FERMETURE DU FORUM ► Pour en savoir plus c'est ICI

Partagez | 
 

 ELIRIAN - ROAD AGAIN Partie 1.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
✤ Printemps : 25
✤ Messages : 2142
✤ Barge depuis : 05/03/2014
✤ Avatar : Jared Leto
✤ Crédits : SWAN ( Avatar ) Disturbed ( code signa ) + TUMBLR ( gifs ) + BREAKING BENJAMIN - COLD ( Musique + paroles )


✤ Âge personnage : 24 ans
✤ Humeur : Déterminé
✤ Profession : Informateur
✤ Philosophie : Mange ta main, garde l'autre pour demain.
✤ Localisation : Dans le sud de Salem
✤ Pouvoirs : Courir très. TRÈS vite. / Gène Lycan anciennement bloqué par magie. A tout cassé. Maman, je peux tout t'expliquer.

Relationship
→ citation:
relationships :
Aidrian S. Wellington☞ Bébé chien ; Boulet premium
MessageSujet: ELIRIAN - ROAD AGAIN Partie 1.   Sam 12 Juil - 13:54




ROAD AGAIN. Partie 1.
ELIZABETH&AIDRIAN




Il ne le contrôle pas. Cette chose en lui. Ce monstre qu'il a ignoré durant tant d'années. La bestiole se venge, elle explose, se rebelle et tente de le faire sortir de ses gongs, et Aidrian le sent. Il n'est pas comme d'habitude, la colère qui ronge ses sens est nouvelle. L'agressivité dans ses gestes, dans son regard lorsqu'il avise son reflet dans le miroir … Chaque nuit depuis ce soir-là, le brun fait cauchemars sur cauchemars. Son esprit rejouant en boucle la scène. La douleur, le craquement de ses os. Puis ce reflet. Bouille face contre glace, Aidrian avise ses prunelles. L'éclat doré qu'il peut y voir n'a rien de normal. C'est surnaturel. Ce n'était pas là avant. C'est un rappel quotidien de son nouvel état. Wellington n'est plus humain. Ce qui faisait de lui un être unique dans sa famille s'est envolé en éclat. Ses jointures serrées sur les bords du lavabo, Aidrian tente tant bien que mal de contrôler ses pulsions. Un grincement l'averti alors, et c'est en baissant ses prunelles myosotis qu'il avise les fêlures dans l'émail. Preuve d'une force nouvelle, et parfaitement incontrôlable.

« - 'Chier ! » Grince-t-il d'une voix trop rauque en reculant, passant ses pattes veinées sur son faciès qui ne trahit aucun signe de fatigue. Il a l'air en pleine forme, son corps est en pleine forme, pourtant, à l'intérieur, Aidrian est épuisé.  Fatigué de se battre contre la bête, qui ne demande plus qu'à sortir de là. La pleine lune ? Le loup semble n'en avoir rien à foutre, il est détraqué, cassé. Contenu trop longtemps. Il a déjoué sa nature, et le bestiau compte bien rattraper le temps perdu.

Et il sait qu'il y a un problème. Cela fait longtemps, qu'il aurait dû être 'activé'. Très longtemps. Et il lui aura une semaine reclus à filtrer les appels et à repasser le film de sa vie en boucle, pour se souvenirs d'un détail troublant de son existence. Le jour où, par un soir glacial, peu de temps après la transformation de son père, sa mère l'avait embarqué en douce. Elle avait trouvé un faux prétexte dont il n'a même plus le souvenirs, et lui avait dit qu'il devrait dormir chez sa tante Asmodée, la sœur jumelle de Beth. Mais voilà, Aidrian n'a strictement aucun souvenirs de ses trois jours. C'est le trou noir complet. Comment a-t-il pu oublier ce passage de sa vie ? Le nouvellement lycan secoue le menton, soupirant et agrippant un tas de serviettes, et autres produits d'hygiènes. Il faut qu'il parle avec sa mère, et il est hors de question de le faire par téléphone. Non, il doit faire ça dans les règles de l'art. Face à face. Le fils veut voir le visage de sa génitrice et y déceler le mensonge. Car, il y a quelque chose d'autre, un détail qui avait troublé tout le monde, mais sur lequel la sorcière refusait catégoriquement de s'attarder par le passé : Son absence de pratiques magiques. Beth avait longuement prétexté un blocage, l'empêchant d'effectuer les plus puissants sortilèges dont elle était autrefois capable. Et c'était à cause de ça, que sa sœur avait du s'y coller le jour où tout avait déraillé, le jour où Abbie était morte, pour se sacrifier.

Et accessoirement pour Isabella, voir ses propres pouvoirs déchanter totalement. Cette fois, Aidrian sent son instinct plus fort que jamais. Le doute plane au-dessus de son crâne, telle une épée de Damoclès. Elizabeth et Asmodée Wellington lui doivent des explications. Pourtant, seule sa mère pourra lui en fournir. Car … Elle est la seule restante des deux. Quelques années plus tôt, ses parents avait rapporté la mauvaise nouvelle, un énième choc pour toute la famille. Pourtant, il reste des parts d'ombres et de mystère autour d'Asmodée. Quelques détails qui ne concordent pas. Mais ça, c'est une tout autre histoire. Aidrian fait déjà demi-tour, regagnant le salon de son studio trop grand pour loger toutes ses affaires dans ses bagages. La route risque d'être longue, mais il semble être devenu totalement insomniaque. Le jeune homme s'affaire rapidement, vérifiant au passage qu'il n'oublie rien et, file en direction de la porte d'entrée.

Prêt à partir en quête de réponses.



© FICHE CRÉÉE SWAN. GIF PAR SWAN. MUSIQUE PAR PLACEBO.

_________________


Wesh poto:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://swanlive.livejournal.com/
avatar
✤ Messages : 2591
✤ Barge depuis : 20/11/2013
✤ Avatar : Jenna Louise Coleman
✤ Crédits : SWAN <3 ( Avatar ) + CRACKLE BONES ( code signa ) + TUMBLR ( Gifs ) + WOODKID - I LOVE YOU ( Musique + Paroles )


✤ Âge personnage : 221 ans, et pas une ride!
✤ Humeur : Curieuse
✤ Profession : Aucune
✤ Localisation : Juste derrière toi. Bouh !
✤ Pouvoirs : Le baiser qui rend fou, et celui de rester attirante en toutes circonstances

Relationship
→ citation:
relationships :
Elizabeth Crawley☞ Chair fraîche gratuite ; libre service !
MessageSujet: Re: ELIRIAN - ROAD AGAIN Partie 1.   Mer 16 Juil - 21:11

❝ Road Again, Part one ❞

Une vérité était apparue, vérité qu’elle n’avait décidément pas vu venir. Aidrian n’était pas qu’un jouet, ou quelqu'un susceptible de la servir. Elle ignorait pourquoi ou comment c’était arrivé, mais il s'avérait qu’elle n’avait pas supporté l’idée qu’il puisse mourir, et pas seulement parce que ç’aurait été des mains de sa plus grande ennemie. En réalité, sa présence ne lui était plus aussi désagréable qu’avant. C’était même plutôt le contraire. Et c’était plutôt contrariant. Avait-elle réellement envie de s’attacher à un humain ? Qui n’était pas vraiment un humain d’ailleurs, mais un Loup comme l’avaient prouvé les récents événements. Le fait est qu’elle l’aimait bien, qu’elle ait ou non envie de l’admettre. Elle préférait se dire qu’elle le voulait, ça sonnait mieux et c’était nettement plus acceptable. D’autant plus qu’une autre chose l’inquiétait : s’il était lycan, les effets de son baiser ne tarderaient pas à s’estomper, si ce n’était déjà fait. Et, allez savoir pourquoi, au lieu de passer à autre chose, elle se sentait quelque peu angoissée à l’idée qu’il puisse la rejeter. Mais pourquoi l’aurait-il fait au fond ? Elle était plutôt de plaisante compagnie et elle était capable d’être tout à fait distrayante. Elle pouvait faire une compagne agréable, d’autant plus maintenant que Dylan avait été renvoyée dans les bas fonds, endroit auquel elle appartenait.

Elle pouvait être discrète lorsqu’elle le voulait. La preuve, il n’avait visiblement pas remarqué qu’elle l’avait suivi jusque chez lui, jusqu’à la porte de son studio. Elle avait eu l’intention de manifester sa présence, jusqu’au moment où elle entendit à travers la porte un juron suivi de bris d’objets. Elle ne l’avait jamais connu dans cet état et se rappela alors ce que Frankie lui avait dit sur les membres de son espèce. Mieux valait ne pas s’approcher d’un lycan en colère. Elle jugea donc bon de reculer et de ne pas frapper. Mais ce n’était pas pour autant qu’elle avait abandonné la partie, loin de là. Non. Elle l’avait attendu, posément, patiemment. Sagement. Par chance, l’intérieur de son immeuble était protégé du soleil. L’inconvénient était qu’elle avait besoin de se nourrir, et que les passants n’étaient pas légion. Ce fut donc le plus naturellement du monde que, affamée, elle frappa à la porte de l’un des voisins le premier soir. Ce fut un charmant couple de quinquagénaires qui lui ouvrit. Une petite séance d’hypnose suffit pour qu’ils la fassent entrer sans discuter et lui offrent volontairement de boire à la source. Elle n’avait pas vraiment eut l’intention de les tuer. Sauf qu’Aidrian resta terré chez lui plus longtemps que prévu. Et qu’elle avait faim. Elle s’était laissée un peu emporter. Et il était possible qu’elle ait rendu un fier service à cet immeuble. Qui lui disait que ce couple était si charmant que ça ? Qu’il n’avait pas quelques cadavres cachés dans un placard ?

Comme le jeune homme ne sortait toujours pas, elle dut trouver un plan de secours. Qui fut le voisin d’en face. Mais celui-ci l’avait amplement mérité. Il était terriblement agaçant à émettre son épouvantable musique à des heures aussi tardives. Lorsqu’elle finit par le vider de sa dernière goutte de sang, elle songea avec une certaine satisfaction que les habitants de cet immeuble lui aurait sans aucun doute remis une médaille pour les avoir débarrassés d’un être aussi nuisible ! Néanmoins, la gloire serait pour une autre fois. Ce n’était pas ce qu’elle voulait pour le moment. L’appartement lui donnait par chance un point de vue idéal. Son ouïe développée lui permettait de surveiller avec attention le moindre mouvement dans le couloir. Seuls les bruits de casse qu’elle entendait parfois lui permettaient de s’assurer que le jeune homme était en vie et la dissuadaient de défoncer la porte.

Sans doute un autre voisin aurait souffert d’un triste sort si, un soir, enfin, elle n’avait pas entendu un mouvement de clef dans la serrure. Immédiatement, elle profita de sa célérité vampirique afin de s’extraire de son logement de fortune, prenant soin de le fermer derrière elle. Etrangement, l’idée qu’il apprenne qu’elle avait vidé de leur sang une partie de son voisinage l’inquiétait quelque peu. Fort heureusement, il n’avait pas encore ouvert la porte lorsqu’elle fut enfin prête. Elle l’accueillit d’un large sourire, bien qu’il n’ait pas l’air de la meilleure humeur qui soit.

« Bonsoir. » Le dévisageant de haut en bas, elle avisa les bagages qu’il portait. « Vous allez quelque part ? »

Une chose était certaine : pas question qu’il parte sans elle ! Pas après qu’elle ait guetté dans ce lieu épouvantable et se soit nourrie ainsi, sans même avoir la possibilité de chasser. C’est à peine si elle avait pu jouer avec. Un comble tout de même !
bohemian psychedelic

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✤ Printemps : 25
✤ Messages : 2142
✤ Barge depuis : 05/03/2014
✤ Avatar : Jared Leto
✤ Crédits : SWAN ( Avatar ) Disturbed ( code signa ) + TUMBLR ( gifs ) + BREAKING BENJAMIN - COLD ( Musique + paroles )


✤ Âge personnage : 24 ans
✤ Humeur : Déterminé
✤ Profession : Informateur
✤ Philosophie : Mange ta main, garde l'autre pour demain.
✤ Localisation : Dans le sud de Salem
✤ Pouvoirs : Courir très. TRÈS vite. / Gène Lycan anciennement bloqué par magie. A tout cassé. Maman, je peux tout t'expliquer.

