FERMETURE DU FORUM ► Pour en savoir plus c'est ICI

Partagez | 
 

 Reunion. [Asharic]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
✤ Printemps : 20
✤ Messages : 1488
✤ Barge depuis : 18/05/2014
✤ Avatar : Karen Gillan
✤ Crédits : ( CADOW CACAHUETTE ) SWAN ( avatar ) + TUMBLR ( gifs ) + CRACKLE BONES ( Code signa ) + MODERN JESUS| portugal. the man ( MUSIQUE)


✤ Âge personnage : 21
✤ Humeur : Bisounours
✤ Profession : Libraire
✤ Philosophie : Smile, everything's gonna be alright
✤ Localisation : Salem
✤ Pouvoirs : Guérison / Boucliers / Création de blessures (nécessite de se l'infliger à elle-même ou d'avoir un contact physique avec la cible, à l'endroit désiré)

Relationship
→ citation:
relationships :
Ashley H. ColbyNain roux au syndrôme de stockholm
MessageSujet: Reunion. [Asharic]   Mer 13 Mai - 7:16

Reunion.

Feat. Le Grand Connard
L'église St Lorness.

Un lieu hanté, à ce que l'on disait. Une famille en entière, brutalement assassinée en son sein des années auparavant, errerait entre ses murs. On attribuait bien des hasards à ce pauvre bâtiment ravagé par le temps et la végétation. Des morts inexpliquées aux anomalies comportementales des animaux de la forêt, tout y passait.

Pour sa part, Ashley ne voyait qu'une église abandonnée méritait de se faire retaper un peu.

Elle ne savait pas trop pourquoi, à la base. Le fait était que, depuis New-York, la gamine s'ennuyait. Elle avait l'habitude d'avoir une vie très remplie : après le boulot, elle cherchait à sauver la veuve et l'orphelin dans le Bronx. Désormais, ce n'était plus nécessaire, et la jeune femme montée sur piles électriques n'avaient guère envie de rester chez-elle. Elle avait déjà donné avec Alaric. La rouquine avait donc commencer par explorer la ville et ses alentours. Dans la forêt ceinturant la partie sud, elle avait découvert ce lieu sacré. L'histoire et les rumeurs étaient intéressantes... Néanmoins, il n'y avait aucun fantôme ici.

Presque chaque soir, après le boulot, Ashley venait ici et s'occupait de rendre à l'endroit sa splendeur d'antan. Elle avait commencé par enlever les mauvaises herbes à l'extérieur : en cas de mauvais temps, elle nettoyait l'intérieur. Un bon coup de balais avait été nécessaire. La jeune femme était si impliquée qu'elle avait prit soin d'acheter quelques accessoires indispensables, comme des bougies, des lampions et de l'encens. Elle-même ne comprenait pas totalement son intérêt pour l'église. C'était... Instinctif, en quelque sorte.

La guérisseuse ne s'ennuyait jamais. La plupart du temps, elle discutait longuement avec sa mère, comme du temps d'avant, quand toutes deux étaient en vie. Ça lui faisait du bien. Cela la détendait. Elle devait simplement s'assurer d'être rentrée avant le coucher du soleil, afin d'éviter d'inquiéter inutilement sa sœur aînée.

Ce soir là, Ashley et Ruby avaient été distraites. Les nuages, épais, combinés au feuillage dense de la forêt ne leur avait pas permit de suivre efficacement la trajectoire du soleil. Lorsqu'elles réalisèrent qu'il était trop tard, la nuit était déjà installée. Cela n'inquiéta pas réellement la cadette Colby : Salem, malgré ses dangers, étaient beaucoup plus sécuritaire que New-York. Vraiment, elle avait vécue pire. Sa mère, quant à elle, était très nerveuse. Elle décida d'aller inspecter les environs pendant que sa fille ramassait ses effets dans le but de rentrer.

La guérisseuse faisait vite, mais bien. Elle réunit tous les effets de nettoyage dans un coin, ordonnés, avant de prendre ses affaires. Un dernier regard autour, un sourire satisfait, puis elle s'approcha de la porte.

Elle faillit hurler lorsque sa mère apparut brutalement face à elle, l'air paniqué.

- Un vampire se dirige droit vers ici. Puissant.

La rouquine ferma les yeux et retint un juron. Sa mère faisait toujours attention à ses mots. Elle n'aurait pas précisé que l'être était puissant si elle n'était pas convaincue qu'il était trop dangereux pour sa fille. Situation problématique. Quelle surprise. Les prunelles d'onyx examinèrent les alentours précipitamment, alors que la jeune femme cherchait une solution. Si elle fuyait, ses pas alerteraient la bête. Or, elle avait appris à ses dépends que courir face à un prédateur était un très, très mauvaise idée. Elle n'aurait pas d'autre choix que de se cacher ici.

Premier problème : l'odeur. La sorcière se dirigea à grands pas vers l'autel. Elle y prit une allumette et alluma plusieurs bâtons d'encens pendant que sa mère faisait le guet. Vanille bon marché. Parfum particulièrement désagréable, même pour l'homme. Il serait suffisant pour dissimuler sa trace.

- Tu n'as plus le temps. Cache-toi !

Un sursaut. Ashley eut à peine le temps de se cacher dans la salle à l'arrière de l'église, se glissant en silence derrière les portes massives avant de le fermer. Elle ne pourrait rien faire contre l'ouïe du prédateur. Celui-ci pourrait entendre les battements de son cœur, ou son souffle. Elle n'avait qu'à prier que l'odeur de l'encens le dissuaderait de s'attarder, et qu'il partirait aussitôt entré. Elle pouvait paraître sûre d'elle, écrit de cette façon. Mais la petite commençait à paniquer. Il y avait beaucoup trop de si et de failles. Elle avait l'impression de jouer à cache-cache.

Ruby vint la rejoindre dans la petite salle. Au même moment, un bruit de pas, léger, résonna dans l'immense bâtiment. Ashley ne résista pas à l'envie de jeter un coup d'oeil par la serrure de la porte, si petite qu'elle dût plisser les yeux pour y voir. Elle regretta immédiatement son choix. Son coeur bondit dans sa poitrine, et la gamine recula, fixant la poignée dorée comme si elle venait de voir un démon.

C'était le cas, en quelque sorte. Alaric.

Pourquoi ici ? Pourquoi maintenant ? La petite se mit à trembler de façon incontrôlable. La dernière fois qu'elle avait senti une panique aussi forte, c'était au bal des vampires, et ça s'était mal terminé. Le regard de la demoiselle chercha instinctivement des issues. Il n'y en avait pas, de ce côté. Il s'agissait d'une sorte d'aire de repos pour le prêtre. Seules des toilettes avaient été aménagées.

- Chérie..? Calme-toi. Tout ira bien.

La demoiselle secoua vivement la tête, avant de s'engouffrer dans la salle de bain. Ses pieds glissaient sans un bruit contre le sol, mais elle craignait continuellement de voir le grand connard franchir les portes et la trainer de force vers elle-ne-savait-quel nouvel Enfer.

- Tu le connais ?

Hochement de tête. Trop bien, même. La sorcière finit par s'assoir dans le coin de la pièce, roulée en boule, comme si sa présence se ferait moins sentir si elle prenait moins d'espace. Son rythme cardiaque était bien trop affolé. Les larmes lui avaient monté aux yeux avant même qu'elle ne s'en rende compte. Elle devait absolument se ressaisir. La demoiselle fit ce qu'elle n'avait pas fait depuis très, très longtemps.

Elle pria.


_________________

Revenir en haut Aller en bas
avatar
✤ Messages : 4476
✤ Barge depuis : 13/08/2013
✤ Avatar : Tom Hiddleston
✤ Crédits : SWAN ( avatar ) + Disturbed ( Signature ) + TUMBLR ( gifs profil ) + Puscifer ( musique )


✤ Âge personnage : 3801 ans.
✤ Humeur : Consciencieux, mais agacé.
✤ Profession : Trafiquant d'organes ( Ne récupère plus que les corps des Raids. ) Et de poches de sang. Ariana Vander s'occupe de son réseau pendant la journée.
✤ Philosophie : Ne jamais remettre au lendemain ce qu'on peut faire aujourd'hui
✤ Localisation : Partout à Salem.
✤ Pouvoirs : Provoquer des illusions chez ses victimes. Plus ceux d'un Originel.

Relationship
→ citation:
relationships :
Alaric G. RousseauRousseau ; Elu connard de l'année
MessageSujet: Re: Reunion. [Asharic]   Jeu 14 Mai - 22:53


Réunion - le nain roux  
 
It doesn't hurt me. Do you want to feel how it feels ?  Do you want to know that it doesn't hurt me ?  Do you want to hear about the deal that I'm making ? You, it's you and me.



Un long soupire résonne. Le visage illuminé par un cadran artificiel, Alaric se bat en râlant. Ses longs doigts glissant sur l’écran tactile.

« - Comment on lit les messages, sur ce bidule ? Rouspète le brun/roux en levant le menton vers l’un de ces larbins.

Le type vêtu d’habits sombres, mains jointes et iris fixées vers la broussaille et les arbres se détourne. Observant son patron avec angoisse. Il semble ignorer s’il s’agit d’une plaisanterie ou d’un piège. S’aventurer sur le terrain privé de Rousseau est généralement une énorme erreur.

- Hm …

Haussant un sourcil, l’Originel garde une main levée, l’autre tenant le téléphone. Son index passant du Loup à l'appareil.

