FERMETURE DU FORUM ► Pour en savoir plus c'est ICI

Partagez | 
 

 I’m saying just goodbye... ▲ LA MOISSON DES ÂMES (les adieux)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
✤ Messages : 1116
✤ Barge depuis : 06/02/2014
✤ Avatar : Colin O'Donogue
✤ Crédits : Avatar par Phoebe ♥ Gif tumblr. Musique signature - Let it rock de Kevin Rudolf.


✤ Âge personnage : 671 ans
✤ Humeur : Taquine
✤ Profession : Gestion du Seven Devils
✤ Philosophie : Respire tant que tu peux encore le faire.
✤ Localisation : Entre tes cuisses.
✤ Pouvoirs : force, agilité, rapidité, régénération importante, hypnose, sens décuplés. les trucs habituels de vampire. Et je suis également dans la capacité de pénétrer et d'influer les rêves.

Relationship
→ citation:
relationships :
Nathaniel L. Jenkins☞ Chasseur de trésors, surtout de ton slip.
MessageSujet: I’m saying just goodbye... ▲ LA MOISSON DES ÂMES (les adieux)   Mer 12 Nov - 18:02


I’m saying just goodbye... 
ft. Blake



Lionne encagée. Féroce et impatiente. L'heure tournait. Les secondes s’égrainaient. La fin approchait. Le dénouement de l'histoire s'annonçait proche. Son corps de glace demeurait statique. Figée dans l'espace. Ses prunelles sondaient avec inertie le vide. Un vide éprouvant. Une solitude éreintante. Un manteau d'amertume et de regrets l’enveloppait. Un cocon de givre et de néant. La solitude la grugeait. A l'approche d'une mort probable, elle ne voyait pas sa vie défiler comme certains le prétendaient. Elle n'avait que des regrets et des remords. Des actes manquaient. Elle prenait enfin conscience de tout ce qu'elle avait raté. Elle prenait enfin conscience de tout ce qu'elle avait manqué. Cette nouvelle vie offerte mais dont elle n'avait su profiter. Une vie de ténèbres et de douleurs. Une vie sans passion mais guidée par une haine féroce... Une nouvelle vie. Un cadeau jugé empoisonné. Elle s'était trompée. Bornée et aveuglée. Maintenant elle le savait.

Poupée de givre. La peur coulait sur elle sans pour autant l'atteindre. Pas encore. Ce combat ne sera pas le dernier. Elle en était convaincue. Elle avait traversé les décennies. Pendant que le monde tombait en ruine, elle avait su se relever. Encore et encore. Pendant que le monde se retrouvait plongé dans les ténèbres et le chaos, elle avait su restée debout. Cette moisson des âmes n'était rien d'autres qu'un obstacle. Certaines épreuves sont faites pour nous préparer aux guerres de demain.

Alors pourquoi? Pourquoi cette sensation de suffoquer? Pourquoi cette impression de tout perdre alors qu'elle n'avait rien? Elle n'avait ni famille. Ni amis pour la pleurer. Elle n'avait rien... Rien à part ses regrets. Alors pourquoi... pourquoi cette impression que la terre s'ouvre sous ses pieds? Pour cette envie soudaine de tout briser. Pourquoi cet excès soudain de colère?! Vivement, son poing s'encastra contre le mur. La douleur transperça sa chair se rependant tel un serpent le long de son bras. Elle était vivante et pourtant déjà morte. Elle ne pouvait pas mourir une nouvelle fois... Pas comme ça. Pas comme un animal exposé aux yeux de tout New-York. Elle ne voulait pas non plus de cette victoire. Ôter la vie à des personnes qui, comme elle, n'avait pas choisi de se retrouver ici...

Certaines épreuves sont faites pour nous préparer aux guerres de demain.

Elle ira affronter son destin. La tête haute et seule.


Code disturbed
A great big world feat Christina Aguilera - Say something


_________________
Un click ou un baiser? 
you ain 039 born typical
You ain't born typical
Revenir en haut Aller en bas
avatar
InvitéInvité
MessageSujet: Re: I’m saying just goodbye... ▲ LA MOISSON DES ÂMES (les adieux)   Lun 17 Nov - 2:11




Could I have saved you?

- I cant get used to it. Ill never get used to it. -


Pour le culte de  Lucifer et l’amour des Enfers ! Donnez-moi le courage et la force. Donnez-moi le courage et la force de regarder mon cœur et mon corps de mort-vivant sans dégoût.