Relationship
→ citation:
relationships :
Aidrian S. Wellington☞ Bébé chien ; Boulet premium
MessageSujet: Re: ELIRIAN - ROAD AGAIN Partie 1.   Sam 19 Juil - 18:15




ROAD AGAIN. Partie 1.
ELIZABETH&AIDRIAN




A peine a-t-il amorcé un geste pour ouvrir la porte, que quelque chose l'alerte. C'est comme … Une odeur. Une senteur familière, qu'il ne connaît pourtant pas. C'est plus profond que ça, plus lointain. Aidrian ignore alors totalement qu'il s'agit tout simplement de ses nouveaux sens. Un souvenirs qui n'appartient pas à lui, mais à son loup. Le lupin coincé dans sa carcasse sait ce qui se cache derrière la porte et, alerte Aidrian. Il y a quelque chose … Un machin non identifié et probablement dangereux qui le fixe à travers la planche de bois. Loin de se douter que le monstre emprisonné en lui pourrait tout aussi bien finir par devenir un allié, Aidrian jette sa patte veinée sur le manche, ouvrant la porte à toute vitesse. Pour … Tomber nez à nez face Elizabeth. Merde, elle tombe vraiment mal là. Le brun pince ses lippes, avisant la petite silhouette aux formes plantureuses. Au fond de sa gorge, un grondement involontaire lui échappe.Et, à son grand embarras, une sensation tout aussi nouvelle le prend à la gorge. Comme ... Une sorte d’excitation sauvage et incontrôlable. C'est nouveau ça. Le brun se racle la gorge, frappant du plat du poing sur sa poitrine avant de tousser. Un bon moyen de dire à la bestiole de fermer sa gueule, purement et simplement.

« - Bonsoir. Qu'elle salut, son petit sourire mutin collé à ses lèvres malignes. Avant que ses prunelles ne descendent jusqu'au bagage pourtant lourd qu'il maintient souplement d'une main. Vous allez quelque part ? S'enquiert-elle alors.

A son grand malheur.

- Affaires familiales. Rétorque-t-il aussitôt, sortant de son appartement et, posant sa valise en farfouillant à la recherche le jeu de clefs avant d'y déceler la bonne. Aidrian glisse alors l'objet dans la serrure, tournant la poignée et fourrant le tout dans la poche arrière de son bermuda.

- Navré, mais là j'ai vraiment pas le temps, Elizabeth. J'ai de la route à faire et beaucoup de choses à régler … Explique-t-il ensuite, reprenant ses bagages et se tournant vers elle.

Ses deux azures fixent longuement la petite brune, qui ne semble pas spécialement ravie d'apprendre la nouvelle. Ses cheveux encore trempés sur son crâne lui donnent l'air plus vieux, plus sérieux, quant à sa bouille, seul son regard trahit sa fatigue. Mais elle est bien présente. Il n'est pas sans oublier la panique qu'il a lu dans son regard, le jour où il a été à deux doigts de mourir. Elizabeth avait sincèrement tenté de lui sauver la vie. C'est peut-être ça, qui le dérange le plus. Qu'elle soit là, bien présente. Depuis combien de temps ? Aidrian ne sait pas ce qu'elle a en tête, et pense devoir sérieusement s'en inquiéter. Aborder le fait qu'il n'est 'plus sous son contrôle', n'est pas non plus une bonne idée. A quoi bon les mettre mal à l'aise encore plus ? Elle qui ne sait pas que durant ces deux semaines, l'humain qu'il était alors n'était absolument pas sous l'influence de la vampire.

Pour la première fois, cet être hyperactif et incontrôlable se sent presque embarrassé, lui qui ne voit jamais rien, et dit toujours milles est une conneries dépourvues de délicatesses. Ses sourcils se froncent, tandis qu'il ouvre la bouche, puis la referme. Qu'est-ce qu'il peut bien faire, hein ?

- Euh ... Désolé, Je vais devoir y aller ! »

Et le voilà qui longe le couloir, détalant comme un lapin. Tout en effectuant une marche arrière, Aidrian avise Elizabeth, sourire couillon plaqué sur sa bouille aux iris pâles. Puis, de trébucher sur sa propre valise, jurant et luttant tant bien que mal pour se jucher sur ses guibolles, et faire demi-tour pour filer jusqu'à la cage d'escaliers. Mais quel foutu trouillard ! Il continue de tracer, plissant les yeux tout en effectuant milles prières suppliantes pour s'en sortir indemne. Comme si Elizabeth n'allait va pas venir à sa suite, et lui demander des explications ! Pourtant, il compte largement là-dessus, car il n'a pas la moindre envie d'avoir de comptes à rendre sur ses deux semaines de silence, ni envie de subir toutes ses questions. C'est tout, sauf le moment.



© FICHE CRÉÉE SWAN. GIF PAR SWAN. MUSIQUE PAR PLACEBO.

_________________


Wesh poto:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://swanlive.livejournal.com/
avatar
✤ Messages : 2591
✤ Barge depuis : 20/11/2013
✤ Avatar : Jenna Louise Coleman
✤ Crédits : SWAN <3 ( Avatar ) + CRACKLE BONES ( code signa ) + TUMBLR ( Gifs ) + WOODKID - I LOVE YOU ( Musique + Paroles )


✤ Âge personnage : 221 ans, et pas une ride!
✤ Humeur : Curieuse
✤ Profession : Aucune
✤ Localisation : Juste derrière toi. Bouh !
✤ Pouvoirs : Le baiser qui rend fou, et celui de rester attirante en toutes circonstances

Relationship
→ citation:
relationships :
Elizabeth Crawley☞ Chair fraîche gratuite ; libre service !
MessageSujet: Re: ELIRIAN - ROAD AGAIN Partie 1.   Sam 9 Aoû - 17:15

❝ Road Again, Part one ❞

Elle avait réussi. Ouf ! D’ordinaire, elle n’avait aucunement honte de ses instincts. Après tout, ne faisaient-ils pas partie d’elle et de sa nature ? Et pourtant, elle craignait l’idée qu’Aidrian découvre qu’elle s’était allègrement nourrie à la gorge de ses voisins. Elle savait depuis le temps qu’elle le connaissait que cela ne lui plairait sans doute pas. Et sans savoir pourquoi, l’idée de le contrarier ou de provoquer sa colère lui déplaisait. Donc elle se tut et lorsqu’elle se trouva face à lui, le regarda de son air le plus innocent comme si de rien n’était. Oui, elle était heureuse de le voir, mais bien moins lorsqu’elle baissa les yeux sur ses bagages. Evidemment, elle lui demanda quelques explications, qu’il lui donna sans trop discuter. Affaires familiales ? Comment cela affaires familiales ? Voilà qui ne plaisait guère à la vampire. Elle réalisa que c’était bien la première fois qu’elle entendait le jeune homme mentionner de quelconque relations de ce type. Bon, il faut dire qu’elle n’avait jamais non plus pris la peine de le lui demander. Le résultat était le même : il allait partir. Si elle n’avait pas eu la présence d’esprit de le surveiller, elle ne l’aurait su avant d’avoir retrouvé son logement vide de sa présence. Immédiatement de nombreuses questions se bousculèrent dans sa tête : où, pourquoi, comment ? Et surtout, combien de temps ? Combien de temps comptait-il partir ? Profitant qu’il cherchait ses clefs, elle s’approcha et se planta devant lui.

« Affaires familiales ? Voilà qui est bien mystérieux... Cela aurait-il un rapport avec ce qu’il vous est arrivé la dernière fois ? » demanda-t-elle de manière un peu plus insistante.

Mais voilà qu’au lieu de lui répondre comme il l’aurait dû, en lui fournissant certaines explications, il se montra fuyant, voire même plutôt grossier en lui signifiant clairement qu’il n’avait pas de temps à lui accorder. Fronçant les sourcils, elle afficha une moue boudeuse lorsqu’il récupéra ses bagages. Elle commençait à penser que le charme qu’elle avait exercé un temps sur lui s’était évaporé. Curieux qu’il ne se montre pas plus furieux alors en s’en apercevant. Ceci dit, il avait visiblement d’autres choses à penser. Des choses desquelles il l’excluait volontairement. Et cela ne lui plaisait absolument pas. Il la laissait là, plantée dans le couloir, contrainte de le regarder s’éloigner avec ses bagages. Elle n’éprouva même pas une pointe de satisfaction en voyant cet idiot se prendre les pieds dans sa valise. Elle s’était rarement sentie aussi vexée. Elle lui avait sauvé la vie tout de même ! Il pouvait bien lui expliquer la situation, prendre un peu de temps ! Il ne l’avait même pas remerciée. Elle détestait se sentir exclue de la sorte, encore plus par lui.

Allait-elle le laisser s’en sortir si facilement, disparaître de la circulation sans qu’elle puisse obtenir le moindre indice pour le retrouver ? Oh, certainement pas ! A peine l’eut-elle vu disparaître dans les escaliers que déjà sa décision était prise. Profitant de sa célérité vampirique, elle se précipita dans les escaliers et le devança, jusqu’au rez-de-chaussée, où elle l’attendit, le sourire aux lèvres. Puis, sans prévenir, elle prit la valise des mains du jeune homme qu’elle portait aussi aisément que si elle avait été totalement vide.

« J’imagine que vous allez avoir besoin d’un peu d’aide pour ça. » Puis elle le suivit du regard et se dirigea vers la porte d’entrée de l’immeuble d’un pas sautillant. Non, elle ne le laisserait pas filer si facilement. « Je n’ai jamais vraiment eu l’occasion de voyager vous savez. Ce doit être passionnant. Qu’avez-vous emporté là dedans ? » Elle continuait d’un ton badin, bavassant comme à son habitude sans vraiment lui laisser le temps de lui répondre. De contrariée, elle était passée à enthousiaste. Elle pensait que le charme s’était estompé, mais il était également possible que non. Il était possible qu’il soit toujours en mesure de céder à ses caprices. Et dans le cas contraire... et bien tant pis, il devrait tout de même faire avec, voilà tout ! Et puis, elle n’était pas totalement stupide. Elle sentait bien qu’il avait tout de même un peu peur d’elle. Et s’il fallait qu’elle en joue, et bien qu’à cela ne tienne ! Elle fit soudainement volte-face et se planta devant lui, l’empêchant ainsi de passer la porte de son propre immeuble.

« Alors, où va-t-on ? » demanda-t-elle avec un petit sourire triomphant. « Loin d’ici j’espère ? Je me demande à quoi peuvent ressembler les autres villes d’Amérique. J’ai beaucoup à faire vous savez, mais pour vous je peux bien me libérer un peu. »

Encore une fois, elle ne pouvait s’empêcher de retourner la situation, présentant les choses comme si elle lui faisait une immense faveur. Elle songea qu’elle devrait prévenir Damian de son départ. Elle pourrait toujours téléphoner. Elle n’était pas certaine de bien comprendre comme ces choses là fonctionnaient, mais elle était persuadée que le lycan se ferait un plaisir de le lui montrer.  
bohemian psychedelic

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✤ Printemps : 25
✤ Messages : 2142
✤ Barge depuis : 05/03/2014
✤ Avatar : Jared Leto
✤ Crédits : SWAN ( Avatar ) Disturbed ( code signa ) + TUMBLR ( gifs ) + BREAKING BENJAMIN - COLD ( Musique + paroles )


✤ Âge personnage : 24 ans
✤ Humeur : Déterminé
✤ Profession : Informateur
✤ Philosophie : Mange ta main, garde l'autre pour demain.
✤ Localisation : Dans le sud de Salem
✤ Pouvoirs : Courir très. TRÈS vite. / Gène Lycan anciennement bloqué par magie. A tout cassé. Maman, je peux tout t'expliquer.

