FERMETURE DU FORUM ► Pour en savoir plus c'est ICI

Partagez | 
 

 Come here little Wolf... (Dunstan & Elizabeth)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
✤ Messages : 2591
✤ Barge depuis : 20/11/2013
✤ Avatar : Jenna Louise Coleman
✤ Crédits : SWAN <3 ( Avatar ) + CRACKLE BONES ( code signa ) + TUMBLR ( Gifs ) + WOODKID - I LOVE YOU ( Musique + Paroles )


✤ Âge personnage : 221 ans, et pas une ride!
✤ Humeur : Curieuse
✤ Profession : Aucune
✤ Localisation : Juste derrière toi. Bouh !
✤ Pouvoirs : Le baiser qui rend fou, et celui de rester attirante en toutes circonstances

Relationship
→ citation:
relationships :
Elizabeth Crawley☞ Chair fraîche gratuite ; libre service !
MessageSujet: Come here little Wolf... (Dunstan & Elizabeth)   Ven 3 Jan - 22:51

Come here little Wolf...

New York. 2050. Ruine et décadence. Ses premières impressions avaient été les bonnes : dès l’instant où elle l’avait vue, elle avait su que cette ville ne parviendrait nullement à la charmer. Tout était gris, gris et épouvantablement gris. Elle se souvenait les premiers temps où elle avait vécu à Londres avoir trouvé cette ville extrêmement sale et à l’air parfois nauséabond, avant de s’y habituer. Ce n’était rien en comparaison de celle-ci. Bloc de béton sur bloc de béton. Pas le moindre charme. Elle n’était là que depuis quelques jours et sa chère Angleterre ne lui avait jamais tant manquée ! Nul doute qu’elle y serait retournée sans hésitation s’il n’y avait eu Damian. Et le problème du soleil bien sûr. Mais son créateur lui était bien trop cher pour qu’elle accepte de le quitter, surtout après qu’ils aient été séparés si longtemps, bien qu’elle n’en ait pas vraiment eu conscience. Mais plus le temps passait, plus elle réalisait l’écart qui s’était creusé entre son siècle et celui-là. Elle n’était pas vraiment certaine encore de ce qu’elle devait en penser. Tout était différent, bizarre et perturbant. A commencer par les habitudes vestimentaires, qu’elle trouvait à la fois vulgaires et indécentes. Il lui semblait être vêtue telle une fille de petite vertu et si ça n’avait tenu qu’à elle, elle aurait conservé sa robe vieille de deux cents ans. Mais elle se trouvait dans un nouveau siècle à présent, autant qu’elle s’y fasse. En revanche, elle s’habituait parfaitement à l’absence du corset dans sa garde-robe, ce qui était déjà une bonne chose. Mais ça ne rendait pas cette époque plus supportable pour autant. Pourquoi les choses n’étaient-elles pas restées comme avant ? Le passé, ou plutôt sa vie passée, lui semblait tout à faire acceptable en comparaison de ce qu’elle voyait à présent.

Elle n’aurait su dire si le fait que les vampires vivent au grand jour, au sens figuré, et que les Originaux règnent sur la ville était une bonne chose ou une mauvaise. Elle n’était pas encore certaine de comprendre toutes les règles qui régissaient ce monde, en revanche elle comprenait parfaitement qu’elle avait de la chance d’être liée à Damian. Elle avait craint que les humains ne se terrent à la tombée de la nuit, mais force était de constater que ce n’était nullement le cas : il y avait toujours un simple d’esprit prêt à se faire dévorer, même à une époque de l’année où la neige recouvrait la ville. Au moins certaines choses ne changeaient pas malgré les siècles. Epuisée par les bruits et les tumultes de la ville, elle se réfugiait dès qu’elle le pouvait dans un parc, n’importe quel espace contenant un tant soit peu de verdure qui lui rappelait, de manière très vague et lointaine, ses chères campagnes anglaises. Et puis, sans réellement savoir pourquoi, elle y trouvait toujours une quelconque nourriture comme cette jeune femme qu’elle était en train de dévorer après l’avoir hypnotisée pour éviter qu’elle ne crie ou s’échappe. Elle ne la tuerait pas. Elle était toujours extrêmement civilisée avec sa nourriture. Et puis, qu’aurait-elle fait du cadavre ? Quoique dans les temps actuels, ça n’avait pas de réelle importance, mais que voulez vous, les habitudes ont la vie dure. Et les cadavres sont si encombrants et salissants, autant s’en passer puisqu’elle le pouvait.

Ce n’est que lorsqu’elle laissa partir sa malheureuse victime qu’il lui vint à l’esprit qu’elle n’avait absolument rien pour s’essuyer la bouche, et aucune envie de salir ses vêtements. Elle n’allait tout de même pas rester comme ça ! Elle était une jeune femme de bonne famille après tout, certainement pas une gueuse incapable de manger correctement. C’est alors qu’elle perçut un bruit de pas, non loin de là. Elle se précipita et aperçut une silhouette masculine dans la pénombre. « Jeune paysan ! » D’où elle avait déduit qu’il était paysan, elle l’ignorait. Ces coutumes vestimentaires perturbaient sa perception des classes sociales. Comment les gens faisaient-ils pour s’y retrouver ? Elle arriva à sa hauteur, et après un « Veuillez m’excuser » d’une grande politesse, elle attrapa un pan de sa veste et s’essuya la bouche avec sans la moindre gêne. Puis, elle sortit un poudrier de sa poche qu’elle ouvrit et se regarda dans le miroir. Jugeant qu’elle était satisfaite, elle referma le miroir qu’elle rangea avant de s’adresser à l’inconnu. « Je vous remercie, jeune paysan. Soyez certain que je ne l’oublierai pas. » C’est alors qu’elle perçut une odeur étrange qui émanait de lui, une odeur qu’elle n’avait plus sentie depuis longtemps, mais qu’elle reconnaissait parfaitement. Elle s’approcha de lui et le renifla avant de se reculer, reprenant une attitude plus normale mais un sourire particulièrement intéressé. « Ca alors... vous êtes... absolument incroyable ! » Un Loup ! Elle n’en avait plus vu depuis tellement longtemps ! Avec la plus grande curiosité, elle se mit à lui tourner autour, l’observant sous toutes les coutures.
bohemian psychedelic

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Come here little Wolf... (Dunstan & Elizabeth)   Dim 9 Fév - 1:40

« Cela va faire trois jours au moins qu'il a disparu. Pas une seule nouvelles...
-Et que veux tu que j'y fasse ? C'est mon rôle à moi de les surveiller peut-être ?
-Non mais... c'est à dire que... les gars sont pas habitués à cette ville, et not' bonhomme qui a disparu serait du côté du Bronx. Ça donne pas envie d'y aller...
-En gros vous me refilez l'sale boulot pour aller le chercher c'est ça ? »
Dunstan afficha un sourire entendu avec son second, celui ci comprenant que malgré le ton autoritaire et froid que lui sortait son chef, celui ci n'était pas contre d'aller faire un petit tour en ville pour aller chercher celui d'entre eux qui avait visiblement disparu. Pas que ça lui plaisait plus que ça d'aller dans le quartier le plus pourri de New York et qui plus est possiblement y laisser quelques poils, mais si comme le pensait son second le loup qui avait disparu avait été capturé ou en danger, mieux valait que les plus puissants et les plus courageux s'y lancent plutôt que d'y envoyer les moins expérimentés. Et ce n'était pas pour se vanter mais Dunstan avait d'assez bonne qualité en la matière, d'autant que la grosse Pomme ne lui posait pas de grand problème. Il savait que bon nombre des membres de sa meute ne se sentaient pas très à l'aise depuis qu'ils étaient en ville, surtout celle ci, mais c'était bien nécessaire s'ils voulaient avancer un peu dans leur quête de justice et sauver le plus des leurs. Il fallait donc parfois faire des sacrifices, et ça ne dérangeait pas le chef d'y aller. Il ne craignait pas plus que ça les toutous qui veillaient sur le bon fonctionnement des quartiers et qui veillaient aussi sur les Originels. Il ne craignait pas grand chose au fond, et son intelligence avait parfois du mal à prendre le dessus sur son instinct animal qui recherchait toujours la gloire du sang et de la violence. Mais il n'était pas là, dans cette ville, pour se faire tuer. Il avait bien d'autres choses à faire.

