frappe de plein fouet. Foudroyée. »


Ici-bas, elle ne peut non plus lui échapper. Il a capturé son cœur bien des années auparavant, sans qu'elle ne puisse protester, ou contester. Il est sien à tout jamais et ni le Temps, ni la Mort, ne pourront changer cette fatalité.

Heather ne peut se détacher de lui, ce serait comme perdre une partie d'elle-même. La seconde moitié, celle qu'elle tente de préserver depuis dix longues années déjà, et qui s'effrite avec les âges... Alors que ses yeux impatients et inquiets naviguent sur le corps de la jeune femme, cette dernière semble figée dans sa contemplation de la Sorcière. Aucun mot ne parvient à franchir ses lèvres et Heather fronce les sourcils, interrogative. Pourquoi ce silence ? Elle déteste le silence. Heureusement, la simple respiration de son interlocutrice muette lui suffit à ne pas maudire ce moment. Elle inhale encore et toujours ces odeurs épicées mêlées de bière, savourant les douces fragrances qu'elle apprécie tant.

Ses yeux voudraient changer de cible et ses lèvres rompre le calme ambiant. Aucune de ces actions ne lui semble possible. Elle est soudain comme envoûtée, prisonnière d'un regard, d'une ombre, d'un souvenir. Un frisson court le long de son échine alors qu'elle se noie lentement dans la contemplation indiscrète de cette femme plus qu'étrange. Ses yeux voient à peine le changement se produire... Elle le voit dans ses rêves. Ses souvenirs. Ses cauchemars... Il la suit, partout, où qu'elle soit. Ombre ténébreuse hantant ses pas et ses songes. Sa présence est une bénédiction et une malédiction. Alors, lorsqu'enfin il apparaît sous ses yeux... elle ne peut s'empêcher de se demander si il est réel ou si son esprit lui joue encore des tours.

Là se tenait une femme. Maintenant lui.
Son regard orage capture le sien avec une surprise non feinte, et un mélange de crainte, d'impatience et de passion. Cette passion qu'elle-même nourrit depuis de longues semaines déjà, l'observant au loin sans jamais oser s'approcher. Le suivant du regard, à chacun de ses pas, sans jamais tenter d'aller plus loin. Mais cette fois... Cette fois elle n'a pas le choix. Il se tient devant elle. Face à elle. Si proche, et pourtant si éloigné. Elle pourrait le toucher, il lui suffirait de tendre la main, caresser son bras, son torse, son visage... comme autrefois.

Paralysée par un sentiment qu'elle ne connait que trop bien pour lui souffler ses pensées depuis des années déjà, elle ne parvient pas même à esquisser une réaction. Sourire. Larmes. Fuite... elle ne sait que le regarder et laisser aller toute sa passion, sa surprise, sa terreur dans ses yeux qui la fixent. Sa voix résonne dans sa tête, suaves consonances d'un lointain passé qu'elle souhaite autant enterrer et oublier que retrouver. Son prénom est comme un fleur posé sur son cœur et elle a l'impression d'être nommée pour la première fois lorsque ces quelques lettres s'apposent les unes à la suite des autres à la sortie de ses lèvres qu'elle adore avec indécence.

Alors elle le sait. C'est bien lui qui se tient devant elle. Ses propres lèvres parviennent à former un mot, répondant en écho du sien, avec cette même surprise qu'il a manifesté, cette même étrange hésitation. « ─ Maven ? » Elle ne saurait expliquer tant d'étonnement à le voir ici, elle qui comptait justement pouvoir le trouver là ce soir... Mais... le voir la dominer de toute sa hauteur, se noyer dans ses yeux, savourer le tintement de son rire, la beauté de son sourire, la volupté de sa voix chantante... cela n'a rien à voir avec ce qu'elle vit depuis qu'elle l'a trouvé à Salem. Rien du tout.

De nouveau, l'incertitude s'empare de son âme. Lentement, elle force sur ses membres ankylosés et parvient à esquisser un mouvement infime. Sa main se lève et s'approche de son visage, sans perdre son regard, dans lequel elle meurt encore. A quelques centimètres de sa joue, elle fige son geste et serre le poing, hésitante.

Le verre vole dans sa main alors qu'elle ne réfléchit pas à la suite. Déjà, elle lui balance la boisson qu'il sirotait à la figure. Trempé, couvert de bière, il ressemble vraiment à un rat d'égout. Et à quelqu'un de réel. Ainsi, elle est sûre d'elle. A voir sa tête, elle se rend bien compte qu'il ne devait pas s'attendre à finir soupé ! Heather le fixe toujours, confuse et mal à l'aise. Elle lâche le verre par réflexe et ce dernier vient se briser à ses pieds, produisant un bruit sec de verre volant en éclats. Cela a pour conséquence de la faire finalement sursauter. Elle sort alors de ses songes et assimile vivement tout ce qui vient de se dérouler alors que son cerveau dormait à demi, envoûté par les prunelles hypnotiques et l'aura de Maven.

La panique la gagne et elle porte une main à ses lèvres en le voyant dégoulinant et empestant le houblon mariné. « ─ Je... je suis désolée. Je devais vérifier... je suppose... Tu vas bien ? Attends ! » Sans plus attendre, elle retira sa veste qu'elle roula en boule afin d'éponger le visage du jeune homme sans prendre garde à ce qui se passait autour d'eux, ni même à la réaction du principal concerné.