Relationship
→ citation:
relationships :
Aidrian S. Wellington☞ Bébé chien ; Boulet premium
MessageSujet: Re: ELIRIAN - ROAD AGAIN Partie 1.   Mer 13 Aoû - 18:38




ROAD AGAIN. Partie 1.
ELIZABETH&AIDRIAN




Aidrian est maladresse, angoisse et rage à la fois. C'est un cocktail contradictoire, une averse d'émotions inhabituelles. Du moins, pour ce qui est de son impatience décuplée par mille. Il n'a jamais été prompt à s'énerver aussi facilement. Ca l'angoisse, et l'accable un peu plus. L'idée le pousse hors de ses gongs, et l'urgence le gagne. Il faut qu'il arrange ça, qu'il comprenne ce qui lui arrive et pourquoi maintenant, et pas avant ? Aidrian sait que sa mère est la clef de cette énigme, et il compte bien partir en quête de réponses.

« - Affaires familiales ? Voilà qui est bien mystérieux... Cela aurait-il un rapport avec ce qu’il vous est arrivé la dernière fois ? S'impose Elizabeth.

Oui, s'impose. Elle fouille, elle le traque. L'étaux se referme, et il est dans la merde. Une merde noire. C'est foutu, cette chieuse refuse de lui lâcher la grappe. Merde, merde, merde !

- Ouais, donc c'est chiant, incommodant, et la route est longue. J'roule de nuit et de jour, 'voyez, je veux pas arriver trop tard et ça risque de me prendre trois/quatre jours.

Comment ça, trou du cul de couard ? Queneni. Cette petite loupiote brune est une vraie tortionnaire. Parfaitement. Des questions en veux-tu en voilà, et son bien-être à lui, hein ? Déjà, Aidrian se carapate, faisant des pieds et des mains pour conserver une allure droite et digne. C'est peine perdue. La brunette décolle en coup de vent. Ses cheveux humides se décollent de ses racines, et le brun cligne des yeux. Quoi ? Aussi facilement ? Son faciès de déforme, se transformant en une moue dubitative, son instinct à présent sur-développé lui hurle de se méfier. Il y a un piège. Sans se défaire de son expression, ses pieds détalent et le ramènent jusqu'au rez-de-chaussée. Et, ô, surprise, voilà donc Elizabeth, dos planté à la porte et sourire mutin sur sa bouille faussement angélique. Un piège fait de chair et de sang. Le nouveau lycan retient un juron, pinçant ses babines qui ne forment plus qu'un trait fin. La sangsue opère, s'accroche à lui et ne compte plus repartir.

Re-triple-merde. Satané karma à la mords-moi le nœud. La féline créature ondule jusqu'à lui, lui autant son unique bagage des mains.

-J’imagine que vous allez avoir besoin d’un peu d’aide pour ça. Il n'a pas le temps de répliquer, de souligner qu'à présent, sa force est décuplée par cent, qu'elle tourne déjà les talons pour frétiller de la carcasse jusqu'à la porte de sortie et ajouter : Je n’ai jamais vraiment eu l’occasion de voyager vous savez. Ce doit être passionnant. Qu’avez-vous emporté là dedans ?

Il est foutu. FOUTU. La belle se détourne, lui lançant un regard de braise. Et comme une bonne giffle, le rêve le plus embarrassant de toute sa vie revient à la charge. Celui où … Oh non.

- Alors, où va-t-on ? Loin d’ici j’espère ? Je me demande à quoi peuvent ressembler les autres villes d’Amérique. J’ai beaucoup à faire vous savez, mais pour vous je peux bien me libérer un peu.

- Nul part ! Qu'il s'insurge aussitôt, sans se formaliser de ses soits-disants plans super-importants. Aidrian n'a pas le temps de retenir les mots, ils s'imposent d'eux-mêmes. Le grand brun serre les gencives, provoquant ainsi une réaction en chaîne de plusieurs veines marquant un sillon sur sa chair. Bras, mains, cou. L'impulsion est marquée sur son épiderme et il n'a aucun moyen de faire demi-tour à présent. Ses pieds bondissent presque, soulevant sa carcasse jusqu'à la brune à qui il reprend son bien. Ecoutez, Beth – Car la nommer Elizabeth, patronyme de sa mère, après ce fameux rêve lui file la gerbe – J'peux pas vous emmenez. Déjà, parce qu'on s'connait pas vraiment et que c'est pas un voyage, mais une visite d'ordre privé.

Et d'ouvrir la porte avec fureur, avant de se diriger droit vers la caisse noire et rutilante qui l'attend sagement depuis deux semaines. Une belle œuvre de collection. Contrairement aux dires de sa jumelle qui elle, prétend le contraire en la traitant de vieille carcasse bonne à jeter. L'hérétique … Le lupin inspire, ouvrant son coffre d'un mouvement souple pour y jeter son bagage.

- Secondo', vous allez cramer dès le levé du jour. Et j'y tiens pas trop.

Quoi ? D'où est-ce que ça sort, ça ? Oui, il est reconnaissant envers elle. Mais pas au point de se préoccuper d'elle. N'est-ce pas ? Si ? Le brun ouvre ses azures en grand, se tordant la bouche tout en grimaçant. Ok, c'est aussi un mensonge. Les vitres de l'engin sont protégés. Non pas qu'il est un jour prévu d'avoir une dents-longues collées au train. Mais il ne pouvait pas faire autrement, avec Alice. Avoir une urgence en plein jour était une habitude, fut un temps. Aidrian soupire, fermant le coffre avec plus de douceur pour se rediriger vers Elizabeth. Il peut comprendre son désire ' d'Aventures ' et de voyages. Etre enfermée pendant des siècles n'a rien de drôle, il en est certain.

- Ecoutez … C'est … C'est pas contre vous. Je … - Merde, on peut pas se tutoyer ? Ca m'fait me sentir comme un fossile de vouvoyer une nana qu'à l'air d'avoir mon âge - se coupe-t-il en plein élan en se grattant la nuque avant de se racler la gorge et de reprendre : Bref, je vais pas être facile à vivre et pas très aimable. Tu veux pas d'un chieur comme moi pendant des jours entiers, et je sais pas ce que je vais faire de toi une fois sur place. Ca va pas être drôle. Y aura sûrement des cris, des larmes, et des portes qui claquent. J'ai besoin d'explications, ok ? J'ai de très bonnes raisons de penser que ma mère a bloqué mon gène. C'est obligé ! J'serais un … Aidrian s'arrête net, vérifiant autour de lui avant de murmurer : J'serais déjà un Lycan, dans le cas contraire.

C'est la première fois qu'il lui parle. Du moins, sérieusement, et pas uniquement pour sortir une connerie pleine d'esprit ou de sarcasme. Ou répondre à ses séries d'interrogations enfiévrées. C'est bizarre, et surtout inhabituel.


© FICHE CRÉÉE SWAN. GIF PAR SWAN. MUSIQUE PAR PLACEBO.

_________________


Wesh poto:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://swanlive.livejournal.com/
avatar
✤ Messages : 2591
✤ Barge depuis : 20/11/2013
✤ Avatar : Jenna Louise Coleman
✤ Crédits : SWAN <3 ( Avatar ) + CRACKLE BONES ( code signa ) + TUMBLR ( Gifs ) + WOODKID - I LOVE YOU ( Musique + Paroles )


✤ Âge personnage : 221 ans, et pas une ride!
✤ Humeur : Curieuse
✤ Profession : Aucune
✤ Localisation : Juste derrière toi. Bouh !
✤ Pouvoirs : Le baiser qui rend fou, et celui de rester attirante en toutes circonstances

Relationship
→ citation:
relationships :
Elizabeth Crawley☞ Chair fraîche gratuite ; libre service !
MessageSujet: Re: ELIRIAN - ROAD AGAIN Partie 1.   Mar 19 Aoû - 20:26

❝ Road Again, Part one ❞

Elle n’avait nul besoin de posséder le don de lire dans les pensées d’autrui pour percevoir à quel point celles d’Adrian devaient être agitées. Raison de plus pour qu’elle reste avec lui et qu’elle ne le laisse pas partir seul alors qu’il se trouvait visiblement dans un moment d’égarement. Le pauvre ne savait même plus ce qu’il disait. Si elle fut quelque peu surprise par le ton agressif qu’il adopta, elle le regarda presque immédiatement d’un air condescendant. Il avait perdu la tête manifestement. Il mourait d’envie qu’elle l’accompagne, cela se voyait, seulement il ne voulait pas l’admettre, ou alors il n’osait tout simplement pas le lui demander. Qu’à cela ne tienne, elle lisait en lui comme dans un livre ouvert. Elle ne prit pas le temps de se demander ce qu’il s’était passé pour que soudainement elle prenne les intérêts de l’ancien humain à ce point à coeur, pour qu’elle éprouve une très sincère et désintéressée envie de l’aider. Le déclic s’était fait au moment où elle avait cru la vie du jeune homme menacée, où elle avait ressenti ce brutal et furieux instinct de protection. Mieux valait sans doute ne pas chercher à en connaître la cause.

Elle fit donc comme si de rien n’était, lui laissant croire l’espace de quelques minutes qu’il avait gagné la partie. Jusqu’à ce qu’il la retrouve, en bas, tout sourire tandis qu’elle lui arrachait sa valise des mains, prête à partir en voiture. Elle devait l’avouer, elle était bizarrement excitée. C’était la première fois qu’elle voyageait vraiment. Bon, d’accord au cours de son sommeil elle était passée d’un continent à un autre, mais ça ne comptait pas vraiment. Non, là ce serait un vrai voyage ! Bon, la voiture ne lui inspirait pas trop confiance, mais il allait bien falloir qu’elle s’y habitue maintenant qu’elle était coincée en 2051. Oui, elle se sentait enthousiaste, et cela se reflétait dans la légèreté de son pas. En revanche, lui semblait ne pas être de cet avis. Elle lui lança un regard offusqué et réellement vexé.

« Vous n’êtes pas obligé de me répondre sur ce ton. » Elle eut même un mouvement de recul. Quand il s’énervait il ne faisait pas semblant. « Et alors, je ne vais pas vous déranger. Je sais être très discrète vous savez. » Puis elle ajouta, sur un ton particulièrement agacé. « Et ne m’appelez pas Beth, je ne supporte pas ce surnom ! »

Celui que sa mère lui donnait lorsqu’elle voulait lui faire faire quelque chose, autrefois, il fut un temps. Hors de question qu’on l’appelle de nouveau de cette manière ! Et il avait tort, ils commençaient à se connaître non ? Bon d’accord, elle n’avait pas la moindre idée de qui était la famille du jeune homme mais elle saurait être tout à fait charmante et elle était capable de rester à sa place, sans l’ennuyer. Elle le suivit jusqu’à la voiture, qui à son avis n’était pas très engageante. Sentant bien que le jeune homme n’était pas d’humeur, elle se garda de tout commentaire et se contenta de jeter un oeil perplexe aux vitres.

« Mais non, je ne risque rien, elles sont teintées ! » lança-t-elle sur un ton triomphant. Si elle le savait, c’était uniquement parce que celles de la voiture de Damian l’étaient également. « Je peux donc venir, rien ne s’y oppose. »

Elle nota non sans plaisir qu’il s’était inquiété pour sa sécurité, sans envisager qu’il s’agissait probablement d’un prétexte visant à la dissuader de l’accompagner. Elle préférait se dire qu’il avait à coeur ses intérêts, c’était nettement plus agréable. Mais devant son insistance, il devint bientôt nettement plus sérieux. Elle n’était pas certaine d’être très à l’aise avec le tutoiement, mais ça avait l’air d’être l’une de ces coutumes modernes particulièrement répandues. A son humble avis, ce n’était qu’un effet de mode, elle voulait croire que les bonnes manières referaient surface tôt ou tard. A son tour, elle se fit plus sérieuse, plus qu’elle ne l’avait jamais été jusqu’alors avec lui.