Enfin, ce n'était pas pour une cause très évoluée qu'il se rendait dans le Bronx ce jour là en tout cas. D'aucun dirait que l'action était pleine de noblesse, celle de vouloir sauver un ami, un frère, mais ce n'était pas vraiment cela aux yeux de Dunstan. Il était sans doute trop fier et orgueilleux pour avouer qu'il avait de l'affection pour les membres de sa meute, et il préférait voir ça comme une nécessité de « ne pas perdre d'effectif » ce qui avait tout de suite moins de classe et de sympathie. Il préférait qu'on le voit comme un loup froid, solitaire et cruellement violent, dans les actes comme dans les paroles, ce qu'il était, à n'en pas douter, mais peu étaient ceux à savoir que le jeune homme cachait en lui autre chose qu'un cœur de pierre. Il était le premier à le nier. Les plus anciens de la meute pouvaient attester que cette guerre qu'il menait contre les Originels avait changer Dunstan, ceux qui le connaissaient le mieux avaient toujours du mal à le reconnaître vraiment mais pouvaient se vanter d'avoir une affection toute particulière aux yeux du chef, ce qui n'était pas le cas de tous. Et pourtant, il aurait versé son sang pour sauver chacun d'entre eux des griffes des vampires.

Il s'aventurait entre les rues, ne sachant pas trop ce qu'il cherchait, à l'affut d'un indice, d'une trace, d'une odeur qui l'aurait mis sur la voie. Mais rien ne semblait vouloir se profiler à l'horizon, et il restait là à déambuler l'air de rien dans les avenues sales du Bronx, où de vague personnes, très louches, avançaient à leur petites affaires, ce qui n'intéressait pas le moins du monde le loup. À droite, une vieille femme, dont le regard vitreux semblait indiquer que sa vue déclinait vraiment. À gauche, une petite fille et son père, dont l'apparence physique aurait pu faire peur à voir. Il n'était pas certain de leur nature, pour la plupart humain, mais quelques fois, il repérait l'effluve de l'ardeur animale des loups, le côté sanguin des vampires, l'amertume d'un pouvoir qui consume chez les mutants ou les sorciers. Il y avait vraiment de tout par ici, que ça en devenait surprenant.

Décidant de faire une pause, il s'était avancé dans un parc, agréablement vidé de tout visiteur pour la majorité des zones. Un peu de verdure ne faisait pas de mal. Un instant, Dunstan senti le loup en lui regretter les immenses étendues de forêt qui avaient bordé son enfance et les lieux les plus communs de sa meute quand ils se déplaçaient. Quel plaisir pouvait égaler celui de courir sans discontinuer dans l'herbe et la terre, affrontant de plein fouet le vent qui venait percuter un visage essoufflé ? Rien, sans doute. Il se pensait seul alors qu'il se perdait dans ses songes, mais une voix vint interrompre le court de son esprit, le laissant pantois à l'appellation qu'il venait de subir. Paysan ? C'était quoi ça ?! Il en fut tant décontenancé qu'il réagit trop tard quand la femme se saisit de sa veste pour l'utiliser comme une serviette et essuyer sa bouche ensanglantée. Là encore, sa réaction se fit attendre. Il n'avait pas l'humeur à s'énerver et monter sur ses grands chevaux, et pourtant, c'était une vampire qui avait osé se servir de lui comme d'un paillasson et le traiter en plus de paysan. Inadmissible ! Et en plus elle l'ignorait. Qui des deux était vraiment le paysan... ? Ah puis elle peinait pas pour changer de sujet comme si de rien était. Cela lui semblait donc normal ce qu'elle venait de faire...
« J'espère que vous avez de quoi me repayer une veste, après l'avoir salopé comme vous venez de le faire, c'est irrécupérable. »
Le sang, ça partait pas comme ça... Il savait de quoi il parlait d'ailleurs. Cela dit, il avait avancé un ton plutôt ironique et accusateur. Il se foutait bien évidemment de récupérer sa veste, et le problème étant qu'il ne pouvait pas faire payer cet affront qu'il venait de subit, bien que l'envie ne l'en manqua pas. La situation ne lui permettait pas hélas, après tout, il ne savait pas qui elle était, peut être que des toutous gardes du corps trainaient dans le coin... Quoique, vu l'air qu'elle afficha en repérant sa nature, il en vint à reconsidérer la question...
« Arrêtez ça. Grogna-t-il, mal à l'aise qu'elle lui tourne comme ça autour, avec une indiscrétion étonnante. Puisqu'elle n'arrêtait pas, il lui saisit le bras, serrant assez fort pour l'immobiliser. J'ai dit : Arrêtez. »
Un affront à la fois, Dunstan n'était pas certain de pouvoir se contenir tout du long, et mieux valait pour lui que dans ce coin il ne se fasse pas encore trop remarqué. Il serait bien idiot de se faire arrêter dès le début.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✤ Messages : 2591
✤ Barge depuis : 20/11/2013
✤ Avatar : Jenna Louise Coleman
✤ Crédits : SWAN <3 ( Avatar ) + CRACKLE BONES ( code signa ) + TUMBLR ( Gifs ) + WOODKID - I LOVE YOU ( Musique + Paroles )


✤ Âge personnage : 221 ans, et pas une ride!
✤ Humeur : Curieuse
✤ Profession : Aucune
✤ Localisation : Juste derrière toi. Bouh !
✤ Pouvoirs : Le baiser qui rend fou, et celui de rester attirante en toutes circonstances

Relationship
→ citation:
relationships :
Elizabeth Crawley☞ Chair fraîche gratuite ; libre service !
MessageSujet: Re: Come here little Wolf... (Dunstan & Elizabeth)   Jeu 27 Fév - 21:52

Come here little Wolf...

Rien n’était déterminé par avance. Mais si le destin existait réellement, le moins que l’on puisse dire est qu’il avait un certain sens de l’humour. Qu’elle n’était pas certaine d’apprécier. Il y avait bien mieux que dormir près de deux cents ans dans une boîte, loin de tout, loin des siens, tandis que le monde lui continuait de se mouvoir. Elle n’avait pas le choix, il lui fallait désormais reprendre le train en marche, tant bien que mal, ce qui était loin d’être évident, bien au contraire. Mais elle n’était nullement femme à se laisser abattre si facilement et au contraire. Puisqu’elle était à cette époque, autant en profiter, et tout ne semblait pas à jeter puisqu’elle et ses semblables pouvaient désormais vivre au grand jour. Enfin, façon de parler. Il y avait des règles qui s’appliquaient aux vampires, mais la seule chose qu’elle avait intégrée était qu’elle se trouvait sous la protection d’un Originel et que, par conséquent, elle pouvait faire ce qu’elle voulait, quand elle le voulait. Quelle meilleure existence que celle-là au fond ? Bien que les individus soient particulièrement mal élevés, que cette ville sente épouvantablement mauvais et soit affreuse à l’oeil. Puisqu’elle devait la supporter, puis Damian refuserait sans doute de l’emmener ailleurs, elle devrait bien s’en contenter. Et puis, l’endroit ne manquait pas de curiosités, elle s’en rendait de mieux en mieux compte. Tant d’étranges créatures y avaient trouvé leurs quartiers que ç’aurait été bien dommage de ne pas en profiter. Et puis, elle devait l’admettre, elle appréciait le statut qu’elle avait obtenu pour le simple fait d’être la progéniture de l’un des maîtres de la ville. Elle avait beau avoir été inconsciente durant deux siècles, elle savait à quel point ce type de statut était précaire et en profitait.