- C’est pour aujourd’hui ou pour demain ? Siffle le Français en serrant les dents.

Le simplet comprend enfin le message, approchant finalement pour tendre la main vers l’appareil. Lentement, comme si le simple fait de toucher le vampire pourrait le faire brûler sur place. D’un nouveau soupire d’agacement, Alaric lui tend le téléphone.

- Ouvre ma boite de messageries.

Il va vraiment falloir qu’il apprenne à se charger de ces saloperies lui-même. Il serait d'avoir à arracher la langue de tous ses larbins pour assurer leur silence. Ou du moins, leur passer l'envie d'écrire des inepties sur son compte.

---


Une vieille Eglise. Voilà le lieu de rendez-vous. Mains dans les poches, ses pieds foulent les pavés usés de la vielle bâtisse. Les pattes chaussées de talonnettes claquent, son ricochant contre les murs du sanctuaire délabré. Pourtant, quelque chose cloche. Sourcils froncés, le Français observe les murs délabrés. A certains endroits pourtant, l’on devine quelques éléments neufs. Peinture presque refaite, arabesques anciennes reconstituées … Odeurs de peinture fraîche ou autres produits. Mais le démon est accaparé par une tout autre chose. Le bout de viande sur pattes vêtu d’un sac de farine sur la tête, gigotant et geignant tandis que le larbin le jette au pied de l’Autel.

- Retire-le. Ordonne le vampire sans défaire ses longues pattes de ses poches.
Aussitôt dit, aussitôt fait. Le Lycan s’exécute, arrachant le sac de la tête d’un blond éméché et perdu. Ce dernier tangue légèrement sur place, genoux plantés contre les dalles.

- Ou … Ou est-ce qu’on est ?  …  Qu’est-ce que vous me voulez ? Panique la bidoche, son rythme cardiaque accélérant au fur et à mesure que les secondes défilent.  Les couleurs quittant ses traits dès qu’il aperçoit enfin le visage d’Alaric.

Ce dernier approche alors, sortant de l’ombre et étirant ses babines en un sourire mauvais. Sa main droite s'extirpant de la fissure de son pantalon, dévoilant un pistolet à teintes métallisées.

- … Qu-qu’est-ce que vous … N- Vous n’avez pas le droit ! Qu’il panique, retombant sur le dos en voulant fuir l’arme.

- La ferme.

Ton platonique. Le bruit d’un premier coup de feu part, suivit d’un hurlement de douleur.

L’autre se tord sur place alors que la balle fichée dans sa cuisse fait jaillir l’hémoglobine de sa chair déchirée, imbibant le tissu d’une auréole pourpre. Le Gaulois abaisse son bras, le cliquetis de l’arme résonnant dans l’espace.

- Bien, passons donc aux choses sérieuses ! Déclare finalement Alaric, approchant d’une démarche nonchalante. Quelque chose me dérange … Hm, qu'est-ce donc, déjà ? Songe-t-il en apportant le canon contre sa propre tempe, faisant mine de se gratter les méninges. Ah, oui, voilà !

Rapidement, le long bras de Rousseau se détend, plantant le canon glacial sur le front baigné de sueur froide.

- Pourquoi D’Absac m’a-t-elle demandé de t’arracher des informations ?

Les prunelles rétrécissent, et Alaric le sent. La vérité qui grouille dans son regard. Rapidement troublé par un son étouffé, plus confus. D’un geste vif, la bouille pâle du vampire se tourne vers une petite porte.

- Surveille-moi ce truc. Qu’il grince, se redressant soudainement en allant planquer l’arme dans son dos.  

Le démon à la bouille d’ange approche de la porte, concentrant ses sens pour identifier l’identité des sons. Les odeurs se mélangent, autant que les moindres frémissement perçu par ses esgourdes. Même si l'hémoglobine jaillissante de sa victime domine, une fragrance familière fait tiquer l'Originel. Deux cœurs battant à l’unisson. Alaric tourne la poignée, tirant la planche de bois pour aviser l’intérieur. L’odeur plus que familière envahit ses narines, et les prunelles claires du millénaire avisent les deux silhouettes effrayées. Deux têtes rousses. Dans des toilettes. Et parmi les deux silhouette féminines, celles recroquevillée d'une satanée sorcière.

- Y avait une porte cachée à l'arrière, Colby. » Se moque le roux pour masquer sa surprise.

Léger frémissement de nasaux.
Là, les choses deviennent très intéressantes.


 
code par SWAN - gifs tumblr - musique - Placebo - Running up that hill

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://swanlive.livejournal.com/
avatar
✤ Printemps : 20
✤ Messages : 1488
✤ Barge depuis : 18/05/2014
✤ Avatar : Karen Gillan
✤ Crédits : ( CADOW CACAHUETTE ) SWAN ( avatar ) + TUMBLR ( gifs ) + CRACKLE BONES ( Code signa ) + MODERN JESUS| portugal. the man ( MUSIQUE)


✤ Âge personnage : 21
✤ Humeur : Bisounours
✤ Profession : Libraire
✤ Philosophie : Smile, everything's gonna be alright
✤ Localisation : Salem
✤ Pouvoirs : Guérison / Boucliers / Création de blessures (nécessite de se l'infliger à elle-même ou d'avoir un contact physique avec la cible, à l'endroit désiré)

Relationship
→ citation:
relationships :
Ashley H. ColbyNain roux au syndrôme de stockholm
MessageSujet: Re: Reunion. [Asharic]   Sam 16 Mai - 4:14

Reunion.

Feat. Le Grand Connard
- Tu dois partir. Murmure effrayé dans le coin de la pièce.
- C'est hors de question.

Comment lui expliquer? Ashley savait les dangers. Elle savait très bien qu'Alaric avait déjà exorcisé un fantôme pour l'avoir fait chier. Elle refusait que cela se répète avec sa mère. La rouquine n'y survivrait pas, cette fois.

Des bruits brouillés lui parviennent. Des ordres, claqués. Un homme terrifié. Elle devrait se lever. Elle devrait venir en aide à ce pauvre homme qui n'avait pas l'ombre d'une chance face au prédateur plusieurs fois millénaire. Néanmoins, elle n'y parvenait pas. Elle restait là, bêtement, à trembler et tenter de convaincre sa mère de partir.

- Si tu ne pars pas, je te forcerai à le faire, et ce ne sera agréable ni pour toi, ni pour moi.

Le spectre se raidit et fixa sa fille. Celle-ci était terriblement sérieuse et soutint le regard, sans le moindre mot. Il n'y avait rien à ajouter. La mère voulut protester, mais le son assourdissant et brutal d'un coup de feu les coupèrent dans leur élan. Ashley figea, écarquillant les yeux, achevée par le hurlement de douleur de la victime. Torture. Elle savait de quoi il était capable. Pauvre homme. Sa fin approchait.

Ruby, elle, commençait à comprendre toute la terreur de sa cadette. Celle-ci aurait normalement accourue, en particulier en entendant le coup de feu. Pourquoi hésiter à ce point? Qui était ce vampire? Que lui avait-il fait pour la laisser dans un état pareil?

- Chérie... Tu le connais?
- DÉGAGE.

Trop fort. Ashley plaqua ses mains contre sa propre bouche, avec l'expression d'un gamin qui vient de faire une grosse connerie. Elle était terrifiée. Le silence venait de s'abattre, dans la salle d'à-côté.

- Surveille-moi ce truc.

Merde merde merde. Les prunelles affolées de la jeune femme se baladèrent dans la pièce, à la recherche d'une arme improvisée. Elle trouva l'idéal, qu'elle cacha derrière son dos sous le regard abasourdi de sa mère.

Lorsque la porte s'ouvrit, lentement, Ashley inspira et expira profondément. Elle ne fondit pas en larmes. Elle garda contenance, se levant sous le regard du fossile.

- Y avait une porte cachée à l'arrière, Colby.

La jeune femme poussa brutalement sa mère, qui eut un cri de surprise et passa au travers le mur. Elle ne devait pas rester ici. Trop dangereux. Le spectre n'insista pas et fila, probablement pour aller chercher de l'aide extérieure. Elle ne reviendrait pas à temps. Ashley le savait parfaitement bien. Pourtant, malgré ses tremblements.... Elle était calme. Comme si elle ne réalisait pas vraiment ce qui était en train de lui arriver. De toutes les situations possibles, pourquoi le retour d'Alaric? Quel Dieu quelconque avait-elle offensé?

- C'est Ashley. Tu n'as pas oublié si vite, quand même, Lala.

Elle eut un petit sourire de peste effrontée, dressant brutalement un bouclier tout autour d'elle pour éviter toutes représailles immédiates. Elle balança ensuite son arme improvisée à la gueule du démon, sans la moindre hésitation : une brosse à chiottes, qui devait avoir une odeur absolument infecte pour les sens décuplés du vampire. La sorcière profita de la diversion pour se faufiler agilement entre la carcasse longiline du fossile - retenant son souffle par instinct - et la porte. Elle savait ce qu'elle avait à faire.

La sorcière se déplaçait à grands pas, presque en courant. Elle agrippa quelques baguettes d'encens bon marché et un paquet d'allumettes au passage, et arriva près du jeune homme. La guérisseuse se servit de son bouclier, renforcé grandement depuis son dernier face à face avec Alaric, pour repousser les lycans qui cherchèrent à bloquer sa progression. Il émanait d'elle une sorte d'assurance, une confiance en elle-même factice. En réalité, la jeune femme ressentait la peur sourde et terrible de voir se reproduire les événements de New-York.