« J’ai bien saisi la situation figurez-vous. Oubliez-vous à qui vous parlez ? J’étais humaine moi aussi et je me suis réveillée vampire du jour au lendemain. Et dois-je vous rappeler que je me suis retrouvée sans prévenir dans une époque qui n’est pas la mienne ? Croyez-moi, je comprends parfaitement ce que vous... ce que tu traverses. »

Non, décidément, le tutoiement ne passait pas du tout. Il allait pourtant falloir qu’elle s’y habitue, hors de question qu’elle continue de l’employer quand il se montrait si familier avec elle. Pour manifester le fait qu’elle avait bien l’intention de venir, elle ouvrit la portière de la voiture côté passager et s’y engouffra. Ce n’était pas la première fois qu’elle montait dans une voiture, mais jamais encore elle ne s’était retrouvée devant, côté passager. Elle éprouva une certaine fascination pour le tableau de bord et ne put s’empêcher de commencer à toucher les boutons. Puis, elle avisa un groupe de jeunes gens à peine sortis de l’adolescence qui apparurent dans la rue d’en face. Immédiatement, elle sentit la gourmandise la titiller délicieusement et l’air de rien se tourna vers le lycan. N’ayant pas fermé sa portière, elle parla sans craindre de ne pas être entendue.

« Dites... il reste de la place dans le coffre ? » demanda-t-elle de l’air le plus innocent du monde.

Elle pouvait bien prendre un petit en-cas pour la route, au cas où, cela lui éviterait d’avoir à sortir pour se nourrir. De plus, si elle n’en prenait pas un trop grand, il tiendrait forcément dans la voiture. Elle méritait bien une compensation, après tout, elle n’avait pas le moindre bagage, rien pour se changer ou même pour se rafraîchir, ce qui allait contre tous ses principes concernant l’élégance qu’elle se devait d’avoir en toute occasion. Malheureusement, elle n’était pas certaine que le jeune homme n’en pense que du bien... 
bohemian psychedelic

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✤ Printemps : 25
✤ Messages : 2142
✤ Barge depuis : 05/03/2014
✤ Avatar : Jared Leto
✤ Crédits : SWAN ( Avatar ) Disturbed ( code signa ) + TUMBLR ( gifs ) + BREAKING BENJAMIN - COLD ( Musique + paroles )


✤ Âge personnage : 24 ans
✤ Humeur : Déterminé
✤ Profession : Informateur
✤ Philosophie : Mange ta main, garde l'autre pour demain.
✤ Localisation : Dans le sud de Salem
✤ Pouvoirs : Courir très. TRÈS vite. / Gène Lycan anciennement bloqué par magie. A tout cassé. Maman, je peux tout t'expliquer.

Relationship
→ citation:
relationships :
Aidrian S. Wellington☞ Bébé chien ; Boulet premium
MessageSujet: Re: ELIRIAN - ROAD AGAIN Partie 1.   Sam 23 Aoû - 13:41




ROAD AGAIN. Partie 1.
ELIZABETH&AIDRIAN




« - Vous n’êtes pas obligé de me répondre sur ce ton.

Et là voilà qui re-chipote. La patience ? Il semble en avoir beaucoup moins, depuis que le loup en lui est réveillé. Et Aidrian claque la porte du coffre, contournant cette dernière pour se poster devant elle, mains sur les hanches. Avec des tas d'arguments de son côté pour l'empêcher de le suivre.

- Et alors, je ne vais pas vous déranger. Je sais être très discrète vous savez. Qu'elle assure, d'un ton déterminé. Sa moue pourrait presque le faire éclater de rire, ou le faire fondre. Néanmoins, elle l'agace beaucoup trop pour ça. Et ne m’appelez pas Beth, je ne supporte pas ce surnom ! Qu'elle rugit ensuite, passant du coq à l'âne sous le regard ahurit d'Aidrian. Ses bras en tombent, avant qu'il ne les lève au-dessus de son crâne.

- Mais tu portes le même nom que ma mère ! Qu'il s'insurge, tel un gosse capricieux. Bien qu'il nome sa mère uniquement par ' Maman ', il a eu l'habitude de vois tous leurs proches appeler sa mère ' Elizabeth '. C'est dérangeant, il ne saurait l'expliquer, mais Aidrian déteste prononcer ce nom en la regardant. Ca a quelque chose de … Malsain. Et tandis que le loup tente tant bien que mal de lui assurer que le voyage serait trop dangereux pour elle, cette dernière conteste avec justesse.

-  Mais non, je ne risque rien, elles sont teintées !  Je peux donc venir, rien ne s’y oppose.

Et elle est fière, en plus, la garce. Le lycan plisse les yeux, puis les genoux, pile pour arriver à la hauteur de la jeune femme. Des semaines qu'elle lui casse les pieds, avec ses questions. Des jours qu'elle cherche à savoir tout sur tout de leur époque. Et elle qui ne sait jamais rien, qui le questionne avec ferveur, reconnaît une vitre teintée ? Comment ?

- J’ai bien saisi la situation figurez-vous. Oubliez-vous à qui vous parlez ? J’étais humaine moi aussi et je me suis réveillée vampire du jour au lendemain. Et dois-je vous rappeler que je me suis retrouvée sans prévenir dans une époque qui n’est pas la mienne ? Croyez-moi, je comprends parfaitement ce que vous... ce que tu traverses.

Aidrian ne répond rien, trop subjugué par le petit brin de femme devant lui. Mais c'est qui, cette fille ? A chaque fois, il a l'impression de découvrir une nouvelle facette. Une nouvelle Elizabeth. Dans son dos, le lycan sent plusieurs odeurs. A son grand étonnement, l'odeur de la vampire ne le dérange pas tant que ça. Sûrement conditionné depuis l'enfance, avec une tante vampire toujours dans les parages. Pourtant, derrière lui, une odeur plus fraîche, plus aguichante, l'alerte. Et la sangsue semble tout autant accaparée. Aidrian se détourne, avisant un petit groupe d’adolescents bruyants et visiblement de retour de soirée.

- Dites... il reste de la place dans le coffre ?

Arrêt sur image. Un nerf saute sous l'épiderme du loup, qui tourne lentement ses azures polaires vers la vampire. Automatiquement, et comme pour protéger ses anciens semblables, Aidrian approche une main de la portière. Lentement, très lentement, ce dernier ouvre la portière, disctant d'un ton sourd:

- Eliza. Dans la voiture, maintenant. Ne tente même pas d'en toucher un, je te rappel que j'ai plus de force que toi, maintenant.

Malgré tout, le jeune homme tente de rester affable, et sur sa bouille angélique, ce dernier plaque un sourire étincelant. Il n'est pas très doué, et surtout pas violent. C'est le lupin en lui, en revanche, qui pourrait lui donner du fil à retordre. A sa grande horreur, la moindre odeur de sang lui donne l'eau à la bouche. Pas comme un mort, non. Ce n'est pas de veine, dont il est assoiffé . Mais de chair. Voilà pourquoi il abdique. Avec elle, il ne risque pas de se retourner, de changer du tout au tout et de risquer de la tuer. Si par malheur, Aidrian se change, Elizabeth ne risque rien. Mieux encore, elle pourrait l'aider.

- J'accepte, à une condition. Je contrôle rien, depuis que c'est arrivé. J'ai besoin de quelqu'un pour m'aider, au cas ou … Je fais une connerie pendant le voyage. Tu seras mon assurance, et en échange, je te montre les plus beaux coins que je connais pendant le trajet. Mais attention, aucun changement d'itinéraire. Lâche-t-il, toujours en barrage de chair entre elle et les adolescents déjà loin. Et on peut même faire un tour chez toi, tu peux pas partir sans rien. »

Pourquoi accepte-t-il ? C'est de la folie ...

Tout en serrant la portière entre ses doigts, Aidrian scrute la vampire. Etrange, de se dire que quelques jours avant, elle avait tout pouvoir sur lui. Qu'elle pouvait l'anéantir. Et qu'à présent, les rôles sont inversés. Aidrian a déjà vu Alice et Chris se battre. En oubliant le fait que le lycan était un combattant aguerri, sa force surpassait légèrement celle d'Alice. Le nombre de fois où ce dernier l'avait mise au tapis durant leurs entraînements ne tient plus sur les doigts d'une main, ni de deux. Pourtant, même comme ça, en Lycan aux quelques savoirs rudimentaires de self-défense, il ne risque pas de blesser la vampire. Il n'est pas violent, et il refuse de se laisser dominer par le fauve en lui.


© FICHE CRÉÉE SWAN. GIF PAR SWAN. MUSIQUE PAR PLACEBO.



_________________


Wesh poto:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://swanlive.livejournal.com/
avatar
✤ Messages : 2591
✤ Barge depuis : 20/11/2013
✤ Avatar : Jenna Louise Coleman
✤ Crédits : SWAN <3 ( Avatar ) + CRACKLE BONES ( code signa ) + TUMBLR ( Gifs ) + WOODKID - I LOVE YOU ( Musique + Paroles )


✤ Âge personnage : 221 ans, et pas une ride!
✤ Humeur : Curieuse
✤ Profession : Aucune
✤ Localisation : Juste derrière toi. Bouh !
✤ Pouvoirs : Le baiser qui rend fou, et celui de rester attirante en toutes circonstances

Relationship
→ citation:
relationships :
Elizabeth Crawley☞ Chair fraîche gratuite ; libre service !
MessageSujet: Re: ELIRIAN - ROAD AGAIN Partie 1.   Mer 3 Sep - 14:42

❝ Road Again, Part one ❞

On aurait dit qu’il faisait exprès de la contrarier. C’était sans doute ça d’ailleurs. Elle ne voyait pas d’autre possibilité. Il devait nécessairement le faire exprès, juste pour l’ennuyer. Et cela fonctionnait à merveille. Elle se vexait, affichant une mine boudeuse et mécontente vis à vis du lycan qui ne cessait de chipoter sur tout et n’importe quoi. A commencer par son prénom. Il n’allait tout de même pas l’affubler de stupides surnoms sous le ridicule prétexte qu’elle portait le même prénom que sa mère, si ? Elle prit un air résolument offusqué et croisa les bras.

« Oh, pardonnez moi, dois-je désormais changer de prénom pour vous faire plaisir ? Vous n’avez qu’à lui donner des surnoms à elle, je m’appelais Elizabeth bien avant qu’elle soit née ! »

Elle ne comprenait décidément pas quel était le problème, d’autant plus qu’elle imaginait bien qu’Aidrian n’appelait pas sa propre mère par son prénom. Quoique les moeurs modernes étaient si étranges que ce n’était pas impossible après tout. Mais elle n’en avait que faire en vérité, d’autant plus qu’il le faisait probablement exprès pour éviter qu’elle vienne. Ce qui ne serait pas si simple, car elle avait déjà repéré que les vitres teintées seraient l’idéal pour l’empêcher de griller durant la journée. Et elle était persuadée qu’elle pourrait l’aider, vraiment, contrairement à ce que lui avait l’air de penser. Il était peut-être lycan et elle vampire, mais ils partageaient un point commun de taille : ils avaient été humains, il fut un temps et avaient tous deux dû faire face à de nombreux changements. Bon d’accord, elle avait souhaité sa propre métamorphose, mais tout de même, elle en avait connu les complications. Il la regarda, sans qu’elle puisse accéder à ses pensées. Etait-il convaincu ou toujours prêt à la laisser sur le trottoir sans se retourner ? Peu importait en vérité, elle avait déjà décidé qu’elle viendrait. Et quitte à venir... autant prendre un petit en-cas non ? Cette idée l’avait faite se lever de son siège, toute prête à se jeter sur l’un de ces si appétissants humains. Mais il l’arrêta directement. Avait-il réellement osé la défier ? Voilà qui était inhabituel. Durant un instant, elle le regarda comme si elle était prête à lui arracher la gorge. L’instant d’après, son air devint suppliant, telle une enfant qui aurait supplié pour un jouet.

« Mais... mais... et si j’en prends un petit ? » Mais son air inflexible ne la trompa pas. Elle croisa les bras, lui lança un regard noir et fit la moue. « Très bien, mais il faudra s’arrêter pour que je mange ! » Elle se rassit alors sur son siège rageusement. Puis, elle se pencha de nouveau vers lui, visiblement furieuse. « Et sachez qu’il n’y a rien de plus vil qu’un homme s’en prenant physiquement à une femme innocente. »

Puis, elle regarda de nouveau la vitre, paraissant l’ignorer. Et pourtant, elle demeurait attentive à ses paroles. Très attentive même, puis lorsqu’il lui dit qu’elle pouvait venir, un sourire lumineux éclaira de nouveau et immédiatement son visage. D’ailleurs c’est à peine si elle écouta la suite et les conditions qu’il souhaitait lui imposer. Elle se tourna vers lui, radieuse.