Tomber sur un Loup était une aubaine, du moins de son point de vue. Durant sa courte existence en tant que vampire, elle n’avait eu que bien peu l’occasion d’en croiser sur sa route. Peut-être que sa soirée allait soudainement prendre un tour très intéressant. Il est vrai qu’à part quelques humains à dévorer, elle ne croisait pas grand monde d’intéressant. Il était grand temps que quelque chose se passe et qu’elle puisse se distraire un peu. Elle avait bien mangé et à présent que son appétit était apaisé, son besoin de distraction se faisait ressentir. Tandis qu’elle lui parlait, elle ne perdait en réalité pas une miette des expressions qu’il affichait, de son regard et il n’aurait pas été difficile de deviner ce qu’il pensait, même sans être très observateur : elle l’agaçait. Plus que ça même. Elle éclata de rire lorsqu’il lui reprocha d’avoir taché sa veste. Regardant le vêtement avec un certain dédain, elle haussa les épaules nonchalamment. « Oh ces frusques ? Vous y tenez réellement ? » Elle appuya particulièrement sur ce dernier mot, le regardant d’un air supérieur mêlé d’incrédulité. Il se fâchait pour bien peu, cette veste était horrible, elle lui avait au contraire rendu un fier service à son avis !

Néanmoins, toujours à cheval sur une certaine politesse, même avec les individus les plus humbles, elle tut sa réflexion. Elle ne se désintéressa pas du jeune homme pour autant, surtout après s’être aperçue de ce qu’il était. Et il s’avérait que le piquer l’amusait. Elle le jaugeait, testait ses réactions. Intéressée dans un esprit principalement scientifique et comportemental, elle se mit à lui tourner autour, l’observant sous toutes les coutures et surtout, ignorant ses protestations. Son sourire s’élargit même lorsqu’elle l’entendit grogner. Oui, elle s’amusait beaucoup. Jusqu’au moment où il commit l’erreur de lui attraper le bras afin de l’immobiliser. Alors, son visage se métamorphosa. Son regard, principalement. Ses prunelles sombres, brillant d’une lueur malicieuse, reflétèrent en quelques secondes toute la noirceur dont elle était capable. Usant de la vélocité propre aux membres de son espèce, elle attrapa la main du Loup, le contraignant à la lâcher. Puis, elle la serra peu à peu, de plus en plus fort, jusqu’au moment où les jointures commençaient à craquer, mais pas suffisamment fort pour en briser les os. Elle approcha son visage du sien, puis prononça quelques mots en un murmure, glacial. « Ne jouez pas avec moi. Vous perdriez. »

Puis, elle le lâcha, s’éloignant de lui, et son visage se transforma de nouveau pour revenir à son expression précédente, comme si rien ne s’était passé. Affichant de nouveau cette expression d’enfant amusée, elle avait cependant cessé de lui tourner autour, mais certainement pas de le regarder. D’un pas léger et sautillant, elle s’en approcha de nouveau, mais tout en conservant une distance respectable. « Puis-je vous demander quel est votre nom et ce qui vous amènes ici, à une heure si tardive ? » Le temps des menaces semblait terminé. Désormais, tout n’était plus que badinage et paroles anodines. Elle était soudainement redevenue la jeune demoiselle issue d’une époque passée, fille d’un gentleman anglais et parfaitement bien éduquée. La vérité était qu’elle était intriguée par cet inconnu, et que tant que tel serait le cas, il y aurait peu de chances pour qu’elle s’en éloigne. Il ignorait encore ce qu’elle pouvait être, bien pire qu’une sangsues s’accrochant sans relâche à sa proie. Au lieu de lui faire peur ou de la repousser, son petit accès sanguin n’avait fait que la pousser à s’intéresser encore davantage à lui. Elle était un prédateur, hors de la chaîne alimentaire. Faite pour manger, et ne pas être mangée. Pourquoi donc l’aurait-elle craint ?
bohemian psychedelic

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Come here little Wolf... (Dunstan & Elizabeth)   Sam 5 Avr - 0:48

Il y avait un certain regret à ne pouvoir attaquer ou proférer quelconque grabuge dans le coin. Le Bronx n'était pas un des quartiers les plus dangereux pour rien, et une fois la violence commencé, c'était comme un essaim d'abeille qui venait peu à peu se nourrir auprès de la source. Renouvelé, incalculable, inévitable... et pourtant, ce n'était pas l'envie qui manquait à Dunstan de laisser libre court à la rage de son sang sauvage et animal. Il pouvait sentir les murmures de la bête hurler à humer l'air de la chair, l'envie qui ne lui manquait pas de croquer cette insolente vampire qui osait lui parler comme on l'aurait fait d'un esclave. Il aurait parié sa main qu'elle le voyait de la sorte... et rien ne pouvait plus le mettre hors de lui. Il n'aimait pas ce regard qu'elle usait sur lui, le dédain de ses yeux et de sa voix, la moquerie qui en elle ne cessait de transpirer et qu'elle ne semblait pas le moins du monde cacher. Pas que Dunstan cachait lui même habituellement ses émotions, mais il était du genre à prôner un certain respect. Quoiqu'on en dise, il en avait pour ses adversaires, ceux qui valaient le coup bien évidemment. La piétaille, il n'en avait que faire, ils n'étaient que des pions et des jouets que l'on mettait en avant pour retarder. Cette femme n'était pas un jouet, cela se voyait.  Mais elle n'était pas des commandants non plus. Et le fait qu'elle se croit si supérieur à lui n'était pas pour le mettre en de bonnes conditions, bien qu'elle ne semblait pas en avoir grand chose à faire.
« Il se trouve que... si. »
Mensonge, bien sûr. Il avait bien sentit les mots de mépris et l'appuie qu'elle y avait mis en les prononçant. Là dessus, le jeune homme n'avait pas grand chose à répliquer. Elle s'attaquait à son apparence, c'était son envie, et bien que chez Dunstan, ça faisait bouillir un peu plus sa patience, il en avait vu d'autre, il préférait ça prendre avec un ton plutôt... calme. Il était tout sauf dénué de répartie, il avait le sens de la parole et de l'éloquence, et ce n'était pas non plus cette vampire qui le poussait à retenir ses mots. Il y avait tout un tas de petits facteurs, à commencer par le fait qu'il était naturellement très calme quand il le voulait, qui faisait qu'il n'attaquait pas encore. Mais bon sang... oui l'envie ne lui manquait pas. Il n'était cependant pas idiot.

Mais l'était-elle, cette femme ? Elle semblait plutôt inconsciente, ou se moquait carrément des répercutions des actions qu'elle faisait. Ce n'était pas des paroles en l'air que Dunstan avait prononcé, et il s'énervait de voir qu'il n'était que gibier intéressant que l'on observait sous toutes les coutures pour le plaisir de la bête. Elle s'en fichait. Pire encore elle ignorait ses mots et continuait, s'amuser à le piquer pour attiser le feu en lui et le laisser franchir le pas. Il avait compris qu'elle le testait, compris qu'elle analysait ses réactions et testait sa patience. Malheureusement, cette patience qui avait tenu jusqu'ici murmurait à l'agonie. Elle lâcherait. Elle lâcha. Et c'est le bras de la jeune femme que le loup saisit, sans se dire de prime abord qu'il avait peut être lui aussi commis une erreur de jugement, que la bête était allée plus vite que la tête sans mesurer la folie du geste.