La petite engloba le blond blessé dans sa bulle de lumière protectrice. Il la fixait avec ses yeux de merlan frit. Il fallait dire qu'elle sortait de nulle part et venait quand même de balancer une brosse à chiotte sur un vampire terrifiant comme si c'était la chose la plus naturelle du monde. Ashley lui adressa néanmoins un sourire qui se voulait doux et rassurant.

- Écoutez-moi bien. Quoi qu'il puisse se passer, vous ne devez ni sortir du bouclier, ni regarder Lala dans les yeux. Évitons l'hypnose... D'accord?

Oui, elle aimait bien en rajouter et faire rager le millénaire. La demoiselle s'agenouilla près de la jambe blessée du jeune homme. Un loup-garou donna un violent coup d'épaule dans la bulle lumineuse, sans grand succès. Il fut repoussé sans problème, comme s'il venait de se cogner à un mur de béton. Néanmoins, chaque mur avait sa faille et la rousse espérait que la bande abandonnerait la partie avant de la trouver. Elle ne devait résister que jusqu'au levé du jour.

Les doigts délicats parcoururent la plaie, en douceur. Elle n'avait pas les outils pour retirer la balle. Elle devrait le faire à la barbare.

- Pardon. s'excusa-t-elle, à l'avance.

Elle plongea ensuite les doigts dans la plaie, retirant brutalement le projectile et arrachant un nouveau hurlement au pauvre blond. Ses doigts et ses habits étaient désormais tâchés de sang, ce qui faisait remonté bien des souvenirs de New-York. La jeune femme grimaça, prise d'un frisson, avant de soigner rapidement la blessure. Ni vu, ni connu. Nouveau regard de merlan frit, nouveau sourire doux. Ashley se releva lentement, se tournant vers Alaric, fixant le menton de celui-ci. Surtout, pas les yeux. C'était loin d'être le moment pour une hypnose ou une illusion.

- J'ai tout mon temps. On peut discuter, si tu veux. Comment s'est passé ton déménagement?

Si Alaric s'attendait à faire face à la même gamine fragile qui avait quitté son repaire, près d'un an auparavant, il allait avoir bien des surprises...

[/i]

_________________

Revenir en haut Aller en bas
avatar
✤ Messages : 4476
✤ Barge depuis : 13/08/2013
✤ Avatar : Tom Hiddleston
✤ Crédits : SWAN ( avatar ) + Disturbed ( Signature ) + TUMBLR ( gifs profil ) + Puscifer ( musique )


✤ Âge personnage : 3801 ans.
✤ Humeur : Consciencieux, mais agacé.
✤ Profession : Trafiquant d'organes ( Ne récupère plus que les corps des Raids. ) Et de poches de sang. Ariana Vander s'occupe de son réseau pendant la journée.
✤ Philosophie : Ne jamais remettre au lendemain ce qu'on peut faire aujourd'hui
✤ Localisation : Partout à Salem.
✤ Pouvoirs : Provoquer des illusions chez ses victimes. Plus ceux d'un Originel.

Relationship
→ citation:
relationships :
Alaric G. RousseauRousseau ; Elu connard de l'année
MessageSujet: Re: Reunion. [Asharic]   Mer 27 Mai - 10:46


Réunion - le nain roux  
 
It doesn't hurt me. Do you want to feel how it feels ?  Do you want to know that it doesn't hurt me ?  Do you want to hear about the deal that I'm making ? You, it's you and me.



Enchaînement est rapide. Moue interloquée, l’Originel avise l’autre grande rousse disparaître sous les cris de panique d’Ashley. Colby s’excite sur place, agrippant la première chose qui lui vient. Ce que les humains nomment communément et vulgairement une brosse à chiotte vole vers lui. Alaric incline sa bouille pâle sur le côté, sourcils froncées tout en observant la sorcière.

« - Tu –

Trop tard. La petite garce en profite pour faire diversion, l’éjectant contre le mur à coup de pulsions magiques. Et c’est avec ce qui ressemble presque à de l’horreur pour lui, que le Français voit la gamine se jeter vers le colis à la guibolle sanglante. Quelle imbécile. Iris rougies, canines extraites de ses gencives, le vampire arrive au milieu de l’Eglise, tel un coup de vent. L’un des chiens en fait de même, fonçant droit vers l’intruse. Avant de se heurter à un mur invisible. Le dôme onirique s’éclaire comme une lanterne au contacte, laissant un voile fin et transparent entre eux. Figé sur place, Rousseau réfléchit à toute vitesse. Colby vient de faire une bourde monumentale, une fois encore. Lippes pincées, il entend encore les paroles de d’Absac résonner dans son crâne. « Quoi qu’il advienne, ne ramène pas de sorcières avec toi. » Elles auraient pu se charger de lui sans problèmes. Le temps n’était pas une question pertinente. Il y avait … Autre chose. Sans savoir quoi, Alaric doit ramener ce petit fumier vivant, lui faire cracher le morceau tout en lui infligeant les dégâts quémandés, et le ramener à bout de force et presque vidé de son hémoglobine. Pas mort, mais pratiquement. Juste assez sauf pour être éveillé. Pas assez pour être en état de marche. Pieds plantés dans le sol, le Gaulois observe longuement Ashley. Quelque chose a changé chez elle. Une assurance nouvelle est née. L’effluve magique qui émane de sa carcasse organique n’est plus cette faible lueur timide osant à peine s’échapper. S’ouvrir au monde qui l’entoure. Non, elle est devenue plus que ça.

« - Colby … Souffle lentement Rousseau, son faciès regagnant peu à peu forme humaine.

Lui entre les rangées poussiéreuses des bancs, elle devant l’Autel. Masquant la vue du colis sur pattes.

- Ecoute-moi. Tu dois t’éloigner, tu m’entends ? … Continue le Français en effectuant un pas vers la gauche, une main levée. Ne fais pas n’importe quoi.

Et bien entendu, cette idiote vient de cautériser la plaie. Il a peu de temps pour agir. Mais il sait qu’il est déjà trop tard. Ashley vient de commettre une erreur de jugement monumentale, basée sur ses traumatismes. La faute à qui ? Comment pouvait-il seulement se douter qu’elle tomberait de nulle part ? Quelqu’un doit vraiment se foutre de lui.

- C’est pas moi, le danger. Siffle-t-il, dents serrées. Ses azures avisant l’homme à terre. Ce dernier commence à reprendre ses esprits, mains plaquées au sol.

Elle ne l’écoutera pas. Deux de ses hommes sont de chaque côté du dôme magique, et le Français ignore si le bouclier les protégera de ses visions. Testant le tout pour le tout, le vampire concentre son énergie non pas sur Colby, mais sur l’épave saignante au sol. Lui infligeant alors une douleur cuisante le long de l’échine. Pas de résultat. Il doit essayer de nouveau. Se concentrer, oublier le sortilège qui les sépare. Mais avant même qu’il songe à retenter la manœuvre, l’enflure captif bondit sur ses pieds, agrippant la gamine par les bras, une main plaquée sur la gorge de la petite rousse. Merde. Prunelles folles, ce dernier souffle longuement. Ses épaules se secouant de haut en bas. Un rire muet et moqueur. Victorieux.

- Chérie, si tu savais comme tu tombes à pique !

Et de serrer sa prise au dernier pas d’Alaric.

- Approche et je l’aspire comme allumette ! Qu’il crache, l’épiderme d’Ashley rougissant sous la peau de ses mains crasseuses.

Cette fois, un grondement s’échappe des lèvres d’Alaric. Sourd. Fureur contenue. Les babines de l’animal tremblent, ses canines menaçant de s’échapper à nouveau.

- Lâche-là. Ordonne-t-il d’une voix déformée, inhumaine et gutturale.

Paupières striées de veines noires, iris d’un rouge hémoglobine avalant l’opale de ses rétines. Et à l’autre de sentir sa prise rousse, l’air d’un drogué en manque.

- J’adore son odeur, pas toi ? Je sens que je vais aimer ses pouvoirs … Je vais tout avaler. Je vais pas t’en laisser une goûte. T’aurais dû écouter la salope … Mais c’est gentil de m’apporter une p’tite gâterie. Ironise le mutant, goguenard.

Doucement, le brun/roux réalise qu’il n’a qu’une seule option pour s’en tirer sur les deux tableaux. Récupérer cette ordure et le ramener à d’Absac, et Colby au passage. Pour lui.

- Alors fais-toi plaisir, t’attends quoi ? »

A lui d'offrir un sourire animal, déformé par son visage démoniaque.

 
code par SWAN - gifs tumblr - musique - Placebo - Running up that hill

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://swanlive.livejournal.com/
avatar
✤ Printemps : 20
✤ Messages : 1488
✤ Barge depuis : 18/05/2014
✤ Avatar : Karen Gillan
✤ Crédits : ( CADOW CACAHUETTE ) SWAN ( avatar ) + TUMBLR ( gifs ) + CRACKLE BONES ( Code signa ) + MODERN JESUS| portugal. the man ( MUSIQUE)


✤ Âge personnage : 21
✤ Humeur : Bisounours
✤ Profession : Libraire
✤ Philosophie : Smile, everything's gonna be alright
✤ Localisation : Salem
✤ Pouvoirs : Guérison / Boucliers / Création de blessures (nécessite de se l'infliger à elle-même ou d'avoir un contact physique avec la cible, à l'endroit désiré)

Relationship
→ citation:
relationships :
Ashley H. ColbyNain roux au syndrôme de stockholm
MessageSujet: Re: Reunion. [Asharic]   Jeu 28 Mai - 7:11

Reunion.