« C’est vrai, je peux venir ? » s’écria-t-elle.

Sans attendre de réponse, elle bondit si vite qu’elle se retrouva de nouveau hors de la voiture sur ses pieds et s’élança vers le jeune homme pour l’étreindre, dans un élan d’enthousiasme qui manqua de les faire tomber à terre tous les deux. Puis, elle se recula légèrement, réfléchissant à ce qu’il venait de lui dire. Il avait raison, elle ne pouvait partir sans rien.

« Oui, j’ai besoin d’affaires. Comment est votre famille ? Qu’est-ce que je devrai porter ? » Mentalement, elle fit un inventaire de sa garde-robe déjà bien fournie pour le peu de temps qu’elle avait passé ici. Puis, elle sembla revenir à la réalité et regarda Aidrian d’un air perplexe. « Peut-être qu’il serait mieux que vous ne veniez pas. Vous êtes un nouveau lycan et si les Originels apprenaient votre présence... Je vais y aller, vous n’avez qu’à m’attendre ici. » Sur ces mots, elle partit à la vitesse de l’éclair. Pour revenir un instant plus tard, un air menaçant sur le visage, qui trahissait pourtant une certaine crainte. « Vous n’avez aucun intérêt à partir sans moi, je vous préviens. »

Puis, elle fila, cette fois-ci pour de bon. Une fois arrivée chez elle, elle ne s’encombra pas de réflexion et vida pratiquement le contenu de ses placards dans deux énormes valises et un gros sac. Il était bien pratique dans ces moments là de n’avoir nul besoin d’un homme pour transporter ses paquets. Elle prit tout de même le temps d’écrire une lettre à Damian lui expliquant qu’elle partait en voyage pour quelques jours et rentrerait bientôt. Elle ne lui en fit pas le récit des détails, devinant que cela ne lui plairait peut-être pas. Et surtout, elle ne voulait pas trahir Aidrian en dévoilant son existence en tant que jeune lycan. Elle attrapa ensuite ses bagages en une pile derrière laquelle elle disparaissait complètement pour prendre le chemin du retour. Son pas était sans doute plus rapide qu’il ne l’aurait dû, car, sans vouloir se l’avouer, elle était habitée par l’idée quelque peu angoissante qu’il soit effectivement parti sans elle.  
bohemian psychedelic

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✤ Printemps : 25
✤ Messages : 2142
✤ Barge depuis : 05/03/2014
✤ Avatar : Jared Leto
✤ Crédits : SWAN ( Avatar ) Disturbed ( code signa ) + TUMBLR ( gifs ) + BREAKING BENJAMIN - COLD ( Musique + paroles )


✤ Âge personnage : 24 ans
✤ Humeur : Déterminé
✤ Profession : Informateur
✤ Philosophie : Mange ta main, garde l'autre pour demain.
✤ Localisation : Dans le sud de Salem
✤ Pouvoirs : Courir très. TRÈS vite. / Gène Lycan anciennement bloqué par magie. A tout cassé. Maman, je peux tout t'expliquer.

Relationship
→ citation:
relationships :
Aidrian S. Wellington☞ Bébé chien ; Boulet premium
MessageSujet: Re: ELIRIAN - ROAD AGAIN Partie 1.   Ven 5 Sep - 14:43




ROAD AGAIN. Partie 1.
ELIZABETH&AIDRIAN


Comment est-ce possible d'être aussi têtue ? Le brun avise la vampire aux airs faussement angéliques et candides. Quelle tête de pioche …

« - Oh, pardonnez moi, dois-je désormais changer de prénom pour vous faire plaisir ? Vous n’avez qu’à lui donner des surnoms à elle, je m’appelais Elizabeth bien avant qu’elle soit née ! Proteste la jeune femme, ne comprenant sûrement pas le petit problème psychologique du jeune loup. Ce dernier hausse les épaules, se contentant de faire la moue tout en vérifiant du coin de l’œil qu'il n'a rien oublié. C'est pas le tout, mais Elizabeth le retarde. Et qu'en plus de ça, elle tente de rameuter un macchabé dans son coffre ! Aidrian lui fait 'gentiment' comprendre que cette option est à oublier. Surtout avec lui. Le pauvre n'ose même pas imaginer la tête de son père et Alice, s'ils sentent l'odeur sanglante d'un mort à l'arrière de sa voiture.

- Mais... mais... et si j’en prends un petit ? Qu'elle tente tout de même, malgré ses réprimandes. Aidrian continue de répondre par la négative. Très bien, mais il faudra s’arrêter pour que je mange ! Rage Elizabeth en se rasseyant sur son siège. Et sachez qu’il n’y a rien de plus vil qu’un homme s’en prenant physiquement à une femme innocente.

A ces mots, l'ancien humain manque de s'étrangler. Innocente ? C'est l'hôpital qui se fout de la charité ? Mâchoire tordue, Aidrian fusille Elizabeth de ses prunelles cristallines. Ses myosotis lancent des éclairs, tandis qu'il commence à protester. C'est sans compter sur le changement radical de comportement de cette tête de linotte indécise et lunatique. Ca fait beaucoup d'adjectifs. C'est ça, la vampire est un concentré d’adjectifs rébarbatifs. Tête de pioche … Pour la seconde fois.

- C’est vrai, je peux venir ? Qu'elle beugle à lui en décoller les esgourdes, avant de s'extirper à nouveau de l'habitacle de sa précieuse voiture. Jusqu'à faire un geste totalement inattendu. En une minute, elle est déjà accrochée à lui, dans une étreinte solide qui lui aurait autrefois broyé les os.

- Euh … Ouais … Balbutie maladroitement le loup en tapotant son dos, peu habitué au contacte physique. Elle est minuscule, frêle et glaciale. Comment se fait-il que les vampires soient aussi coriaces ? Il est perdu dans ses songes, lorsqu'elle s'écarte de lui, ses petits doigts félins glissant de ses épaules.

- Oui, j’ai besoin d’affaires. Comment est votre famille ? Qu’est-ce que je devrai porter ?

Malgré lui, Aidrian lâche un sourire en coin.

- Oh, prends le pagne. C'est des hommes des cavernes ! Raille la tête à claques, avant de s'écarte un peu pour vérifier que tout ses papiers sont bien dans sa boite à gant. Mais non, habille-toi comme tu veux… Enfin … Rien de trop voyant, reste discrète. Ce que tu portes là est très bien. Et arrête de me vouvoyer, bon sang ! J'ai que vingt-quatre ans, ok ?

Sauf qu'elle ne l'écoute déjà plus, la brune s'agite dans tous les sens, l'air complètement surexcitée. Aidrian reste muet, tout en se redressant pour l'observer. Il ne réalisait pas à quel point ça lui tenait à cœur …

- Peut-être qu’il serait mieux que vous ne veniez pas. Vous êtes un nouveau lycan et si les Originels apprenaient votre présence... Je vais y aller, vous n’avez qu’à m’attendre ici.

Un coup d'éclair lui décolla les cheveux des racines, et c'est sourcils levés que le lycan ouvre les lèvres.

- Euh … Ok …

Deuxième coup de vent, et la vampire est à nouveau face à lui. Son petit indexe pointé sous son nez.

- Vous n’avez aucun intérêt à partir sans moi, je vous préviens.

Une fois encore, Aidrian n'a même pas le temps de répliquer, qu'Elizabeth se dérobe à nouveau. Le brun se racle la gorge, passant une main dans ses cheveux humides. Ou jouant avec la chaîne autour de son cou. Certes, il pourrait se tirer sans elle. D'ailleurs, tout en se tournant vers l'Impala noire, le lycan y songe sérieusement. Après tout, il n'a rien demandé. Il ne veut de personne avec lui pour retrouver sa famille qu'il n'a plus vue depuis des mois … D'un autre côté, et dans une vision soudaine et frappante, le jeune homme image la mine défaite d'Elizabeth en réalisant que la voiture n'est plus là. Pour une raison qu'il ignore, cette chimère morose lui provoque un pincement au cœur. Elizabeth lui a sauvé la vie … Malgré les apparences, elle semble s'être attachée à Aidrian. Et, pour une raison qu'il ignore, lui aussi commence à s'attacher à elle. Une première depuis trois ans … Lui qui était si sociable … Tout en soupirant, le brun claque la portière passager, agrippant ses clefs coincées dans sa poche arrière et s'élançant pour se blottir derrière le volant. Mais en allumant le moteur, le Lycan pousse un juron. L'aiguille de la jauge l'alerte soudain de l'absence d'essence. Elizabeth vit plutôt loin, le temps qu'elle fasse le trajet, puis ses valises – car il ne doute pas qu'elle mettra un temps fou à choisir quelle culotte assortir à ses cheveux – le Lycan passe la première, pour s'éloigner doucement du parking. Un simple allez-retour pour gagner du temps et ne pas rester là à rien faire, car il déteste faire du sur place.

Sur la route, il n'y a pratiquement personne. Trouver la station d'essence lui prend quelques minutes à peine, et c'est tout en lançant un billet à un adolescent chargée de faire les pleins qu'il se dirige vers la boutique de la station. A l'emplacement, le jeune homme aux filets noirs agite ses longues guibolles, attrapant au passage plusieurs sachets de nourritures. Eau, sandwichs, et même quelques bonbons. Tiens, et cette carte aussi. Son GPS le lâche toujours en milieu de route et le pauvre bougre a encore du mal avec l'itinéraire. Une fois fait, le jeune file jusqu'au guichet pour payer, remerciant le caissier à l'air ennuyé. Puis de voir un drôle de magazine de mode. Rien de victorien, mais des tas de choses sur l'époque actuelle. Etrange que les Originels laissent encore quelques traces écrites … Mais à tout bien y réfléchir, il s'agit sûrement de la paperasse de l'un des leurs.

- Je vais prendre ça aussi. Fait il au caissier, l'air plutôt emmerdé que ravit d'avoir à se sortir les doigts du cul.

Pour la peine, Le brun lui décoche son sourire le plus agaçant et se détourne, rejoignant sa voiture, jetant le tout à l'arrière et filant de nouveau jusqu'à chez lui. Sur place, et à sa grand surprise, Elizabeth est déjà là. Bagages en main, et moue dépitée. Exactement celle qu'il ne voulait pas voir chez elle. Le brun arrive à sa hauteur, se garant à côté d'elle et se penchant pour ouvrir la portière.

- C'est quoi cette tête ? Tu croyais que j'allais te larguer là ? Fais pas la tronche, monte ! J'ai acheté des trucs pour la route. »

Et sur ses dernières paroles, de lui adresser un sourire jusqu'alors inconnu aux yeux de la vampire.

Celui qu'il accorde aux gens qu'il estime.


© FICHE CRÉÉE SWAN. GIF PAR SWAN. MUSIQUE PAR PLACEBO.



_________________


Wesh poto:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://swanlive.livejournal.com/
avatar
✤ Messages : 2591
✤ Barge depuis : 20/11/2013
✤ Avatar : Jenna Louise Coleman
✤ Crédits : SWAN <3 ( Avatar ) + CRACKLE BONES ( code signa ) + TUMBLR ( Gifs ) + WOODKID - I LOVE YOU ( Musique + Paroles )


✤ Âge personnage : 221 ans, et pas une ride!
✤ Humeur : Curieuse
✤ Profession : Aucune
✤ Localisation : Juste derrière toi. Bouh !
✤ Pouvoirs : Le baiser qui rend fou, et celui de rester attirante en toutes circonstances

Relationship
→ citation:
relationships :
Elizabeth Crawley☞ Chair fraîche gratuite ; libre service !
MessageSujet: Re: ELIRIAN - ROAD AGAIN Partie 1.   Mer 24 Sep - 23:08

❝ Road Again, Part one ❞

Après l’exaspération et la colère était venue la joie, une joie non feinte et pleinement exprimée après qu’il l’ait enfin autorisée à venir. Elle persistait à croire qu’il l’avait souhaité depuis le début tout en refusant de l’admettre, mais à présent ça n’avait plus la moindre importance. Il avait recouvré la raison et à présent, elle n’avait plus qu’à faire ses valises afin de partir avec lui. Bon, il avait refusé qu’elle prenne un petit en-cas pour la route, ce qui était tout de même très ennuyeux. Mais tant pis après tout, elle trouverait bien de quoi manger sur la route. Il y aurait bien quelques humains juteux à déguster pour se rassasier. Elle se demanda si le fameux lieu où ils étaient supposés se rendre était loin d’ici, et si oui, dans quelles auberges ils devraient s’arrêter. De son temps, pour les longs voyages il était nécessaire de remplacer régulièrement ses chevaux par d’autres plus frais. Elle se demanda si ces fameuses voitures avaient elles aussi besoin d’être changées.

