FERMETURE DU FORUM ► Pour en savoir plus c'est ICI

Partagez | 
 

 PREMIER CHAPITRE ⊱ les fils d'oméga

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
✤ Messages : 749
✤ Barge depuis : 16/01/2013
✤ Avatar : Votre ombre
✤ Crédits : tumblr + swan
✤ Âge personnage : Trop de siècles
✤ Humeur : Voyeuse
✤ Profession : A vos humbles services
✤ Philosophie : A vous de voir
✤ Localisation : Partout

Relationship
→ citation:
relationships :
La confrérieFais gaffe à ton cul, elles sont omniscientes.
MessageSujet: PREMIER CHAPITRE ⊱ les fils d'oméga    Lun 15 Avr - 3:30


fresh to death & sick as cancer




Vivre sur les terres de Caïn. Franchement, vous pensiez vraiment que cela serai chose aisée et fructueuse pour votre quotidien qui se fait tout malheureux mais paisible ? Croyez-vous seulement que cette paix fragile durerait à ce point si longtemps ? Non. Bien sûr que non. Vous le savez. Pertinemment, les Grands de ce bas-monde, eux aussi, ils le savent. Si déjà vous peiniez à dormir sur vos deux oreilles, désormais, cela est devenu un défi littéralement impossible et irréalisable ! Le danger est là et sa menace n’est plus que grandissante ! S’aventurer dans les rues, s’hasarder dans les ruelles, arf, c’est faire acte d’imprudence et d’ignorance. Le jour comme la nuit, se balader, peu importe l’arrondissement où vous vous retrouvez, c’est dorénavant réduire son espérance de vie à zéro… ouiii, se promener, désormais, c’est lutter pour sa propre survie ! Que se passe-t-il ? Quel est donc ce danger tant redouté ? Mesdames, messieurs, l’heure est maintenant venue de contrer le commencement de la fin… notre fin… celle d’une race maudite et condamnée par l’Homme lui-même !

On jugeait avoir confronté le pire. On pensait avoir tout vu. Seulement, voilà, comme plusieurs le craignait, malgré nos ignorances, sans savoir ce qui se produisait réellement, le désastre s’abat et sévit la grande métropole. La peur au ventre, la rage au cœur, ils pointent les Originels d’un gros doigt blasphémateur et réclament baume à leur blessures… Martyrs d’une cruauté sans nom, assiégés dans les filets néfastes d’une mystérieuse maladie dégénérative, si autrefois l’arrivée des Mutants effrayait  les habitants, désormais, la vapeur semble s’être littéralement renversée en leur propre défaveur ! Personne ne connait ses origines et personne ne sait d’où provient ce fléau dévastateur ; elle se répand en eux comme le cancer et gruge leur vie jusqu’à leur ultime battement de cœur ! Comment est-ce que des êtres si exceptionnels et phénoménaux peuvent devenir à ce point si flétris et fragiles ?      