Feat. Le Grand Connard
Pourquoi rien ne marchait jamais comme prévu ? Ashley ne pouvait pas réussir une action héroïque sans que tout foire, pour changer ? Pour être honnête, la rouquine avait complètement ignorer les paroles d'Alaric. Une nouvelle tactique : la manipulation. Son air inquiet l'avait presque convaincu, tant cette expression était loin d'être commune sur le faciès démoniaque. Mais non. Poussée par son grand coeur, elle avait soigné le blond. Comment aurait-elle put se douter que c'était D'Absac qui l'envoyait, et avec de bonnes raisons en plus ?

L'homme se relevait, preuve qu'il allait mieux. Pourtant, la jeune femme n'eut pas l'occasion de savourer cette petite victoire : toute son assurance tomba d'un seul coup lorsqu'il la saisit brutalement à la gorge. Il l'immobilisa sans douceur, et un piaillement de douleur échappa à la petite sorcière.

- Chérie, si tu savais comme tu tombes à pic ! Un seul regard vers Alaric. Approche et je l'aspire comme une allumette !

Les insultes montèrent aux lèvres d'Ashley avec une vitesse qui la surprit. Néanmoins, sa difficulté à respirer servit de barrière. Le bouclier disparut en une fraction de seconde, et la petite entrouvrit les lèvres pour chercher à aspirer plus efficacement l'oxygène. Elle tremblait, ça y est. Le danger ne venait pas d'où elle pensait, comme l'Originel l'avait prédit. En même temps, qui l'aurait crû, dans pareilles circonstances ? Le grondement du Français lui parvint.

- Lâche-la.

Rien à faire. Pourtant, le ton avait tout pour convaincre. Même cette petite peste ne plaisantait pas avec le gaulois lorsqu'il était dans cet état. La rousse ne comprenait pas tout ce qui se passait. Elle n'était pas certaine de vouloir constater pleinement dans quoi elle venait de mettre les pieds. Le nez qui frôla son cou lui arracha un frémissement, mais rien d'agréable. De la crainte, de l'inquiétude et même un brin de dégoût, voilà tout.

- J'adore son odeur, pas toi ? Je sens que je vais aimer ses pouvoirs... Je vais tout avaler. Je vais pas t'en laisser une goûte. T'aurais dû écouter la salope... Mais c'est gentil de m'apporter une p'tite gâterie.

Un ton ironique qui lui donna envie de gerber. Et cette fois, Ashley comprit dans quel pétrin elle s'était encore foutue. Sa première inquiétude n'alla pas pour sa capacité à produire des boucliers. Ce n'était pas non plus l'idée de ne plus pouvoir soigner les gens qui fit monter les larmes aux yeux de la guérisseuse. C'était la crainte de perdre ses seuls repères, une fois encore. La peur de devoir dire un adieu définitif à sa mère. Cette idée-là lui était insupportable. Les prunelles d'onyx, horrifiées, cherchèrent les opales glaciales - désormais d'un aspect terrifiant - et des paroles prononcées il y avait si longtemps lui revinrent en tête : « Je suis ton unique rempart entre eux, et toi. ».

Alaric avait une idée. Elle le sût dès qu'il lança cette phrase horrible qui, dans un autre contexte, pourrait lui correspondre.

- Alors fais-toi plaisir, t’attends quoi ?

Ashley savait donc qu'il avait quelque chose en tête. Il ne laisserait jamais personne la toucher. Pas par désir de protection ou par quelconque âme charitable, elle l'avait compris depuis bien longtemps. Il ne s'agissait là que d'un esprit de possessivité exacerbé. On ne touchait pas aux jouets de Rousseau. Néanmoins, cette constatation ne la rassura qu'à moitié. Le sourire violent, cauchemardesque, qui fut adressé au mutant laissa présager que la sorcière n'apprécierait pas le plan. Il valait mieux qu'elle pense à autre chose, d'autant plus qu'elle n'était pas convaincue que le vampire tienne à ses pouvoirs.

La prisonnière avait bien une magie offensive, un pouvoir qu'elle développait peu à peu avec Elkan. Néanmoins, celui-ci était beaucoup trop fragile et volatile, pour le moment. Tenter de l'utiliser à un moment pareil, où une vitesse et une précision parfaite étaient de mises, serait du pur suicide. Elle pouvait appliquer un bouclier directement sur sa peau pour ensuite l'agrandir peu à peu, repoussant quiconque se retrouvait collé contre elle. Mais les doigts à sa gorge serraient si fort que les deux peaux seraient presque fusionnées, et donc impossibles à séparer par de telles méthodes. Il ne lui restait qu'un choix, risqué sans l'être autant que les autres.

- Fais... Fais pas l'idiot. réussit-elle à murmurer, la respiration toujours aussi difficile. J-je p... Je p-peux te p-protéger j-jusqu'au lever... lever du jour, s-si tu me laisse faire. S-si tu reste seul... I-il arrivera à ses fins. Grosse inspiration, tout du moins autant que la prise le lui permettait. Quelles qu'elles soient.

Croyez-le ou non, mais au fil de son discours difficile, la petite avait compris que cette tactique ne fonctionnerait qu'à moitié. Il n'était probablement pas assez débile pour croire qu'elle allait continuer de le protéger après tout ça. Elle en profitait néanmoins pour gagner du temps.

- Je te protégerais qu-quand même... J-je... J-j'ai p-pas plus envie... que toi de me r-retrouver seule f-face à lui. C'est... C'est un Originel de plus de.. quatre milles ans, tu sais ? Un peu de peur aidait toujours à convaincre. Leçon apprise aux côtés du fossile. O-on serait d-dans deux b-bulles différentes... M-mais... En-entre la v-vie sauve ou un en-encas suivi d-d'une nuit de s-souffrances... e-et possiblement la mort...

La phrase demeura en suspens. Le regard d'Ashley rencontra de nouveau celui d'Alaric. Oui, la dernière offre était parfaitement sérieuse, ce qui pouvait ajouter un grand poids dans la balance. Si, au matin, le blond retentait un truc louche, s'il pouvait aspirer la magie... Elle aurait encore bien des choix pour s'en charger. D'ici là...

Un frisson la parcourut de tout son long. Pour le reste, elle devait s'en remettre au bon jugement d'un psychopathe ou au plan de monstre sorti des Enfers. Situations que toute personne normalement constituées trouverait quand même un minimum inquiétante.


_________________

Revenir en haut Aller en bas
avatar
✤ Messages : 4476
✤ Barge depuis : 13/08/2013
✤ Avatar : Tom Hiddleston
✤ Crédits : SWAN ( avatar ) + Disturbed ( Signature ) + TUMBLR ( gifs profil ) + Puscifer ( musique )


✤ Âge personnage : 3801 ans.
✤ Humeur : Consciencieux, mais agacé.
✤ Profession : Trafiquant d'organes ( Ne récupère plus que les corps des Raids. ) Et de poches de sang. Ariana Vander s'occupe de son réseau pendant la journée.
✤ Philosophie : Ne jamais remettre au lendemain ce qu'on peut faire aujourd'hui
✤ Localisation : Partout à Salem.
✤ Pouvoirs : Provoquer des illusions chez ses victimes. Plus ceux d'un Originel.

Relationship
→ citation:
relationships :
Alaric G. RousseauRousseau ; Elu connard de l'année
MessageSujet: Re: Reunion. [Asharic]   Jeu 11 Juin - 14:26


Réunion - le nain roux  
 
It doesn't hurt me. Do you want to feel how it feels ?  Do you want to know that it doesn't hurt me ?  Do you want to hear about the deal that I'm making ? You, it's you and me.



L'insecte tient dans sa poigne la misérable crevette angoissée. Fébrile et tremblante, les iris implacables de l'Originel avisent machinalement les quelques goûtes de sueur perlant sur les deux bouts de bidoche. Le primate sue l'excitation malsaine à plein nez, sa patte dégueulasse enserrant la cou de la rouquine. Rousseau attend, prunelles pâles figées dans les onyx du renégat. D'Absac l'a exigé vivant seulement. Une poupée de chair brisée en miettes lui suffira, tant que la garce ménopausée peut apposer son propre châtiment à cette terreur. Cet être qui illustre leurs pires cauchemars. Un temps, le brun roux a songé à contourner la bassesse morbide avec un plaisir sadique. Mais plus les lippes rougies d'angoisse de la rousse s'agitent, bégayant un marché, plus l'esprit tactique et manipulateur du monstre s'anime. Sa logique le pressant d'agir au plus vite avant que la gamine ne comète une énième connerie. Pourtant, son faciès reste sauvage, implacable et bestial.  

«  - Tu sais bien qu'elle raconte n'importe quoi. Lâche-t-il d'une voix guttural.  

L'autre semble perdu, ses prunelles allant de la gosse au vampire.

- … T'es un grand  malade, mec. Renifle le blond en dansant sur ses deux pieds, ses iris dilatées par la trouille et l'incompréhension.

Sa prise sur la chair de sa victime augmente, tandis que le roux penche sa bouille démoniaque sur le côté.