Oui, il l’avait enfin autorisée à l’accompagner. Mais alors qu’elle était déjà partie afin de récupérer quelques affaires, elle se sentit prise d’un affreux doute. Et s’il avait menti ? Il avait été si prompt à lui dire d’aller chercher ses affaires et elle n’était pas née de la dernière pluie, c’était même le cas de le dire. Sans savoir vraiment pourquoi, à cette pensée elle éprouva un très sérieux pincement au coeur, et ne put s’empêcher de revenir pour l’avertir. Ayant remarqué qu’il n’était pas l’homme le plus courageux qu’elle ait pu rencontrer, elle avait d’instinct choisi la menace afin de faire passer son message. Pourtant, malgré cet avertissement, elle n’était pas tranquille, angoissée par la perspective que les choses puissent ne pas aller dans la direction qu’elle souhaitait. C’était hors de question, tout simplement. Il était donc nécessaire qu’elle ne perde pas de temps en faisant ses bagages. Seulement... La chose était bien plus compliquée que prévue. Pour le peu de temps qu’elle avait passé au sein de cette nouvelle époque, ses placards étaient étonnamment bien remplis. Il lui fallait choisir. Or, malgré les indications que lui avait données le jeune homme, elle ne se sentait pas plus assurée. Elle ne savait pourquoi elle tenait tant à faire bonne impression. Elle se persuadait que sa bonne éducation ressortait.

A force d’hésitations, elle avait fini par admettre qu’elle ne parviendrait jamais à choisir quoi que ce soit. Alors, autant tout emporter, au moins elle ne serait pas déstabilisée et ce quelle que soit la situation. C’était sans aucun doute ce qu’il y avait de mieux. Elle tasserait un peu dans la voiture. Au pire, elle pourrait toujours retirer la valise d’Aidrian. Après tout, il s’habillait toujours de la même manière, du moins à ses yeux, ça ne changerait donc pas grand chose. Et surtout, elle était dans l’urgence. Il fallait à tout prix qu’elle revienne le plus rapidement possible, avant qu’il ait eu le temps de filer si vraiment ç’avait été son intention. Malheureusement, il était ardue de se montrer rapide avec ses valises en main. Oh, le poids ne l’ennuyait pas le moins du monde, bien moins en tout cas que le fait que ses bagages menacent de tomber à chaque instant. Et elle ne pouvait se permettre de passer son temps à les ramasser. Elle devait arriver au plus vite.

Avec une vitesse impressionnante malgré la charge qu’elle transportait, elle traversait les rues et ruelles une à une, jusqu’au moment où enfin elle se trouva tout proche de l’endroit où il l’attendait. Où il était supposé l’attendre. Un endroit qui était à présent vide. A la place du véhicule ne restait plus qu’une place vide. Tout d’abord décontenancée, elle s’avança jusqu’à l’emplacement avant de demeurer figée, les yeux écarquillés, comme un zombie. Puis, brusquement, elle lâcha ses valises qui vinrent s’échouer au sol.

Il l’avait fait. Il l’avait vraiment fait. Il avait menti, et était parti sans elle. Il était probablement à cet instant précis en train de rire d’elle et de sa crédulité.

Elle aurait dû agir comme elle l’aurait normalement fait dans une telle situation. Elle aurait laissé éclater sa fureur. Elle se serait précipitée afin de rattraper la voiture. Elle y serait sans aucun doute parvenue, et elle aurait dévoré d’un coup celui qui avait osé lui faire subir une chose pareille ! Ou bien elle l’aurait tout simplement enlevé et torturé de manière particulièrement sadique. Mais cette fois-ci, elle n’en avait ni la force ni le courage. Elle se sentait... blessée. Oui, blessée. Quand était-elle devenue aussi fragile ? Son menton se mit à trembler et elle se sentit au bord des larmes, comme une petite fille que ses parents auraient perdue dans un supermarché.

Elle crut pour ainsi dire rêver lorsqu’elle vit les phares de la voiture venir vers elle. Etait-ce vraiment lui ? Quelques secondes suffirent pour qu’elle constate que oui, c’était bel et bien lui. Alors, il était revenu ? Il s’arrêta à sa hauteur et en une phrase parvint à effacer ses doutes. Le sourire d’Aidrian était contagieux et parvint à l’atteindre alors que l’expression de son visage exprimait tout son soulagement. Elle se refusait à dire qu’effectivement, elle avait bel et bien cru à un abandon. Ceci dit, elle n’en avait nul besoin, ses traits parlaient pour elle.

« Je viens, laissez-moi seulement le temps de mettre mes bagages dans votre voiture. » dit-elle d’une voix assurée, mais dans laquelle il était possible de percevoir un très léger tremblement.

Malgré sa force surhumaine, il lui fallut tout de même le temps de tout placer, une partie dans le coffre, une autre sur la banquette arrière, là où elle pouvait trouver de la place. Puis, elle ouvrit la portière et s’assit sur le siège passager, signal qu’ils pouvaient désormais partir. Mais le temps ne fut guère long avant qu’elle commence à trépigner et que sa légendaire curiosité refasse surface.

« Combien de temps le voyage va-t-il durer ? Et êtes vous certain que cet engin est suffisamment sûr ? Personnellement, j’aurais du mal à faire confiance à un véhicule qui n’est tiré par rien du tout. Vous savez, avec un peu de persévérance, je suis certaine que nous pourrions trouver un charmant attelage avec des chevaux. » Elle bavassait et bavassait, évitant de regarder devant elle la route qui fondait devant elle. Jusqu’au moment où elle ne put s’empêcher de le faire. « Vous ne roulez pas trop vite ? Je crois bien que vous roulez trop vite. » Et tout en prononçant ses paroles, elle posa instinctivement et d’un geste nerveux sa main gauche sur celle du jeune homme, sans penser que cela pourrait éventuellement perturber sa conduite. 
bohemian psychedelic

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✤ Printemps : 25
✤ Messages : 2142
✤ Barge depuis : 05/03/2014
✤ Avatar : Jared Leto
✤ Crédits : SWAN ( Avatar ) Disturbed ( code signa ) + TUMBLR ( gifs ) + BREAKING BENJAMIN - COLD ( Musique + paroles )


✤ Âge personnage : 24 ans
✤ Humeur : Déterminé
✤ Profession : Informateur
✤ Philosophie : Mange ta main, garde l'autre pour demain.
✤ Localisation : Dans le sud de Salem
✤ Pouvoirs : Courir très. TRÈS vite. / Gène Lycan anciennement bloqué par magie. A tout cassé. Maman, je peux tout t'expliquer.

Relationship
→ citation:
relationships :
Aidrian S. Wellington☞ Bébé chien ; Boulet premium
MessageSujet: Re: ELIRIAN - ROAD AGAIN Partie 1.   Jeu 2 Oct - 13:23




ROAD AGAIN. Partie 1.
ELIZABETH&AIDRIAN


Si la fin des temps doit approcher, c'est maintenant ou jamais. Non pas qu'il soit mélodramatique, mais, voilà … Elizabeth compte bien le rendre fou. Il la presse un peu, la taquine, et le regrette aussitôt lorsqu'ils voit la monticule de valises qu'elle s'empresse d'engouffrer dans la voiture. Son sourire étincelant se voit rongé aux mythes par la triste vérité qui fleurie devant ses yeux : Il embarque une vraie paire d'ovaires -morts- avec lui. Une pisseuse en règle, une chieuse comme on en fait plus.

« - Je viens, laissez-moi seulement le temps de mettre mes bagages dans votre voiture.

Qu'elle assure avec entrain, la voix chargée d'une émotion étrange. Est-elle à deux doigts de pleurer ? Le brun soupire, glissant ses doigts entre les espaces vides du volant. Pourquoi sent-il que ce voyage va être étrangement beaucoup plus long que prévu ? …

Lorsque la jeune femme le rejoint enfin, claquant la portière derrière lui, elle reste étrangement silencieuse. Aidrian démarre et se dirige vers la sortie, sans prononcer un seul mot et tout en cherchant une station apte à diffuser une musique potable à ses oreilles. Du bon vieux Rock à l'ancienne, ni trop brute, ni trop doux. Ce n'est que lorsqu’ils gagnent la route, que la brune brise soudain le silence en s'agitant.


- Combien de temps le voyage va-t-il durer ? Et êtes vous certain que cet engin est suffisamment sûr ? Personnellement, j’aurais du mal à faire confiance à un véhicule qui n’est tiré par rien du tout. Vous savez, avec un peu de persévérance, je suis certaine que nous pourrions trouver un charmant attelage avec des chevaux.

Et voilà. Il le savait.

Aidrian serre les dents, ses jointures blanchissant à mesure que le volant étouffe entre ses doigts serties de veines si marquées, qu'elles semblent sur le point d'exploser hors de la chair de son épiderme. Elle n'arrête plus de parler. Et lorsque le panneau géant leur indiquant «  Merci d'être passé à New-York city » leur adresse un dernier adieu et qu'Aidrian passe la cinquième vitesse, la vampire lâche aussitôt :

- Vous ne roulez pas trop vite ? Je crois bien que vous roulez trop vite. Affirme-t-elle avec entrain, avant de plaquer sa poigne puissante à l'allure fragile sur la poigne du Lycan.

Un simple geste qui, si elle n'avait pas eu autant de force que lui, ne l'aurait pas soudain fait dévier sur le côté. Aidrian lâche un juron, écartant la main d'Elizabeth avant de frapper furieusement son talon sur la pédale des freins. Dans un crissement de pneu, le bolide rugit et couine jusqu'à frôler de très près le faussé . La fumée s'échappe des roues fumantes, et quelques déclics du moteur malmené résonnent à leurs oreilles. L'engin de métal tourné sur le côté, en travers de la route. Pas un bruit ne perce la nuit, tandis que les phares illuminent les branches de la lisière de la forêt. Finalement, seul le grondement de gorge sourd d'Aidrian résonne dans l'habitacle, tandis que, une main serrée sur le volant et l'autre tenant le poignet de l'éternelle, Wellington articule lentement :

- Les voitures, c'est MON domaine, Elizabeth. Interdiction de toucher à quoi que ce soit. Il y a des règles à respecter. Il va falloir qu'on se mette d'accord.

Le brun lâche la dents-longues, effectue différentes manœuvres pour se ranger sur le côté sans risquer de se faire percuter, et coupe le moteur.  Après un long silence, ce dernier souffle et se tourne vers l'éternelle tête de pioche :

- Primo : A notre époque, quand on fréquente régulièrement quelqu'un en dehors d'un milieux professionnel - sauf exception- , on le vouvoie pas. Alors arrête ça, ça me stresse, j'aime pas.

Chacun ses tocs, lui a les siens.

- Secundo : J'accepte de te laisser me suivre, Elizabeth. Tu ne me fais pas une faveur, JE te fais une faveur. J'accepte de t’amener avec moi, de prendre le risque de t'exposer à ma famille. Qui sont, oui, des gens très charmants, mais aussi très spéciaux. Alors ma voiture, on ne touche pas. Ok ? Je sais conduire, toi non. Tertio : Ca fait des décennies qu'on utilise plus les chevaux pour tirer une caisse en bois et ça prendrait des jours. Sérieux, tu devrais le savoir !  Quarto : Le voyage va durer trois jours. Seulement et UNIQUEMENT si tu fais ce que je te dis, que tu te tiens à carreaux, et que tu ne fous pas le bordel autour de nous quand on s'arrêtera dans des hôtels pour se reposer. Compris, Milady ?