Ils se sont imposés parmi-nous. Ils se mêlent à foule et foudroient celle-ci d’une rage tumultueuse. Ils sont arrivés comme un cheveu dans la soupe alors qu’on se lassait de voir la ville lentement pourrir et se décomposer comme un vestige putréfié. Personne ne sait qui ils sont mais tout le monde connaît leur dessein inquiétant. Ils sont nombreux… beaucoup trop nombreux. Ils sont assoiffés de vengeance et de pénitence. Les Originels ? Ce sont leurs pires ennemis. La population ? Malheureusement, ce n’est qu’un pion d’étaler sur l’échiquier. Ils ne ressentent aucune empathie et n’éprouvent aucun remord à anéantir toute personne allant à l’encontre de leurs idéaux aux envies et tendances explosivement imminentes. Ils clament que leur semblable est sous la funeste emprise d’une maladie dégénérative qui n’a que pour seule et unique issue ; la mort… Ils s’éteignent dans d’atroces souffrances. Le virus s’avère contagieux uniquement auprès d’une poignée de mutant à peine. L’épidémie est survenue quasi comme par hasard. Les symptômes sont épouvantables… drastiquement inhumains. Au début, on pense avoir choppé un rhume : on a mal à la gorge, on éternue sans aucune raison, on se sent anormalement éreinté et effroyablement faible. Les jours passent, les semaines meurent et notre état se détériore radicalement ! Notre système immunitaire n’est plus. La fièvre nous gagne. On divague au cœur de nos plus pires cauchemars. On a peur. Nos muscles nous élancent et nous font souffrir. Même nos capacités surhumaines ne semblent plus vouloir nous supporter et s’éveiller en nos êtres. Notre cerveau rencontre des délires terrifiants et la douleur s’accroître. Notre sang bouille dans nos veines et va même jusqu’à consumer notre chair. Notre peau devient si maire… trop maigre… on perds beaucoup de poids… on est malade… nos joues se creusent, les cernes s’assombrissent en-dessous de nos yeux rougis et vitreux. On ne mange pratiquement plus rien et les os apparaissent soudain juste en-dessous de notre mince et livide enveloppe charnelle. Un beau jour, on observe son reflet dans la glace et on découvre un portrait qui nous est tout simplement étranger. Nos cheveux sont effilochés, sans éclat et quasi inexistant sur notre boîte crânienne. Notre figure est si décharnée et notre corps tellement squelettique que l’on peine à croire qu’on parvient malgré tout à rester debout. On se rend compte qu’on est en train de dévisager un monstre… un mort-vivant… une abomination. Notre teint n’est plus seulement livides, mais bleuâtre, nos veines bleutés fourmillent et sont beaucoup trop saillant sous notre peau lézardée de boursouflures suppurées et violacées. Un monstre. Ce que l’on croyait n’être qu’un simple rhume nous transforme désormais en monstre…  

Ils se sont imposés parmi-nous. Ils se mêlent à foule et foudroient celle-ci d’une rage tumultueuse. Ils sont arrivés comme un cheveu dans la soupe alors qu’on se lassait de voir la ville lentement pourrir et se décomposer comme un vestige putréfié. Personne ne sait qui ils sont mais tout le monde connaît leur dessein inquiétant. Ils sont nombreux… beaucoup trop nombreux. Ils sont assoiffés de vengeance et de pénitence. Les Originels ? Ce sont leurs pires ennemis. La population ? Malheureusement, ce n’est qu’un pion d’étalé sur l’échiquier. Ils ne ressentent aucune empathie et n’éprouvent aucun remord à anéantir toute personne allant à l’encontre de leurs idéaux aux envies et tendances explosivement imminentes. Qui sont-ils ? Eux, ils se disent être Les Fils d’Oméga. Jadis mutants, maintenant devenus horreurs et erreurs de la Nature. Ils masquent leurs corps défraichis sous un habit ébène, dissimulent leurs visages hideux dans le creux de leur capuchon et ont trouvé refuge dans les voies souterraines.  Ces moines de la Nouvelle Ère, lesdits Fils d’Oméga, le jour, jamais ils ne se manifestent. Sournoisement, ils attendent la tombée de la nuit pour venir sévir ceux qui fourmille à la surface… des gens comme vous et moi qui n’est pas du tout paré à contrer cette rébellion assumé justifié. Les rues ne sont plus sûres. Les bâtiments délabrés, les artères achalandées, tous les recoins surpeuplés des arrondissements de New York sont leurs cibles et principaux intérêts. Ils veulent frapper là où ça fait mal. Ils veulent ébranler et bouleverser l’impassibilité. Sur le seuil de la mort, ces mutants contaminés veulent entraînés avec eux un bon nombre de victimes. Cette mystérieuse maladie incurable n’est pas apparue là comme par magie… Ces moines de la Nouvelle Ère, lesdits Fils d’Oméga, ces horreurs de la Nature,  ils sont persuadés que l’auteur de ce génocide erre tout près… tellement si près !

Ainsi donc, la guerre est officiellement déclarée !
Revenir en haut Aller en bas
http://childrenofcain.forumactif.org
 
PREMIER CHAPITRE ⊱ les fils d'oméga
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fiche sur les royaumes de Beleriand
» Une leçon X avec grand-père (Victor) (Attention sujet Hot)
» 8ème session : épilogue du premier chapitre
» Le discours du premier ministre J E Alexis
» [ Film d'Animation ] Kenshin le vagabond : Le chapitre de la mémoire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
You ain't born typical :: PRÉLUDE AU CHAOS :: Informations générales :: les intrigues en cours :: Saison une-