La réaction en retour ne mit pas longtemps à se faire attendre. Quel idiot. Dunstan était rarement du genre à se faire dépasser par ses adversaires, mais il devait avouer que la vampire avait été plus maligne que lui en attisant sa colère, bien que sourde. Le retour se fit sur son propre bras qu'elle serra avec force, faisant plier le membre dangereusement et prête à le brise d'un dernier mouvement. Il y avait aussi ce visage, celui carrément dégueulasse de ces vampires, et qui ne ressemblait à rien en plus. Sombre, sanguinaire, nulle âme descendue pour affiner un peu ces traits qui sous le masque étaient tirés par les horreurs de la mort et du sang. D'autres loups, pris de court ainsi, auraient sans doute jappé leur peur et leur douleur, mais pas Dunstan. Non, il n'était pas faible, il n'était pas au point de supplier cette femme de le lâcher. Il avait vu tellement pire, il avait fait tellement pire lui même. Elle croyait le surpasser, mais elle ne faisait que voir le visage de l'homme. Elle n'était sans doute rien face au loup. Le loup qui sans doute ne sortirait pas. Pas ici. Pas ce soir... mais elle était elle même bien prétentieuse. Il renchéri par un rictus, sans sourciller à la douleur qui ne l'atteignait pas vraiment plus que ça, sinon une gène palpable et logique. Puis elle lâche, retourna à son occupation comme si de rien n'était.
« Vous êtes particulièrement énervante, vous le savez ça ? »
Il avait lâché ça très platement, sans se soucier de quelconque forme. Il n'avait pas peur d'elle. Loin de là. Il ne sous estimait pas sa capacité d'être une buveuse de sang coriace, mais... elle était orgueilleuse. Intelligente, mais trop sûre d'elle. C'était aussi le cas du jeune homme. Mais non, il ne la craignait pas. Ce retour à la scène précédente avait un goût très... bizarre. Dunstan pouvait encore sentir la pression de la main de cette femme sur son bras, et bien qu'il n'y ait aucune cassure, il devait avouer qu'elle avait en quelque sorte laissé sa marque. Pas pour bien longtemps.
Lorsqu'elle lui demanda son nom, comme toutes personnes civilisées le feraient, il haussa un sourcil méprisant à son tour, quoique légèrement surpris de la tournure que prenait cette rencontre. Il regrettait presque d'être venu ici ce soir. Envie loin d'être poussée par la peur mais par la perspective de discuter avec cette créature. Il les haïssait. Qu'importe leur façon d'être... certains trouvaient peut être grâce à ses yeux, mais Dunstan n'était homme à faire confiance qu'aux personnes de sa race, et plus particulièrement les siens, ses frères et sœurs, sa meute. Mais curieusement, il se laissa à répondre à sa question, d'une certaine manière du moins. Il n'allait pas faire preuve de sincérité avec une bestiole qui était susceptible de foutre le bordel dans ses plans. Elle foutait déjà le bordel dans sa soirée et il avait comme la sensation qu'elle n'allait pas le lâcher comme ça.
« Je m'appelle Léo et je suis à la recherche d'un ami qui s'est perdu dans les environs. J'imagine que vous n'avez pas croisé un autre loup, un peu plus petit que moi, cheveux brun, qui pue comme s'il venait de revenir d'une balade sous la pluie et qui est encore plus mal habillé que moi ? »
Évidemment, il y avait à la fois une part de vérité et une part de mensonge. Peut être un peu de moquerie aussi, quoique le ton du jeune homme ne le laissait pas présager. Il doutait aussi d'avoir une réponse, mais qui ne tente rien à rien comme on dit. Ce qu'il espérait en vérité, c'est qu'elle lui foute la paix. Et pourtant, elle pouvait ne pas être si antipathique qu'il ne l'avait pensé.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✤ Messages : 2591
✤ Barge depuis : 20/11/2013
✤ Avatar : Jenna Louise Coleman
✤ Crédits : SWAN <3 ( Avatar ) + CRACKLE BONES ( code signa ) + TUMBLR ( Gifs ) + WOODKID - I LOVE YOU ( Musique + Paroles )


✤ Âge personnage : 221 ans, et pas une ride!
✤ Humeur : Curieuse
✤ Profession : Aucune
✤ Localisation : Juste derrière toi. Bouh !
✤ Pouvoirs : Le baiser qui rend fou, et celui de rester attirante en toutes circonstances

Relationship
→ citation:
relationships :
Elizabeth Crawley☞ Chair fraîche gratuite ; libre service !
MessageSujet: Re: Come here little Wolf... (Dunstan & Elizabeth)   Dim 20 Avr - 20:40

Come here little Wolf...

Elle aimait s’amuser. Elle avait eu bien peu l’occasion de croiser les lycans au cours de sa vie, et elle en profitait, quoi de plus naturel après tout ? Elle écoutait les battements de son coeur. Son ouïe, plus développée que celle des humains, parvenait à déceler certaines émotions selon le rythme des battements de cet organe. Elle le testait, évidemment, souhaitant voir jusqu’où elle pourrait aller avant qu’il n’explose et sorte de ses gonds. C’aurait sans aucun doute été le clou du spectacle, ce qu’elle aurait préféré. Rien n’aurait pu davantage la satisfaire. Les loups étaient-ils plus prompts à la réaction ? Elle n’allait pas tarder à le savoir. Nul besoin en tout cas de lire dans les pensées pour comprendre qu’il aurait volontiers planté ses crocs dans sa tendre gorge. Elle en éprouvait une vive satisfaction ainsi qu’une sensation de pouvoir dont elle se délectait. Elle n’avait pas peur, non nulle crainte ne la paralysait. Elle connaissait la force dont ceux de son espèce étaient capables, mais elle se sentait plus forte que jamais, malgré sa petite taille, malgré le fait d’avoir passé tant de temps enfermée dans un sarcophage, privée de toute nourriture et du moindre repère. La petite demoiselle après tant de temps sans la moindre distraction en avait trouvé une de choix. Souriante, elle ne put s’empêcher de lancer un regard dédaigneux sur les oripeaux dont il était vêtu. Décidément, la définition du mot élégance semblait avoir bien changé. Cela n’aurait tenu qu’à elle, ce haillon serait allé directement rejoindre les ordures.

« Comme vous le souhaitez. » répondit-elle avec un haussement d’épaules.

La vérité était qu’elle ne s’attaquait pas sciemment à son apparence. Elle ne souhaitait pas uniquement le dénigrer ou lui faire sentir sa supériorité. Il s’agissait chez elle d’une attitude des plus naturelles. Au cours des quelques semaines qu’elle avait passées ici, elle avait pu comprendre qu’il n’y avait plus de système de caste, du moins, plus officiellement. Néanmoins, il n’était pas aisé de s’habituer à un tout nouvel ordre des choses. Le monde avait changé, et il était probable que si elle avait eu l’occasion de retourner au sein de sa chère Angleterre, elle ne l’aurait pas reconnue. Mieux valait peut-être que cet endroit ne reste désormais qu’une patrie fantasmée. Elle n’avait d’autre choix que se résigner et se faire à sa nouvelle vie. Heureusement, elle avait Damian. Sans lui, elle aurait été tout simplement perdue. Et quoi de mieux pour posséder un nouveau monde qu’en étudier ses habitants ? Le lycan était définitivement une proie de choix. Ce qu’elle allait faire de lui, elle l’ignorait encore. Elle n’avait aucun objectif, aucun funeste dessein autre que celui de s’amuser un peu par une nuit bien trop calme à son goût.