Bien-sûr, la dernière réplique pue le sarcasme. Sur ces dernières paroles, Aidrian tourne le menton, pivote son jeu de clef pour faire rugir l'Impala et démarre, son calme à nouveau retrouvé.

- Et si t'obéis pas, je jette l'une de tes valises par la fenêtre. Tu veux un bonbon ?» Demande-t-il en lui tentant l'un des paquets, d'un ton enjoué, prunelles brillantes et malicieuses plantées dans les siennes.

Puis de continuer tranquillement sa route, avec la ferme intention de rejoindre la Louisiane en un seul morceau. Cette fois, c'est sûr : Le cocktail explosif de son loup, combiné à la compagnie d'Elizabeth, risquent de lui compliquer la tâche plus qu'il ne le croyait.


© FICHE CRÉÉE SWAN. GIF PAR SWAN. MUSIQUE PAR PLACEBO.

_________________


Wesh poto:
 


Dernière édition par Aidrian S. Wellington le Mer 5 Nov - 23:42, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://swanlive.livejournal.com/
avatar
✤ Messages : 2591
✤ Barge depuis : 20/11/2013
✤ Avatar : Jenna Louise Coleman
✤ Crédits : SWAN <3 ( Avatar ) + CRACKLE BONES ( code signa ) + TUMBLR ( Gifs ) + WOODKID - I LOVE YOU ( Musique + Paroles )


✤ Âge personnage : 221 ans, et pas une ride!
✤ Humeur : Curieuse
✤ Profession : Aucune
✤ Localisation : Juste derrière toi. Bouh !
✤ Pouvoirs : Le baiser qui rend fou, et celui de rester attirante en toutes circonstances

Relationship
→ citation:
relationships :
Elizabeth Crawley☞ Chair fraîche gratuite ; libre service !
MessageSujet: Re: ELIRIAN - ROAD AGAIN Partie 1.   Mer 5 Nov - 19:19

❝ Road Again, Part one ❞

C’était avec un immense soulagement qu’elle avait fourré ses valises dans la voiture, avant de prendre place aux côtés du conducteur. Satisfaite et même heureuse d’en avoir une, de place. Malheureusement, son soulagement ne fut que de courte durée. Car presque immédiatement lui vinrent de très nombreuses questions au sujet de l’engin qu’il conduisait. Ce n’était pourtant pas la première fois qu’elle montait dans une voiture, mais habituellement, il s’agissait du luxueux véhicule avec chauffeur dont pouvait disposer son créateur. Rien à voir avec ce tas de ferrailles, qui semblait, de son point de vue, prêt à s’écrouler. C’était également la première fois qu’elle était assise à l’avant, d’où il lui semblait pouvoir voir absolument tout, c’est-à-dire tous les dangers potentiels. Et ils lui paraissaient nombreux. D’un coup, elle percevait tout le charme d’une voiture tirée par des chevaux, face à ce bolide qui allait bien trop vite à son goût.

Non, tout ceci n’était absolument pas sécurisant. Et elle ne voulait certainement pas périr dans cette boîte de conserve. Alors, elle se mit à protester. Monter sur ses grands chevaux, et surtout, questionner, encore et en encore. Il était certain qu’il verrait immédiatement à quel point ses propositions étaient raisonnables et les accepterait sans le moindre détour. Mais non seulement il était visiblement borné, mais en plus il n’était visiblement plus sous son charme. Dommage ! Tout de même, elle ne s’était pas attendue à une réaction si violente. Ni même à ce qu’il freine si soudainement. Si elle n’avait pas été retenue par la ceinture de sécurité, elle aurait volé tout droit dans le pare-brise. Elle parvint tout de même à se cogner la tête sur le bord de la portière. Et à il laisser la marque de l’impact. Mais tout ceci n’était rien en comparaison de la suite. Car tout aussi brusquement, elle fut ensevelie sous un flot de paroles d’où perçait une colère sourde, mais également... d’ordres ? Osait-il vraiment lui donner des ordres ? Voilà qu’elle était supposée ne faire aucune remarque au sujet de la voiture, de le laisser faire comme bon lui semblait en les tuant probablement tous les deux au passage, mais surtout elle devait s’adapter au siècle dans lequel elle se trouvait et ne plus le vouvoyer. La suite n’était pas beaucoup mieux et elle le regardait fixement, ses yeux s’arrondissant au fur et à mesure qu’il continuait à déblatérer son petit discours.

Lorsqu’il sembla avoir fini, le regard de la vampire sembla, l’espace d’un instant, empli d’une véritable fureur. Une fureur telle qu’elle eut pu à l’instant se jeter sur lui et boire son sang jusqu’à la dernière goutte. Puis, tout changea. Les traits de son visage se déformèrent en une grimace crispée. Son menton se mit à trembler tandis que ses prunelles s’emplissaient d’eau.

« Pourquoi me criez-vous dessus ? » gémit-elle d’un air absolument pathétique.

L’instant d’après, elle éclatait en sanglots telle une jeune enfant privée de ses jouets, versant des larmes de crocodile qui vinrent couler le long de ses joues pour s’écraser sur ses vêtements et le siège de la voiture. Non, elle n’avait certainement pas l’habitude qu’on élève la voix à son encontre. Surtout pour lui administrer tous ces reproches, alors même que ses intentions étaient des plus louables. Etait-ce là sa récompense, alors qu’elle souhaitait seulement rendre service en soulignant les dangers auxquels ils risquaient de faire face ? Et comment pouvait-il dire qu’il lui faisait une faveur en l’emmenant chez les siens ? Elle était issue d’une très respectable famille, et elle était de plus la progéniture d’un Originel ! Il aurait dû être un honneur pour les proches du lycan de la recevoir chez eux !

En vérité, tout ceci ne venait lui rappeler que bien trop cruellement la situation dans laquelle elle se trouvait. Elle n’était plus rien, elle n’était plus personne dans ce monde où tout lui déplaisait. Elle n’y arriverait pas, c’était certain. Elle faisait des efforts pourtant, mais pourquoi aurait-elle dû renoncer à la politesse ? Mais s’il souhaitait qu’elle se montre familière, elle le ferait !

« Et je m’excuse de te vouvoyer en évitant de te parler comme à un paysan, bien que tu en aies l’apparence. Et l’odeur. J’essayais simplement d’être aimable ! »

Et sur ces mots, elle se remit à sangloter de plus belle, sans avoir la moindre conscience qu’elle venait très probablement de l’insulter. Décidément, personne ne la comprenait ! Elle aurait mieux fait de rester dans son caveau, où là au moins elle aurait eu l’illusion qu’il existait encore une civilisation digne de ce nom ! Une civilisation que, pourtant, elle ne se privait pas de critiquer à l’époque. Mais elle semblait l’avoir oublié. Ses pleurs semblaient intarissables. Elle baissa les yeux, puis, jetant un regard sur le côté, remarqua le paquet qu’il tenait toujours à la main, rempli de petites choses colorées. Reniflant, elle se rapprocha légèrement.

« Ce... c’est quoi ? » demanda-t-elle d’une petite voix teintée d’une pointe de curiosité.
bohemian psychedelic

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✤ Printemps : 25
✤ Messages : 2142
✤ Barge depuis : 05/03/2014
✤ Avatar : Jared Leto
✤ Crédits : SWAN ( Avatar ) Disturbed ( code signa ) + TUMBLR ( gifs ) + BREAKING BENJAMIN - COLD ( Musique + paroles )


✤ Âge personnage : 24 ans
✤ Humeur : Déterminé
✤ Profession : Informateur
✤ Philosophie : Mange ta main, garde l'autre pour demain.
✤ Localisation : Dans le sud de Salem
✤ Pouvoirs : Courir très. TRÈS vite. / Gène Lycan anciennement bloqué par magie. A tout cassé. Maman, je peux tout t'expliquer.

Relationship
→ citation:
relationships :
Aidrian S. Wellington☞ Bébé chien ; Boulet premium
MessageSujet: Re: ELIRIAN - ROAD AGAIN Partie 1.   Dim 16 Nov - 13:36




ROAD AGAIN. Partie 1.
ELIZABETH&AIDRIAN


Aidrian ne sait plus où se mettre. Cette femme est un incorrigible girouette. Sautant d'une humeur à l'autre. Et si elle n'était pas une vampire, il la soupçonnerait d'être dans la mauvaise période du mois. Quoi que. Pour avoir passé plusieurs semaines avec la brune, le nouvellement Lycan sait qu'elle peut être particulièrement imprévisible, sautant d'une humeur à une autre. Comme maintenant, tandis que le ciel se parsème d'étoiles. Les prunelles de la dents-longues deviennent luisantes, jusqu'à inonder ses joues d'une liqueur lacrymale. Merde, merde, merde !

« - Pourquoi me criez-vous dessus ? Qu'elle couine, son visage se décomposant au même rythme que la tronche de Wellington. Une fille qui pleure. Il ne sait pas gérer. Il n'a jamais été entouré de femmes à la larme facile. Même aucune. Que ça soit sa mère, sa sœur, ses tantes ou sa fiancée décédée.

Il ne sait pas gérer ça.

- Et je m’excuse de te vouvoyer en évitant de te parler comme à un paysan, bien que tu en aies l’apparence. Et l’odeur. J’essayais simplement d’être aimable !

Alors ça, c'est pas juste ! Les lippes du lycan s'ouvrent et ses prunelles s'écarquillent d'indignation, tandis qu'elle continue de se larmoyer. Et dire qu'il vient d'avoir presque pitié d'elle. Alors que, visiblement, la vampire agit comme une enfant peu habituée à se faire rabrouer. Alors qu'elle est en tord. Définitivement en tord. Lui ne fait que lui expliquer le fonctionnement des choses à leur époque. Son époque. C'est bien ce qu'elle voulait de lui au départ, non ? De quoi se plaint-elle maintenant ? Comment peut-on être aussi bornée est illogique ?! Aidrian claque sa mâchoire, évitant de lui faire savoir crûment ce qu'il en dit lui, de ses prétendus bonnes manières. Mais à sa grande horreur, les larmes redoublent. Jusqu'à ce que ses prunelles se posent sur un petit boîtier coloré, et que l'idée germe d'elle-même.

- Ce... c’est quoi ? Questionne la brune, cessant de geindre tout en fixant la petite boite. La curiosité se lit dans ses prunelles sombres. Elle a le bout du nez et les joues rouges, mais pas autant que ses lèvres.

Cette femme est belle, même lorsqu'elle pleure. Aidrian se racle la gorge, détournant les yeux avant de lui tendre le paquet.

- Des bonbons. Ce sont des confiseries modernes … On appelle ça des M&M'S. Ca se trouve plus beaucoup maintenant … A cause de … Tu sais. Tout ça.

Aidrian agrippe le jeu de clefs, tournant le poignet jusqu'à ce que le moteur ronronne doucement et qu'il s'engage à nouveau sur la route. Les deux phares illuminent le goudron et les rangées d'arbres, tandis qu'il reprend :

- Petit truc à savoir, le jeune homme lui jette un coup d'oeil rapide, avant de se tourner à nouveau vers la route, les anciennes voitures sont plus solides que les récentes. Celle-ci est une vraie forteresse. Crois-moi, elle en a subi, des trucs … C'est … C'était le cadeau du parrain d'une amie à moi. Je suis pas son premier propriétaire. Elle nous a tous protégés … Un peu comme un porte bonheur, mais avec quatre roues et un moteur. Je respecte les limitations, promis juré. La vitesse, tu dois seulement t'y faire.

Aidrian tourne ses azures sur le tableau de bord, avant de poser un index sur l'auto-radio.

- Tu vois, ça, ça diffuse de la musique. Mais ça fait longtemps qu'elle capte plus la radio … Vitaly me disait qu'il pouvait avoir toutes les chaînes avant. Mais maintenant, y a plus que les CD qui marchent. Et encore ...

Sans quitter les yeux de la route, doigts serrés autour du volant, Aidrian se penche pour ouvrir la boite à gants.

- Les CD, c'est les disques ronds à l'intérieur des boites illustrées. Fais ton choix. J'ai … De tout. 

Surtout du vieux Rock. Même parfois du Jazz des années 60, un unique CD de Rap. Mais rien de classique.