- Quoi, t'as la trouille ? Tu crois qu'une crevette comme elle pourra te protéger éternellement , toi faible, elle à peine capable de se défendre elle-même ?

Un rire sinistre éclate entre les murs de l'édifice délabré, secouant légèrement les épaules de la bestiole cynique.

- T'es pathétique.

- Ta gueule !

- Laisse-moi deviner, t'as besoin de ta dose pour la sentir dans ton pantalon ? Y a que comme ça que tu te sens comme un homme ? Espèce de lâche. Claque sèchement Alaric, reprenant son faciès d'ange terrible. Un sourire fin étirant ses babines insolentes.

L'éclat brille intensément sous la chair du mutant, la magie du bougre prenant le contrôle de son hôte. La peau d'Ashley rougie avec force. C'est là qu'il la sent. La légère inflexion dans l'air l'aiguille. Et sans attendre, l'Originel démarre le cauchemar. Les ombres imaginaires courent sur les murs, mettant en alerte sa victime. La raclure avance d'un pas, ses bras ballant le long de son immense carcasse de géant. Bientôt, les mains relâchent leurs prises, les ombres chimériques et cauchemardesques ondulant dans l'air et effrayant le mutant. L'énergie prise à Ashley est suffisante pour la mettre à plat, et d'un signe de tête le Français ordonne à l'un de ses loups de récupérer la rouquine.

- Qu'est-ce que c'est ! … Qu'il panique, levant les yeux et se détournant tout en reculant, prêt à se planquer derrière l'autel. Quelques éclats s'échappent de ses mains, manifestations légères du pouvoir qu'il n'a pas eu le temps de siphonner.

- Tic tac, tic tac … Souffle le monstre en agitant le bout de ses doigts, progressant calmement jusqu'à la créature effrayée par les illusions.

Aux yeux de chacun, il semble n'être qu'un aliéné pris d'une crise. Rapidement, le géant agrippe le mutant par la nuque, ses azures se tournant vers Ashley. Et de sa main … Frapper le bougre à l'arrière du crâne pour le mettre à terre, inconscient. Presque aussitôt, Alaric arrive à grandes enjambées vers la sorcière, se penchant à sa hauteur en congédiant son employé.

- Colby, regarde-moi. Ordonne le Gaulois d'une voix calme, prenant son faciès entre ses grandes pattes. Tu vas bien ? »

La question inattendue arrache un toc au loup derrière, qui se détourne aussitôt pour aller chercher le corps inconscient.  Tandis que les prunelles claires d'Alaric scrutent lentement le visage plus pâle que jamais de la gamine impertinente.

 
code par SWAN - gifs tumblr - musique - Placebo - Running up that hill

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://swanlive.livejournal.com/
avatar
✤ Printemps : 20
✤ Messages : 1488
✤ Barge depuis : 18/05/2014
✤ Avatar : Karen Gillan
✤ Crédits : ( CADOW CACAHUETTE ) SWAN ( avatar ) + TUMBLR ( gifs ) + CRACKLE BONES ( Code signa ) + MODERN JESUS| portugal. the man ( MUSIQUE)


✤ Âge personnage : 21
✤ Humeur : Bisounours
✤ Profession : Libraire
✤ Philosophie : Smile, everything's gonna be alright
✤ Localisation : Salem
✤ Pouvoirs : Guérison / Boucliers / Création de blessures (nécessite de se l'infliger à elle-même ou d'avoir un contact physique avec la cible, à l'endroit désiré)

Relationship
→ citation:
relationships :
Ashley H. ColbyNain roux au syndrôme de stockholm
MessageSujet: Re: Reunion. [Asharic]   Ven 12 Juin - 7:38

Reunion.

Feat. Le Grand Connard
Ce connard d'enfoiré d'enfant de Satan du tréfonds des Enfers. Oui. C'était une insulte qui existait. Au pire depuis une fraction de seconde. Ashley le fusilla du regard alors que le susnommé l'accusait de dire n'importe quoi. Bien sûr, si ça entrait pas dans le jeu de monsieur, hein. Pourtant, la phrase fit son effet. Le drogué hésitait, il semblait complètement perdu. La prise se fit soudainement encore plus serrée, et cette fois la respiration de la petite sorcière devint laborieuse et sifflante. Ses membres se mirent à trembler et de petites étoiles dansèrent devant ses yeux. Et cet enfoiré qui continuait de le provoquer, pauvre con.

La jeune femme se tordit légèrement face à l'insinuation du vampire. Elle pouvait très bien se défendre contre lui, toute la nuit durant. Elle y serait parvenue, sans le mutant. La rouquine chercha à l'insulter des yeux, avant de sentir le rire d'Alaric résonner jusque dans ses os. Et merde. C'était jamais bon signe. Il n'avait pas le rire clair et doux que l'on aimait entendre. C'était plutôt le genre à flotter dans un cauchemar. Comme tout son être, en fait.

La sensation horrible, qui la hanterait jusqu'à sa mort, surgit brutalement. C'était pire que les morsures. La petite avait l'impression qu'on tentait de lui arracher une partie de son âme, et un glapissement de douleur lui échappa. Le tout ne dura qu'un instant, à peine quelques secondes. Tout juste assez pour que les dernières maigres défenses ne tombassent brutalement. L'Originel passa à l'attaque, et le mutant recula brutalement en lâchant sa proie. La guérisseuse s'écrasa mollement au sol, le souffle court et la main à la gorge, le corps secoué d'une toux douloureuse.

Elle avait l'impression d'être de retour à ses débuts, lorsque sa limite était basse et que le moindre effort l'emmenait aux portes de l'inconscience. Néanmoins... C'était bon signe. S'il n'avait fait que sucer son énergie, c'était qu'il n'avait pas eu le temps de se rendre plus loin. Cette simple constatation la soulageait.

- Qu'est-ce que c'est..!

Rien de joyeux, la rousse en était convaincue. Néanmoins... Aucune pitié ne s'emparait d'elle. Pas cette fois. Ce mutant, qui qu'il soit, avait été trop loin, et avait gaspiller sa seule chance d'éviter ce qui lui arrivait présentement. Elle aurait put le défendre jusqu'au matin. Quitte à le livrer à la BRIS. Tout sauf le Français. Lorsqu'un lycan s'approcha d'elle pour la récupérer, elle se tortilla et le fusilla du regard. ors de question d'y retourner. Pourtant, là, elle ne pouvait plus rien faire. À contrecœur, elle devait avouer que tout allait selon le plan de ce connard millénaire. Celui-là même qui continuait de provoquer sa cible, qui approchait de celui-ci en secouant le doigt comme un métronome. Il tourna la tête vers elle au moment où il assommait le mystérieux inconnu.

Enfin, Alaric se dirigea vers la demoiselle au sol, chassant le loup d'un simple geste. Elle fixait obstinément la main qui prenait appuie au sol, l'autre toujours occupée à masser sa gorge. La peur commençait à se faire pesante dans sa poitrine. Elle refusait de le lui montrer, même en sachant qu'il pouvait le sentir. Orgueil mal placé.

- Colby, regarde-moi.
- C'est Ashley, et hors de question. Elle n'allait pas se faire avoir aussi bêtement !

Le contact, étonnament doux, lui arracha un sursaut de surprise. Pas de brusquerie. Pas d'insulte. Pas de geste douloureusement forcé. Rien d'autre que deux grandes pattes froides qui se pressèrent sur ses joues pour la forcer à lever la tête. Ashley garde les paupières scellées, par instinct. Elle n'avait pas l'énergie pour lutter contre une hypnose, pas dans cet état.

- Tu vas bien ?

..... What ? Cette fois, la jeune femme ouvrit de grands yeux surpris, fixant avec incrédulité l'Originel. KEU-WHA ?. La petite papillonna des yeux pour se ressaisir un minimum. De la manipulation, rien d'autre. Pourtant, il la scrutait avec attention. Peut-être avait-il peur qu'on ait abimé son jouet. La rousse ne pouvait pourtant s'empêcher de se détendre légèrement.

- Je vais bien. J'ai... Je suis juste à plat. Ça m'est déjà arrivé, je vais me remettre. Toi ? On dirait que t'as prit un coup sur la tête. Un rire léger lui échappa, pour tenter de calmer l'atmosphère tendue. Puis, elle baissa le regard, autant pour fuir le siens que pour trouver le cran d'ajouter le reste. Tu dois crever d'envie de jouer, mais c'est vraiment pas le moment. Comme si ça allait l'attendrir. Je contrôle toujours pas l'activation de mon pouvoir. Si tu me fais la moindre blessure...

Un simple frisson se contenta de conclure la phrase. Mais elle ne savait pas réellement ce qui pouvait se passer. Elle se souvenait bien d'un épisode où elle avait sauver un gosse des flammes et l'avait... Enfin. Si ce n'était pas de la résurrection, c'était pas loin. Et elle avait faillit y rester. L'impression de flotter dans une mer infinie ne lui manquait pas. La petite posa sa propre main sur la grande paluche d'Alaric, cherchant à descendre celle-ci pour se dégager. La position était juste trop bizarre. Cheloue. C'était trop doux pour ce démon.

- Quand même, t'as mis le temps pour réagir. fit-elle, faussement fâchée. Elle ne parvenait pas à l'être. Cette incapacité l'énervait au plus haut point. ... Merci.