Mais il fit une erreur. Il la contraria. Et elle détestait être contrariée. L’égo de la vampire était si facilement blessé qu’elle en devenait dangereuse. D’un coup, la petite créature riante au visage d’adorable poupée se métamorphosa. Une ombre passa dans ses yeux. Oui, elle aimait que les choses se passent très exactement comme elle le souhaitait. Elle était capable du meilleur, mais surtout du pire lorsque les choses tournaient autrement que comme elle l’avait décidé. Elle ne craignait pas de montrer cet autre visage. Elle se contrôlait. Elle aurait pu lui briser les os d’un geste, mais elle savait où s’arrêter. Suffisamment pour lui faire comprendre où était la limite à ne pas franchir. Elle ne tolérerait pas les débordements, et il fallait qu’il le sache. A présent, il était prévenu. Il avait eu un léger aperçu de ce qui l’attendrait s’il venait de nouveau à la contrarier. Néanmoins, l’instant d’après, tout semblait être revenu à la normale, comme si elle avait totalement effacé de sa mémoire ce qu’il venait de se passer. La remarque du loup la fit même éclater de rire, comme si elle n’avait jamais rien entendu de si amusant.

« Vraiment ? Voilà qui n’est guère approprié lorsque l’on parle à une demoiselle. Mais vous êtes drôle ! »

C’était l’effet escompté. Elle l’agaçait, jouait avec ses nerfs, attendant peu à peu le moment où il ne tiendrait pu. Et, elle devait l’admettre, il était plus résistant que ce qu’elle aurait cru. Ou plus docile. Quoique... non. Il n’y avait nulle docilité dans son comportement. Il était seulement plus malin qu’il en avait l’air. Il acceptait de jouer le jeu, de répondre à sa question. S’il se moquait d’elle, elle ne s’en rendit pas forcément compte, ou plutôt n’y fit pas attention le moins du monde, prenant ses explications au pied de la lettre. Elle sourit, et lui tendit une main amicale.

« Enchantée Léo, je me prénomme Elizabeth. » De son temps, elle lui aurait donné le patronyme de Miss Crawley. Mais il semblait qu’à cette époque plus que floue, les gens aient pris l’habitude de s’appeler par leur prénom. Autant qu’elle s’y mette elle aussi. En revanche elle n’abandonnerait pas le vouvoiement si aisément. Après avoir écouté ses explications, elle se redressa soudainement et commença à marcher avec enthousiasme. « Je ne l’ai pas vu, mais nous allons le chercher ensemble. » annonça-t-elle sur un ton qui indiquait clairement qu’elle n’accepterait pas de refus.
bohemian psychedelic

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Come here little Wolf... (Dunstan & Elizabeth)   Sam 31 Mai - 19:14

S'il n'y avait pas pensé immédiatement, Dunstan était en train de se dire que la vampire devant lui cherchait depuis le début à le faire sortir de ses gonds. Le problème étant que cela marchait pour l'instant assez bien et qu'il n'avait fait que jouer sans s'en rendre compte immédiatement à son petit jeu. Que c'était humiliant de se dire que cette pensée était peut être bien la vérité. Et plus il analysait cette situation et plus cela semblait être cela. L'intérêt maintenant était de continuer ce petit jeu, conscient désormais de ce qu'elle était capable.  Elle restait plus ou moins calme, fort amusée par les réactions qui le traversait. Loin d'être quelqu'un de calme quand il croisait des vampires forts énervants, le plus dur était bien évidemment de ne pas craquer et se laisser aller à la bestialité. Il avait assez à faire avec des dangers bien plus grands qu'une dame sortie d'une autre époque qui de toute évidence cherchait seulement à s'amuser et pas lui nuire à proprement parler. Mais la colère étant comme une seconde nature chez le lycan, il était difficile d'y résister, autant qu'il était difficile de ne pas sauter au cou de cette femme pour lui briser. Ils étaient sans doute de force égale, mais elle ne se serait surement pas attendu à un danger venant de lui et la surprise l'aurait tué. Il en était du moins persuadé. Après tout c'était loin d'être le premier vampire qu'il tuait et loin d'être le dernier aussi.

Il eut plaisir de constater néanmoins qu'elle n'était pas non plus d'une patience absolue et pire encore, il avait deviné ce qu'elle n'aimait visiblement pas : qu'on la contrarie. Bien, au moins là dessus il était fixé, et il ne commettrait pas une nouvelle fois l'erreur de l'attraper si c'était pour se retrouver avec un bras en miette, aussi rapide soit la guérison. Pas qu'il craignait la douleur non plus, mais tant qu'à faire, Dunstan était un homme occupé, il ne pouvait faire face aux contretemps. N'avait-il pas une rébellion à mener ? Le problème actuel étant qu'il ne pouvait se débarrasser de la suceuse de sang qui ressemblait en l'instant plus à une sangsue, fort d'un caractère qui l'énervait et qu'en plus elle semblait décidé à ne pas le lâcher. Elle avait trouvé son petit jouet, et il aurait été dommage de le perdre, c'était visiblement ce qu'elle pensait de lui. Et pourtant, aussi bestiale et dangereux que soit le chef de meute, il tendait à se calmer face à cette désinvolture qui le titillait. Pire même, il se trouvait à s'amuser quelque peu de la situation lui aussi. Cette femme était amusante. Elle se croyait supérieure, de toute évidence, ne souffrait pas de refus et pourtant, ce décalage marquant qu'elle affichait dans son langage et sa stature étaient criants, voire même fort intéressant. Dunstan n'était pas le plus intelligent de ses semblables, mais il était aussi très loin d'être con. Elle semblait insouciante des dangers, qu'importe, c'était son problème...
« Je ne suis pas réputé pour avoir beaucoup de tact avec les dames. »
Il accusa un petit sourire en coin à son tour, sous cette vérité qui était de loin avérée. Dunstan avait depuis bien longtemps arrêté d'avoir du tact, mais ce n'était pas seulement avec les femmes au fond. Il était le sombre chef de meute au cœur de pierre, loin d'être désireux de rencontrer un quelconque bonheur auprès de l'amour ou tout autres conneries du genre. Il était tout entier dévoué à sa cause, dévoré par la mission qui semblait lui avoir été confié. Non pas qu'il était tout désigné pour libérer les lycans du joug des Tyrans Originels, mais il croyait en sa meute, sa fraternité et en la liberté. C'était pour cela qu'il se battait. Avec violence et dans la guerre, mais il n'y voyait aucun autre moyen pour obtenir ce que tous êtres vivants possédaient de droit.

