FERMETURE DU FORUM ► Pour en savoir plus c'est ICI

Partagez | 
 

 I tried to sell my soul last night. funny, he wouldn't even take a bite. ▼ (hadeksey)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
InvitéInvité
MessageSujet: I tried to sell my soul last night. funny, he wouldn't even take a bite. ▼ (hadeksey)   Ven 14 Nov - 14:59



i'm gonna take you down
hades & aleksey



« Paaaardon. Pardon. Excusez-moi madame. » Il sourit, tire sa révérence. Et, aussi vite qu’il est arrivé, il repart. La vieille dame pousse un cri de fureur lorsque, d’un seul coup d’œil au sol de son appartement, elle remarque les traces de pas noires qu’il laisse derrière lui. Un peu de rouge, aussi. « C’est pas vous qui faites les planchers, espèce de malpoli ! Goujat ! » Il fait rapidement demi-tour, passe la tête par la porte d’entrée. « Je suis vraiment désolé, c’est une urgence vitale. Et croyez-moi, si je faisais vos planchers, vous vous empresseriez d’engager quelqu’un d’autre. » Il se baisse, esquivant le bibelot de porcelaine qui siffle dans l’air au-dessus de sa tête. Sans demander son reste, il referme la porte d’entrée et s’engouffre dans le couloir. « Petit con ! » entend-il de loin. Il ne sourit pas. Pas le temps. Ni une ni deux, il dévale les escaliers, sautant près d’une marche à chaque pas, manquant de se casser la figure bien deux ou trois fois. Mais l’heure était à l’urgence, et certainement pas à la grâce avec laquelle il descendrait ce colimaçon vertigineux.

Il y avait des gens dotés d’une chance inouïe, qui ne s’attirait jamais d’emmerdes, et qui se sortaient toujours de tout avec une superbe sans pareille. Et puis, il y avait les autres. Les autres, comme Hades, qui passaient leur vie à se demander « Pourquoi moiiiiiiiiii ? », et qui piquaient des sprints environ un soir sur deux, pour échapper à une ex rancunière ou un vampire assoiffé de sang. Et, ce soir-là, la deuxième option s’était mise naturellement en branle, alors qu’il sortait d’une petite série de combats particulièrement musclée. Il avait fait perdre pas mal d’argent à pas mal de monde — Brett y compris —, et s’en portait plutôt bien. La simple idée de rentrer et de retrouver Ryker l’avait mis en joie, à tel point qu’il en avait parfois négligé les règles du jeu. Et, au lieu de se coucher, il avait couché l’adversaire. Au lieu de faire gagner de l’argent à pas mal de monde, il en avait fait perdre à la plupart. Ce qui plaisait rarement, de manière générale. Et qui, ce soir, n’avait vraiment pas plu à un certain mâle un peu trop sûr de son coup. Mâle qui lui courait après depuis qu’il était sorti du hangar où se retrouvaient les combattants. Il devait au moins ça à Brett : lui avoir dit de filer, l’avoir prévenu qu’il aurait mieux valu pour lui que ses fesses soient en sécurité dans les dix prochaines minutes, sans quoi il ne pourrait plus rien pour lui, et risquait par là même de devoir se trouver un autre combattant. Alors, Hades s’était mis à faire ce qu’il faisait peut-être le mieux, si l’on exceptait consommer des substances illicites. Et depuis un quart d’heure maintenant, il fuyait. Il soupçonnait le premier vampire d’avoir abandonné, et de projeter une embuscade pour plus tard. Mais le suceur de sang à qui il avait subtilisé son portefeuille au passage, lui, le suivait toujours. Il ne devait sa vie sauve qu’aux habitations qu’il traversait. Son chemin préféré, afin d’éviter qu’on ne lui mette la main dessus. Les vampires ne pouvaient pas rentrer. Et lui, petit humain chétif et vulnérable, s’en délectait.