La guérisseuse se tortilla légèrement sur place, mal-à-l'aise. Elle ne savait même pas pourquoi elle le remerciait. S'il n'avait pas été là en premier lieu, tout ce serait bien déroulé. Et il ne l'avait protégé que par désir égoïste et possessif. Rien de valeureux. Pourtant, là, tout de suite, les nerfs de la sorcière étaient en train de lâcher. Elle recommençait à trembler, et les larmes lui montaient aux yeux. Elle avait vraiment passé à un cheveu de tout perdre, cette fois. Gênée, Ashley détourna le visage et se sécha vivement les yeux. Il devait pas la voir comme ça. Pas alors qu'elle tentait de lui prouver qu'elle était plus forte.

Ce qu'elle pouvait être gamine.

- Bon. C'est quoi la suite ?

Parce que la rousse était convaincue que ça faisait partie de son plan, de la mettre dans cet état. Et que, de toute façon, là, tout de suite, elle n'avait pas la force de l'empêcher de quoi que ce soit. Il lui fallait attendre et se reposer. D'ici là, elle était aussi fragile qu'un nouveau-né.

Un nouveau-né face à un prédateur affamé et cruel, de surcroît.


_________________

Revenir en haut Aller en bas
avatar
✤ Messages : 4476
✤ Barge depuis : 13/08/2013
✤ Avatar : Tom Hiddleston
✤ Crédits : SWAN ( avatar ) + Disturbed ( Signature ) + TUMBLR ( gifs profil ) + Puscifer ( musique )


✤ Âge personnage : 3801 ans.
✤ Humeur : Consciencieux, mais agacé.
✤ Profession : Trafiquant d'organes ( Ne récupère plus que les corps des Raids. ) Et de poches de sang. Ariana Vander s'occupe de son réseau pendant la journée.
✤ Philosophie : Ne jamais remettre au lendemain ce qu'on peut faire aujourd'hui
✤ Localisation : Partout à Salem.
✤ Pouvoirs : Provoquer des illusions chez ses victimes. Plus ceux d'un Originel.

Relationship
→ citation:
relationships :
Alaric G. RousseauRousseau ; Elu connard de l'année
MessageSujet: Re: Reunion. [Asharic]   Jeu 18 Juin - 19:26


Réunion - le nain roux  
 
It doesn't hurt me. Do you want to feel how it feels ?  Do you want to know that it doesn't hurt me ?  Do you want to hear about the deal that I'm making ? You, it's you and me.



Une chose est certaine. La petite peste n'a pas paumé ses réflexes. Qui se traduisent bien souvent par : Se foutre dans une belle merde. Méthodique et patient, Alaric se contente de constater. Devant l'attention délicate et presque douce qu'il lui porte, elle défaille. Les onyx de la fillette virent troubles, et ses joues deviennent cramoisies. Mais le monstre au faciès d'Ange se contente de prendre une mine soucieuse, soupirant tout en secouant le menton. Elle rejette son touché, sans pour autant pouvoir s'empêcher de l'observer avec méfiance et stupeur.

«  - Lève-toi, doucement. Fait-il d'un ton toujours calme, l'aidant à se redresser sans pour autant la toucher, mains à quelques centimètres de son coude.

Il est temps pour lui de changer de registre en ce qui concerne Colby. Elle est parvenue  à fuir une fois, et le Français  n'a pas du tout apprécié qu'elle se joue de lui ainsi. Durant quelques secondes, Alaric quitte la sorcière du regard pour planter ses prunelles vers ses employés.

- Ramenez-le où vous savez. J'ai des choses plus importantes à régler.

Et comme toujours, le choix des mots est tout étudié de sa part. L'homme est totalement assommé, et le centre en voiture facile à joindre. Cette simple mission est d'une importance capitale pour qu'il puisse continuer à berner d'Absac, et il sait que ces imbéciles savent pertinemment que faillir à cette simple tâche pourrait leur coûter la vie. Après tout, si la BRIS trouve des carcasses lupines et qu'il prévient la mégère, l'enquête sera aussitôt étouffée. Bousiller la vie de ces lycans en usant des pires stratagèmes pour s'assurer de leur fidélité était une idée plus que prolifique. Les sorcières détestent les lycans. Faire pression sur certain d'entre eux, trop  faibles et apeurés pour se rebeller, est incroyablement facile. Peut-être même trop. Les deux s’exécutent, laissant la frêle créature à la merci d'un connard manipulateur au meilleur de sa forme.

- … Je sais pas encore si je dois t'engueuler ou me réjouir que tu sois vivante, Ashley. Qu'il lâche après avoir entendu  les grandes portes claquer. Mais on va faire les deux. Qu'il ajoute ensuite en se redressant de tout son long, l'invitant à le suivre. Tu comptes rester seule ici après ce qu'il vient d'arriver ? Tu as besoin d'un remontant.

Les secondes fusent, et après un moment de réflexion, il ajoute :

- Je sais de quoi ça a l'air, mais je t'assure que je n'ai jamais voulu que ton bien. Et j'ai … J'ai vraiment cru que New-York t'avais eu, toi aussi. Il est hors de question que je te laisse traîner ici cette nuit, laisse-moi au moins te ramener chez toi. »

Coup finale. Alaric attend sagement, planté non loin d'elle pour la rattraper en cas de besoin.

 
code par SWAN - gifs tumblr - musique - Placebo - Running up that hill

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://swanlive.livejournal.com/
avatar
✤ Printemps : 20
✤ Messages : 1488
✤ Barge depuis : 18/05/2014
✤ Avatar : Karen Gillan
✤ Crédits : ( CADOW CACAHUETTE ) SWAN ( avatar ) + TUMBLR ( gifs ) + CRACKLE BONES ( Code signa ) + MODERN JESUS| portugal. the man ( MUSIQUE)


✤ Âge personnage : 21
✤ Humeur : Bisounours
✤ Profession : Libraire
✤ Philosophie : Smile, everything's gonna be alright
✤ Localisation : Salem
✤ Pouvoirs : Guérison / Boucliers / Création de blessures (nécessite de se l'infliger à elle-même ou d'avoir un contact physique avec la cible, à l'endroit désiré)

Relationship
→ citation:
relationships :
Ashley H. ColbyNain roux au syndrôme de stockholm
MessageSujet: Re: Reunion. [Asharic]   Dim 21 Juin - 18:14

Reunion.

Feat. Le Grand Connard
Ashley s'attendait au pire, maintenant. Ce connard ne pouvait pas faire preuve de bonté. Du moins, pas plus de quinze secondes. C'était tout simplement impossible.

- Lève-toi, doucement.

Ce ton calme la trouble plus qu'il ne devrait. La rouquine en serait presque étourdie. Il respectait son désir de ne pas être toucher et l'aidait simplement à se relever, les mains près d'elle en cas de chute. Elle avait l'impression d'être avec un lion castré, un inconnu aux traits démoniaques, un être horrible et endormi... Mais certainement pas avec Alaric. Peut-être que le mutant lui avait détraqué la cervelle, ou alors tout ça faisait parti d'un plan particulièrement horrible de sa confection. Ce qui était tout aussi possible.

- Ramenez-le où vous savez. J'ai des choses plus importantes à régler.

Quelque part, savoir qu'elle était plus importante que l'une de ses affaire flattait la sorcière, bien qu'elle ne l'avouerait jamais. Elle n'osait pas regarder l'Originel, ses prunelles onyx suivant simplement les lycans alors qu'ils emmenaient le blond vers un destin incertain mais fort probablement dégueulasse. Un frisson la parcourut alors que les portes claquèrent, l'écho résonnant avec force dans le bâtiment.

- ... Je sais pas encore si je dois t'engueuler ou me réjouir que tu sois vivante, Ashley. Et maintenant il l'appelait Ashley ? Nah mais là, il fallait aller à l'hôpital ! Mais on va faire les deux. Bon, ça c'était une affirmation qu'elle pouvait reconnaître. La petite fit un pas vers l'arrière, méfiante. Elle avait presque oublié à quel point il était immense. Tu comptes rester seule ici après ce qu'il vient d'arriver ? Tu as besoin d'un remontant.

Si ses jambes n'avaient pas trembler autant, la rousse serait partie en courant. Pas le sang. Pas encore. Le sevrage avait été difficile, il ne pouvait même pas avoir idée de comment, et sa soeur avait dû fournir un effort colossale pour couper le lien entre eux deux. Ashley se sentit blêmir, mais elle était bien incapable de dire un mot : elle se contentait de trembler.

- Je sais de quoi ça a l'air, Un beau foutoir. mais je t'assure que je n'ai jamais voulu que ton bien.

Jamais que ça, t'es bien sûr ? Et j'ai... J'ai vraiment cru que New-York t'avais eu, toi aussi. Il est hors de question que je te laisse traîner ici cette nuit, laisse-moi au moins te ramener chez toi.

La rouquine demeura silencieuse, cette fois complètement sous le choc. La ramener chez elle. C'était une nouvelle tactique ? une façon de lui faire baisser sa garde pour mieux l'attaquer dans le dos dès qu'elle franchirait les grandes portes de l'église ? Nah parce que là, il lui fallait une explication rationnelle. Une main pâle vint trouver le mur de la bâtisse afin de trouver un appui solide, autre que le bras du vampire.