Peut être aurait-il du fermer sa gueule quant-aux explications qu'il venait de fournir, aussi peu conséquentes soient-elles... elle avait de la ressource cette Elizabeth, à peine eut-il fini de prononcer lui même un « Enchanté » du bout des lèvres qu'elle avait sauté sur l'occasion de continuer de le coller. Pendant combien de temps encore aurait-il à supporter la présence d'un être qu'il détestait avec force et conviction, un être que ses instincts poussaient à dévorer et annihiler ? Si le ton de la jeune femme annonçait clairement ne pas accepter de refus de quelques manières qui soit, cela n'empêcha pas Dunstan de répliquer de son ton neutre et emprunt d'une froideur qui lui était commune lorsque l'agacement très contenu montait.
« Et pourquoi tenez vous tant à m'accompagner Elizabeth ? Vous n'avez rien d'autre à faire que de me suivre ? Et si je décidais d'aller chercher dans des coins peu reluisant où même les personnes de votre trempe n'osent mettre les pieds ? Votre maitre ne vous attends pas ? »
Non, le tact n'était vraiment pas le fort du jeune homme. Mais il était aussi très loin de craindre les réactions de la jeune femme si celles ci devaient être violentes. Il avait affronté pire, et de loin.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✤ Messages : 2591
✤ Barge depuis : 20/11/2013
✤ Avatar : Jenna Louise Coleman
✤ Crédits : SWAN <3 ( Avatar ) + CRACKLE BONES ( code signa ) + TUMBLR ( Gifs ) + WOODKID - I LOVE YOU ( Musique + Paroles )


✤ Âge personnage : 221 ans, et pas une ride!
✤ Humeur : Curieuse
✤ Profession : Aucune
✤ Localisation : Juste derrière toi. Bouh !
✤ Pouvoirs : Le baiser qui rend fou, et celui de rester attirante en toutes circonstances

Relationship
→ citation:
relationships :
Elizabeth Crawley☞ Chair fraîche gratuite ; libre service !
MessageSujet: Re: Come here little Wolf... (Dunstan & Elizabeth)   Sam 21 Juin - 15:39

Come here little Wolf...

Elle sentait qu’elle avait parfaitement réussi à le piéger, et s’en réjouissait. Il constituait un jouet fort amusant. Elle n’aurait cependant pas songé à l’embrasser. Il avait un tempérament bien trop sanguin et aurait fait un très mauvais esclave personnel, elle pouvait le deviner d’office. Mais cela ne rendait pas les choses moins intéressantes, bien au contraire. Elle aimait tout autant qu’on lui résiste un peu, cela ajoutait du piquant au challenge, et elle devait bien avouer que les réactions du lycan étaient particulièrement délicieuses. Dire qu’elle s’ennuyait à mourir quelques minutes auparavant, voilà qu’à présent elle se sentait bien mieux. Le pauvre ne s’était pas montré assez méfiant et sans s’en rendre compte était tombé directement dans son jeu. Certaines choses dans son comportement manifestaient clairement son agacement. Elle pouvait même deviner qu’il était prêt à sortir de ses gonds. Un être sanguin, oui, c’était certain. Elle pouvait deviner d’ici l’envie qu’il devait avoir de se jeter sur elle et de la briser d’un coup sec. Mais il savait que ce corps d’apparence vulnérable était en réalité bien loin de l’être. Ne connaissant que trop mal la nature des lycans, elle savait devoir se montrer également prudente. Mais rien ne l’empêchait de s’amuser malgré tout.

Non, elle n’aimait pas être contrariée. Elle aimait encore moins voir ses jouets lui échapper. Ce que Léo serait le temps d’un soir, et ce qu’il le veuille ou non. Une marionnette qu’elle contemplait néanmoins avec une certaine curiosité tant il l’intriguait. Plus il manifestait l’envie de se débarrasser d’elle, plus elle souhaitait s’y accrocher telle une sangsue. Ce qu’elle voulait, c’était jouer, et surtout rester la maîtresse du jeu tout en satisfaisant sa curiosité. Après tant de temps passé enfermée, coupée du reste du monde, elle éprouvait ce besoin de tout connaître, de tout savoir, et également de se distraire. C’était tout naturel, non ? Bien sûr, elle aurait pu jeter son dévolu sur tous ces autres loups qui servaient de sbires aux Originaux comme Damian. Mais ceux-ci ne lui faisaient pas la moindre envie. Ils étaient trop... stupides. Désireux d’accomplir leur mission comme les vaillants petits soldats qu’ils étaient. En clair, aucun intérêt aux yeux de la vampire. En revanche, celui-ci était bien plus passionnant à observer. Lorsqu’il prétendit ne pas être doué avec les dames, elle ne put s’empêcher d’éclater de rire.

« Cela, je l’avais constaté toute seule figurez-vous. » lui lança-t-elle avec un sourire.

Et il était fort triste de constater qu’il était malheureusement loin d’être le seul dans ce cas. Il semblait qu’avec les années, le raffinement et la galanterie se soient totalement perdus, ce qu’elle regrettait amèrement. Fallait-il vraiment qu’elle embrasse tous les hommes de cette ville pour avoir un tant soit peu d’attention ? La situation était désespérante, mais elle n’avait aucun pouvoir dessus. Quoi qu’il en soit, elle estima alors qu’elle n’avait pas lieu de suivre également les convenances, et pouvait agir exactement comme il lui plaisait. Notamment en suivant ce loup où qu’il aille, jusqu’à ce qu’elle commence à s’en lasser. Il semblait plutôt dépité à cette idée, ce qui ne fit que la ravir davantage. Il commençait même à être de plus en plus agacé, comme le montra la froideur du ton qu’il employa pour visiblement tenter de la décourager. Ce qui ne serait pas si simple, Elizabeth n’avait aucunement peur des challenges qu’on pouvait lui proposer.

« Il se trouve que non, je n’ai rien d’autre à faire. Et puis, je suis curieuse, sans compter que vous pourriez avoir besoin de mon aide. » répliqua-t-elle avec un sourire enjôleur. « Croyez-vous réellement que j’ai peur de coins non reluisants. Sachez d’ailleurs je n’ai aucun maître, je fais ce qu’il me plait. »

Jamais elle n’aurait considéré Damian comme son maître. Leur relation était bien différente, bien plus affective et complexe. Mais elle ne se fatiguerait pas à tenter de le lui expliquer. Elle savait d’expérience que nul être d’une autre race ne pouvait comprendre le lien unissant un vampire à son créateur. Elle aurait tout fait pour Damian. Elle aurait donné sa vie pour lui. Mais jamais elle ne l’avait considéré comme un maître, ni n’avait estimé être sa servante. Elle reconcentra son attention sur le lycan, qui, qu’il le veuille ou non, allait devoir compter sur sa présence. Déjà elle se tenait à ses côtés, manifestant clairement son intention de rester.

« Et bien, où allons-nous ? Cette ville ne m’est guère familière, je compte donc sur vous pour nous mener sur le bon chemin. » Puis, elle le fixa de ses prunelles sombres durant quelques instants, avant de reprendre. « Puis-je vous demander pourquoi vous recherchez cet autre loup ? Puisque j’accepte de vous aider, il est normal que vous me donniez quelques informations. »

Oui, elle renversait la situation, agissant désormais comme si elle avait gracieusement accepté de lui prêter main forte alors qu’elle s’était imposée depuis le tout début.
bohemian psychedelic

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Come here little Wolf... (Dunstan & Elizabeth)   Mer 20 Aoû - 20:53

De toute évidence, se débarrasser de la petite brune allait être plus compliqué qu'il n'y paraissait. Elle n'avait rien d'exceptionnel, ne semblait d'ailleurs pas vraiment puissante, mais elle avait le don étonnant d'irriter, et pire encore, faire passer cela pour quelque chose de tout à fait normal. Car au fond, celui qui passait pour un goujat c'était bien lui et vu de l'extérieur, c'était la jeune femme qui avait beaucoup de patience. Hors dans le cas présent, Dunstan faisait un effort surhumain pour ne pas craquer et se laisser emporter par ses bas instincts animal qui ne lui demandaient qu'une chose : partir ou tuer. La dernière option n'étant pas une solution, et la première étant résolument compromise, il allait devoir se contenter d'attendre et de patienter, ce qui était tout sauf des qualités chez le loup. Aussi, à défaut de gueuler, crier, de déverser toute sa rage, il se contentait de serrer les poings, tendre ses muscles et... accuser le coup. C'en était humiliant en un sens, lui qui était supposé être le chef rebelle d'une meute qui commençait à se faire connaître en ville... obligé de supporter les extravagances d'une femme qu'il ne connaissait pas et qu'il détestait déjà. Combien de temps allait-il devoir supporter son amabilité mensongère et sa moquerie silencieuse, bonne question. En attendant, il n'était même pas certain de pouvoir continuer ses recherches, d'une part avec elle, mais dans le silence le plus complet. Il avait compris de toute façon – quoique tardivement – que lutter n'aurait servit qu'a augmenter son désir de le faire chier. On ne lui reprochera pas cependant d'avoir tenté une dernière manœuvre pour se débarrasser d'elle, mais de toute évidence la peur ne faisait pas partie du registre de la jeune femme, du moins pas sous cette forme.