- Et je te montrerai en chemin à quoi ressemble un paysan, parce que ... On traite pas les gens de gueux pouilleux à l'odeur douteuse. Surtout ceux qui sortent de la douche. »

Même s'il a conscience d'avoir très certainement une odeur de ... Chien mouillé, pour la vampire.


© FICHE CRÉÉE SWAN. GIF PAR SWAN. MUSIQUE PAR PLACEBO.

_________________


Wesh poto:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://swanlive.livejournal.com/
avatar
✤ Messages : 2591
✤ Barge depuis : 20/11/2013
✤ Avatar : Jenna Louise Coleman
✤ Crédits : SWAN <3 ( Avatar ) + CRACKLE BONES ( code signa ) + TUMBLR ( Gifs ) + WOODKID - I LOVE YOU ( Musique + Paroles )


✤ Âge personnage : 221 ans, et pas une ride!
✤ Humeur : Curieuse
✤ Profession : Aucune
✤ Localisation : Juste derrière toi. Bouh !
✤ Pouvoirs : Le baiser qui rend fou, et celui de rester attirante en toutes circonstances

Relationship
→ citation:
relationships :
Elizabeth Crawley☞ Chair fraîche gratuite ; libre service !
MessageSujet: Re: ELIRIAN - ROAD AGAIN Partie 1.   Jeu 4 Déc - 21:02

❝ Road Again, Part one ❞

Elle n’y comprenait plus rien. Elle faisait des efforts pourtant ! Pourquoi la traitait-on de cette façon ? Elle n’avait qu’une envie, c’était éclater en sanglots. Ou plutôt, continuer de sangloter, vu que c’était déjà fait. Non, décidément, personne ne la comprenait ! Pas même lui. Et elle lui avait sauvé la vie pourtant. Deux fois. Quelle ingratitude ! Il aurait pu au moins essayer de se montrer aimable et de lui offrir les égards qui lui étaient normalement dus au lieu de la réprimander de la sorte, sans aucune raison valable par-dessus le marché ! Il ne pouvait la comprendre. Il ne pouvait comprendre ce qu’elle ressentait, elle en avait l’intime conviction. Elle finit néanmoins par se calmer, sous peine de se déshydrater dangereusement. Elle s’intéressa alors aux sortes de boules colorées qu’il tenait, dans un paquet en plastique et qui la rendirent curieuse. Elle ne comprit pas vraiment le nom qu’il lui avait donné, mais elle eut tout de même bien envie d’y goûter. Elle plongea sa main dans le paquet et en attrapa quelques uns, avant de les porter à sa bouche. Elle croqua et en découvrit avec étonnement la saveur.

« Oh c’est... c’est plutôt bon. »

Oui, elle était surprise. Elle ne s’était pas attendue à trouver une quelconque nourriture issue de cette époque savoureuse. Tout était si gris et terne qu’elle aurait été portée à croire qu’il en était de même pour les denrées comestibles. Apparemment, elle s’était trompée. Elle se tourna ne nouveau vers le lycan, qui semblait avoir décidé de cesser d’élever la voix contre elle. Au contraire, il lui expliqua même certaines choses quant à la voiture. Elle n’était pas certaine de le croire concernant la soi-disant sécurité du véhicule, mais pour une fois elle eu la sagesse de se taire. Elle ignorait totalement ce qu’étaient une radio et des CD, mais elle n’eut pas le temps de le lui demander, se retrouvant face à un choix de ce qu’il appelait les CD. Il s’agissait de disques, dans des petites boîtes, avec un côté brillant et un autre comportant des inscriptions ou dessins. Aucun de ces objets ne lui disait quoi que ce soit. Elle finit par en sélectionner un qui lui semblait plus joli que les autres et le lui tendit, incertaine.

« Qu’est cette musique exactement ? Pardonne-moi, mais je ne comprends pas vraiment de quelle manière un simple disque peut faire de la musique. »

Tout en prononçant ces mots, elle ouvrit l’une des boîtes et en sortit le CD afin d’appuyer sa démonstration. Peut-être s’agissait-il de magie ? A moins qu’un habile mécanisme soit dissimulé à l’intérieur... elle dut néanmoins être un peu trop brutale dans sa manipulation, puisqu’elle cassa l’objet en deux. Ecarquillant les yeux en le réalisant, elle se tourna vers Aidrian qui heureusement regardait la route et remit les deux morceaux brisés dans la pochette qu’elle referma comme si de rien n’était, en espérant qu’il n’ait pas été témoin de sa maladresse.

« Pardon ? » demanda-t-elle, ayant été quelque peu ailleurs. Réalisant ce qu’il venait de dire, elle esquissa un sourire innocent, juste avant de prendre une expression quelque peu offusquée. « Je m’excuse, mais je ne crois pas t’avoir qualifié de pouilleux ! Ce n’est tout de même pas ma faute si tu as une odeur étrange. » Soudain, réalisant quelque chose, elle le regarda, un peu inquiète. « Tu... tu n’as pas de poux... n’est-ce pas ? »

Qui pouvait savoir, c’était un loup après tout. Par mesure de précaution, elle s’écarta, du moins autant que cela lui était possible étant donné l'exiguïté du véhicule, tout en passant nerveusement une main dans ses cheveux. Elle n’avait aucune envie d’attraper de tels parasites et de perdre sa chevelure. Les vampires pouvaient-ils en attraper d’ailleurs ? Et si ça ne repoussait jamais ? Elle ne se voyait certainement pas passer le reste de l’éternité sans pouvoir se coiffer ! Néanmoins elle laissa rapidement cette psychose de côté afin de se concentrer sur la route. Il avait beau défendre sa voiture, elle trouvait tout de même qu’ils allaient extrêmement vite.

« Sais-tu quand nous arriverons ? Je n’ai encore jamais été en Louisiane. Tu penses qu’on y trouve beaucoup de sorciers ? » Elle ne put empêcher de laisser échapper une certaine pointe d’angoisse dans sa voix. Après ce qu’elle avait vécu, elle ne voulait plus croiser le moindre sorcier à moins d’un kilomètre à la ronde ! 
bohemian psychedelic

_________________
Revenir en haut Aller en bas
avatar
✤ Printemps : 25
✤ Messages : 2142
✤ Barge depuis : 05/03/2014
✤ Avatar : Jared Leto
✤ Crédits : SWAN ( Avatar ) Disturbed ( code signa ) + TUMBLR ( gifs ) + BREAKING BENJAMIN - COLD ( Musique + paroles )


✤ Âge personnage : 24 ans
✤ Humeur : Déterminé
✤ Profession : Informateur
✤ Philosophie : Mange ta main, garde l'autre pour demain.
✤ Localisation : Dans le sud de Salem
✤ Pouvoirs : Courir très. TRÈS vite. / Gène Lycan anciennement bloqué par magie. A tout cassé. Maman, je peux tout t'expliquer.

Relationship
→ citation:
relationships :
Aidrian S. Wellington☞ Bébé chien ; Boulet premium
MessageSujet: Re: ELIRIAN - ROAD AGAIN Partie 1.   Ven 9 Jan - 18:31




ROAD AGAIN. Partie 1.
ELIZABETH&AIDRIAN


Un appât pour calmer la vampire aussi instable qu'une enfant, et le brun continue d'observer la route. Cette fois, il refuse d'aller perdre sa précieuse voiture dans un arbre. Elizabeth n'était pas au programme.  Et, tandis que la vampire aux allures de jeune femme déguste les sucreries, le bébé chien continue de se poser diverses questions. Pourquoi diable maintenant ? Le loup en lui était prisonnier, prisonnier d'un sortilège puissant. Avec le temps, le jeune homme avait longuement apprit que toute magie avait un prix. Et, dans la même optique, le mutisme soudain des pouvoirs de sa mère après la transformation de son père avait toujours été un élément intriguant et inexplicable.

Aujourd'hui, Aidrian pense enfin savoir pourquoi.

« - Oh c’est... c’est plutôt bon. S'étonne la vampire avant de lui jeter un coup d'oeil.

Pour toutes réponses, Aidrian aborde un sourire fier. Non mécontent d'avoir trouvé des distractions pour calmer les ardeurs et inquiétudes injustifiées de la brune. Ses doigts serrés sur le volant, le Lycan continue de fixer le goudron humide, tandis que quelques goûtes de pluie s'échouent contre les vitres. Du coin de l’œil, Wellington voit la vampire fouiller dans la boite à gant.

- Qu’est cette musique exactement ? Pardonne-moi, mais je ne comprends pas vraiment de quelle manière un simple disque peut faire de la musique. Questionne finalement Elizabeth en étudiant les boites. Intriguée et sincèrement curieuse.

D'un haussement de sourcils, le Lycan agite les doigts avant de passer ses ongles sur ses lèvres.

- C'est … C'est compliqué. Ca fait partie de l'évolution. La technologie, tout ça … Rien de magique là-dedans. Explique le brun, sans vouloir avouer qu'il ignore totalement le fonctionnement d'un CD. Juste avant de faire le point sur quelques dires pas très glorieux de la tête de mule. Lui, un paysan ?

- Pardon ?  Je m’excuse, mais je ne crois pas t’avoir qualifié de pouilleux ! Ce n’est tout de même pas ma faute si tu as une odeur étrange. S'enfonce la dents-longues, tirant une grimace au Lycan. Tu... tu n’as pas de poux... n’est-ce pas ?

Encore mieux !

- J'suis un Lycan, Elizabeth. Ton odeur et aussi étrange pour moi maintenant. Et non, j'ai pas de poux ! S'exclame le brun en se grattant nerveusement la tête. Le simple fait d'évoquer ses saloperies lui file des démangeaisons. Geste qui peut contredire ses paroles.

C'était quoi ça ?! Un tintement étrange, et le garçon tourne ses azures vers Elizabeth. La brune effectue un geste rapide, avant de s'emparer d'une autre boite.

- Sais-tu quand nous arriverons ? Je n’ai encore jamais été en Louisiane. Tu penses qu’on y trouve beaucoup de sorciers ? Questionne aussitôt la vampire en détournant son attention. L’assommant de questions, comme avant. Alors qu'il n'était qu'un simple humain forcé de mimer la soumission.

La pression de ses doigts sur le volant se fait plus forte, tandis que la fille jacasse. C'est à peine s'il fait l'effort de répondre, ouvrant la fenêtre tout en sortant une nouvelle cigarette. Et elle continue inlassablement. Tandis que l'Impala s'enfonce dans la pénombre, traçant son chemin jusqu'à sa destination.

La route risque d'être longue.


© FICHE CRÉÉE SWAN. GIF PAR SWAN. MUSIQUE PAR PLACEBO.

_________________


Wesh poto:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://swanlive.livejournal.com/
avatar
✤ Printemps : 25
✤ Messages : 2142
✤ Barge depuis : 05/03/2014
✤ Avatar : Jared Leto
✤ Crédits : SWAN ( Avatar ) Disturbed ( code signa ) + TUMBLR ( gifs ) + BREAKING BENJAMIN - COLD ( Musique + paroles )


✤ Âge personnage : 24 ans
✤ Humeur : Déterminé
✤ Profession : Informateur
✤ Philosophie : Mange ta main, garde l'autre pour demain.
✤ Localisation : Dans le sud de Salem
✤ Pouvoirs : Courir très. TRÈS vite. / Gène Lycan anciennement bloqué par magie. A tout cassé. Maman, je peux tout t'expliquer.

Relationship
→ citation:
relationships :
Aidrian S. Wellington☞ Bébé chien ; Boulet premium
MessageSujet: Re: ELIRIAN - ROAD AGAIN Partie 1.   Ven 9 Jan - 18:33



A SUIVRE ...

_________________


Wesh poto:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://swanlive.livejournal.com/
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: ELIRIAN - ROAD AGAIN Partie 1.   

Revenir en haut Aller en bas
 
ELIRIAN - ROAD AGAIN Partie 1.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Archives partie 84 express : On the road again !
» Road accident leaves at least 32 dead in Haiti. ANMWE!!!!!!!!!!
» Partie de plaisir
» L'heraldique des blasons - Partie 1
» Habs vs Bruins (partie 6)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
You ain't born typical :: CORBEILLE :: Children Of cain :: Corbeille RPG-