La jeune femme se doutait bien que le Français n'était pas subitement devenu un agneau. Il avait forcément de très bonnes raisons pour agir ainsi, et elles n'étaient certainement pas rose bonbon avec des pois jaunes. Non. Il voulait la manipuler. La ramener dans ses filets. Le tout demeurait très flou pour la petite, qui n'avait pas ses capacités de réflexion, encore moins dans cet état. Mais une chose était claire et nette dans sa caboche : tout cela n'était qu'une mascarade. Le jour où Alaric développerait de vrais sentiments, sains et sincères, elle voudrait bien s'arracher une dent. Et pourtant...

Un fin soupire lui échappa, et la guérisseuse passa une main froide contre son visage, la deuxième toujours appuyée au mur. Elle finit par adresser un doux sourire à son persécuteur.

- Que l'on soit très clair, je ne crois qu'à moitié à ton numéro. À moitié, oui. Parce que, mine de rien, il était mignon, comme ça. Mais... Un monstre m'a dit un jour que ma naïveté me tuerait.

Ses prunelles de charbon se plantèrent dans celles de glace. Cette phrase, qu'il lui avait dit il y avait de cela bien longtemps, l'avait longtemps hantée. Sources d'intenses réflexions, de doutes et de craintes. Puis elle en était venue à une conclusion, terriblement quétaine par ailleurs. Un nouveau sourire se dessina sur ses lèvres, plus grand, et elle ferma les yeux.

- J'y ai pensé. Puis je me suis dis que c'était une belle raison de mourir.

C'était un peu pus complexe que cela, quand même. Cela voudrait dire que le monde n'était pas aussi rose qu'elle l'avait toujours espéré, et qu'elle n'y avait simplement pas sa place. Une autre pensée qui avait accompagné les moments les plus sombres de sa désintoxication. Ne pas avoir sa place était... terrible, et angoissant. Enfin.

- B-bref. Je suis d'accord. Ça me va. Ses pas la guidèrent lentement vers les grandes portes. J'habite au quartier sud.

Elle hésita un instant. Lui donner son adresse était une idée qui puait la merde. Des plans pour qu'il l'attende à la sortie à chaque soir, sourire cauchemardesque aux lèvres. Et puis merde, hein. Ashley lâcha l'information du bout des lèvres, avant de prendre une grande bouffée d'air frais. C'était froid. Ça faisait du bien. Elle prit appuie sur un arbre, épuisée.

- On y va en voiture..?

Sincèrement, elle se sentait incapable de faire le trajet à pied. D'un autre côté, elle avait toujours rêvé de grimper sur son dos... Désir enfantin.


_________________

Revenir en haut Aller en bas
avatar
✤ Messages : 4476
✤ Barge depuis : 13/08/2013
✤ Avatar : Tom Hiddleston
✤ Crédits : SWAN ( avatar ) + Disturbed ( Signature ) + TUMBLR ( gifs profil ) + Puscifer ( musique )


✤ Âge personnage : 3801 ans.
✤ Humeur : Consciencieux, mais agacé.
✤ Profession : Trafiquant d'organes ( Ne récupère plus que les corps des Raids. ) Et de poches de sang. Ariana Vander s'occupe de son réseau pendant la journée.
✤ Philosophie : Ne jamais remettre au lendemain ce qu'on peut faire aujourd'hui
✤ Localisation : Partout à Salem.
✤ Pouvoirs : Provoquer des illusions chez ses victimes. Plus ceux d'un Originel.

Relationship
→ citation:
relationships :
Alaric G. RousseauRousseau ; Elu connard de l'année
MessageSujet: Re: Reunion. [Asharic]   Jeu 25 Juin - 14:34


Réunion - le nain roux  
 
It doesn't hurt me. Do you want to feel how it feels ?  Do you want to know that it doesn't hurt me ?  Do you want to hear about the deal that I'm making ? You, it's you and me.



Serin. Calme. Méthodique, et lippes frémissant légèrement, laissant présager un sourire à peine visible. Ses épaules se haussent légèrement, tandis qu’elle affirme ne pas le croire sur parole lorsqu'il prétend ne vouloir que son bien. Si ça avait été le cas, sa naïveté n’en aurait été que plus agaçante. Et elle semble se souvenir de ses propres paroles, le citant avec un léger sourire. C’est bien, c’est que ça commence enfin à rentrer dans sa petite caboche têtue. Elle semble déchirée entre deux avis. Deux envies. Finalement, elle abdique, preuve que les mots d’Alaric sont soigneusement choisis.

« - C’est un point de vue. Se contente de rétorquer Alaric en sortant, Ashley sur ses talons.

Un point de vue stupide. Pauvre gosse trop rêveuse. Un jour, sa capacité à avoir cœur plus gros qu’elle l’amènera au pire. Pire que la mort. Et il se pourrait bien qu’il soit son épée de Damoclès.

-Nous ne sommes pas loin, répond finalement Alaric, sortant son téléphone pour vérifier que d’Absac ou l’un de ses larbins ne l’a pas appelé. Rapidement, le petit appareil si plat qu’il pourrait le briser d’un coup d’ongle est à nouveau dans sa poche, et le géant aux filets acajoux se détourne pour observer la jeune femme. Elle a légèrement changée, ses joues sont moins rondes, son regard plus mature. La gamine devient une femme chaque jour qui passe, tandis que lui est figé dans le temps à jamais. Jusqu’à ce que la vraie mort lui tombe dessus. Un jour, qui sait. Mais pas maintenant.

-… Non, mes employés avaient besoin d’elle. Tu n’étais pas … Prévue au programme. Qu’il souffle, lèvres pincées.

Il en aurait presque l’air contrit. Mais il est hors de question de changer radicalement de comportement. Le contraste en serait si saisissant, que sa petite combine n’aurait plus rien de crédible. Non, il doit y aller au compte goûte.

-C’est pas loin. Viens, je te rappel que c’est toi qui a le don de te mettre dans ce genre d’emmerdes. Qu’il lâche d’un ton bougon, marchant droit devant lui sans l’attendre. La lisière de la forêt n’est pas loin d’ici, au-dessus de leurs têtes, le ciel étoilé est à peine visible parmi les branches de feuilles et de branches entremêlées. Le Français attend plusieurs mètres avant de s’arrêter, soupirant et observant la gamine du coin de l’œil.

-T’es à la traîne, Ashley.

Silence, quelques éclairages pas si éloignés éclairent le faciès pâle du vampire, sa silhouette sombre se fondant dans la pénombre.

-Ok. C’est bon, mais je te jure que c’est la dernière fois. Qu’il fait mine de s’exaspérer, avançant vers elle à pas rapides pour lui montrer son dos, genoux fléchis.

Il n’en revient pas d’en venir à de telles extrémités absurdes, mais le jeu en vaudra la chandelle. Avoir un calice comme Colby est un luxe qu’il veut s’offrir.

- Dépêche-toi avant que change d'avis.»

 
code par SWAN - gifs tumblr - musique - Placebo - Running up that hill

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://swanlive.livejournal.com/
avatar
✤ Printemps : 20
✤ Messages : 1488
✤ Barge depuis : 18/05/2014
✤ Avatar : Karen Gillan
✤ Crédits : ( CADOW CACAHUETTE ) SWAN ( avatar ) + TUMBLR ( gifs ) + CRACKLE BONES ( Code signa ) + MODERN JESUS| portugal. the man ( MUSIQUE)


✤ Âge personnage : 21
✤ Humeur : Bisounours
✤ Profession : Libraire
✤ Philosophie : Smile, everything's gonna be alright
✤ Localisation : Salem
✤ Pouvoirs : Guérison / Boucliers / Création de blessures (nécessite de se l'infliger à elle-même ou d'avoir un contact physique avec la cible, à l'endroit désiré)

Relationship
→ citation:
relationships :
Ashley H. ColbyNain roux au syndrôme de stockholm
MessageSujet: Re: Reunion. [Asharic]   Mer 8 Juil - 21:56

Reunion.

Feat. Le Grand Connard
- C'est un point de vue.

Il avait beau faire genre, Ashley savait qu'il était agacé par ses paroles. Il n'en montrait rien, bien sûr. Demander à Alaric de dévoiler des émotions qu'il ne voulait pas montrer, c'était... Rêver. En couleur. Avec de la musique. Et des licornes. Mais... Elle le sait quand même. Un instinct, le fait qu'elle le connaissait, à force... Difficile à dire.

- Nous ne sommes pas loin.

C'est un téléphone portable qu'il sort ? Une nouvelle surprise. La vie à Salem l'avait forcé à changer. C'était surprenant. À New-York, elle avait du mal à croire possible qu'un vieux fossile, Français en plus, puisse évoluer, même pour s'adapter à son environnement. Visiblement, elle se trompait. Lorsqu'il détourna légèrement la tête pour lui jeter un œil, elle détourna son attention, l'air de rien, s'appuyant à un arbre pour reprendre son souffle. C'est à cet instant qu'elle lui demanda s'ils pouvaient y aller en voiture. Ses jambes étaient molles comme des guimauves.

- ... Non, mes employés avaient besoin d'elle. Tu n'étais pas... Prévue au programme.

Ses lèvres s'étaient pincées. Croyez-le ou non, la rouquine avait fini par détecter les signes de l'humeur d'Alaric, et celui-ci n'était jamais de bon augure. Mais il semblait prêt à jouer le jeu de la douceur jusqu'au bout et n'ajouta rien. De toute façon, elle doutait qu'il soit réellement fâché de la revoir. Au fond d'elle, la sorcière avait peut-être le désir débile et puéril que ce ne soit pas que pour son sang ou tout autre instinct de possession. M'enfin.