Impassible, bien que amèrement fébrile, mes deux pierres d’émeraude se lèvent doucement droit devant. Mon regard, négligé dans les flammes rutilantes, voit défiler aveuglément les deux rangées de portes closes de ce long et étroit couloir blafard. Le panorama devient si houleux et funèbre. Les formes se disloquent. Les murs se referment sur moi. Vertigineuse déambulation. Je suis ivre. Grisé d’atrocité sempiternelle. L’étrange étreinte qui me comprime le creux de ma poitrine emmitouflée dans un manteau de tristesse et de détresse. Sous le granite de ma chair d’albâtre, égaré dans un torrent dévastateur, mes veines horripilantes drainent avec misère ce flot de rage et de sang. Colère viscérale qui grimpe à toute vitesse. Déferlement de violence raidissant mes phalanges. Mes poings désormais dangereusement resserrés, mes jointures se ternissent que davantage sur ma chair cireuse alors que mes ongles me mutilent les paumes. J’ai désespérément besoin de me cramponner à quelque chose alors que mon monde est littéralement en train de s’écrouler.

Dans le recoin de mon regard absent, je vois se dessiner l’imposante armature humaine qui me suit silencieusement. Chien galeux qu’ils ont mis à mes trousses, qui me colle les baskets comme mon ombre… ce gentil toutou bien dressé qui n’est là que pour assurer la garde et veiller à ce que rien ne dérape. Semblant de sécurité et de pouvoir qu’ils se donnent. Nous tous condamnés à avancer avec le canon d’un flingue de braqué sur la tempe. Au moindre faux pas, ils ne se gêneront pas pour agrémenter le plâtre de ces murs ternes et sales avec les fragments visqueux de notre cervelle réduite en bouillie.  Quand Diable est-ce que ce jeu barbare et sanglant va-t-il se terminer ?

Roxane…
Pour le culte de  Lucifer et l’amour des Enfers ! Donnez-moi le courage et la force. Donnez-moi le courage et la force de regarder mon cœur et mon corps de mort-vivant sans dégoût.

Aaahhh ! Le regret. Hélas prise de conscience. Pitié. Remord. Vous que j’apprends de jour en jour à détester. Vieux compagnons d’élection que je veux haïr pour en vain cesser de souffrir. Pourquoi me regardez-vous donc comme ça ? Vous régnez, en roi, dans le creux bourbeux et sinueux de mon crâne. Vous saccagez ainsi les débris de ma cervelle putride et malade ! Vaste désastre. Ce soir, je me laisse caresser par cette étrange douleur. Sans effort, sans rixes, sans contrainte, sans pitié, sans humanité, naturellement, simplement, par destin… par fatalité.

- T’as deux minutes. Pas une de plus. Pas une de moins.

Autoritaire. Aigre. Froide. Terne. Livide.  D’une lenteur outrancière, je lève les yeux vers la source de cette voix "chaleureuse et charmante". Poings toujours compactés, je sens mes phalanges rouler et craquer sous les assauts de mon aversion grandissante qui me paralyse tout le corps. L’obéissance s’abat sur moi, poids colossal, mes jambes se ramollissent comme des spaghettis et mes larges épaules fléchissent. Pas le temps et ni le moment pour disjoncter. Docile, j’acquiesce d’un lourd hochement de tête alors que ma main cadavérique vient tranquillement se mouler contre la poignée de porte.

Je l’ouvre. Dans l’ébène, sa silhouette de givre et d’ivoire m’apparaît. Forte. Fragile. Tragique. Illustre. Lionne encagée. Âme ravagée. Enfant de ténèbres. Être jadis de lumière.  

- Roxane...

Mon murmure suave et grave se meure dans la rigidité ardente de l’atmosphère qui semble graduellement se refermer et nous oppresser. Doucement, mon regard sulfureux balaye le zeste de rixe se creusant un nid dans le plâtre de l’un de ces quatre murs robustes qui nous séquestrent. Je referme la porte derrière-moi, traverse la chambre, brave les quelques mètres qui nous séparent, éraflant très rapidement le niveau de la jolie blonde.

- Je t’en prie. Ne laisse pas les ennemis du désordre venir faire reluire la miséricorde dans tes yeux incendiés d’un feu fatal, j’implore, sourdement, alors que d’une main habile mais craintive je viens agripper la main meurtrie de ma poupée de glace.

- Tu n’es pas une martyre.

À loisir, je contemple la plaie se cicatriser, chassant au loin, de mon pouce, les larmes pourpres ruisselant sur ses pâles jointures.

- Jamais tu n’en seras une.    

Pour le culte de  Lucifer et l’amour des Enfers ! Donnez-moi le courage et la force. Donnez-moi le courage et la force de regarder mon cœur et mon corps de mort-vivant sans dégoût.

D’une lenteur à l’illusion éternelle, doucement, ma main blafarde se hisse à la hauteur de sa figure de porcelaine. Le revers de mes doigts de glaces effleure légèrement sa pommette livide… Imperceptible caresse, esquissée d’une douceur et délicatesse infinie.

L’ultime collision.
Revenir en haut Aller en bas
 
I’m saying just goodbye... ▲ LA MOISSON DES ÂMES (les adieux)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» I think that it's time to say goodbye [Libre]
» Goodbye my old friend...
» presentation de benoît moisson
» 08. I guess this is goodbye
» Kiss me goodbye [PV Natasha]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
You ain't born typical :: CORBEILLE :: Children Of cain :: Corbeille RPG-