Il aurait pu appeler Ryker. Si seulement le téléphone portable avait fait partie de ses possessions. Ryk serait venu. Ryk aurait ramassé la gueule au méchant. Ryk était le super-héros de sa jouvencelle en détresse. Ou possédait tout simplement la force surhumaine et la résistance nécessaires à s’opposer à des êtres comme les vampires. Hades n’était qu’un humain. Il avait la résurrection, il avait la résistance. Mais il n’avait pas la force. Il n’avait pas non plus la célérité, et la régénération quasi instantanée qui permettait aux lycanthropes de ne pas se faire tuer par une simple blessure. Il était humain. Faible. Vulnérable. Et s’il mourrait sous les crocs d’un vampire ce soir, Ryker n’en saurait probablement rien avant le lendemain. Ou le jour suivant. Tout dépendant du temps qu’il mettrait avant de remonter sa piste, et de retrouver le bébé que sa malédiction aurait fait naître. Hades Cheitan, septième du nom. Le sept porte malheur, paraît-il. Ou bonheur. Il ne sait plus bien.

Soudain, il ralentit. Mauvais pressentiment. Ses yeux se révulsent, deviennent deux billes blanches. Il regarde lentement autour de lui. Sa vision X traverse les murs de la cage d’escalier, explore le rez-de-chaussée, duquel il n’est séparé que d’un étage. Il est là. Retenant une flopée de jurons, il eut tôt fait de remonter jusqu’à l’étage le plus proche, et de se ruer dans le couloir. Ses jambes le brûlent. Sa poitrine est compressée, ses poumons peinent à retrouver suffisamment d’air frais pour continuer à se mouvoir. Il tente d’ouvrir la porte du premier appartement venu. Fermé à clé. Il essaie la suivante. Ne réalise pas que ses yeux sont toujours blancs, et pour le moins effrayant. La petite fille face à laquelle il apparaît pousse un cri. Il passe à côté d’elle sans s’en soucier, et fonce vers les fenêtres. Sortir sur le balcon. Monter sur l’escalier d’urgence, qui court le long de la façade de l’immeuble. Loin de cris de la gamine, vers lesquels le vampire risque de se précipiter. Un étage. Un deuxième. Il s’arrête. Une fenêtre ouverte. Que rêver de mieux ? Comme quoi, certains voyaient parfois la chance dans leur malheur. Il se glisse dans l’interstice, se laisse tomber sur le carrelage de la salle de bain. Il referme la fenêtre, rapidement, et tire le store. Il s’arrête. Tente de reprendre son souffle. Il n’est pas en sécurité. Mais le jour venu, il pourra ressortir par là. Et le vampire ne pourra pas le suivre. S’il lui faut pour cela rester toute la nuit dans cet appartement, il le ferait.

Lentement, il actionne la poignée de la porte, et tire le battant. Un coup d’œil à droite. Un coup d’œil à gauche. Il fait quelques pas dans le couloir. Regarde derrière lui, en marchant vers le salon. Soudain, on le heurte. Il manque de tomber, et se rattrape de justesse au mur. Ses yeux reprennent leur teinte habituelle, tandis que son regard se pose sur la silhouette du grand dadet dressé là. Il se fige. Seconde de battement. Il oublie que quelqu’un d’autre pourrait les entendre. Que quelqu’un habite peut-être ici.

« Mais qu’est-ce que tu fous là ? »

C’est vrai, ça. C’est pas chez toi. Alors qu’est-ce que tu fous là ?


(c) about today.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
InvitéInvité
MessageSujet: Re: I tried to sell my soul last night. funny, he wouldn't even take a bite. ▼ (hadeksey)   Lun 17 Nov - 4:21




There's a mad man with a mad plan

- and he's dancing at your door. -


C'est en rédaction !!!!!  08  08  08
Revenir en haut Aller en bas
 
I tried to sell my soul last night. funny, he wouldn't even take a bite. ▼ (hadeksey)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sell your soul
» even when the night is cold i got that fire in my soul (holly)
» Wednesday Night Raw # 60
» Ban permanent de Xellium
» Un triste départ ... pour toute la communauté du forum RPG Soul Eater

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
You ain't born typical :: CORBEILLE :: Children Of cain :: Corbeille RPG-