Son cœur n'avait jamais battu aussi vite et elle avait l'impression d'être la dernière des idiotes, prise au piège de son incrédulité et fatalement honteuse aux yeux de la personne qu'elle aimait le plus au monde. Allait-il la prendre pour une folle à agir de la sorte ? Sans aucun doute. Mais pour l'heure, elle n'était toujours pas apte à y penser véritablement. Concentrée à demi sur sa tâche de nettoyage, elle tentait d'oublier la chaleur qui l'envahissait inévitablement et la brûlure de sa peau, à quelques centimètres de celle de Maven. L'appel de ses lèvres lorsqu'elle passa lentement dessus pour les sécher. L'attirance dans ses yeux qui la fixaient. Le désir dans son cœur qu'elle sentait battre avec une force inouïe...

« Ou est-ce le tien ? »




- © FICHE  BY DISTURBED -

_________________


« DANCING WITH THE DEVIL »
The love that saves me, kills me, just like a weapon. Hold me, know me, show me, you’re my blessing. Free this hostage, heartache. Your possession, say you, when you say you, when you say you love me, sounds like heaven. • M. K.

(c) disturbed
Revenir en haut Aller en bas
avatar
InvitéInvité
MessageSujet: Re: [RAID 4 Mai] This ship will carry our bodies safe to shore • MAVEN ♥   Mar 14 Juil - 20:45

Musique : Tales from the Borderlands - Galatrium

Ce n'est pas un rêve, ou une vile illusion. Tout ceci est réel. Elle est réelle. A peine tes lèvres ont esquissé la beauté de son prénom qu'une foule de question prennent l'assaut de ton esprit. Incapable de réfléchir posément, deux d'entre elles parviennent toutefois à sortir du lot et prendre l'avantage : Comment ? Et surtout : Pourquoi ? Ceci peut paraître curieux - surtout à toi-même en fait - mais avant de te laisser emporter par la joie de la revoir, tu cherches à comprendre. Toujours la même peur de l'inconnu, en l'occurrence la peur de cette femme que tu crains être une inconnue ... Jusqu'à ce qu'elle reprenne un temps soit peu parole.

Cette innocence, presque candide, reflet de la tienne. Cette surprise dans l'intonation de sa voix, son regard qui continue de s'attacher au tien sans que tu puisses t'en échapper, sans que tu le veuilles ... C'est bien elle. Un instant tu t'es demandé si tu ne devrais pas user de stratagèmes douteux pour confirmer que tu n'eus pas rêvé, mais sa simple façon de t'appeler est suffisante. En revanche, il semble que pour elle, ce ne soit pas forcément le cas ... Ses doigts si près de ta joue, tu aurais tout donné pour qu'elle les approche un peu plus, que tu sentes la chaleur de sa paume contre ta peau, que tu la sentes glisser sur ta joue, puis le cou, le torse ... Manquant de t'en mordre les lèvres à cette simple pensée, tu te retrouves vite puni d'avoir osé rêvasser de la sorte.

Sans que tu comprennes pourquoi, tu te fais soudain asperger d'un liquide étonnamment froid. Cela faisait longtemps que tu n'avais pas eu certains de tes sens aussi aiguisés et, pour le coup, peut-être aurait-il été plus judicieux que tu ne ressentes rien en cet instant ... Ridicule, trempé et puant, tu de demandes quand elle va en rire. A quel moment le masque va tomber, l'illusion se faner et la vérité se dévoiler. Tu la fixes, attendant de voir sa réaction à elle, pour savoir si tu vas ou non la hacher menu, façon puzzle. A l'instant où elle semble se confondre en excuse, tu soupires longuement. Pas de doutes, c'est bien elle ! Bien que vous eussiez aimé rire de tout, la moquerie en réponse au ridicule n'a jamais été de votre acabit, bien trop méprisant à vos goûts. Personne n'aurait eu l'audace de te faire un coup pareil, pour ensuite ne pas en rire. Toi-même aurait été incapable de t'imaginer pareil scène.

Alors, c'est toi qui te mets à sourire et, une fois ton soupir rendu, tu prends une inspiration courte, qui devient une expiration saccadée tandis que tes nerfs lâchent enfin. Oui, pour la première fois depuis des années, tu te mets à rire à pleins poumons, de joie, d'allégresse, de sa connerie et de ton ridicule. Ne pouvant te résoudre à rester loin de l'être aimé et chéri plus longtemps, tu la prends dans tes bras et te colle à elle. Heureusement pour sa personne, ta faculté à changer d'apparence te permet de faire disparaître toute trace de cette foutue bière avant que ses vêtements ne s'en imbibent. Aucun de vous deux n'en portera de séquelles, si ce n'est une fine lame plantée dans ton égo, vite mis aux oubliettes dans un coin de ta tête. Ta respiration reprend finalement un rythme normal et tu te contentes alors de savourer l'instant présent, comme jamais.

L'étreinte dure plusieurs dizaines de secondes et tu ne peux te résoudre à y mettre fin. Aussi, lorsque la raison tente une nouvelle fois de semer le doute et qu'il te faut des réponses, tu lui demandes, d'une façon étrangement calme et posée « Comment ? ». Le pourquoi viendrait plus tard, même si tu doutes déjà qu'il y ait de réponse rationnelle à quelque chose d'aussi singulier, puissant et éternel que votre amour.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [RAID 4 Mai] This ship will carry our bodies safe to shore • MAVEN ♥   

Revenir en haut Aller en bas
 
[RAID 4 Mai] This ship will carry our bodies safe to shore • MAVEN ♥
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Carry On my wayward Son
» Tous les boss du raid 160+
» RAID - Helegrod - 20/09 - 20 h 15 (MMOfiesta)
» Raid Reset Card
» [RAID] Vendredi 5 juin - Une Soupe de Tortue Bis repetita

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
You ain't born typical :: LA VILLE DE SALEM :: Centre de Salem :: Insomnia-