- C’est pas loin. Viens, je te rappelle que c’est toi qui a le don de te mettre dans ce genre d’emmerdes.

Un petit rire lui échappa malgré elle. La rouquine n'avait pas besoin qu'on lui rappelle. Toute cette situation lui semblait... Décalée. Ses retrouvailles avec Alaric avaient hantées ses pires cauchemars et l'avaient tourmentés depuis leur arrivée à Salem, depuis qu'elle savait qu'il arpentait les rues au même rythme qu'elle et que ce ne serait qu'une question de temps et de malchance avant qu'ils ne se recroisent. Pourtant, là, tout de suite, avec cet horrible monstre à ses côtés... Elle n'avait pas spécialement peur. Elle était même sereine. Peut-être parce qu'elle n'aurait plus à craindre ce moment. Peut-être parce qu'il lui avait manqué. Stop. Non.

La jeune femme secoua la tête vivement, avant d'emboîter le pas au vampire. Mais elle trainait. Elle le savait. La demoiselle devait constamment prendre appuie sur la végétation environnante, et le moindre effort excessif faisait tournoyer le monde sous ses prunelles. Bientôt, Mr. Connard n'était plus visible, mais Ashley ne s'en inquiétait guère. Elle connaissait son chemin et savait qu'il ne la laisserait pas seule, c'était trop risqué. Pour lui.

- T'es à la traîne, Ashley.

Elle s'était battue avec lui pendant presque un an pour qu'il l'appelle par son prénom. Maintenant qu'il le faisait, c'était juste... Bizarre. Enfin, elle s'y ferait bien. La rousse se contenta de lever les yeux vers lui, d'un regard parfaitement équivoque. Elle aimerait bien l'y voir, tiens. Puis, il sembla lire dans son esprit, et un moment magique qui resterait gravé dans sa mémoire s'imprima sur sa rétine.

- Ok. C'est bon, mais je te jure que c'est la dernière fois.

Et il vint s'accroupir dos à elle, lui montrant son dos. La sorcière était convaincue que son regard pétillait à la façon d'une gamine devant une fontaine de chocolat et toutes sortes de pâtisseries faites de gras et de sucre.

- Dépêche-toi avant que je change d'avis.

Il ne fallait pas lui dire deux fois ! La guérisseuse ne savait pas exactement à quoi Alaric jouait... Mais là, pour le coup, ça lui plaisait. Elle monta sagement sans se faire prier davantage, passant ses bras autour de sa nuque en prenant garde à ne pas l'étrangler. Pas qu'il avait besoin d'air, mais... Pour le confort, quoi. Et l'habitude.

- T'es mignon, comme ça. Tu devrais essayer plus souvent.

Un ton un brin taquin, mais pas trop. Ce serait dommage de l'énerver et de gâcher le moment, pas vrai ? La petite ne put s'empêcher de respirer son odeur, mais fit comme de rien et leva simplement la tête, observant les parcelles de ciel qu'elle parvenait à voir entre les branches.

- Tu as réussis à sauver le plus important, à New-York ? ... Tes bouquins, Isobelle, Icare..?

Oui, elle s'était inquiétait pour ces deux-là et oui, elle savait l'importance de la bibliothèque d'Alaric à ses yeux. Et puis, il avait beau dire, le chemin serait encore un poil long. Il valait mieux tenter de lancer un semblant de conversation, pas vrai ? Malgré l'épuisement qui lui donnait seulement envie de s'endormir sur le dos de ce démon aux traits d'ange. Mais ce n'était pas une bonne idée. Jamais.

- Sois prudent, ma mère est probablement partie chercher de l'aide... réalisa-t-elle soudainement, levant la tête en fixant devant eux, un brin inquiète.

Pas pour lui. Elle le savait capable de se défendre. Nah, la jeune femme craignait plutôt la situation qui pourrait découler d'un affrontement en pleine nuit.


_________________

Revenir en haut Aller en bas
avatar
✤ Messages : 4476
✤ Barge depuis : 13/08/2013
✤ Avatar : Tom Hiddleston
✤ Crédits : SWAN ( avatar ) + Disturbed ( Signature ) + TUMBLR ( gifs profil ) + Puscifer ( musique )


✤ Âge personnage : 3801 ans.
✤ Humeur : Consciencieux, mais agacé.
✤ Profession : Trafiquant d'organes ( Ne récupère plus que les corps des Raids. ) Et de poches de sang. Ariana Vander s'occupe de son réseau pendant la journée.
✤ Philosophie : Ne jamais remettre au lendemain ce qu'on peut faire aujourd'hui
✤ Localisation : Partout à Salem.
✤ Pouvoirs : Provoquer des illusions chez ses victimes. Plus ceux d'un Originel.

Relationship
→ citation:
relationships :
Alaric G. RousseauRousseau ; Elu connard de l'année
MessageSujet: Re: Reunion. [Asharic]   Lun 3 Aoû - 10:49


Réunion - le nain roux  
 
It doesn't hurt me. Do you want to feel how it feels ?  Do you want to know that it doesn't hurt me ?  Do you want to hear about the deal that I'm making ? You, it's you and me.



Cette comédie a de sérieux inconvénients. Le Français fait grincer discrètement ses canines, tandis qu'il tend son dos à la naine rousse. Elle a l'air de jubiler de la situation, la saloperie. Mais ce n'est que partie remise. Il y a bel et bien un but à tout celà, et ce ne sera pas en vain. Le ridicule ne tue pas, tu parles. La petite sorcière vient alors se jucher sur ses grandes épaules, sa respiration devenant légèrement irrégulière le temps de quelques secondes. Il jurerait qu'elle vient de le renifler. Dos à elle, le connard se permet une grimace écœurée. Vient-elle réellement de lui balancer qu'il était 'mignon' ? Pour toute réponse, un simple grognement s'échappe de ses lippes fines. Elle peut toujours aller se brosser. Alaric avance alors, non sans perdre de vu son objectif. Bien que serrer sa prise jusqu'à faire saigner la chair tendre de l'humaine le démange, la bestiole se retient avec force, fixant le paysage d'un air morne.

Et bien entendu, l'autre se sent obligée de combler le silence.
Il y a des choses qui ne changent jamais.

« - La plupart de mes affaires, Répond tout de même Alaric d'un ton cordial. A part une tentative de pillage assez ... Particulière.

Et il entend par là qu'on lui avait simplement volé un tableau. Celui d'un Dragon majestueux. Bien-sûr, le fait qu'un Dragon géant soit apparut quelques temps plus tard en plein New-York avait été une drôle de 'coïncidence'. Ce n'est que bien plus tard qu'il avait appris qu'une d'Absac s'était retrouvée coincée dans la métropole déchue. Vue avec une certaine Wolfgang. Les faits s'étaient révélés bien moins surprenants, après coup. Cette famille de cinglés hystériques est parsemée de membres puissants.

Alaric se fige, tournant le menton sans pour autant pouvoir aviser autre chose que quelques filets de feu.

- Pardon ?

Cette fois, le ton de sa voix est bien plus grinçant, de l'aide ? Le spectre était donc bien celui de la génitrice de la gosse. Par anticipation, Alaric suppose aussitôt que telle mère, telle fille. Une chieuse ne pouvait qu'en pondre une autre. Bordel de merde. Le géant accélère légèrement, préférant éviter toute tentative d'attaque à son encontre. Non qu'il est peur, mais arracher quelques os de leurs carcasses de chair pourrait hautement le démanger. Et c'est interdit, de un. De deux, Ashley ne doit plus le revoir dans un tel état. Il n'a pas offert son dos pour voir ses efforts tous ruinés. Parce qu'il faut bien rappeler à ce foutu ridicule, que mort, il l'est déjà.

- Merci de me prévenir, Ironise Alaric, avant d'entendre les chiens et d'aviser quelques faisceaux lumineux.

Chiens égale double emmerde. Les clébards sentent la mort et le danger bien plus fort que le reste. Des éclats de voix leur parviennent jusqu'aux mirettes, et tout en feulant d'agacement, Alaric serre sa prise sur les chevilles de son petit boulet.

- Serre les dents et baisse la tête, je vais devoir aller très vite jusqu'au point d'eau. »


Aussitôt dit, aussitôt fait. La grande silhouette disparaît dans la nuit, ne devenant plus qu'une ombre mouvante.  L'eau étant le seul atout pour perdre les chiens. Le Français se fige alors d'un seul coup. Leurs deux silhouettes à demi-trempées. La vase lui colle aux jambes, et doit certainement souiller les cuisses de la gosse. Doucement, Alaric pose cette dernière à terre, à l'abris d'arbustes, et s’assoit calmement à son tour. La rivière plutôt profonde est à présent un rempart entre eux et les humains accompagnés de chiens. Impossible de faire jouer ses dons sur les clébards, et aucune issue ne leur permet de continuer tant qu'ils sont dans les parages. Résultat des courses, ils n'ont plus qu'à attendre.

La situation est de plus en plus absurde.

 
code par SWAN - gifs tumblr - musique - Placebo - Running up that hill

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://swanlive.livejournal.com/
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Reunion. [Asharic]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Reunion. [Asharic]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] The Reunion [DVDRiP]
» La reunion des bailleurs de fonds
» Pierre Slack à la Reunion[Ajouté]
» Réunion familiale { PV les 5 autres qui se reconnaitront }
» Réunion Capital

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
You ain't born typical :: CORBEILLE :: Corbeille RPG-