« Votre aide ? J'avais pour projet de me débrouiller tout seul depuis le départ. » Dieu qu'il détestait ces vampires, à ce croire ainsi toujours nécessaire qu'importe les circonstances. Comme si le jeune homme avait jamais eu besoin de l'aide de ces imbéciles de buveurs de sang. C'était trop drôle tient. Il haussa les épaules. « Tant mieux alors. C'est pas le cas de tout l'monde. »

Il ne laissait cependant pas supposer que c'était son cas. À vrai dire, eut-il laissé sous silence ses véritables motivations qu'il n'avait pas la gueule du Lycan soumis à un Maître. C'était plutôt le contraire, et ses manières en tout point de vu laissé à désirer. Mais au moins, et c'était bien une seule chose qu'il pouvait apprécier venant de la jeune femme, c'était que cette dernière ne semblait pas plus à cheval que lui de certaines règles en vigueur depuis des années. Par ailleurs, elle semblait toute droite sortie d'un film d'une autre époque. Sa façon de parler et de voir le monde ne laissait que peu de toute, et bien que Dunstan n'était pas non plus une flèche en tout, il reconnaissait un vampire qui avait vécu bien des années avant lui. Pourquoi n'avait-elle pas évolué avec son temps, c'en était un mystère.

Le fil de ses pensées – déjà peu attentif d'ailleurs – fut une dernière fois interrompu par la vampire. En d'autres circonstances et compagnie, le loup aurait trouvé une certaine logique à ces questions, mais sa mauvaise foi et son agacement obligeaient Dunstan à voir le mal dans toutes les paroles d'Elisabeth. Ce fut sans doute un retour de conscience, celle qui lui disait que se rebeller envenimerait les choses, qui le poussa à répondre. Au fond, peut être qu'elle pourrait être utile oui. Ça ne lui coutait pas grand chose. Et puis un mensonge ou deux ne tuait personne. C'est pas comme s'il serait amené à la rencontrer de nouveau. Dire qu'il aurait été si facile de la tuer et de laisser son cadavre dans un coin... mais il pouvait sentir dans les environs les effluves de quelques rôdeurs lycans au service des Originels. Ce n'était pas le moment pour s'attirer des ennuis.

« Ouais, si vous l'dite. Un ami à moi a disparu depuis plusieurs heures sans donner aucune nouvelles et il ne répond à rien. Je vais le chercher et le ramener à sa famille, en espérant que rien de grave ne lui soit tombé dessus. » Il soupira. La dernière partie était on ne peut plus vraie. Dunstan espérait vraiment que rien n'était arrivé, sinon récupérer son ami risquait d'être difficile, surtout avec un poids comme Elisabeth sur les épaules. « Et vous ? Hormis la curiosité, c'est quoi qui vous pousse à me suivre comme ça ? » En fait, le mâle Alpha ne se serait pas étonné de la voir répondre que ce n'était que la curiosité et rien d'autre. Les vampires avaient le don pour être parfois très étrange et se laisser pousser par des lubies toutes aussi bizarres.

Hrp : J'ai vraiment honte, c'est les vacances et je suis pas foutue de répondre dans les temps >w< Désolé encore D:
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✤ Messages : 2591
✤ Barge depuis : 20/11/2013
✤ Avatar : Jenna Louise Coleman
✤ Crédits : SWAN <3 ( Avatar ) + CRACKLE BONES ( code signa ) + TUMBLR ( Gifs ) + WOODKID - I LOVE YOU ( Musique + Paroles )


✤ Âge personnage : 221 ans, et pas une ride!
✤ Humeur : Curieuse
✤ Profession : Aucune
✤ Localisation : Juste derrière toi. Bouh !
✤ Pouvoirs : Le baiser qui rend fou, et celui de rester attirante en toutes circonstances

Relationship
→ citation:
relationships :
Elizabeth Crawley☞ Chair fraîche gratuite ; libre service !
MessageSujet: Re: Come here little Wolf... (Dunstan & Elizabeth)   Dim 31 Aoû - 11:25

Come here little Wolf...

Elle avait besoin de distraction, que voulez vous. Et il se trouvait que ce lycan était parfait pour l’occasion. Bon, il est vrai qu’elle ne lui demandait pas franchement son avis. Elle lui imposait sa présence, qu’il le veuille ou non. Et c’était si amusant de le voir ainsi sur le point d’exploser. Nul besoin de lire dans ses pensées pour sentir la tension monter, monter encore, jusqu’au moment où il craquerait. Elle en tremblait presque d’excitation. De plus, elle éprouvait une sincère curiosité vis à vis de cet homme et de ce qu’il recherchait. Manifestement, il n’aimait guère les vampires. Elle se demandait s’il travaillait pour l’un d’entre eux, ou s’il était au contraire l’un de ces rebelles vivant au-dessus des lois. Des lois bien trop abstraites à ses yeux pour qu’elle puisse songer à les respecter. Elle profitait de cette sécurité qu’elle avait, de cette bulle de protection qui l’enveloppait pour vivre et évoluer en toute insouciance dans un monde qu’elle sentait pourtant hostile. Un monde qui n’était le sien que par défaut et dont elle ne pouvait espérer s’extirper autrement que par les affres du temps qui passerait. Et s’il y avait bien une qualité qu’elle n’avait jamais possédée, c’était la patience. Et elle n’avait pas la patience d’attendre qu’il l’invite, elle l’avait donc faire elle-même. Il ne se priva pas de lui signaler que jamais il ne lui avait rien demandé, ce qui ne la déstabilisa pas le moins du monde. Elle balaya l’air d’un geste de la main, comme si ce qu’il venait de dire était totalement absurde, ou sans la moindre importance.

« Ne dites pas de bêtises, vous n’y arriverez pas tout seul. Tout le monde a besoin d’aide, voyons ! » Elle laissa échapper un léger rire et se tourna de nouveau vers lui, son sourire malicieux toujours figé sur ses lèvres. « Dites moi... à quoi ressemble votre ami ? »

Allait-elle vraiment l’aider à le retrouver ? Pour le moment, elle décidait que oui, elle verrait bien par la suite si elle continuait, ou décidait de leur mettre des bâtons dans les roues. Il s’avérait que la curiosité était pour le moment la plus forte, par chance pour lui. Elle était curieuse de voir le compagnon d’un être aussi désagréable et manquant à ce point de savoir vivre. Elle espérait que son histoire éveille son intérêt et ne fut pas déçue. Elle sauta même sur place et battit des mains comme si elle était une enfant à qui l’on venait de promettre un tour sur la grande roue d’une fête foraine, suivi d’une barbe à papa géante.

« Oh, peut-être qu’il lui est arrivé quelque chose de grave ! » s’exclama-t-elle sur un ton indiquant clairement qu’elle ne se sentait absolument pas concernée. C’était l’excitation de la situation qui la motivait, et certainement pas le fait de devoir aller sauver un lycan qu’elle ne connaissait ni d’Eve ni d’Adam. Elle avait enfin l’occasion de rompre sa morne soirée pour partir un peu à l’aventure, elle n’allait certainement pas cracher dessus. Polie, elle répondit à ses questions avec amabilité et simplicité. « Oh, rien. Seulement la curiosité. Et je m’ennuyais. »

Sans autre détail, elle se prépara à partir. Elle aurait pu se comparer à Sherlock Holmes si le célèbre détective n’était pas apparu bien après qu’elle ait été maudite. Elle se souciait bien peu qu’il l’estime étrange, ou même inconvenante. A vrai dire, ce type de considération ne lui venait même pas à l’esprit. Elle faisait selon son bon vouloir et nul n’aurait pu l’en dissuader, quand bien même aurait-il essayer avec ardeur. Elle était bel et bien décidée à se lancer dans cette enquête, et elle pensait sincèrement pouvoir être utile. D’ailleurs, si jamais le lycan rencontrait des sbires aux ordres des Originaux, il pourrait être satisfait de l’avoir à ses côtés. Mais il semblait bien trop entêté pour s’en apercevoir, c’était donc à elle de lui ouvrir les yeux, le moment venu. Sans attendre son autorisation, elle entreprit de marcher à ses côtés.

« Parlez-moi de votre ami. Vous devez bien avoir une piste. A votre avis, où peut-il bien être ? » Sans attendre de réponse, elle reprit la parole, ajoutant comme à son habitude son petit grain de sel. « Pensez vous qu’il a pu tomber aux mains des Originaux ? Peut-être a-t-il été emmené au Devil’s Path ? Je n’en ai que peu entendu parler, mais cela me semble être un lieu épouvantable. » Et elle poursuivait sans montrer la plus petite compassion pour ce malheureux lycan se trouvant peut-être dans une bien mauvaise posture. « Et si jamais il est mort, songez que vous aurez besoin d’aide pour transporter le corps. Quoique cela ne m’arrange guère, j’ai une sainte horreur des cadavres. » Puis, elle se tourna vers lui, de nouveau le sourire aux lèvres. « Mais pour vous, je suis tout à fait prête à faire quelques concessions. »
bohemian psychedelic

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
InvitéInvité
MessageSujet: Re: Come here little Wolf... (Dunstan & Elizabeth)   Mar 18 Nov - 18:29

Être seulement un objet de distraction pour cette immortelle était vraiment tout ce que Dunstan pouvait détester. Dans sa mauvaise foi, il ne remarquait pas vraiment qu'au-delà de l'aspect agaçant elle n'était pas particulièrement méchante et semblait juste avoir le désir de s'amuser. Il lui arrivait à lui aussi de vouloir passer le temps de quelques manières que ce soit, et si elle n'avait pas été une vampire sur son chemin il l'aurait très certainement compris et approuvé. Chose qu'il était incapable dans l'instant présent. Dommage, car qui sait, ils auraient peut-être pu bien s'entendre dans d'autres circonstances. Car même si Dunstan exhortait le contraire, il lui arrivait très fréquemment de faire affaire avec des suceurs de sang (qui n'étaient pas des Originels bien sûr). Bien qu'il douta en vérité que celle-ci traine dans quoique ce soit, elle ressemblait plutôt à une petite poupée bien protégée qui ne connaissait pas grand-chose et qui ne pensait qu'à son propre amusement. Soit, qu'il en soit ainsi, ce n'était après tout qu'un mauvais quart d'heure à passer et qu'avec un peu de chance elle lui serait effectivement utile dans sa recherche. D'ailleurs, le sujet commençait de plus en plus à l'inquiéter. Où pouvait donc être passé ce loupiot bordel, on ne s'évaporait pas comme ça à moins de l'avoir vraiment cherché.

« Il ressemble... à... heu... difficile à dire en fait. Il n'est pas bien grand et il est blond. Assez jeune en vérité, j'sais pas, il doit avoir à peine 20 ans. »

Un petit jeunot qui avait rejoint la meute un peu part dépit alors que personne ne l'avait obligé à prendre les armes dans les rangs des rebelles. Depuis que certains avaient déjà pris la fuite en abandonnant la meute, Dunstan se méfiait de ce genre de disparition, et peu à peu il venait à penser que peut être le disparu n'était peut-être rien de plus qu'un fuyard, ce qui le foutait franchement mal. Mais d'un autre côté, il avait très bien pu être capturé. Une possibilité qui n'échappa pas vraiment à son interlocutrice qui trouva dans cette nouvelle une joie déplaisante. Qu’est-ce que cela avait d’étonnant désormais ? Une gamine restait une gamine, une enfant gâtée qui s’amusait de choses qui n’étaient pas amusantes. Penser qu’un de ses hommes avaient pu être capturé de la sorte d’une part énervait particulièrement Dunstan, et d’autre part, il avait du mal à croire à cette possibilité sans qu’aucun des autres n’eut été au courant de cette menace. Pire encore, si c’était bien le cas et que dans quelques tortures physiques ou de l’esprit il crache le morceau, la meute était en danger. Il fallait récolter des informations au  plus vite, et dans le plus sombres de cas faire face à cette nouvelle désolante. Se révélerait alors deux solutions, le sauver ou alors empêcher qu’il ne parle, et ce de manière définitive.

« Je n’ai aucune idée d’où il pourrait être, c’est bien pour cela que je le cherche en ce moment. Et si par malheur il devait être tombé aux mains des Originels et finir au Devil’s Path, je ne lui souhaite qu’une chose, de mourir au plus vite. Et à vrai dire, je n’espère qu’une chose, qu’il soit d’ores et déjà mort. »

Car dans le cas d’une fuite de sa part ou d’une capture de celle des tyrans, le résultat pour cet homme était déjà décidé, son destin était tracé : Il n’y aurait que la mort. On ne pouvait disparaitre comme cela plusieurs jours sans en tenir informer sa meute, les règles étaient très clairs là-dessus.
Il n’avait guère répondu à son interlocutrice que par pur reflexe, car ce n’était pas comme si la discussion en elle-même la concernait bien qu’elle en eut posé les questions. Maintenant que les choses se faisaient un peu plus clair dans l’esprit de Dunstan, il savait presque ce qu’il lui restait à faire. D’abord se débarrasser de Miss Elisabeth trop collante et trop sainte ni touche qui consentait à lui offrir ses services, la bonne blague. Elle s’imposait, nuance. Pas vraiment certain qu’elle ne le laisse s’échapper comme ça là maintenant de toute façon, et puis il devait toujours faire des recherches… bien qu’il aurait préféré en informer les autres,  m’enfin, puisqu’il en était là, ce n’était plus vraiment la peine de lutter sur le moment.
Ils avaient donc parcourus le Bronx tous deux, d’un côté Elisabeth pépiant toutes sortes de paroles et questions désobligeantes comme si quoique ce soit l’intéressait réellement, et de l’autre Dunstan condamné à répondre à ses questions sans quoi il n’était pas prêt de satisfaire la curiosité de cette femme pour qu’elle le lâche. Il fallait l’avouer, cela dura un certain temps, presque toute la nuit en vérité, et ce n’était parce que le soleil allait se lever qu’elle l’abandonna pour aller se réfugier dans les murs de sa prison dorée. Une chose était certaine, lui n’avait plus vraiment envie de la rencontrer. Une trop grande bavarde.

hrp:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Come here little Wolf... (Dunstan & Elizabeth)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Come here little Wolf... (Dunstan & Elizabeth)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Team Aura (pv : Red Wolf )
» Rp avec Thunder Wolf ?
» Bienvenue aux Galeries Red Wolf
» Tequila Tequila ! [Téquila Wolf, Rang A, Chasseurs de Primes, Un plan mafieux, réservée]
» Punk Wolf

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
You ain't born typical :: CORBEILLE :: Children Of cain :: Corbeille RPG-